Navigation – Plan du site
Recherches

L’UNESCO 

Des origines de la coopération internationale en matière d’informatique au contexte conflictuel de la création du programme intergouvernemental d’informatique
Abdelfettah Benchenna
p. 221-239

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans la problématique plus générale de l’internationalisation de la communication. Nous nous interrogeons (2002 et 2004) dans une perspective historique sur le rôle joué par les organisations internationales dans la coopération en matière des technologies de l’information et de la communication et sur les motivations de ces dernières à intégrer dans leurs préoccupations cette volonté affichée à aider les pays en voie de développement à s’approprier ces technologies et donc à « réduire la fracture numérique ».

2Nous traiterons plus particulièrement du cas de l’UNESCO et de l’intérêt qu’elle porte à la coopération internationale dans le domaine de l’informatique, en lien avec le contexte politique et géopolitique de cette organisation, et ce, depuis les premiers développements des ordinateurs.

3Notre question de départ peut être formulée ainsi : alors que l’UNESCO est une agence de l’ONU spécialisée dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture, comment et pourquoi s’est-elle intéressée aux questions liées aux technologies de l’information et de la communication et plus particulièrement à ce qu’on désigna, à partir de 1962, par informatique ? Comment a-t-elle intégré la question de l’informatique parmi ses préoccupations, dans un contexte géopolitique traversé dans un premier temps par la guerre froide, qui s’est traduite aussi par le retrait des États-Unis en 1985, puis plus récemment par les développements d’Internet, du multimédia, issus de la convergence des télécommunications, de l’informatique et des industries du contenu.

4L’UNESCO a lancé, depuis le début des années 1970, plusieurs programmes visant à favoriser une coopération entre pays membres en matière d’information, de communication et d’informatique : PII (Programme intergouvernemental d’informatique), PGI (Programme général de l’information) et le PIDC (Programme international pour le développement de la communication). Une question se pose, à ce niveau, pourquoi autant de programmes ? Ont-ils des objectifs différents ?

5Notre objectif est d’analyser rétrospectivement les enjeux de ces différents programmes afférents aux technologies de l’information et de la communication. Il ne s’agit pas de procéder à leur évaluation mais de comprendre le contexte dans lequel ils ont vu le jour. Ce texte est consacré plus particulièrement au Programme intergouvernemental d’informatique (PII).

6Nous chercherons, dans un premier temps, à apporter quelques éléments de réponses quant à l’origine de l’intérêt que porte l’UNESCO aux ordinateurs et à l’informatique. Celle-ci aurait porté très peu d’intérêt à la coopération internationale en matière d’informatique, et ce, jusqu’au milieu des années 1980. Nous en développerons les raisons, dans la première partie de ce texte.

7Dans un deuxième temps, nous traiterons du contexte de la création de son Programme intergouvernemental d’informatique en milieu des années 1980. Le lancement de celui-ci trouverait son origine dans un conflit déclaré entre le directeur général de l’UNESCO, Mohtar M’Bow, et le directeur général d’une organisation intergouvernementale : le Bureau intergouvernemental pour l’informatique. Telle est la deuxième hypothèse centrale de ce texte.

8Notre analyse s’appuie, bien entendu, à la fois sur les archives des différents programmes et sur des entretiens avec les responsables et hauts fonctionnaires ayant œuvré dans ce domaine.

L’UNESCO et son intérêt porté aux ordinateurs : la création du Centre international de calcul

9À travers les documents officiels de l’UNESCO, l’intérêt porté aux ordinateurs remonterait à 1946 (UNESCO, 1989). À cette date, le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations unies recommande la création d’organisations scientifiques internationales pour assurer la promotion des sciences, sur les plans national et international.

