Navigation – Plan du site
Articles

Comment peut-on faire du people ?

Pratiques et identités professionnelles dans la presse échotière française
Jamil Dakhlia
p. 237-255

Résumés

Grâce à des entretiens menés auprès de dirigeants et de cadres, sont d’abord examinées les contraintes structurelles qu’imposent aux rédactions people françaises leurs liens avec les agences photo, d’une part, et les personnalités, d’autre part. Puis sont explorés la « sphère subjective » et les systèmes de justification du journalisme people, en montrant comment les personnes interrogées négocient avec l’image négative qui leur est attribuée pour donner du sens à leur rôle professionnel.

Haut de page

Texte intégral

1Ce n’est un mystère pour personne, les magazines people ont plutôt « mauvaise presse » : au mieux, ils sont taxés de complaisance quand ils offrent une image flatteuse des vedettes ; au pire, d’agressivité malsaine lorsqu’ils exploitent le filon de l’indiscrétion et des photos volées. Dans tous les cas, leur activité est rabattue sur le registre de la faute journalistique, entre collusion — avec l’industrie du spectacle — et voyeurisme. D’où le titre de cet article : « Comment peut-on faire du people ? » En effet, l’objectif est d’abord d’indiquer comment on fait du people, c’est-à-dire les « modalités concrètes de travail, des méthodes de sélection et de production de l’information » (Rieffel, 2005 : 124) dans ce secteur spécifique.

  • 1  Cette formulation trouve un écho dans l’ouvrage autobiographique de Jacques Colin, rédacteur en ch (...)

2Or l’hypothèse de départ, à vérifier, est que l’objet de la presse people — les célébrités — et sa vocation — la publicisation de la vie privée — construisent son illégitimité et que, en sens inverse, cette illégitimité conditionne les pratiques et l’identité de ses professionnels. Soulignant une distance à la norme, à l’instar du fameux « Comment peut-on être persan ? » de Montesquieu, la question posée doit donc aussi être comprise de la façon suivante : « Comment est-il possible de faire du people ? ». Sous-entendu : compte tenu de l’écart supposé à la loi, à l’opinion commune ou à la doxa journalistique1. L’enjeu n’est pas tant de savoir si l’activité rédactionnelle people est acceptable ou non, selon des critères qualitatifs ou moraux que l’on serait d’ailleurs en peine de définir, mais d’estimer « de l’intérieur » dans quelle mesure ce travail s’organise en fonction (en dépit ?) de cette illégitimité supposée. Selon une démarche de sociologie compréhensive, seront plus particulièrement examinés les principes qui guident l’action des professionnels de la presse échotière et les systèmes de justification — « grammaires », dirait Cyril Lemieux (2000) — sur lesquels ils se fondent pour déterminer si leur travail est satisfaisant ou non. La question initiale devient alors : « Au nom de quoi peut-on faire du people ? »

3Centrée sur des entretiens menés en 2007-2008 auprès de quinze dirigeants et cadres de la presse people française, cette étude est avant tout exploratoire et ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle entend dégager quelques aspects significatifs des pratiques et des identités journalistiques people dans le cas français, en attendant d’être complétée par d’autres enquêtes de terrain et une mise en perspective internationale.

4À la suite d’un préambule méthodologique, seront présentées les contraintes structurelles qu’imposent aux rédactions people leurs liens avec les agences photographiques, d’une part, et les personnalités, d’autre part. Il s’agit d’examiner comment la dépendance envers ces sources spécifiques pèse sur les rouages et les routines de la « machinerie rédactionnelle » (Neveu, 2004 : 44) échotière. Ensuite, dans la mesure où l’autoperception des journalistes rejaillit sur le contenu de l’information produite, il conviendra d’esquisser la « sphère subjective » (Rieffel, 2005 : 124) du journalisme people, en montrant comment les personnes interrogées négocient avec l’image négative qui leur est attribuée pour donner du sens à leur rôle professionnel.

Un accès restreint au milieu d’enquête

  • 2  Voici, par ordre chronologique de réalisation des entretiens, les noms et les fonctions de ceux qu (...)

5Cette recherche a été réalisée entre septembre 2007 et février 2008 sous la forme d’entretiens approfondis de type semi-directif. Trente-six de ses représentants, de tous statuts hiérarchiques, ont été sollicités par téléphone et par courrier électronique, mais seulement quinze d’entre eux ont accepté d’être interviewés, dont trois sous couvert d’anonymat2.

6Ce qui frappe dans la population interrogée est la surreprésentation des positions hiérarchiques supérieures. De fait, moyennant quelques relances pour une minorité d’entre eux, les dirigeants contactés se sont prêtés assez facilement au jeu de cette enquête, malgré des disponibilités réduites. Les cadres sont plus rares dans ce cas et parmi leurs représentants ayant accepté d’être interrogés, figurent ceux qui ont souhaité que ni leur nom, ni leurs fonctions n’apparaissent. Quant aux représentants de la base, aucun n’a donné suite pour l’instant. En clair, la disposition au dévoilement semble directement proportionnelle à l’élévation dans l’échelle hiérarchique.

7D’emblée, deux hypothèses peuvent être avancées pour éclairer cette disparité : tout d’abord, l’illégitimité du secteur. Il est vraisemblable que les professionnels de la presse people présupposent qu’un regard extérieur leur soit à priori hostile. Non sans raison car tous ceux, parmi les interviewés, qui ont eu l’occasion d’être invités dans les médias y ont presque toujours assisté à leur propre procès, au nom de la défense du « vrai » journalisme. Du coup, seuls les individus occupant une position institutionnelle élevée seraient dotés d’une expertise et d’un prestige hiérarchique suffisants pour oser affronter un regard externe, celui d’un universitaire à fortiori.

  • 3  C’est à peu de choses près l’argument qu’ont invoqué les trois interviewés qui tenaient à conserve (...)

