Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre-Yves Chereul (2006), Leurres et illusions

Nimes, Lacour éditeur
Frédérique Calcagno-Tristant
p. 313-316
Référence(s) :

Pierre-Yves CHEREUL (2006), Leurres et illusions, Nimes, Lacour éditeur.

Texte intégral

1Cet ouvrage, abondamment illustré, répertorie les différents procédés de rhétorique mis en place par « la société de l’information » pour vendre, pour nous tromper, pour nous séduire, etc. Très rapidement, l’auteur nous expose sa définition expérimentale de l’information. « Une information est la représentation d’un fait, transmise ou gardée secrète par un émetteur, ou encore extorquée par un récepteur » (p.19).

2Comme le souligne Pierre-Yves Chereul, quand nous parlons d’information, nous parlons de renseignements obtenus de quelqu’un sur quelqu’un ou sur quelque chose ; ou encore d’une nouvelle communiquée par une agence de presse, un journal, la radio, la télévision. Ce peut être aussi une émission de radio ou de télévision qui donne des nouvelles du jour. Nous parlerons alors d’« infos ».

3Mais à y regarder d’un peu plus près, et nous préférons ce traitement définitionnel, informer vient de son étymologie latine « informare », donner une forme, ce qui sous-entend un contenu modelé, des intentions, des stratégies, des mises en scènes et au-delà, une pratique journalistique et les conditions de son exercice.

4Par ailleurs, bien que le titre et le contenu de l’ouvrage traitent des leurres et des illusions, l’auteur ne nous en donne aucune définition ; ce qui à notre sens perturbe l’ensemble de l’argumentation. En effet, nous pensons que les sphères ludique, réel, fictif, proposées par l’ouvrage de Jost (2001), permettent de ne pas amalgamer tous les exemples proposés par Chereul. Par ailleurs, en se référant une fois de plus à l’étymologie latine du terme « illusion » et surtout à des textes fondateurs, l’argumentation de l’auteur aurait pu prendre une toute autre tournure.

5Qu’il s’agisse de peinture, de photographie, de cinéma ou encore de télévision, l’image demeure suspecte, suspecte d’illusion. Nous en revenons toujours à cet héritage antique où tout a commencé par une suspicion sur le pouvoir de l’illusion de l’imitation (mimesis).

6Ainsi, Platon déclare dans le livre X de La République à propos de l’imitation : « Je ne conçois pas bien moi-même quel est son but ». Il démontre qu’elle n’a d’autre fonction que de séduire la partie la plus vile de notre âme et nous détourner de la vérité et de l’essentiel. Pour ce faire il utilise la « parabole » des trois lits : il existe trois sortes de lits sur lesquelles président Dieu, le menuisier et le peintre. Dieu « a fait l’unique (un) lit qui est le lit essentiel », l’idée de lit, c’est-à-dire l’essence du lit, le lit réel, la forme « naturelle » du lit. En ce sens, pour Platon, l’image du peintre, comme celle du poète, est l’image d’une image du réel puisqu’il n’imite pas l’objet unique qui est dans la nature, mais les ouvrages des artisans tels qu’ils paraissent à leur tour. Nous voyons donc ici que l’image peinte est condamnée à plusieurs titres en tant qu’imitation : elle est éloignée de la vérité de trois degrés, elle est ignorante, elle nous touche en dépit de notre raison, elle trompe et, enfin, elle donne l’illusion de la maîtrise de la réalité même.

7Dès lors, l’image peinte, telle qu’elle est présentée dans ce texte, est bien considérée comme un signe iconique, avec toutes les implications que cela suppose de crainte du leurre, du simulacre, du détournement ou de l’illusion.

8C’est à partir de ce soupçon de l’image peinte (l’image fabriquée de la main de l’homme) que le débat toujours d’actualité sur l’image s’est porté pêle-mêle sur les notions de réel, réalité, croyance, crédibilité et vérité. Mais, dans ce contexte médiatique, il s’agit plutôt de se positionner en fonction des concepts d’information, de désinformation, de mésinformation et pour finir de séduction. Dès à présent, et pour entamer ce débat médiatique, référons-nous à l’étymologie latine de notre concept opératoire « l’illusion » et regardons d’un peu plus près son évolution. C’est dans cette perspective d’ailleurs que nous aborderons dans un premier temps l’illusion comme rhétorique, puis l’illusion comme mensonge et l’illusion comme jeu.

L’illusion comme rhétorique

9En effet, le concept « illusion » vient du latin illusio (« ironie » en rhétorique), qui a pris les sens de « moquerie, objet de dérision ». En ce sens, rapporté à l’image médiatique, il s’agirait de nier à l’image proprement dite sa valeur de réalité dans le but de ridiculiser une personne ou un événement.