10L’UNESCO étudie entre autres possibilités celle de mettre en place un laboratoire international de calcul. La convention créant le Centre international de calcul (CIC), chargé de fournir les moyens de calcul aux scientifiques, est adoptée en décembre 1951. Son déploiement n’est effectif qu’en novembre 1961. Nous n’avons trouvé aucune explication sur le décalage entre la décision et la mise en œuvre intervenue avec si peu de candidats — 12 pays sur 72 pays membres de l’UNESCO à l’époque (UNESCO, 1999). Des hypothèses peuvent être émises, à ce propos, néanmoins.

Le manque d’expertise de l’UNESCO en matière d’ordinateurs

  • 1  Selon Philippe Breton, le mot informatique est inventé en 1962 par P. Dreyfus. Auparavant, on parl (...)

11Au début des années 1950, peu de pays membres de l’UNESCO se sentent concernés par les ordinateurs, tant au niveau de leur construction qu’au niveau de leur utilisation. Tout laisse penser que l’UNESCO est dans l’impossibilité de mobiliser les pays membres sur ce thème. Cela est lié probablement à l’état embryonnaire de ce que l’on appellera en 1962 « informatique »1 et à la quasi-absence d’experts permanents. Il faut rappeler que l’UNESCO est une organisation spécialisée dans les secteurs de l’éducation et des sciences, qui fait partie du système des Nations unies. Elle ne commencera à s’intéresser à d’autres secteurs comme celui des médias qu’en 1962. Cette nouvelle préoccupation trouve probablement sa source dans la considération des médias comme moyen d’éliminer l’analphabétisme dans la majorité des pays, et plus particulièrement les pays du Tiers-Monde. Selon Armand Mattelart, l’intérêt de l’UNESCO pour les médias coïncide avec la publication d’un certain nombre d’ouvrages tels que The Achieving Society, de David McLelland (1961), Communication and Political Developement, dirigé par Lucien Pye (1963) et Mass Media and National Developement, de Wilbur Schramm (1964).

12Ce dernier auteur de nationalité américaine devient, dans les années 1960, l’expert attitré de l’UNESCO (Mattelart, 1992 : 178-179). Et encore ne s’agit-il que de radio et de télévision ; l’ordinateur, à l’état embryonnaire, n’a, à cette époque, rien d’un média. Dans les années 1950, l’UNESCO n’est donc pas en mesure de fournir une réelle expertise en matière d’ordinateurs.

Peu d’industriels et de politiques croient en un développement éventuel de l’utilisation des ordinateurs

13Peu d’industriels, bien placés pourtant, ont cru à une demande croissante d’ordinateurs. Christian Genthon précise (1995) que la demande est largement sous-estimée même dans les pays précurseurs (les États-Unis par exemple). Comme le rappelle Philippe Breton, les ordinateurs sont considérés par la plupart des intervenants comme un domaine réservé aux commandes publiques civiles et militaires des pays développés (Breton, 1987). Le marché reste alors limité. Les compétences en matière de construction d’ordinateurs se réduisent à peu de pays : États-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne fédérale et Japon. Si l’on cherche à appréhender la situation de la construction et de la demande d’ordinateurs dans ces quatre pays, et plus particulièrement aux États-Unis, nous constatons que les premières firmes américaines (Eckert Mauchly Compagny et Era) développant un produit en vue d’une activité commerciale font rapidement faillite. Elles sont rachetées, au début des années 1950, par Remington Rand, qui devient le premier constructeur d’ordinateurs avec l’UNIVAC 1. En situation de monopole, entre 1951 et 1954, les dirigeants de cette firme investissent pourtant peu dans cette activité. Sans croire véritablement au succès commercial des ordinateurs, d’autres constructeurs tels que NCR (National Cash Register) ou IBM (à l’époque, leader mondial de la mécanographie) réalisent des ordinateurs pour les marchés publics. Ces ordinateurs servent au calcul scientifique et à quelques applications de gestion. Dans un tel contexte, on peut difficilement imaginer comment des décideurs politiques peuvent promouvoir le développement de ce marché, et encore moins envisager d’autres applications, en particulier, les applications communicationnelles et pédagogiques, qui prendront par la suite un intérêt croissant.

