Navigation – Plan du site
Recherches

L’appropriation de la technologie du cellulaire en Tunisie

Au-delà des usages… un discours
Amor Ben Amor
p. 278-286

Texte intégral

1Cette note de recherche est tirée de notre thèse de doctorat (Ben Amor, 2007), laquelle s’inscrit dans la problématique déjà ancienne, mais toujours pertinente et actuelle, des types de rapport entre le matériel et le culturel, entre la « techno-logique » et la « socio-logique ». Cette problématique couvre l’ensemble des positionnements théoriques à l’égard des rapports personne-machine qui vont du déterminisme technique au déterminisme social en passant par des positions intermédiaires plus nuancées. Notre question de recherche a ciblé l’appropriation de la technologie et l’ensemble des stratégies que l’usager développe pour ce faire et qui le conduisent souvent à la production d’usages émergents à travers des « cristallisations arbitraires » (Millerand, 2002).

2Ces nouveaux usages ne sont pas forcément le reflet d’un discours étatique progressiste ou encore d’un discours commercial davantage centré sur la promotion de l’idée selon laquelle le style de vie de l’usager sera bien meilleur grâce à la technologie. Selon nous, il y a, chez l’usager, une dimension « volontariste » qui le pousse à adopter et adapter la technologie en fonction de ses attentes, aspirations et besoins spécifiques liés à une conjoncture sociohistorique bien présente. L’usager adopte et adapte la technologie selon une marge d’autonomie à l’intérieur des balises établies par les cadres sociaux. Cette « marge d’autonomie » autorisée ou revendiquée varie selon la position qu’occupent les différents groupes auxquels appartient l’usager, et les rapports de force advenants, à l’intérieur desdites balises.

3Ces balises influent sur le processus de l’appropriation, ce qui explique la disparité des pratiques et des usages qui est à la fois attisée par la quotidienneté et conditionnée par les cadres sociaux.

4Ce positionnement théorique nous amène à aborder l’appropriation des nouvelles technologies de communication non plus comme des apprentissages systématisés de comportements ou encore comme des activités programmées de consommation dont la résultante vacille entre l’acceptation ou le rejet que dictent les modes de diffusion, mais plutôt comme la production négociée d’usages qui relève davantage des stratégies liées à des pratiques sociales et culturelles balisées par les rapports de force actualisés par la quotidienneté et par la « marge d’autonomie » dont jouit l’usager à l’intérieur des cadres sociaux. Il y a convergence entre cette approche de l’appropriation des technologies et les cultural studies qui restituent un statut actif à l’usager dans la mesure où il peut établir une position de négociation par rapport au discours préférentiel dominant (preferred reading) et aux forces qui l’alimentent (Hall cité par Mattelart et Neveu, 1996).

5Nous empruntons ici ce terme de négociation à Hall parce qu’il renvoie à la problématique de la construction sociale des discours dont la finalité est de rendre « naturelle » ou « évidente » une vision de la réalité à privilégier auprès des usagers citoyens. Nous pouvons prendre l’exemple du discours de presse qui consiste à associer technologie et progrès ou encore celui du discours publicitaire qui associe technologie et modernité. La stratégie consiste à arrimer les attentes et désirs des usagers citoyens et consommateurs aux intérêts politiques et économiques de ceux qui construisent ce discours. Ce n’est pas un discours préférentiel au sens qu’il est préféré par les usagers mais parce qu’il est dominant et omniprésent au sein des médias. C’est la quasi-absence, ou la marginalisation, des discours alternatifs qui donne à ces discours « dominants » leur caractère préférentiel. Cependant, même si la marge de manœuvre est plus ou moins réduite selon les conjonctures, les usagers des médias et des technologies peuvent soit adopter le discours, soit l’adapter, soit le refuser. C’est en partie tributaire de l’expérience médiatique des usagers ainsi qu’au contexte dans lequel ils évoluent.

