Navigation – Plan du site
Lectures

Marc Lynch (2006), Voices of the New Arab Public : Iraq, Al-Jazeera, and Middle-East Politics Today

New York, Columbia University Press
Selima Ben Salem
p. 319-326
Référence(s) :

Marc Lynch (2006), Voices of the New Arab Public : Iraq, Al-Jazeera, and Middle-East Politics Today, New York, Columbia University Press.

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Marc Lynch retrace le processus d’émergence d’une nouvelle sphère publique arabe du début des années 1990 jusqu’aux lendemains de l’invasion de l’Irak en 2004.

2Les chaînes satellitaires arabes, apparues il y a une quinzaine d’années, ont transgressé les frontières des États et complexifié la scène médiatique arabe, mettant ainsi fin au monopole des télévisions étatiques des régimes politiques autoritaires ou semi-autoritaires qui caractérisent le monde arabe. En effet, les télévisions étatiques des pays arabes donnent souvent l’image d’un modèle révolu, s’appuyant sur une socialisation homogénéisante qui valorise la tradition et l’identité nationales. Elles traduisent l’immobilisme et l’absence de réformes qui caractérisent ces régimes. Les médias nationaux sont perçus comme des instruments au service de la stabilité des régimes et dans un contexte aussi fermé, il leur est difficile de jouer un rôle effectif sur la scène sociopolitique.

3C’est à partir des années 1990 que le paysage médiatique a connu le plus de transformations notamment avec le développement des réseaux de télévisions arabes. Cela coïncide avec la consécration internationale de la chaîne d’information américaine CNN lors de la première guerre du Golfe (ou guerre contre l’Irak). La chaîne disposait d’un monopole médiatique qui imposait la vision américaine sur le conflit. L’« effet CNN » a révélé au monde arabe la puissance stratégique des nouvelles technologies de l’information.

4C’est d’ailleurs sur son modèle que l’émir du Qatar décida, en 1996, de lancer Al-Jazira. Décors à l’américaine, journalistes formés aux écoles anglo-saxonnes, la chaîne a offert une liberté de ton unique dans un paysage audiovisuel arabe jusque-là cadenassé par les gouvernements. La guerre en Afghanistan, ses correspondances exclusives depuis Kaboul, les messages de Oussama Ben Laden diffusés sur ses ondes, la parole donnée aux opposants des régimes en place, ont bâti la réputation d’Al-Jazira.

5La chaîne a réussi à se démarquer des autres chaînes arabes, mais également des chaînes d’information internationales, européennes et américaines. Elle s’est imposée en tant que source d’information crédible, capable d’inverser le flux d’information qui ne connaissait qu’un sens unique : du Nord vers le Sud. En cassant le monopole occidental, Al-Jazira a redonné une fierté aux « opinions publiques arabes » en leur montrant qu’elle pouvait « faire de l’information » comme les autres. Et par contrecoup, l’Occident s’est aperçu que, tous comptes faits, il n’est plus le seul à avoir un point de vue sur le monde.

6La chaîne va également étendre la palette des sujets dont les gens peuvent discuter dans les pays arabes, et imposer la concurrence aux autres médias. Ceci va déclencher le foisonnement des chaînes arabes d’information. Cette situation a marqué la genèse d’une nouvelle sphère publique arabe diversifiée, à même de représenter un défi pour l’avenir des systèmes politiques arabes et de la diplomatie états-uniennedans la région.

7Dans son ouvrage, Lynch consacre le premier chapitre au nouveau public arabe en posant comme paramètre un sujet névralgique des politiques arabes : l’Irak. Il explique que le nouveau paysage médiatique, destiné à un marché panarabe, a changé les rapports de communication entre les individus et leurs gouvernants. Selon lui cette évolution médiatique a créé une sphère transnationale qui a balisé le terrain pour une nouvelle sphère publique arabe.

