Navigation – Plan du site
Articles

La construction du personnage dans la presse people

Marc Lits
p. 124-138

Résumés

Le personnage est l’élément central qui structure tout récit et qui permet toutes les formes d’identification, surtout dans les productions culturelles de masse. La presse people, dans son nom même, dit l’intérêt qu’elle porte aux personnes publiques, construites comme des héros fictionnels. Ce qui était déjà marquant pour le monde du spectacle contamine désormais l’univers politique, de plus en plus présent dans les magazines people.

Haut de page

Texte intégral

1Longtemps méprisé par les théoriciens structuralistes du récit ou les tenants du « nouveau roman », parce qu’il avait une propension forte à favoriser des formes d’identification lors de la lecture, et donc à faire croire au lecteur que le roman pouvait ressembler à la vie réelle, le personnage est revenu en force avec le déclin des analyses textuelles d’inspiration linguistique et structurale. On s’accorde désormais à considérer le personnage comme l’un des moteurs de toute organisation narrative, au point qu’on ne peut imaginer de récit sans personnage, et qu’on reconnaît même à ce personnage d’être le principal incitant à la lecture. Lire un texte narratif, c’est aller à la rencontre d’une figure héroïque pour partager, d’une manière ou d’une autre, son destin. Et pas seulement pour les midinettes abusées par des romans sentimentaux ou des gazettes à deux sous fabriqués pour renforcer leur aliénation sociale.

2Les travaux d’Yves Reuter ou de Vincent Jouve font désormais de l’étude du personnage un des lieux privilégiés d’entrée dans le texte littéraire. Mais si l’on accepte que le personnage est constitutif du type narratif, quelles que soient ses manifestations discursives, on conviendra qu’il est aussi un élément central du récit médiatique (Lits, 2001), et tout particulièrement dans la presse people, ou dans les traitements journalistiques qui en imitent les procédés. En effet, ce n’est pas par hasard que la rubrique people de Paris Match s’appelle « Les gens ». Ce qui est central dans ces pages, ce sont moins les actions dont ces acteurs seraient les protagonistes, puisque celles-ci sont souvent d’un intérêt limité, mais la personnalité des intervenants. Ce qui compte dans la rubrique people, et en cela son intitulé est d’une rare pertinence, ce sont bien les personnes dont on y parle, les personnages qui y sont construits par le récit médiatique.

3La culture médiatique se caractérise principalement par le primat qu’elle accorde à la récitation d’histoires et la dimension narrative qu’elle privilégie dans toute restitution événementielle. Daniel Couégnas (1992) consacrait déjà un des chapitres de son étude sur la paralittérature à « la narrativité dominante ». Les productions de masse se caractérisent par une hypertrophie de la fonction narrative. C’est le cas dès que se développe une presse à bon marché. Quand Émile de Girardin lance son quotidien La Presse en 1836, il fonde le succès de ce nouveau type de journal sur deux choix stratégiques : un coût d’abonnement divisé par deux par rapport à ses concurrents (grâce à l’introduction de la publicité), et l’introduction du roman-feuilleton (cette première narration sérialisée qui marque bien les débuts de l’ère médiatique). En 1869, l’affaire Troppman n’est pas tant de l’information sur un crime atroce que la mise en scène narrativisée du crime. Ce n’est pas encore l’avènement de la société du spectacle chère à Guy Debord (1996), mais bien celui de la société de l’événement narrativisé, dans sa dimension mortifère, y compris dans l’émergence de produits dérivés : cartes à jouer avec l’effigie des victimes, chansons dont on vend les partitions…

4La presse people du vingtième siècle n’aura qu’à emprunter ce chemin narratif tout tracé et à l’agrandir, entre autres par un recours généralisé à la photographie, en générant une série d’effets induits : l’importance accordée aux personnages médiatiques, réels mais construits en recourant à des stéréotypes narratifs ; le primat accordé à l’émotion, voire à la sensation, sur la rationalité ; la réception fondée sur l’identification ou la projection plutôt que le recul critique… Ce qui induit des logiques d’appropriation plus fortes, faisant du lecteur un acteur potentiel de cet univers tendant au fictionnel, du moins par procuration, dans sa proximité artificielle avec les personnages people qu’il côtoie semaine après semaine. Cela l’installe dans une position narcissique, puisque ce qu’il découvre, dans ces feuilletons mêlant splendeur et déchéance, c’est une part de son être, comme l’avance Jean Bellemin-Noël (1983), quand il parle des contes de fées, qui présentent quelques analogies avec la presse people, du moins dans leur usage :

Ce qui me touche, c’est l’évocation de mes problèmes hors de moi, où ils trouvent un cadre : j’y reconnais une autre dimension, une dimension d’Autre. Voilà des rêves qu’on partage au lieu de les inventer chacun pour soi. Et des rêves mis en mots, avec lesquels on peut jouer à volonté, à satiété, en restant éveillé. Ils donnent le droit de faire mourir ou souffrir tel ou tel, de se mettre à telle ou telle place d’ordinaire jalousement interdite (1983 : 14).

