Navigation – Plan du site
Articles

Le journalisme gagné par la peoplisation

Identités professionnelles, déontologie et culture de la dérision
Benoît Grevisse
p. 179-197

Résumés

Habituellement cantonné à la presse spécialisée et à son traitement du monde du show-business, le people a étendu son champ d’exploitation dans un contexte déontologique de plus en plus complexe. Cette «faillite » déontologique s’explique notamment par l’évolution des relations entre monde politique et journalisme et par la culture de la dérision. Cette déstabilisation de l’autorégulation apparaît comme un des facteurs importants d’une redéfinition des métiers d’information, dans laquelle le public et ses attentes jouent un rôle majeur.

Haut de page

Texte intégral

1Du point de vue de la définition classique du journalisme, on peut se demander si les pratiques du people dans la presse ne sont pas l’exacte image inversée de cette profession, telle qu’elle tente de se constituer socialement et politiquement. L’analyse comparée des codes de déontologie internationaux permet de dégager trois grands devoirs, dont une des fonctions consiste à définir la profession journalistique : la recherche et la manifestation publique de la vérité, quelles qu’en soient les conséquences pour le journaliste ; le refus de la confusion du métier de journaliste avec d’autres activités relevant de la publicité, de tâches d’espionnage ou de police, ou encore de la confusion d’intérêts ; enfin, le respect des personnes, notamment de leur vie privée et de leur image.

2Les observateurs critiques de la vie journalistique professionnelle notent de nombreuses avancées déontologiques, mais aussi une progression fulgurante de la peoplisation des pratiques. Il y a bien un enjeu social et politique dans la dichotomie qui se dessine entre une presse de référence, réservée à un public favorisé intellectuellement et économiquement, et des médias populaires, meilleur marché, voire gratuits, pratiquant la confusion des genres. Mais on aurait tort de conclure à cette bipolarisation simple, à laquelle les productions présentes sur Internet pourraient pourtant faire croire. Il est assez évident que la gratuité de l’information et la possibilité donnée aux citoyens de s’essayer à l’information non professionnelle accentuent la tentation d’une telle analyse. Mais il faut se méfier de cette simplification, autant qu’il convient de ne pas laisser prise à une conception mythique d’un journalisme idéal, déontologiquement vertueux et idéologiquement affranchi des contraintes de production. L’information people — pour autant que ce soit une information journalistique — n’est pas un simple avatar, une nouvelle technique de la presse populaire ; pas plus qu’elle ne serait une totale nouveauté en journalisme. Sans verser dans une simplification abusive de la définition du people, on ne peut que noter que les rumeurs portant sur la vie des « grands » alimentaient déjà les ancêtres de la presse :

Dans cette recherche des origines, on peut tout aussi bien constater que nos chroniqueurs ne se désintéressent pas de la vie quotidienne et rapportent volontiers des commérages ou narrent des scandales. Le Journal d’un bourgeois de Paris (1409-1449), la Chronique scandaleuse, attribuée à Jean de Troyes (1461-1483), le Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536) tiennent à la fois de la chronique, des annales, de la gazette (Bellanger et al., 1969 : 28).

Une contamination

3On ne peut cependant ignorer que, dans une culture d’omniprésence médiatique, l’information-people contamine l’ensemble de la logique d’information actuelle. Elle combine un ensemble de traits convergeant vers une rentabilité facilitée et une transformation durable de la pratique journalistique.

4L’information-people concerne bien les « grands », les personnalités se distinguant à leur époque par leur notoriété. Elle met naturellement en scène la star traditionnelle, cernée dès 1957 par Edgar Morin. Mais, dans un processus d’accélération, elle canonise de plus en plus vite, et pour de moins en moins longtemps, d’éphémères vedettes, des anonymes issus de la téléréalité, des présentateurs ou des starlettes de télévision popularisées par les séries. L’information-people s’étend aussi notablement au politique, servant les stratégies de communication des plus habiles et réduisant la complexité de la chose publique à l’intrusion, parfois organisée, dans la vie privée.

5Pour Morin, la star est liée au cinéma. Elle apparaît à Hollywood, dans les années 1910. Elle est le produit de la concurrence des plus grands studios. La star s’inscrit dans une tension entre le façonnage, la standardisation d’un produit médiatique et sa divinisation par le grand public. Les années 1930 vont marquer son avènement :

L’amélioration des conditions matérielles d’existence, les conquêtes sociales, si restreintes soient-elles (congés payés, réduction de la journée de travail), de nouveaux besoins et de nouveaux loisirs, rendent de plus en plus exigeante une revendication fondamentale : le désir de vivre sa vie, c’est-à-dire de vivre ses rêves et de rêver sa vie.

Un mouvement naturel fait accéder les masses au niveau affectif de la personnalité bourgeoise. Leurs besoins se moulent dans les patrons-modèles régnants, qui sont ceux de la culture bourgeoise. Ils sont excités et canalisés par les moyens de communication que détient la bourgeoisie. Ainsi l’embourgeoisement de l’imaginaire cinématographique correspond-t-il à un embourgeoisement de la psychologie populaire (Morin, 1957 : 24).

6Le rapport à la star est double. Elle est à la fois inaccessible et modèle de vie. Objet de désir, elle permet à chacun de tenter sa chance et d’imiter ces dieux. L’analyse du dérèglement de ce système dans les années 1960 préfigure sa banalisation, mais aussi sa complexification.

