Navigation – Plan du site
Recherches

Le journal transfrontalier 

Un outil symbolique de régionalisation
Stefan Bratosin
p. 195-204

Texte intégral

1La notion d’eurorégion « relève du concept frontière-charnière où l’objectif visé est d’aboutir à un système frontalier intégré dans un cadre supranational » (Sanguin, 1997 : 85). L’expérience de l’eurorégion Maas-Rhein créée en 1958 constitue la référence de base pour les nouvelles eurorégions. Facteurs d’intégration européenne des espaces transfrontaliers, les récentes eurorégions établies dans l’Europe de l’Est fonctionnent actuellement sous forme d’organismes informels dotés d’un statut consultatif.

2L’eurorégion Dunarea de Est (le Danube de l’Est), dont il sera question ici, est la plus grande eurorégion — plus de deux millions d’habitants — avec participation roumano-bulgare. Enregistrée au Conseil des eurorégions de Bruxelles au n° 125, elle a été créée le 15 novembre 2001 à l’initiative des autorités locales des départements roumains de Calarasi, d’Ialomita et de Constanta et des régions bulgares de Silistra et de Dobrec. Il s’agit d’une eurorégion située sur le cours inférieur du Danube, au sud-est de la Roumanie et au nord-est de la Bulgarie. Elle est traversée par le Danube et délimitée à l’est par la mer Noire. Au cœur de cette eurorégion se trouvent les villes de Calarasi (Roumanie) et de Silistra (Bulgarie).

Figure 1. L’eurorégion « Le Danube de l’Est »

Figure 1. L’eurorégion « Le Danube de l’Est »
  • 1  Programme mis en place en 1989 pour assister les pays de l’Europe centrale et orientale dans leur (...)

3Dans ce cadre, le journal eurorégional Dunarea de Est apparaît comme un nouvel outil — le premier numéro est paru en mars 2004 — d’organisation de l’espace transdanubien auquel participent les villes de Calarasi et Silistra. Ce journal est un média de langue roumaine, mais édité par une organisation non gouvernementale (ONG) bulgare dans le cadre d’un projet de coopération et de développement du programme européen PHARE1. Il se définit avant tout comme un média d’information intervenant localement pour estomper les conséquences peu constructives du débat politique européen qui met en opposition les deux pays — Roumanie et Bulgarie — par des comparaisons entre leurs niveaux d’avancement dans les négociations d’adhésion.

Figure 2. Le journal Le Danube de l’Est

Figure 2. Le journal Le Danube de l’Est

4Dès lors, il tente de donner un sens à l’euro-intégration roumaine et bulgare, non pas en médiatisant les négociations nationales d’adhésion, mais en participant à un processus local de régionalisation dont l’objectif est l’intégration européenne. Cette participation du journal au processus de régionalisation rassemble trois dimensions organisationnelles majeures correspondant respectivement aux « instances » (Di Meo, 1998) structurelles mêmes de l’espace : l’arpentage informationnel de l’espace géographique, la médiatisation du développement économique et la naturalisation du contenu idéologique dans le nouveau découpage eurorégional.

L’arpentage informationnel de l’espace géographique

  • 2  « […] l’arpentage, cet acte fondamental de limitation […] se rattache toujours à l’organisation sa (...)
  • 3  Si le besoin de marquer une réitération donne lieu habituellement à des rituels commémoratifs ou à (...)

5La régionalisation a trait à la pratique de l’espace et toute pratique de l’espace commence par un acte de délimitation. Or, délimiter, c’est l’acte fondateur de l’organisation de l’espace, de son « organisation sacrale2 ». Cet acte est, également, à la base de l’organisation de l’eurorégion. Mais pour que la conscience collective s’empare du sens de l’espace délimité précédemment, la réitération de l’acte organisationnel originel s’avère nécessaire et elle revêt des formes diverses3. Ainsi, le journal réitère l’acte organisateur d’un espace par l’arpentage informationnel de son espace géographique. Il inscrit l’information dans les limites géographiques de l’eurorégion, c’est-à-dire qu’il utilise l’information pour détacher un espace à partir des lieux, pour susciter l’unité de cet espace en démotivant ses frontières internes et pour intégrer cette nouvelle unité spatiale dans l’espace européen.