La scène médiatique people

5En partant de ce constat, l’analyse de l’effet-personnage permet de saisir le fonctionnement narratif des personnes réelles présentées dans la presse people, essentiellement saisies à travers le prisme voyeuriste du « lu », où le « désir de voir, de connaître, conduit très vite dans des territoires défendus » (Jouve, 1992 : 90). La perception que le lecteur peut avoir de ces personnes conditionne de manière centrale la consommation de ces articles. Les trois fonctions que Reuter attribue au personnage se retrouvent aisément dans la scène médiatique people. Il lui assigne d’abord un rôle de marqueur typologique, puisque le personnage « différencie le récit des autres types de textes (descriptif, argumentatif, etc.) et contribue à spécifier des sous-catégories narratives (les genres) » (Glaudes et Reuter, 1998 : 16). Cela permet d’identifier les rôles de cette scène : la vedette du show-biz, l’aristocratie, mais aussi, depuis quelques années, les personnalités politiques.

6Si l’on prend, à titre d’exemple, cinq numéros de Gala, du 9 novembre au 14 décembre 2005, on constate rapidement que le slogan du magazine, « L’actualité des gens célèbres », lequel décline exactement le rôle central du personnage comme programme éditorial, est illustré par les groupes de personnages qui constituent, quasi exclusivement, cette actualité. Sur les quatre premières couvertures, à chaque fois composées autour de quatre personnalités ou couples, il y a neuf représentants du monde du spectacle (cinéma, chanson, télévision et mannequinat) : Céline Dion, Britney Spears, Yvan Attal, George Clooney, Estelle Hallyday, Jenifer, Roland Giraud, Christina Aguilera, Roger Hanin ; quatre membres de familles royales : Letizia d’Espagne, Felipe et Letizia, Albert de Monaco (deux fois) ; deux sportifs de haut niveau : Laure Manaudou (natation) et Zinedine Zidane (football), une personnalité de la jet set internationale : Athina Onassis.

7Si le personnage sert à distinguer le type narratif des autres types discursifs, il permet aussi d’identifier le sous-genre narratif dans lequel s’investit le lecteur. Ici, le doute n’est pas permis, tous ces personnages, sans exception, appartiennent aux mêmes groupes sociaux, réunis par la fortune, la naissance ou l’activité liée au monde du spectacle dans des espaces spécifiques liés à la fête et au divertissement, réservés à un public privilégié. Le personnage people, ainsi identifié, permet de distinguer ce type de récit médiatique des autres lieux d’information, et sert de marqueur typologique du genre people. Avec quelques exceptions, quand l’actualité reprend malgré tout le dessus, comme c’est le cas sur la cinquième couverture examinée. Celle du 14 décembre ne présente pas quatre sujets, mais dix-neuf, parce que ce numéro se veut rétrospectif de l’année qui s’achève, et en évoque aussi les morts célèbres ou les personnalités marquantes. Ce qui explique la présence, furtive, du pape Jean-Paul II (mais qui a aussi manifesté l’émergence de la spectacularisation dans le domaine religieux) et de la journaliste Florence Aubenas, abondamment médiatisée au moment de sa séquestration en Irak. Mais les dix-sept autres figures proposées appartiennent toutes au même milieu (quatorze pour le show business et trois royalties). Par contre, ce trop bref échantillon ne fait pas apparaître de personnalités politiques, puisque leur émergence est récente et limitée à certains moments particuliers, entre autres lors des campagnes électorales, mais nous reviendrons plus loin à cette catégorie nouvelle intégrée dans la presse people.

8Il y a donc bien des personnages spécifiques de la scène people, qui appartiennent à des groupes sociaux aisément identifiables par tout un chacun, et qui apparaissent aussi de manière privilégiée dans la presse people. En outre, ces personnages sont saisis dans des mises en scène propres à leur caractère people (accent sur la vie privée, et tout particulièrement la relation amoureuse, attributs positifs, place prépondérante de l’émotion, etc.).