Une fascination oblitérante

7Du système des stars à celui du people, il y a tout une révolution du médiatique et du journalistique. Dominique Wolton résume ainsi très pertinemment l’enjeu :

Rien ne sert là non plus de dénoncer les dérives du métier que tout le monde a à l’esprit. Il faut en comprendre les causes et dégager les solutions possibles. Il y a un prix à payer pour cette revalorisation du journaliste : un sérieux examen de conscience, qui dépasse l’autocritique narcissique observée dans certains colloques sur « la crise du journalisme ».

Si le public des pays occidentaux ne perçoit cet aggiornamento dans les dix à vingt ans qui viennent, et sans doute même avant, le contrat de confiance, silencieux mais indispensable, entre le public et ses informateurs risque de se rompre. Ce serait dommageable, car il s’agit d’un très beau métier : saisir au jour le jour le fil du temps, distinguer l’important du secondaire, tenter de l’expliquer à des publics invisibles. Mais il est plus difficile à faire aujourd’hui qu’hier, du fait de l’omniprésence de l’information. Plus il est facile techniquement de faire de l’information, plus son contenu pose des difficultés. Ce qui est gagné en facilité technique est perdu en signification. Ce fait déstabilise l’activité journalistique, nécessairement artisanale et dont le sens reste d’être capable, en spectateur de l’histoire, de distinguer jour après jour le tragique du superflu (Wolton, 1997 : 219).

  • 1  L’étrange traduction française du titre original ne laisse pas justement percevoir qu’il s’agit d’ (...)

8On pourrait compléter ce tableau en précisant qu’en gagnant le terrain de l’information people, la star de cinéma s’est dégradée en un personnage souvent plus tristement proche qu’olympien. Ses déboires sentimentaux, ses moments d’intimité volés, ses photos dévoilant nudité, imperfections physiques et petits gestes mesquinement humains contribuent à brouiller les codes du réel et de la fiction. Les limites entre médiatique et journalistique s’estompent. Cette vedette de série télévisée, photographiée au moment où elle se cure le nez, l’image volée des fesses d’une femme politique… Ces irruptions de curiosité, collectivement partagée, font descendre de leur piédestal ces personnalités, d’ordres et de fonctions très divers. Elles les plongent dans une même banalité rassurante. Cette proximité fondamentalement humaine oblitère la complexité. Seule l’intrusion voyeuriste signifie. Cette fascination pour la révélation de l’intimité handicape tout autre décodage, plus critique. Ces personnalités, correspondant dans la vie sociale à des étiquettes fonctionnelles (la vedette de série télé, le ministre, la princesse, le chanteur, etc.) se muent en simples caractères de fiction. La qualité du jeu de l’acteur, les performances vocales du chanteur, l’action politique du ministre s’effacent au profit d’une intrigue, aussi classique que stéréotypée. Gérard Spitéri (2004), évoquant The Uses of Literacy de Richard Hoggart1, rappelle ce goût prononcé du public, en culture de média de masse :

Le journal à grand public participe d’une sous-culture correspondant généralement à la « culture du pauvre », qui concerne les classes populaires non réductibles au prolétariat ouvrier, les petits commerçants et artisans — ceux qui feuillètent volontiers Le Parisien au comptoir du bistrot avec une attention soutenue pour le tiercé, le sport et les faits divers. Pour Richard Hoggart, l’homme du peuple a deux caractéristiques : la « personnalisation » et l’« atomisation ». Il nourrit une prédilection pour les histoires humaines et vécues avec un goût pour le détail piquant de la narration, les émotions fortes et la couleur locale (Spitéri, 2004 : 191).

Bien au-delà de la presse populaire

9La citation pourrait indûment faire croire à une représentation méprisante de la classe populaire dans la pensée de Richard Hoggart. Il n’en est évidemment rien. Mais ce détour permet de noter — au-delà de l’évolution historique — que la presse spécialisée dans le people n’équivaut pas à ce qu’il est convenu d’appeler la presse populaire. Son lectorat excède de beaucoup cette seule catégorie. Le magazine Stratégies (no 1385, 13 octobre 2005, p. 44), notamment, a souligné le caractère jeune et féminin du public des magazines people français les plus significatifs :

  • 2  Il permet de suivre un individu tout au long de son existence, depuis l’adolescence chez ses paren (...)

La dernière étude AEPM, qui se fonde sur un nouveau critère d’étude, les « étapes de la vie »2, dresse le profil de ce nouveau lectorat de la presse people : les jeunes femmes (14,2 % des femmes sont lectrices LDP — lecture dernière période — d’au moins un titre « people »), avec deux catégories fortes : les filles « jeunes à la maison » (moins de 25 ans vivant chez leurs parents) et les « jeunes émancipées » (elles n’ont pas dépassé la trentaine, ont quitté leurs parents et vivent seules). On retrouve bien la cible des 15-25 ans, voire 35 ans, visée par Public ou Closer.

10Ce sont des titres tels que France Dimanche ou Ici Paris qui, ces dernières années, ont continué à incarner la presse populaire traditionnelle française.

