Navigation – Plan du site
Articles

Le people dans la presse illustrée belge des années 1950

Transgression policée et voyeurisme concédé
Laurence Mundschau
p. 18-36

Résumés

Cet article décèle les germes de la peoplisation de l’information dans deux suppléments illustrés de quotidiens généralistes belges francophones (Le Patriote illustré et Le Soir illustré). Voici cinquante ans, il y a bien eu apparition des premiers ingrédients du people dans des pages d’actualité. Mais ce glissement s’est donné à voir dans un champ exploratoire charnière (le supplément illustré), durant une période qui ne l’est pas moins (1950-65) et à travers une personnalité-pivot, la tête couronnée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’était d’ailleurs le postulat de départ de la recherche à l’origine de ce volume collectif.

1Qui examine aujourd’hui le people dans la presse écrite francophone peut hésiter entre deux approches. L’une, « classique », s’intéresse aux principaux titres de la presse internationale spécialisée en la matière, principalement depuis les années 1980 (Delporte, 2003). L’autre, plus récente, se détourne de Voici ou de Closer pour pister la presse généraliste d’information. Car à voir les frasques financières d’un prince ou les amours contrariés de personnalités politiques à la une de quotidiens et hebdomadaires nationaux européens « de référence », l’on peut à juste titre postuler que le people percole désormais hors de ses habituelles terres d’édition. Cela revient à étudier un phénomène de glissement de terrain : l’information-people, jusqu’ici cantonnée à la presse spécialisée, paraît désormais détenir une permission de sortie dans la presse généraliste d’information1.

2Mais cette apparition du people dans les pages d’actualité généraliste n’est-elle pas une réapparition ? Historiquement, s’agit-il d’une nouveauté ou de l’approfondissement d’un mouvement amorcé plus tôt ? Si l’on remonte le courant en amont de cette presse magazine de plus en plus spécialisée et segmentée, n’y avait-il pas déjà un traitement people de l’événement dans des supports davantage considérés comme généralistes et d’information ?

3La réponse est « oui » dans la presse illustrée, si l’on en croit, en tout cas, la presse belge étudiée en exemple. Cela signifie-t-il pour autant que cette peoplisation est un poncif de la critique à l’encontre des médias contemporains ? La réponse est « non », car les ingrédients de la peoplisation ici observés dans les années 1950 sont seulement en germe.

Un corpus illustré

4L’analyse, d’abord dédiée aux contenus (montée des artistes au détriment des Royals, glissement de la sphère privée sur la sphère publique, permutation des espaces et des attributs entre têtes couronnées et non couronnées, érotisation), s’attache ensuite à observer la mutation des énonciations sur une période qui va de l’après-Seconde Guerre mondiale au milieu des années 1960. Il s’agit en effet d’une époque où la télévision et la presse de télévision naissent et se répandent, bouleversant l’industrie cinématographique et produisant « l’ultime floraison du star-system » dont le suicide de Marylin Monroe en 1962 marque le flétrissement définitif (Morin, 1972). Il s’agit également d’une période que boucle, en France, le passage de L’Express au rythme hebdomadaire. En prenant le visage d’un newsmagazine à l’américaine, ce dernier fait de 1965 la date pivot pour l’envol des magazines francophones et leur évolution vers une segmentation de plus en plus spécialisée (Charon, 1999) dont le people est une des voies depuis le virage opéré par Voici, en France, au début des années 1990 (Delporte, 2003). Enfin, Gloria Awad (1995) fixe à 1963 la naissance du sensationnalisme qu’elle définit comme « la généralisation à tous les médias du principe de la “human touch” et du “human interest” qui régit désormais le journalisme de masse et fait que la mise en situation dramatique tend à primer sur l’information proprement dite » (citée par Antoine, 1999).

5Ce sont les mutations propres à cette tranche temporelle charnière que je me propose de relever ici, à travers les publications de l’époque. Mais pas n’importe quelles publications. J’examine en effet l’illustré (Bacot, 2005). Il en existe de plusieurs types, ou plutôt de diverses générations successives. La quatrième et dernière génération étudiée par Bacot (qui arrête son analyse à la fin du dix-neuvième siècle) montre la volonté des quotidiens de s’équiper d’un supplément hebdomadaire illustré. Ce genre éditorial, lancé dès 1880, durera près d’un siècle avec des succès de tirage et de longévité importants.

  • 2  Hebdomadaire illustré bruxellois lancé le 25 février 1928 par Victor Rossel, après une première et (...)
  • 3  Hebdomadaire illustré catholique lancé le 1er novembre 1885 par Victor et Louis Jourdain, les prop (...)

6En Belgique francophone, les deux piliers du genre sont Le Soir illustré, vendu le week-end en marge du Soir de 1928 à 20002, et Le Patriote illustré3, complément hebdomadaire du quotidien Le Patriote de 1885 à 1970. Ce corpus me paraît pertinent dans la mesure où il permet de questionner les marques du people dans un produit éditorial associé au moment de détente hebdomadaire que constitue le week-end. Mais ce supplément (payant) est également clairement articulé — ne serait-ce que par son titre — comme l’appendice d’un produit phare d’information quotidienne et généraliste. En cela, le supplément illustré de quotidien constitue un champ d’exploration situé à un carrefour à la fois matériel (support) et temporel.

  • 4  Le mois de mai a été choisi aléatoirement.