9Dès lors, si le personnage est aussi un organisateur textuel, deuxième trait retenu par Yves Reuter (1998), on verra que le personnage people, c’est-à-dire tel qu’il est mis en récit dans la presse du même nom, appelle certains types de scénarios, souvent stéréotypés et organisés de manière feuilletonnesque. Puisque ce type de magazines n’a pas pour priorité la présentation d’informations nouvelles relatives à des événements significatifs, il peut se démarquer des faits réellement attestés et construire des scénarios dont la trame narrative utilise de manière récurrente les mêmes scènes stéréotypées. Ainsi, lorsqu’ils intègrent des figures issues de la sphère politique, comme cela se pratique de plus en plus couramment, ces journaux ne doivent pas les inscrire dans un scénario portant sur la gestion par ces personnages de la chose publique (campagne électorale, conflits internationaux, questions sociales et économiques, etc.), mais ils déportent ces actants politiques vers des thématiques et des scénarios qui relèvent de la scène people : naissance heureuse (photos de Ségolène Royal prises à la maternité pour Paris Match), amours multiples (Nicolas Sarkozy avec Cecilia, puis avec Carla Bruni), séjours de vacances sur des plages ensoleillées (de Villepin, Royal, Sarkozy), mais aussi séparations douloureuses (Royal tout comme Sarkozy). La Une de VSD, à la mi-août 2006, propose à la fois « Charlène à Monaco », la nouvelle conquête du prince Albert, et un « Duel au soleil », avec un photo-montage de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, tous deux en maillot de bain sur la plage.

10Dans tous ces cas de figure, quand une nouvelle catégorie de personnages entre dans les pages people, elle doit prendre les attributs du genre. Ce fut le cas avec les grands entrepreneurs, c’est désormais vrai pour les politiques. Ils ne peuvent plus parler politique, ils doivent entrer dans un nouveau système sémiotique et narratif, qui privilégie les thématiques relatives à la vie privée, aux drames humains, en sélectionnant les événements porteurs de human interest, comme disent les découpages en rubriques américains. Et ce type d’événement doit être scénarisé selon des modèles canoniques : la rencontre coup de foudre, les amours contrariées, la fin tragique, la scène de tromperie ou de rupture, en privilégiant quelques procédés narratifs constitutifs du genre : le suspense, le rebondissement, le secret dévoilé (Marion, 1999). Le traitement journalistique people des amours et morts princières a ainsi toujours suivi les modèles des contes et légendes, comme si la continuité des figures (de Cendrillon à Diana) facilitait les filiations narratives.

11Caroline Huynen (1999) a montré comment, lors de la mort du roi Baudouin en 1993, le récit de cette mort avait des accents fictionnels, dans « Paris Match dont le récit prend pour modèle des romans historiques médiévaux. Fiction aussi dans Point de vue avec le conte de fées dissimulé entre les lignes et toujours prêt à émerger. Fiction enfin dans Le Soir illustré où un peuple se sent soudain très semblable au roi » (p. 109). Ce modèle du conte de fées a bien sûr été omniprésent dans la saga médiatique relative à la princesse Diana (Augé et al., 1998), mais on le retrouve désormais dans le suivi des histoires sentimentales des hommes et femmes politiques. Si Point de vue et Royals s’intéressent aux drames humains des dynasties européennes, ils sacralisent aussi les gouvernants issus des élections, mais selon la même trame. « Nicolas Sarkozy & Carla Bruni. Ils vont se dire OUI. En Jordanie avec Aurélien, le fils de Carla, le bonheur tout simplement. Dans un mois à peine, on les dit même unis pour le meilleur… » éditorialise Point de vue le 8 janvier 2008, après une couverture titrée « Leur coup de foudre pour la vie ». Et les magazines people les suivent. Puisque la couverture de Paris Match, le 3 janvier, montre « Les amoureux du Nil. Baisers, fous rires, gestes tendres. L’album de leurs vacances », tandis que celle de Gala, du 9 janvier, montre « Carla si fière de la bague de Nicolas… Pour les fêtes, elle lui a offert une montre, il l’a couverte de bijoux ; c’est l’heure des fiançailles ! » L’emploi même des prénoms, outre la proximité qu’il veut créer avec le lecteur, atteste du glissement du président de la République dans une autre galerie de personnages, puisqu’il a changé de rôle, en glissant de la rubrique politique aux pages people. Des glissements de catégorie similaires sont d’ailleurs en cours pour les têtes couronnées (voir l’article de Laurence Mundschau).