Un accès restrictif pour bénéficier des services du CIC

14La troisième raison expliquant la difficulté de l’UNESCO à mobiliser les décideurs politiques autour de l’informatique réside dans l’accès restrictif et conditionnel aux services du Centre international de calcul. Les autres disciplines scientifiques de l’UNESCO bénéficient, en effet, automatiquement à tous ses États membres tandis que l’informatique est confiée à une organisation intergouvernementale spécifique. Pour bénéficier de ses services, les États doivent y adhérer et cotiser. Cette particularité est liée probablement au coût, très lourd, engendré par l’acquisition et l’exploitation du matériel. À l’époque, les matériels d’un même constructeur, comme IBM, sont incompatibles entre eux. En 1965, plus de 40 % des coûts totaux de développement d’une gamme de produits (Genthon, 1995) sont liés au développement des logiciels. Ni l’UNESCO ni les pays membres ne sont aptes à les supporter et à installer une coopération internationale en matière d’informatique. De plus, certains pays déjà avancés n’estiment peut-être pas cette adhésion indispensable.

Le retrait progressif de quelques pays membres du CIC

  • 2  Parmi les ordinateurs de début de troisième génération, mentionnons le Burroughs B5500, les CDC 60 (...)
  • 3  Avant la commercialisation de cette gamme, « les ordinateurs de marques différentes et même d’une (...)

15Nous formulons cette quatrième hypothèse à partir d’un document émanant de l’UNESCO où nous pouvons lire (UNESCO, 1989) que faute de moyens, le Centre international de calcul (CIC) recentre son activité sur la théorie des graphes et la recherche opérationnelle. Ce même document nous apprend que plusieurs pays adhérents se sont retirés du CIC. Pourquoi ? Le document de l’UNESCO, précité, ne fournit pas de réponse. On suppose, toutefois, que ce retrait est lié au développement de la fabrication d’ordinateurs et à l’élargissement du champ de leur utilisation. En effet, avec la diffusion des machines de troisième génération2, le CIC commence à perdre sa raison d’être peu à peu. Cette nouvelle gamme de matériels se caractérise par la comptabilité ascendante, la rapidité de calcul, la capacité à répondre aux problèmes aussi bien de gestion que scientifique et notamment la réduction des coûts d’exploitation et de développement de nouvelles applications3. Tant que les coûts d’exploitation des anciennes générations sont importants, la plupart des pays industrialisés ont besoin de la coopération internationale, auquel cas, ils se retirent. La France, en l’espèce, membre depuis 1958, quitte le CIC en 1968 pour y retourner en 1973, au moment de la restructuration de l’organisation qui portera désormais le nom de Intergouvernemental Bureau for Informatics (IBI). Cette restructuration coïncide elle aussi avec l’apparition des micro-ordinateurs. Est-ce pour cette raison que les responsables du CIC veulent restructurer l’organisation ? Nous nous proposons de développer ces éléments maintenant.

De la restructuration du CIC aux raisons de la disparition du Bureau intergouvernemental pour l’informatique

Les raisons de la transformation du CIC en Bureau intergouvernemental pour l’informatique

16En 1974, le CIC se restructure et devient l’IBI. S’agit-il d’un changement de dénomination tout court ou d’un changement plus profond ? Selon les dirigeants, cette restructuration est liée à l’importance sociale et économique que prend, dorénavant, l’informatique. Par son introduction dans l’administration, la défense nationale, les services publics, l’économie et le commerce, l’informatique devient un phénomène politique, économique et social à l’échelle internationale (IBI, 1985) qui coïncide :

  1. d’une part, avec la crise de l’énergie de 1973. L’information est de plus en plus perçue comme une nouvelle énergie, source de pouvoir et de richesse. L’IBI voit là un moyen pour les pays du Tiers-Monde de passer directement à la société postindustrielle en s’épargnant la phase d’industrialisation des pays industrialisés. À cette date, l’industrie informatique est une des seules à maintenir un fort taux de croissance et porte l’espoir de relance économique avec l’industrie des télécommunications (Breton, 1987) ;

