Navigation – Plan du site
Articles

Du populaire au populisme ?

Idéologie et négociation des valeurs dans la presse people française
Jamil Dakhlia
p. 66-83

Résumés

Il s’agit ici de définir les valeurs de la presse people française et les identités sociales qu’elle engage. Plus particulièrement, sa popularité supposée est questionnée dans la perspective de son impact démocratique : la culture de la célébrité est-elle populiste par essence ? Consacre-t-elle les dérives d’une « société du spectacle» ? Ou bien, inspirant de nouvelles pratiques du politique, peut-elle au contraire être considérée comme un moyen de revitaliser l’espace public ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Déclaration de Laurent Fabius à la presse à l’Université d’été du Parti Socialiste, La Rochelle (2 (...)
  • 2  « Autointerview Voici 20 ans. Vous pouvez répéter la question ? », Voici, n° 1045, 19 novembre 200 (...)

1Paradoxe troublant : bien que restant officiellement indésirables dans le débat démocratique français, les contenus et les formes people sont, dans les années 2000, régulièrement investis par certains responsables politiques qui acceptent, voire orchestrent, leur propre vedettisation et l’exposition de leur vie privée. Trop féminin, populaire ou futile pour ses détracteurs, le people est présumé incompatible avec l’exercice sérieux de la politique. Au point qu’il suffit par exemple à l’homme politique socialiste Laurent Fabius d’insinuer des affinités entre la candidate à la présidentielle Ségolène Royal et la presse spécialisée pour suggérer la vacuité du projet de sa rivale des primaires socialistes : « je préfère dire : “voici mon programme” plutôt que “mon programme, c’est Voici” »1. S’ils accueillent désormais les hommes et les femmes politiques dans leur vivier de célébrités, les magazines people français récusent quant à eux toute politisation de leur ligne éditoriale. Ainsi, au moment où il fête ses vingt ans, le plus emblématique d’entre eux prend soin de rappeler sa neutralité : « Voici n’est pas de gauche, et encore moins de droite. Et inversement. »2

  • 3  Ici Paris, France Dimanche, Point de vue, Voici, Gala, Public, Closer : ces sept hebdomadaires rep (...)

2Et pourtant, malgré ces réticences de part et d’autre, l’enjeu politique du people est difficilement contestable, à en juger par l’ampleur des débats actuels sur la peoplisation de la vie publique en France. On peut dès lors se demander si sa portée politique est intrinsèque : le people véhicule-t-il une idéologie spécifique, c’est-à-dire un « système de significations et de valeurs propre à un groupe social, concernant l’organisation et les normes, les légitimant ou les contestant » (Akoun et Ansart, 1999: 265), susceptible en l’occurrence de peser sur le débat public ? Grâce à l’analyse du discours des sept magazines spécialisés3 et aux propos recueillis auprès de leurs dirigeants, un premier travail consiste donc à cerner les valeurs de la presse échotière et les identités sociales qu’elle engage. Il s’agit de questionner sa popularité, au double sens du terme : son succès, en cernant les interpellations de publics spécifiques ; mais aussi son caractère plébéien, traduit par sa vision de l’ordre social. Est en effet postulée une scission entre la foule des anonymes et une minorité d’individus touchés par la grâce de la célébrité. Reste dès lors à vérifier si cette vision « d’en bas » relève plutôt d’une contestation ou à l’inverse d’une approbation des privilèges. De fait, la popularité people doit être interrogée dans la perspective de son impact démocratique : plus que populaire, l’idéalisation de la célébrité est-elle, comme on l’entend souvent, populistepar essence ? Consacre-t-elle la marchandisation et l’inconsistance d’une « société du spectacle » ? Ou bien, inspirant de nouvelles conceptions et pratiques du politique, peut-elle, au contraire, être considérée comme un moyen de revitaliser l’espace public ?

3Cette analyse s’appuie sur un corpus uniquement français mais, par une confrontation à plusieurs réflexions sur les liens entre politique et culture populaire, vise à une théorisation plus générale.

Quelle(s) popularité(s) pour la presse people ?

4Si l’on postule qu’une idéologie est un « système de significations et de valeurs propre à un groupe social » (Akoun et Ansart, 1999), il convient en premier lieu d’identifier le « groupe social » concerné par les magazines échotiers. Dès l’abord, c’est l’idée d’un public populaire qui s’impose, du fait de la forte illégitimité de publications souvent assimilées à une presse « à sensation », voire « de caniveau ». Qui plus est, l’étymologie même du terme people incite à faire ce rapprochement : les « gens » désignés ne sont pas seulement les célébrités, beautiful ou famous people, mais également les « gens en tant que type de lectorat populaire » (Marion, 2005). Ce que Roger Dadoun (2003) surnomme le « pipeau(l)» peut même passer pour la « voix du peuple ». Toutefois, les notions de « peuple » et de « populaire » sont beaucoup trop polysémiques pour être ici satisfaisantes. D’où la nécessaire distinction entre public imaginé, public visé et public réel pour préciser les types de popularité convoqués. Le « public imaginé » est celui que se représentent les professionnels de la presse people. Il permet d’appréhender la notion d’idéologie en tant qu’« image particulière du monde » (Storey, 1993 : 4), qui précède ici le discours people proprement dit ; mais aussi en tant que « système d’idées articulé par un groupe particulier d’individus » (Storey, 1993 : 3). Ici, l’objectif ne sera pas de développer le vaste sujet de l’idéologie professionnelle des journalistes people, qui mériterait en soi une étude spécifique, mais simplement d’éclairer la construction de la popularité people par les écarts sociaux qui la sous-tendent.