Personnage et identification

12Ce type de glissement est aussi dû à la troisième fonction affectée au personnage par Yves Reuter : « Le personnage est, pour les scripteurs et les lecteurs, un lieu d’investissement de leur expérience psychologique et sociale » (Glaudes et Reuter, 1998 : 16). Le personnage people devient, presque par essence, une figure d’identification ou de projection pour les lecteurs. Pour Vincent Jouve (1992), le personnage romanesque n’est ni complètement réel, ni complètement irréel : il en va de même pour le personnage people, mais en sens inverse. Johnny Hallyday, Britney Spears, la famille princière de Monaco, tout comme Ségolène Royal ou Nicolas Sarkozy sont des personnes réelles, mais saisies quasiment comme des personnages de fiction, des créatures de papier, et surtout d’images saisies à la dérobée. « Je vis un vrai conte de fées » affirme Miss France 2006 en couverture de Gala (7 décembre 2005), la tête coiffée d’un diadème scintillant. Voilà la jeune fille ordinaire happée simultanément dans la presse people et dans le merveilleux de la féerie. Sous le titre « La vie réelle d’un top », Glamour, en mars 2006 (p. 104-106), ne raconte pas la véritable histoire d’un top model, mais comment « dans Frankie, Diane Kruger incarne un mannequin abîmé. Premier rôle casse-gueule. Et belle performance d’actrice ». Le réel du titre renvoie donc bien à une pure fiction, au film dans lequel l’actrice joue un rôle, mais dont la proximité avec son propre parcours est explicitement mentionnée. Jeux de miroirs et inversion des pôles sont constants. La vie réelle est racontée comme un conte de fées, mais le conte de fées peut surgir tous les jours et transfigurer une jeune Française sans histoire.

13S’il est peu discutable que le président Sarkozy ou Kate Moss existent et ont une vie dans la réalité, il faut cependant admettre que la quasi-totalité des téléspectateurs et lecteurs de journaux ne découvrent ces deux personnes, éminemment médiatisées, que par les récits de presse qui les présentent à l’attention de l’opinion. Ils n’en connaissent, et n’en connaîtront jamais que ce qu’en disent les médias. Et ceux-ci construisent le personnage selon des critères de vraisemblance, inspirés de structures narratives. La figure de François Mitterrand a été présentée comme un héros de roman, dans Paris Match comme dans La Stampa de Turin. Ce journal titra, à sa mort : « François, pygmalion de Mitterrand. Le “Florentin”, le “Machiavel socialiste” quitte la scène, refermant une parabole humaine et politique. François Mitterrand écrit ainsi la dernière page du roman de sa vie ». Paris Match, le 10 novembre 1994, « lève le voile sur le dernier mystère de la vie romanesque du président » quand il relate « le bouleversant récit d’une double vie ». L’écriture narrative, recourant aux stéréotypies et aux référents fictionnels, est également employée pour le portrait « Qui est vraiment Ségolène Royal ? » rédigé dans Gala par Daniel Bernard en 2006. L’accroche en est significative : « Elle nous est devenue tellement familière qu’on l’appelle affectueusement “Ségo”. Avec son sourire de Mona Lisa, elle séduit peu à peu des Français de tout bord. Enfance, couple, vie familiale, patrimoine. On vous dit tout sur cette femme forgée par ses blessures intimes ». Le portrait est d’ailleurs complété par le thème astrologique de cette Balance « dotée de charme », titré « Les astres lui veulent du bien ». Née sous une bonne étoile donc, la jeune femme s’est construite seule, pour devenir « une mère référence », la compagne aimante d’un autre battant politique, une femme engagée, une battante… Une nouvelle héroïne pour un public en attente de figures à admirer.

14Cette logique de construction médiatique des personnages people, qui pourrait apparaître choquante, s’explique si l’on accepte que l’information, ici, ne réside pas dans l’événement, mais dans sa mise en récit. Dès lors, son critère de pertinence n’est plus de l’ordre de la vérité mais du vraisemblable. Et notre rapport aux grandes figures médiatiques ne fonctionne guère différemment de celui que nous entretenons avec les héros de fiction. Les personnalités présentées dans les médias servent aussi, et peut-être d’abord, de surfaces d’investissement, avec lesquelles nous établissons des rapports de type affectif (lorsque nous maîtrisons la relation établie) ou pulsionnel (quand nous succombons à l’illusion référentielle).