7Le corpus ici étudié est composé de seize publications : les quatre numéros hebdomadaires du mois de mai de chacun des deux illustrés, d’abord en 1950, puis en 19654. Bien évidemment, la méthode consiste moins à comparer les deux titres entre eux (même si certaines différences éditoriales sont marquantes) qu’à pointer les éléments communs et distincts entre l’amont et l’aval de la période étudiée, afin de marquer les évolutions potentielles.

8Pour mettre au jour ces évolutions, j’ai sélectionné certains contenus des illustrés retenus : d’une part les pages qui résument en images les événements marquants de la semaine écoulée (souvent en début de magazine ou en 4e de couverture), et d’autre part les pages où sont abordées les têtes couronnées ou les artistes (acteurs de cinéma, de théâtre, de télévision, écrivain, peintres, etc.) particulièrement susceptibles de révéler un traitement people tel que défini ailleurs dans ce numéro collectif. Au final, la recherche permet d’appréhender avec plus de précision la peoplisation de l’information générale : mutation, rupture ou phénomène récurent ?

La télé et le yé-yé

9Une première approche des illustrés fournit une série de renseignements « externes », que Jacques Kayser (1963) appelle « l’état civil » du journal, ou sa description en tant que « contenant ». Parmi ces renseignements, les modifications opérées entre 1950 et 1965 sur le déroulement de l’ordre d’apparition des rubriques des deux titres rendent compte du bouleversement de l’information qui s’est opérée durant ces quinze années.

10En 1965, les deux illustrés abritent désormais, en fin de magazine, des pages de grilles télévisées. Le Soir illustré s’est également doté d’une double page « —20 » où il s’adresse, sur le mode épistolaire, aux jeunes lecteurs passionnés de musique yé-yé. Mais il n’y a pas que des ajouts. Au rang des retraits, la page « actualité sportive » ainsi que la page « événements religieux de la semaine » ont disparu du Patriote illustré et, pour ainsi dire, de l’ensemble des deux titres. Les trois pages jonchées de photo-légendes d’actualité illustrées, généralement en tête du magazine (Le Patriote illustré : « L’actualité belge » ; « D’un bout à l’autre du monde ») ou en 4e de couverture (Le Soir illustré : « Nous avons vu cette semaine ») ont également disparu. En 1965, elles sont remplacées, mais de façon non systématique, par des « Flashes sur le monde » (Le Patriote illustré) ou des « Flashes de la semaine » (Le Soir illustré) qui consistent en quelques illustrations d’événements souvent insolites, assorties d’un texte chargé de les commenter, le tout entrecoupé de nombreuses publicités.

11À cause de la présence massive de publicité, la pagination de 1965 a triplé (Le Patriote illustré), voire quintuplé (Le Soir illustré), passant de 24 ou 32 pages à une soixantaine au minimum. Cette nouvelle répartition impose au média de réfléchir, figer et annoncer son contenu dans un paratexte qu’est le sommaire, inexistant en 1950. Le Patriote illustré sépare les « Rubriques » récurrentes (« roman », « humour », « mots-croisés », etc.) des autres informations ; Le Soir illustré distingue « l’actualité » des pages « magazines », « —20 », « TV » et « journal de la femme ».

Têtes couronnées, une valeur sûre

12Ce bouleversement de l’ordre d’apparition des rubriques reflète une réorganisation du contenu, elle-même miroir de l’évolution sociale d’après-guerre. Les célébrités sportives et religieuses qu’en 1950 seules les têtes couronnées pouvaient approcher — lors d’une visite papale ou d’une remise de coupe, par exemple — ont peu à peu quitté l’imaginaire collectif déployé par les deux illustrés. En 1965, les idoles de la chanson et du cinéma ont pris leur place, signe tangible du développement d’une culture « jeune » et des premières prises en compte de la population adolescente (les baby-boomers).

  • 5  Les deux dernières catégories sont très faiblement représentées, surtout en 1965 où le sport a qua (...)

13Un rapide calcul permet d’établir un ordre de grandeur entre les cinq types de personnages célèbres qui remplissent les pages analysées : les têtes couronnées (29 % des 196 événements rapportés sur les deux périodes), les personnalités officielles du monde politique, religieux ou militaire (27 %), les artistes (acteurs de cinéma et de théâtre, chanteurs, écrivains : 24,5 %), les sportifs (0,5 %), et les « insolites » (13 %) que sont ces inconnus soudain plongés sous les feux de l’actualité suite à un fait divers (deux sœurs siamoises séparées lors d’une opération, une ex-miraculée de Lourdes qui accouche, etc.)5.

  • 6  Il faudrait vérifier, sur un corpus plus large, dans quelle mesure l’importance des personnalités (...)

14À propos des trois catégories « de tête » — têtes couronnées, personnalités officielles et artistes —, leur apparente équivalence de proportion ne doit pas cacher une très nette évolution. En 1950, dans les deux illustrés confondus, les personnalités officielles tiennent le haut du pavé (34 %), avant les têtes couronnées (28 %) et les artistes (16 %). Quinze ans plus tard, ces « institutionnels » perdent complètement de leur aura puisque seuls 12 % des événements mentionnés les mettent encore en scène, soit à peine un tiers de ce qu’ils étaient. Plus précisément, en 1965, les événements ou les personnalités liées à un événement religieux ont quasi disparu. Quant aux figures et cérémonies militaires, dominantes au sortir de la guerre, elles restent majoritaires, mais de peu6.