8Ensuite, les réticences de la base peuvent s’expliquer par le primat, dans la presse people, d’une culture du secret sur laquelle il faudra revenir. Le souci de maintenir l’exclusivité de l’information et de protéger les secrets de fabrication de chaque rédaction s’impose tout particulièrement dans un secteur florissant, caractérisé par la circulation de fortes sommes d’argent et fortement concurrentiel3. Seuls des dirigeants, propriétaires du discours officiel sur leur entreprise, pouvaient donc s’exprimer sans crainte de commettre une trahison. Au demeurant, certains des dirigeants rencontrés ont spontanément souligné leur rôle de représentation, qu’ils assument comme partie intégrante de leurs responsabilités d’encadrement. La plupart d’entre eux sont d’autant plus rodés à cet exercice qu’ils ont régulièrement été conduits à témoigner dans les médias, à la suite des controverses provoquées par la peoplisation de la politique française depuis le début des années 2000.

  • 4  Au sens d’une communication corporate, visant à promouvoir l’image d’une entreprise ou d’une organ (...)

9Certes, la composition de cet échantillon a l’inconvénient de favoriser un point de vue à la fois officiel — tendant à gommer d’éventuels problèmes — et surplombant, ne rendant pas forcément compte des conditions de travail de la base. Le danger d’une présentation uniformément corporate4 a toutefois été en partie désamorcé grâce à des interviews d’anciens dirigeants de la presse people, travaillant aujourd’hui dans d’autres secteurs, et disposant donc a priori de plus de distance. Par ailleurs, les avantages liés au profil des interviewés ne sont pas négligeables : de telles positions éminentes sont synonymes d’expérience et donc d’un recul chronologique propre à faire ressortir les évolutions de ce milieu. En outre, beaucoup d’interviewés ont fait leurs armes dans d’autres magazines people ou dans d’autres médias : la richesse de leurs parcours professionnels induit donc un regard transversal, autorisant les comparaisons non seulement entre titres people mais entre ce secteur et d’autres médias.

10Grâce au recoupement des témoignages entre eux ou avec les observations effectuées sur le terrain, une problématique se dégage assez nettement, qui structure le travail des journalistes people : l’ambivalence des rapports avec les agences photo, d’une part, et les célébrités, d’autre part.

La dépendance aux sources : agences photo et vedettes

  • 5  La presse people est ici saisie comme le prolongement contemporain d’une tradition journalistique (...)

11Depuis le début des années 1990, où Voici et Gala ont lancé une nouvelle manière de conduire le récit échotier5 à partir de l’image, les agences photographiques sont devenues des sources d’information cruciales pour les rédactions people, avec quelques nuances selon les titres, sur lesquelles insistent les interviewés.

12Les magazines les plus anciens Ici Paris (1945), France Dimanche (1947), dont la ligne éditoriale privilégie encore le récit, conçoivent l’image avant tout comme une illustration et peuvent donc se permettre d’utiliser des clichés d’archives, pris dans d’autres contextes que l’événement relaté. Du coup, le prix de revient des photographies est relativement réduit.

13Les revues à vocation haut de gamme comme Point de vue (1948) ou Gala (1993) jouent également sur ce registre illustratif mais mettent l’accent sur la qualité de photographies souvent posées, qui doivent magnifier les célébrités. Le poste photographie représente donc une part plus élevée du budget que chez leurs deux aînés du groupe Hachette.

  • 6  Pour les distinctions entre titres people proprement dits et picture magazines dans la presse fran (...)
  • 7  Le reportage photo sur le fils caché d’Albert de Monaco aurait coûté 100 000 euros à Paris Match e (...)

14Enfin, les titres ayant opté pour le principe de la « preuve par l’image » — Voici, Public ou Closer — sont quant à eux fortement tributaires des agences puisqu’ils sont à la recherche de photos exclusives, les plus disputées — y compris par des titres plus généralistes comme Paris Match ou VSD — et les plus chères. Les prix des sujets paparazzi sont très variables en fonction de la notoriété des personnalités concernées. D’après les informations recueillies, ils oscilleraient généralement entre 1 000 et 30 000 euros, en 2007, mais iraient rarement au-delà dans les titres people au sens strict6, qui n’ont pas la capacité financière d’un Paris Match7.

  • 8  En insistant sur le fait que les concurrents ont réalisé des photos similaires, un journal peut de (...)
  • 9  Homme de la rue prenant au vol des photos d’actualité.

15Contraintes par l’importance qu’elles accordent elles-mêmes à la photographie, les rédactions les plus demandeuses mettent en œuvre diverses tactiques pour maintenir leur budget photo à un niveau raisonnable. Elles peuvent faire jouer la concurrence : pratiquer des « enchères à l’envers »8 quand plusieurs fournisseurs proposent des séries sur le même événement ; passer elles-mêmes commande, une série prédéfinie par un journal étant facturée moins cher qu’un sujet livré clés en main ; ou encore se rabattre sur les épreuves des grandes agences généralistes comme Sipa ou Gamma, plus conventionnelles mais moins coûteuses que les scoops des photographes indépendants ou des agences spécialisées dans le people telles que Sphinx, Abaca ou Angeli. Recevant de plus en plus de propositions de snaparazzi9 avec l’essor des téléphones portables équipé de la fonction photo, les journaux n’hésitent pas non plus, de temps en temps, à acheter les clichés de ces derniers pour faire quelques économies.

  • 10  Respectivement, « magazines de célébrités » et « magazines de potins », les premiers étant général (...)

16Afin de réduire leur dépendance à l’égard des agences, les journaux peuvent aussi se tourner vers leurs autres sources. L’ensemble des autres médias, d’abord : Internet, moyennant quelques recoupements, et la presse étrangère, dépouillée tous les jours. Les titres les plus souvent cités, très présents dans les bureaux visités, sont les celebrity et les gossip magazines10 anglo-saxons comme Heat, OK ! ou In Touch. Une autre tactique consiste à remonter le plus possible en amont de l’information en entretenant tout un réseau d’informateurs susceptibles de rapporter les faits et gestes des vedettes : entre autres, gardiens d’immeuble, personnel des grands hôtels, agents au sol des compagnies aériennes, employés des commissariats ou des renseignements généraux, entourage amical ou familial, voire personnalités elles-mêmes.