15Si le personnage, dit Vincent Jouve, assure la cohérence textuelle, sur base de frames (le frame est une structure de données qui sert à représenter une situation stéréotypée), ce qui permet l’anticipation par référence à des situations stéréotypées, celui-ci fonctionne aussi comme lieu d’investissement pulsionnel. Dès lors, le code affectif prime le marquage idéologique (le désir est un vecteur de sympathie privilégié, et le plus sympathique est celui qui s’ouvre le plus au lecteur). Cela explique pourquoi le terme « désir » est récemment entré dans le discours politique, puisque le site Web de la candidate Royal s’appelait « Désirs d’avenir ». Le lecteur de la presse people active moins sa capacité de rationalisation, d’interprétation critique (le « lectant ») que des formes d’investissement plus affectives (le « lisant »), voire pulsionnelles (le « lu »). L’objectif de la presse people est bien de créer un effet immédiat, intense (Lits, 1999), ce qui est le propre de la sensation (là où le sentiment s’inscrit dans la durée). Effet qui n’est bien sûr pas dénué d’intentions mercantiles, puisque ce type de magazine s’achète davantage au numéro que par abonnement, dans une pulsion créée par le choc photographique de la couverture. Ce n’est donc pas tellement le contenu informationnel qui doit attirer le lecteur que l’effet de réception marqué, passant par les stratégies de la révélation, de l’émotionnel, de l’intrusion dans la vie privée. Le lecteur de la presse people est confronté à ses propres pulsions, puisque ces couvertures activent trois formes de libido, la libido sciendi, la libido sentiendi et la libido dominandi. Celles-ci se retrouvent de manière quasi archétypale dans tous ces articles, et peuvent servir à expliquer la fascination des lecteurs pour ce type de magazine.

16La libido sciendi est proche du voyeurisme de la scène primitive et est constitutive de l’acte de lecture, surtout dans la presse people. « Toute lecture, dit Jouve, est fondée sur la curiosité », c’est « la tendance voyeuriste qui sous-tend le plaisir de lire » (1992 : 90). C’est exactement ce qu’offrent, au regard de tous les acheteurs, les couvertures des magazines. Le lecteur est invité à pénétrer, quasiment par effraction, dans la chambre à coucher de ses vedettes préférées, pour les surprendre dans leur intimité. En atteste la condamnation de certains magazines, sur plainte des vedettes photographiées à leur insu, ce qui permet d’authentifier cette intrusion voyeuriste, de la rendre encore plus visible. Les scènes érotiques ou criminelles relèvent typiquement de cette pulsion. « Le plus érotique pour vous ? (les fantasmes de Kristen Dunst, Uma Thurman, Orlando Bloom…) », évoque Glamour en janvier 2006. Et quand un couple se reforme, tel celui de Sienna Miller et Jude Law (Public, 21 novembre 2005), un magazine les a « surpris dans un hôtel de Santa Monica » et en publie les photos saisies de l’extérieur de la chambre. Entrevue annonce, en avril 2006, photo en une à l’appui, « Enquête. Caméras de surveillance. Les images volées les plus hot ! ». Les amours des people n’existent que pour être dérobées et exhibées aux yeux de tous.

17Si le personnage est mort, il n’est pour autant pas impossible d’encore accéder à son intimité. « Mitterrand. Ce qu’il confiait à son psy… » annonce la une de Gala le 23 novembre 2005. Ainsi, « un psychoroman plein de petits secrets » (p. 56) confiés au psychanalyste Ali Magoudi sera lui aussi révélé au lecteur, comme un « formidable thriller psychanalytique ». On y apprend ainsi que Mitterrand « voyait en Thatcher l’image de sa mère », on évoque « sa situation conjugale complexe », « l’amour fusionnel qu’il entretenait avec Mazarine, son unique fille », voire « ses rapports avec Dieu ».

18La libido sentiendi repose essentiellement sur la sexualité, et le jeu entre eros et thanatos (« La mort de Gloria Lasso. En amour, c’était une lionne ! », reprend France Dimanche, le 9 décembre 2005, dans un rapprochement immédiat des deux pulsions, avec une tonalité primitive). Cette médiation fait aussi ressortir tout ce qui relève de l’inhumain ou du non-humain, et plus particulièrement les scénarios mettant en scène les fantasmes de vol, de viol et de meurtre. Si la presse people privilégie les histoires d’amour, dans leur période heureuse comme dans le temps des ruptures, elle peut aussi se faire l’écho de scènes plus noires, comme les cas de viol (« Béatrice Dalle. Son mari jugé pour viol ! », France Dimanche, 9 décembre 2005) ou de pédophilie (« Pédophilie, torture, esclavage… Les images de la honte » annonce Choc dans sa couverture du 17 novembre 2005, en le justifiant par le bandeau « 20 novembre 2005 Journée mondiale de l’enfance », mais en l’accompagnant d’une photo très explicite montrant un jeune Asiatique à demi nu au lit avec un adulte européen). Et le 29 décembre, la photo d’un baiser de Diego Maradona et Colin Farrell est titrée, en une, « Unis par le vice ? ».