11Par ailleurs, de nombreux observateurs de la socio-économie des médias notent que le people a fait tache d’huile dans toute la presse magazine, du news au féminin. Le mannequin glacé, qui a fait les beaux jours des couvertures de Elle, a cédé du terrain à ces nouvelles vedettes people qu’on retrouve tant à la une des magazines féminins qu’à celle des people. Des magazines tels que Gala ou Point de vue, traditionnellement orientés vers le gotha, se positionnent davantage comme féminins haut de gamme. On a pourtant pu observer leur adaptation au phénomène people. De même Paris Match, traditionnellement ancré dans le créneau du news picture, a lui aussi fait place à cette peoplisation.

12Il est aussi significatif de constater que le people ne constitue pas à proprement parler une famille pour le marché publicitaire. Il se noie dans celle du magazine féminin, tout en le submergeant. Cet effet de contamination s’observe également en télévision, avec des émissions explicitement consacrées au people, ou sur Internet, les pages d’accueil des grands moteurs de recherche y proposant de l’actualité people au même titre que l’information journalistique. De même, les magazines spécialisés en information sur la télévision font écho au phénomène de la téléréalité, tout en exploitant les mêmes éléments que les magazines people. Enfin, il convient de noter que l’information people tend à s’inscrire à l’agenda journalistique général. Ainsi la sortie de prison de Paris Hilton, le mariage de Tom Cruise, les frasques de Britney Spears, les tribulations sentimentales de Nicolas Sarkozy… sont-ils repris dans une spirale médiatique à laquelle il devient difficile d’échapper. Les médias de référence accueillent de plus en plus souvent ce type de récits en s’accommodant, tout en l’alimentant, de l’emballement médiatique. Bien souvent, cette presse choisira l’angle de l’analyse du phénomène pour pouvoir l’inscrire dans un cadre acceptable.

La séquence Carla ou l’agenda imposé

13Le cas de la sortie de Nicolas Sarkozy à Disneyland Paris, en compagnie de Carla Bruni, le 15 décembre 2007, en fournit un exemple, un peu massif mais ni isolé, ni atypique. C’est aussi parce qu’il est oblitérant que ce cas est révélateur de la mécanique people. Pour paraphraser Michel Foucault (1975), la séduction et la fascination opèrent efficacement à la construction et à l’imposition d’un agenda médiatique collectif. Au moment choisi de la divulgation de l’information, un récit totalitaire envahit les médias et s’impose dans l’espace public, entre discussion politique, exhibitionnisme et voyeurisme, écho et édito. On peut effectivement en faire une analyse politique et s’interroger, comme on n’a pas manqué de le faire abondamment, sur la technique du contre-feu de communication : Nicolas Sarkozy a-t-il choisi le moment de cette révélation pour détourner l’attention au terme d’une semaine délicate, au cours de laquelle la visite de Mouammar Kadhafi l’avait placé sous le feu de la critique ? La question est évidemment pertinente ; mais elle relève des sciences politiques et de la stratégie de communication. Du point de vue de l’analyse des pratiques journalistiques, ce cas d’école offre l’éventail des réactions face à cette communication impérative.

14Pour n’en citer que quelques-unes, parmi les plus révélatrices, on retiendra évidemment celle de L’Express, qui dès le lendemain, un dimanche, sera le premier à publier les photos sur son site. Christophe Barbier, directeur de la rédaction de ce news magazine inscrit dans le créneau de la référence, insistera, y compris en interview pour d’autres médias, dont la télévision (notamment LCI, chaîne de télévision privée française d’information en continu), que Carla Bruni « qui est une amie » lui avait confirmé l’information et que « le président de la République songeait depuis quelque temps à (la) rendre publique ». On note naturellement l’aspect stratégique, pour un hebdomadaire, de s’imposer face à la concurrence des quotidiens, en publiant les photos sur son site. On observe également l’estompement privé-public qui s’inscrit jusque dans l’authentification de l’information par Carla Bruni, l’amie du directeur de la rédaction.

15Au départ de cette publication, la spirale médiatique s’est, comme à l’habitude, enclenchée. L’Express assumant la responsabilité du premier pas, qui plus est en sa qualité de magazine d’analyse et de référence, il était facile de suivre le mouvement. Point de vue, par exemple, emboîtera le pas dès le mercredi, en faisant sa une avec ces photos : « Carla Bruni, la dame de cœur du président ». Le magazine ouvrira ainsi un récit à la déclinaison prévisible. Le 25 décembre, sa une glosait : « Et si elle disait oui. Carla Bruni. L’heure du choix ».

16On observera encore les prudences rhétoriques d’usage, parfois observées en des lieux où l’on aurait pu moins les attendre que dans la presse de référence. Ainsi, le gratuit Métro, dans son édition Internet, a-t-il pris la précaution d’employer le conditionnel.

17Libération, dans son rôle de quotidien de gauche, proposera un regard critique sur le cas. Il rappellera que Nicolas Sarkozy avait promis, en 2005, de ne plus mettre sa vie privée sur la place publique. Il pointera les pratiques de ses confrères de Point de vue, de Paris Match et de Closer. Libé fera observer que ces photos ne sont pas volées, mais manifestement concédées. Sur son site, Libé focalisera son commentaire sur le « démon de la peoplisation » qui reprend Nicolas Sarkozy.