  • 4  Voir l’étude sur les professionnels de la presse people dans ce même numéro : Jamil Dakhlia, « Com (...)

5L’image que les journalistes interviewés4 se font de leur lectorat évoque irrésistiblement la fameuse « Mme Michu » inventée par le publicitaire Claude Marty (Riutort, 2007).

Comme on est à Paris, il y a une tendance parisianiste. Comme on est un journal un peu branché, il y a une tendance chez nos rédacteurs à faire plaisir à leurs proches, à leurs amis dans les dîners en ville. Moi, mon obsession, c’est la jeune femme qui habite à Quimper, la secrétaire qui habite à Montpellier. […] Je pense toujours à la secrétaire, à la coiffeuse, à la mère de famille qui le lundi matin va en kiosque acheter son Voici. C’est un combat, parce qu’ici, on n’y pense pas tout le temps (Loïc Sellin, Rédacteur en chef de Voici).

  • 5  Plusieurs éléments sont ici omis pour préserver l’anonymat de la personne désignée.

La lectrice type, c’est C., la comptable qui est ici […]. Il n’y a pas une couverture qui passe sans qu’elle soit consultée. Quand on se balade dans la rédaction avec une couverture, la rédaction va toujours nous dire que c’est plus intéressant de faire une couverture avec Julien de la Nouvelle Star que sur Benjamin Castaldi. Alors que non, C., elle, elle va dire : « Ben non, Benjamin Castaldi, ça m’intéresse, je l’aime bien ». Julien, il n’y a que mes copains parisiens qui regardent. C., elle, a un vrai bon sens populaire (Responsable de rédaction5).

6Ces deux descriptions emblématiques suggèrent un fort contraste culturel et social entre un public essentiellement féminin, provincial et de milieu plutôt modeste, et le milieu des rédacteurs people,parisiens et parfois mondains, qui auraient parfois du mal à être en phase avec leurs lecteurs. Cette représentation du lectorat ne s’accorde que partiellement aux caractéristiques de la diégèse et du discours échotiers.

7En définissant l’imaginaire et les valeurs propres à chaque titre ainsi que le type d’interpellation par lequel celui-ci postule un destinataire spécifique (Veron, 1985), l’étude du contenu et de l’énonciation offre une image en creux du « public visé » et permet d’aborder l’idéologie people au sens de lecture spécifique du monde social.

8Comme souvent dans une situation médiatique fortement concurrentielle, tous les magazines people manifestent les mêmes valeurs consensuelles, propres à séduire le public le plus large possible : centralité du couple et des liens familiaux (Dakhlia, 2005a), et principes évoquant la « culture du pauvre » décrite par Richard Hoggart (1970) : convivialité, simplicité, pudeur, sens de l’amitié. En somme, une authentique « idéologie de la tempérance » (Bardin, 1977).

9Mais en même temps, la logique très concurrentielle de ce secteur oblige chaque titre à se distinguer de ses rivaux, pour s’arroger un lectorat bien spécifique, selon une logique de segmentation commerciale. Cette différenciation s’opère à la fois par des nuances morales et par une relation énonciative spécifique qui, dans le cas de la presse people, est construite sur la proposition d’un rapport original aux vedettes. Les titres spécialisés forment deux catégories : ceux qui, tels Gala et Point de vue, privilégient une présentation respectueuse, voire idéalisante des personnalités ; et tous les autres, qui tendent à désacraliser les vedettes en les montrant dans des situations au mieux banales, au pire compromettantes.

10Point de vue cultive l’art de la révérence envers les familles aristocratiques, mais aussi à l’égard des artistes, vedettes et hommes d’affaires qui grossissent les rangs d’une nouvelle noblesse « d’image ». Il initie le lecteur aux rites du Gotha en même temps qu’à l’art ou au patrimoine. Gala partage la même vocation initiatique mais indique quant à lui le chemin vers un Idéal confondu avec le corps sublimé de la Star, selon des canons hollywoodiens. Le lecteur est introduit dans les lieux chers aux vedettes qui lui délivrent en outre confidences, conseils, confessions et autres prescriptions cosmétiques. Dans ces deux revues, la vision du « monde » — au double sens de ce dernier terme—, est avant tout officielle, et la visée haut de gamme.

  • 6  Voir à ce propos l’article de Philippe Marion dans ce même numéro.

11Grâce, entre autres, à des photos volées, les magazines iconoclastes sont quant à eux censés révéler une vérité soigneusement cachée par le monde du spectacle. Dans Voici, l’image donne le signal à un déchaînement d’ironie pour instaurer une connivence au détriment des personnalités6. Le contre-ton est de rigueur : l’hebdomadaire s’efforce de traiter avec légèreté les rares sujets graves qu’il lui arrive d’aborder et affecte au contraire de prendre au sérieux les aspects les plus dérisoires de la vie des stars.

12Dans Public, la moquerie est moins sacrilège mais tout aussi complice avec le destinataire. Le ton est badin et exclamatif, le langage souvent familier. Les codes-couleurs, la plasticité des cadres et les rapports images-texte évoquent autant la bande dessinée que les magazines de fans pour adolescents.

  • 7  À la différence de son homologue, Ici Paris possède une rubrique de sexologie, animée par l’ancien (...)

