Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe Bouquillion et Yolande Combès (dir.) (2007), Les industries de la culture et de la communication en mutation

Paris, Éditions L’Harmattan. (Coll. « Questions contemporaines » Série « Les industries de la culture et de la communication »)
Franck Rebillard
p. 293-301
Référence(s) :

Philippe BOUQUILLION et Ylande COMBES (dir.) (2007), Les industries de la culture et de la communication en mutation, Paris, Éditions L’Harmattan. (Coll. « Questions contemporaines » Série « Les industries de la culture et de la communication ».)

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années maintenant, des chercheurs français comme Bernard Miège puis Pierre Moeglin et québécois comme Jean-Guy Lacroix ou Gaëtan Tremblay, ont œuvré au renouvellement des théories sur les industries culturelles. S’inspirant des intuitions des « pères fondateurs » de l’École de Francfort tout en abandonnant la posture spéculative initiale pour des recherches à caractère plus empirique, ils ont ainsi contribué à élaborer un socle théorique de référence pour analyser les particularités socio-économiques de l’industrialisation des biens culturels et informationnels. Avec d’autres chercheurs, ils ont récemment participé (entre 2004 et 2006 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord) à un séminaire de réflexion sur les derniers développements des « industries de la culture et de la communication », dont rend compte l’ouvrage coordonné par Philippe Bouquillion et Yolande Combès.

2La visée principale de cet ouvrage est donc bien de nature théorique. Il ne s’agit pas de procéder à une description exhaustive de chacune des filières industrielles concernées. Avertissons ainsi tout de suite le lecteur en quête de données sur le chiffre d’affaires de tel groupe industriel de communication ou sur les statistiques d’audience de tel média : il n’y trouvera pas son compte. Car le propos de cet ouvrage se situe à un autre niveau, plus réflexif. L’objectif, énoncé dès l’introduction de Philippe Bouquillion et Yolande Combès, est de voir en quoi le contexte de ces dernières années (libéralisation des marchés, concentration industrielle et financiarisation des firmes, place prise par l’Internet et la téléphonie mobile, développement d’alternatives médiatiques non-marchandes, apparition de nouveaux « formats » de contenus comme la télé-réalité) affecte les industries culturelles et médiatiques (ICM) ainsi que leurs modèles théoriques afférents. De ce fait, si certains textes s’attachent parfois à des objets particuliers (par exemple, l’art numérique et son intégration aux ICM) ou reposent sur des monographies (par exemple, une analyse très documentée des « virages éditoriaux » pris par les Éditions du Seuil au cours de l’histoire de cette entreprise), ce qui fonde l’unité de l’ouvrage est bien un arrière-plan théorique partagé et un questionnement transversal sur les modalités socio-économiques actuelles de l’industrialisation des biens culturels et informationnels.

3Nous ne reviendrons pas ici sur l’ensemble des points abordés, mais nous nous arrêterons sur deux éléments de contexte importants : la financiarisation du secteur des ICM et son rapprochement avec d’autres secteurs d’activités via le numérique au point de former le vaste ensemble des ICIC (industries de la culture, de l’information et de la communication). Ces deux éléments ressortent des différentes contributions comme étant les principaux vecteurs de changements pour les ICM. Ils sont en outre analysés de façon suffisamment minutieuse pour procurer de nouvelles pistes d’intelligibilité sociologique et économique à la situation actuelle.

4Plusieurs auteurs s’attardent sur la financiarisation du secteur des ICM. Une telle démarche s’avère tout à fait opportune, pour au moins trois raisons.