19Par contre, la presse de fait divers est entièrement centrée sur cette pulsion. De manière assez forte dans des magazines spécialisés dans ce type d’événements comme le Nouveau Détective, de manière plus nuancée, et avec une place plus réduite dans des magazines qui jouent à la fois sur le registre du people et du sensationnel, tel France Dimanche. Cela n’empêche pas ce dernier de partager sa une du 11 novembre 2005 entre un événement rose (« Felipe et Letizia. Voici Leonor, leur petite reine ! ») et deux événements dramatiques (« La France a peur. Nos villes à feu et à sang ! » et « Hélène Segara Prisonnière des flammes ! Son fils Raphaël l’a sauvée d’une mort atroce… »). Ici Paris, de la même manière, alterne histoires d’amour et agressions, avec une grande constance. Le 22 novembre 2005, c’est « Laurence Ferrari agressée ! La journaliste de TF1 ne s’est pas laissé faire… » ; le 6 décembre, « Benoît le leader de Kyo agressé ! » ; le 13 décembre, « Après son divorce… Christophe Dechavanne agressé, il porte plainte ! ».

20La libido dominandi, enfin, permet de vivre par procuration l’existence qu’on rêve de connaître. « S’imposer face au monde, se faire l’égal des riches et des puissants, est une visée qui ne peut laisser indifférent » dit Vincent Jouve ; cela peut se faire « grâce à la médiation d’une figure imaginaire (il peut s’agir d’un héros de roman comme d’une idole vivante — “star” ou “princesse”) à vivre “par procuration” l’existence qu’on n’a pas eue » (1992 : 164). Déjà, les publicités pour les parfums et les bijoux, curieusement présentes dans des magazines au prix de vente très bon marché, semblent donner au lecteur l’illusion qu’il appartient à une catégorie sociale qui fréquente uniquement les magasins de grand luxe. Et pour l’aider à s’en convaincre, les magazines sont d’un conseil précieux. « Menez la vie dont vous rêvez ! La méthode révolutionnaire pour réaliser ses désirs. Les conseils des stars, de Galliano à Benjamin Biolay » propose Glamour à ses lecteurs sur sa une d’avril 2006. Ou encore, Public, le 27 novembre 2005, présente deux stars en couverture, Jenifer et Keira Knightley, en suggérant : « Oubliez vos complexes. Êtes-vous dans la moyenne des stars ? Taille… Poids… Sexe… Q.I. ».

21C’est de cet ordre aussi de la vie rêvée par procuration que relève la fascination pour les destinées royales : « Albert II. De la prière aux larmes, le sacre de l’émotion ! » (France Dimanche, 25 novembre 2005) ou le désir de contact privilégié avec la vedette par intrusion dans son intimité : « Miss France 2006. Son journal intime sur Internet… » (France Dimanche, 9 décembre 2005). Cette identification peut autant se faire par identité des trajets présentés avec ceux du lectorat principal de ces publications (la vedette qui est partie de rien, à la Johnny, ou les exemples récents de Star Academy et des programmes de télé-réalité, en suivant les parcours de Loana ou Jenifer) que par proximité affective (elle a souffert comme nous ; malgré son argent, la vedette connaît des malheurs ; nous sommes tous égaux devant la mort, etc.). L’important est de jouer sur la double face de la star, à la fois être idéal auquel le lecteur peut s’identifier, et personne semblable à lui. Comme le rappelle Jean-Pierre Esquenazi (2003), « il leur faut montrer à la fois qu’elles sont des individus comme les autres et des personnes extraordinaires, qu’elles sont à la fois communes et héroïques » (p. 62).

People et politique

22Il faut, pour finir, s’interroger sur l’arrivée de nouveaux personnages dans les pages people, ou sur le traitement people de personnages publics autrefois épargnés par cette approche. Les hommes politiques ont désormais endossé l’habit de la personne publique, du people, en utilisant les recettes déjà proposées par Jacques Pilhan, le conseiller en communication des Présidents Mitterrand et Chirac, décrites dans un entretien dès 1995, bien avant le succès des ouvrages consacrés au storytelling (Salmon, 2007) :

Les citoyens vivent les hommes publics comme des personnages de feuilleton. La règle de base de l’écriture d’un feuilleton télé est d’attribuer aux personnages un caractère simple et constant auquel vous devez vous tenir. L’image d’un homme public obéit à la même règle. Les citoyens lui attribuent, consciemment ou inconsciemment, un caractère (Pilhan, 1995 : 11).

23Tous sont touchés par cette contamination du people. Le supplément Victor du quotidien Le Soir du 29 octobre 2005 n’hésite pas à titrer un dossier sur Olivier Besancenot, le leader de la Ligue communiste révolutionnaire, « Le people du peuple ». Il est loin le temps où Habermas centrait son concept d’espace public sur la raison, où l’argumentation primait sur la persuasion ou la séduction. Mais aujourd’hui, privé et public interfèrent de plus en plus, de même que persuasion et argumentation, rationnel et non-rationnel, culture d’élite et culture populaire. La dimension publique de la production des messages et la dimension privée de leur consommation s’entrecroisent de plus en plus. L’âge d’or de l’espace public, pour autant que celui-ci ait jamais existé, a disparu sous les coups de butoir des médias de masse.