8Les acteurs de cette sphère publique ont désormais la possibilité d’exposer leurs opinions et leurs critiques sur des sujets politiques et sociaux tels que les réformes politiques, la culture et l’identité, l’Islam et la modernité, la Palestine, l’Irak. Cette nouvelle donne a permis de briser le tabou de la vérité unique, incontestable et incontestée, des régimes arabes en place : « Plutôt que d’imposer un consensus unique et incontestable, les nouvelles chaînes satellitaires […] ont encouragé les Arabes à discuter, à contester et à remettre en question le statu quo » (p. 2, notre traduction).

9Les nouveaux médias panarabes ont, par ailleurs, assuré une couverture inédite de l’actualité arabe et internationale, jusque-là monopolisée par les médias occidentaux. Une couverture qui puise dans le sentiment d’appartenance arabo-musulmane. « Les nouveaux médias ont sensiblement affecté les conceptions de l’identité arabe et musulmane, en rassemblant des problèmes géographiquement distincts et en les plaçant dans “un récit” arabe commun » (p. 4, notre traduction)

10Ce processus a révolutionné le discours public arabe sur les questions politiques arabes, en particulier sur l’Irak et la Palestine. Et ces chaînes ont institué une communauté arabe mondialisée en touchant les exilés et la diaspora arabe dans le monde entier, créant ainsi une sphère publique arabe transnationale.

11Dans son deuxième chapitre, Lynch explore en profondeur cette sphère publique pour tenter de la définir. Il retrace son évolution graduelle à partir des années 1970 jusqu’à la fin des années 1990. Il explique « [qu’]une telle sphère publique ne peut pas être simplement réduite à la notion générique d’“opinion publique”, ni aux médias, ni à la “rue arabe” qui se soulève quand on la provoque suffisamment » (p.33, notre traduction).

12L’auteur affirme que les chaînes satellitaires arabes ont rendu techniquement possible son émergence en créant un espace de débats et de communication directe et instantanée autour des questions politiques et sociales communes aux Arabes. Cependant on ne peut l’assimiler, selon le modèle habermassien, à un espace de négociation entre l’État et l’opinion publique.

13Dans les régimes autoritaires arabes et en l’absence d’institutions démocratiques, il n’y a aucun moyen de traduire les opinions et les préférences du nouveau public en actions politiques. Cela rend ce public « faible ». Mais cette faiblesse « ne veut pas dire que sa signification politique est minimale — c’est juste qu’il lui manque ces mécanismes institutionnalisés qui agissent sur la politique. » (p. 54, notre traduction).

14Lynch constate, par ailleurs, certaines limites à cette sphère publique arabe. Elle demeure profondément fracturée en ce qui concerne les problèmes et politiques internes et externes et il va jusqu’à affubler d’« un certain narcissisme » ce nouveau public arabe populiste, centré sur lui-même, sa culture et son identité arabo-musulmane. Par contre l’auteur affirme que cette même sphère publique renferme, malgré tout, un certain potentiel politique car, si en termes d’influence politique ses effets sont bien limités, elle peut néanmoins agir sur la politique internationale « en modifiant les calculs stratégiques des hommes politiques rationnels, en modelant les points de vue sur le monde, et en transformant les identités. » (p. 69, notre traduction)

15Ce qui rend les effets de cette sphère publique tangibles c’est la multiplication des sondages d’opinion menés par Zogby International, The Pew Foundation, The Gallup Organization, et autres, et qui offrent des instantanés des opinions des populations arabes, qui étaient jusqu’alors peu ou prou discernables.

16Le troisième chapitre couvre la période allant de la fin de la guerre du Golfe (irako-koweitienne) jusqu’à 1997. Lynch y étudie l’interaction entre les États arabes et un public encore en gestation mais de plus en plus mobilisé contre les sanctions imposées à l’Irak. À cette époque, ce public ne disposait que de peu de moyens et de canaux lui permettant d’exprimer sa colère.