17Le cas particulier des stars et de leurs proches illustre bien, à l’échelle de la presse people, le caractère de plus en plus « actif » des sources, caractéristique du journalisme contemporain (Neveu, 2004). Certaines célébrités peuvent avoir un intérêt particulier à faire passer une information dans la presse spécialisée : volonté de nuire à une connaissance, besoins financiers, lancement ou relance d’une carrière — ce qui peut motiver la mise en place d’une fausse paparazzade, avec romance montée de toutes pièces —, ou bien, plus simplement, envie d’officialiser un événement privé en maximisant son écho. Parmi les interviewés, cette fonction de « faire-part » — selon leur expression même — est revendiquée non seulement pour des titres consensuels comme Point de vue ou Gala mais également pour une publication plus décriée comme Ici Paris.

18Contrairement à une idée répandue chez ses détracteurs, le rapport de la presse people française aux célébrités est souvent plus proche de la symbiose que du parasitisme. C’est le cas de Gala et de Public qui, selon leurs représentants, postulent une attitude friendly à l’égard des stars. Ces deux magazines demandent généralement l’autorisation de ces dernières pour passer un article à leur sujet et s’ils les sollicitent pour une interview, leur soumettent le texte avant publication. L’exploitation du potentiel de prescription des stars est un autre aspect de cette collaboration : il n’est pas rare que les vedettes participent aux rubriques beauté, mode, voire alimentation pour conseiller des produits dont elles seraient friandes, ce qui permet aux journaux d’être payés par des annonceurs sans recourir aux pages publicitaires proprement dites. Point de vue s’efforce lui aussi d’être en intelligence avec les gens célèbres mais sur un mode beaucoup plus protocolaire car il est spécialisé dans l’actualité des familles nobles et princières.

  • 11  Autrement dit, on ne va pas critiquer un artiste de faible notoriété si son attachée de presse s’o (...)

19Les rapports avec les services de presse et les agents obéissent à une logique similaire. En fait, le principe du don et du contre-don relevé par Jean-Baptiste Legavre (1992) à propos des attachés de presse des hommes politiques se vérifie également dans l’industrie du spectacle. Attachés de presse et agents font partie de ces proches qui n’hésitent pas — dans certaines limites — à « trahir » une vedette pour mieux pouvoir, le moment venu, solliciter un reportage promotionnel sur cette même star ou un autre de leurs protégés. En sens inverse, du côté des journalistes people, cet échange de bons procédés nourrit des réflexes d’autocensure. « Si [une star] a une attachée de presse vraiment très connue, qui a tous les grands, on ne va pas aller taper sur quelqu’un d’un peu plus petit11 ».

20Ces formes de coopération entre magazines et célébrités sont néanmoins contrariées par des litiges mettant en jeu le droit à l’image et le respect de la vie privée, à différents degrés selon les lignes éditoriales. Point de vue, soucieux de maintenir sa crédibilité auprès du Gotha, fait exception à cette conflictualité et Gala en est relativement préservé. Mais tous les autres titres sont régulièrement confrontés à l’animosité des vedettes dès lors qu’ils exploitent, avec plus ou moins d’assiduité, la veine de l’indiscrétion. Le cadre juridique français assure une protection rigoureuse de la vie privée, grâce à l’article 9 du Code civil, qui dispose que « chacun a droit au respect de sa vie privée », renforcé par une loi du 17 juillet 1970 sur laquelle s’appuient de nombreuses célébrités pour attaquer les titres à scandale et obtenir des dommages et intérêts non négligeables, « et défiscalisés », ajoutent non sans malice quelques interviewés. Les juges peuvent aussi « prescrire toutes les mesures telles que séquestre, saisie et autres, propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée » et « ces mesures peuvent, s’il y a urgence, être ordonnées en référé ». C’est donc bien souvent le mot « guerre » — même s’il s’agit de « bonne guerre » — qui revient pour décrire les relations entre les célébrités et les titres irrévérencieux.

21L’ambivalence des relations entretenues avec des sources aussi importantes que les agences photo ou les célébrités a un impact décisif sur les rédactions people dont elle conditionne à la fois la division du travail et les routines professionnelles.

Un journalisme « assis » et opaque

22La place accordée aux agences photo et aux informateurs implique que les professionnels people apparaissent davantage comme des processors, retravaillant l’information, que comme des gatherers, chargés de la recueillir, pour reprendre la distinction de Jeremy Tunstall (1971).

  • 12  L’editing consiste à valoriser l’information par son découpage en titres, chapeaux, attaques, sous (...)

23Dans les journaux offensifs, le service des informations figure le poste le plus stratégique : « le nerf du journal » selon une formule récurrente. Le chef des informations et ses assistants exercent l’activité la plus proche du gathering car ce sont eux qui permettent d’obtenir des informations exclusives sans passer par les agences photo. Mais leur travail a surtout lieu par téléphone. Et mis à part quelques reportages extérieurs, surtout dans les titres les plus prestigieux, toutes les autres fonctions rédactionnelles relèvent encore plus nettement du journalisme « assis » (Neveu, 2004), derrière un bureau. Le service photographie, la direction artistique ou encore l’editing12, supervisé par le rédacteur en chef mais souvent réalisé de façon collégiale, traduisent tous trois la centralité d’une photographie qu’il s’agit coûte que coûte de faire parler dans le sens voulu, au prix de montages, recadrages et ajouts de titres, sous-titres, légendes et autres phylactères.

24Le poids des nouvelles fournies par les agences photo et le service des informations crée parfois une insatisfaction chez les autres journalistes qui souhaiteraient avoir plus d’initiative dans la pêche à l’information : ainsi, en souvenir de son expérience à Voici, où une partie de la rédaction avait le sentiment d’être tenue à l’écart du recueil d’informations, la rédactrice en chef Laurence Pieau explique qu’elle a souhaité recruter chez Closer des journalistes capables de s’affranchir de l’emprise des agences :

Je voulais des gens qui soient capables de décrocher un téléphone, qui n’aient pas les habitudes de cette presse d’attendre qu’un photographe d’agence donne une info. En plus quand un photographe d’agence donne une info, c’est généralement : « Il est sorti à 10h12, il est rentré à 10h14. » Parce que la photo c’est son principal job, il ne va pas en plus aller interroger la concierge. Donc c’est vachement frustrant. On fait du délayage, du remplissage. Moi je voulais une rédac qui puisse […] vérifier quand même de temps en temps des choses, qu’on ne soit pas comme ça pieds et poings liés avec une personne, une agence ou un photographe.