24Ce nouvel espace public a partie liée avec l’émergence forte du divertissement, de la marchandisation de l’information, de la spectacularisation, dont la presse people serait la quintessence. Désormais, presque tout peut être dit et montré dans l’espace public, y compris ce qui relève du privé, de l’affectif, de l’émotionnel. Ce qu’a bien compris ce grand communicateur qu’est Nicolas Sarkozy. Tout projet politique doit intégrer, dès le départ, une stratégie de communication dans laquelle la présence médiatique, y compris dans la presse people, sera déterminante. Dès lors, l’homme politique acceptera souvent les propositions qui lui sont faites de mettre en scène sa vie privée, s’il pense par là toucher un public qui s’est distancié de la politique, qui s’en méfie.

25On passe donc, aujourd’hui, du modèle délibératif à la mise en spectacle de personnages politiques. En termes de genres télévisuels, cela pourrait se résumer par le passage du débat au talk show, voire à la télé-réalité. En presse écrite, cela se traduit par le développement d’approches people dans le traitement de l’information au sein même de la presse de référence. La politique a changé, le personnage politique doit donc construire son image dans d’autres lieux et sous d’autres formes.

26Cette professionnalisation des acteurs politiques qui ont appris à maîtriser leur communication, cette personnalisation des acteurs qui peut aller jusqu’à l’exhibition de leur vie privée se manifeste d’ailleurs aussi dans les médias audiovisuels. L’homme politique s’est adapté, il sort du cadre jugé étriqué des émissions politiques, et accepte (voire sollicite) les invitations dans des programmes de divertissement. L’exemple le plus souvent cité aujourd’hui est le talk-show de Michel Drucker, Vivement dimanche. L’interviewer n’est plus un journaliste mais un animateur, qui cherche à produire un spectacle attractif, en évitant la polémique, les débats de fond, au profit d’une mise en avant de la personnalité de l’invité. C’est l’homme (ou la femme) qu’on veut donner à voir, et à aimer, non le programme du parti qu’il représente. Les politiques ont ouvert les portes de leur domicile, ils montrent leur conjoint et leurs enfants, ils affichent leurs préférences sexuelles et acceptent de parler d’eux autant que de politique. Ils ont endossé l’habit de la personne publique, ce qui les amène aussi à intervenir dans des émissions non politiques telles que débats de société, émissions de variété, jeux et divertissements divers. Mais la personne publique peut aussi, dès ce moment, être saisie comme un people, sans même l’avoir sollicité. À ce moment, c’est moins leur programme que les politiques proposent à des citoyens que leur image qu’ils tentent de vendre à des consommateurs (Sennet, 1979). Le people aurait ainsi contaminé l’expression politique.

27Cette approche plus personnalisée peut entraîner un déplacement de l’angle d’attaque, dans la mesure où les questions relatives à des programmes, à des options politiques pourront être relayées à l’arrière-plan par rapport à l’expression d’une sensibilité personnelle (réelle ou construite pour les interventions médiatiques). Dans ce cas, ce n’est plus le personnel politique qui est invité à réagir au titre de la fonction qu’il occupe, c’est la personne elle-même qui va donner son sentiment, en tant qu’individu sensibilisé à titre strictement personnel par le thème abordé.

28L’argument des tenants de l’ouverture maximale à la dimension privée tient en deux points : les hommes politiques sont des personnages publics ; montrer leurs aspects plus privés les humanise. Cela montre combien la fonction politique s’est transformée, amenant l’homme politique à sortir de son rôle strict de mandataire public élu pour devenir une personnalité publique, exposée au regard de ses concitoyens, mais aussi des médias. Il serait donc tenu, puisque personnage public, de livrer aux médias des aspects qui ne sont plus liés à sa fonction mais à sa personne ou à celle de ses proches.

29La lecture positive qu’on peut en faire repose sur le postulat d’un nécessaire rapprochement entre les responsables politiques et les citoyens, entre lesquels un fossé semble s’être creusé. Dès lors, tout ce qui peut montrer que l’homme politique n’est pas un être supérieur, au-dessus de la mêlée, qui ne connaît pas les réalités ordinaires, qui fait partie du petit cercle d’initiés, est utile pour relier le lien de confiance entre les élus et les citoyens. Le jugement négatif verra surtout qu’on brade là l’image de la fonction politique, en essayant de la dissimuler derrière une vitrine populaire et démagogique, qu’on mise sur les individualités pour occulter les débats politiques de fond, au risque de renforcer des sentiments poujadistes et anti-politiques.