  2. d’autre part, avec la création du microprocesseur, en 1971. L’arrivée de la micro-informatique, au début des années 1970, pousse les dirigeants du CIC à relancer cette structure, nous semble-t-il. Ils souhaitent s’intéresser plus particulièrement aux pays du Tiers-Monde, car l’une des caractéristiques de cette nouvelle génération reste son coût très attractif à l’inverse des gros systèmes d’autrefois. Les responsables de l’IBI vont d’ailleurs jusqu’à pousser certains pays du Tiers-Monde à se doter d’une industrie de montage de micro-ordinateurs.

17Selon les documents officiels, c’est Ferman Bernasconi, directeur général du CIC depuis 1967, qui est à l’origine de cette restructuration. Nous pouvons noter, néanmoins, une coïncidence avec la réintégration de la France et de l’Espagne au sein de l’organisation internationale, en 1973. La restructuration de l’IBI a lieu un an plus tard. La France et l’Espagne vont contribuer respectivement l’une à hauteur de 30 % et l’autre à hauteur de 14 % au budget du Bureau intergouvernemental pour l’informatique. Ces deux pays sont probablement à l’origine de cette restructuration et leur intérêt serait de trouver dans cette organisation internationale un relais pour leur industrie informatique. Précisons pour le cas de la France que l’année 1974 a connu aussi la création de la Direction des industries électroniques et informatiques (DIELI) dépendant du ministère de l’Industrie. Un des hauts fonctionnaires de cette direction est nommé directeur adjoint de l’IBI, jusqu’en 1982.

18Par ailleurs, l’UNESCO reste à la fois dépositaire de la convention de l’IBI et membre permanent de son conseil d’administration et de son assemblée générale. Une relation particulière et unique entre deux organisations internationales, comme le précise le directeur général de l’UNESCO en 1984 (IBI, 1984), un lien entre deux organisations internationales qui semble être en partie d’ailleurs à l’origine de la disparition de l’IBI en 1987.

19Nous ne traiterons pas ici de l’IBI (Benchenna, 2002 et 2004). Nous nous intéresserons néanmoins aux relations qu’elle a pu entretenir avec l’UNESCO. Une certaine concurrence entre les deux organisations dans le domaine de l’informatique commençait à voir le jour, et ce, dès 1978, lors de l’organisation conjointe de la première conférence internationale portant sur les stratégies et les politiques nationales en matière d’informatique, SPIN, tenue en Espagne en 1978.

L’UNESCO méfiante vis-à-vis du directeur général de l’IBI

20Nous l’avons précisé plus haut, l’UNESCO est à l’origine de la création de l’IBI. Elle siège, en outre, à la fois à l’assemblée générale et au conseil d’administration de l’IBI. Elle est aussi le dépositaire de la convention instituant l’Intergouvernemental Bureau for Informatics.

21Il ne serait pas exagéré de soutenir ici que l’UNESCO a toujours entretenu des relations de méfiance vis-à-vis de l’IBI et de son directeur général, Fermin Bernasconi. L’UNESCO voyait en l’IBI une organisation cherchant à s’emparer d’un domaine qu’elle considérait le sien. Attardons-nous un peu sur ce point pour essayer de comprendre les raisons de cette méfiance qui s’est soldée par des conflits déclarés entre les deux organisations ; par la disparition de l’IBI en 1987 et par la création du Programme intergouvernemental d’informatique.

22C’est en 1978 que l’UNESCO et l’IBI organisent conjointement une conférence intergouvernementale sur les stratégies et les politiques en informatique, connue sous le nom SPIN. Les deux organisations voient dans l’informatique un nouveau moyen de développement et cette conférence a pour but de sensibiliser davantage la communauté internationale et de « promouvoir une nouvelle ère de coopération qui prenne plus en compte les besoins des pays du Tiers-monde en ce qui concerne l’utilisation de l’outil informatique au service du développement » (UNESCO, 1989).