25Une autre caractéristique des journaux people réside dans le relatif décloisonnement entre la rédaction et les autres services. La fréquence des relations avec le service juridique s’explique bien sûr par les risques de procès intentés par des célébrités. L’objectif étant de réduire le budget contentieux, les juristes du groupe peuvent être consultés au coup par coup, mais il arrive aussi que leur intervention soit ritualisée : chez Public, par exemple, le service juridique « descend » deux fois par semaine à la rédaction pour inspecter l’ordre d’apparition des rubriques et détecter des problèmes potentiels. Le service juridique du groupe Prisma, propriétaire de Gala, Voici et VSD, prévoit, quant à lui, des stages sur le droit à l’image et la protection de la vie privée pour les cadres de ces titres.

  • 13  Des interactions comparables entre rédactionnel et publicité ont été relevées dans une étude dirig (...)

26Autre service souvent évoqué : la régie publicitaire, interface entre le journal et les annonceurs. La régie publicitaire cherche à optimiser l’affinité entre les contenus rédactionnels et les produits proposés dans les publicités ou les publi-reportages13. Elle traque à l’inverse les interactions gênantes pour l’annonceur, au prix, parfois, d’une « censure de prévenance » (Mathien, 1992) frappant le texte ou les photos d’origine.

  • 14  Via Internet ou grâce aux vendeurs dépêchés dans les rédactions.

27Le poids de l’information photographique, qui conditionne les ventes du journal, se reflète aussi dans la double temporalité des rédactions people. La partie « froide » du journal est fabriquée en premier, plusieurs jours avant le bouclage. Elle réunit les rubriques magazine de chaque titre : mode, santé, beauté, jeux, cuisine, etc. La partie « chaude » comprend surtout la couverture et les premières et dernières pages, pouvant être agrafées par la suite à la partie froide déjà imprimée. Elles contiennent les nouvelles les plus récentes et leur conception induit une tension jusqu’au soir du bouclage, imposant même parfois d’en décaler la date pour que le magazine paraisse le plus possible en phase avec l’actualité. Ces pages — la une surtout — évoluent jusqu’au dernier moment, au gré des arrivages quotidiens de photographies proposées par les agences14.

  • 15  L’accumulation de photos de petit format présente en outre l’intérêt de réduire le montant des ind (...)

28Les rythmes de la presse people ne se distinguent pas fondamentalement de ceux de la presse hebdomadaire d’information, ni dans la pression induite par l’actualité, ni dans les tactiques mises en œuvre pour la circonvenir. Pour esquiver le flux des événements people, et accessoirement compenser l’absence d’un scoop, les titres people peuvent ainsi développer une orientation soft news désormais classique dans la plupart des médias et notamment dans les magazines d’actualité (Charon, 1999) : constituer des dossiers thématiques qui permettent de postuler le lien avec le public non plus par un strict suivi de l’actualité mais par une adéquation à l’air du temps, grâce à des sujets à la mode. Closer s’intéresse par exemple aux « Stars anorexiques » ou Public aux relations entre « Les stars et l’argent ». Dans un registre similaire, certains magazines ont l’habitude de réaliser des dossiers « palmarès » ou « compilation », tels, entre autres, les récursifs « 50 plus beaux corps de stars », « 50 défauts de stars » ou « 50 stars à la plage » de Closer15.

29En revanche, l’objet de l’actualité people — la vie privée des gens célèbres — et les sources correspondantes — photos d’agences et réseaux d’informateurs — déterminent des clivages et des rouages tout à fait originaux dans la presse française. Ils inscrivent la discrétion au cœur même de l’organisation. Néanmoins, toutes les rédactions ne sont pas logées à la même enseigne, l’étanchéité de leur structure étant directement corrélée au degré d’indiscrétion des nouvelles qu’elles produisent.

  • 16  Voir Lutaud et Dromard, op. cit. : « Il y a une dizaine d’années encore, des enveloppes en liquide (...)
  • 17  Ces affaires ont été évoquées par certains interviewés mais également dans Lutaud et Dromard (2006 (...)

30Dans les périodiques les plus transgressifs, le service des informations apparaît souvent comme un « État dans l’État » : dans le cas de Voici, un service « dans lequel tout se passe, excentré de la rédaction, y compris du rédacteur en chef, et qui se réduit à deux-trois personnes ». Ce qui peut s’expliquer par le principe journalistique de protection des sources, pour que les informateurs, en l’occurrence, ne soient pas inquiétés par la justice. Mais plus spécifiquement, les personnes ressources doivent ici rester anonymes pour garder la confiance des personnalités qu’elles « trahissent » et éviter des représailles. Cet impératif de discrétion induit en outre une certaine opacité de leur rémunération, qui peut s’effectuer en espèces et en appliquant une comptabilité « croisée », pour empêcher toute identification en cas d’enquête judiciaire16. Cette absence de transparence provoque parfois de graves problèmes telle la mise en examen, à deux reprises, de l’animatrice d’un réseau d’informateurs travaillant pour Prisma Presse : une première fois en 1998 pour « faux et usage de faux », — ce qui a abouti à son éviction du groupe puis, deux ans plus tard, à la démission de Jacques Colin, rédacteur en chef de Voici ; et une seconde fois en 2003, pour « blanchiment d’argent »17.

31À la protection des sources s’ajoute la nécessité de se prémunir contre des « fuites » qui, selon leur destination, représentent deux dangers distincts : d’abord, une menace d’espionnage industriel — il faut éviter que les concurrents puissent déflorer un scoop ou voler une idée de dossier ou de reportage ; ensuite, le risque que des célébrités soient alertées avant la publication et puissent engager une procédure suffisamment précoce pour obtenir une saisie ou une mise sous séquestre, voire une interdiction de paraître.