30Ce type de traitement repose la question du rôle et de l’image de l’homme politique dans la cité. La figure en majesté n’a plus lieu d’être, ni le discours de célébration. Ce qui est en jeu, c’est la transformation du système politique classique remplacé progressivement par une démocratie de l’opinion ou du public. Gala deviendrait ainsi un concurrent du Monde dans la fabrication d’un espace public de moins en moins délibératif. La couverture médiatique du politique montre que les modèles journalistiques, mais aussi les types discursifs utilisés, que ce soit le narratif, le dialogal ou l’argumentatif, sont en train de se transformer. Et qu’avec eux se transforment les rapports au politique. Quand les candidats à l’élection présidentielle française avancent comme argument premier leur plastique avantageuse, leur foulée sportive sur une plage à la mode, il y a lieu de s’interroger sur ces modifications de la communication politique. Mais il faut interroger ces évolutions sans a priori, sans stigmatisation.

31Le constat semble pessimiste, en ce qu’il annoncerait la fin d’un modèle opératoire pour expliquer le rôle classique des médias dans la construction d’un espace public communément partagé. C’est un constat à dresser avec la même prudence qui conduit Georges Balandier, dans Le pouvoir sur scènes, à refuser de croire à la fin du politique :

Selon certains, le politique s’est totalement dissous dans le médiatique ; ce serait donc la fin du politique […] et, parallèlement, s’accomplirait sous les effets de la surmodernité la fin du social, l’effacement des relations structurées et des groupements établis dans la durée. […] Selon d’autres, au contraire, la télévision publique permet l’avènement de la « démocratie de masse ». […] Chacune de ces théories opposées pratique l’oubli d’une donnée permanente : le politique ne disparaît pas, il change de forme ; il ne disparaît pas parce qu’il est indissociable du tragique toujours présent, en tout temps, dans toutes les sociétés (1992 : 169).

32Si le politique ne disparaîtra pas, le journalistique et le médiatique non plus. Ce qui n’empêche que le paysage médiatique est amené à se recomposer autrement. De même que la presse écrite doit réinventer ses modes d’intervention sous la pression de la télévision, d’Internet, de l’arrivée de la presse gratuite, elle doit aussi prendre en compte la contamination de l’information people, plus ou moins assumée. En ce sens, un examen plus approfondi de la construction des personnages people, dans la presse du même type et dans la presse d’information généraliste, permettra de mieux comprendre le sens de ces transformations, ce qu’elles disent des changements de société, des rapports sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Augé, Marc, Daniel Bougnoux et Régis Debray (1998), Diana crash, Paris, Éditions Descartes et Cie.

Balandier, Georges (1992), Le pouvoir sur scènes, Paris, Éditions Balland.

Bellemin-Noël, Jean (1983), Les contes et leurs fantasmes, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Écriture ».)

Couégnas, Daniel (1992), Introduction à la paralittérature, Paris, Éditions du Seuil.

Debord, Guy ([1992] 1996), La société du spectacle, Paris, Éditions Gallimard.

Esquenazi, Jean-Pierre (2003), « Voici et le star-system », Médiamorphoses, no8, p. 62.

Glaudes, Pierre, et Yves Reuter (1998), Le personnage, Paris, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Que sais-je ? ».)

Huynen, Caroline (1999), « Trois hebdos, trois effets spéciaux », dans Marc Lits, Le roi est mort. Émotion et médias, Bruxelles, Éditions Vie ouvrière, p. 98-109.

Jouve, Vincent (1992), L’effet-personnage dans le roman, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Écriture ».)

Lits, Marc (1999), Le roi est mort. Émotion et médias, Bruxelles, Éditions Vie ouvrière.

Lits, Marc (2001), « Personne privée, personnage public. Médiatisation et éthique », Communication, 20(2), p. 9-24.

Lits, Marc (dossier coordonné par) (1999), « La sensation », Médiatiques, no16, p. 2-18.

Marion, Philippe (1999), « Les mirages de la révélation promise. Le discours de la presse à sensation », Médiatiques, no16, p. 6-9.

Pilhan, Jacques (1995), « L’écriture médiatique », Le Débat, no87, p. 3-24.

Salmon, Christian (2007), Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, Éditions La Découverte. (Coll. « Cahiers libres ».)

Sennet, Richard (1979), Les tyrannies de l’intimité, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « La construction du personnage dans la presse people », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 124-138.

Référence électronique

Marc Lits, « La construction du personnage dans la presse people », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1292 ; DOI : 10.4000/communication.1292

Haut de page

Auteur

Marc Lits

Marc Lits est professeur à l’Université catholique de Louvain (Belgique) et membre de l’Observatoire du récit médiatique (ORM). Courriel : marc.lits@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org