Navigation – Plan du site
Articles

L’extension du people dans la presse quotidienne

Une migration « nécessaire » ? Approche de quelques légitimations d’ordre économique avancées par les journalistes suisses-romands
Gilles Labarthe
p. 220-236

Résumés

La présence d’articles people dans les quotidiens d’information et hebdomadaires suisses romands est un phénomène relativement récent, et en plein essor. Comment les journalistes définissent-ils les motivations, le cadre déontologique, les conditions de travail associés à cette « nouvelle » matière ? Basé sur le contenu de dix entretiens effectués en 2007, cet article présente quelques pistes de réflexion sur l’information-people. Il montre en particulier en quoi les légitimations d’ordre économique semblent prépondérantes.

Haut de page

Texte intégral

1La situation de la presse écrite en Suisse romande est souvent décrite comme singulière, par rapport à celle d’autres zones francophones. Les études sociologiques, autant que les études de marché, mentionnent ainsi le nombre élevé et l’apparente variété des quotidiens suisses, malgré une population et un lectorat restreints. Toujours est-il qu’un même phénomène, observé notamment dans la presse française, peut être actuellement constaté dans le paysage médiatique suisse romand : celui de la diversification du people dans la presse et, notamment, de sa migration vers des quotidiens d’information généralistes.

  • 1  Recherche de quatre ans sur l’information-people, financée par le Fonds national suisse de la rech (...)

2Cette contribution s’efforce de mieux comprendre quelles raisons des journalistes suisses romands travaillant (ou ayant travaillé) sur la production d’articles people invoquent pour justifier la « réussite » de ce genre particulier dans la presse d’information ; comment ils légitiment la place que les récits sur les « stars » ou célébrités occupent désormais dans les quotidiens — et dans leurs pratiques. Nous présentons ici les premiers résultats et les premières pistes de réflexion issus de la phase exploratoire d’une recherche scientifique sur l’information-people1.

Contexte suisse romand

3En Suisse romande, le récit de vie des « stars » et autres célébrités était il y a encore quelques années l’apanage de la presse spécialisée, de la presse à scandale ou de tabloïds. Seuls deux titres occupaient jusque-là ce créneau : L’Illustré, magazine hebdomadaire appartenant au groupe Ringier, et Le Matin, un quotidien comptant parmi les multiples publications du groupe concurrent, Edipresse.

  • 2  Au moins dix titres, sur une quinzaine de quotidiens généralistes.

4Sur moins d’une décennie, la plupart des quotidiens généralistes d’information suisses romands2 ont désormais inclus dans leurs pages un espace, voire une page entière consacrée aux vedettes du moment, qu’elles soient « mondiales » ou, plus modestement, nationales ou même locales. Cette tendance s’est encore accentuée depuis l’apparition, en octobre 2005 et mars 2006, de deux quotidiens gratuits, visant tous deux un public « jeune, urbain et au fort pouvoir d’achat », selon leurs éditeurs respectifs : 20 Minutes, du groupe zurichois Tamédia, et Le Matin bleu, lancé l’année précédente par Edipresse pour contrer son nouveau rival venu s’installer sur ses terres. Ces deux nouveaux titres gratuits sont très axés sur le divertissement, notamment les « célébrités », ou les personnes présentées comme telles. Plusieurs témoignages recueillis dans le cadre de la présente phase exploratoire s’accordent à dire que c’est entre autres leur concurrence exercée sur la presse quotidienne payante qui a contribué à accélérer l’apparition d’articles people ou « peoplisés » dans les autres titres.

5Or, le people est un genre qui, plus que tout autre, pose la question des « limites » de la presse d’information. En premier lieu, il soulève le problème du (non-) respect de la sphère privée, et son difficile équilibrage avec le droit à l’information. En outre, par sa propension à véhiculer des contenus volontiers accrocheurs, tape-à-l’œil, spectaculaires et émotionnels, le people est aussi tenu en grande partie responsable de la crise de crédibilité que traverse actuellement la profession de journaliste. Au sein même de ce milieu, la situation est jugée suffisamment préoccupante, comme en témoigne la multiplication des débats internes, informels ou sous forme de réunions de professionnels. Conditions de travail précaires des journalistes, fusions ou disparitions de titres, concurrence d’Internet et des journaux gratuits, « journalisme à grande vitesse », confusions entre contenus rédactionnels et articles à caractère promotionnel, règles déontologiques bafouées et poids des contraintes économiques (baisse du lectorat, érosion constante du nombre des abonnés, baisse des recettes liées aux annonceurs) figurent parmi les principaux points abordés. Nous verrons que ces points se retrouvent invoqués dans les discours des journalistes approchés pour cette phase exploratoire et même, qu’ils les lient au développement du people dans la presse quotidienne.