32Ces deux perspectives instillent la méfiance dans l’ensemble du dispositif. À l’égard des agences photo, en premier lieu : de facto, ces dernières figurent une interface entre les différents titres du secteur. Les négociations avec elles s’accompagnent donc parfois d’indiscrétions, volontaires ou non, sur les choix des autres rédactions, ce qui ajoute au caractère équivoque de relations où se mêlent partenariat privilégié, rapports de force et soupçon de faire le jeu de la concurrence.

  • 18  Un tiers des personnes interrogées sont dans ce cas : l’enquête s’est déroulée dans un milieu d’in (...)

33La méfiance peut aussi affecter les relations entre collègues. Il n’est pas rare que les journalistes d’un magazine people aient travaillé pour un concurrent (ou plus) par le passé18. Ceux qui ont gardé des liens avec leurs anciens confrères se heurtent parfois à une certaine suspicion dans les situations de plagiat avéré d’un titre par un autre. De même, conçue pour éviter non pas tant les fuites vers la concurrence qu’une intervention prématurée des personnalités mises en cause, la pratique occasionnelle du « bouclage parallèle », avec une équipe réduite, peut installer sinon des divisions, du moins une certaine gêne entre ceux qui y ont participé et ceux qui ont été laissés hors du « coup ». Ce fut le cas chez Closer au moment de la publication des photos montrant François Hollande, Premier Secrétaire du parti socialiste français, sur une plage avec sa nouvelle compagne, après sa séparation avec Ségolène Royal, candidate socialiste à l’élection présidentielle (no 115, 24 août 2007).

34L’opacité sert à se protéger des célébrités non seulement pour prévenir des problèmes judiciaires mais également, dans le cas des titres les plus indiscrets, pour éviter pressions directes ou indirectes et voies de fait.

35Ainsi, d’après les interviewés, l’usage de pseudonymes par de nombreux rédacteurs de Voici, Ici Paris ou France Dimanche serait plus motivé par cette volonté de faire rempart aux vedettes que par la crainte de ternir leur réputation auprès des titres non people pour lesquels certains d’entre eux sont parfois amenés à travailler en parallèle.

36Pour preuve de la dangerosité de leur métier, certains interviewés rappellent les mésaventures de Dominique Cellura, ancien rédacteur en chef de Voici qui, dans les années 1990, devait être accompagné de gardes du corps, devant le nombre et la gravité des menaces dont il faisait l’objet.

37En somme, dans la presse people, et notamment dans sa composante la plus offensive, la discrétion journalistique entourant traditionnellement les sources est redoublée par l’ampleur des enjeux financiers, des risques de procès et des pressions extérieures. D’où une véritable culture du secret, celle-là même qui, dans cette enquête, a restreint l’accès à des témoignages, de la part des journalistes de la base notamment. Cependant, l’épisode de protection rapprochée de Dominique Cellura, qui fait désormais saillance dans la mémoire de la profession, et la généralisation de règles de prudence ne doivent pas conduire à un tableau trop noir des conditions de travail des professionnels people. Les quelques observations réalisées in situ et d’autres propos des interviewés attestent au contraire une ambiance plutôt détendue et bon enfant. Reste donc à préciser l’identité et les motivations des professionnels de la presse people. Compte tenu de l’image négative qui leur est renvoyée soit pour collusion supposée avec les stars, soit pour atteinte présumée à la vie privée, comment donnent-ils de la cohérence à leur action ?

Une identité tiraillée

38L’identité sociale d’une profession se construit pour une part en fonction de l’image qui lui est attribuée par autrui, qui représente son « identité virtuelle » (Rieffel, 2005).

  • 19  Revu et corrigé, France 5, émission du 22 septembre 2007, présentateur Paul Amar.

39Aux dires mêmes des interviewés, l’image des professionnels people est très défavorable. Les personnes interrogées signalent souvent qu’on leur dénie jusqu’au statut de journalistes et évoquent le regard sévère de certains confrères. Sont en particulier rappelées, de façon récurrente, les sorties de deux journalistes de télévision : Paul Amar, d’abord, qui, dans un débat sur la peoplisation politique diffusé par la chaîne de télévision France 5, s’indigne que le magazine Closer étale la vie privée des élus et interpelle ainsi sa rédactrice en chef : « Mais enfin, Laurence Pieau, vous avez une carte de presse ! »19; puis le présentateur de journal Jean-Pierre Pernaut (2006) qui, après avoir fait les frais pendant l’été 2005 de nombreux articles sur l’infidélité supposée de sa compagne, clame dans tous les médias et dans son autobiographie son agacement d’avoir la même carte que les journalistes people. De façon significative, ces deux attaques se focalisent sur la détention de la carte de presse, devenue, comme le suggère Michel Mathien (1995), « au fil des ans, le signe majeur, quasi unique de la reconnaissance professionnelle » dans le milieu journalistique français.

40Au-delà du statut de journaliste, c’est la valeur informative même du people qui est en cause :

Moi quand je dis que suis chef des informations chez Gala, on me dit souvent : « Ah bon ? Parce qu’il y a de l’information chez Gala ? ». C’est hautement désagréable ! (Valérie Domain, Chef de service informations et éditions numériques de Gala)

41L’image de ce secteur est si mauvaise que le fait de quitter la presse « sérieuse » pour rejoindre un magazine people peut être assimilé à un suicide professionnel.

Quand je suis partie du Fig Mag pour entrer à Voici, les gens m’ont dit […] : « Mais t’es en train de flinguer ta carrière, tu fais une énorme connerie. » Et j’avais l’impression d’aller traverser l’Atlantique en solitaire. J’étais perdue, j’étais morte (Laurence Pieau, rédactrice en chef de Closer).

  • 20  Sur le modèle, par exemple, de l’étude de Dominique Marchetti (2002) sur les sous-champs spécialis (...)
  • 21  Cette considération nouvelle, qui repose sur la reconnaissance de capacités d’investigation et de (...)