6C’est en négociant sa marge d’autonomie à modifier les usages et les représentations préférentiels ou « imposés », c’est-à-dire à s’approprier un média ou une technologie, que l’usager devient producteur de ses propres pratiques culturelles. C’est en ce sens que nous avons voulu étudier l’appropriation d’une technologie de communication — le téléphone portable — par des jeunes cadres tunisiens. Nous avons essayé de transcender la dimension matérielle de l’usage pour davantage insister sur les pratiques culturelles associées à l’emploi de cette technologie. Les nouveaux usages construits par ces cadres et leurs significations ne pourront être explicités et analysés que par leur mise en relation avec les balises sociohistoriques dans lesquelles s’inscrivent les stratégies d’appropriation de nos répondants. Par balises, nous faisons plus largement référence aux dimensions socio-économique et politique de la position sociale qu’occupent nos répondants et à travers lesquelles les stratégies d’appropriation et les nouveaux usages émergents se forgent, se transforment et évoluent, et qui donnent aux pratiques culturelles associées à ces stratégies tout leur sens.

Les hypothèses

7Nous formulons l’hypothèse générale d’un clivage entre les discours préférentiels dominants (de presse et commercial) en Tunisie et le discours des jeunes cadres diplômés par rapport aux usages du téléphone portable. Les discours préférentiels lient souvent technologie de communication et modernité, technologie et urbanité. Le discours « public » tunisien ne ferait pas exception à cette règle. En effet, le discours de presse accole à la technologie la figure symbolique d’un État progressiste. Généralement, il est empreint d’enthousiasme et d’émerveillement devant cette manifestation du Progrès et de la Science (Laborde, 2001 ; Scardigli, 1992). Le discours « commercial » (publicité) accorderait à la technologie la figure symbolique d’un style de vie centré sur le bien-être et le confort que procure l’usage de la technologie. Notre hypothèse avance que le discours des jeunes cadres diplômés s’en distinguerait, en ce sens que leur appropriation du téléphone portable ne répond pas à des impératifs liés au progrès ou au bien-être, mais à des stratégies de négociation de leur entrée sur le marché de travail. Si la présence d’un tel discours, et d’une stratégie de négociation correspondante, se confirme, ce serait là un phénomène relativement nouveau dans la société tunisienne car situé en marge des discours préférentiels. Somme toute, nous visons à vérifier les sous-hypothèses suivantes :

  • Chez les jeunes cadres diplômés, les usages du téléphone portable répondent à des logiques d’appropriation et à des stratégies conduisant à la formation de nouveaux usages de cette technologie liées à leur insertion sur le marché du travail en milieu urbain.

  • Le discours que développent les usagers sur la technologie se distingue des discours de presse et commercial quant aux pratiques sociales et culturelles s’y rattachant.

  • Les usages du téléphone portable diffèrent selon la formation, le statut marital, le sexe et le lieu de travail ou le secteur des cadres.

La méthode

8Sur le plan méthodologique, nous avons privilégié les méthodes qualitatives empruntées aux sciences humaines, notamment la recherche documentaire, l’observation non participante et l’entretien semi-directif. Nous avons constitué notre « population » par l’application de la technique dite boule-de-neige. Dix-huit Tunisiens, dont sept femmes et onze hommes, ont livré au total 72 heures d’entretien (deux entretiens de deux heures, en moyenne). En plus des entretiens, le matériau de recherche comprend des notes d’observation, un dossier de presse écrite tunisienne et l’ensemble des images qui ont accompagné les campagnes publicitaires de deux fournisseurs téléphoniques (l’un privé, l’autre public), de 2000 à 2006. L’analyse de nos entretiens et de nos observations s’est faite à l’aide d’un logiciel de traitement de données qualitatives (le QSR NVIVO, version 7) tandis que les articles de presse et les images publicitaires furent soumis à l’analyse discursive.