Distinguer un espace à partir des lieux

  • 4  Même après la création des deux États, le Danube ouvrait les frontières à l’établissement de nombr (...)

6Originellement, l’étendue de l’eurorégion du Danube de l’Est relève d’une unité spatiale qui, malgré l’héritage d’un « hermétisme spatial » pratiqué ici par les régimes communistes roumain et bulgare dans la deuxième moitié du xxe siècle, offrait néanmoins une certaine perméabilité4. La création de l’eurorégion a été au départ une tentative de coexistence, de juxtaposition des lieux qui, avant la création du journal eurorégional, se traduisait par une absence « incontestable » d’information mutuelle des lieux situés sur les deux rives du Danube, des deux côtés de la frontière (Pavlov, 2004 : 1).

7Avec la création du journal, certes, l’information des deux rives n’est pas mutualisée. Le journal contient plutôt des informations sur la partie bulgare de l’eurorégion, mais destinées à la partie roumaine de l’eurorégion. Cependant, cette nouvelle étape dans la circulation d’informations entre les deux rives marque le passage à une autre vision de l’eurorégion. En identifiant un lieu (la rive roumaine) comme destinataire de l’information produite dans un autre lieu (la rive bulgare), on fait apparaître dans la conscience des habitants l’idée d’un espace. Plus exactement, par cette prise en considération « des vecteurs de direction, de quantité de vitesse et la variable de temps » (Certeau, 1990 : 173), le journal eurorégional estompe la juxtaposition initiale des lieux qui a servi comme acte de création de l’eurorégion pour distinguer à la place des lieux un espace, l’espace euroréginal du Danube de l’Est.

Régionaliser un espace transdanubien

8Il est difficile pour l’instant d’évaluer le poids en termes d’information du journal eurorégional. D’autant plus que les premiers numéros sont destinés à une diffusion institutionnelle : ce n’est que plus tard que la diffusion sera élargie à l’ensemble de la population.

9Par contre, il apparaît assez clairement que l’information médiatisée par ce journal relève d’une évidente intentionnalité de mettre en exergue un espace transdanubien où le Danube n’est pas une frontière, mais un lien. Sur la une du premier numéro, par exemple, est annoncée l’ouverture du chantier d’aménagement pour le nouveau traversier qui liera Calarasi et Silistra. Or, cette intentionnalité n’est pas anodine. Elle est du domaine du signe car son rôle prend contour dans la tension qui lie une projection rétrospective à une projection prospective. Elle renvoie à l’unité transdanubienne historique et en même temps elle sert pour décrire l’avenir probable de cet espace. L’effet manifeste du journal de promouvoir une médiation transdanubienne est, par conséquence, la régionalisation de cet espace (Di Meo, 1998 : 174), c’est-à-dire la distinction sur le plan géopolitique et physique d’une eurorégion non pas simplement transfrontalière, mais également et surtout transdanubienne.

Intégrer une région dans l’espace européen

10La réitération de l’acte organisateur de cette eurorégion par l’arpentage informationnel de l’espace correspondant au découpage géographique n’est pas un but en soi pour le journal. L’objectif final n’est pas de délimiter, de distinguer ou d’identifier mais de détacher des deux cadres nationaux un espace dont le fonctionnement puisse être intégré dans un cadre supranational, c’est-à-dire dans l’Union européenne.

11En effet, le journal eurorégional ne cherche pas à montrer le rôle des États — la Roumanie et la Bulgarie — dans le développement de l’eurorégion mais, à travers les informations publiées, à montrer les liens fonctionnels directs existant entre l’eurorégion et l’Union européenne. Le journal, par exemple, se présente comme le fruit même de ces liens directs avec l’Union européenne, car il s’agit d’un projet local financé directement par l’Union européenne, comme d’ailleurs d’autres projets dont il rend compte. Il médiatise, également, les « exploits » des entreprises locales dans leurs négociations directes avec l’Union européenne. Par exemple,

MECOM S.A. de Silistra a obtenu l’eurolicence pour exporter la viande d’autruche dans les pays membres de l’Union Européenne.

