Navigation – Plan du site
Lectures

Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs

Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Res Publica »
Gilles Labarthe
p. 327-330
Référence(s) :

Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Res Publica ».

Texte intégral

1Multiplication des publications en ligne, blogs, forums de discussion, journalisme participatif… La révolution Internet a depuis plusieurs années secoué les habitudes de la presse d’information payante, déjà mise à mal parle développement des gratuits et des magazines de consommation. C’est ce bouleversement, cette redéfinition très actuelle des pratiques journalistiques, de ses acteurs comme de ses limites, que cet ouvrage collectif entend explorer.

2Comme l’indiquent en ouverture Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard, il s’agit ici de présenter les premiers résultats d’un programme commun de recherche sur le journalisme à vocation interdisciplinaire et internationale. Initié en 2002, ce programme était intitulé « Hybridation et création de genres médiatiques. Réalités, représentations et usages des transformations de l’information ». Il a rassemblé vingt-sept spécialistes, essentiellement rattachés à des centres de recherche d’universités françaises, mais aussi du Canada et du Brésil, et réunis au sein du Réseau d’études sur le journalisme (REJ). Sur neuf corpus de recherche définis, quatre font l’objet de la présente contribution. Les cinq autres feront l’objet d’un second volume.

3En matière de perspectives de recherche sur les transformations des pratiques et des productions journalistiques, le terreau est riche. Fertile, aussi. D’autant plus, si les chercheurs parviennent à « se déplacer dans une perspective cumulative et intégrative, favorisant la convergence de leurs questionnements », soulignent les directeurs de la publication.

4Comment garantir cette convergence face à l’étonnante diversité des terrains, objets, points de vue, méthodes, référents théoriques et pratiques de recherche qui caractérisent aujourd’hui ce champ, à cheval sur plusieurs disciplines ? Telle est la réflexion, particulièrement dense et complexe, qui occupe la partie introductive de ce livre. Ringoot et Utard identifient les difficultés de l’entreprise : d’abord, le journalisme est une matière particulièrement mouvante, travaillée en permanence par des transformations et enjeux d’ordre social, politique idéologique, culturel, technologique ; ensuite, il faut reconnaître qu’en l’état

[…] les recherches restent encore dispersées, marquées par des clivages disciplinaires forts, où la sociologie des professions et des organisations, la sociologie politique ou l’histoire de la presse et des médias constituent des poids lourds face à des sciences du langage qui ont du mal à faire valoir leur pertinence ou une approche économique encore grande absente (p. 13).

5Sur toute cette littérature viennent encore se greffer les discours réflexifs — de plus en plus abondants en période de tourmente — des journalistes eux-mêmes, « qui prétendent légitimement constituer un savoir sur leur pratique ».

6D’où la nécessité de bien marquer sa voie. Car, si les auteurs revendiquent leur approche interdisciplinaire, ils définissent aussi des bases communes, outre l’appartenance à un même champ : les sciences de l’information et de la communication. Ils font notamment référence au travail de synthèse largement reconnu d’Erik Neveu (Neveu, 2001) pour s’intéresser, dans la lignée de Michel Foucault (1994), « aux discontinuités, aux phénomènes émergeant de manière aléatoire, aux blancs et aux trous noirs de l’histoire, au mouvement qui déplace les lignes. Le journalisme se décline alors au pluriel : il y a des journalistes, des journaux, des informations, des publics, etc. »

7Partant du constat que le journalisme n’a jamais eu l’homogénéité qu’on lui attribue, les auteurs s’efforcent alors de décrire des objets en mutation dans une perspective non normative. Ils s’appuient sur des concepts foucaldiens de « formation discursive » et de « dispersion ». Le « flou constitutif » des frontières de la profession journalistique (Ruellan, 1993) est précisément une observation partagée par l’ensemble des chercheurs rassemblés pour ce volume, qui entend dépasser le simple recueil d’articles disparates sur un même domaine.

8Multipliant les angles et les méthodes (ethnographie des acteurs, étude économique, analyse de discours, sociologie des professions, étude de stratégies d’entreprise ou de la réception, etc.), les chercheurs s’intéressent ici en priorité au « brouillage » croissant de frontières qui paraissaient jusque-là bien établies. Dans ce foisonnement — qui peut déconcerter dans un premier temps mais témoigne certainement de la vitalité de la discipline — le lecteur abordera des terrains et des problématiques fort variés, mais focalisant toujours sur cette question des limites.