15À l’inverse, les artistes passent de la troisième à la première place (38 %). Même absents de la une, ils se glissent dans les pages d’actualités par le biais de reportages sur les concours de beauté, les festivals de cinéma, les pages dédiées aux femmes et aux jeunes, et dépassent le succès remporté quinze ans plus tôt par leurs « rivaux » institutionnels (38 % au lieu de 34 %).

16Finalement, ce sont les têtes couronnées qui restent une valeur sûre. Non seulement elles sont solidement arrimées à leur deuxième place, voire davantage plébiscitées en 1965 (on passe de 28 % à 31 %). Mais en plus, ce sont majoritairement elles qui occupent la une. En 1950, quatre des huit unes étudiées sont dédiées aux personnalités monarchiques contre une seule à un couple d’acteurs de cinéma. En 1965, Ursula Andress est la seule star jugée digne de la une, contre six manchettes réservées aux têtes couronnées. L’imaginaire a beau s’ouvrir aux strass, au milieu des années ’60, ce sont encore les joyaux de la couronne qui tiennent le haut du pavé.

De la tradition au façadisme

17Si l’on se penche plus attentivement sur les événements médiatisés, l’on constate tout d’abord qu’il s’agit très souvent d’événements festifs et/ou liés aux loisirs : anniversaires, mariages, naissances, fêtes patronales, commémorations, concours, spectacles, etc. Il s’agit également d’événements programmables et programmés : visites officielles, tournois sportifs, « premières » d’une pièce de théâtre, etc. Pour les têtes couronnées comme pour les stars, l’agenda se présente comme lisse et bien organisé. Seul un drame relativement majeur peut le bousculer ; une catastrophe minière en mai 1950 en Belgique sera le seul élément dramatique à la une des deux illustrés.

18La narration médiatique s’en trouve facilitée. Car une telle organisation de l’information permet de raconter, semaine après semaine, les multiples rebondissements de la vie des personnages. Ainsi, sous le titre « La princesse et le berger » (Le Soir illustré, 4 mai 1950) bordant la photo d’un jeune couple devant l’obélisque à Paris, on apprend que la sœur du Shah de Perse espère se marier avec un journaliste américain selon le rite musulman, « ce qui lui vaudra peut-être de se réconcilier avec son frère et de reconquérir ses droits ». La princesse Faïma a en effet perdu ses prérogatives royales après son mariage civil avec le jeune roturier, précise la légende.

19Deux numéros plus tard, revoici le couple, en tenue de mariage cette fois. L’épisode précédemment annoncé a eu lieu ; dans les salons de l’ambassade persane à Paris, le mariage religieux a été « présidé par l’Aga Khan, chef spirituel des Ismaéliens ». Nul ne sait (encore) si la jeune mariée s’est réconciliée avec son frère. Mais le fait qu’elle soit en grande conversation avec « la princesse Marguerita Ali Khan, qui est mieux connue sous le nom de Rita Hayworth » laisse augurer une fin heureuse. Dans ce monde où les princes épousent les stars, pourquoi les princesses ne pourraient-elles pas se tourner avec bonheur vers les roturiers ? Sur la même page, une autre photo présente d’ailleurs un vendeur de tapis qui n’est autre que le prince de Suède : « il a épousé une Danoise d’origine bourgeoise. […] De ce fait, le prince a été déchu de ses droits et prérogatives. Pour vivre, il a monté une fabrique de tapis » (Le Patriote illustré, 21 mai 1950). Dans les deux cas, la transgression de la règle sociale — les aristocrates se marient entre eux, en fonction de raisons d’État — est ici affirmée, mais non condamnée par le média, qui la subordonne à l’amour.

20Quinze ans plus tard, cette même transgression de la règle sera non seulement affirmée par le média, mais également acceptée par les membres mêmes de la caste. Anne de France parvient à passer outre l’avis paternel et à épouser Carlos de Bourbon Deux Siciles : « Après trois ans de lutte, elle épousait l’élu de son cœur » (Le Patriote illustré, 23 mai 1965). Et au moment de la naissance du bébé de la princesse Margeretha de Suède et de « l’homme d’affaires londonien John Ambler », Le Soir illustré prend soin de préciser que le mariage du couple un an plus tôt « était la première fois qu’un homme non titré s’alliait à la famille royale de Suède » (Le Soir illustré, 13 mai 1965).

21La règle continue donc d’être énoncée. Mais sa transgression est désormais sans conséquence, voire positive. Surtout, elle est parfaitement maîtrisée par celle ou celui qui l’opère. Anne de France n’a pas cédé, mais à l’église, « selon la tradition royale, elle se tourne vers son père, et, dans une profonde révérence, lui demande l’ultime autorisation » (Le Soir illustré, 27 mai 1965). Sur la façade médiatique, la tradition est sauve ; la transgression a bien lieu, mais de manière policée.

Du garde-à-vous au bain de foule

22À la différence d’un magazine comme Voici dans les années 1990 (Esquenazi, 2003), les mariages et les naissances ne sont pas les événements les plus prégnants rapportés par les illustrés des années 1950. Si l’on s’attarde aux seules têtes couronnées — cette valeur sûre ! –, on compte davantage de représentations officielles : couronnement, inaugurations, visites officielles dans une ville, un pays, une manifestation culturelle, joyeuse entrée, etc. Et ce constat est encore plus vrai en 1965 qu’en 1950. Les têtes couronnées seraient-elles tenues de combler le déficit institutionnel dû à l’absence désormais marquée des personnalités officielles ?