13Chez France Dimanche et Ici Paris, mort, maladie, agressions, voire faits divers crapuleux impliquant des anonymes sont récurrents pour créer l’empathie avec le public visé alors qu’ils sont quasiment proscrits dans les autres titres. La sexualité, en revanche, est souvent dérangeante, surtout dans France Dimanche où elle est presque toujours traitée sur le mode de l’insolite, voire du sensationnel7. Tout en souscrivant à la même exaltation de la conjugalité, la plupart des concurrents envisagent la sexualité, notamment sous ses formes alternatives, avec plus de sérénité, voire de sympathie (Dakhlia, 2005b).

  • 8  Dans les pages mode et beauté, tout est mis en œuvre pour qu’une lectrice aux revenus modestes ne (...)

14Closer, enfin, se donne pour objectif de révéler ce qu’il y a d’ordinaire chez les stars et d’extraordinaire chez les gens du commun. À coups de clichés des vedettes « au naturel » et de témoignages d’anonymes estampillés real life, le magazine assure des correspondances permanentes entre ces deux univers, sur fond de mentalité et d’esthétique discount8.

  • 9  Les chiffres de l’AEPM sont en effet issus de la société d’études Audipresse, qui regroupe des age (...)

15En fait, toutes ces divergences sémantiques et discursives traduisent l’hétérogénéité du lectorat, que confirment les données sociodémographiques de l’Audiences Études Presse Magazine (AEPM)9, par-delà la prudence qu’imposent des catégorisations avant tout conçues pour un usage marketing. L’analyse de ce « public réel » permet de vérifier si celui-ci est populaire au sens où il serait issu des couches les moins favorisées ou bien au sens d’un « grand public » largement diversifié. Elle présente aussi l’avantage de réinscrire la question de l’idéologie people dans le contexte des rapports sociaux « effectifs » : quels groupes sociaux cette vision du monde attire-elle ?

16Dans tous les magazines people, le lectorat féminin est très nettement majoritaire, dans une fourchette comprise entre les 63 % de lectrices d’Ici Paris et les 72 % de Point de vue. Les différences d’âge sont plus marquées : Point de vue, France Dimanche et Ici Paris comptent les plus fortes proportions de plus de 50 ans : respectivement, 60 %, 54 % et 48 %, contre 9 % par exemple pour Public. Ce qui éclaire aussi bien le caractère extrêmement respectueux du premier que la vision d’un « monde cruel » et menaçant, propre aux deux vétérans du groupe Lagardère. Ici Paris et France Dimanche recueillent également la plus forte proportion d’habitants de communes rurales : 25 % et 24 %, respectivement, contre 17 % pour Public. Ce dernier possède en revanche le lectorat le plus jeune — 41,5 % de 15-24 ans (Santi, 2005) — en parfaite concordance avec sa tonalité primesautière.

  • 10  La catégorie AB+ comprend les individus appartenant à des foyers dont le chef est cadre, professio (...)

17Les écarts sociaux sont tout aussi sensibles. En adéquation avec son positionnement haut de gamme, Gala est le titre qui attire la plus forte proportion de lecteurs appartenant à un foyer AB+10 : 27,6 %, loin devant les 13 % de France Dimanche ou Ici Paris.

18Au total, l’hétérogénéité des publics imaginé, visé et réel montre bien qu’il serait abusif de réduire l’ensemble de la presse échotière à une seule et même idéologie populaire, au sens de vision du monde conçue par et pour les classes défavorisées. À aucun moment, le discours people n’engage une quelconque identité ouvrière ou paysanne, ni même la moindre revendication d’une appartenance de classe. Il n’est populaire qu’au sens « grand public », « qui plaît à beaucoup de gens » (Williams, 1983 : 237). Dans un but fédérateur, chaque titre offre sa propre déclinaison d’une « culture moyenne », au carrefour des cultures populaire, élitiste et particularisante (Wolton, 1997) : d’où la coexistence pacifique entre certaines valeurs de la « culture du pauvre », des postures discursives comme le « second degré » — habituellement considérées comme l’apanage des elites — et, par exemple, la curiosité témoignée à l’égard du monde du rap ou de l’homosexualité.

19Est-ce à dire, pour autant, que l’imaginaire people est exempt de tout conflit symbolique ? N’oublions pas qu’il s’agit d’un univers fondamentalement clivé, opposant une majorité d’anonymes et une minorité de riches et célèbres. Reste à vérifier si cette mise en scène de la division revient à légitimer ou, au contraire, à récuser l’ordre social.

Conservatisme ou contestation ?

20Le message social de la presse people peut donner lieu aux interprétations les plus contradictoires : on peut y lire un appel à la résistance tout autant que l’expression la plus aboutie du conformisme.

21Les magazines échotiers peuvent être perçus comme l’un des derniers bastions de l’impertinence médiatique en France. Ainsi, Fabrice Jouhaud, ancien directeur du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) à Paris, se demande

  • 11  J’ai mes sources, présentatrice Colombe Schneck, France Inter, 16 octobre 2006.

[…] si Voici et les titres people ne sont pas aujourd’hui les seuls endroits où l’on exprime une certaine liberté, et une certaine critique vis-à-vis des puissants ? Parce que, finalement, en se moquant de ces gens qui aujourd’hui sont les vrais puissants dans notre pays, est-ce que ce ne sont pas ces journaux-là qui sont les plus irrévérencieux, par rapport à la presse traditionnelle ?11

22Même sur le mode de l’humour, la dénonciation est patente lorsque la presse people souligne la disparité des conditions de vie entre les célébrités et le commun des mortels : « Pendant que vous ramez, les stars, elles, sont à la plage », rappelle par exemple Public aux usagers du métro parisien, durant l’été 2006.