17Avant l’apparition des chaînes satellitaires arabes, les débats publics sur l’Irak demeuraient confinés aux seuls lecteurs des journaux nationaux et à l’élite de la presse transnationale. Néanmoins, les signes d’un bouleversement de la situation commencent à se faire ressentir au milieu des années 1990. La révolution entraînée par les nouvelles technologies de l’information commence à opérer sur la scène médiatique arabe (chaînes satellitaires et distribution électronique de journaux panarabes) de façon concomitante avec la montée de la mobilisation des masses contre les sanctions imposées à l’Irak. « Étant donné que la frustration croissait vis-à-vis de ce qui était largement perçu comme un régime de sanctions injuste et dévastateur, il était devenu difficile pour les États arabes d’ignorer ou de réprimer la question [irakienne] » (p.123, notre traduction).

18Le quatrième chapitre traite de ce que Lynch appelle « l’ère Al-Jazira ». De tous les nouveaux médias arabes, l’auteur considère que la chaîne Al-Jazira a été l’élément précurseur de la révolution médiatique dans le monde arabe. Il explique son émergence et sa forte influence dans le contexte politique arabe grâce à sa couverture médiatique de l’Irak et de la seconde Intifada palestinienne, ainsi qu’à sa couverture exclusive de la guerre contre l’Afghanistan aux lendemains du 11 Septembre 2001 : « La période 1999-2002 mérite bien le titre abusif de “l’ère Al-Jazira” […] Al-Jazira a dominé le discours public arabe durant ces années cruciales […] » (p. 128, notre traduction)

19L’auteur explique que la chaîne qatarie a été la première et la plus influente plateforme publique pour les voix arabes dissidentes du Moyen-Orient et de la diaspora arabe que les régimes arabes autoritaires avaient muselées. Grâce à sa couverture médiatique en temps réel et ses commentaires ouvertement solidaires et engagés, Al-Jazira a donné à ses téléspectateurs une grille de lecture panarabe des évènements. Elle a fait entendre l’expression du ressentiment populaire anti-impérial et de la contestation de la politique étrangère des États-Unis. De plus, Al-Jazira a retransmis en direct les débats et les discussions sur les sujets politiques et sociaux les plus sensibles dans la région. Cette nouvelle approche a révolutionné le discours public arabe, en particulier sur l’Irak et la Palestine, défiant ainsi le discours monolithique et omniprésent de l’État.

20Le cinquième chapitre décrit la nouvelle donne médiatique arabe au lendemain de l’invasion de l’Irak qui est devenue « un élément central de la nouvelle identité arabiste qui s’est développée à travers les discussions publiques dans la nouvelle sphère publique arabe » (p.173, notre traduction).

21La chute de Bagdad en 2003 a mis fin au monopole de la chaîne Al-Jazira avec, d’une part, l’apparition, la même année, du réseau concurrent Al-Arabiya financé à partir de fonds saoudiens selon le même modèle que la chaîne qatarie et, d’autre part, le repositionnement de certaines chaînes telles que Abu Dhabi TV et Al Manar TV du Hezbollah libanais, qui se transformèrent, dès que l’actualité l’exigeait, en chaînes d’information continue.

22Dans leur ensemble, ces nouveaux médias ont été accueillis avec méfiance par les gouvernements occidentaux. Leur potentiel de mobilisation des masses et leur influence dans la formation de l’opinion publique arabe ont été perçus par l’administration états-unienne comme un obstacle à leur campagne militaire en Irak et en Afghanistan. La chaîne Al-Jazira a même été « accusée d’aider et de soutenir les insurgés irakiens et de miner la transition démocratique en Irak » (p. 171, notre traduction).