10Dans son projet de relater les attentats du 11 septembre 2001 à New York par 11 réalisateurs différents, Ken Loach choisit d’en parler que par rapport au 11 septembre chilien datant de 1973. Ici, les images américaines font place aux seules images chiliennes (massacre et assassinat du Président Allende le 11 septembre 1973), ne laissant aux images du World Trade Center en flammes que la force illusoire du commentaire. Ken Loach tente ici de convaincre le téléspectateur en usant d’une rhétorique particulière, celle de l’ironie du sort. En mêlant la voix du narrateur aux images d’archives chiliennes, le réalisateur aborde les attentats américains sur un mode de cause à effet, magnifié d’ailleurs par cette date symbolique du 11 septembre. C’est comme si les Etats-Unis n’avaient eu que le juste retour des choses. En s’attaquant à la démocratie chilienne en 1973, les États-Unis s’exposaient en quelque sorte à une éventuelle et cruelle justice. Pour plaider sa cause, Loach utilise ici l’illusion comme rhétorique dans le sens où il remplace finalement les images terrifiantes du World Trade Center en flammes, et largement diffusées par tous les médias du monde, par celles non moins tragiques de l’assassinat du Président Allende. L’illusion est ici un moyen de convaincre et de persuader le téléspectateur.

L’illusion comme mensonge

11Ainsi, vers 1223, le mot « illusion » désigne une fausse apparence, une erreur de perception (illusion optique), dont elle est la cause et qui, au figuré, désigne une « erreur de point de vue ». Par extension, « illusion » se dit d’un trucage, d’un tour de passe-passe mais, également, de manière abstraite, elle désigne une opinion fausse que forme l’esprit et qui l’abuse par son caractère séduisant.

L’illusion comme jeu

12Enfin pour clore notre cheminement étymologique, nous remarquons en dernier lieu que le mot « illusion » est dérivé du verbe illudere, « se jouer, se moquer de » : ce qui en matière d’images médiatiques, nous fait penser à l’illusion comme jeu avec comme exemples le reality show (L’amour en danger) et la télé-réalité (Loft Story)

13Les images ne sont en soi ni trompeuses ni mensongères ni fausses. Leur « vérité » ne se juge qu’en fonction des genres dans lesquels elles s’insèrent. Le débat antique sur le pouvoir d’illusion de l’image a été remplacé par celui de l’illusion de l’information comme si les mots « image » et « « information » ne faisaient plus qu’un.

14Pour en revenir à l’ouvrage de Pierre-Yves Chereul, même si ses exemples restent pertinents, ils ne sont rattachés à aucune tentative ni de conceptualisation ni de théorisation. Son analyse se limite à une étude psycho-physiologique de la réception liée au dispositif des réflexes innés, des réflexes socioculturels conditionnés et des attitudes. L’auteur engage aussi toute une réflexion sur la méthode d’investigation du chercheur en psychologie sociale Solomon Ash et notamment sur la pression exercée par le groupe sur l’individu.

Haut de page

Bibliographie

Jost, François (2001), La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction, Bruxelles, de Boeck Université.

Haut de page

Annexe

DROIT DE RÉPONSE

Monsieur le Directeur,

Je vous remercie d’avoir retenu, en rubrique « Lecture » mon ouvrage, Les médias, la manipulation des esprits, leurres et illusions, Éditions Lacour, Nîmes, 2006.

Toutefois, je reste interloqué à la lecture de la critique qu’en a faite Frédérique Calcagno-Tristan, de l’École Supérieure d’Arts de Lorient. Elle désoriente le lecteur sur l’objet de mon livre. Elle illustre, on ne peut mieux, à son insu, les leurres que j’analyse dans mon ouvrage.

Premièrement. Il est d’abord remarquable que, sur trois pages (313-316), une seule lui soit consacrée, tandis que les deux autres sont une redite d’un cours de lycée (cégep) qui ne présente ici aucun intérêt : ni l’étymologie, ni Platon n’aident à comprendre aujourd’hui ce qu’est un leurre d’appel sexuel ou humanitaire, pas plus que « le leurre de l’information donnée déguisée en information extorquée ». Quant on dispose de trois pages pour rendre compte d’un livre de 443 pages, on ne s’amuse pas à en gaspiller deux pour parler d’autre chose. Madame Calcagno-Tristan ne s’en cache même pas d’ailleurs quand, à quelques lignes de la fin de sa critique, elle reconnaît s’être totalement égarée par la formule élégante : « Pour en revenir à l’ouvrage de P-Y Chereul », quitté deux pages plus haut ! Cela se nomme un leurre de diversion qui dispense d’analyser sérieusement l’ouvrage.

Deuxièmement. Surtout, l’auteure se montre incapable de présenter dans la page qu’elle lui réserve, la proposition centrale du livre et la logique qui en découle.

L’information y est définie comme « une représentation de la réalité » ressortant d’un réseau complexe de relations, tissé d’illusions structurelles et de leurres conjoncturels qui caractérisent l’univers médiatique.

Cette donnée originelle résulte des propriétés même de l’émetteur et du récepteur, sujets à une infirmité native de perception et obéissant l’un et l’autre au principe fondamental de « la relation d’information » : nul être sain ne livre volontairement une information susceptible de lui nuire.

Je cherche vainement trace de ce contexte dans les observations de Madame Calcagno-Tristan. Cette manière d’agir se nomme le leurre de la mise hors-contexte qui dénature le sens de l’ouvrage présenté.