23D’autant que l’imaginaire people est fondé sur un égalitarisme rigoureux, pour contrebalancer les inégalités de fait. La soumission à la morale commune interdit à quiconque, anonyme ou célèbre, d’afficher sa supériorité : « […] on pouvait attaquer de front un acteur arrogant, un peu trop condescendant avec son public, perché sans vergogne sur son Olympe […] », rappelle Jacques Colin, ancien rédacteur en chef de Voici (Colin, 2002 : 48).

24Plus généralement, l’impertinence et la violation de la vie privée ne seraient que justice pour compenser les avantages de ceux qui ont la « chance » d’avoir été médiatisés à un moment ou à un autre de leur vie. Autant dire que cet argument radical relève davantage d’une légitimation de la vocation offensive de certaines revues que de la défense du peuple des lecteurs.

25En tout état de cause, comme dans les tabloïds britanniques (Connell, 2000), ce n’est pas l’existence de privilèges qui pose problème mais plutôt le fait que ces derniers reviennent aux mauvaises personnes, à des individus censés ne pas les mériter.

26De plus, on peut penser que la compensation symbolique a ses limites, parce qu’elle n’est, précisément, que symbolique et non ancrée dans l’effectivité des rapports sociaux. À ce compte, toutes les propriétés attribuées à la presse d’indiscrétions peuvent être considérées comme fallacieuses et soupçonnées d’écarter les lecteurs de l’action politique. Ainsi, de même que pour une fiction populaire comme Dallas (Liebes et Katz, 1990), l’illustration par la presse échotière du proverbe « l’argent ne fait pas le bonheur » peut être saisie comme un moyen d’aider les dominés à se résigner à leur sort. Idem pour l’évasion, aux côtés des puissants, dans un univers de gloire et de luxe.

27De même, encore, lorsque la presse people révèle une remarquable collusion d’intérêts avec la télé-réalité en entretenant l’« illusion du tout est possible, chacun pouvant devenir roi sans effort ni talent, seulement sur un coup de chance, de bluff ou de culot » (Méjean, 2003 : 21) ; rêve particulièrement vivace dans un contexte où « l’ascenseur social » serait bloqué (Esquenazi, 2003 : 67).

28Certains vont jusqu’à interpréter la culture de la célébrité comme une nouvelle lecture religieuse de la réalité, empêchant de prendre la pleine mesure de l’absurdité de l’existence dans un monde où Dieu est mort (Rojek, 2006).

29La presse échotière peut donc apparaître comme un facteur d’opposition à l’ordre établi, pour peu que l’on admette, avec plusieurs représentants des Cultural Studies (Fiske, 1994 ; Radway, 1984) la portée politique de l’évasion dispensée par la culture populaire : l’évasion people serait en l’occurrence une forme de subversion « de l’intérieur », par le travail de l’imagination, d’une domination sociale qui, après tout, repose elle aussi sur des fondements symboliques.

30Mais dans une perspective d’inspiration critique, il n’est pas rare qu’on l’accuse de détourner l’individu des « vrais » problèmes. En ce sens, le discours échotier constituerait une idéologie au sens le plus marxien du terme, soit une entreprise de travestissement de la réalité. Cette vision du discours échotier fonde du reste l’argumentaire de la plupart des détracteurs de la peoplisation. Dans la sphère politique : le député du parti socialiste français Arnaud Montebourg déplore par exemple que « l’aspect people de la vie des hommes publics » soit « utilisé comme un outil de diversion » (Forcari, 2007). Mais aussi dans le domaine journalistique : de même que pour la tabloïdisation britannique (Deacon, 2004), la focalisation sur des questions privées et personnelles est souvent accusée de limiter la performance démocratique des médias en détournant l’attention générale des enjeux publics et sociaux.

31Tour à tour interprétable comme une force de conservation ou comme un message de résistance, le discours people est du fait de la place qu’il accorde à la célébrité tout aussi ambivalent à l’égard de l’espace public.

Les enjeux démocratiques du people

  • 12  Il convient de rappeler au passage que Paris Hilton a elle-même participé à une émission de télé-r (...)

32Dans la presse échotière, la célébrité est une valeur en soi, suprême au demeurant. D’une façon générale, toute médiatisation people n’est autre que l’évaluation d’une performance de célébrité. Ainsi, le panthéon des personnalités est hiérarchisé avant tout selon la capacité de chacune d’entre elles à développer sa propre notoriété. Dans les magazines people, le primat moral de la célébrité est souligné par une mise en scène récurrente de l’« extimité » (Tisseron, 2001), supposant une aspiration des vedettes à la reconnaissance publique ainsi que leur joie d’officialiser leurs relations amoureuses (Dakhlia, 2005a). Dans les titres spécialisés et tous les médias qui s’en inspirent, le surinvestissement de la célébrité est redoublé par l’intérêt accordé à des individus n’ayant aucun talent professionnel particulier, avant tout célèbres… pour leur célébrité : telles la plupart des créatures de la télé-réalité ou Paris Hilton, provocante héritière dont le principal titre de gloire serait de susciter chaque jour plus de 200 articles de presse dans le monde (Bergeron, 2007)12.

  • 13  « […] the consumers of celebrity are now able to play a part in the production of cultural visibil (...)