42Cependant, la plupart des interviewés relèvent, non sans ironie, une curiosité récente de la part des médias « de qualité », qui se traduit par des interviews dans des news magazines et la participation à de multiples débats de radio ou de télévision. Une approche sociologique relationnelle gagnerait à être plus amplement développée à ce sujet20 mais d’emblée, deux explications peuvent être avancées à cet intérêt nouveau : d’une part, la montée en puissance de la presse people française dans les années 1990-2000 suscite une imitation du discours people aussi bien à la radio, à la télévision que dans la « grande » presse ; phénomène en adéquation avec l’essor général des soft news dans le paysage médiatique de plus en plus commercial des États d’économie libérale. Les rapports de force économiques au sein du champ journalistique deviennent donc plutôt favorables au secteur échotier. D’autre part, depuis le début des années 2000, les interactions de la presse people avec le champ politique la placent au centre du débat public français. Les journaux échotiers s’intéressent plus volontiers à la vie privée des responsables politiques et, en sens inverse, certains élus se prêtent au jeu de leur propre peoplisation. La politisation du people crée l’intérêt sinon la bienveillance d’une partie du pôle intellectuel du journalisme français, notamment dans sa composante spécialisée en politique, et entraîne de facto une légère remontée du traitement échotier dans la hiérarchie journalistique française21. Toutefois, l’image de la presse de célébrités reste globalement médiocre et l’on peut s’interroger sur les motivations qui font « tenir » des professionnels dans un secteur aussi décrié.

  • 22  L’une des personnes interviewées indique par exemple qu’elle était payée 3 000 FF par pige chez Pr (...)

43L’argument financier semble insuffisant. Certes, quelques interviewés font allusion au confort de leur rémunération : le fait par exemple qu’ils aient été attirés dans cette branche par des piges bien payées22. D’autres se désolidarisent de l’évolution de la presse people mais soulignent leur impuissance en rappelant qu’il s’agit là de leur gagne-pain :

  • 23  L’ancien rédacteur en chef de Voici, Jacques Colin, va bien plus loin en dénonçant ce qu’il appell (...)

Dans cette grande entreprise, on est salarié avec des avantages. On ne bouge pas. Si on veut faire bouger les choses, avoir d’autres ambitions, faire du journalisme indépendant, on est bloqué. Moi, j’y participe, donc je suis dans le système. Après, il faut oser défier ce système23.

44Toujours est-il que la justification matérielle n’est pas la plus fréquente et qu’elle n’est jamais isolée. Plusieurs interviewés récusent l’image négative de leur profession en soulignant qu’ils ne voient guère de différences entre leurs pratiques quotidiennes et celles de la presse « sérieuse ».

45Ils font valoir le respect de règles dérivées de la « grammaire publique » (Lemieux, 2000) du journalisme, comme la vérification et le recoupement de l’information, et se targuent de diffuser des nouvelles toujours exactes. De plus, ils soulignent la fluidité des frontières entre la presse échotière et les autres médias, en termes de trajectoires professionnelles. Plusieurs des interviewés et certains de leurs collègues ont déjà exercé dans d’autres secteurs médiatiques : magazines relevant d’autres spécialités mais aussi presse généraliste, radio ou télé. Nombre de leurs collaborateurs, pigistes essentiellement, travaillent en parallèle pour d’autres médias, y compris dans le journalisme politique. Est également signalé le cas d’anciens collègues passés dans d’autres branches journalistiques : la presse de programmes, le plus souvent.

46Tout compte fait, les différences pointées entre journalisme people et journalisme « sérieux » portent moins sur les pratiques professionnelles que sur le type d’information produit. Plusieurs interviewés revendiquent une information « légère », surtout destinée à distraire le public en le faisant sourire ou rêver. À l’appui de cette vocation récréative qui pourrait passer pour de la superficialité, certains allèguent un savoir-faire stylistique, figurant la valeur ajoutée de chaque ligne éditoriale : sens de l’humour (Voici, Public), expertise dans l’editing (Voici), sens de la dramaturgie (Ici Paris), maîtrise du récit (France Dimanche), souci de l’« anglage » (Voici, Gala), qualités d’expression reconnues par les lecteurs (Point de vue, Gala, Voici). D’autres enquêtés professent une « information de service » : ils rappellent que la vie des stars sert de prétexte soit pour aborder des sujets graves — telles l’adoption ou la drogue — répondant aux interrogations d’une partie du public, soit pour éclairer les lecteurs dans le domaine de la consommation : par exemple, comment trouver près de chez soi et à moindre coût des vêtements analogues à ceux des vedettes.

47On l’aura compris, la principale ligne de défense du journalisme people réside donc dans son respect supposé de l’intérêt du public. Plusieurs interviewés évoquent un souci constant de satisfaire leur lectorat, précisant qu’ils s’efforcent à chaque numéro de se mettre à la place d’une lectrice issue de classes intermédiaires ou populaires, le plus souvent provinciale. Cette lectrice « moyenne » n’est qu’un des avatars de « Madame Michu » : il est donc permis de considérer, suivant l’analyse de Jacques Le Bohec (2000), qu’il s’agit là d’un mythe destiné à rationaliser la situation de journalistes contraints par des questions de formats et par une visée commerciale à un faible approfondissement de l’information. Sous ce rapport, la différence de condition entre les professionnels people et la majorité des journalistes est affaire de degré plus que de nature. La satisfaction de la lectrice-type, du reste confondue avec « l’audience » par certains interviewés, traduit une conception libérale de l’offre médiatique qui permet de se prémunir contre toute critique « intellectuelle », surtout en provenance de journalistes « sérieux ». L’argumentation mise en œuvre tient en trois sophismes récurrents : personne n’est obligé de lire la presse people donc les esprits chagrins n’ont qu’à se tourner vers d’autres médias ; qui fustige la presse people méprise son vaste lectorat ; les attaques des élites sont sans importance car seule compte la récompense du public.

