Navigation – Plan du site
Articles

L’information-people

La célébrité racontée par la presse
Annik Dubied
p. 12-17

Texte intégral

1Jusqu’il y a peu, la vie des célébrités racontée par les médias agaçait, faisait sourire, parfois rêver, parfois ricaner, mais guère plus. D’autant qu’il fallait s’aventurer dans les pages de la presse spécialisée en « têtes couronnées et grands de ce monde » pour pouvoir en profiter. Somme toute, on ne s’inquiétait guère des ces informations anodines, souvent complaisantes. Tout au plus les considérait-on avec un mépris amusé.

2Mais les temps ont changé. Le people s’est désormais étendu bien au-delà de la presse spécialisée. Il s’installe de plus en plus confortablement dans les rubriques de nos quotidiens d’information, fait volontiers la une des news magazines les plus vendus, se promène en prime time des grandes télévisions du câble et se niche même au sein d’articles ou d’émissions consacrés à d’autres sujets. On ne compte plus les sites Internet officiels ou officieux qui se repaissent des faits, gestes et attitudes des stars de tous ordres. La publicité, traditionnelle complice de la starification, a repris avec enthousiasme ses vieilles recettes de vente par célébrité interposée. Les chiffres de vente et d’audience suivent le mouvement. Bref, le people se porte bien, il fait vendre, il intéresse. Ceux qui en riaient hier s’en inquiètent aujourd’hui. La place croissante qu’il occupe dans les médias gêne ou interpelle, des journalistes jusqu’au quidam en passant, ponctuellement, par les scientifiques.

Études disponibles : stars, celebrity et « peoplisation du politique »

3À cet égard, la littérature est rare sur le sujet. Les sciences humaines et sociales ne se sont intéressées que très aléatoirement à la question jusqu’il y a peu. Du côté francophone, les études fondatrices d’Edgar Morin (1957 et 1962) dans les années 1960 n’ont pas fait école. Mises à part quelques initiatives isolées (Méjan, 2003), il a fallu attendre les années 2000 et les récents travaux consacrés à l’incursion du people en politique (Dakhlia, 2008 ; Dakhlia et Lhéraut, 2008) pour que l’objet d’étude soit remis au goût du jour. Ces dernières offrent désormais un stimulant renouveau à la réflexion sur le sujet, même si elles laissent la place à une étude plus globale sur le phénomène people contemporain au-delà du politique. Une étude à laquelle le présent numéro souhaite contribuer.

4Du côté anglo-saxon, le phénomène de la célébrité a intéressé quelques auteurs, essentiellement dans le champ des Cultural Studies : du précurseur Richard Dyer (2004) à Graeme Turner (2004), en passant par David P. Marshall (1997 et 2006), mais aussi, par exemple, du côté des sociologues Chris Rojek (2001). Le phénomène de la célébrité, par ailleurs, a très rarement été envisagé comme un problème spécifiquement lié à l’actualité et au champ journalistique. C’est bien là que réside pourtant à nos yeux sa particularité, et en cela qu’il constitue un objet d’étude fertile pour le champ médiatique actuel.

5On travaillera donc dans le présent numéro sur le people en tant qu’information, en nous focalisant sur le média dans lequel il est né : la presse. C’est en effet dans la presse (spécialisée ou non) que l’information-people se pose le plus clairement en concurrente de l’information ordinaire. C’est dans les rédactions de la presse qu’il suscite les plus vifs débats et où on observera au mieux ses mutations, ses enjeux et les questions qu’il soulève.

Les ingrédients de l’information-people

6Les travaux menés récemment sur la peoplisation du politique permettent désormais de définir les conditions qui ont rendu possible l’apparition du people comme « genre médiatique » (Dubied, 2004) tel que nous le connaissons aujourd’hui. Delporte (Dakhlia et Lhéraut, 2008 : 27-52) ou Dakhlia (2008) remarquent qu’il a fallu qu’un contexte politique démocratique rende possible l’émergence de la presse de masse, avec ses journalistes professionnels et ses nouveaux moyens de dire le monde (au premier rang desquels, l’image) pour qu’on voie apparaître les premières manifestations du people en politique, et plus largement de l’information-people telle que nous l’entendons ici. Des cadres juridiques et déontologiques nouveaux commençaient alors à en informer les pratiques, et le star-system hollywoodien avait défini la manière dont la logique libérale pouvait faire usage de la célébrité. Ces conditions, réunies dès la seconde moitié du vingtième siècle pour la France (Delporte, 2008) ou les États-Unis (Frau-Meigs et Portes, 2008), allaient permettre le développement et les mutations du genre quasi-universel désigné par le terme de people dès les années 1980 en France.

7S’appuyant sur cette réflexion, le présent numéro se déploie en trois temps.

