Navigation – Plan du site
Articles

Le cas de l’information-people en Suisse romande

Spécificités d’un microcosme regional
Valérie Gorin
p. 84-104

Résumés

À travers une analyse des contenus des titres de presse de la Suisse romande, cet article se propose d’indiquer plusieurs pistes de réflexion autour de la construction de l’objet people et de ses spécificités en Romandie : quelle place occupent les people dans cette presse d’information générale ? Quelles y sont les célébrités représentées ? Quelles valeurs incarnent-elles ? Quelle est la frontière entre vie privée et publique ?

Haut de page

Texte intégral

1Le 11 octobre 2007, La Tribune de Genève et Le Matin, deux des quotidiens romands les plus diffusés en Suisse francophone, consacrent respectivement leur manchette à des personnalités politiques dans le cadre de leur vie privée : « Cécilia Sarkozy traquée à Genève » et « Micheline Calmy-Rey — Elle vole au secours des chats ». Étrange constat que ce surgissement d’une forme de peoplisation de l’information dans une presse suisse romande qui ne compte aucun magazine à sensation et ne dispose pas de paparazzi dans les rangs de ses professionnels. Pourtant, suivant en cela le tournant constaté dans la sphère occidentale depuis les années 1990 (Delporte, 2003), la presse suisse romande semble avoir élargi ses rubriques consacrées aux célébrités, dans l’ensemble de ses titres quotidiens ou hebdomadaires.

2Si le cas du people en France bénéficie de plusieurs études à l’heure actuelle, le cas du people en Romandie reste largement ignoré par la recherche, bien que le genre se diffuse à plus grande ampleur depuis l’apparition des quotidiens gratuits en 2005. À travers une première analyse de contenu sur l’ensemble des titres de la presse suisse romande, cet article se propose d’indiquer plusieurs pistes de réflexion autour de la construction de l’objet people et de ses spécificités en Romandie.

3En partant d’une lecture exhaustive des titres de la presse écrite ou illustrée concernés, notre réflexion aimerait se porter dans un premier temps sur l’espace rédactionnel consacré aux rubriques people, ainsi qu’aux types de textes présentés. Il s’agira notamment de déterminer dans quelle mesure la brève, la dépêche ou l’article de fond orientent la représentation de la célébrité. Dans un deuxième temps, les résultats de l’analyse de contenu menée sur les pages à teneur people dans ces mêmes titres de presse permettront de mettre en valeur les thématiques traitées. Que ce soit d’un point de vue quantitatif ou qualitatif, les thématiques présentes et la façon dont elles sont construites relèvent d’une étape nécessaire pour mieux définir les relations entre espace public et espace privé qui définissent la presse people.

4Une fois ces thèmes abordés, la comparaison avec la presse française sera tout aussi éclairante, surtout sur la question du respect de la vie privée. Dans quelle mesure y retrouve-t-on les mêmes catégories de contenu ? La représentation de la célébrité y est-elle la même ? Quelles célébrités sont mises en avant dans la presse suisse ? Les parallèles, mais surtout les écarts entre les deux sphères nationales, permettront d’esquisser les spécificités d’un contenu de presse qui s’adresse traditionnellement (en tout cas lorsqu’il paraît en presse spécialisée) à un lectorat issu des classes moyennes, et dont l’information-people véhicule somme toute des valeurs assez classiques, en « s’efforç[ant] de séduire [son] auditoire en construisant un reflet héroïque de l’individu médian, champion des valeurs les plus consensuelles » (Dakhlia, 2003 : 86).

5Modèles de réussite familiale et professionnelle, idéaux de bien-être, mais aussi stars américaines capricieuses et excessives, la presse suisse romande semble s’inspirer de ses confrères français dans son traitement de l’information-people ; toutefois, elle met également en valeur des célébrités locales, et les lieux de rencontre de la jet-set romande, en insistant plutôt sur le personnage public qu’est la star, dans un paysage suisse qui laisse finalement peu de place à l’intrusion dans la vie privée et qui cultive un certain anonymat de la star sur son territoire.

De la dernière page aux « tête à tête » avec les stars

6D’une façon générale, la presse écrite romande regroupe des titres que l’on retrouve à toute échelle nationale. Ainsi, pour notre analyse, nous avons couvert l’éventail de la presse suisse romande, quotidiens comme hebdomadaires, en sélectionnant un échantillon sur la fin de l’année 2005.

7D’emblée, un constat s’impose : même dans des proportions inégales, les rubriques sur les célébrités ou à teneur people ont fait leur apparition dans l’ensemble de la presse écrite quotidienne, y compris dans les quotidiens régionaux pourtant très orientés sur le terroir et l’actualité d’un microcosme très réduit. Ainsi, dans leur majorité, les quotidiens consacrent en moyenne une à deux pages au people, sauf quelques rares exceptions comme Le Nouvelliste, qui se contente d’une minuscule brève « Potins de stars » en une semaine, et Le Temps, quotidien de référence qui ouvre ponctuellement ses pages au portrait d’une star dans sa rubrique culture. L’apparition des gratuits en Suisse romande y est certes pour quelque chose, accentuant la pression sur des rédactions déjà fragilisées par la baisse de la consommation de la presse écrite :

Les journaux suprarégionaux ou nationaux, pour survivre face à la concurrence nouvelle de la télévision, et sans le fonds de commerce de l’information locale, radicalisent leur caractère populaire. Le journal de boulevard allemand ou suisse, le tabloïd populaire britannique se sont lancés dans l’exploitation de la veine du fait divers, du sexe et du sang. C’est une manière de ne pas laisser à la télévision le monopole de l’émotion (Cornu et Borruat, 2007 : 66).

  • 1  À ce sujet, le numéro spécial de la revue Médiamorphoses, consacré aux « Médias people : du popula (...)