12Informer, pour le journal eurorégional, c’est régionaliser un espace transdanubien pour l’intégrer dans l’espace transnational de l’Union européenne.

La médiatisation du développement économique

13La deuxième dimension organisationnelle majeure du journal est la médiatisation du développement économique. Cette médiatisation rassemble deux composantes distinctes dont le rôle est différent, mais complémentaire.

14Il s’agit, d’une part, de promouvoir l’idée de partenariat en l’inscrivant dans un espace identifié comme eurorégion et, d’autre part, de constituer une vitrine pour la dynamique économique de cet espace peint par les analystes de tout bord dans des couleurs plutôt austères. La première composante — la promotion du partenariat — répond au besoin de retourner l’un vers l’autre deux lieux qui économiquement s’étaient tourné le dos pendant un demi-siècle. La seconde composante — la mise en vue du réseau — répond au besoin eurorégional de confirmer la stabilité et la dynamique d’un tel partenariat économique et de son potentiel entrepreneurial.

Promouvoir le partenariat économique régionalisant

15Alors que l’Union européenne entraîne la Roumanie et la Bulgarie dans une sorte de compétition, c’est-à-dire dans une sorte de concurrence sur le terrain du développement économique, le journal eurorégional s’emploie à médiatiser l’idée de partenariat dans l’espace eurorégional transdanubien.

16Ainsi, le journal eurorégional semble soucieux de dresser une véritable liste de programmes de coopération entre les parties roumaine et bulgare : l’Office des affaires roumano-bulgares, le système commun roumano-bulgare pour l’aménagement de l’environnement, l’investissement des entreprises de Calarasi à Silistra et celui des entreprises de Silistra dans la partie roumaine de l’eurorégion. Il ne s’agit pas de faire la chronique de la coopération roumano-bulgare, mais tout simplement de fixer l’information relative à cette coopération, de nommer ce qui s’est fait, ce qui se fait et ce qui est prévu d’être fait en commun sur le plan économique. Aussi, il faut noter que l’espace publicitaire du journal joue un rôle important dans la promotion du partenariat eurorégional. La « pub » des entreprises bulgares en langue roumaine est une démarche (ré)organisatrice des marchés eurorégionaux.

17Il s’agit de la promotion d’un partenariat économique plutôt régionalisant que régionalisé : dans la vision des rédacteurs du journal qui titre sur deux pages « L’eurorégion : une autre dimension du partenariat », c’est l’eurorégion qui participe du partenariat et non pas le partenariat de l’eurorégion.

Rendre visible le réseau économique régional

18Le journal eurorégional médiatise un certain nombre d’informations dont l’effet est la production d’une image de l’économie euroréginale porteuse de la dynamique organisationnelle du réseau.

19Par exemple, une information significative, parce que rare, consacrée à la partie bulgare concerne le conseil local des PME de Calarasi. Cet organisme qui rassemble 123 entreprises affiche pour but la promotion du développement économique régional par l’amélioration de la coopération entre les entreprises de la zone frontalière. Sa mise en place laisse entendre l’existence d’un réseau entrepreneurial, car les services qui font la raison d’être de ce conseil local incluent :

  • les études sur le niveau de coopération, les voies d’échange d’informations entre les entreprises, les intérêts locaux du milieu économique ;

  • les contrats bilatéraux réalisés en collaboration avec les autorités locales et/ou avec diverses associations ayant pour but la promotion des affaires transdanubiennes ;

  • les informations et les médiations favorisant les opportunités économiques spécifiques à l’eurorégion.

20Dans cette même optique, le journal eurorégional se fait le promoteur d’informations sur les réseaux routier, ferroviaire et aérien de la région, sur les prix des carburants et sur la position stratégique de l’eurorégion par rapport au projet de lien ferroviaire entre l’Europe et l’Asie.

21Sans doute, la vocation première de cette projection de l’image d’un réseau économique dynamique n’est pas de rendre compte d’une réalité, ancrée dans un fonctionnement eurorégional confirmé et éprouvé, mais de l’organisation d’une telle réalité : la projection d’une « image à objectif » (Debray, 1994 : 174).