23Les rapports conflictuels entre l’IBI et l’UNESCO naissent à ce moment-là. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les interventions des deux directeurs généraux respectifs (UNESCO-IBI, 1978).

24C’est ainsi que Fermin Bernasconi, directeur général de l’IBI, met en avant son organisation, lors du discours de clôture de cette conférence :

[…] de toute manière, nous sommes prêts à relever le défi. Toutes vos recommandations, sans exceptions, seront analysées et évaluées et, ce qui est encore plus important, Messieurs, elles seront intégrées dans le projet de programme et du budget 1979-1980. Cette souplesse et cette rapidité de réaction sont l’une des compensations, entre autres, que nous tirons du fait d’être une petite organisation (UNESCO-IBI, 1978 : 68).

25De son côté, Amadou Mohtar M’Bow, directeur général de l’UNESCO, insiste sur la portée internationale de l’UNESCO et sur les rôles respectifs de chacune des deux organisations, dans le domaine de l’informatique. La quasi-totalité de son intervention est consacrée à différencier l’UNESCO (organisation internationale) de l’IBI (organisation intergouvernementale).

L’UNESCO est une organisation internationale du système des Nations unies, créée en vertu de la charte qui régit l’ensemble des institutions du système des Nations Unies, une organisation universelle qui compte à l’heure actuelle 145 États membres dont les programmes sont approuvés par l’ensemble des États membres, auxquels il est rendu compte de leur exécution. L’IBI est une organisation intergouvernementale groupant, à l’heure actuelle, 26 membres, qui sont membres de l’UNESCO. […] Organisation intergouvernementale, l’IBI a parfaitement le droit de concevoir des programmes et de les appliquer mais il ne faudrait pas que ses États membres veuillent, à travers cette conférence, placer sur le même pied d’égalité une organisation intergouvernementale limitée et une organisation internationale (UNESCO-IBI, 1979 : 20).

L’UNESCO très peu disposée à œuvrer dans le domaine de la coopération en matière d’informatique

26En 1978, l’UNESCO n’est pas prête à s’investir dans le domaine de l’informatique. Probablement parce qu’elle ne dispose pas de l’expertise nécessaire en la matière. Parallèlement, l’organisation d’une conférence avec l’IBI, portant sur les politiques et les stratégies informatiques, lui permet à la fois d’afficher sa présence dans un domaine jugé, par les pays membres de l’UNESCO, d’une importance capitale et de maîtriser ses relations avec l’IBI. L’UNESCO est dépositaire de la convention qui a permis à l’IBI de voir le jour.

27En effet, c’est seulement après la conférence SPIN que l’UNESCO entreprend de s’intéresser aux réclamations de ses pays membres en la matière et, plus particulièrement, celles des pays du Tiers-Monde et se préoccuper de son concours à ces pays dans ce domaine.

28La seule action à son actif durant la décennie 1970 reste son engagement dans la mise en place du système UNISIST. C’est en tout cas l’unique référence citée par le directeur général de l’UNESCO, dans son discours d’ouverture de la conférence SPIN :

  • 4  UNESCO, allocution de M. Amadou-Mahtar M’BOW à l’ouverture de la Conférence intergouvernementale s (...)

C’est depuis près d’une décennie que l’UNESCO, ayant pris conscience des possibilités offertes par les banques de données d’information scientifiques et techniques et technologiques, a encouragé notamment la mise en place d’un réseau mondial UNISIST. […] L’UNISIST, ouvert à l’ensemble des États membres de l’UNESCO, facilite ainsi l’accès des pays en développement aux nouveaux progrès de la science et aux technologies les plus appropriées à leurs besoins4.

29Remarquons que le directeur général de l’UNESCO associe, à son tour, « information » à « informatique ».

[…] sur les nouvelles modalités à envisager pour le programme de l’UNESCO en matière d’informatique (UNESCO, s.d.).