5Premièrement, cela permet d’intégrer à l’approche socio-économique des ICM une dimension — la dimension purement financière et non pas industrielle — qui avait jusqu’ici finalement été peu prise en considération. Assez absente des ouvrages de référence en la matière, sans doute parce qu’elle était moins prégnante, la dimension financière a été abordée depuis le début des années 2000 dans des travaux sectoriels sur la presse écrite (Christian Pradié) ou le livre (Christian Robin). Ce dernier tient ainsi dans le présent ouvrage à clarifier utilement certaines notions : distinguer le contrôle financier de la propriété d’une entreprise et le contrôle de gestion au sein d’une entreprise ; ne pas confondre non plus la rentabilité économique (exploitation) et la rentabilité financière (capital) ; identifier les différents registres de la financiarisation : poids des actionnaires dans la conduite stratégique d’une firme, cotation en bourse, recours aux fonds d’investissement. Ce travail de défrichage d’une dimension insuffisamment prise en compte jusqu’alors conduit plusieurs contributeurs à distinguer le financier et l’industriel pour mieux montrer les déconnexions possibles entre les deux. Et globalement, ce souci de rigueur et de précision dans l’emploi des termes amène à revisiter plusieurs notions, souvent amalgamées dans le discours des observateurs, comme par exemple le triptyque financiarisation-industrialisation-marchandisation. L’un des intérêts de cet ouvrage est en effet de mettre de la clarté dans des notions qui sont souvent employées de façon abusive ou qui ont tout simplement été insuffisamment définies auparavant. À cet égard, le texte de Combès est très éclairant par l’apposition fine de strates conceptuelles entre technologisation (« substitution de capital au travail, par lequel des dispositifs techniques économisent des moyens humains », p. 146), rationalisation (standardisation et codification), et objectivation (technologisation et médiatisation), pour mieux saisir les différentes couches de l’industrialisation du savoir.

6Deuxièmement, la prise en compte de la financiarisation permet de rattacher l’évolution des ICM à des évolutions bien plus larges, qui affectent tous les secteurs d’activité. Une telle portée est présente dans le texte de Bouquillion qui formule l’hypothèse d’une inclusion particulièrement favorable des ICIC à une sphère supra-nationale du capitalisme. Loin de céder à la représentation courante d’une « mondialisation » toute récente de l’économie, l’auteur se réfère au concept d’économie-monde de Fernand Braudel pour à la fois rappeler l’ancienneté du processus d’internationalisation des échanges et insister sur la dissociation entre économie de marché et capitalisme qui accompagne ce processus. Pour résumer à grands traits, disons ici que les échanges de biens et de marchandises autour de la planète sont subordonnés à un financement d’envergure internationale qui constitue le niveau supérieur du processus. De manière très convaincante, Bouquillion montre que les ICIC, en raison de plusieurs de leurs particularités et notamment de la dialectique liant majors et indépendants ou des monopoles naturels dans l’économie des réseaux, constituent un secteur marqué par une certaine absence de concurrence qui garantit des rentes aux groupes industriels placés en situation oligopolistique. Ce qui en fait un terrain de prédilection pour les investisseurs internationaux, d’autant plus que — autre proposition forte du texte — les politiques publiques de régulation du secteur contribueraient à accroître la concentration et la financiarisation davantage qu’à les amoindrir, comme l’illustre par exemple la réforme de la politique de la concurrence de l’Union Européenne (2004). Avec ce paradoxe que la libéralisation de ces dernières années a amoindri la concurrence au lieu de la favoriser, la limitant à une concurrence oligopolistique soutenue par les investisseurs internationaux.

Aujourd’hui, avec la financiarisation et le renforcement de la concentration, qui conduisent à un approfondissement de l’inscription des ICIC au sein du capitalisme, l’éloignement des ICIC des jeux de la concurrence s’est sans doute renforcé, ou du moins transformé. Les ICIC ne sont pas seulement des industries produisant de la valeur ajoutée:elles sont également des objets de spéculation financière (p. 194).

7La financiarisation clairement identifiée et son renforcement avéré, une troisième interrogation porte sur ses conséquences quant à la nature des contenus créés. Se centrant sur le cas des médias québécois, Éric George rappelle que les rapports officiels en la matière opposent des conclusions — ou plutôt des thèses — assez contradictoires. D’un côté, les ressources financières supplémentaires apportées par la concentration ou l’ouverture du capital d’une entreprise sont vues comme un moyen de maintenir en vie un certain nombre de publications existantes, voire d’en lancer de nouvelles grâce aux économies d’échelle réalisées. D’un autre côté, les exigences de rentabilité des investisseurs apparaissent comme difficilement conciliables avec un travail journalistique de qualité ; et surtout, la propriété unique ou croisée de plusieurs médias est perçue comme un risque important vis-à-vis du pluralisme de l’information. Énonçant d’autres perspectives mais insuffisamment validées sur le plan empirique, comme l’incompatibilité du travail intellectuel avec une gestion purement chiffrée ou les différents niveaux de synergies industrielles possibles, Éric George préfère en rester à une position de modestie — « en l’état actuel des connaissances, nous ne savons pas précisément quels sont les liens entre les mutations en cours au niveau du capital des entreprises médiatiques et la production de contenu informationnel et culturel » (p. 43) — et invite à ce sujet à considérer une pluralité de facteurs plutôt que les seules concentration et financiarisation. Il s’agit là d’une conviction largement partagée, qui traverse tout l’ouvrage et se retrouve énoncée par Bernard Miège en conclusion.