8Il revient d’abord sur le pourquoi et le comment de l’émergence des premiers formats people (on se permettra ici l’anachronisme), en trois étapes. L’article de Laurence Mundschau travaille sur la presse illustrée des années 1950 en Belgique, en montrant comment s’ébauche alors une matrice de traitement de la célébrité. Jean-Pierre Esquenazi opère pour sa part un retour détaillé sur la manière dont le star-system hollywoodien a formaté les récits sur la célébrité et a tissé entre eux et leur exploitation commerciale un lien quasi-inextricable. Annik Dubied se penche de son côté sur l’information-people moderne pour la redéfinir et en décrire sociologiquement les implications et les mutations, et se concentre en particulier sur la mise en avant de la vie privée et de sa transgression par des journalistes à mi-chemin entre la logique de l’information et une tendance au divertissement.

  • 1  … du nom d’une forme d’idéologie a priori très voisine que Laurence Bardin (1977) avait décrite po (...)

9Dans un deuxième temps, le numéro s’emploie à détailler la matrice de traitement de l’information-people. Celle-ci est décrite du point de vue de ses contenus par Jamil Dakhlia d’abord, qui se concentre sur la presse spécialisée française ; par Valérie Gorin ensuite, qui étudie leur migration vers la presse d’information généraliste suisse-romande. Ces analyses de contenu permettent de lire dans l’information la récurrence d’une forme d’idéologie implicite, modulée à travers les différents organes de presse, mais qui semble reposer sur un fond commun qu’avaient commencé à décrire Dakhlia (2003 et 2005) et Esquenazi (2003) : exaltation de la domesticité, de la maternité (ou de la paternité) dévouée, fascination mais méfiance pour une élite économique, dépassement de soi, consumérisme. Bref, des éléments tendant vers une forme d’« idéologie de la tempérance »1, nuancée toutefois par une capacité manifeste du people à subvertir les critères d’évaluation habituels.

10Mais l’information-people est aussi abordée par le biais de ses discours ; en l’occurrence, des récits. Comment se déploient ces narrations, formes discursives réputées pour permettre la réflexion sur l’action humaine, qu’elles contribuent elles aussi à évaluer ? Ursula Ganz-Blaettler en étudie d’abord la mise en série, y voyant une stratégie intrinsèquement liée à leur origine hollywoodienne. Ce qui permet à Marc Lits de se concentrer sur la condition sine qua non de toute peoplisation : la mise en avant d’un personnage. Il étudie comment ces figures de star jouent leur traditionnel rôle de « fil rouge » du récit, et permettent à la fois l’identification du genre de narration dont il est question et l’investissement du lecteur dans ces figures. Françoise Revaz, Stéphanie Pahud et Raphaël Baroni reviennent sur la question de la cohérence du récit en envisageant l’information-people comme un feuilleton et en étudiant la dynamique de celui-ci dans un cas particulier de politique helvétique. Philippe Marion, enfin, s’attaque à l’ingrédient sémiotique décisif de toute couverture people qui se respecte : la photographie de presse, et sa rhétorique tout particulière lorsqu’elle ponctue les récits, renforce la dualité des stars ou exhibe l’authenticité des figures et des événements rapportés.

11Dans un dernier temps, le travail collectif s’oriente sur le contexte juridique et déontologique qui encadre la pratique people contemporaine en Europe, et sur ses mutations récentes ; il observe aussi l’influence de ce cadre et de ses remises en question sur les pratiques des professionnels concernés par l’information-people. Benoît Grevisse examine comment les codes de déontologie internationaux négocient, traduisent et tentent de gérer les mutations qu’induit l’information-people dans les pratiques professionnelles. Quant à Stéphane Werly, il se penche sur les infimes subtilités des codes civils et pénaux suisse et européens, pour y cerner les mentions qui traitent de la protection de la vie privée, du droit à l’image ou encore des atteintes à l’honneur. Sur cette base, Gilles Labarthe s’en va voir auprès des journalistes de presse généraliste suisses-romands quels problèmes l’information-people leur pose, et quelle influence le cadre précédemment décrit exerce sur leurs pratiques. Rejette-t-on au sein de la profession le people aux marges de l’exercice, comme un mal nécessaire qui ne fait jamais qu’ajouter au flou souvent commode (Ruellan, 1993) des frontières du journalisme ? La définition de ce qu’est une « information » doit-elle s’adapter à cette nouvelle donne ? Jamil Dakhlia vient compléter ces questionnements et conclure le travail collectif en réfléchissant avec les plus concernés de tous, les journalistes de la presse people française (les rares à revendiquer et à assumer cet objet problématique), à leurs pratiques et à ce qu’elles impliquent d’éventuelles négociations avec leur identité de journalistes.