18D’autres encore, comme le gratuit 20 minutes, proposeront un complément d’information qui, tout en feignant d’analyser les faits, se placera sur ce même terrain du people :

[…] les conditions de cette information posaient déjà question. « De Source sûre » rappelle que c’est Christophe Barbier (l’ennemi de Franz-Olivier Gisbert du « Point », où chronique Bernard-Henry Levy) qui a officialisé l’affaire. Selon le blog, « cette liaison expliquerait l’attitude soudain beaucoup plus haineuse entre Sarkozy et BHL ces derniers jours et l’intérêt soudain que porte BHL à Cécilia ou les sorties publiques de l’Hyper contre “ceux qui voient le monde du café de Flore” ». Rappelons au passage que la fille du philosophe a accusé dans un livre Carla Bruni de lui avoir volé son mari, Raphaël Enthoven […] (17 décembre 2007)

19Bien entendu, un registre n’est pas exclusif d’autres. Ainsi, 20 minutes évitera-t-il le journalisme de révérence, sans vraiment assumer l’irrévérence. Le site du gratuit relayera le blog de Richard Kirsch, qui osera parler de « Blanche Neige et du Nain Joyeux ».

20Enfin, sans prétendre à l’exhaustivité des pratiques dans ce cas, on pointera l’attitude adoptée par Le Nouvel Observateur et Le Monde. Le premier se contentera, sur son site, de reprendre l’information en citant L’Express. Le site du Monde n’en a pas fait sa une et ne l’a pas non plus mise en valeur. Il s’est contenté de reprendre les dépêches de l’Agence France Presse (AFP) et Reuters. Dans sa version papier, Le Monde ne fera place à ce fait en une, que sous la forme d’un dessin de Plantu. Dans le corps du journal, il le mentionnera discrètement et sobrement. Le quotidien reviendra, le 23 décembre, sur la communication de Nicolas Sarkozy d’un point de vue analytique, interview de spécialiste et enquête dans l’entourage présidentiel à l’appui. Philippe Ridet, dans son analyse de trois séquences médiatisées en quelques jours (la visite contestée de Kadhafi, la « séquence Carla Bruni » et la visite de Nicolas Sarkozy au pape Benoît XVI) conclut : « Quoi qu’il en soit, les images de Kadhafi se pavanant à Paris appartiennent déjà à l’histoire de l’actualité. Sa nouvelle amie occupe toutes les conversations. Et le Saint-Père n’a pas paru lui en vouloir. »

Rendre compte de la vérité dans le présent perpétuel

21Avec un peu de recul, c’est bien cet effet de sidération de l’opinion publique qui subsiste à l’emballement médiatique. Comme le rappelle François Jost, dans l’interview qui complète l’article de Philippe Ridet, la communication de Nicolas Sarkozy s’inscrit dans un présent perpétuel : « Le président se déplace dans ce monde où l’on change de situation chaque seconde, avec un effet de zapping incroyable ». Au risque de désacraliser la fonction politique, la communication people masque l’enjeu. Ceci n’est pas à priori exclusif d’un agenda politique réel ; ce qui, à nouveau, relève de l’analyse politique. Mais cette « séquence Carla Bruni », pour reprendre les termes du Monde, démontre l’emprise du people sur le journalisme. Il apparaît en une sorte de nébuleuse en expansion, capable de bousculer les repères traditionnellement établis. Il est sans doute inquiétant qu’on puisse parfois lui attribuer les vertus d’une nouvelle manière d’intéresser le public au politique, voire de lui donner les moyens de « faire de la politique autrement », en omettant de détailler ce qui se perd dans la fonction journalistique.

22On l’a vu avec ce bref exemple, l’imposition de tels faits à l’agenda journalistique est quasiment imparable. Même les plus critiques se voient obligés d’en traiter. Si l’on s’en réfère aux textes déontologiques les plus courants, on ne peut que constater qu’il serait délicat d’ignorer totalement la « séquence ». Le devoir de recherche et de respect de la vérité est évidemment premier en journalisme : « Respecter » (Déclaration de Munich, Pressekodex allemand) et « rechercher la vérité, en raison du droit qu’a le public de la connaître et quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même » (Déclaration suisse). Cet engagement lourd de conséquences est ainsi défini par le Code of Conduct (Grande-Bretagne) sous forme d’un combat perpétuel : « Il doit lutter pour éliminer la déformation ou la suppression d’informations ainsi que la censure. » Le Code de la SPJ-SDX (Society of Professional Journalists, fondée en 1909 sous le nom de Sigma Delta Chi, Indianapolis), lorsqu’il définit la liberté de la presse, apporte un complément en affirmant la complexité de la vérité : « les journalistes revendiquent le droit de soutenir des opinions impopulaires et le privilège d’exprimer leur accord avec la majorité ». Le Guide de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), qui propose les « Valeurs fondamentales du journalisme », apporte un élément absent des autres chartes : « Les journalistes basent leur travail sur des valeurs fondamentales telles que l’esprit critique qui leur impose de douter méthodiquement de tout, l’impartialité qui leur fait rechercher et exposer les divers aspects d’une situation… ». C’est cette exigence intellectuelle et politique du regard critique, et parfois impopulaire, qui démarque profondément un journalisme socialement responsable de la facilité et de la complaisance rentable qu’incarne le phénomène de la peoplisation.