[…] le constat de mouvements financiers (absorptions, fusions, prises de contrôle, etc.), si décisif apparaisse-t-il et soit-il effectivement, ne permet pas d’induire des conclusions assurées sur les changements portant sur les contenus:en effet, de la prise de contrôle financier à la production de culture et d’information, interviennent toute une série de médiations qu’on ne saurait a priori passer sous silence (p. 229).

8À contre-courant des discours de sens commun, plusieurs contributeurs considèrent ainsi que le lien entre l’amont et l’aval des filières des ICIC n’est ni automatique ni linéaire. La démonstration en a déjà été apportée par le travail doctoral de Christian Robin, aux résultats rapidement résumés dans le présent ouvrage : l’impact des outils de gestion sur la qualité des ouvrages édités est limité. Plusieurs chercheurs appellent à multiplier les observations de ce type pour étendre le spectre de l’observation à d’autres filières que celle du livre, et pour identifier les multiples facteurs, pouvant se conjuguer à la financiarisation, qui pèsent sur la création de contenus.

9Ce souci de toujours envisager une pluralité de facteurs est commun à une majorité de contributeurs de l’ouvrage. Il s’avère particulièrement heuristique à propos de ce que l’on a coutume d’appeler la convergence numérique. Car il permet justement de ne pas présenter le facteur technologique (le numérique) comme unique déterminant, mais au contraire de replacer parmi une multiplicité de dimensions (sociologique, économique, politique, principalement) les rapprochements entre les ICM et d’autres secteurs industriels. Notons à ce sujet qu’un certain flottement terminologique transparaît dans cet ouvrage collectif. Les titres des contributions oscillent par exemple entre « industries culturelles », « industries de la communication », « industries culturelles et informationnelles » (ICI), « industries de la culture et de la communication », et enfin « industries de la culture, de l’information, et de la communication ». Une harmonisation lexicale aurait été la bienvenue, d’autant plus que l’introduction de Bouquillion et Combès établit clairement la distinction entre industries culturelles et médiatiques (livre, musique, audiovisuel, presse, radio, télévision), industries de la communication (Internet, télécommunication, industrie des matériels), et leur regroupement émergent dans les industries de la culture, de l’information, et de la communication (ICIC). Peut-être ces rapprochements sont-ils trop récents pour qu’une taxinomie unifiée ne se soit imposée à tous les chercheurs ? Toujours est-il que ces derniers, comme nous le soulignions précédemment, se rejoignent dans une même perspective d’opposition au déterminisme technique pour mieux se centrer sur les modalités socio-économiques d’articulation entre filières et secteurs concernés. Comme le résume Pierre Moeglin, il s’agit de « rompre avec l’interrogation courante sur la manière dont les industries culturelles s’intègrent aux technologies d’information et de communication : la question est de savoir dans quelle mesure ces technologies participent du fonctionnement des industries culturelles, y favorisant l’application séparée ou conjointe de certains modèles socio-économiques » (p.158).