8Le phénomène n’est donc pas propre à la Suisse ; comme le souligne Daniel Cornu, il est d’ampleur mondiale. Le cas de la presse romande s’offre ainsi comme un laboratoire d’observation et d’analyse privilégié d’un courant généralisé constaté à l’ère de la médiatisation permanente et continue, où experts de la communication et médiologues s’interrogent sur le déclin d’une certaine presse vers le populaire et le racolage1. Bien que l’analyse effectuée ici porte sur des journaux qui n’ont pas le même format et dont les politiques éditoriales se révèlent différentes, les résultats obtenus permettent néanmoins d’esquisser la portée d’un phénomène naissant en Suisse et sa comparaison avec la sphère française.

9Dans notre cas, l’apparition des gratuits, si elle a accentué le décalage entre une presse de consommation rapide tournée vers le divertissement et une presse d’information généralisée aux contenus plus analytiques, n’a pas pour autant supplanté les quotidiens suprarégionaux dans le cas romand (Cornu et Borruat, 2007). Toutefois, ses concurrents principaux restent des quotidiens de type populaire, dont Le Matin, qui réserve une large part de ses feuillets aux people : huit pages en moyenne par édition journalière (jusqu’à dix pages pour son édition dominicale), ce qui fait de lui le plus gros producteur d’informations people parmi les quotidiens romands. Il est également le seul à employer les services d’agenciers, qu’il fait passer pour des correspondants basés à l’étranger, dans ses articles concernant les célébrités.

10Si les quotidiens régionaux se contentent pour leur part de quelques brèves issues d’agences de presse consacrées aux people en dernière page, intitulée avec humour « La Der » — on voit là le peu de prestige qui est accordé à ce type d’« informations » — les quotidiens les plus lus consacrent volontiers des pages pleines à des portraits de célébrités. Sans beaucoup d’originalité, ils reprennent la désormais célèbre rubrique « Les Gens » pour effectuer diverses interviews de stars de passage dans la région, souvent en tournée promotionnelle. Si ce mode de traitement de l’information ne relève pas du people en soi mais plutôt d’une rubrique culturelle, les questions qui émergent de-ci de-là sur la vie privée, la personnalité ou la santé de la vedette interviewée s’orientent clairement vers une peoplisation du contenu. Aucun journaliste attitré ne semble s’atteler spécifiquement à cette rubrique, généralement classée dans l’actualité artistique.

11De plus, quelques « tête à tête » surgissent dans l’actualité internationale placée dans les pages médianes des éditions, sous forme de quelques lignes consacrées à des personnalités du cinéma, de la musique ou du showbiz. C’est le cas de la rubrique « Instantanés » de La Tribune de Genève, clin d’œil volontaire à un monde qui se présente dorénavant sous forme de clichés, mosaïques morcelées où la retraite de Michael Jackson au Bahreïn et le voyage de noces de Charles et Camilla côtoient volontiers les récentes déclarations du président iranien et les pratiques d’avortement en Suède (9 novembre 2005, p. 13).

12La place du rédactionnel « maison » semble toutefois encore assez importante, si l’on considère le peu de dépêches qui sont insérées, ou du moins signalées comme telles : de 100 % à 75 % du contenu pour des quotidiens régionaux comme Le Quotidien Jurassien ou L’Express, elles disparaissent en tout cas explicitement dans un suprarégional comme La Tribune de Genève. Même si l’origine des informations people, notamment des nombreuses brèves insérées ici ou là, semble indéniablement provenir d’une agence spécialisée dans l’actualité des célébrités, les faits sont donc réécrits.

13Cette « intrusion » du personnage connu et reconnu dans l’information d’actualité se retrouve aussi dans la presse illustrée, qu’elle soit féminine, à l’exemple de Femina ou Edelweiss, de type newsmagazine, à l’image de L’Hebdo et L’Illustré, ou encore télévisée. Alors que les deux magazines féminins gardent une ligne éditoriale relativement conventionnelle, s’offrant quelques pages de portraits people ou de « bons plans » sur les conseils d’une star, suivant en cela le modèle de Elle ou Marie-Claire (Bonvoisin et Maignien, 1986), le cas est un peu plus significatif pour les hebdomadaires d’information générale.

  • 2  Ancien directeur général de l’entreprise de biotechnologie Serono, il est aussi le vainqueur de l’(...)

14Certes, L’Hebdo suit nettement la démarche des quotidiens dans son approche people, se contentant de brèves informations sur l’actualité culturelle des stars dans sa rubrique « Projecteur », et consacrant en moyenne quatre pages par édition au people sur la période observée. Il reste en cela proche d’une forme traditionnelle de journalisme, consacré aux enquêtes de fond, plus analytique. Le seul reportage qu’il consacre à une personnalité, en novembre 2005, concerne l’homme d’affaires suisse Ernesto Bertarelli2, dont l’actualité professionnelle relative à la vente de son entreprise Serono soulève de nombreux enjeux dans la vie économique suisse. Si sa vie privée est accessoirement abordée (son couple, sa villa de rêve), c’est avant tout la figure d’un personnage public emblématique de la Suisse et de sa vie sportive qui est mise en avant, et non le dévoilement d’une quelconque intimité ou « le souci obsédant d’un secret révélé » (Marion, 1999 : 6), pratiques habituellement réservées à la presse people. Le magazine reste donc en cela très proche de ses confrères français tels que Le Nouvel Observateur ou Le Point.

15Le cas de L’Illustré est tout autre ; les chiffres parlent déjà d’eux-mêmes, puisque le magazine consacre pas moins de 22 pages en moyenne au people sur la période observée, sous des formes diverses mais très ritualisées. Alors qu’il s’annonce « magazine grand public le plus lu de Suisse », « magazine à large spectre » qui « couvre toutes les rubriques » (http://www.illustre.ch), l’information people y prend une place importante dans l’actualité internationale et régionale, et même dans ses grands reportages. Au fil des pages s’égrène le défilé des célébrités, d’abord sous la rubrique « Les gens de la semaine », qui cite paroles et autres hauts faits des stars, puis sur la page « Les 3 photos », saisissant au vif de l’image une célébrité en train de travailler, pour finalement consacrer un reportage de plusieurs pages à une star, généralement locale. Le magazine propose également une rubrique « Bien-être », dans laquelle une personnalité est conviée à confier ses secrets de beauté et de sport. Au final, le magazine présente donc une forme intéressante d’hybridation entre information et divertissement (Dubied, 2008), actualité politico-économique et faits de société, régional et international, où le people semble s’immiscer comme élément de référence entre news et culture.