33Les affinités entre presse échotière, télé-réalité et talk-shows ne sont pas anodines : toutes ces formules médiatiques populaires illustrent pareillement les enjeux de l’idéologie de la célébrité. Elles mettent en scène une réussite fondée sur la seule popularité, par-delà les distinctions de genre, classe sociale, revenus ou ethnie. Donnant une visibilité potentielle à tout type de citoyens, elles favoriseraient une démocratisation de l’espace médiatique. De la même manière, ces formats offrent une tribune à des affaires quotidiennes et privées, et contribueraient ainsi à ouvrir l’agenda public à des « problèmes de bonnes femmes », jusque là disqualifiés (Hartley, 1996 ; Livingstone et Lunt, 1994). De plus, les hebdomadaires people revendiquent eux aussi leur interactivité. Sondages et forums sur les sujets les plus divers ou bien concours désignant les vedettes les plus aimées du public sont là pour exalter la souveraineté de la vos populi et montrer que « […] les consommateurs de la célébrité sont aujourd’hui capables de jouer un rôle dans la production de la visibilité culturelle » (Turner, 2006 : 494)13.

34Toutefois, la valeur démocratique de cette implication de l’individu ordinaire et de cet éclectisme social doit être nuancée, ne serait-ce que parce que l’idéologie de la célébrité relève d’une stratégie de captation commerciale en même temps que d’autolégitimation de l’énonciataire. En faisant de l’image publique une fin en soi, « mesure de l’intensité d’être » (Augé et al., 1998 : 48), les médias people glorifient leur propre pouvoir de faire et de défaire les réputations. Ce qui entraîne, comme dans les médias américains gagnés par l’information légère (Savigny, 2004), une autoréférentialité à priori incompatible avec l’épanouissement de l’Agir communicationnel, en tant que principe de recherche de l’intérêt commun (Habermas, 1987).

35L’intérêt pour les vedettes est du reste l’occasion d’un appel à la consommation tous azimuts. Toute célébrité est un panneau publicitaire potentiel : les annonceurs appliquent ce principe en offrant régulièrement leurs nouveaux produits aux vedettes pour les faire apparaître à la une des médias. La presse people joue un rôle clé dans cette prescription publicitaire en décryptant systématiquement les atours et les comportements des stars, ou en sollicitant directement leurs conseils, afin que les lecteurs puissent mieux s’en inspirer. Là encore, plus que le citoyen, c’est le consommateur qui est sollicité.

36Néanmoins, l’idéologie de la célébrité est sous-tendue par une esthétique de la représentation dont on aurait tort de sous-estimer l’enjeu politique. Pour qu’une personne soit prise en charge par la presse d’indiscrétions, sa notoriété préalable est en général suffisante mais pour qu’elle atteigne le sommet du palmarès, elle doit en outre connaître la popularité, qui obéit à des paramètres spécifiques. Cette dernière illustre la double nature des Olympiens d’Edgar Morin (1962), à la fois dotés de qualités exceptionnelles les élevant au-dessus des simples mortels, et si ressemblants à l’individu ordinaire. Le « bon » people doit en l’occurrence pouvoir se prêter à un traitement glamour tout en reflétant les heurs et les malheurs de l’individu ordinaire. Mais de surcroît, aussi construite soit-elle, la sincérité de ses émotions et de sa conduite ne doit pas faire de doute. Idéalisation, mélodramatisation et authenticité réunies : la qualité de la représentation échotière est à ce prix.

  • 14  « The politician must possess the essentially aesthetic talent of being able to represent politica (...)

37Transposés dans le champ politique, ces critères esthétiques ne consacrent pas une ère du vide, dominée par une politique spectacle dénuée de sens, comme le voudrait une interprétation courante, vaguement debordienne. Au contraire : l’assimilation contemporaine de la politique au monde du spectacle, loin de dénaturer la représentation démocratique, invite à la repenser et à prendre conscience de sa dimension profondément esthétique : « Un homme politique doit posséder la capacité essentiellement esthétique de représenter la réalité politique de façons nouvelles et originales » (Ankersmit, 2002 : 116-117)14. Il a donc pour vocation d’offrir aux citoyens les symboles les plus parlants du moment, à même de donner prise sur une réalité politique souvent complexe. Ainsi, le fait pour le président français Nicolas Sarkozy d’adopter allure, conduite et sociabilité people répond certes à des goûts personnels mais lui permet aussi d’incarner, au sens plein du terme, la méritocratie et le rapport décomplexé à l’argent qu’il défend dans son projet politique. De même, il n’est pas anodin que son ancienne rivale Ségolène Royal suscite régulièrement l’intérêt des revues spécialisées. Ses problèmes de couple ou son statut de femme active et de mère de famille ne sont pas seuls en cause. En effet, soulignant pendant sa campagne l’importance des problèmes de la vie quotidienne et de la sphère privée, habituellement considérés comme mineurs, la candidate socialiste s’accorde parfaitement à l’agenda people. Et le fait d’accepter d’apparaître dans la presse échotière donne du corps à son ancrage dans une Life Politics d’inspiration blairiste (Laïdi, 2006).