Perspectives et méthodologie

6Une enquête exploratoire par entretiens semi-directifs nous a permis ici de mieux cerner dans leur ensemble les conditions de production d’articles people, ainsi que les règles explicites et implicites liées à cette production, telles qu’elles apparaissaient dans les discours des journalistes suisses-romands. Comme l’ont souligné plusieurs groupes de recherche et contributions scientifiques s’intéressant à la sociologie du journalisme, le travail de journaliste est certes un métier, mais un métier aux contours incertains. Les conditions dans lesquelles il s’exerce sont marquées par un « flou constitutif » (Ruellan, 1993), comme par une précarisation croissante (Accardo, 1998), qui peut mener les journalistes, d’eux-mêmes et/ou sous pression, à transgresser toujours davantage les règles déontologiques (Lemieux, 2000). Les pratiques du journalisme sont en mutation (Ringoot et Utard, 2005), et les nouvelles pratiques du people semblent bien se situer au cœur de ces mutations.

  • 3  Sur les dix personnes rencontrées (6 femmes, 4 hommes), six journalistes, dont quatre chefs de rub (...)
  • 4  Nous tenons à remercier les dix journalistes qui ont bien voulu « se livrer » à ces entretiens sem (...)

7De manière générale, la prise de contact et l’obtention d’entretiens avec des journalistes3 de la presse écrite suisse romande concernés par le people a été facile. Tous les journalistes approchés (une dizaine) se sont montrés spontanément intéressés par le sujet de la recherche et très disponibles, malgré leur emploi du temps chargé4. Certains ont fourni des anecdotes dès le premier appel téléphonique ; d’autres ont passé du temps à réfléchir à cette problématique avant l’entretien, admettant que ce temps de réflexion les avait aidés à clarifier leurs idées, et leurs présupposés ; un journaliste s’est même présenté à l’entretien avec des exemples d’articles pour illustrer quelles « dérives » permettait le people, par rapport aux règles déontologiques de base, et des notes récapitulant les aspects qui lui semblaient essentiels à aborder pour notre recherche.

8La plupart d’entre eux se sont montrés fort patients lors de l’entretien. Les uns ont pu trouver là une occasion de valoriser leur spécialisation, le people étant, de leur propre aveu, très déprécié dans les rédactions des quotidiens suisses romands ; deux autres, de revenir sur « un genre de journalisme » qui leur a posé de sérieux problèmes d’ordre déontologique, ou a été au centre de confrontations avec leur hiérarchie. Le caractère anonyme des informations recueillies (leur identité véritable, ainsi que leur sexe, ne sont pas révélés dans les résultats et publications, mais seulement l’organe de presse auquel ils sont rattachés) a aussi instauré un climat propice aux confidences. Tous ces questionnements sur leurs propres pratiques du people ont encouragé une activité réflexive, qui demande à être poursuivie : la plupart des journalistes ont en effet exprimé leur intérêt à être tenus informés des avancées et des résultats de notre recherche.

9À travers ces entretiens se dégage une perspective diachronique, qui permet de mieux saisir les logiques d’action (Bertaux, 2005) dans la durée, dans leur développement biographique, et les configurations de rapports sociaux dans leur développement historique : structures, dynamiques, mutations, s’inscrivant dans des contextes sociaux bien déterminés. Au-delà de la reconstruction forcément subjective de l’expérience vécue, transparaissent dans les contenus, des mécanismes, des processus récurrents au sein d’un même milieu socio-professionnel ; se dégagent aussi peu à peu des liens de corrélation.

10Notre échantillon de dix entretiens est certes restreint, en particulier si l’on se concentre sur les passages traitant des motivations et légitimations en matière de people, mais il présente l’avantage de pouvoir recueillir des informations approfondies et « croisées ». À ce stade de la recherche, l’étude des corrélations, liens de cause à effet ou enchaînements dans l’argumentation des personnes rencontrées sur la question qui nous intéresse ici permet de mieux cerner le « comment ça se passe », le « comment ça marche » et surtout, de pointer « là où ça coince ».

  • 5  Sur ces notions d’analyse du discours, voir Maingueneau (1996).

11Une lecture systématique orientée sur les processus sociaux des argumentations, motivations et logiques d’action exposées par les journalistes rencontrés pour ces entretiens fait apparaître notamment que leurs légitimations en faveur du people font place à d’importantes hésitations et contradictions. Ces dernières affectent alors autant la cohésion du discours que la cohérence globale des propos tenus par certains journalistes dans cette situation d’entretien5. Reformulations, métadiscours, hétérogénéité énonciative sont particulièrement marqués dès que l’entretien aborde les questions liées au rôle de la hiérarchie dans la définition du people, tel qu’il doit être pratiqué au sein du journal. In fine, il ressort notamment que cette définition du people est davantage calée, non pas sur des impératifs d’ordre déontologique (respect des règles de la profession), mais économiques et financiers, tels que relayés par la direction du journal.