23Lynch s’est particulièrement intéressé aux débats que la chaîne Al-Jazira a consacrés à l’Irak de l’après-invasion. Au cours de ces débats, les téléspectateurs sont invités à s’exprimer librement et à débattre en direct de la situation irakienne. Selon lui ces interventions téléphoniques ont constitué probablement « la plus véritable des sphères publiques que l’Histoire arabe ait connues » (p.173, notre traduction). En analysant certaines interventions, Lynch note que le public arabe de l’ère post-Saddam a confronté l’opposition irakienne autrefois en exil et qui désormais dominait le nouveau gouvernement irakien.

24En se basant sur ses données, Lynch montre que ces débats ont donné un aperçu extraordinaire sur les profondes inquiétudes et incertitudes partagées par les téléspectateurs après la chute de Bagdad sans qu’il y ait pour autant la domination d’une vision unique et conformiste :

D’ailleurs, les journalistes d’Al-Jazira n’ont pas imposé leurs points de vue personnels et les téléspectateurs qui sont intervenus en direct représentaient les divers groupes du public arabe, même si les points de vue pessimistes et critiques ont prévalu au cours des débats (p. 212, notre traduction).

25Dans son dernier chapitre, l’auteur s’interroge sur la présence de ce public arabe eu égard à l’influence états-unienne et au processus démocratique dans la région. Il s’intéresse particulièrement aux critiques émises par les porte-parole états-uniens contre les médias arabes et contre leurs efforts pour contrôler la fiabilité des informations. Lynch affirme que l’actuelle couverture médiatique se caractérise moins par la supposée partialité des sources arabes et états-uniennes que par la cohabitation de deux interprétations opposées des mêmes événements : dans le cas de l’invasion de l’Irak, celle des occupants et celle des occupés. Et d’ajouter Lynch, si les États-Unis souhaitent réellement instaurer la démocratie dans le Moyen-Orient, ils doivent orienter leur diplomatie vers le dialogue avec la nouvelle sphère publique arabe plutôt que de renforcer la confrontation.

26Pour contrecarrer l’anti-américanisme rampant de « larue arabe », l’auteur, d’une part, fait appel aux États-Unis pour qu’ils prennent conscience et connaissance de cette sphère publique arabe émergente et, d’autre part, insiste sur la nécessité d’une diplomatie publique imaginative capable de promouvoir la communication et la compréhension mutuelles et de favoriser les tendances libérales. Selon lui, l’impact politique de cette nouvelle sphère publique arabe reste tributaire de son évolution vers une orientation soit populiste soit libérale. En effet, ce public arabe émergent demeure dans l’ensemble cloîtré dans un discours sous-tendu par un populisme et un anti-occidentalisme guidés dans le monde arabe  par les griefs autant du passé que du présent : le colonialisme, la situation du peuple palestinien sous l’occupation, les conséquences des sanctions puis de l’occupation des forces alliées en Irak, et la politique, perçue ou réelle, des « deux poids deux mesures » adoptée par l’Occident.

27Par ailleurs, Lynch note l’influence grandissante de l’identité et de la culture religieuses. Le monde arabe serait aux prises avec une lutte continue entre l’Islam modéré et l’Islam militant, lutte qui influe sur le « marché des idées » dans l’arène publique. Et il n’est pas exagéré d’affirmer que cette lutte est alimentée par la politique états-unienne dans la région. Selon l’auteur, l’approche adoptée par l’administration Bush traite la sphère publique arabe tantôt comme un ennemi à abattre à travers « une guerre des idées », tantôt comme un objet à manipuler via une campagne de relations publiques. Mais ces deux politiques ont largement échoué :

[…] au lieu de gaspiller de grosses sommes d’argent sur une chaîne que personne ne regarde — Al-Hurra (La Libre), chaîne américaine arabophone lancée en 2004 et financée par le Congrès dans le cadre de la diplomatie publique visant à redorer l’image des États-Unis dans la région —, les États-Unis devraient pénétrer la sphère publique arabe telle qu’elle existe réellement (p. 250, notre traduction).