48L’équation établie entre respect du public et logique libérale présente deux avantages : elle permet non seulement de minorer le respect des individus médiatisés mais également de naturaliser la coopération entre la rédaction et les autres services du groupe éditorial. Les interventions du pôle marketing, de la promotion ou de la régie publicitaire sont rarement perçues comme des intrusions et les responsables de certaines rédactions n’hésitent pas, en tant que managers, à aller au-devant des besoins commerciaux :

C’est une espèce d’aventure collective où tout est un peu concentré. Le marketing va trouver un truc, la pub va trouver un truc, on en parle, ça circule beaucoup. […] Et puis moi quand je repère dans un magazine de mode quelque chose d’intéressant qui est offert avec un abonnement, je suis capable d’aller voir le marketing et d’en parler.

49Confrontés à une image très négative de leur activité, les professionnels people construisent donc une identité composite, calée d’une part sur le respect de principes journalistiques reconnus — vérification et recoupement de l’information, soin apporté à l’écriture —, et d’autre part sur une adaptation aux goûts supposés des lecteurs, justifiant l’information de service ou le divertissement.

50En somme, l’hypothèse initiale de cette étude doit être nuancée. En France, ce n’est pas tant l’illégitimité qui conditionne les pratiques professionnelles de la presse people qu’un jeu sur les limites juridiques de la protection de la vie privée. Ainsi, les risques judiciaires encourus par les titres les plus offensifs imposent la relative opacité de leur fonctionnement. Plus généralement, la « rationalité utilitaire » — en tant qu’ensemble des principes d’organisation d’une entreprise médiatique (Padioleau, 1985) — est dans le cas de la presse people française moins tributaire du discrédit de ce secteur que d’une vocation commerciale assumée ou du poids de sources aussi particulières que les agences photo et les réseaux d’informateurs. La notion d’illégitimité est pertinente en revanche pour décrire la « rationalité normative — en tant qu’ensemble de valeurs, principes ou missions (Padioleau,1985) — de la presse échotière : en butte à leur mauvaise réputation, surtout auprès de la presse « sérieuse », les professionnels people insistent sur le respect d’une méthodologie orthodoxe, tout en sublimant leur défaveur par une popularité revendiquée.

Haut de page

Bibliographie

Charon, Jean-Marie (1999), La presse magazine, Paris, Éditions La Découverte.

Colin, Jacques (2002), Voilà ! 1 663 jours dans les coulisses de Voici, Paris, Éditions Ramsay.

Dubied, Annik, et Gilles Labarthe (2007), « Comment le people s’installe dans la presse d’information », Le Courrier, 20 novembre 2007 : http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=438046

LE BOHEC, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, Éditions L’Harmattan.

LEGAVRE, Jean-Baptiste (1992), « Off the record. Mode d’emploi d’un instrument de coordination », Politix, no19, p. 135-138.

LEMIEUX, Cyril (2000), Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Éditions du Métailié.

LUTAUD, Léna, et Thiébault DROMARD (2006), Les dessous de la presse people, Paris, Éditions de la Martinière.

MARCHETTI, Dominique (2002), « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, no111, p. 21-55.

MATHIEN, Michel (1992), Les journalistes et le système médiatique, Paris, Éditions Hachette Supérieur.

MATHIEN, Michel (1995), Les journalistes, Paris, Presses Universitaires de France. (Coll. « Que sais-je ? ».)

NEVEU, Érik (2004), Sociologie du journalisme, Paris, Éditions La Découverte.

PADIOLEAU, Jean-Gustave (1985), Le Monde et le Washington Post, Paris, Presses universitaires de France.

PERNAUT, Jean-Pierre (2006), Je suis venu vous dire, Paris, Éditions Michel Lafond.

RIEFFEL, Rémy (2005), Sociologie des médias, Paris, Éditions Ellipses.

TUNSTALL, Jeremy (1971), Journalists at Work, London, Constable Publications.

Haut de page

Notes

1  Cette formulation trouve un écho dans l’ouvrage autobiographique de Jacques Colin, rédacteur en chef de Voici de 1996 à 2000 : « Pendant les cinq années où j’ai officié dans le people tendance dure, une question est revenue régulièrement : “Pourquoi travailles-tu à Voici ?”, avec sa variante “éthique”, “Comment peux-tu ?” etc. » (Colin, 2002 : 60).

2  Voici, par ordre chronologique de réalisation des entretiens, les noms et les fonctions de ceux qui ont bien voulu répondre ouvertement : Jean-Paul Lubot, Directeur délégué du groupe Marie-Claire, ancien Directeur de publication du magazine Closer, 18 septembre 2007 ; Loïc Sellin, Rédacteur en chef de Voici, 25 septembre 2007 ; Colombe Pringle, Directrice de la rédaction de Point de vue, 26 septembre 2007 ; Vincent Meylan, Chef de service Royautés et Histoire de Point de vue, 26 septembre 2007 ; Philippe Bonnel, Directeur de la rédaction de France Dimanche, 27 septembe 07 ; Laurence Pieau, Rédactrice en chef de Closer, 28 septembre 2007 ; Nicolas Pigasse, Directeur de la rédaction de Public, 5 octobre 2007 ; Valérie Domain, Chef de service informations et éditions numériques de Gala, 19 novembre 2007 ; Dominique Cellura, ancien Rédacteur en chef de Voici, Rédacteur en chef du site purepeople.fr, 23 janvier 2008 ; Christine Gasarian, Directrice artistique de Public, 25 janvier 2008 ; Marc Fourny, Rédacteur en chef de Gala, 4 février 2008 ; Gianni Lorenzon, Directeur de la rédaction d’Ici Paris, 5 février 2008. Par souci de concision, le nombre de citations a été restreint. Certains propos ont par ailleurs été rendus anonymes pour éviter de compromettre leurs auteurs.

3  C’est à peu de choses près l’argument qu’ont invoqué les trois interviewés qui tenaient à conserver l’anonymat : s’ils ont souhaité garder le secret y compris sur leurs fonctions, c’est pour éviter tout risque de mettre dans l’embarras des collègues ou des prestataires importants, agences photo ou informateurs privilégiés.