30Un autre élément nous permet de renforcer notre hypothèse concernant le peu d’intérêt que porte l’UNESCO à l’informatique, durant la décennie 1970. Il s’agit, en l’occurrence, de tentatives de coopération et de coordination entre les deux organisations (UNESCO et IBI), visiblement prévues depuis fort longtemps, mais n’ayant pas abouti. Dans le document précité, on peut lire les propos suivants:

Il est manifeste qu’une coordination de ce programme [celui de l’IBI] avec celui de l’UNESCO est souhaitable. C’était dans le contexte d’un accord conclu en 1964 que consultations et projets allaient se faire pour l’organisation de la conférence intergouvernementale sur les stratégies et les politiques en informatique (UNESCO, s.d.).

31Avec la tenue de la conférence SPIN, l’UNESCO commence à afficher son intérêt pour l’informatique, perçue désormais comme un phénomène politique. Pour le directeur général de l’UNESCO, l’intérêt réside dans l’incidence de l’informatique sur la culture et le développement social des différents peuples. Au-delà, il évoque les types de services que l’UNESCO peut offrir aux pays membres. Une tentative de concurrencer l’IBI transparaît de la sorte.

Si des États membres demandent expressément que des études soient faites pour ce qui les concerne particulièrement, l’UNESCO le fera, avec bien entendu des spécialistes nationaux comme des spécialistes d’autres parties du monde (UNESCO-IBI, 1978 : 21).

32L’UNESCO entreprend donc, à son tour, des actions destinées aux pays du Tiers-Monde alors qu’elle est à l’origine de la création de l’IBI. Entre 1978 et 1982, la concurrence entre les deux organisations se matérialise.

33Premièrement, par l’intérêt affiché pour l’informatique, lors de la vingt et unième session de la conférence générale de l’UNESCO, tenue à Belgrade, en 1980. Dans les actes de cette conférence, et plus particulièrement dans une rubrique intitulée « Impact des progrès de l’informatique sur les programmes de l’UNESCO », il est question de féliciter l’UNESCO laquelle :

[…] mesure de mieux en mieux l’importance des progrès récents de l’informatique, des microprocesseurs et des ordinateurs

34et

[…] d’inviter les États membres à utiliser l’UNESCO comme instrument d’information mutuelle sur les faits nouveaux concernant l’informatique, les microprocesseurs et les ordinateurs ainsi que leur impact sur la société, dans les domaines de compétence de l’organisation (UNESCO, 1980 : 124-125).

35Deuxièmement, par la création d’une section informatique de l’UNESCO au sein de la division de la recherche et de l’enseignement supérieur scientifique sur les bases d’orientations définies par les experts de la société de service CGI :

  • enseignement et formation du personnel ;

  • transfert et adaptation de la technologie ;

  • développement de la coopération internationale ;

  • renseignement sur l’informatique ;

  • programme en matière de microprocesseurs et de mini-ordinateurs ;

  • et finalement, par des études de faisabilité ayant pour but de créer des centres d’information régionaux, lesquels ne diffèrent guère de ceux que l’IBI commence à mettre en place. Des missions au niveau national prennent forme par exemple au Gabon et en Jordanie (UNESCO, 1982).

Le lancement d’un programme concurrent à l’IBI : le PII

  • 5  Autrefois vice-président directeur général du groupe CSF, avant sa fusion avec Thomson, et directe (...)

36En 1984, un comité intergouvernemental intérimaire est créé sous la responsabilité d’André Danzin5, de nationalité française. Sa tâche consistera à coordonner le Programme intergouvernemental d’informatique (PII) de l’UNESCO, officiellement créé en 1986. Au moment où l’IBI commence à connaître de grandes difficultés, le programme de l’UNESCO s’organise.