  • 3  Bien que le cas de la réception soit évoqué à travers cette question, ce numéro présent ne traite (...)

16Que dire alors de cette nette invasion périphérique et intra paginas du people ? Quelles nuances souligner entre quotidiens et magazines hebdomadaires ? La réponse se trouve peut-être du côté des lecteurs. En effet, un rapide survol révèle que les titres de cette presse romande recourant le plus à l’information-people sont aussi les plus lus. Ils sont également ceux diffusés majoritairement sur l’arc lémanique, entre Genève et Lausanne, soit deux villes relativement ouvertes à l’international, plus enclines à l’actualité mondiale que ne le sont des régions plus périphériques comme le Valais ou le Jura, privilégiant le contact local et régional. Les people seraient-ils donc un facteur essentiel du lien social international et d’une culture élargie à une communauté mondiale, « condensateurs énergétiques de la culture de masse » (Morin, 1962 : 142) ?3

  • 4  Le cas cité n’appartient pas au corpus retenu pour l’analyse. Nous avons toutefois parcouru réguli (...)

17C’est en partie les questions que se pose plus récemment l’un des journalistes de La Tribune de Genève, quand il se demande si l’on peut « se permettre d’être vraiment largué », puisque la non-connaissance des contenus de Voici ou Closer implique le risque d’être coupé « de la culture telle qu’elle se vit aujourd’hui » (8 et 9 septembre 2007, p. 15)4.

La mise en scène du people : de la star « olympienne » au bon père de famille

18La culture telle qu’elle se vit aujourd’hui est donc progressivement liée au destin des stars et à leur représentation médiatique. Dans l’idée de prolonger la première partie de cette analyse du contenu people dans la presse suisse, et après en avoir mesuré la place rédactionnelle dans les titres romands, il était nécessaire de revenir sur sa rhétorique et la teneur de son contenu. Que la presse s’intéresse aux gens célèbres de ce monde, soit, mais qu’en est-il donné à voir et à comprendre ? C’est dans ce but qu’une analyse systématique des contenus a été menée au moyen d’un logiciel informatique d’analyse (Atlas.ti), qui a permis de dégager plus de 167 catégories de traitement de l’objet people pour la période étudiée. Constituées en familles, ou thématiques, elles permettent de prolonger le travail mené par Jean-Pierre Esquenazi sur la presse française en 2003 (voir tableau ci-dessous).

Tableau 1. Sphères thématiques, classées selon le nombre d’occurrences, et pourcentage par rapport au contenu du corpus

Familles de catégories :

Thématiques récurrentes :

Nombre d’occurrences

Le mode de vie des stars

Monde olympien (luxe, soirées, excès, harcèlement des médias) et monde ordinaire (quotidien, données biographiques)

1410

Les stars et la vie professionnelle

(parcours professionnel, facteurs de réussite, télé-réalité)

914

Les stars et l’amour

(scénarii amoureux de la rencontre à la rupture)

365

Les stars et leur caractère

(qualités et défauts de personnalité)

257

Les stars et leurs relations sociales

(cercle familial, microcosme des stars)

254

Les stars et le monde

(lien avec l’espace public, engagement social et politique)

230

Autres : métadiscours de la presse

(pratiques journalistiques, mise en récit, réflexions sur la peoplisation)

185

Les stars et leur santé

(physique et psychique, coups du sort)

172

Les stars et leur apparence physique

(qualités et défauts physiques, lien avec rubriques commerciales)

140

Les stars et leurs enfants

(rôle de parents, éducation des enfants)

121

Figure 1. Pourcentage des sphères thématiques, classées selon le nombre d’occurrences, et pourcentage par rapport au contenu du corpus

Figure 1. Pourcentage des sphères thématiques, classées selon le nombre d’occurrences, et pourcentage par rapport au contenu du corpus

19L’analyse, effectuée sur 411 articles de presse à contenu people, a permis d’obtenir 4 048 segments thématiques (constitués à partir des textes et des images), regroupés ensuite dans des catégories ou familles spécifiques. On constate ainsi qu’aux trois familles principales identifiées par Esquenazi, à savoir la vie amoureuse, la vie maternante et la vie professionnelle, s’ajoute une série de déclinaisons de la vie et du personnage people, tant sur son aspect psychique et physique, que sur son opinion vis-à-vis du monde, sa sociabilité et les aléas de sa santé. À travers les pages people se dessinent donc les tribulations des destinées célèbres, dont le mode de vie se déroule à la fois entre la sphère privée et publique, entre vie ordinaire et microcosme du showbiz, sur un « décor ou un fond commun » également identifié par Esquenazi (2003) : celui du « monde des stars », sorte de « réseau aux sommets », qui s’empare d’une grande partie des pages people de la presse romande (16,8 %).

  • 5  Analyse globale menée dans le cadre de la recherche mentionnée plus haut.

20À titre de comparaison, l’ensemble de ces sphères thématiques se retrouve dans l’analyse de contenu globale, menée à plus grande échelle sur un échantillon de presse francophone5. Totalisant 3 875 articles, soit 32 210 segments thématiques, cette analyse globale révèle une légère variation dans la hiérarchie des thèmes traités par rapport à la presse romande qui nous intéresse ici ; l’aspect relationnel, les qualités physiques et la vie maternante des stars y prennent plus d’ampleur, cela s’expliquant notamment par le fait que le corpus global inclut une presse people spécialisée, qui fait une part plus large aux photos volées et au discours transgressif sur l’intimité.