Les résultats

9La collecte de nos données, auprès de notre échantillon aléatoire de population, nous révéla un épiphénomène. En effet, notre groupe de participants était majoritairement constitué de migrants locaux. Ils partageaient à l’évidence plusieurs caractéristiques. Ils venaient pour la majorité des régions rurales tunisiennes. Ils avaient tous atteint un niveau de scolarité universitaire qui représentait pour eux un moyen sûr d’échapper aux conditions sociales difficiles de leur milieu d’origine. Au fur et à mesure que progressait notre recherche, notre question de recherche s’est davantage précisée pour devenir : quelles sont les usages et les stratégies d’appropriation de la technologie du téléphone portable par des cadres relativement jeunes issus des milieux ruraux, scolarisés et installés dans le milieu urbain de la métropole tunisienne ? Cette question a ouvert plusieurs pistes d’analyse. Par exemple, la place qu’occupera la confrontation entre la modernité (urbanité) et la tradition (ruralité), et leur éventuelle rupture ou réconciliation, dans le développement des stratégies d’appropriation du téléphone portable.

10Chez nos répondants, l’appropriation du téléphone portable s’inscrit dans une logique de négociation qui est la résultante de la confrontation entre des valeurs et des comportements qui leur ont été inculqués par leurs milieux d’origine et les valeurs et les comportements auxquels ils font face dans leur milieu d’adoption (la ville). Cette confrontation est à l’origine d’une tension. L’usage du téléphone portable s’inscrit dans le développement de stratégies d’accommodement visant à apaiser cette tension et à concilier les valeurs acquises et les nouvelles valeurs du milieu d’accueil. L’usage de cet objet technique devient une pratique, parmi tant d’autres, par laquelle le jeune cadre tente de réduire à un niveau acceptable la tension entre des exigences et des attentes souvent antagonistes. L’usage de la technologie devient un « lieu », une pratique sociale où l’usager tente de concilier les valeurs personnelles associées à un milieu dit « traditionnel » (ruralité tunisienne) et celles associées à un contexte nouveau dit « moderne », en l’occurrence la capitale tunisienne.

11Que ce soit au cours des entretiens (formels et informels) avec nos répondants ou en situation d’observation (participante ou non), nous avons décelé non seulement un travail d’appropriation des technologies de communication, en général, et du téléphone portable, en particulier, mais aussi la présence de discours préférentiels sur la ou les technologies (dossier de presse et publicité).

12En croisant ce que nous avons induit, d’une part, comme le discours de nos interlocuteurs sur la technologie en général, et sur le téléphone portable en particulier, avec, d’autre part, leur discours sur les discours de la presse écrite et de la publicité des fournisseurs de services téléphoniques, nous avons cru « repérer » chez nos participants un discours préférentiel « concurrentiel ». Celui-ci se réfère aux discours préférentiels « dominants » (presse écrite et publicité) pour mieux s’en distinguer.

13Rappelons que la mise en application de notre outil d’échantillonnage (« boule de neige ») nous a « livré » une population qui avait les « qualités » recherchées (groupe d’âge « jeune », scolarisée et statut de cadre). Cependant, cette population partageait en grande majorité (14 des 18 répondants) une caractéristique que nous n’avions pas anticipée, mais qui s’est révélée d’une grande richesse pour notre analyse : nous avions constitué une sous-population de jeunes migrants scolarisés à l’interne. En plus des caractéristiques davantage sociodémographiques (âge, scolarité, type d’emploi) ces interlocuteurs partageaient en commun une expérience, toujours active et actuelle, de migration d’un milieu de type rural (communautés de petite taille) vers un milieu de type urbain de taille moyenne comme Zarzis (2 interlocuteurs) ou de grande taille comme Tunis (12 interlocuteurs).

14Cette expérience de migration, nos interlocuteurs la résument en la qualifiant de situation quasi permanente de « négociations ». Pour eux et pour elles, s’intégrer au nouveau milieu de vie (les études et le travail) c’est trouver un compromis acceptable, une façon d’agir satisfaisante, entre des valeurs acquises — des façons d’être et de faire —, et les valeurs à acquérir que le nouvel environnement (l’université et le marché du travail) considère comme « normales » et « allant de soi ». Ce compromis à trouver, nos interlocuteurs le définissent comme une activité d’ajustement, d’accommodement, d’adaptation, de transition et que nous rattachons à l’idée d’une pratique de négociation et qui, dans l’usage qu’ils font de la technologie (ici le téléphone portable) se nomme appropriation.