37Avant le démarrage officiel de ce programme, l’UNESCO a consacré un million de dollars au titre du budget 1984-1985, pour des actions dans le domaine de l’informatique. Son programme destiné à l’ensemble des États du monde fait bien souvent fonction de double emploi avec celui de l’IBI, dont le domaine d’intervention reste incontestablement plus réduit (Girard, 1983).

38La position de l’UNESCO à l’égard de l’IBI est difficile à saisir par différents aspects. Elle est bel et bien à l’origine de la création de l’IBI et elle consent à la nécessité de travailler en coopération (pendant toute la période 1982-1986).

39Mais parallèlement, elle entreprend de concurrencer l’IBI sur son terrain

40Quelques pays du Tiers-Monde (le Maroc, Madagascar et Cuba) ne tarderont pas à voir dans ce chevauchement d’intervention une forme de gaspillage. Lors de la 47e session du conseil d’administration, ces trois pays se déclarent préoccupés par le fait que l’UNESCO et l’IBI développent de part et d’autre un programme en informatique. Le Maroc, qui siège au conseil d’administration de l’IBI, évoque la double contribution pour une même action (Zyss, 1982).

41Que l’UNESCO veuille accorder son soutien aux pays du Tiers-Monde en matière d’informatique nous interpelle. Quelle est donc sa légitimité pour s’arroger le droit d’empiéter sur un domaine dans une organisation internationale à l’unique vocation ?

42Les responsabilités de l’UNESCO s’articulant autour du développement de la culture, de l’éducation et des sciences et la polysémie du terme d’informatique seraient responsables de cet empiètement. Le registre des définitions de l’informatique comprend

  • la science du traitement rationnel de l’information ;

  • une technologie particulière faisant partie d’un ensemble plus global appelé technologie de l’information et de la communication ;

  • un phénomène politique ;

  • un moyen de développement agissant dans d’autres secteurs ;

  • un pouvoir.

L’informatique ouvre des perspectives si grandes aux sociétés modernes, que négliger de s’en s’assurer la maîtrise équivaudrait en fait, à plus ou moins long terme, à vivre dans une sorte de subordination permanente (UNESCO, 1978).

43Ces multiples dimensions sont réunies dans un document, émanant de l’UNESCO et qui précise que

[…] l’informatique [est considérée] non seulement comme un domaine important de la recherche, de l’éducation et du développement technologique mais aussi [dans] ses applications et de son rôle dans des domaines [tels que ceux] des sciences, de l’éducation, de l’agriculture, des communications et de l’information en général (UNESCO, 1982).

44Dans le contexte historique, les discussions autour du nouvel ordre mondial de l’information et de la communication sont à prendre en compte. L’UNESCO ne voit-elle pas dans l’informatique, associée aux télécommunications, un moyen favorable au nouvel ordre mondial de l’information et de la communication ? Mohtar M’Bow, dans son discours inaugural lors de la conférence sur les stratégies et politiques informatiques, en 1978, y fait référence.

Une dépendance dans le domaine de l’informatique peut entraîner, dans son sillage, un éventail croissant de servitude dans de multiples domaines.

Le projet d’organisation d’une deuxième conférence SPIN

45Entre 1978 et 1982, l’intérêt de l’UNESCO pour l’informatique se confirme de plus en plus. Son opposition à la planification d’une deuxième conférence sur les stratégies et politiques nationales informatiques, souhaitée par l’IBI, va accentuer les divergences entre les deux organisations. En 1981, les responsables de l’IBI appellent, en effet, à la tenue d’une deuxième édition de la conférence sur les stratégies et politiques informatiques, prévue en 1983, à la Havane.

46Pour préparer cette manifestation, l’IBI multiplie les études intersectorielles. L’organisation de Bernasconi s’entoure d’experts opérationnels dans plusieurs journées d’études relatives à l’informatisation des pays du Tiers-Monde (éducation, agriculture, etc.). On peut citer en particulier des membres du Club de Rome tels que Aurélio Peccei, Bertrand Schneider, Mahdi Elmandjra, Alexander King, James Botkin ou Mustapha Bouarfa, ancien haut fonctionnaire algérien.