38Reste que, en conjuguant culte de la personnalité et glorification du sens commun, la peoplisation promotionnelle laisse planer l’ombre du populisme, au sens originel du terme, que rappelle Annie Collovald (2005), c’est-à-dire de prétention à défendre le peuple venue d’hommes politiques ne faisant que projeter sur lui leurs propres intérêts. C’est assurément le cas lorsque le pouvoir politique se distingue par une exceptionnelle maîtrise des médias. En Italie par exemple, où Silvio Berlusconi n’a cessé d’étaler sa réussite économique et politique tout en invoquant des ressemblances avec l’Italien moyen. Sua Emittenza exhibe par exemple « Mamma Rosa », sa vieille mère, ironise sur ses relations conjugales ou encore, en 2001, adresse à 12 millions de foyers un roman-photo à sa gloire, Una storia italiana, dans lequel il insiste sur ses débuts modestes (Roncarolo, 2004). L’ancien président du Conseil italien affiche cette proximité supposée avec la majorité silencieuse pour combattre la « vieille » politique partitocratique liée à l’appareil d’État (Musso, 2008).

39Mais dans la plupart des contextes démocratiques, la starisation laudative a son revers offensif, qui résulte de l’injonction d’authenticité. En Grande-Bretagne ou aux États-Unis, cette exigence pourrait être assimilée à une « tyrannie de l’intimité » (Sennett, 1974) d’inspiration puritaine : la nécessité de tout montrer de soi, le statut d’homme public ne pouvant se mériter que par une vie privée exemplaire. Mais dans la presse people française, cet impératif se traduit surtout par un rejet de la comédie des apparences : il est légitime de protéger sa vie privée mais dès lors qu’on la met soi-même en scène, on ne peut tricher impunément. À tout moment, le personnage public doit cadrer avec la personnalité réelle, au moral comme au physique. Ces deux dimensions sont du reste inséparables dans un récit essentiellement visuel où le corps est voué au symbole : l’esthétique de la représentation est aussi une éthique.

  • 15  Le 23 août 2007, L’Express révèle que Paris Match a effacé des bourrelets disgracieux de Nicolas S (...)

40Aussi la divulgation de clichés attestant les difficultés conjugales de Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal n’aurait-elle guère été envisageable sans le zèle des deux candidats à promouvoir des apparences idylliques. Plus généralement, l’iconolâtrie people, au double sens de culte des vedettes et de passion de l’image, secrète son propre antidote. À l’échelle du secteur, la peoplisation consensuelle pratiquée par certains titres appelle la peoplisation agressive de leurs concurrents. De même, le plaisir de la belle image, habilement composée, est indissociable de la gymnastique du regard proposée par ailleurs. Effets de loupe, montages outranciers, comparaisons avant-après (maquillage, coiffeur, régime, retouches numériques, etc.) : tous procédés permettant au lecteur de mieux déconstruire l’illusion show-biz. La polémique sur la disparition des bourrelets présidentiels dans Paris Match est à cet égard symptomatique15. On a crié à la manipulation et aussitôt imputé cette dérive à la peoplisation de la politique. Sans penser que la retouche photographique n’est pas l’apanage du people et a en l’occurrence été exercée par un picture magazine. Et en oubliant au passage que la supercherie n’a pu éclater au grand jour que parce que la diffusion de l’esthétique people a modifié l’horizon d’attente de la représentation du corps des politiques en France. Avant la peoplisation, le corps des élus était sacré et par conséquent invisible, toujours masqué par des tenues protocolaires. Depuis la peoplisation, il s’affiche bon gré — joggings présidentiels —, mal gré — photos volées des candidats en maillot de bain. Mais du même coup, il est notoire qu’il peut être falsifié comme celui des stars, ce que des clichés de paparazzi peuvent au besoin attester.

  • 16  « Unlike official news, popular news makes no attempt to smooth out contradictions in its discours (...)

41Car la contradiction est au cœur du discours people, comme pour tout genre d’information populaire, qui loin de chercher à aplanir les contradictions, les cultive au contraire (Fiske, 2000)16. La structure même de chaque périodique plébiscite l’ambivalence. Entre autres exemples : France Dimanche, dont le sensationnalisme des titres jure avec le caractère dérisoire des faits rapportés et où la chute de chaque article déjoue systématiquement le climat installé par ses premières lignes. Ou bien Public, où l’équivoque naît à chaque page des multiples décalages d’un feuilletage énonciatif de titres, surtitres, échos, photos, légendes, phylactères et autres commentaires incrustés dans les images. Sans compter que sur l’ensemble des titres, il n’est pas rare qu’un même événement ou une même photographie reçoive les interprétations les plus divergentes. Ce que savent bien les lecteurs les plus passionnés qui n’hésitent pas à comparer les couvertures, voire à acheter plusieurs titres à la fois quand, sur un sujet précis, ils désirent se forger leur propre opinion.

42C’est pourquoi, bien qu’adossé à des idéaux communs, le people n’impose en réalité aucune norme esthétique ou morale. Avec le fait divers, il fait partie de ces « récits qui interrogent la norme » (Dubied, 2008). Les valeurs y sont constamment mises en jeu, au sens propre, pour autant que les magazines de célébrités assument leur visée récréative. Mais également au sens figuré : le flou idéologique permet de satisfaire les goûts, attentes et convictions de toutes les composantes d’un public hétérogène. De fait, la possibilité d’unenégociation des valeurs est à la base du contrat énonciatif people.