10Cette mise à distance de la nouveauté technologique amène ainsi plusieurs auteurs à revoir la place prise par les dispositifs récents et les expérimentations qui en découlent dans la longue durée de l’histoire des ICM. L’analyse de la situation actuelle de la musique enregistrée par David Vandiedonck est à cet égard exemplaire tant elle dégage une certaine sérénité par rapport à nombre de discours ambiants. Contrairement à la majorité des observateurs fascinés par l’essor du peer-to-peer et ayant pour ainsi dire déjà conclu à la mort du disque, Vandiedonck remonte le temps pour montrer comment les contournements chroniques de la filière de la musique enregistrée y ont été progressivement intégrés : la radio dans les années 1920, vécue dans un premier temps comme une concurrence pour l’industrie phonographique, en deviendra finalement l’auxiliaire ; la cassette analogique et ses usages domestiques d’enregistrement concourront par la suite à l’économie du secteur via la taxe sur les supports vierges. Pour l’auteur, l’analyse de la musique en ligne, au lieu de se centrer exclusivement sur la figure de l’internaute « pirate », par ailleurs entretenue par certains acteurs industriels aux intérêts bien compris, gagnerait à se pencher sur les liens entre « l’évolution des formes d’accès et d’appropriation de la musique enregistrée » et les « déplacements de stratégies, [les] nouvelles solidarités objectives entre les acteurs » (p.93), comme l’illustre par exemple l’actuel « [déplacement] de la polarité de la filière musicale en renforçant la position des acteurs des matériels » (p.97). Une approche similaire est choisie par Bertrand Legendre lorsque celui-ci s’intéresse à la publication de contenus de fiction sur le Web. Prenant pour référent le modèle éditorial du livre imprimé, il constate que les pratiques en vigueur sur l’Internet s’en détachent assez sensiblement pour pencher du côté de la prestation de services aux auteurs « en herbe » davantage que du côté de la vente de contenus aux lecteurs — « nous sommes là en présence d’un modèle dont l’activité principale est décentrée par rapport à la fonction affichée (il n’y a pas de valeur ajoutée éditoriale ni commerciale) et dont les ressources ne sont pas à rechercher dans l’acte de publication, mais dans des services périphériques, qui sont en réalité au centre du dispositif. » (p. 103) — tout en soulignant que ces initiatives émanent pour la plupart d’acteurs mineurs au regard des grands groupes de l’édition qui restent très timides en matière numérique.

11Dans les exemples qui viennent d’être donnés, l’interrogation portait sur les recompositions d’une filière (musique, livre) des ICM en lien avec le développement de nouveaux supports de diffusion, et notamment l’Internet. Dans d’autres textes, l’interrogation se fait plus large, et porte cette fois sur les rapprochements entre les ICM et d’autres secteurs : art, éducation, ou télécommunications. Pour chaque cas, une même méthode est adoptée qui consiste à mettre en parallèle les particularités socio-économiques des ICM avec celles du secteur observé, afin d’évaluer leur degré de compatibilité. Encore une fois, il s’agit de dépasser l’opinion couramment répandue selon laquelle le numérique unifierait automatiquement tous les secteurs reposant sur cette technologie pour voir dans le détail les multiples inflexions et adaptations socio-économiques qui seront nécessaires. Ainsi Catherine Vénica prend-elle soin de rappeler que « [à] l’encontre des représentations de la convergence, il convient de constater que les tendances d’articulations industrielles entre réseaux, matériels, et contenus ou services se manifestent par des développements fortement antagonistes », avant de démontrer que l’élaboration de portails de contenus multimédias pour téléphones mobiles par les industriels des télécommunications se heurte à de nombreux obstacles.

12Pour voir si l’art numérique est plus à même que l’art contemporain de rejoindre le procès industriel et ainsi s’intégrer aux ICM, Anolga Rodionoff effectue un inventaire comparatif de leurs traits respectifs. Il en ressort que l’art numérique a en commun avec les ICM un mode de création plus collectif, « l’artiste numérique » étant par exemple assimilable à un metteur en scène ou à un réalisateur encadrant plusieurs intervenants, mais que ce rapprochement achoppe sur la question du financement. Le caractère émergent de l’art numérique n’ayant pas pour l’instant permis à celui-ci ni de vendre de façon consistante les œuvres réalisées, ni d’avoir acquis une position suffisamment institutionnelle et légitime auprès des financeurs publics.

13En s’attachant au secteur de l’éducation, Combès se lance dans une démarche voisine mais à propos d’un domaine bien plus défriché scientifiquement. L’examen est de ce fait d’une assez grande densité : retenons que la composante non-marchande de l’éducation est une différence forte entre le secteur de l’éducation et celui des ICM. Une particularité du secteur éducatif saisie par l’auteure pour proposer des remarques finales stimulantes en faisant le rapprochement avec la composante non-marchande de l’Internet et ses incidences quant aux développements futurs des ICM.

De même, si la logique de produit fini, comme un tout unifié, au fondement du produit édité, est remise en cause dans le champ éducatif par le développement du réseau numérique conduisant à l’affranchissement des modalités classiques de l’édition, cette tendance n’est pas exclusive à ce secteur. Les industries culturelles, au travers des plateformes [numériques], inventent également, bon gré, mal gré, d’autres circuits de production-distribution des biens et des services. Ces opportunités, au sein de l’éducation, sont l’occasion de tester des formes nouvelles d’intégration entre ressources reproductibles et systèmes de médiation, de rechercher des formes de codification, d’indexation de contenu, comme nous l’avons exposé (p.146).