La légitimation du people par la « demande » du lectorat

12Une première piste pouvant mener à des hypothèses interprétatives se dégage de notre lecture : celle des qualités qui seraient liées à l’écriture d’articles people, des mutations que le genre people implique dans la profession et des (auto-) contraintes.

13Tous les journalistes interrogés confirment, d’expérience, que l’introduction d’articles people ou « peoplisés » dans la presse quotidienne est un phénomène relativement récent : ces articles ont fait leur apparition dans la plupart des quotidiens d’information généralistes depuis une décennie, tout au plus ; entre quatre ou deux ans, pour les autres cas qui nous intéressent ici. Les professionnels problématisent beaucoup l’influence de facteurs économiques sur l’évolution des contenus d’un journal, et la place que le people y tient désormais.

14Ainsi, la plupart des journalistes interrogés établissent un lien direct entre la situation de difficulté financière d’un titre et la nécessité d’intégrer davantage d’articles people dans leurs pages. Les nouveaux contenus people présenteraient différentes qualités : « légers », « divertissants », « colorés », « bien illustrés », « agréables à lire », etc. Ils sont dès lors supposés attirer le lectorat et donc, contribuer à combattre l’érosion constante du nombre d’abonnés. En bref, les articles people sont « vendeurs », selon l’expression des chefs de rubrique, qui parlent de leur journal comme d’un « produit ». La plupart y voient une légitimation de la place nouvelle qu’occupe la rubrique people au sein de leur journal, valorisant par là même leur fonction au sein de la rédaction. Ils ont alors recours à divers arguments.

15Un argument est souvent évoqué : celui de « la demande ». Car en somme, « que veulent les gens » ? Tout comme le fait divers (Dubied, 2005a), le people est un genre très prisé du lectorat. Preuve en serait, selon certains de nos journalistes, le « succès » de la presse people française spécialisée (Gala, Voici, Public et, surtout, Closer qui a su lui aussi se placer sur « un marché porteur ») et pour la Suisse, celui du magazine L’Illustré ou du tabloïd Le Matin ; celui des deux tabloïds gratuits suisses romands Le Matin bleu et 20 Minutes.

16Certains journalistes avancent que, les articles people étant par définition consacrés à des célébrités dont tout le monde parle, des stars « connues du plus grand nombre », les lecteurs suisses romands seraient forcément intéressés par la lecture des récits concernant à plus de 80 % des stars étatsuniennes. Nous avons tenté d’approfondir ce point précis, qui faisait l’objet de nombreuses hésitations, lors des entretiens.

17Les quatre chefs de rubrique people, qui se sont tous déclarés passionnés par les récits de vie des célébrités, se sont employés à défendre les avantages des articles consacrés aux stars, y compris leur valeur d’« information ». Ces articles, parlant de stars « connues du monde entier », répondent à une vraie « demande » de la part du lectorat : « c’est le public qui veut du people », dit l’un ; « les lecteurs le consomment », ajoute un autre.

18Notons que ce désir d’une majorité des journalistes interrogés de « coller » au mieux à « l’actualité » people et à une demande présupposée de leur lectorat, peut se transformer en véritable contrainte, moins dans la forme que prendra l’article que dans la nécessité de « traiter l’info » tant attendue : « Je trouve pathétique ce qui lui arrive, mais j’en parle aussi, hein ! Pas plus tard qu’aujourd’hui j’ai fait 2000 signes sur Britney Spears, parce que je sais qu’il y a des gens qui attendent cette nouvelle. Donc, franchement, je m’en serai passé ».

19Ce premier type de légitimation mériterait d’être étudié de manière plus approfondie. Il entre en résonance avec la critique du fameux « verdict populaire » qui, selon Cyril Lemieux, permet aux professionnels des médias de justifier l’écoulement de productions qui posent problème, « de produits jusque-là jugés indignes d’y figurer » (2000 : 49).

20Interrogés sur les « retours » du lectorat que leur journal avait sur le traitement des sujets, un seul responsable a indiqué recevoir des courriers de lecteurs assez réguliers lui demandant de couvrir telle ou telle célébrité. Un autre a noté que la vente au numéro pouvait donner une assez bonne idée de quelle star intéresse le lectorat — ou pas — sans pouvoir mentionner de chiffres précis, ni d’exemples de sondages effectués par la direction du journal, à ce stade. Ce genre d’évaluation est encore plus complexe à mener pour un quotidien gratuit. Les limites de ce type de discussion sont d’autant plus nettes que dans la grande majorité des cas abordés ici, les enquêtes sur le lectorat (copy-test, panel de lecteurs) auxquelles se réfèrent la direction d’un titre pour justifier la nécessité d’introduire davantage de people ont lieu à huis clos, avec le service marketing, l’éditeur et le rédacteur-en-chef, mais sans que la rédaction ne puisse y participer. À aucun moment, donc, ni ce lectorat, ni ses attentes n’ont pu être définis de façon précise dans les récits recueillis.