La naturalisation du contenu idéologique

22Enfin, une troisième dimension organisationnelle du journal eurorégional tient à sa capacité de naturaliser le contenu idéologique rattaché à cet espace transdanubien, c’est-à-dire à sa capacité de faire correspondre un certain espace aux représentations mentales, aux idées et aux concepts, aux images, aux mythes, aux discours, aux symboles collectifs qui alimentent le sentiment identitaire. L’intérêt suscité par cette dimension est d’autant plus important que le journal s’octroie le rôle de médium d’un système d’idées, d’un ensemble structuré de représentations, de valeurs et de croyances (Gumuchian, 1991) à l’œuvre dans cet espace et participe à l’orientation de l’action historique (Rocher, 1969) de sa régionalisation, ce qui relève d’une démarche stratégique.

23Dès lors, puisque toute rationalisation stratégique est tributaire, à un moment ou à un autre, de la distinction substantielle d’un lieu « propre » par rapport à une extériorité, il faut se demander comment ce journal eurorégional participe de la « victoire du lieu sur le temps », de la « maîtrise des lieux par la vue » ou bien de la « capacité de transformer les incertitudes de l’histoire en espaces lisibles » (Certeau, 1990 : 59-60). Sans doute en médiatisant les formes d’action collective, en dévoilant le contenu de l’idée d’eurorégion et en indiquant les scènes du pouvoir politique.

Médiatiser les formes d’action collective

24Certes, dans cette eurorégion, l’action collective en tant que production sociale à médiatiser n’est pas porteuse de toute la richesse du contenu symbolique dont les démocraties occidentales l’ont chargée. L’action collective relève ici, pour l’instant, simplement de la capacité des décideurs économico-politiques de mener et de réaliser ensemble certains projets dont ils ont eu l’initiative ou que l’Union européenne leur a confiés, souvent dans le cadre du programme PHARE.

25Cependant, en médiatisant ces formes d’action collective dont la portée est plutôt performative que symbolique, le journal offre une sorte de panorama des initiatives qui se structurent en vue d’une participation commune au développement eurorégional. Connaître les acteurs, pouvoir les identifier, prendre contact avex eux par l’intermédiaire d’un journal constituent un premier pas dans la matérialisation de l’idée, trop souvent oubliée ou ignorée, d’organiser un espace et qui se révèle absolument nécessaire dans ce cas présent.

Dévoiler le contenu de l’idée d’eurorégion

26Naturaliser le contenu idéologique rattaché à l’espace transdanubien de cette eurorégion, c’est aussi dévoiler le contenu même de son idée d’eurorégion. L’action collective ne peut pas se permettre d’en faire l’économie.

27Dans cette perspective apparaît une nouvelle fonction médiatique majeure du journal eurorégional. Elle correspond, du moins dans un premier temps, à une démarche en deux temps susceptible de dévoiler le contenu d’une idéologie territoriale (Vant, 1981) : le repérage des images spécifiques de cette eurorégion et leur mise en vue.

28À ce titre, la carte géographique de l’eurorégion qui accompagne le titre du journal, l’image du Danube, les « pubs » de l’industrie agricole sont autant de tentatives de dévoiler le contenu de l’idée de l’eurorégion appelée « le Danube de l’Est ». Certes, le simple repérage d’images afin de concrétiser l’idée de l’eurorégion est insuffisant. Mais, il ouvre la voie à l’analyse des images eurorégionales et à l’étude des mécanismes qui permettront à la longue de les reconnaître comme « produits » locaux.

Indiquer les scènes du pouvoir politique

29L’idée d’eurorégion est inséparable des scènes, ou niveaux, du pouvoir politique. Mais l’idée d’eurorégion brouille l’ordre habituel et en ignore les dépendances discursives. Elle s’est affranchie de l’obligation de démarquer la hiérarchisation de ces scènes (ou niveaux) : européennes, nationales, locales. Apparaissent, alors, deux phénomènes : les discours du pouvoir politique qui s’exerce sur toutes les scènes eurorégionales sont frappés d’incertitude et d’imprécision alors que les discours européens et nationaux qui cherchent à s’approprier les scènes eurorégionales sont davantage plus précis quant à l’idée d’eurorégion.