4  Au sens d’une communication corporate, visant à promouvoir l’image d’une entreprise ou d’une organisation vis-à-vis de ses clients ou partenaires.

5  La presse people est ici saisie comme le prolongement contemporain d’une tradition journalistique de l’écho mondain, représentée par certaines gazettes de l’Ancien Régime comme La Muze Galante ou par le quotidien Gil Blas à la fin du xixe siècle. Ce journalisme échotier se définit par l’accumulation de nouvelles sur les aspects les plus divers de la vie des gens célèbres.

6  Pour les distinctions entre titres people proprement dits et picture magazines dans la presse française, voir Jamil Dakhlia, op. cit., note 4.

7  Le reportage photo sur le fils caché d’Albert de Monaco aurait coûté 100 000 euros à Paris Match en mai 2005, Voici aurait quant à lui acheté des photos sur la fille naturelle du prince monégasque à 60 000 euros (27 février 2006) et des clichés de la chanteuse Mylène Farmer seins nus à 22 500 euros (février 2006). Voir Lutaud et Dromard (2006).

8  En insistant sur le fait que les concurrents ont réalisé des photos similaires, un journal peut demander à un fournisseur de baisser le prix de ses épreuves afin d’emporter le contrat, puis compte tenu de cette nouvelle proposition, inciter les autres agences à pratiquer des offres encore plus avantageuses, et ainsi de suite.

9  Homme de la rue prenant au vol des photos d’actualité.

10  Respectivement, « magazines de célébrités » et « magazines de potins », les premiers étant généralement moins intrusifs que les seconds.

11  Autrement dit, on ne va pas critiquer un artiste de faible notoriété si son attachée de presse s’occupe par ailleurs de stars de plus grande envergure.

12  L’editing consiste à valoriser l’information par son découpage en titres, chapeaux, attaques, sous-titres et intertitres adaptés.

13  Des interactions comparables entre rédactionnel et publicité ont été relevées dans une étude dirigée par Annik Dubied et Gilles Labarthe (2007) à propos des articles people de la presse d’information suisse romande.

14  Via Internet ou grâce aux vendeurs dépêchés dans les rédactions.

15  L’accumulation de photos de petit format présente en outre l’intérêt de réduire le montant des indemnités et la surface des publications judiciaires en cas de poursuites judiciaires.

16  Voir Lutaud et Dromard, op. cit. : « Il y a une dizaine d’années encore, des enveloppes en liquide circulaient dans certaines rédactions pour rémunérer plus discrètement certaines sources. Le chef des infos disposait d’une sorte de budget, équivalant aux fonds secrets des ministères. Mais à la suite d’incidents, Voici, comme les autres magazines people, facture désormais l’ensemble des services rendus » (p. 88). « Le système pour brouiller les pistes est simple. Pour rendre la tâche des juges quasiment impossible, les noms des sources inscrites sur les feuilles de salaire ne correspondent pas à l’article mentionné. En clair, si vous avez balancé le scoop sur Pierre Palmade, vous serez officiellement rémunéré pour celui sur Mireille Mathieu. Pour ne pas savoir qui dit quoi, le nom de la vraie “balance” figure sur une autre fiche de paye » (p. 108). Voir également Jacques Colin (2002 : 67-87).

17  Ces affaires ont été évoquées par certains interviewés mais également dans Lutaud et Dromard (2006 : 149-161). Pour la première d’entre elles voir aussi Jacques Colin (2002). Cette informatrice que Jacques Colin surnomme « Mata Hari » est plus connue dans le milieu people sous le sobriquet de « Mi-Mi » et s’est par la suite rapprochée du magazine Closer (groupe Mondadori).

18  Un tiers des personnes interrogées sont dans ce cas : l’enquête s’est déroulée dans un milieu d’interconnaissance, où les relations entre anciens collègues semblent dominées par un mélange de cordialité et de prudence.

19  Revu et corrigé, France 5, émission du 22 septembre 2007, présentateur Paul Amar.

20  Sur le modèle, par exemple, de l’étude de Dominique Marchetti (2002) sur les sous-champs spécialisés du journalisme.

21  Cette considération nouvelle, qui repose sur la reconnaissance de capacités d’investigation et de déstabilisation du pouvoir naguère inconcevables, va parfois jusqu’à l’héroïsation. Voici ce que déclarait Fabrice Jouhaud, ancien directeur du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) à Colombe Schneck, de France Inter, à l’émission J’ai mes sources le 16 octobre 2006 : « […] si Voici et les titres people ne sont pas aujourd’hui les seuls endroits où l’on exprime une certaine liberté, et une certaine critique vis-à-vis des puissants ? Parce que, finalement, en se moquant de ces gens qui aujourd’hui sont les vrais puissants dans notre pays, est-ce que ce ne sont pas ces journaux-là qui sont les plus irrévérencieux, par rapport à la presse traditionnelle ? ».

22  L’une des personnes interviewées indique par exemple qu’elle était payée 3 000 FF par pige chez Prisma au milieu des années 1990.

23  L’ancien rédacteur en chef de Voici, Jacques Colin, va bien plus loin en dénonçant ce qu’il appelle « le principe du collaborateur » : « Il avait l’avantage de laisser la surface de la conscience en bon état, mais l’inconvénient de travailler le subconscient, et la seule parade que chacun avait trouvée était de distiller une haine recuite du people, qui justifiait tous les débordements. On retrouvait là les ingrédients vichyssois : une cause à défendre, un ennemi désigné, la protection du pain quotidien » (2002 : 47). Mais la férocité de ce jugement doit être relativisée dans la mesure où il s’agit là d'un ouvrage à charge, écrit après la démission de Jacques Colin du groupe Prisma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jamil Dakhlia, « Comment peut-on faire du people ? », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 237-255.

Référence électronique

Jamil Dakhlia, « Comment peut-on faire du people ? », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1345 ; DOI : 10.4000/communication.1345

Haut de page

Auteur

Jamil Dakhlia

L’auteur est maître de conférences, à l’Université Nancy 2. Courriel : jamil.dakhlia@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org