Des compétences conditionnées par un « système »

21Deuxième piste : les compétences nécessaires, qui donnent lieu dans les discours à un certain nombre de contradictions intéressantes. Les quatre chefs de rubrique people, dont la trajectoire professionnelle est clairement ancrée sur cette matière, ont consacré beaucoup plus de temps que leurs confrères à insister sur l’accumulation de qualités requises pour être un bon journaliste people : bien connaître son sujet, disposer d’une bonne documentation, d’un carnet d’adresse (réseau personnel) bien fourni ; aimer les contacts humains, avoir une bonne écoute, être fin psychologue ; aimer raconter des histoires, aimer écrire, posséder une très bonne plume ; rigueur, respect de la sphère privée ; avoir suivi une formation complète de journaliste, être un vrai professionnel de l’information, vérifier et recouper les sources sont quelques-unes des qualités évoquées en cours d’entretien. Ceci, même pour des articles people qui se basent régulièrement sur des rumeurs souvent invérifiables : « on retrouve les préceptes de base du métier de journaliste, c’est-à-dire contrôle de l’information, vérification de l’information, etc. Alors, tant que faire se peut… c’est vrai que je n’ai pas le numéro de Tom Cruise pour lui demander si les nouvelles qui existent tout d’un coup [sont] vraies ».

22Cette présentation « idéale » — on pense aux « discours de conformité » identifiés par Ruellan (1993) — ne diffère pas des qualités qu’un rédacteur-en-chef attendrait d’un journaliste travaillant en rubrique locale, par exemple. Elle s’est vite estompée au fil des discours, notamment concernant le principe de la vérification des sources appliqué aux rumeurs ou à Internet — qui s’avère dans ces entretiens un outil majeur dans la construction des articles people.

23À la question à nouveau posée de savoir quelle est la première des qualités qu’il faut avoir pour écrire des articles people, deux chefs de rubrique people ont en effet ajouté : « aimer écrire sur rien », en profitant du phénomène d’éloignement des stars (sur Britney Spears, par exemple, qui ne lira jamais la presse suisse romande, « on peut dire tout et n’importe quoi ») ; autre compétence essentielle évoquée plusieurs fois : « savoir l’anglais », ceci afin de « repiquer », traduire et adapter en français des articles lus sur les sites des journaux (« le Sun, le Daily Mail, le euh, le Mirror, le News of the World, le People américain, le US Weekly… ») ou sur des sites Internet d’information anglo-saxonne dédiés aux stars (www.people.com, pour n’en citer qu’un).

24Autre compétence essentielle qui apparaît plus en filigrane : celle d’accepter les contraintes particulières au genre people et, en bref, d’accepter de « jouer le jeu », sachant que dans cet exercice d’écriture, les règles d’accès à une information impartiale et nuancée sont malmenées : ainsi pour un article sur Cindy, « nouvelle perle » de la chanson suisse :

Le journaliste (très mauvais journaliste !) qui a fait, qui a suivi ce dossier, entre guillemets, il a jamais eu accès direct… enfin il a eu accès à Cindy, mais toutes les interviews qu’il a pu faire tant qu’il était à Paris étaient contrôlées par le service de presse de M6, et ça il ne l’a jamais dit. Et pour moi c’est très grave, quoi […] je pense que le journalisme people c’est ça, c’est-à-dire que on exclut toute analyse, parce que c’est dérangeant, puisqu’on vend un produit, on n’a pas à le critiquer.

25« Jouer le jeu », c’est aussi accepter de recentrer tout son article sur l’intimité des personnes rencontrées, y compris celle des politiciens, en reléguant le plus possible au second plan les aspects informatifs d’intérêt public. Ce qui ne va pas sans heurts : « moi j’étais mal à l’aise dans ma pratique, par rapport à ça, voilà. Et je ne le faisais pas, donc je me faisais engueuler tout le temps [par le rédacteur-en-chef] ».

  • 6  Nous parlons ici de proximité éditoriale. « La gestion de la distance journaliste/source/public es (...)

26Dans la pratique, nous voyons que les compétences conformes à l’idée de la profession, habituellement citées en premier lieu dans le cadre d’un journalisme privilégiant la proximité6, semblent très souvent évacuées et remplacées par d’autres « qualités requises », qui dessinent déjà en creux les contraintes liées à l’exercice d’écriture sur le people. Ces « autres qualités requises » n’ont en général été vraiment révélées qu’en seconde partie de l’entretien, au moment où étaient abordées les questions relatives à la construction d’un article people, avec des exemples concrets à l’appui.