Des traits déontologiquement distinctifs

23Mais la déontologie fournit évidemment d’autres traits distinctifs. Le cas de la « séquence Carla Bruni » ne relève pas d’un problème de méthode journalistique. Ces photos n’ont pas été volées. Mais de nombreux cas, en matière de people, posent problème du point de vue des méthodes utilisées pour rechercher la vérité. Celles-ci se doivent d’être « loyales ». Le journaliste est tenu de « ne rapporter que les informations dont on connaît l’origine » (Chartes de Bordeaux, Munich, Suisse). Le Pressekodex se montre encore plus précis : « Avant de publier sous forme de texte ou d’image certaines informations, il convient d’en examiner la véracité avec toute la vigilance requise. » « Dans le cas contraire, les accompagner des réserves nécessaires » précise la Déclaration de Munich. Il convient de « donner très précisément comme telles les nouvelles non confirmées » ajoute la Déclaration suisse. Le Pressekodex et le Guide québécois envisagent également le cas de la rumeur : « Une rumeur ne peut être publiée sauf si elle émane d’une source crédible, et si elle est utile pour comprendre un événement. Elle doit toujours être identifiée comme une rumeur ». Le Code of Practice (Grande-Bretagne) condamne le recours au paiement pour l’obtention d’informations. On pourrait multiplier les exemples de violation de tous ces principes par l’information people, y compris dans la presse généraliste. Mais on peut se demander si ce n’est pas précisément la transgression de ces règles déontologiques qui constitue la plus-value de cette « information » de contrebande journalistique.

24Les pratiques des paparazzis qui, en outre, enfreignent couramment les règles de droit, s’inscrivent ainsi à l’envers de l’obligation d’user de moyens équitables. Ce principe découle du devoir de recherche de justice qui nuance la recherche de la vérité. Le journaliste n’utilisera pas de « méthodes incorrectes pour obtenir des informations, des photographies et des documents » (Bordeaux). De même, le texte de Munich, les codes suisse, allemand et britannique (National Union of Journalists ou NUJ) condamnent les « méthodes déloyales ». Le Code of Practice est plus précis en la matière, puisqu’il condamne les appareils d’écoute clandestins. On notera que c’est le contexte britannique et les moyens utilisés par cette presse populaire qui expliquent une telle précision. Le Code of Practice ajoute que « sous réserve de l’intérêt public, ils ne doivent pas entrer en possession de documents ou de photographies sans le consentement exprès de leur propriétaire ». Le texte québécois, plus pragmatique encore, énumère les procédés clandestins et les limites de leurs usages : « fausse identité, micros et caméras cachés, imprécisions sur les intentions du reportage, filatures, infiltrations… »

25On peut encore rappeler que letitre ou la qualité, dont on se prévaut pour obtenir une information, apparaissent comme un type de moyens : « Un journaliste digne de ce nom s’interdit d’invoquer un titre ou une qualité imaginaire, d’user de moyens déloyaux, pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque » (Charte des devoirs professionnels des journalistes français).

26Dans un domaine sensible, le Code of Practice estime que « les journalistes ou photographes qui enquêtent dans les hôpitaux ou institutions semblables doivent s’identifier auprès d’un responsable de la direction et obtenir l’autorisation avant de pénétrer dans les secteurs non publics. »

27Le Code of Practice stipule que : « Un subterfuge ne peut se justifier que dans l’intérêt public et seulement lorsque le matériel ne peut être obtenu d’aucune autre manière ». Il importe de garder à l’esprit cette notion fondamentale d’intérêt public. Elle sert de justification à de nombreuses pratiques contestées et connaît une modification rapide et profonde dans le cadre du principe de respect de la vie privée.

Une mise en forme problématique

28Par des effets de graphisme de titraille ou de montage, la presse people a également pour habitude de mettre les informations en récit de manière hyperbolique. Les journalistes ont pourtant pour obligation déontologique de « ne pas supprimer les informations essentielles » (Bordeaux, Munich, Suisse, etc.), ne pas « falsifier » (Bordeaux), « altérer » (Munich) ou « dénaturer » (Suisse) textes ou documents. À ce devoir communément mentionné, le Pressekodex ajoute l’obligation de ne pas modifier le « sens » des informations, notamment par les titres. La Charte italienne précise : « Les titres, les sommaires, les photographies et les légendes ne doivent ni déformer ni forcer le contenu des articles ou des nouvelles. » Le Guide québécois ajoute que « les citations, les rapprochements, les ajouts sonores, etc. ou leur séquence ne doivent pas dénaturer le sens de ces propos. » La Déclaration suisse mentionne l’obligation de « signaler les montages photographiques ». Le texte québécois stipule que « photos, graphiques, sons et images diffusés ou publiés doivent représenter le plus fidèlement possible la réalité. Les préoccupations artistiques ne doivent pas conduire à tromper le public. Les photomontages doivent être identifiés comme tels ». Le code allemand va plus loin, à propos du sens des photos : « il faut que la légende qui les accompagne montre clairement qu’il ne s’agit pas d’images à caractère documentaire ».

29La Déclaration suisse envisage également le cas du rejet de la responsabilité sur un tiers, argument courant du fait du recours aux agences de photo : « ne pas manipuler ou faire manipuler des images par des tiers en vue de les falsifier ».