14En se rapprochant d’autres secteurs, les contours des ICM se redessinent donc progressivement. Les modèles socio-économiques des ICM en viennent-ils pour autant à se transformer ? C’est en somme la question fondamentale de l’ouvrage, que Moeglin aborde de front, dans un texte qui se distingue par sa propension à revenir sur les modèles théoriques élaborés antérieurement. Comme le fait fort justement remarquer Moeglin, la notion de modèle est relativement ambiguë dans la littérature socio-économique sur les ICM, à la fois description du mode de fonctionnement d’une filière et identification des « règles du jeu » structurant les rapports entre les différents acteurs, de l’amont à l’aval. Privilégiant le second versant du modèle en tant qu’idéal-type, selon lui plus adéquat pour mesurer les mutations, il observe que les évolutions de ces dernières décennies n’ont pas conduit à faire disparaître les modèles les plus anciens — modèle éditorial (le livre) et modèle de flot (la télévision) — mais à faire émerger à leurs côtés d’autres modèles comme ceux du compteur (la télématique), du club (la câblo-distribution), et du courtage informationnel (l’infomédiation sur l’Internet). Selon cet auteur, la succession de ces modèles socio-économiques des ICM correspond plus largement à des conceptions assez différentes de la place de l’individu dans la société.

Ainsi des rapports différents à la culture sont-ils en présence, de l’un à l’autre des cinq modèles. Par exemple, l’univers humaniste et bourgeois de la bibliothèque personnelle, propre au modèle éditorial, n’a rien à voir avec la culture de masse sous-jacente au modèle du flot, ni avec le sentiment d’appartenance à une communauté ou à une coopérative inscrit en filigrane dans le modèle du club, ni avec l’individualisme du péage véhiculé par le modèle du compteur, ni non plus avec l’idéal de l’assistance personnalisée, au cœur du modèle du courtage informationnel. Ce sont cinq « cultures» concurrentes mais aujourd’hui superposées, dont l’examen, dans une perspective anthropologique, conduit à envisager le modèle socio-économique comme un fait social total (p.159).

15Dans une telle conception, un modèle des ICM renvoie donc aussi à un modèle de société dominant. Le chercheur qui se penche sur ce secteur si particulier des ICM doit donc avoir à l’esprit l’enjeu sociétal que représentent les mutations de l’industrialisation de l’information et de la culture. Une telle préoccupation animait les précurseurs de ces recherches dans les années 1980 et 1990, et leur avait fait préférer la voie de l’économie politique de la communication à la stricte économie industrielle. Cette position est réaffirmée en ce milieu des années 2000par Miège : « tentons de regarder de plus près ce qui affecte ou risque d’affecter les ICI en tant qu’industries, pour adapter ou ajuster nos appréciations politicio-culturelles et envisager des réactions appropriées à un hégémonisme envahissant » (p.230). Elle amène conjointement Gaëtan Tremblay à défendre « une posture critique à partir d’un double refus : celui d’avaliser le statu quo au nom d’un réalisme paralysant et celui de se réfugier dans un idéalisme tout aussi stérile parce que déconnecté de la réalité » (p. 210). À l’heure de la concentration et de la financiarisation croissantes des ICM, de leur inclusion progressive dans un plus vaste ensemble des ICIC où la dynamique oligopolistique et marchande est loin d’avoir disparue, les pistes de recherche développées dans cet ouvrage semblent tomber à point nommé pour qui veut porter un regard vigilant et aiguisé sur les mutations de la culture et de l’information, piliers particulièrement sensibles de nos sociétés démocratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Rebillard, « Philippe Bouquillion et Yolande Combès (dir.) (2007), Les industries de la culture et de la communication en mutation », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 293-301.

Référence électronique

Franck Rebillard, « Philippe Bouquillion et Yolande Combès (dir.) (2007), Les industries de la culture et de la communication en mutation », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1216

Haut de page

Auteur

Franck Rebillard

Franck Rebillard est maître de conférences à l’Université Lyon 2 et membre de l’équipe de recherche Elico (EA 4147). Courriel : Rebillard@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org