Figure 2. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de l’ensemble de la presse francophone people ou à contenu people

Figure 2. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de l’ensemble de la presse francophone people ou à contenu people

21Dans les deux analyses, les contenus people se tissent sur une toile de fond, sorte d’« Olympe » moderne inaccessible au commun des mortels, qui se démarque par son aspect le plus visible, celui des soirées de la jet-set où les stars offrent une image publique, où elles sont en représentation. C’est un monde fait de richesses, de rencontres, de fêtes et d’attributs du luxe, à l’image du fameux « royaume des stars » d’Edgar Morin (1972). Le journaliste se mue ainsi en chroniqueur mondain, rapporteur privilégié du saint des saints, égrenant les « soirées people » et les tapis rouges, prompt à en rapporter des clichés sur les personnalités qui s’y sont données à voir. Catégorie la plus importante dans l’analyse de contenu sur la presse francophone comme la presse romande (253 occurrences, soit 6,3 % du corpus), elle permet de décliner l’infinité des lieux où se rencontre la jet-set : galas de charité, défilés de mode, avant-premières, palaces, lancements de produits de luxe et autres « Cocktails », comme titre la rubrique du Matin dimanche. Là s’y rencontre le gotha muni de son carton d’invitation, parfois présenté en photographie dans les pages de la presse.

22Mais le meilleur des laisser-passer pour accéder à ce monde reste sa propre célébrité. La star est aussi un emblème qui attire et fait vendre.

[…] the celebrity is also a commodity : produced, traded and marketed by the media and publicity industries. In this context, the celebrity’s primary function is commercial and promotional. […] The celebrity is defined instrumentally, in terms of the role they play within the operation of the mass media, promotion and publicity industries (Turner, 2004 : 9).

  • 6  Créateur de la marque De Grisogono et basé à Genève.

23Ainsi, dans sa couverture de la soirée du joaillier Fawaz Gruosi6 à Genève, Le Matin dimanche aligne une série de photographies où l’on voit le créateur entouré de stars internationales aux noms évocateurs, telles Jennifer Lopez et autres Paris Hilton (4 décembre 2005, p. 33), porte-parole indéniables de l’industrie du luxe.

24Au-delà de ces lieux publics, la presse romande fait aussi le choix d’une dimension plus prosaïque et privée dans son traitement du mode de vie des people : le quotidien de la star, ses éléments biographiques, ses souvenirs, ses relations. En relatant les désirs, les goûts et autres banalités de la vie de la star, « ce type de discours peut répondre à deux objectifs : redoubler l’évasion par un effet de mise en abîme et favoriser l’identification à la star en renvoyant au lectorat son propre reflet » (Dakhlia, 2003 : 82). En rendant parfois la star plus ordinaire, la presse people la rapproche des vicissitudes de la vie du quidam. Cela explique certainement la forte prégnance de la sphère des « éléments biographiques lisses » dans le contenu de la presse romande (14,6 %). Catégorie dominante dans les pages du portrait classique, elle souligne des interrogations quant à sa véritable qualité informative ou sa constitution en terme « d’événement » médiatique.

25Dans l’article qu’il consacre au « triomphe de l’info-people » (8 septembre 2007 p. 3, hors-corpus), Le Temps s’interroge sur la mise en scène et l’esthétique du portrait intime et questionne le rédacteur en chef de L’Illustré sur la fonction d’une telle pratique, à quoi celui-ci répond.

Les lecteurs, tous les lecteurs de toutes les couches sociales, veulent savoir à qui ils ont affaire. Ils veulent pouvoir mieux cerner une personnalité en entrant chez elle, en regardant ce qu’elle a comme livres aux murs, comme CD sur la commode, comme tableaux aux murs. Ils savent que l’univers esthétique d’un people en dit long sur sa personnalité.

26La remarque, si elle est vraie, pose la question des contours flous de la peoplisation des traitements dans la presse romande. Au-delà de la dimension olympienne de la star, de son image publique construite sur les tapis rouges et dans sa vie professionnelle, apparaît une figure plus ordinaire, liée au parcours de vie du commun des mortels : amours, famille, amis, enfants, santé, personnalité. Toutefois, une distinction s’opère avec la presse people française : l’intrusion dans la sphère privée se fait rarement sur le mode de la transgression. Les stars se livrent presque toujours dans un cadre négocié avec la presse, celui de l’interview, qui se déroule généralement dans un hôtel.

27Toutefois, on découvre de-ci de-là, à la manière évoquée par le rédacteur en chef de L’Illustré, des photos d’intérieur de la star, son « chez elle », qui marquent une illusion de proximité accentuée avec la vedette. Le phénomène semble encore minoritaire et concerne particulièrement les titres de presse romande où le contenu people est le plus répandu : Le Matin, Le Matin dimanche et L’Illustré. Ce dernier semble favoriser le reportage au plus près de la vie quotidienne de la star, comme dans cet article qui suit les tribulations de Miss Suisse en Chine pour le concours de Miss Monde (7 décembre 2005, p. 22-29). Cependant, on est encore loin des modèles français, à l’exemple du magazine Elle qui pratique régulièrement l’éclairage des 24 heures d’une célébrité, ou des reportages exclusifs du magazine Gala qui négocie des photographies privées à prix d’or, voire de portraits très intimistes où la star reçoit les journalistes chez elle au petit matin en peignoir, à la manière de Marie-Claire. La presse romande privilégie les relations de proximité avec ses stars locales, n’ayant que peu de contacts — et de moyens — pour rivaliser à plus large échelle avec les stars à dimension internationale, et ne propose aucune photographie volée de célébrités prises en flagrant délit dans la rue, selon le mode instauré par Voici.

28De plus, le phénomène va plus loin, puisqu’il questionne l’éventuelle implication de la célébrité dans cette construction de la « starité » et sa représentation. On le retrouve notamment dans la catégorie « souvenirs de stars » (2,7 % du corpus), où le personnage people n’est plus victime d’une intrusion du regard médiatique dans sa vie, mais s’offre volontairement en exhibant une partie de sa vie, de son chemin : « Roland Giraud. Ses débuts à Paris, son amour de la comédie, l’assassinat de sa fille en 2004… Le Français se raconte sans chichis » (La Tribune de Genève, 15 novembre 2005, p. 32).

29Évoluant dans un monde fait de strass et de lumières, la star sert aussi de vecteur de « projection et d’identification », idéal de réussite et de perfection dont les conseils, à la manière de la « gelée royale » de Morin (1972), sont des styles de vie à suivre :

La star est donc essentiellement patron-modèle. Le patron-modèle peut être un archétype global […]. Il peut être particulier, chacun imitant la star à laquelle il croit ressembler. […] Le patron-modèle qui détermine l’allure extérieure (vêtements, fards) peut aussi guider les conduites de l’âme […] (p. 127).