30La Charte italienne traite particulièrement de la manipulation de la photographie de faits divers : « En outre, il ne doit pas publier, à propos de sujets impliqués dans des faits divers, des images ou des photographies inspirant particulièrement la répulsion ou de toute façon portant atteinte à la dignité de la personne. » On notera que, de ce point de vue, une variété de presse people des plus florissantes s’oppose fondamentalement à ces principes touchant au respect des personnes. Le magazine Choc, en France, incarne cette presse people trash très visuelle et peu portée sur le texte. S’adressant à un public jeune censé recevoir son contenu avec dérision, elle transgresse couramment cette règle. En matière de représentation de la violence, ce sont les textes allemands qui semblent les plus complets. Les Directives précisent que « les limites des informations concernant des accidents ou des catastrophes se situent là où la souffrance des victimes et les sentiments des membres de leur famille ne sont pas respectés. Les médias ne doivent pas faire des personnes concernées des victimes pour la deuxième fois. »

Ni équité, ni responsabilité

31Si l’information people peut être instrumentalisée par des campagnes de communication d’hommes politiques ou de vedettes en mal de notoriété, elle manque très souvent elle-même au principe d’équité. La charte du Washington Post (Standards and Ethics), complète ainsi les obligations en matière de présentation de l’information et contribue à définir des règles pratiques visant au respect de la vérité. Certains de ces éléments définissent à nouveau l’information people en négatif :

Les reporters et les rédacteurs du Post respectent le principe d’équité. Alors qu’on peut discuter sans fin le principe d’objectivité, la notion d’équité est facilement comprise et admise comme norme. L’équité résulte de l’application d’un petit nombre de règles simples :

  • Un article n’est pas équitable s’il omet des faits d’importance majeure. L’équité implique qu’on fasse le tour du problème.

  • Un article n’est pas équitable s’il inclut des éléments qui n’ont rien à voir avec le sujet, au détriment de faits significatifs. L’équité implique la cohérence.

  • Un article n’est pas équitable si, consciemment ou inconsciemment, il égare ou même trompe le lecteur. L’équité implique l’honnêteté et qu’on se mette au niveau du lecteur […]

32Les torts commis par la presse people, ou par ceux qui pratiquent le people dans la presse généraliste, s’évaluent le plus souvent en justice, où les condamnations au civil ne cessent d’augmenter. Cette course-poursuite entre les condamnations judiciaires et les profits engrangés par les publications occulte la responsabilité déontologique. Mais rares sont les textes déontologiques qui affirment d’entrée le principe de la responsabilité journalistique, ce que fait la Charte des devoirs professionnels des journalistes français : « Un journaliste digne de ce nom prend la responsabilité de ses écrits ». Le journaliste s’efforcera par tous les moyens de « rectifier toute information publiée et révélée inexacte et nuisible » (Bordeaux). La Déclaration de Munich omet le caractère nuisible, tout comme le fera la Déclaration suisse qui précise « matériellement inexacte ». Pour le Pressekodex, « les informations ou allégations publiées qui se révèlent par la suite erronées doivent être rectifiées de manière appropriée, immédiatement et spontanément par la publication qui les a diffusées ». La Charte italienne prévoit la rectification « même en absence d’une demande explicite ». Elle ajoute une dimension préventive : « Dans tous les cas, avant de publier la nouvelle qu’une personne est impliquée dans une procédure pénale, il doit tout mettre en œuvre pour s’assurer que l’intéressé en a eu connaissance ». Enfin, un certain nombre de textes, dont les britanniques Code of Conduct (National Union of Journalists) et Code of Practice (Press Complaints Commission) évoquent le droit de réponse et la possibilité de publier des excuses. Il apparaît clairement que ces principes sont ignorés par la presse people et que seule la contrainte subsidiaire de la justice peut l’amener à reconnaître une faute qui constitue l’essence de sa production.

La vie privée des personnalités publiques

33La presse internationale, pas uniquement dans sa composante people, viole de plus en plus souvent le principe du respect de la vie privée des personnalités publiques. On l’a vu avec le cas de la médiatisation de la vie privée de Nicolas Sarkozy, cette intrusion dans la vie privée relève parfois de la responsabilité des personnalités publiques elles-mêmes. Mais ce trait est sans doute un des plus révélateurs de la contagion people de l’information journalistique classique. La vie privée des personnalités publiques, plus particulièrement politiques, est devenue une matière d’information de plus en plus exploitée, dans un contexte déontologique complexe, dont l’évolution internationale est assez nette.

34À titre d’exemples et de « casus » déontologiques, on peut rappeler que le 18 avril 2006 dernier, le quotidien britannique The Sun, un des représentants les moins scrupuleux de la presse à sensation, publiait une photo d’Angela Merkel enfilant son maillot de bain sur une plage italienne. Surprise par des paparazzis, la chancelière voyait exposées ses fesses nues. La presse allemande qui, comme la France, manifestait un certain respect de la vie privée des personnalités politiques, s’en est émue. Angela Merkel choisit de répondre par le silence.

35En Suisse, Moritz Leuenberger, alors Président de la Confédération, fit de même au cours du même mois, lorsque fut publiée par le grand quotidien populaire Blick une photo sur laquelle on le voyait en maillot sur une plage des Emirats arabes. Le cliché avait été pris par un amateur, lui-même en vacances. Le cas attirait, une fois de plus, l’attention sur l’influence des nouvelles technologies, qui transforment chaque particulier en paparazzi potentiel. Depuis le Tsunami et les attentats de Londres, beaucoup d’agences et de rédactions traditionnelles se sont organisées pour acheter ce type de clichés. D’autres ont ouvert des sites sur Internet, incitant le public à vendre des photos de scoops ou de célébrités saisies par hasard.

