Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal Lapointe et Christiane Dupont (2006), Les nouveaux journalistes : le guide. Entre précarité et indépendance

Québec, Presses de l’Université Laval
Isabelle Clerc
p. 317-318
Référence(s) :

Pascal Lapointe et Christiane Dupont (2006), Les nouveaux journalistes : le guide. Entre précarité et indépendance, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1« Ça me donne envie de me jeter en bas du pont », s’est exclamé un apprenti journaliste à la lecture du livre de Pascal Lapointe et Christiane Dupont. Le constat fait dans cet ouvrage consacré au monde de la pige est-il à ce point désespérant ? Oui et non. Oui, parce qu’il révèle sans détour une réalité difficile, celle que vivent les journalistes pigistes : travail précaire, salaires ridiculement bas, exigences des employeurs frôlant l’absurde. Non, parce qu’il laisse voir le bonheur de travailler à son compte, indépendant, avec toute la liberté et la créativité que cela permet : lire abondamment, dénicher des sujets intéressants, choisir des angles originaux, écrire pour des publics variés dans différents magazines. Ne pas être soumis à la tyrannie de l’actualité, pouvoir prendre le temps de fouiller son sujet et de peaufiner son écriture, voilà le luxe ultime. Mais on le paye cher !

2Les auteurs, journalistes pigistes depuis une vingtaine d’années, ont voulu préparer ceux qui fréquentent les programmes de journalisme à la réalité qui les attend, celle qui les conduira à la pige. « Combien [de jeunes] se trouveront du boulot comme journalistes ? Du boulot, c’est-à-dire, un emploi, rémunéré, permanent, dans une salle de nouvelles ? Très peu. Et que feront les autres ? S’ils persistent dans le métier, ils feront de la pige, ils auront des contrats, du travail précaire. Ils seront journalistes indépendants. Ils seront les nouveaux journalistes », annonce la quatrième de couverture.

3L’ouvrage fait la distinction entre « journaliste pigiste » et « journaliste indépendant », la première expression renvoyant au mode de rémunération du journaliste (on peut être graphiste pigiste, traducteur pigiste, etc.) et la seconde, à son statut professionnel, celui de journaliste. Le mot « indépendant » signifie que le journaliste ne travaille pas pour un seul employeur, ce que reconnaît d’ailleurs le ministère du Revenu dans ses formulaires de déclarations. C’est d’ailleurs aussi à partir du terme « indépendant »que les journalistes pigistes ont bâti leur association, l’AJIQ (Association des journalistes indépendants du Québec).

4Le lecteur trouvera deux grands volets dans l’ouvrage de Pascal Lapointe et Christiane Dupont : le volet sombre, « portrait de la pige », et le volet ensoleillé, « le guide ». Dans la première partie, on trouve toutes sortes de données factuelles sur le métier de pigiste : des définitions, des chiffres, les tendances d’un marché de plus en plus précaire. C’est dans cette partie qu’on apprend que le prix du feuillet n’a pas augmenté depuis quarante ans, que le journaliste pigiste gagne en moyenne 18000$ par année quand ses revenus sont tirés exclusivement du journalisme et 33800$ quand on ajoute les activités « autres », telles que la communication d’entreprise, la rédaction, la révision, la traduction. Les chiffres avancés sont corroborés par le rapport du professeur Jean Bernier sur l’emploi atypique paru en 2003 et intituléLes besoins de protection sociale des personnes vivant une situation de travail non traditionnelle.

5Après la pluie, le beau temps ! Après avoir décrit une réalité difficile, les auteurs donnent mille et un outils aux journalistes pigistes dans le volet « guide », qui recoupe les deuxième et troisième parties du livre. Leurs conseils vont de la démarche d’écriture (où trouver des sujets, comment proposer des sujets, comment écrire, etc.) à comment défendre ses droits, se perfectionner, déclarer ses revenus, en passant par choisir des assurances, prévoir son fonds de pension et … gérer sa vie familiale !L’ouvrage se termine par une réflexion sur l’avenir du journalisme à la pige. En boni, il propose une série de tests pour mesurer les connaissances du lecteur sur les médias et sa culture générale.

6Si les auteurs s’éparpillent un peu à force de vouloir tout couvrir pour tout le monde, ils ont le mérite de lever le voile sur une réalité méconnue du métier de journaliste et des apprentis journalistes eux-mêmes. Ils ont également le mérite de ne pas abandonner le lecteur dans sa déprime en proposant des pistes de solution pour améliorer sa situation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Clerc, « Pascal Lapointe et Christiane Dupont (2006), Les nouveaux journalistes : le guide. Entre précarité et indépendance », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 317-318.

Référence électronique

Isabelle Clerc, « Pascal Lapointe et Christiane Dupont (2006), Les nouveaux journalistes : le guide. Entre précarité et indépendance », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1224

Haut de page

Auteur

Isabelle Clerc

Isabelle Clerc est professeure au département d’information et communication, Université Laval (Québec). Courriel : Isabelle.Clerc@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org