9La (re-)définition des genres journalistiques et de l’identité professionnelle des journalistes suscite ainsi un premier article de Ringoot et Utard, qui montre que les missions d’informer, cultiver et distraire sont de moins en moins perçues comme des genres étanches. Au contraire, elles se mélangent et même, se dispersent pour obéir à des logiques sous-jacentes.

  • 1  La FNAC se présente non pas comme un supermarché français de l’audiovisuel, mais comme une institu (...)

10Valérie Croissant, Frank Rebillard, Wiliam Spano et Annelise Touboul retracent de leur côté la naissance d’Epok, un magazine (payant) au cœur de la stratégie de la FNAC1. Epok est un objet difficile à situer pour les journalistes autant que pour le lectorat, puisqu’il navigue entre prétention au journalisme culturel et impératifs liés à communication d’entreprise.

11Évoquant un phénomène de « marketing du don », Dominique Augey, Marie-Christine Lipani Vaissade, Denis Ruellan et Jean-Michel Utard montrent ensuite comment l’avènement de la presse quotidienne gratuite a contribué à l’apparition de nouvelles stratégies, où le lecteur-récepteur d’information est soigneusement ciblé et pris en compte. Leur analyse s’intéresse à la construction des gratuits 20 Minutes et Métro en tant que produits et tente de cerner les dispositifs de production à l’œuvre, les dispositifs de diffusion et de réception par les publics et enfin, les dispositifs économiques (approche marché et approche produit). Maquette favorisant l’identification et la lisibilité ; formatage figé et contraignant ; énonciation impersonnelle pour des articles qui évacuent l’analyse ou le commentaire ; équipes rédactionnelles réduites, jeunes, féminisées, confinée dans des locaux réduits ; prépondérance des impératifs marketing et de la lecture zapping sont quelques-unes des constantes observées, pour une presse gratuite qui fait désormais partie intégrante du paysage médiatique francophone, quitte à bousculer les règles habituelles de construction journalistique de l’information.

12Ces mêmes règles sont aussi à l’épreuve dans la presse féminine, lorsqu’il s’agit de proposer au lecteur une représentation en termes de genres. Comme l’expliquent Marianne Charrier-Vozel et Béatrice Damian-Gaillard, qui s’interrogent sur les frontières discursives, les revues Psychologies ou Femme actuelle s’appuient autant sur des énoncés profanes (témoignages de particuliers) que sur le bagage personnel des journalistes ou sur des énoncés savants. Comment les rédactrices de ces revues — écrites majoritairement par des femmes — hiérarchisent-elles les degrés d’expertise ?

13Degré d’expertise et construction journalistique de l’information sont enfin en question dans la contribution de Valérie-Jeanne Pélissier, Florence Le Cam et Nicolas Pélissier, qui auscultent les sites Web d’auto-publication comme des « observatoires privilégiés des effervescences et des débordements journalistiques en tous genres ».

14Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs a le mérite de présenter des travaux très récents qui se concentrent sur une problématique réputée difficile, car difficile à saisir : celle des mutations actuelles du journalisme. Si la nécessaire mise au point programmatique, puis la présentation des notions de genres journalistiques et de « dispersion » du journalisme par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard demandent un certain effort de concentration et d’abstraction théorique, les exemples de terrains d’études qui suivent constituent un choix judicieux d’entrées en la matière : ils développent des thématiques complémentaires, très actuelles, et bien définies. Bibliographie et ressources Web viennent ajouter à l’intérêt de ce livre comme un ouvrage utile, pointu et de bonne référence, en attendant un deuxième volume à venir.

Haut de page

Bibliographie

NEVEU, Érik (2001), Sociologie du journalisme, Paris, Éditions La Découverte. (Coll. « Repères ».)

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Haut de page

Notes

1  La FNAC se présente non pas comme un supermarché français de l’audiovisuel, mais comme une institution de référence participant à la diffusion de la culture à travers des partenariats, le sponsoring de manifestations culturelles et la publication d’une revue (Epok).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Labarthe, « Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 327-330.

Référence électronique

Gilles Labarthe, « Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/1231

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Université de Genève. Courriel : gilleslabarthe@datas.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org