30Ainsi, la relative importance de la catégorie « conseils de stars » (3,1 % du corpus) s’explique par ces rubriques « bons plans » et « bien-être » où le people olympien vient gratifier l’humble mortel de ses pratiques avisées pour le maquillage, les régimes, la dernière jupe à la mode : « les indispensables dans le sac à main », « les gestes pour se sentir belle » propose ainsi l’actrice américaine Reese Witherspoon dans Femina (11 décembre 2005, p. 74) ; ou encore, Maria Opuni, jeune top-modèle suisse, qui avance que le moyen de « ne pas prendre de poids, c’est faire du sport et manger léger » dans L’Illustré (14 décembre 2005, p. 39). La star se démarque donc comme élément de référence sur son temps, affublée de certains attributs précieux qui, à la manière d’une gelée royale, lui fondent un côté extraordinaire (célébrité, beauté, glamour), lui concèdent un « rôle exemplaire », un statut de « modèle de conduite » (Morin, 1962 : 143), dont elle vient faire bénéficier le reste du monde.

31Certes, dans un monde fastueux où les tentations sont fortes, le monde de stars se prête facilement aux excès et à la démesure. Version négative de cette vision de modèles de comportement et de réussite dans un monde lissé, la liste des « vices » est longue, que ce soit la dépendance à l’alcool et aux drogues, l’épuisement dû à de trop nombreuses fêtes et des frasques diverses portant sur la vulgarité et la provocation.

Scandal produces news. For the already famous, it maintains a presence in the popular media, albeit a presence imbued with potentially negative connotations. A scandal can work to make us think of a particular celebrity differently and allow them to slide out of the straitjacket of an industry-defined identity : It can be thought of as a transgression […]. [S]candal advances political and cultural debates. Issues of divorce, privacy, paternity, fidelity, abuse, addiction, and theft are elaborated through celebrity misteps and paparazzi oversteps (Marshall, 2006 : 439).

32Le traitement observé par Jamil Dakhlia sur les excès dans la presse magazine-télé française se confirme pour le contenu people de la presse romande. Mais si, d’une manière générale, le traitement des excès porte sur des stars américaines, les débordements en tout genre ne semble plus l’apanage exclusif des stars outre-Atlantique. Majoritairement traité dans la presse quotidienne qui fait largement usage des brèves, comme le groupe du Matin ou 24 Heures, le cas des excès stigmatise les attitudes exceptionnelles des stars et des risques de la célébrité, tout en cultivant ce goût pour la perte de contrôle : « Aïe, les stars disjonctent ! » titre Le Matin dimanche (11 décembre 2005, p. 32), qui s’interroge sur les déboires judiciaires pour coups et blessures de l’acteur français Sami Naceri, tout en faisant des parallèles avec les antécédents de violence de ses confrères anglo-saxons, comme l’acteur australien Russell Crowe ou le producteur anglais Phil Spector.

33Stigmatisées, les stars fautives sont aussi mises en avant quand elles font acte de repentance, à l’image du chanteur français Florent Pagny qui s’exprime dans Le Matin dimanche (27 novembre 2005, p. 74) sur ses antécédents de consommation de drogue : « Je me suis dit qu’il fallait arrêter le pétard ». Bien que fortement soumise à des tentations, la star est aussi capable des rebondissements les plus inattendus et fait donc preuve de résilience. C’est le cas de la formidable résurrection du top-modèle Kate Moss, prise en flagrant délit de consommation de cocaïne en 2005, et dont le retour sur le devant de la scène est unanimement loué par la presse romande : « Kate Moss revient en force » (Le Matin, 9 novembre 2005, p. 54), « Kate Moss a repris le collier à Ibiza » (La Tribune de Genève, 9 novembre 2005, p. 13), « Kate Moss, le retour. Déjà ! » (Le Matin dimanche, 13 novembre 2005, p. 13).

34Dans l’ensemble donc, la presse romande traite du royaume des stars comme un monde inaccessible mais « révélé » dans ses pages, dans lequel les aléas de la vie esquissent des pentes et des remontées vertigineuses, mais qui semble majoritairement préférer le happy end. Les aspects positifs de cette planète people sont valorisés, approche que l’on retrouve également dans les attributs psychiques et physiques des stars. L’intérêt pour les caractéristiques psychiques des people semble toutefois l’emporter, puisque 6 % des articles abordent les traits de caractère, au détriment des descriptions physiques (3 %). Goût pour le sport, la mode mais aussi force de caractère, gentillesse, générosité ou humour sont valorisés, renforçant ainsi l’idée de la star modèle.

35Les quelques qualités physiques mises en avant, telle que l’éternelle beauté de la star, son côté sexy et glamour tout comme sa jeunesse et sa minceur, sont plus nombreuses que les approches négatives sur ses défauts (vieillesse, poids, laisser-aller, manque d’assurance, stupidité, prétention, etc.). Cela suggérerait donc que la star est l’incarnation du superlatif de la perfection.

Stars are always the most something-or-other in the world — the most beautiful, the most expensive, the most sexy. But because stars are « dissolved » into this superlative, are indistinguishable from it, they become superlative […] (Dyer, 1990 : 49).

36Dans ce jeu du superlatif, la star est avant tout un produit construit par le showbiz, une représentation d’un modèle de réussite et de beauté que les médias entretiennent, non sans une certaine dose d’hypocrisie. En effet, dans l’idéal physique qu’elles incarnent, les stars cachent parfois les éléments constitutifs d’une beauté « fabriquée », notamment dans le moule de la chirurgie esthétique. L’information-people peut alors jouer de ce côté factice, tantôt encensant, tantôt dénonçant une fausse réalité, comme on le constate dans l’affaire suivante, dans laquelle apparaît toute la dualité de la construction de l’image d’une star, entre mythe et réalité : « Victoria Beckham : oui, elle a été opérée. Seins refaits » (Le Matin, 15 novembre 2005, p. 54). Le quotidien revient sur les mensonges de la vedette qui prétendait être parfaite au naturel et joue ainsi sur l’image de perfection incarnée par la star, suggérant alors que l’idéal de beauté n’est qu’un leurre. Entre fascination et désacralisation, la presse construit le personnage people sur le thème de la faillibilité.