23Ce renversement quantitatif pose la question de la limite entre sphère publique et sphère privée. Pour un monarque, passer des troupes en revue participe de la fonction publique. Mais se marier, avoir des enfants ou divorcer n’est pas sans incidence dans l’exercice de cette même fonction publique. Où se termine ce qui relève de la vie professionnelle d’une tête couronnée ? Où commence sa vie strictement privée ? Comment distinguer les deux sphères, dès lors qu’elles se superposent quelque peu ?

24L’évolution du traitement photographique, entre 1950 et 1965, permet de répondre en partie à cette question. En 1950, la reine Elisabeth de Belgique pose debout, bras le long du corps, encadrée de ministres raides et noirs vêtus lors de l’anniversaire d’une association qu’elle préside (Le Patriote illustré, 7 mai 1950). Quinze ans plus tard, lors d’une visite tout aussi officielle, la princesse Paola se penche sur un enfant qui la fleurit au milieu de la foule, bavarde en tête à tête avec des quidams et salue la foule de la main (Le Patriote illustré, 23 mai 1965). Au hiératisme protocolaire des escortes de 1950, se substitue l’allègre bousculade des bains de foule de 1965.

25Le même contraste distingue l’arrivée en carrosse de la reine Juliana à Maastricht (Le Soir illustré, 4 mai 1950) et l’accident de voiture du prince Alexandre (Le Patriote illustré, 9 mai 1965). Quant à Elisabeth d’Angleterre, en 1950 on la photographie à cheval en train de passer en revue les chevaliers de l’ordre de la Jarretière au garde à vous (Le Patriote illustré, 7 mai 1950). En 1965, on la voit galoper à bride abattue dans une course avec les autres membres de la famille royale (Le Soir illustré, 27 mai 1965). Et la légende précise : « Ses fonctions officielles l’absorberont pendant le reste de la journée : présentation, poignées de mains, mais lui restera en mémoire la joyeuse matinée au cours de laquelle, faisant fi de tout cérémonial, elle a participé à une course de chevaux dont l’enjeu était un panier de carottes ». Tout comme la transgression des traditions, l’oubli du protocole est énoncé… et valorisé.

26En quinze ans, le relâchement du protocole s’est donc institutionnalisé ; la photo non posée s’est imposée. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer deux photos. La première date de l’anniversaire de la reine de Hollande en 1950 et présente « la souveraine, le prince Bernhard et leurs quatre filles ». Certes, leur alignement est déjà bousculé par « l’attitude insouciante de la petite princesse Marieke oublieuse du protocole » (Le Patriote illustré, 14 mai 1950). L’enfant, assise et non debout comme les autres, joue avec une fleur qui est tombée sur le sol, au lieu de fixer le photographe. Mais quelle différence malgré tout avec les photos prises « dans l’intimité des futurs souverains d’Espagne » (Le Soir illustré, 20 mai 1965). Point de princesse en robe du dimanche, mais une infante nue dans sa baignoire. Point de famille en rang d’oignons fixant le photographe, mais un couple princier assis sur le sol en train de jouer avec une fillette. Point de pose « devant le palais de Soestdijk sur le perron », mais une visite à l’intérieur du château, jusque dans la nursery. Point de souverains « qui se laissent photographier », mais un photographe que le prince appelle par son nom, qui « répond à l’invitation » et qu’une « voiture conduit au château de Zarzuela ».

27Cette entrée à l’intérieur des lieux de vie des têtes couronnées est véritablement l’indice du passage dans la sphère privée. Autant la plupart des cérémonies de 1950 se déroulent sur les marches des palais, des églises ou de l’opéra, autant celles de 1965 pénètrent au cœur des églises, des salons de réception, des jardins ou des palais. Au début de la période étudiée, le souverain sort à la rencontre du lecteur : « l’empereur Hiro-Hito descendu par la force des choses du piédestal divin où l’avaient placé ses sujets se mêle de plus en plus à la vie de son peuple » (Le Patriote illustré, 28 mai 1950). Au milieu des années ‘60, le lecteur est invité à entrer dans l’intimité du souverain. La peoplisation passe donc par une nouvelle gestion de l’espace.

28Cette transition entre deux mouvements est magnifiquement illustrée par un reportage photographique portant sur « la visite en Belgique du président de la république fédérale d’Allemagne » (Le Patriote illustré, 9 mai 1965). La première photo présente le Roi, la Reine, le président allemand et son épouse debout devant le grand escalier du château de Laeken. C’est la pose hiératique et officielle, typique de la représentation publique telle qu’elle se donnait régulièrement à voir en 1950. La photo suivante place le photographe dans le dos du roi et de la reine en train de saluer leurs hôtes sur le départ. L’image, prise de l’intérieur du château, donne donc à voir une manifestation officielle finissante et ouverte sur l’extérieur (le parc du château). La visite terminée, la dernière photo montre le couple royal en train de gravir l’escalier intérieur, amoureusement enlacé. Le photographe a donc été autorisé à entrer à l’intérieur du château. Mais les amoureux sont photographiés de dos. L’intimité se vit du seuil. En trois illustrations, c’est une époque de transition qui se déroule : de la photographie officielle autorisée en 1950, on est passé à une photographie de l’intimité concédée en 1965. Il n’est pas encore arrivé, le temps des photos volées.