Économie, Internet et construction de l’objet

27Notre troisième piste de réflexion est en effet axée sur la construction des articles people. Elle cherche à préciser certaines contraintes et permet de mettre en évidence « la nature problématique du people, objet flou et mouvant, entre information et divertissement » (Dubied, 2005b). Dans la plupart des cas, cette « actualité people » concernant des célébrités internationales (qui sont le sujet de la majorité des articles) est préfabriquée à l’étranger, souvent par des professionnels de la communication, attachés et responsables de presse travaillant au service de stars ou de l’industrie du show-business. Si d’aventure un journaliste suisse romand a l’occasion d’approcher l’une de ces personnalités internationalement connues, c’est, sauf exception rarissime, dans des conditions fixées d’avance : « un Brad Pitt qui viendra ici, vous avez dix minutes avec Brad Pitt, il ne voudra jamais vous parler de sa vie, il est là simplement pour faire de la publicité pour son film ». Rencontrer des célébrités internationales dans un contexte désintéressé paraît impossible : « ça fait partie de la pub, des relations publiques », commente un journaliste ayant beaucoup écrit sur les stars du show-business, qui a appris à « se méfier des gens qui veulent vendre leur intimité ou leur vie privée », parlant même de « marchandisation de l’intimité ».

28Nombre de célébrités sont aussi « des ambassadeurs rémunérés », quand ils « sont associés à des marques », qu’il s’agisse de bijouterie ou d’horlogerie de luxe, de haute couture, de parfums, ou de boissons instantanées (George Clooney « prêtant » contre rémunération son image à la campagne de publicité Nespresso). Pour tel journaliste, écrire des actualités people c’est donc se baser sur « une industrie qui existe, que nous utilisons », où l’information est cadrée, encadrée, et conditionnée soit par une tournée de promotion (une nouvelle « vedette » de la chanson à Star Academy, le dernier film dans lequel joue Brad Pitt, la dernière performance — « désastreuse » — de Britney Spears aux MTV Public Awards), soit par un événement qui a déjà été couvert la veille dans les médias spécialisés français ou anglo-saxons (mariage, naissance, séparation, divorce, enterrement de, etc.), et se trouve « repiquée » dans la presse suisse romande. La valeur d’information en termes d’intérêt public est souvent mise en doute par les journalistes : « Dans le people, il n’y a pas d’enjeux. On nous vend un produit, et point ».

29Suivre sur Internet l’actualité des people les plus en vogue outre-Atlantique, et s’en inspirer pour écrire des articles, représente un défi permanent, pour au moins trois raisons. D’abord, parce que sur les sites spécialisés qui offrent sur le Web des « news » gratuites, l’information est presque impossible à tracer : « vous n’avez aucun moyen de contrôle ». Ensuite parce que,

dans le people, la rumeur est une information. Je dirais presque plus que dans d’autres rubriques. Donc, le fait qu’on table sur des rumeurs comme des informations… Il faut qu’on ait un contrôle assez précis dans les termes aussi employés. Pas par peur des réactions de l’éventuel intéressé. Parce que, par exemple, quand il y a une rumeur sur Tom Cruise, je ne pense pas que Tom Cruise va lire [notre journal] et venir faire un procès.

30Enfin, il faut composer avec la surabondance d’« informations » véhiculées autant par les journaux sur le Web que par les sites spécialisés, les forums ou même les blogs : comme le dit un chef de rubrique, les sources disponibles concernant le people américain, c’est « les chutes du Niagara ».

31Dans ce domaine, le rôle joué par Internet est crucial. Il conditionne en grande partie la question des sources, de leur mutation et des conséquences de cette dernière sur les pratiques journalistiques concrètes. Des entretiens menés ressort en effet que la production de ces articles permet aussi une économie en termes de forces de travail : sur les célébrités internationales, une avalanche de contenus people (textes et photos, souvent des dépêches d’agences spécialisées) est disponible sur Internet, accessible gratuitement et libre de droits de reproduction. Ce qui permet de limiter les frais, mais aussi le temps passé à la recherche d’informations et à la rédaction.

Une définition du « sous-people »

32Sur cette base pré-formatée, beaucoup de nos journalistes remarquent que pour un article concernant une star internationale, il suffit de « faire un jus là-autour », de « broder » ou même, « d’inventer ».

33Cette « sauce », produite d’après des sources gratuites que l’on ne maîtrise pas, est d’ailleurs qualifiée par l’ensemble des professionnels rencontrés de « sous-people ». Un journaliste l’explique : « C’est pour ça que je parle de sous-people. C’est que les journaux spécialisés ont leur propres sources photographiques ou journalistiques. On n’avait rien de tout ça, donc on a fait du… du très mauvais people, quoi ». Plus loin : « C’est là que je disais qu’on fait du sous-people, parce qu’on n’a pas les moyens de découvrir nous-mêmes que Britney Spears pue des pieds : on devait attendre qu’un magazine américain, en l’occurrence, sorte l’affaire pour que nous la reprenions ».

34La préférence que le rédacteur devra accorder à tel ou tel sujet peut s’avérer un vrai casse-tête.

Comme dans le people, je vous le disais avant, c’est vrai qu’il n’y a pas de… je dirais de niouzes intelligentes. L’essentiel des niouzes people sont les niouzes futiles, des niouzes légères, divertissantes. Alors bien sûr, moi, je dirais dans une majorité, hein, des histoires d’amour, des histoires… voilà. Donc, y faut hiérarchiser le futile.