43En somme, le discours échotier peut à première vue sembler conservateur dans la mesure où il donne des gages à la doxa et légitime le clivage entre célèbres et anonymes. Mais en même temps, cette hiérarchie n’est pas figée et conteste les distinctions sociales, économiques et culturelles préétablies, leur préférant le seul critère d’une popularité polymorphe. De plus, le lecteur est invité à démêler par lui-même le vrai du faux, le juste de l’injuste et le beau du laid. Transposée dans le domaine politique, l’idéologie de la célébrité n’est donc pas un culte de la personnalité nécessairement voué au populisme. Elle suppose que les élus maîtrisent l’art de faire corps, au sens plein du terme, avec leurs idées. Et ce, en toute authenticité, car l’esthétique people intègre le risque de sa propre démystification : elle institue un hyperréel paradoxal, car réflexif. C’est pourquoi la diffusion des formes et des contenus échotiers ne saurait être assimilée à un appauvrissement du débat démocratique. Directement, par la mise en débat du quotidien et de l’intime, ou indirectement, par la peoplisation de la politique et des autres médias, la presse people participe aux conflits de définition des problèmes collectifs et représente à ce titre une « médiaculture » à part entière (Maigret et Macé, 2005). Elle contribue à déplacer le curseur entre sphère privée et sphère publique. Mais surtout, en exaltant la part sensible de l’activité politique, elle contribue à promouvoir un nouvel espace public, non plus strictement argumentatif mais au moins autant symbolique.

Haut de page

Bibliographie

Akoun, André, et Pierre Ansart (dir.) (1999), Dictionnaire de sociologie, Paris, Éditions Le Robert/Éditions du Seuil.

Ankersmit, Frank (2002), Political Representation, Stanford, Stanford University Press.

Augé, Marc, et al. (1998), Diana Crash, Paris, Éditions Descartes et Cie.

Bardin, Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

Bergeron, Maxime (2007), « Le dollar éclipse Paris Hilton », Lapresseaffaires.com, 23 novembre, http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20071123/LAINFORMER/711230857/5891/LAINFORMER01

Charon, Jean-Marie (1999), La presse magazine, Paris, Éditions La Découverte. (Coll. « Repères ».)

Colin, Jacques (2002), Voilà ! 1663 jours dans les coulisses de Voici, Paris, Éditions Ramsay.

Collovald, Annie (2005), « Le populisme : de la valorisation à la stigmatisation du populaire », Hermès, n° 42, p. 154-160.

Connell, Ian (2000), « Personalities in the popular medias », dans Peter Dahlgren et Colin Sparks (dir.), Journalism and Popular Culture, London, Sage Publications, p. 64-83.

Dadoun, Roger (2003), « Quand les médias, c’est [pi:p(?)l] », Médiamorphoses, n° 8, p. 47-54.

Dakhlia, Jamil (2005a), « Formes et fonctions du secret dans la presse people : les faux reflets de l’authentique » dans T. Wuillème (dir.), Autour des secrets, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 155-168.

Dakhlia, Jamil (2005b), « Les sexe symboles de la culture people », Discours social, vol. XXII, actes du colloque du 29 octobre 2004 « Sexe et discours social », Montréal, Presses Universitaires McGill/Queens, p. 135-147.

Deacon, David (2004), « Politicians, privacy and media intrusion in Britain », Parliamentary Affairs, 57(1), p. 9-23.

Dubied, Annik (2008), « Les récits de fait divers et les récits people : norme, intimité, identités », Médias et culture, à paraître.

Esquenazi, Jean-Pierre (2003), « Voici et le star-system », Médiamorphoses, n° 8, p. 61-67.

Fiske, John (1994), « The popular economy » dans John Storey, Cultural Theory and Popular Culture : A Reader, New York, Harvester Wheatsheaf, p. 495-512.

Fiske, John ([1992] 2000), « Popularity and the politics of information », dans Peter Dahlgren et Colin Sparks (dir.), Journalism and Popular Culture, Londres, Sage Publications, p. 5-63.

Forcari, C. (2007), « La vie privée, un outil de diversion » (interview d’A. Montebourg), Libération, 2 août.

Habermas, Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Éditions Fayard.

Hartley, John (1996), Popular Reality : Journalism, Modernity, Popular Culture, Londres, Edward Arnold Publications.

Hoggart, Richard (1970), La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit.

Laïdi, Z. (2006), « Le véritable apport de Mme Royal. Le “ségolisme” introduit en France une nouvelle approche, la “life politics” des Anglo-Saxons », Le Monde, 5 juillet, p. 19.

Liebes, Tamar, et Elihu Katz (1990), The Export of Meaning : Cross-Cultural Readings of Dallas, Oxford, Oxford University Press.

Livingstone, Sonia, et Peter Lunt (1994), « Se faire entendre dans l’espace public. Les femmes, la télévision et le citoyen-téléspectateur », Réseaux, n° 63, p. 59-74.

Maigret, Éric, et Éric Macé (2005), Penser les médiacultures, Paris, Éditions INA-Armand Colin.

Marion, Philippe (2005), « De la presse people au populaire médiatique », Hermès, n° 42, p. 119-125.

Méjean, Jean-Max (2003), « Les médias entre people et populisme », Médiamorphoses, n° 8, p. 21-24.

Morin, Edgar (1962), L’esprit du temps, t.1 Névrose, Paris, Éditions Grasset.

Musso, Pierre (2008) « Existe-t-il un sarkoberlusconisme ? », Le Temps des médias, n° 10, à paraître.

Radway, Janice (1984), Reading the Romance, Londres, Verso Publications.

Riutort, Philippe (2007), Sociologie de la communication politique, Paris, Éditions La Découverte.