Des robes de bal au bikini

29De visites officielles en mariages, de réceptions en baptêmes, les têtes couronnées sont présentées comme ayant une vie (professionnelle ?) trépidante. « A peine descendue de l’avion royal, la reine [Elisabeth II d’Angleterre] […] passe en revue la compagnie d’honneur », puis fleurit le monument de Beethoven et enfin se rend à l’opéra (Le Patriote illustré, 30 mai 1965) ; « On la vit [Christina de Suède] à l’ouverture d’un marché suédois dans un grand magasin, à la foire internationale du Heysel et à l’exposition d’orfèvrerie de la maison suédoise à Bruxelles » (Le Soir illustré, 13 mai 1965). Le luxe ne signifie pas la volupté ; les privilèges ne sont pas synonymes de repos.

30Ce fourmillement d’activités a pour corollaire un vrai ballet géographique :

Il y a moins d’un mois, Karim Aga Khan avait quitté Paris. Il se rendait en URSS avec des amis. […] L’avion les ramena à Paris, mais pas l’Aga Khan. […] il était quelque part en Europe avec sa fiancée, la princesse Shahnaz, la fille aînée du Shah d’Iran, […] née de son premier mariage avec la sœur de feu Farouk, ex-roi d’Egypte. […] Mais voici que l’on découvre tout à coup l’Aga Khan à Paris, […] à la soirée donnée par Atlanta Politis, la fille du diplomate grec Jacques Politis (Le Soir illustré, 27 mai 1965).

31Ce va-et-vient d’un coin à l’autre des continents est lui-même accru par la multiplicité des personnages qui gravitent autour de chaque célébrité. Et le commentaire journalistique ajoute au foisonnement en retraçant sans cesse, de façon quasi didactique, les arbres généalogiques de chacun des protagonistes cités. « Notons que ces photos [de la princesse de Suède] ont été prises par le comte de Lichfield, cousin de la reine d’Angleterre et beau-fils du prince Georges de Danemark » (Le Soir illustré, 13 mai 1965). Par le jeu des alliances, le lecteur se trouve confronté à un immense réseau qui tisse une toile planétaire.

32Cette frénésie de lieux et de personnes rapprochent les têtes couronnées des stars. Tout comme Karim Aga Khan rallie l’URSS en avion, « les gendarmes de Saint-Tropez partent pour New York » d’un aéroport parisien. Et dans le même Soir illustré (13 mai 1965), on trouve à la fois une photo de Beatrix de Hollande, marraine de Margaretha de Suède, « prise chez les Ambler à Londres », et des photos de l’actrice française Mylène Demongeot « sous les tropiques ». Aristocrates et artistes participent donc du même « monde people », ce « tissu international des plus importants hôtels des grandes capitales, l’ensemble des réceptions ou des cocktails conséquents et les lieux de villégiature préférés des vedettes. Il s’agit moins d’un espace que d’un réseau aux sommets reliés par le système des voies aériennes, auquel s’ajoute celui des voitures de maître » (Esquenazi, 2003 : 64). D’où l’appellation de « jet-set ».

  • 7  En mode mineur dans Le Patriote illustré, qui s’attarde plutôt sur les petits rôles tenus par des (...)

33Des espaces spécifiques ne sont pas là les seuls points de rapprochement entre les têtes couronnées et les stars, même si, dans les deux illustrés étudiés, ces dernières attendent 1965 pour prendre leur essor7. À de nombreuses reprises, ces deux figures sont « divinisées » par les mêmes attributs, ceux-là même qu’Edgar Morin attribue aux « olympiens » : la beauté, la jeunesse et l’amour.

34La description des robes, des coiffures et des visages émaillent la plupart des textes. À cette perfection physique s’adjoint la nourriture morale, parfois de façon chiasmatique : la princesse d’Espagne a vu plusieurs fois My Fair Lady, et Mylène Demongeot lit Hemingway ou Céline. Enfin, toutes sont frappées par l’amour, qu’il soit aisé, insolite ou difficile : un contrebassiste qui « officiait dans les caves de Saint-Germain des prés » est frappé par l’amour du Christ au point de se muer en prêtre là où le grand amour de la princesse Shahnaz d’Iran pour le prince d’Irak n’est pas payé de retour. Et tout comme Anne de France, Marie-Christine Barrault doit attendre trois ans pour convaincre son « père de substitution » que « cette petite fille a grandi » et qu’elle peut épouser celui qu’elle aime (Le Patriote illustré, 2 mai 1965). Avec le temps, les figures permutent, les stars remplacent les têtes couronnées, mais l’histoire reste la même.

  • 8  « Une ère où la consommation prend le pas sur la production, la valeur loisir sur la valeur travai (...)

35La tranche temporelle 1950-1965 se présente donc clairement comme une période charnière dans l’évolution de la culture de masse. L’on a en effet définitivement quitté la période 1910-1930 où la presse servait de courroie de transmission aux valeurs incarnées par ces « étoiles inaccessibles » que sont les aristocrates et les premières stars. Et l’on s’apprête à entrer dans la période post-industrielle dont mai 68 marque le coup d’envoi, avec l’autonomisation toujours plus grande des jeunes (mouvement pop rock), des femmes (mouvements féministes) et des populations colonisées (processus de décolonisation)8.

36Le signe de cette transition est la métamorphose des dieux et déesses starisés par la presse. Ils s’humanisent : 

il s’agit de personnes publiques à succès (stars, représentants monarchiques et dirigeants politiques, champions, mannequins, artistes) dont la vie publique et privée fait en permanence la une de la presse, sur le double registre d’un « idéal inimitable » et d’un « modèle imitable », « surhumains dans le rôle qu’ils incarnent, humains dans l’existence privée qu’ils vivent », ils « accomplissent les phantasmes que ne peuvent réaliser les mortels, mais appellent les mortels à réaliser l’imaginaire » (Macé, 2002 : 8).