30Le journal ne médiatise pas, pour de nombreuses raisons, le discours idéologique européen ou national sur l’eurorégion. Il ne médiatise pas ce discours. Sans doute par crainte de l’interférence ou de la concurrence des discours dont les références sont nationales ou européennes. Par contre, le journal, dans sa rubrique intitulée « Provocations européennes », fera référence au pouvoir politique qui relève des différentes instances ayant un lien direct avec l’eurorégion : la Commission européenne, le Parlement européen, le Parlement de Sofia.

31Le journal ne médiatise pas davantage le discours idéologique eurorégional sur l’eurorégion. Comme pour les discours européens et nationaux, il se satisfait d’associer la scène qui l’accueille — le conseil eurorégional, le conseil général, le conseil municipal — à un contexte d’action précis.

Conclusion

32Dans le processus de régionalisation dont il participe, Le Danube de l’Est est à plusieurs titres — arpentage informationnel de l’espace géographique, médiatisation du développement économique local, naturalisation du contenu idéologique de la région — un outil de production d’espace. Cependant, si régionaliser ce n’est pas uniquement un processus de production d’espace, mais aussi un processus d’attribution d’un territoire à l’espace produit, alors la contribution de ce journal à la production d’un territoire régional apparaît comme une hypothèse à mettre désormais à l’épreuve.

Haut de page

Bibliographie

CASSIRER, E. (1972), La philosophie des formes symboliques. La pensée mythique, Paris, Minuit.

CERTEAU, M. de (1990), L’invention du quotidien. Art de faire, Paris, Gallimard.

DEBRAY, R. (1994), Manifestes médiologiques, Paris, Gallimard.

GUMUCHIAN, H. (1991), Représentations et aménagement du territoire, Paris, Anthropos.

DI MEO, G. (1998), Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

PAVLOV, A. (2004), « Fara granite » (Sans frontières), Dunarea de Est, n° 1, p. 1.

ROCHER, G. (1969), Introduction à la sociologie générale, Montréal, HMH/Hurtubise.

SANGUIN, A.-L. (1997), « Formation étatique, frontières et nationalité en Europe médiane », dans Recomposition de l’Europe médiane, Paris, SEDES, p. 63-97.

VANT, A. (1981), Imagerie et urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes.

Haut de page

Notes

1  Programme mis en place en 1989 pour assister les pays de l’Europe centrale et orientale dans leur transition vers le régime démocratique et l’économie de marché, ainsi que dans la préparation, depuis 1998, des pays candidats pour l’adhésion à l’Union européenne, dans le respect des critères de Copenhague, c’est-à-dire la stabilité des institutions démocratiques, le respect des droits de l’Homme, la protection des minorités, etc.

2  « […] l’arpentage, cet acte fondamental de limitation […] se rattache toujours à l’organisation sacrale de l’espace » (Cassirer, 1972 : 128).

3  Si le besoin de marquer une réitération donne lieu habituellement à des rituels commémoratifs ou à des célébrations, il serait exagéré d’associer la parution du journal à un rite surtout que sa fondation est récente et qu’il ne compte que peu de numéros.

4  Même après la création des deux États, le Danube ouvrait les frontières à l’établissement de nombreuses communautés bulgares en Roumanie et inversement. Durant l’entre-deux-guerres, dans un effort pour enrayer ce phénomène, la Roumanie avait voté une loi qui interdisait l’immigration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’eurorégion « Le Danube de l’Est »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1429/img-1.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 2. Le journal Le Danube de l’Est
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1429/img-2.png
Fichier image/png, 577k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefan Bratosin, « Le journal transfrontalier  », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 195-204.

Référence électronique

Stefan Bratosin, « Le journal transfrontalier  », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 06 mai 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1429 ; DOI : 10.4000/communication.1429

Haut de page

Auteur

Stefan Bratosin

Stefan Bratosin est Professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication, Laboratoire d’Études et Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS), Université Paul Sabatier, Toulouse 3. Courriel : stefan.bratosin@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org