37Banalité et simplicité sont donc souvent mises en avant, en contrepoint du merveilleux évoqué plus haut, souvent par la star elle-même, comme on le constate dans cette presse romande qui fait le choix régulier de l’interview, soulignant ainsi la proximité « imaginaire » avec le people qui est offerte au lecteur. La star en devient un individu presque ordinaire, communiquant sur les « choses de la vie », connectée à la réalité. Mais sa « double nature », l’une divine et l’autre mortelle, l’emblématise à la manière d’un porte-parole qui a son avis à donner sur l’état du monde :

Leur deuxième nature, à travers laquelle chacun peut communiquer avec leur nature divine, les fait participer aussi à la vie de chacun. En conjuguant la vie quotidienne et la vie olympienne les olympiens deviennent des modèles de culture au sens ethnographique du terme, c’est-à-dire des modèles de vie. Ils incarnent les mythes d’autoréalisation de la vie privée. Effectivement, les olympiens, et surtout les stars, […] sont les grands modèles qu’apporte la culture de masse, et sans doute, ils tendent à détrôner les anciens modèles (parents, éducateurs, héros nationaux) (Morin, 1962 : 142).

38Cela explique la relative importance de la famille « Les stars et le monde » (6 %), où les people s’expriment à tout va sur les jeunes des banlieues, la souffrance des ados, la politique américaine… Une star en prise avec le monde donc, mais qui sait aussi descendre de son piédestal pour faire rejaillir sur les mortels un peu de son charisme, ainsi qu’en témoignent les catégories sur l’engagement social (1,7 %) et l’engagement humanitaire (1,1 %) des stars.

39Proche d’un modèle religieux de la sainte bienfaitrice des malheureux, cette représentation souligne parfaitement le côté ambivalent du personnage people, entre sa « surhumanité » et son « extrême humanité » (Morin, 1962). Une extrême ordinarité pourrait-on dire, qui se décline aussi dans ses relations sociales (6 %) — les stars entre elles, la famille, les proches — et les aléas de sa vie amoureuse (9 %). Dans ce dernier cas, les modèles construits dans la presse romande sont extrêmement identiques aux phases évoquées par Esquenazi (2003), des amours passionnées qui se déroulent entre rencontres et ruptures, mariages et trahisons ; on constate toutefois une légère prégnance de la relation durable (0,8 %) par rapport à la rupture (0,6 %), voire aux problèmes de couple (0,3 %).

  • 7  Le survol du contenu des magazines hebdomadaires retenus, étendu cette fois à cinq semaines, ne mo (...)

40Autre constat intéressant, si la vie amoureuse reste une thématique relativement présente dans la presse romande, celle de la vie maternante est relativement moindre. Cela signifierait-il que l’image si « humaine » de la mère n’est pas un phénomène people retenu par la presse romande ? La question reste ouverte, mais peut aussi s’expliquer par un creux des naissances ou grossesses de stars pendant la période étudiée7. La vie maternante reste toutefois un modèle de traitement privilégié quand la presse romande aborde la sphère très fermée du clan familial de la star, comme nous le verrons plus bas.

41Cette « visibilité » de la vie privée reste donc très consensuelle, au même titre que la vie professionnelle. Si cette thématique est très importante (23 %), elle se décline sous le modèle attendu de la star investie dans son travail, ambitieuse, opiniâtre. Donnant l’image d’une personne acharnée au travail, consacrant peu de temps aux vacances (catégorie quasi nulle puisqu’elle ne constitue que 0,1 % du corpus), la star mène une vie faite de projets (1,6 %), de réussites (1,3 %), où les fréquents rappels de parcours par la presse insistent sur le côté méritant de la star (5,4 %) : « L’étoile McCartney toujours plus haut » (24 Heures, 14 novembre 2005, p. 10), « Kate Bush — Un parcours sans faute » (Femina, 20 novembre 2005, p. 18). La prégnance de la thématique professionnelle permet donc de souligner, d’une part, le lien évident avec l’économie du star-system, mais elle offre, d’autre part, un prolongement intéressant du people comme un être méritant, dont la vie, certes enviée, est le fruit d’un labeur et ne consiste pas uniquement en désœuvrement. À ce titre, cela permet de nuancer l’interprétation de Lowenthal (1961), selon lequel la star était représentée essentiellement dans des activités de loisirs.

42Entre l’acquis et l’inné, la « starité » semble donc se construire comme le fruit d’un labeur et moins d’un dû. L’exemple le plus abouti reste sans conteste cette série de portraits de sportifs réalisée par Le Matin et Le Matin dimanche entre novembre et décembre 2005, qui combinent à la fois un idéal de réussite professionnelle et personnelle. Illustrés par une photographie sur une moitié de page, cadrant le sportif dans son salon entouré de sa femme et de ses enfants, les articles déclinent la vie de ces joueurs de hockey ou de football sur le même moule : « Heureux papa poule, le Suisse de San Siro parle des femmes de sa vie » (Le Matin, 10 novembre 2005, p. 26) ; « A 39 ans, il cartonne toujours » — « Son secret : sa famille, son équilibre » (Le Matin dimanche, 13 novembre 2005, p. 42) ; « Il a envie d’être plus présent pour ses enfants » — « il se soigne en famille » (Le Matin dimanche, 20 novembre 2005, p. 40-41) ; « Bon père de famille, le gardien du HC Sierre est un gars bien » — « Très amoureux de sa femme, papa poule, bon dans sa cage, le portier de Graben est un homme comblé » (Le Matin dimanche, 4 décembre 2005, p. 43).

43Ces portraits successifs soulignent des valeurs très conservatrices de la part de la presse romande, les joueurs y étant montrés comme des modèles de stabilité familiale et de réussite professionnelle. Or, dans la construction du personnage people, le sportif est probablement la star qui incarne le mieux la « méritocratie » ; leur célébrité étant bâtie à la sueur de leur front, eux seuls peuvent vraiment prouver qu’ils sont « les meilleurs » (Turner, 2004).