Rojek, Chris (2006), « Celebrity and religion », dans P. David Marshall (dir.), The Celebrity Culture Reader, London, Routledge, p. 389-417.

Roncarolo, Francesca (2004), « Mediation of Italian politics and the marketing of leaders’ private lives », Parliamentary Affairs, 57(1), p. 108-117.

Santi, Pascale (2005), « L’arrivée de Closer ravive la concurrence des journaux people », Le Monde, 17 septembre, p. 30.

Savigny, Heather (2004), « The media and the personal lives of politicians in the United States », Parliamentary Affairs, 57(1), p. 223-235.

Sennett, Richard (1974 et 1979), Les tyrannies de l’intimité, Paris, Éditions du Seuil.

Storey, John (1993), An Introductory Guide to Cultural Theory and Popular Culture, Athens, University of Georgia Press.

Tisseron, Serge (2001), L’intimité surexposée, Paris, Éditions Ramsay.

Turner, Graeme (2006), « Celebrity, the tabloid and the democratic public sphere », dans P. David Marshall (dir.), The Celebrity Culture Reader, New York Routledge, p. 487-500.

Veron, Eliseo (1985), « L’analyse du contrat de lecture : une nouvelle méthode pour les études de positionnement des supports presse », dans Les médias. Expériences, recherches actuelles, applications, Paris, Éditions de l’IREP.

Williams, Raymond ([1976] 1983), Keywords. A Vocabulary of Culture and Society, Londres, Fontana (Collins Publishing Group).

Wolton, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Éditions Flammarion.

Haut de page

Notes

1  Déclaration de Laurent Fabius à la presse à l’Université d’été du Parti Socialiste, La Rochelle (25 août 2006). La phrase a d’ailleurs aussitôt fait l’objet d’une citation ironique, de la part du magazine, dans une campagne de publicité par voie d’affiches.

2  « Autointerview Voici 20 ans. Vous pouvez répéter la question ? », Voici, n° 1045, 19 novembre 2007, p. 76.

3  Ici Paris, France Dimanche, Point de vue, Voici, Gala, Public, Closer : ces sept hebdomadaires représentent la totalité des magazines d’actualité échotière en France. C’est pourquoi, dans cet article, ils seront parfois désignés en tant que magazines « échotiers ». Ces périodiques sont à distinguer des magazines d’actualité généralistes, ou « news » (en France, L’Express, Le Point et le Nouvel Observateur), mais également des picture magazines comme Paris Match ou VSD, hebdomadaires illustrés dont le spectre d’informations est plus large et couvre en polus de l’actualité mondaine, la politique intérieure, les relations internationales ou les questions économiques, entre autres. Pour plus de précisions sur ces distinctions, voir Jean-Marie Charon (1999 : 63-70).

4  Voir l’étude sur les professionnels de la presse people dans ce même numéro : Jamil Dakhlia, « Comment peut-on faire du people ? ».

5  Plusieurs éléments sont ici omis pour préserver l’anonymat de la personne désignée.

6  Voir à ce propos l’article de Philippe Marion dans ce même numéro.

7  À la différence de son homologue, Ici Paris possède une rubrique de sexologie, animée par l’ancienne vedette porno Brigitte Lahaie. L’existence de cette rubrique peut toutefois s’interpréter comme la manifestation d’une médiation rassurante dans la découverte d’une réalité sexuelle a priori problématique et angoissante (Dakhlia, 2005b).

8  Dans les pages mode et beauté, tout est mis en œuvre pour qu’une lectrice aux revenus modestes ne se sente pas mal à l’aise, et l’ensemble de la maquette reprend les  codes des magasins pour signaler des promotions : soleils, étoiles, étiquettes en trompe-l’œil, le tout dans des couleurs fluo.

9  Les chiffres de l’AEPM sont en effet issus de la société d’études Audipresse, qui regroupe des agences et des annonceurs. Tous les résultats cités correspondent au cumul 2006-2007, soit à la période entre juillet 2006 et juin 2007.

10  La catégorie AB+ comprend les individus appartenant à des foyers dont le chef est cadre, profession libérale, profession intermédiaire, ou chef d’une entreprise de 10 salariés ou plus.

11  J’ai mes sources, présentatrice Colombe Schneck, France Inter, 16 octobre 2006.

12  Il convient de rappeler au passage que Paris Hilton a elle-même participé à une émission de télé-réalité, The Simple Life (FoxTV puis E ! Entertainment), pour accroître sa notoriété.

13  « […] the consumers of celebrity are now able to play a part in the production of cultural visibility. » Traduit par l’auteur.

14  « The politician must possess the essentially aesthetic talent of being able to represent political reality in new and original ways » (italiques dans le texte original). Traduit par l’auteur.

15  Le 23 août 2007, L’Express révèle que Paris Match a effacé des bourrelets disgracieux de Nicolas Sarkozy sur une photo le montrant torse nu, en train de pagayer sur un canoë (édition du 9 août).

16  « Unlike official news, popular news makes no attempt to smooth out contradictions in its discourses : indeed it exploits them, for unresolved contradictions are central to popular culture », p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jamil Dakhlia, « Du populaire au populisme ? », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 66-83.

Référence électronique

Jamil Dakhlia, « Du populaire au populisme ? », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/1268 ; DOI : 10.4000/communication.1268

Haut de page

Auteur

Jamil Dakhlia

Jamil Dakhlia est maître de conférences à l’Université Nancy 2. Courriel : jamil.dakhlia@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org