36En Belgique, où la conception déontologique d’inspiration française domine, la relation amoureuse entre deux personnalités politiques de partis et de communautés linguistiques différents, Rik Daems et Sophie Pécriaux, fit plus que grand bruit au début de l’année 2006. La presse flamande, plus proche de la tradition anglo-saxonne, s’empressa de se justifier en estimant que l’affaire était aussi politique que privée. Elle marquait ainsi son basculement dans le modèle du raisonnement britannique. On y fait une balance entre respect de la vie privée de la personnalité et intérêt public de l’information, pour évaluer la légitimité de la publication d’un élément relevant de la vie privée. La tradition déontologique de culture française affirmait au contraire le respect de la vie privée des personnalités publiques, au même titre que celle de tout un chacun.

37Cette conception radicale a sans doute été battue en brèche par les ambiguïtés entretenues par François Mitterrand quant à la médiatisation de sa propre vie privée. Depuis, on observe une migration essentielle du raisonnement déontologique des journalistes français. De plus en plus couramment, on peut les entendre évoquer l’intérêt public comme justification de l’exception au principe de respect de la vie privée. Sans doute cette évolution n’est-elle pas totalement sans fondement au regard de certains abus régaliens. De même, la déontologie est une matière évolutive qui se doit de s’adapter aux évolutions des techniques, des mentalités et des stratégies de communication. Mais il est patent que ce type de raisonnement permet à la presse people la plus extrême de tenter de justifier abusivement de nombreux cas litigieux. Il est extrêmement délicat de délimiter cet intérêt public. Le lien à l’exercice d’une fonction publique semble évident dès lors qu’une fille naturelle d’un Président de la République profiterait de facilités de logement ou de voyage offertes par l’État. Dévoiler les relations sentimentales d’un descendant d’un monarque, au prétexte qu’un jour il pourrait être appelé à régner, semble bien plus discutable. Arguer d’un prétendu droit du public à savoir — ce que font constamment la presse people et la presse généraliste quand elle pratique l’information people — en l’étendant à un droit à tout savoir, c’est tenter de légitimer toutes les pratiques, y compris les pires.

38Dans le contexte d’une contagion du people aux médias traditionnels, cette évolution semble néanmoins de moins en moins émouvoir un public qui se montre toujours plus friand de ce type d’information. D’un point de vue de communication politique, de nombreux cas démontrent que la vie privée et son usage par l’information people sont devenus des éléments de stratégie intégrés par certaines personnalités publiques. Les relations, que nouent les différents acteurs concernés, sont particulièrement complexes et mériteraient qu’on les analyse en termes de pouvoirs et de profits respectifs.

39Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy sont sans doute de parfaits exemples de l’évolution du respect que les médias accordent au principe de la vie privée, comme à celui du droit à l’image. Sur le terrain du droit, Closer, Voici ou VSD collectionnent les condamnations en justice, sans que cela n’entame en rien leur réussite commerciale ou le modèle qui la leur vaut. Il est devenu habituel pour ce type d’entreprise de presse de provisionner, au moment où elles négocient l’achat de photos volées, la somme qu’elles estiment avoir à payer en justice en cas de condamnation.

40Droit à l’image et respect de la vie privée sont normalement des pierres de touche de la déontologie journalistique. Il y a moins de dix ans, le journaliste respecté pour ses avis déontologiques qu’est Albert du Roy affirmait dans Le carnaval des hypocrites : « chaque personne est entièrement maîtresse de son image et de l’utilisation de celle-ci »… La réalité actuelle semble beaucoup plus complexe.

41Le cas des photos de Ségolène Royal en bikini, au cours de la dernière campagne présidentielle, illustre une part de cette évolution. Personnalité publique passant ses vacances d’été à la mer, Madame Royal n’a en rien manifesté son autorisation à voir son image exploitée. Elle savait pourtant que certains éditeurs ne craindraient pas la condamnation judiciaire. Comme elle devait savoir que les journaux à sensation ne manqueraient pas d’argumenter sur le fait que le public a le droit de savoir comment une potentielle future présidente passe ses vacances, à fortiori lorsqu’elle s’affiche en un lieu public. Si elle l’avait voulu, ses avocats n’auraient pas manqué de faire remarquer qu’il n’y a pas, dans ce dernier argument, matière suffisante pour justifier d’un intérêt public. Ce à quoi il leur aurait été rétorqué que Madame Royal avait elle-même repoussé les limites de la sphère intime de sa vie privée, le jour où elle posa à l’occasion d’une naissance d’un de ses enfants.