37Cette évolution des dieux antiques correspond à une évolution de la société elle-même affirme Morin (1972) : « l’individualité humaine s’affirme selon un mouvement dans lequel entre en jeul’aspiration à vivre à l’image des dieux, à les égaler si possible » (p. 34). Pour être heureux, il faut se réaliser soi. L’olympien incarne désormais le nouvel idéal du moi qu’est le bonheur privé.

38Cette humanisation des olympiens s’incarne dans divers articles qui soudent constamment les deux faces d’une même médaille, à la scène comme à la ville. Dans un même numéro du Patriote illustré (9 mai 1965), on voit le prince Alexandre victime d’un accident de voiture et, quelques pages plus loin, chargé de remettre une coupe à de jeunes sportifs. « On peut être une grande artiste et la meilleure des mamans », affirme la légende de la photo où Célia Johnston lit une livre d’images à ses deux filles (Le Soir illustré, 25 mai 1950). Et Georges Simenon n’ouvre pas seulement les portes de sa bibliothèque ; il dévoile également « sa magnifique piscine qui peut s’ouvrir au sud durant les beaux mois » (Le Soir illustré, 6 mai 1965). Enfin, le compte rendu médiatique du mariage de Marie-Christine Barrault illustre bien combien l’événement-mariage — privé — n’est évoqué qu’au seul nom de la renommée — publique — de l’oncle de la mariée, « Jean-Louis Barrault, comédien et directeur du théâtre de l’Odéon ». La cérémonie a lieu au Quartier latin et la réception au théâtre même. La sphère privée prend le pas sur la sphère publique.

39Il existe cependant une différence entre stars et têtes couronnées : elle tient à l’érotisation. Certes, les célébrités aristocratiques passent de la sévère mantille noire à « une confortable robe de maternité rouge ». Et les stars, comme les reines, ne dédaignent pas les robes de bal. Mais il n’y a qu’une actrice comme Suzanne Shaw pour osciller constamment entre la « robe de soirée très simple qui sied à sa gracile blondeur » et « ce très séduisant deux-pièces à fleurs ». Il faut nécessairement gagner Cannes ou les plateaux de tournage pour voir Mylène Demongeot poser en paréo, épaules nues ou Ursula Andress sortir de l’onde, faisant preuve de « solides qualités d’ondine ».

40Mi-femme, mi-poisson… La magie n’est pas loin, qui drape les célébrités d’attributs aussi érotiques que diaboliques. « Au Moyen-âge, on les aurait brûlées vives » surplombe d’ailleurs un article qui rassemble le visage en gros plan de huit actrices et trois princesses portant la mouche, « cet attribut féminin considéré jusqu’au milieu du xviie siècle comme la marque […] des sorcières » (Le Soir illustré, 20 mai 1965). L’imaginaire véhiculé est à nouveau à double face.

Du silence au tutoiement

41Entre 1950 et 1965, il n’y a pas que le contenu médiatique (énoncés textuels et photographiques) qui révèle la mutation du traitement de l’information des stars et têtes couronnées. L’énonciation y participe également. Les textes de 1950, sagement rangés sous les photographies qu’ils légendent, sont très descriptifs, cette description étant elle-même énoncée : « La voici debout, à l’avant plan », « voici les souverains anglais », « voici une scène du deuxième acte » ; « le roi et les princes royaux ont tenu à se laisser photographier » ; « on peut remarquer que… ». Cette monstration affirmée correspond au hiératisme des poses officielles ; l’image est d’abord et avant tout une « scène » figée ou un « tableau prestigieux de la traditionnelle Angleterre » (Le Patriote illustré, 7 mai 1950).

42Quinze ans plus tard, la légende se veut beaucoup moins descriptive, préférant la suggestion à la monstration : « C’est dans sa maison de campagne que le jeune homme rêveur et romantique s’adonne à ses plaisirs », affirme le texte qui borde plusieurs photos du « nouveau jeune premier, Fabrice Rouleau » penché sur sa guitare (Le Soir illustré, 13 mai 1965). « Quarante-huit heures après la naissance de son fils, la jeune maman assise dressée sur son séant, étudiait le programme des courses. […] un passe-temps extraordinaire pour une maman elle-même peu ordinaire : c’était la reine » (Le Soir illustré, 27 mai 1965).

43Du coup, le ton se fait plus proche. On opte pour le style épistolaire à destination des lecteurs de moins de 20 ans (« Chers amies et amis “—20” »), on appelle les artistes et les aristocrates par leur seul prénom (« Enfin, la ténacité d’Anne et de Carlos vint à bout de la résistance du comte de Paris »), là où l’on donnait encore du « SM la reine Elisabeth » en 1950.

44Mais la différence la plus importante vient des marques du discours oral : désormais, les têtes couronnées et les acteurs parlent. En 1950, on rapportait leurs paroles en style indirect : « Voici la Reine s’entretenant cordialement avec de jeunes invalides » (Le Patriote illustré, 7 mai 1950) ; « À Micheline Presles qui était à son côté, il glissa quelque chose comme “ce qu’on peut se raser” ici, mais entre nous, l’expression employée était beaucoup plus vive » (Le Soir illustré, 4 mai 1950). En 1965, on retranscrit l’interview en alternant questions et réponses et l’on use des guillemets : « Si je n’étais pas une princesse, dit Sophie, je serais puéricultrice ». Mêmes les phrases que les princes d’Espagne échangent dans les moments intimes sont retranscrites : (« Oh, regarde, Juanito, regarde Elisabeth sourit. Elle attend son bain »).