  • 7  C’est aussi le cas pour le fait divers. Les autres genres journalistiques sont-ils plus facilement (...)

35On retrouve « la nécessité de faire un tri », alors que les critères de sélection sont en réalité mal définis, et relèvent du non-dit, du non-dicible ou de l’implicite7.

36Ces discours laissent transparaître l’apparition ou la confirmation d’une pratique professionnelle éloignée du « terrain », des informations « de première main » et des sources (officielles, officieuses) chères aux journalistes, et au contraire centrée sur le bureau, faute de temps et de moyens. Une réalité contraignante, qui vient relativiser les qualités du bon journaliste people évoquées en début d’entretien (aimer les contacts humains, avoir une bonne écoute, être fin psychologue, bien connaître ses dossiers…). À un chef de rubrique people affirmant suivre la carrière de Britney Spears « depuis des années », nous avons demandé s’il l’avait déjà rencontrée. « Non », nous a-t-il répondu, visiblement perplexe. Le recours à Internet est encore primordial pour cet autre journaliste d’un tabloïd, à qui nous avons demandé le pourcentage des célébrités présentes dans ces pages qu’il avait réellement rencontrées : « Je… je… j’ai jamais réfléchi à la question, mais je dirais 90 %, 10 %. 90 % des gens qu’on ne rencontre pas ». Éloignement des sources, distance, manque de rencontres concrètes, peu d’implication des journalistes (voir leur méchanceté revendiquée à l’égard de certaines célébrités étatsuniennes) sont difficilement compensés par le caractère d’immédiateté de l’information people proposée par les agences spécialisées et Internet.

Conflits et négociations

37La majeure partie des journalistes rencontrés éprouvent un sentiment de frustration par rapport à ce « sous-people » repiqué sur le Web, qui les cantonne à un simple rôle de « textuels » : un exercice de mise en forme, et non plus de professionnels de l’information. Ce « journalisme assis » pose la question des limites de leurs pratiques (définition de l’information, division du travail dans les rédactions, sens des récits produits, etc.) et de leur identité professionnelle. Le caractère contraignant de ce travail de rédaction, surtout axé sur « le desk », amène à relativiser fortement les « avantages » évoqués spontanément par les journalistes travaillant dans la rubrique people (grande autonomie par rapport au reste de l’équipe de rédaction, grande liberté dans le choix des sujets, comme dans le traitement, etc.).

38C’est là une quatrième piste, qui reste elle aussi à approfondir : celle concernant les conflits, les régulations et leur négociation. Une partie des journalistes rencontrés aborde cette « matière people », qualifiée de « pas sérieuse », avec amusement ; une autre, avec dégoût, soulignant l’absence totale de contenu informatif ou d’intérêt public sur de tels sujets. La plupart des journalistes regrettent encore le manque d’opportunités au sein de la rédaction de pratiquer un « bon people », dont ils tracent les contours. Ce « bon people » peut intéresser ou passionner les journalistes interrogés quand il est pratiqué en suivant les règles de la profession : documentation, vérification des sources, recoupement des informations, exclusion des simples rumeurs infondées, respect de la personne. Portraits, interviews, reportages se prêtent particulièrement bien à la matière people, disent-ils, avant de déplorer le manque de temps et de moyens qui limite trop souvent cet exercice. Stress, fatigue sont soulignés par la majorité des journalistes travaillant sur la matière people.

39Les conflits d’intérêt avec la hiérarchie sont toujours évoqués, à des degrés divers : exprimant leur degré de satisfaction avec leur profession, les chefs de rubrique people le notent très positivement (une moyenne de 5 sur une note maximale de 6). Quand on leur demande d’expliquer leur notation, deux sur quatre ont avoué que leur évaluation était surtout positive du fait de leur salaire très confortable, estimant par contre que le manque de liberté concernant la nature de leur travail constituait l’aspect négatif de leur situation. Parmi les problèmes et frustrations évoquées, outre celles susmentionnées, l’aspect et le contenu trop formaté de leur rubrique. Ce format ne relève pas de leur compétence, mais est défini par la direction. La notation est bien plus modérée pour de jeunes rédacteurs sans poste à responsabilité (en moyenne 4,5 sur 6), toujours en raison du contenu limité et du peu d’intérêt de leur travail.

  • 8  La pression exercée par la rédaction en chef sur des journalistes pour « peopliser » l’information (...)