Peut-on parler d’une spécificité du people en Suisse ?

44Certes, le traitement réservé à ces sportifs peut surprendre pour une presse romande de type people. Pas d’excès, pas de glamour, pas même un quelconque caprice ou produit de luxe en vue. La réponse tient peut-être au statut des « stars » en question : sportifs connus à l’échelle nationale, ils n’en restent pas moins en quelque sorte des « produits du terroir » dont la célébrité s’arrête aux frontières de la Suisse. C’est le cas d’une grande partie des personnalités présentes dans les pages people de la presse romande, qui s’affaire énormément à mettre en valeur ses VIP et autres célébrités locales. Est-ce là une particularité de cette presse ? Ou du contexte suisse ?

45La question se pose puisqu’elle concerne des aires culturelles bien définies. Alors que la France, plus particulièrement Paris, bénéficie d’une industrie culturelle relativement fertile en célébrités issues du monde de la musique, du cinéma, de la télévision et des arts, le cas suisse francophone ne lui ressemble en rien. Le bassin romand, beaucoup plus petit, n’est de loin pas renommé pour son attraction en termes de festivals ou autres ersatz d’Hollywood. Genève ne concurrence pas Paris sur le plan des événements people. Pourtant, les pages relatives aux soirées VIP sont nombreuses, comme nous l’avons vu plus haut. Elles révèlent donc, de la part des journalistes de la presse romande, la volonté de cultiver une certaine attirance pour les événements mondains et les paillettes, à l’image de la vie des stars sur les tapis rouges.

46La définition de la célébrité qui en ressort est toutefois moins nette ; ainsi, la déclinaison que propose Jean-Max Méjean (2003) — « être people, jet-set ou gotha, dans l’esprit de l’homme de la rue, c’est être riche et célèbre » (p. 22) — se retrouve à une échelle locale dans la presse romande : des personnalités du showbiz (acteurs, présentateurs de télé), des VIP (avocats, magnats de la banque) mais aussi quelques noms à particule. Or, les légendes qui accompagnent les photographies prises dans ces soirées cocktails ajoutent souvent des informations quant au statut et à la fonction des personnes présentées, comme si leur simple cliché ne suffisait pas à les identifier. être personnage public et être présent dans ces soirées aux accès limités, voir son image dans les médias est certes une gageure dans la voie vers la célébrité ; mais celle-ci semble très fragile et aléatoire et nécessite, de la part du lecteur, une connaissance préalable de la vie sociale et culturelle romande, voire genevoise.

  • 8  Pour cette comparaison, nous avons donc retenu les titres de quotidiens français de référence (Le (...)

47Cette presse romande à « tendance » people reste toutefois relativement sobre dans son approche du personnage célèbre et son atteinte à la vie privée. À titre de comparaison, voici les chiffres issus de l’analyse de contenu menée sur la presse française exclusivement, à la même période (sans les titres de la presse people dite spécialisée)8, totalisant 1 124 articles, soit 9 441 segments thématiques.

Figure 3. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de la presse française sans les titres de la presse people spécialisée

Figure 3. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de la presse française sans les titres de la presse people spécialisée

48Si l’on y retrouve la même prédilection pour les thématiques liées au mode de vie des stars et leur vie professionnelle, la presse française privilégie notamment les qualités physiques des stars et leur apparence, au détriment de leur vie amoureuse qui occupe une place moins importante. Cela peut s’expliquer toutefois par le plus grand nombre de magazines féminins dans la presse française, qui privilégient les canons de beauté et les conseils de valorisation de son apparence, en multipliant les rubriques commerciales en lien avec l’industrie de la mode, phénomène nettement moins répandu en Suisse romande.

49Dans les deux sphères nationales, les célébrités locales sont plus ou moins respectées, quoique le phénomène semble plus probant dans le cas de la presse romande ; celle-ci ne porte pas de jugement sur leur comportement, les détails de leur vie privée sont plutôt lisses, les contenus consensuels. Seules les personnalités lointaines, les « vraies » stars hollywoodiennes ou françaises, semblent victimes d’une intrusion dévoilée sur le mode de la transgression, du jugement et de la critique, quoique dans des proportions moindres que ce qui se fait en France. Bien entendu, aucun magazine en Romandie n’est à même de rivaliser avec Voici, voire avec la presse plus « trash » apparue ces dernières années comme Choc ou Entrevue. L’inexistence de pratiques comme celles des paparazzis rendent aussi plus difficile la parution de photographies volées, « faiseuse[s] et destructrice[s] de vies et de réputations ». La presque totalité des photographies people dans la presse romande sont issues d’agences.

50De même, la presse people romande diffère du cas français en ce sens qu’elle s’appuie très peu sur le récit et la mise en série, la « feuilletonisation » et la « dramatisation » (Marion, 2003). Les brèves ne permettent pas le développement narratologique et les hebdomadaires ne suivent que très rarement le développement des rebondissements d’une affaire people.

51Finalement, la presse romande révèle plutôt une construction « hybride » du people, non loin du modèle qu’évoque Christian Delporte pour la France :

Le journalisme populaire qui […] s’est imposé dans le grand public, a toujours misé sur la diversité et — implicitement — sur la qualité de l’information. L’idée, héritée du xixe siècle, a prévalu que le journalisme digne devait, en vertu de sa mission éducatrice, mettre les faits les plus variés à la portée du plus grand nombre, en évitant de flatter les plus vils instincts (2003 : 72).

52À mi-chemin entre l’information et le divertissement, la sphère publique et l’espace intime, le secret dévoilé et la biographie lisse, le monde de représentation et l’intimité dévoilée, les contenus people dans la presse en Romandie restent très conventionnels dans leur approche, à la fois traditionnels — l’attirance pour les grands de ce monde — et commerciaux — se fondre dans la mode de la peoplisation à tout va. Reste à savoir si l’apparition d’éventuels magazines entièrement consacrés au people en Romandie pourrait changer la donne.