45Cette montée en puissance du discours parlé explique en partie la disparition de la description. Dès lors que les célébrités parlent, il n’y a plus besoin d’expliquer. Ce qui est fourni en direct n’a plus de raison d’être médiaté. Cette médiation est parfois à ce point réduite que le journaliste disparaît, laissant aux lecteurs le soin d’interviewer eux-mêmes — en la tutoyant — la star du moment, Claude François (Le Soir illustré, 13 et 20 mai 1965). La proximité avec les célébrités est poussée à son maximum.

46Mais le dévoilement est lent, jamais brutal : « Au milieu de ces célébrités, se trouvait une toute jeune fille […] Le moins fier d’elle ne fut certainement pas son père. Son père dont le nom est connu partout à travers le monde : Beatriz est en effet la fille du metteur en scène Orson Welles » (Le Soir illustré, 6 mai 1965). On retrouve ici, mais du point de vue de l’énonciation, le processus évolutif décrit précédemment : tout comme la transgression des règles était policée et le voyeurisme concédé, l’expression de la proximité reste sous contrôle.

47Mais, analyse Morin, plus le temps passe et plus cette Olympe se désenchante. L’ensemble de la culture de masse passe lentement de l’euphorisation des années 1930 à la problématisation des années 1960. Cette « crise du bonheur » marque le crépuscule du star-système, une étape qu’ajoute Edgar Morin dans sa troisième édition des Stars en 1972.

48Le corpus étudié ne recèle que quelques traces de cette « problématisation » du bonheur. Dans un long texte, Ursula Andress — « la plus belle femme du monde » — affirme qu’elle « refuse de n’être que cela » (Le Soir illustré, 6 mai 65). Mais que l’on ne s’y trompe pas : ce jeu de dénonciation participe lui-même à la consolidation du star-system.

Les règles du jeu sont strictes. La star est priée de refléter le faste d’Hollywood, d’un côté, et d’exhaler les souffrances d’une faible femme écrasée par sa position, de l’autre. Le glamour et l’échec (divorce, séparation, alcoolisme, folie, deuil et mort) sont les deux revers de la même médaille. Le public veut les voir tous deux et, dans son impatience, il échoue à percevoir la nature récurrente et banale du schéma (Amossy, 1991 : 165).

Du glissement de terrain à la sédimentation

49Au terme de ce parcours, il semble que l’analyse du supplément illustré de quotidiens généralistes permette d’éclairer les germes de la peoplisation de l’information. Voici cinquante ans, il y a bien eu apparition des premiers ingrédients du people dans des pages d’actualité. Mais ce qui est intéressant, c’est que ce glissement de terrain s’est justement donné à voir dans un champ exploratoire charnière (le supplément illustré), durant une période qui ne l’est pas moins (1950-65) et à travers une personnalité-pivot, la tête couronnée.

  • 9  « Elle exhibe en toute simplicité une vie d’intérieur bourgeois : elle noue un coquet tablier auto (...)

50Comme son nom l’indique, l’illustré fonde son projet, et son succès, éditorial sur l’image, préfigurant en cela l’épanouissement du genre magazine où le visuel est au moins aussi important que le textuel (Charon, 1999). Or, ce sont dans ces images que s’incarnent principalement les célébrités. On a d’ailleurs vu combien, entre 1950 et 1965, les photos se sont multipliées et agrandies. Mais surtout, c’est par la photographie que le bouleversement du rapport vie publique/vie privée s’est d’abord révélé. Au fil des années, les poses des célébrités sont de moins en moins hiératiques, de plus en plus érotiques ou, à tout le moins, de plus en plus « familières et familiales » (Morin, 1972 : 33)9.

51Comme toute période transitoire, la tranche 1950-1965 ne va pas sans tensions, révélatrices de ce passage d’un imaginaire à l’autre. La couverture médiatique galvaude les traditions et discute les valeurs. Les photographes pénètrent à l’intérieur des maisons et des châteaux et les discours s’oralisent. Enfin et surtout, cette transgression passe d’abord par la figure des Royals, dont la particularité est justement de superposer espaces publics et privés. Ces personnalités-pivots cèdent ensuite, et de plus en plus, la place aux célébrités non-couronnées que sont les artistes.

52Mais cette mutation continue de s’abriter derrière une façade policée de conventions ; le voyeurisme est concédé tant le photographe marche sur la pointe des pieds. Et l’expression de la proximité est sans cesse remise à distance par le métadiscours journalistique. Le traitement people de l’information s’amorce, mais en sourdine car le réalisme moderne des années ’50 n’empêche pas certaines réminiscences des divinités antérieures, de nature magico-religieuses (Macé, 2002). Les héros nationaux et les amours absolus ont encore droit de cité. Et le conformisme social n’est pas tout à fait mort.

53Cette prudence limite les effets des ingrédients les plus épicés de la peoplisation. D’autant que ceux-ci ne sont pas présents dans un support généraliste d’information, mais dans son supplément du week-end. Pourtant, avant la Seconde Guerre mondiale, la vie des célébrités avait droit de cité dans la presse quotidienne. Mais : 

le climat de la Libération n’est guère favorable à la percée des nouvelles « people » dans les quotidiens, alors que les journalistes affirment vouloir […] revaloriser l’information. Pourtant le public est demandeur. Du coup, elles vont se réfugier dans une presse jugée moins prestigieuse par la pression, celle des hebdomadaires, et singulièrement les magazines de divertissement où elles vont peu à peu s’épanouir (Delporte, 2003 : 73).