40La rédaction des articles « sous-people » peut être confiée occasionnellement à d’autres rédacteurs des pages magazine (sports, cinéma, culture, etc.) ou à des rédacteurs qui n’ont pas suivi la formation professionnelle des journalistes, par manque d’opportunité de trouver une place de stage au sein d’un média. Ces derniers travaillent conjointement sur d’autres rubriques parfois à caractère promotionnel (cinéma, musique, show-business, mode, tendances, consommation) ; ils sont les plus exposés à des pressions de la part de la hiérarchie (relatées par la majorité des journalistes) pour passer outre les règles déontologiques de base du métier, qui établissent notamment une distinction entre le caractère public et le caractère privé d’une information sur les personnalités8. Ces règles, rappelons-le, définissent notamment une séparation nette entre contenu rédactionnel et message à caractère publicitaire ou promotionnel. Avec le people, information « limite », des impératifs d’ordre économique (baisse des recettes apportées par les annonceurs, concurrence des quotidiens gratuits, d’Internet, etc.) sont invoqués, parfois même assortis de menaces de la direction — « On s’est fait tanner mais vraiment lourdement par la rédaction en chef, en disant qu’on était des nuls, des ringards, etc. » —, pour justifier l’assouplissement de cette frontière.

41Outre le caractère promotionnel, la majorité des journalistes interrogés souligne que les contenus people véhiculent des valeurs fortement axées sur l’individu : hédonistes, plutôt conservatrices et nettement consuméristes. Plusieurs d’entre eux pointent le fait que le people est un genre qui peut, par conséquent, permettre de jouer avec les limites du publi-reportage, ou d’attirer des annonceurs. Dans un cas mentionné de façon très claire, la création récente de la rubrique people au sein du quotidien était destinée à attirer de nouveaux annonceurs. L’opération a depuis donné satisfaction à la direction, mais pas au journaliste, qui regrette le caractère formaté et très contraignant de sa page. D’autant que

[…] le « jeu » semble fonctionner dans les deux sens : parfois, ce sont des publicités déjà prévues dans l’édition à venir d’un journal qui viennent de dicter la forme et le fond qu’un article people doit prendre. En d’autres termes, un article people présentant une photo avantageuse d’une jeune et pulpeuse star blonde du show-business prépare mieux le lecteur à une publicité pour cosmétiques haut de gamme qu’un papier d’analyse sur les dernières décisions fédérales en matière de politique agricole concernant la culture extensive de la pomme de terre en Suisse, par exemple (Dubied et Labarthe, 2007).

42Pour deux journalistes interrogés, écrire des articles people illustrés de belles photos de « jeunes filles très dévêtues » est même devenu un critère implicite de sélection, pour se conformer aux exigences de leur rédacteur-en-chef (pour lui, il faut que ce soit « glamour »).

Conclusion

43Les discours journalistiques recueillis rappellent, comme beaucoup d’autres recherches l’ont déjà signalé, que le journalisme est une matière particulièrement mouvante, travaillée en permanence par des transformations et enjeux d’ordre social, politique, idéologique, culturel, technologique. Les pistes dégagées ici confirment une intuition qui était à l’origine de la présente recherche : le people représente bel et bien pour tous les journalistes rencontrés ici un objet problématique, différent, voire dérangeant, qui pose encore plus que d’autres la question des limites de leurs pratiques (définition de l’information, division du travail dans les rédactions, sens des récits produits…) et de leur identité professionnelle.

44Le sujet est d’autant plus sensible que, dans la majorité des cas, la décision d’introduire davantage de people ou d’articles peoplisés dans la presse quotidienne d’information généraliste en Suisse romande ne vient pas de l’ensemble de la rédaction, mais relève de la volonté de la direction. Plusieurs sociétés de rédacteurs se sont d’ailleurs opposées explicitement à cette nouvelle orientation, arguant qu’elle malmène les bases du métier (déontologie et/ou chartes propres aux rédactions).

45Ces premières pistes confirment l’analyse déjà avancée par d’autres recherches : le journaliste travaille dans un « système » qui le conditionne et pèse sur ses pratiques (Lemieux, 2000 ; Ringoot et Utard, 2005). En témoigne entre autres, la forte présence de la rédaction et de la hiérarchie dans les discours recueillis. Mais ce système connaît un glissement de plus en plus marqué, dans un certain sens : les bases traditionnelles du journalisme sont fragilisées, d’autant qu’elles entrent en concurrence avec des présupposés d’ordre économique (le journal est un produit, le people fait vendre) qui font aujourd’hui eux aussi partie intégrante de la conception globale de la profession, telle qu’elle est désormais véhiculée au sein des rédactions.

46Il en résulte de fortes distorsions repérables (sous forme d’hésitations, de contradictions, de reformulations, etc.) dans les discours des journalistes interrogés dans le cadre de cette recherche. Légitimation du people par la « demande » du lectorat, définition de nouvelles « qualités requises » pour l’écriture des articles people, importance grandissante d’Internet dans la constriction de l’objet, jeu assumé entre articles rédactionnels et promotionnels, etc. sont quelques-unes des constantes observées ici. Ces constantes sont liées entre elles par un impératif prépondérant, d’ordre économique : la survie du journal, qui serait à ce prix.