Inventer un journalisme

42Cet échange d’arguments est devenu une espèce de rituel qui témoigne de l’impasse dans laquelle les repères déontologiques classiques ont perdu une bonne part de leur efficacité. Seule la presse de référence peut sans doute encore trouver intérêt à respecter les règles classiques de la déontologie, parce que la qualité de ses pratiques fait également partie de son image de marque et de la plus-value qu’elle propose à un nombre restreint de lecteurs. On l’a dit, le constat est quelque peu radical. Il n’est naturellement pas satisfaisant non plus du point de vue démocratique. On peut aussi gloser sur la responsabilité du public qui, sans que le critère de la classe sociale semble déterminer un comportement particulier, assure le succès commercial de ce type de presse. Mais une telle faillite de la déontologie journalistique ne s’explique qu’au regard de l’évolution rapide de la nature des liens qui unissent information people et personnel politique. Les relations qu’entretiennent presse et personnalités publiques sont révélatrices des effets du people sur l’information. Pour envisager les perturbations que ceci entraîne dans le cadre d’une autorégulation des médias, on ne saurait passer sous silence d’autres contagions du people aux cadres de la médiatisation : principalement celle qui touche la médiatisation de la vie privée des personnes dans un cadre privé. Les blogs sont particulièrement révélateurs d’un estompement des repères traditionnels de la norme. Là où les médias d’information sont tenus au respect strict et traditionnel, les individus médiatisent, grâce aux nouvelles technologies, leurs sphères intimes, parfois les plus réservées, à l’attention d’un large public, indifférencié et anonyme.

43Peut-être, au-delà de cet estompement de la norme déontologique, est-ce davantage dans la légèreté qu’il importe de chercher le sens de cette information people en pratiques journalistiques. C’est dans la culture de la dérision que le people se construit une légitimité, notamment auprès d’un public jeune. Dans ce contexte de la dérision, il apparaît presque dérisoire de mobiliser l’arsenal déontologique qui apparaît dépassé, non-fondé, pour tout dire taillé pour une élite médiatique. C’est bien cela qui se joue dans le phénomène people. Il offre un accès et un regard sur les élites politiques et télévisuelles qui les mettent à portée du public. Le people offre une sensation d’emprise à un public confronté à une vie quotidienne surtout faite d’inquiétudes et de peu de certitudes. L’information people comble ce vide bien réel qui sépare le public de la réussite des élites en le comblant d’une confusion du réel et de la fiction. L’invraisemblable a droit de cité. Les vedettes sont à la fois enviées et dégradées. Elles conservent les symboles de la réussite, mais n’apparaissent plus sous les seuls traits glacés de la star : cette presse nous montre leurs boutons de fièvre et leur cellulite. Les starlettes de la téléréalité sont à la fois les preuves douteuses d’une possible réussite et la mise en scène de ce qu’on peut appeler paradoxalement des « personnalités banales ». Le lecteur de l’information people désacralise les élites dans une nouvelle forme de spectacle, dans lequel tout est permis et donc rien n’est vraiment grave

44C’est ce qui rend la norme déontologique totalement obsolète dans ce cadre. Si tout est spectacle, dérision, transgression, la règle est par nature assimilée au maintien des élites. Le phénomène de contagion du people à l’ensemble du médiatique pose la question d’un espace public transformé. Si la discussion du politique dans l’information journalistique traditionnelle ne répond pas de manière satisfaisante aux attentes d’une part importante du public, on peut craindre que l’effet de sidération, de séduction du people « reporte » simplement la discussion. On a évoqué l’instrumentalisation par le politique de cette tendance lourde. Bien que le public du people soit certainement capable d’autres types de décodages qu’une lecture passive et soumise à des effets idéologiques, on ne peut que constater les difficultés qu’éprouve à l’intéresser un autre journalisme, développé dans la critique et la distance. La communication immédiate et séductrice par dérision empêche l’acteur journalistique professionnel, dont on connaît la fragilité identitaire historique (Ruellan, 1993), à s’affirmer. Mais sans doute cette évolution l’appelle-t-il aussi à réinventer une fois de plus ses pratiques, l’application de ses règles et son identité sociale. Si, pour reprendre Morin, la psychologie du public a évolué, sans doute le journalisme doit-il en tenir compte ; pas pour se complaire dans ces pratiques cyniquement rentables et douteuses de la presse people, mais pour faire valoir ce qui fait sa plus-value de décodage critique du monde, sans pour autant s’assimiler aux élites.

Haut de page

Bibliographie

Bellanger, Claude, Jacques Godechot, Pierre Guiralet Fernand Terrou (1969), Histoire générale de la presse française, tome I, Des origines à 1814, Paris, Presses universitaires de France.

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Éditions Gallimard.

Hoggart, Richard (1970), La culture du pauvre, Paris, Éditions du Minuit.

Morin, Edgar ([1957] 1972), Les stars, Paris, Éditions du Seuil.

Roy, Albert du (1997), Le carnaval des hypocrites, Paris, Éditions du Seuil.

Ruellan, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Spitéri, Gérard (2004), Le journaliste et ses pouvoirs, Paris, Presses universitaires de France.

Wolton, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Éditions Flammarion.

Haut de page

Notes

1  L’étrange traduction française du titre original ne laisse pas justement percevoir qu’il s’agit d’une analyse des usages faits par la clase populaire de l’alphabétisation.

2  Il permet de suivre un individu tout au long de son existence, depuis l’adolescence chez ses parents jusqu’à la retraite, et combine des informations sur l’âge, le nombre de personnes au foyer et la présence d’enfants au foyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Grevisse, « Le journalisme gagné par la peoplisation », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 179-197.

Référence électronique

Benoît Grevisse, « Le journalisme gagné par la peoplisation », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1321 ; DOI : 10.4000/communication.1321

Haut de page

Auteur

Benoît Grevisse

Benoît Grevisse est professeur à l’École de Journalisme de Louvain, de l’Université catholique de Louvain et membre de l’Observatoire du Récit Médiatique. Courriel : benoit.grevisse@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org