Haut de page

Bibliographie

Bonvoisin, Samra-Martine, et Michèle Maigien (1986), La presse féminine, Paris, Presses universitaires de France.

Cornu, Daniel, et Régis Borruat (2007), Les médias en Suisse, Lausanne, Centre Romand de Formation des Journalistes.

Dakhlia, Jamil (2003), « Stars aux programmes : les stratégies échotières dans la presse de télévision », Médiamorphoses, n° 8, p. 79-86.

Delporte, Christian (2003), « Des échos mondains du xixe siècle à Voici », Médiamorphoses, n° 8, p. 72-78.

Dubied, Annik (2008), « Catalyse et parenthèse enchantée. Quand le fait divers rencontre la politique people », Le Temps des médias, n° 10, p. 142-155.

Dyer, Richard (1990 et 1979), Stars, Londres, British Film Institute

Esquenazi, Jean-Pierre (2003), « Voici et le star-system », Médiamorphoses, n° 8, p. 61-67.

Lowenthal, Leo (1961), Literature, Popular Culture, and Society, Palo Alto, Pacific Books.

Marion, Philippe (1999), « Les mirages de la révélation promise. Le discours de la presse à sensation », Médiatiques, n° 16, p. 6-9.

Marshall, P. David (dir.) (2006), The Celebrity Culture Reader, Londres, Routledge.

Méjean, Jean-Max (2003), « Les médias, entre people et populisme », Médiamorphoses, n° 8, p. 21-24.

Morin, Edgar (1972), Les stars, Paris, Éditions du Seuil.

Morin, Edgar (1962), L’esprit du temps. Essai sur la culture de masse, Paris, Éditions Grasset.

Turner, Graeme (2004), Understanding Celebrity, Londres, Sage Publications.

Haut de page

Notes

Conseillère fédérale suisse, à l’époque présidente de la Confédération helvétique.

Ceci est le cas pour la Suisse romande uniquement, puisque les gratuits sont arrivés en Suisse alémanique quelques années plus tôt, soit en 1999. Source : http://www.swissinfo.ch

Dix titres de quotidiens : les suprarégionaux (La Tribune de Genève, Le Matin) ; un gratuit (Le Matin bleu) ; les régionaux (24 Heures, La Liberté, Le Journal du Jura, Le Nouvelliste, Le Quotidien jurassien, Le Temps et L’Express) diffusés dans l’ensemble des grandes villes et du bassin romand (Jura, Valais, Genève, Vaud, Neuchâtel et Fribourg) ; un journal hebdomadaire (Le Matin dimanche), version dominicale du quotidien Le Matin ; trois magazines illustrés hebdomadaires (Femina, L’Hebdo et L’Illustré) ; trois magazines-télé hebdomadaires (TV Guide, Télétop et TV8) ; un magazine illustré mensuel (Edelweiss).

Une semaine de la mi-novembre 2005 pour les quotidiens, cinq semaines entre novembre et décembre 2005 pour les hebdomadaires et cinq mois entre novembre 2005 et mars 2006 pour le mensuel. Il est important de signaler que cette analyse fait partie intégrante d’un projet de recherche plus vaste, financé par le Fonds National de Recherche Scientifique suisse (FNRS), portant sur l’analyse du people dans la presse francophone (i.e. française et suisse, généraliste et spécialisée), dirigé par la professeure Annik Dubied. Les résultats ici exploités doivent beaucoup au travail réalisé par Cécile Rais, assistante sur cette recherche du 1 septembre 2005 au 31 août 2007. Voir le lien URL : http://www.unige.ch/ses/socio/recherche-people/index.html.

1  À ce sujet, le numéro spécial de la revue Médiamorphoses, consacré aux « Médias people : du populaire au populisme » (n°8, 2003), est particulièrement intéressant pour les critiques adressées au people.

2  Ancien directeur général de l’entreprise de biotechnologie Serono, il est aussi le vainqueur de l’America Cup avec son équipe Alinghi en 2003 et 2007.

3  Bien que le cas de la réception soit évoqué à travers cette question, ce numéro présent ne traite pas des publics. Toutefois, la recherche FNRS mentionnée plus haut se donne pour but d’ouvrir ses questionnements à la dimension de la réception dans une étape ultérieure.

4  Le cas cité n’appartient pas au corpus retenu pour l’analyse. Nous avons toutefois parcouru régulièrement la presse suisse romande depuis 2005 pour retenir des articles proposant un métadiscours sur l’information-people.

5  Analyse globale menée dans le cadre de la recherche mentionnée plus haut.

6  Créateur de la marque De Grisogono et basé à Genève.

7  Le survol du contenu des magazines hebdomadaires retenus, étendu cette fois à cinq semaines, ne montre pas de différence significative. Les catégories telles que « maternité », « naissance », « parents aimants » y sont présentes — ce qui souligne une actualité relative à la vie maternante des stars — mais en faible quantité.

8  Pour cette comparaison, nous avons donc retenu les titres de quotidiens français de référence (Le Monde) ou populaires (Aujourd’hui en France, Le Parisien), un journal hebdomadaire (Le Journal du Dimanche), des magazines hebdomadaires d’information générale (L’Express, Le Figaro magazine, Le Nouvel Observateur, Le Point, Marianne), la presse télévisuelle hebdomadaire (Télé 7 jours, Télé Z, Téléstar) et des magazines féminins mensuels (Biba, Cosmopolitan, Elle, Glamour, Madame Figaro, Marie-Claire, Psychologies, Questions de femmes, Vogue)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pourcentage des sphères thématiques, classées selon le nombre d’occurrences, et pourcentage par rapport au contenu du corpus
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1280/img-1.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure 2. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de l’ensemble de la presse francophone people ou à contenu people
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1280/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 3. Pourcentage des sphères thématiques sur le contenu de la presse française sans les titres de la presse people spécialisée
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1280/img-3.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gorin, « Le cas de l’information-people en Suisse romande », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 84-104.

Référence électronique

Valérie Gorin, « Le cas de l’information-people en Suisse romande », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/1280

Haut de page

Auteur

Valérie Gorin

Valérie Gorin est assistante de recherche à l’Université de Genève. Courriel : valerie.gorin@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org