47Tout un travail d’approfondissement, de recoupement, de recueil d’informations et de témoignages, enfin d’analyse reste à faire. Comprendre en quoi la migration du people dans la presse quotidienne d’information généraliste pose problème semble quoi qu’il en soit d’autant plus crucial que les évolutions et mutations des pratiques professionnelles relatées ici iront en s’accélérant ces prochaines années : c’est l’avis unanime des journalistes rencontrés, comme la conclusion des deux réunions de concertation organisées en automne 2007 par la Fédération suisse des journalistes.

Haut de page

Bibliographie

Accardo, Alain (dir.) (1998), Journalistes précaires, Paris, Éditions Le Mascaret.

Bertaux, Daniel (2005 c1997), L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, Paris, Éditions Armand Colin.

Dubied, Annik (2005a), « Quand les journalistes de presse parlent du fait divers. Une lecture exploratoire de leurs représentations et de leurs récits de pratiques », Les Cahiers du journalisme, no14, p. 58-76.

Dubied, Annik (2005b) « La polémique-people, emblème d’une nouvelle forme de polémique journalistique ? », Médiatiques. Récit et société, no37, p. 36-41.

Dubied, Annik, et Gilles Labarthe (2007), « Comment le people s’installe dans la presse d’information », Le Courrier, 20 novembre 2007 : http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=438046

Lemieux, Cyril (2000), Mauvaise presse, Paris, Éditions du Métailié.

Maingueneau, Dominique (1996), Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

Ruellan, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Ringoot, Roselyne, et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes. (Coll. « Res Publica ».)

Ringoot, Roselyne, et Yves Rochard (2005), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots. Les langages du politique, mars, (http://mots.revues.org/index162.html)

Haut de page

Notes

1  Recherche de quatre ans sur l’information-people, financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, initiée en octobre 2005 et dirigée par la professeure Annik Dubied, Université de Genève, Département de sociologie.

2  Au moins dix titres, sur une quinzaine de quotidiens généralistes.

3  Sur les dix personnes rencontrées (6 femmes, 4 hommes), six journalistes, dont quatre chefs de rubrique people, avaient au moins 20 ans d’expérience dans le genre particulier des stars du show-business (acteurs de cinéma, chanteurs, etc.) et autres célébrités, qu’il s’agisse de têtes couronnées ou de simples personnalités locales régulièrement invitées à des galas de charité. Deux autres journalistes chevronnés, travaillant depuis longtemps en rubrique locale ou culturelle, ont dit avoir occasionnellement écrit « sous contrainte » de leurs supérieurs des articles people ou « peoplisants » ; ils ont apporté un regard très critique sur la question. Ces huit premiers journalistes ont suivi une formation professionnelle dans la branche (deux ans d’exercice du métier dans une rédaction, encadré par un maître de stage, et des cours au Centre romand de formation des journalistes — CRFJ), au contraire des deux jeunes rédacteurs de moins de trente ans, dotés d’une formation universitaire et ayant depuis peu trouvé une place dans un quotidien suisse ; leur situation professionnelle était jusque-là instable ou précaire.

4  Nous tenons à remercier les dix journalistes qui ont bien voulu « se livrer » à ces entretiens semi-directifs. Il s’agit de trois journalistes travaillant pour le magazine TV8 (hebdomadaire télévision du groupe Ringier), un journaliste du quotidien neuchâtelois L’Express, un journaliste du quotidien genevois La Tribune de Genève, un journaliste du quotidien romand Le Matin, ainsi que trois journalistes (dont deux jeunes « rédacteurs », non inscrits au registre professionnel) du quotidien gratuit 20 Minutes, et un journaliste du magazine L’Illustré (hebdomadaire). La plupart avaient vingt ans au moins d’expérience professionnelle, pour une moyenne d’âge se situant autour de 45 ans.

5  Sur ces notions d’analyse du discours, voir Maingueneau (1996).

6  Nous parlons ici de proximité éditoriale. « La gestion de la distance journaliste/source/public est un élément de tension entre la légitimité journalistique et l’affirmation de la communauté affichées par ces publications », comme le rappellent Roselyne Ringoot et Yves Rochard (2005).

7  C’est aussi le cas pour le fait divers. Les autres genres journalistiques sont-ils plus facilement hiérarchisables ? La question est ouverte.

8  La pression exercée par la rédaction en chef sur des journalistes pour « peopliser » l’information est aussi évoquée en France par la profession, pour la couverture médiatique du voyage du président Nicolas Sarkozy en Egypte, en décembre 2007. Voir l’article « Des vacances privées très publiques », Le Monde, 29 décembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Labarthe, « L’extension du people dans la presse quotidienne », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 220-236.

Référence électronique

Gilles Labarthe, « L’extension du people dans la presse quotidienne », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/1339 ; DOI : 10.4000/communication.1339

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Gilles Labarthe est collaborateur scientifique à l’Université de Genève. Courriel : gilleslabarthe@datas.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org