54L’illustré est l’un de ces magazines de divertissement. Mais il est également solidement articulé à un produit phare d’information quotidienne et généraliste. Les ingrédients du people sont bel et bien présents, non dans un support généraliste d’information, mais dans son supplément du week-end. Non content de s’amorcer en sourdine, le traitement people de l’information se révèle en coulisses.

55Reste que le glissement de terrain a eu lieu. À la marge, certes, mais il a eu lieu. Il se sédimentera dans un segment magazine spécialisé et autonome au début des années ’90. On en mesure encore les effets aujourd’hui, et ce compris dans la presse généraliste.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (1991), « L’autobiographie des stars hollywoodiennes », dans Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Éditions Nathan, p. 143-167.

Antoine, Frédéric (1999), « La presse qui ne veut pas dire son nom », Médiatiques, n°16, p.10-12.

Awad, Gloria (1995), Du sensationnel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bacot, Jean-Pierre (2005), La presse illustrée au xixe siècle. Une histoire oubliée, Limoges, Presses Universitaires de Limoges.

Charon, Jean-Marie (1999), La presse magazine, Paris, Éditions La Découverte. (Coll. « Repères ».)

Delporte, Christian (2003), « Des échos mondains du xixe siècle à Voici », Médiamorphoses, n°8,p. 72-78.

Esquenazi, Jean-Pierre (2003), « Voici et le star-system », Médiamorphoses, n°8,p. 61-67.

Kayser,Jacques (1963),Le quotidien français, Paris, Éditions Armand Colin.

Macé, Éric (2002), « Éléments d’une sociologie contemporaine de la culture de masse, à partir d’une relecture de L’esprit du temps d’Edgar Morin », Hermès, n°31 (disponible en ligne sur http://sociomedia.ibelgique.com/esprit_du_temps.htm)

Morin, Edgar (1972), Les stars, Paris, Seuil, 3e édition.

Haut de page

Notes

1  C’était d’ailleurs le postulat de départ de la recherche à l’origine de ce volume collectif.

2  Hebdomadaire illustré bruxellois lancé le 25 février 1928 par Victor Rossel, après une première et brève tentative sous le même nom par son père Émile en 1893. Il publie son dernier numéro sous l’appellation « illustré » le 5 septembre 2000 et décide de changer de nom, s’appelant depuis lors Le Soir magazine, l’adjectif « illustré » étant en effet jugé vieillot. « Ce passé, avouons-le, nous collait un peu aux guêtres », précise l’éditorial qui annonce le changement.

3  Hebdomadaire illustré catholique lancé le 1er novembre 1885 par Victor et Louis Jourdain, les propriétaires du Patriote (l’ancêtre de La Libre Belgique lancé, lui, le 1er janvier 1884). En 1928, année de lancement du Soir illustré, il est profondément remanié, intégrant notamment la photo. Il publie son dernier numéro sous cette appellation le 27 décembre 1970 et, dès le 1er janvier 1971, devient Le Patriote-Le nouvel illustré. En 1973, il est édité par la SA Mirax, mais La Libre Belgique s’engage à lui donner chaque semaine douze à seize pages rédactionnelles. Le dernier Patriote-Nouvel illustré paraît le 12 juin 1975, car la semaine suivante, il est repris par Chez Nous, un autre hebdomadaire illustré bruxellois lancé par Mirax en 1952.

4  Le mois de mai a été choisi aléatoirement.

5  Les deux dernières catégories sont très faiblement représentées, surtout en 1965 où le sport a quasiment disparu. On y mentionne certes un accident spectaculaire au Grand prix automobile de Francorchamps (Le Soir illustré) et la remise d’une coupe par le prince Alexandre (Le Patriote illustré), mais dans le deux cas, l’événement sportif est subordonné au fait divers ou à la présence princière.

6  Il faudrait vérifier, sur un corpus plus large, dans quelle mesure l’importance des personnalités militaires n’est pas biaisée par le choix aléatoire du corpus. Le mois de mai est en effet celui de la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

7  En mode mineur dans Le Patriote illustré, qui s’attarde plutôt sur les petits rôles tenus par des Belges ou les jeunes vedettes en train de percer.

8  « Une ère où la consommation prend le pas sur la production, la valeur loisir sur la valeur travail, l’hédonisme sur le puritanisme, l’individualisme sur la communauté de classe, les enjeux culturels sur les questions de production » (Macé, 2002 : 3).

9  « Elle exhibe en toute simplicité une vie d’intérieur bourgeois : elle noue un coquet tablier autour de sa taille, prend la poêle, fait frire les œufs au bacon » (ibid.).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Mundschau, « Le people dans la presse illustrée belge des années 1950 », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 18-36.

Référence électronique

Laurence Mundschau, « Le people dans la presse illustrée belge des années 1950 », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1236 ; DOI : 10.4000/communication.1236

Haut de page

Auteur

Laurence Mundschau

Laurence Mundschau détient un doctorat en sciences sociales et travaille à titre d’assistante à l’Observatoire du récit médiatique (ORM), de l’Université catholique de Louvain (Belgique). Courriel : laurence.mundschau@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org