28La thèse présentée par Marc Lynch n’est pas nouvelle. Depuis l’émergence des nouveaux médias dans la région arabe, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication et les analystes politiques n’ont cessé de spéculer sur les transformations politiques, sociales et culturelles que ces médias pourraient déclencher, ou du moins véhiculer. Cependant cet ouvrage se distingue des autres par la quantité impressionnante de données empiriques : analyse exhaustive de 976 débats diffusés sur la chaîne Al-Jazira et d’un grand nombre d’éditoriaux parus dans les principaux journaux panarabes entre janvier 1999 et juin 2004. Toutefois, nous aurions apprécié lire plus d’informations sur la méthodologie employée et connaître les raisons pour lesquelles l’auteur ne présente pas un traitement complet des couvertures médiatiques assurées par les médias arabes. On notera, par ailleurs, que Lynchcontestecertaines affirmations ambiantesqui présententAl-Jazira, en particulier, et les médias arabes, en général, comme complices du « terrorisme ».

29L’auteur met en exergue un paradoxe intéressant : comment une sphère publique peut-elle exister et demander des comptes à travers ses médias, en l’absence d’institutions participatives. La question qu’il pose est de savoir si cette sphère publique est en mesure de guider les Arabes vers le pluralisme. Il fait valoir que c’est l’absence d’institutions démocratiques qui empêche les revendications de cette nouvelle sphère publique de se matérialiser. Mais il existe d’autres limites à « la mission de démocratisation » des nouveaux médias arabes. D’abord, il y a les limites inhérentes à ces médias eux-mêmes. Étroitement liées et dépendantes de leurs bailleurs de fonds, les chaînes satellitaires arabes, privées pour la plupart, subissent des pressions qui influent sur leur contenu. Pour reprendre le cas de la chaîne qatarie Al-Jazira, sa relation avec le gouvernement qatari est ambiguë et la place de temps à autre sous le joug de la censure du régime en place. La même constatation s’applique à la chaîne Al Arabiya. La chaîne peut traiter de la corruption au Soudan et des problèmes de transparence dans les pays arabes, mais elle se défend d’aborder les questions de corruption et de transparence en Arabie Saoudite, l’un de ses principaux bailleurs de fonds.

30Un autre facteur qui entrave le processus de démocratisation dans le monde arabe touche les téléspectateurs eux-mêmes. En effet, malgré la prolifération des chaînes satellitaires et la diversité de leurs sources d’information, la liberté d’expression reste confinée à la sphère privée. Il est très difficile de surmonter les attitudes et les comportements, presque innés, de méfiancedes téléspectateurs. D’où l’absence de transfert des idées, et des opinions, de la sphère privée vers la sphère publique, processus qui favoriserait la formation d’une opinion publique.

31C’est ainsi que la réception du message démocratique lancé par certaines chaînes satellitaires arabes restera limitée tant que ce message ne sera pas accompagné, d’une part, d’une réelle volonté des instances politiques au pouvoir et, d’autre part, d’une réaction populaire. Car si les prouesses techniques permettant la diffusion satellitaire arrivent à déjouer la censure politique, l’autocensure nécessitera encore un long travail d’exorcisation, à un niveau individuel d’abord, et collectif, ensuite.

32Dans l’ensemble, l’ouvrage de Lynch représente une contribution significative à la littérature naissante sur les nouveaux médias arabes. Cette étude académique bénéficie d’une recherche extensive et d’une bonne documentation, combinant une richesse de données et une profondeur de l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Selima Ben Salem, « Marc Lynch (2006), Voices of the New Arab Public : Iraq, Al-Jazeera, and Middle-East Politics Today », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 319-326.

Référence électronique

Selima Ben Salem, « Marc Lynch (2006), Voices of the New Arab Public : Iraq, Al-Jazeera, and Middle-East Politics Today », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1228

Haut de page

Auteur

Selima Ben Salem

Selima Ben Salem est doctorante en sciences de l’information et de la communication, Institut de Presse et des Sciences de l’Information de Tunis. Courriel : selima.bensalem@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org