Troisièmement. Les 32 lignes sur 74 que cette lectrice consacre à mon livre témoignent, en outre, d’une incroyable incompréhension de sa démarche.

Elle prétend au début que « cet ouvrage répertorie les différents procédés de rhétorique mis en place par la société de l’information pour vendre, pour nous tromper, etc. » (p. 313). Or je ne sache pas que les leurres et les réflexes qu’ils stimulent, – objets de mon étude –, fassent partie de ce qu’on nomme communément « la rhétorique ». Elle le reconnaît d’ailleurs en se contredisant à la fin de son texte quand, revenant à mon ouvrage après l’avoir ostensiblement oublié, elle écrit que mon « analyse se limite à une étude psycho-physiologique de la réception liée au dispositif des réflexes innés, des réflexes socioculturels conditionnés et des attitudes » ! (p. 315) Certains travaux de psychologie sociale, en effet, nourrissent ma réflexion. On ne sait pas pourquoi cependant elle retient subitement à l’avant-dernière ligne Solomon Asch qui arrive comme un cheveu sur la soupe, plutôt que Stanley Milgram dont les expériences aident tant à comprendre l’argument d’autorité (que je nomme, en reprenant l’adjectif adopté par Milgram lui-même, leurre d’appel autoritarien). Sans doute veut-elle donner l’illusion d’avoir lu mon livre par un détail concret relevé au hasard.

Madame Calcagno-Tristan soutient également que je ne présenterais aucune définition des leurres et des illusions. Or, je m’applique non seulement à définir chacun d’eux dans sa spécificité mais à en montrer avec précision le fonctionnement, qu’il s’agisse du « leurre de l’information donnée déguisée en information extorquée », « du leurre d’appel humanitaire », du « leurre d’appel sexuel », du « leurre d’appel conformiste », du « leurre d’appel autoritarien », etc. On verse ici carrément dans la fausseté.

Quatrièmement. Je dois en déduire que Madame Calcagno-Tristan n’a fait que feuilleter mon livre pour le survoler en diagonale. Ce n’est pas sérieux ! Le confirme d’ailleurs l’usage fautif qu’elle fait de concepts erronés qui lui sont familiers, qu’après analyse je rejette pourtant comme impropres.

Elle vante ainsi une notion bien curieuse de « sphère réel » (?) (p. 313) alors que, reprenant la lumineuse image de Paul Watzlawick qui demande de ne pas confondre « la carte » et « le terrain » qu’elle représente, je m’attache à opposer « la réalité » à « la représentation de la réalité » à laquelle seulement on accède.

De même, l’emploi des mots « vérité » et « mensonge » par l’auteure du compte rendu montre qu’elle n’a pas lu les arguments que j’avance pour les écarter dans une analyse de l’information.

L’usage qu’elle fait enfin du mot « désinformation », achève de convaincre qu’elle ne s’est même pas donné la peine d’examiner la définition de « l’information » qu’offre cet ouvrage. Ce terme de « désinformation » emprunté aux services secrets, devient, en effet, un leurre quand il est employé abusivement par les médias pour faire à tort de son antonyme, le mot « information », le synonyme du mot « vérité ».

Finalement. À l’évidence, Madame Calcagno-Tristan a été indisposée par cette approche de l’information qui lui est peut-être étrangère et qu’elle s’est empressée de dénaturer et de rejeter pour revenir promptement à son argumentation qu’elle s’est mise à déclamer pendant deux pages. Sans doute faut-il y voir une réaction de défense, voire une crispation compréhensible face à une analyse qui menacerait ses idées reçues. Dommage ! Ce n’est pas ainsi que le savoir progresse.

Seulement, on juge l’arbre à ses fruits. À voir la qualité médiocre de l’information aujourd’hui disponible, on est en droit de s’interroger sur cette théorie de l’information qui est diffusée par l’École et l’Université. Quels lecteurs avertis fabrique-t-elle ?

Les notions de leurres et de réflexes sont sans doute étrangères à l’auteure. Et c’est normal en raison du point de vue qu’adopte la théorie académique à laquelle elle adhère. On n’a jamais vu un chasseur ou un pêcheur apprendre au gibier ou au poisson les leurres dont ils se servent pour les capturer, les rendre captifs ou les captiver.

En revanche, mon approche de l’information qui épouse le point de vue des « cibles » visées, se doit de faire l’inventaire avec précision des leurres qui les menacent : c’est une question de survie.

Les médias peuvent continuer leur besogne ; ils savent que des lecteurs, savamment désorientés par les autorités académiques, ne sont pas près de repérer les leurres subtils dont sont tissées quotidiennement leurs informations.

Pierre-Yves Chereul. Courriel : leson.du.nenuphar.association@wanadoo.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Calcagno-Tristant, « Pierre-Yves Chereul (2006), Leurres et illusions », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 313-316.

Référence électronique

Frédérique Calcagno-Tristant, « Pierre-Yves Chereul (2006), Leurres et illusions », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 06 mai 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/1222

Haut de page

Auteur

Frédérique Calcagno-Tristant

Frédérique Calcagno-Tristant est chargée d’enseignement, Université catholique de l’Ouest, Bretagne Sud et Université Bretagne Sud Lorient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org