15Mais quels sont les termes entre lesquels nos interlocuteurs doivent « négocier » un compromis, un état temporaire d’équilibre ? Presque unanimement, peu importe leur milieu d’origine, peu importe les particularités de leurs expériences de migration ou leur destination finale (Tunis ou Zarzis), peu importe l’« objet » de leurs discours (la technologie, le portable, le milieu de travail, la vie domestique ou la religion), les interlocuteurs situent la négociation entre ce qu’ils nomment la « vie traditionnelle » et la « vie urbaine ». Même si leurs expériences diffèrent, ce qu’ils ont connu, ou vécu, avant leur migration (pour les études ou pour le travail) est nommé « traditionnel » et ce qu’ils connaissent, et vivent, actuellement (à Zarzis ou Tunis) est nommé « urbain » : il s’agit de négocier l’accommodement efficace, pratique, entre les « valeurs » de l’avant et de l’actuel, entre les valeurs dites traditionnelles et « urbaines ».

16Parce que l’expérience de migration les place dans diverses « situations de négociation » (travail, vie domestique, relations parents-enfants, religion) dont ils prennent conscience, les interlocuteurs se sentent en quelque sorte obligés de « rationaliser » ces situations, et leur expérience de migration, sous forme de discours. Non seulement ils peuvent discourir sur leur propre expérience mais aussi sur les discours (ou représentations) de d’autres acteurs sociaux (i.e. la presse écrite et la publicité), lorsque ces discours touchent les technologies et les « valeurs » ajoutées (par exemple le progrès, le savoir, l’ouverture sur le monde). Pour eux et pour elles, selon leurs propres termes, ils qualifient leur discours sur leur propre expérience et sur les discours « autres » de discours sur la modernité.

17Ce qu’ils nomment la « modernité » nous l’interprétons comme une négociation entre ce qu’ils désignent comme la « vie traditionnelle » de leurs communautés d’origine, de leurs parents et des amis restés sur place, et ce qu’ils désignent comme « vie urbaine » (scolarisation, technologie, travail professionnel, liberté). En d’autres termes, être moderne c’est chercher à concilier, à consolider, ce qu’ils nomment « vie traditionnelle » et « vie urbaine », valeurs traditionnelles (qu’elles soient religieuses ou familiales) et valeurs urbaines (liberté, technologie, individualisme). C’est au nom de cette modernité, de l’idée qu’ils s’en font, que nos interlocuteurs peuvent « juger » non seulement les discours de la presse écrite et de la publicité, mais aussi critiquer, si besoin est, l’idée de modernité que ces discours véhiculent.

Conclusion

18Ce que notre recherche nous permet d’avancer, d’une part, c’est qu’à travers une analyse des usages d’une technologie, ici le portable, il se dégage des stratégies d’appropriation et que ces stratégies d’appropriation se comprennent en les articulant à des stratégies plus largement sociales qui, elles, sont ancrées dans la « confrontation » entre le souvenir des expériences passées et les nécessités des expériences actuelles. D’autre part, ces stratégies qui, dans ce cas présent, sont liées à des situations de négociation conséquentes à une expérience de migration, aiguillonnent non seulement la capacité de nos interlocuteurs à discourir mais aussi à introduire la cohérence entre leurs discours et ceux des autres acteurs sociaux dont l’action touche leur quotidien (la presse écrite et la publicité).

19Dans une large mesure, les résultats de notre recherche confortent nos sous-hypothèses.

  1. Chez les jeunes cadres diplômés, l’usage du téléphone portable répond à des logiques d’appropriation et à des stratégies de négociation pour réduire la tension entre des comportements et des valeurs antagonistes (urbanité/ruralité).