12À travers l’étude de réalités européennes diverses (la Suisse, la Belgique, la France ou encore l’Allemagne), ce travail collectif s’emploie donc à approfondir trois des conditions d’apparition de l’information-people suggérées par les travaux qui l’ont précédé : le format hollywoodien et sa traduction dans un genre médiatique à vocation universelle, la matrice de traitement de l’information-people qui en découle, enfin le cadre juridique et déontologique qui rend possible cette information et traduit désormais les débats qui y sont liés.

13Ce travail collectif s’est voulu cohérent : un effort de discussion, de croisement des regards et d’échanges a été opéré en amont, de manière à ce que l’objet soit abordé de la manière la plus complète et concertée possible. On espère qu’en permettant au lecteur de mieux comprendre d’où vient l’information-people, comment elle est produite, quelles formes récurrentes elle propose à son public et quels enjeux sociaux elle soulève par ce biais, ce numéro l’amènera à mieux saisir l’importance que l’information-people a prise ces dernières années. Et donc, de mieux préparer la comparaison à des contextes différents, notamment anglo-américains et franco-canadiens, dans des travaux ultérieurs.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BARDIN, Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses Universitaires de France. (Coll. « Le psychologue »).

DAKHLIA, Jamil (2005), « Formes et fonctions du secret dans la presse people : les faux reflets de l’authentique », dans T. WUILLEME, Autour des secrets, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 155-168.

DAKHLIA, Jamil (2008), Politique people, Paris, Éditions Bréal.

DAKHLIA, Jamil, et Marie LHÉRAUT (dir.) (2008), Le Temps des médias, n° 10, dossier « Peoplisation et politique ».

DAKHLIA, Jamil (2003), « Stars aux programmes : les stratégies échotières dans la presse de télévision », dans Jean-Max MÉJEAN (dir.), Médiamorphoses, nº 8, dossier « Médias people : du populaire au populisme », p. 79-86.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DELPORTE, Christian (2008), « Quand la peoplisation des hommes politiques a-t-elle commencé ? Le cas français », dans Jamil DAKHLIA et Marie LHÉRAUT (dir.), Le Temps des médias, n° 10, « Peoplisation et politique », p. 27-52.
DOI : 10.3917/tdm.010.0027

DUBIED, Annik (2004), Les dits et les scènes du fait divers, Genève et Paris, Librairie Droz.

DYER, Richard (2004), Le star-system hollywoodien, Paris, Éditions L’Harmattan. [1979 pour la version originale, Stars, London, British Film Institute].

ESQUENAZI, Jean-Pierre (2003), « Voici et le star-system », dans Jean-Max MÉJEAN (dir.), Médiamorphoses, n° 8, dossier « Médias people : du populaire au populisme », p. 61-67.

FRAU-MEIGS, Divina, et Jacques PORTES (2008), « Entretien : Les États-Unis, patrie de la peoplisation du politique ? », dans Jamil DAKHLIA et Marie LHÉRAUT (dir.), Le Temps des médias, n° 10, « Peoplisation et politique », p. 197-208.

MARSHALL, David P. (1997), Celebrity and Power. Fame in Contemporary Culture, Minneapolis, Minnesota University Press.

MARSHALL, David P. (2006), The Celebrity Culture Reader, New York, Routledge.

MÉJEAN, Jean-Max (dir.) (2003), Médiamorphoses, n° 8, dossier « Médias people : du populaire au populisme ».

MORIN, Edgar (1957), Les stars, Paris, Éditions du Seuil. (Coll. « Points ».)

MORIN, Edgar (1962), L’esprit du temps. Essai sur la culture de masse, Paris, Éditions Grasset.

ROJEK, Chris (2001), Celebrity, London, Reaktion Books. [2003 pour la traduction française, Cette soif de célébrité !, Paris, Autrement].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.
DOI : 10.3406/reso.1992.1922

TURNER, Graeme (2004), Understanding Celebrity, London, Sage Publications.

Haut de page

Notes

Signalons la réédition, en 2008, de L’esprit du temps, chez Armand Colin. Nouvelle préface d’Edgar Morin et introduction d’Éric Macé.

L’idée de ce numéro sur l’information-people s’appuie sur le travail mené dans le cadre d’une recherche financée par le Fonds national suisse de la Recherche scientifique (FNS) et s’étendant de 2005 à 2009. Recherche n° PP001-106618, www.snf.ch, rubrique « Projets soutenus », sous la direction d’Annik Dubied, avec Valérie Gorin, Magali Dubey, Cécile Rais, Yvonne Jänchen et Gilles Labarthe.

1  … du nom d’une forme d’idéologie a priori très voisine que Laurence Bardin (1977) avait décrite pour les horoscopes des années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annik Dubied, « L’information-people », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 12-17.

Référence électronique

Annik Dubied, « L’information-people », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2009, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://communication.revues.org/1351

Haut de page

Auteur

Annik Dubied

L’auteure est professeure au Département de sociologie de l’Université de Genève. Courriel : annik.dubied@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Éditions Nota bene
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org