  2. Si leur discours sur la technologie, par lequel ils rationalisent leurs stratégies d’appropriation du téléphone portable, se distingue des discours de presse et commercial — notamment, la perception de la modernité —, il les rejoint sur la définition positive qu’ils accordent à la technologie.

  3. Si les usages du téléphone portable diffèrent selon la formation, le statut marital, le sexe et le lieu de travail ou le secteur, cette différenciation n’est pas très marquée puisque tous les répondants et répondantes inscrivent les usages dans des stratégies globalement similaires de négociation et de transition vers le mode de vie urbain de classe moyenne.

20Comme nous avons tenté de l’argumenter, le lien annoncé, par maints auteurs, entre technologie et modernité passe par des stratégies d’appropriation des objets (par exemple la technologie) et des pratiques qui sont de l’ordre de l’expérience sociale — celle qui est remise en mémoire et celle qui est actualisée —, et, corrélativement, de l’ordre du discours.

Haut de page

Bibliographie

BEN AMOR, Amor (2007), « Usages et stratégies d’appropriation du téléphone cellulaire par des cadres tunisiens ». Thèse de doctorat sur mesure en communication et sociologie, Faculté des études supérieures, Université Laval.

CHAMBAT, Pierre (1994a), « NTIC et représentation des usagers », dans A. Vitalis (dir.), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Éditions Apogée.

CHAMBAT, Pierre (1994b), « Usages des TIC : évolution des problématiques », Technologies de l’information et société, 6(3). http://www.enssib.fr/autres-sites/reseaux-cnet/accueil.html

JOUËT, Josiane (1993a), « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, 60.

JOUËT, Josiane (1993b), « Usages et pratiques des nouveaux outils de communication », dans L. SFEZ (dir.), Dictionnaire critique de la communication, Paris, Presses universitaires de France.

JOUËT, Josiane (1997), « Pratiques de communication et figures de la médiatisation, des médias de masse aux technologies de l’information et de la communication », dans P. BEAUD, P. FLICHY, D. PASQUIER, L. QUERE (dir.), Sociologie de la communication, Paris, CENT.

LABORDE, Aurélie (2001), « Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : du télégraphe optique à l’Internet, pour une meilleure compréhension des discours de presse contemporains sur l’Internet ». Thèse de doctorat soutenue à Bordeaux.

MALLEIN, Philippe, et Yves TOUSSAINT (1992), « Diffusion, médiation, usages des TIC », Culture technique, no25, Presses universitaires de France.

MALLEIN, Philippe, et Yves TOUSSAINT (1994), « L’intégration sociale des technologies d’information et de communication : une sociologie des usages », Technologies de l’information et société, volume 6, no4, Dunod.

MATTELART, Armand, et Érik NEVEU (1996), « Cultural studies’ stories. La modernisation d’une pensée sauvage ? », Réseaux, no80, p.11-58.

MILLERAND, Florence (2002), « La dimension cognitive de l’appropriation des artefacts communicationnels », dans Francis JAUREGUIBERRY et Serge PROULX (dir.), Internet : nouvel espace citoyen, Paris, Éditions l’Harmattan, p 181-203.

SCARDIGLI, Victor (1992), Les sens de la technique, Paris, Presses universitaires de France.

SCARDIGLI, Victor (1994), « Déterminisme technique et appropriation culturelle : évolution du regard porté sur les technologies de l’information », Technologie de l’information et société, 6(4).

Haut de page

Notes

C’est d’ailleurs la posture théorique caractérisant les travaux de certains chercheurs comme Josiane Jouët, Phillipe Mallein, Yves Toussaint, Pierre Chambat et Victor Scardigli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amor Ben Amor, « L’appropriation de la technologie du cellulaire en Tunisie », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 278-286.

Référence électronique

Amor Ben Amor, « L’appropriation de la technologie du cellulaire en Tunisie », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1355 ; DOI : 10.4000/communication.1355

Haut de page

Auteur

Amor Ben Amor

L’auteur est maître-assistant en communication et sociologie, à l’Institut supérieur des arts et métiers de Gafsa (Tunisie). Courriel : benamor2002@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org