47Cette conférence sera reportée à l’année suivante, puis préparée au cours des années 1982-1984. Toutefois, elle ne se tiendra jamais.

48Le directeur de l’IBI est soupçonné, par l’UNESCO, de vouloir organiser cette conférence sans faire appel à l’organisation mère ou tout au moins, réduire son implication à une organisation quelconque. L’enjeu pour l’IBI, selon l’UNESCO, est d’utiliser la conférence SPIN II pour devenir une organisation internationale spécialisée. Dans un rapport rédigé par le représentant de l’UNESCO à la 47e session du conseil d’administration de l’IBI, on peut lire :

Il apparaît nettement, à la lumière des travaux de cette session du conseil d’administration de l’IBI, que M. Bernasconi se voit déjà à la tête d’une importante organisation internationale, de préférence une institution spécialisée, et qu’il entend utiliser la conférence SPIN II pour promouvoir ses objectifs. Il n’est pas clair quelles sont ses véritables intentions en ce qui concerne la coopération avec l’UNESCO pour la préparation de cette conférence. Tout semble indiquer qu’il ne reculera devant aucun moyen pour faire de SPIN II son affaire, soit en en multipliant les obstacles et les difficultés au point qu’aucun accord entre l’UNESCO et l’IBI n’apparaîtra réalisable, soit — s’il ne peut éviter la participation de l’UNESCO — en essayant de se servir de notre organisation comme un tremplin pour promouvoir ses propres ambitions.

49Pour l’UNESCO, la conférence sur les stratégies et les politiques informatiques est « une marque de fabrique commune à l’UNESCO et à l’IBI » (Zyss, 1982). Bernasconi perçoit les choses différemment : son organisation avait créé cette appellation avant même la conférence SPIN I.

50De prime abord, un conflit entre une organisation internationale telle que l’UNESCO et une autre bien moindre peut sembler dérisoire, mais l’enjeu est d’une importance capitale. La divergence se situe en fait à un autre stade. L’UNESCO voit dans cette deuxième conférence le moyen pour le directeur général de l’IBI d’asseoir les fondements d’une grande organisation totalement indépendante de l’UNESCO et peut-être une organisation spécialisée. Par la même occasion, l’UNESCO perdra le secteur de l’informatique, où l’IBI commence à occuper une place conséquente.

51L’intervention du représentant de l’UNESCO, lors de la 47e session du conseil d’administration de l’IBI, nous fournit une position sans ambiguïté. Il réitère, en effet, ce que son directeur général avait précisé lors de la conférence SPIN I :

L’UNESCO a une responsabilité à l’égard de ses états membres — bien plus nombreux que ceux de l’IBI — et, plus généralement, une responsabilité d’ensemble, au sein du système des Nations-Unies, pour la science et la technique. Elle ne peut donc se désintéresser de l’informatique (Zyss, 1982).

52L’UNESCO n’est pas prête à laisser le secteur de l’informatique à l’IBI. Son rayonnement international avec ses spécialisations dans le domaine des sciences et de la culture au sein du système des Nations unies ainsi que le poids de ses États membres sont essentiels.

L’UNESCO est convaincue qu’il est dans l’intérêt de la communauté internationale que SPIN II bénéficie du concours des deux organisations, l’UNESCO est en mesure d’y apporter son universalité, la place qui est la sienne au sein du système des Nations unies, ses liens étroits avec les milieux scientifiques et les ressources intellectuelles de son secrétariat.

53Par ce biais, l’UNESCO va trouver une légitimité à son action, en prenant appui entre autres sur le retrait de la France de l’IBI. Ce pays va présider le futur Programme intergouvernemental d’informatique, mis en place par l’UNESCO, devenu officiel à partir de 1986.

54Outre les conflits engendrés par les préparatifs de la deuxième conférence, l’UNESCO reproche certains faits à Bernasconi. Nous citerons plus particulièrement la modification de la convention de l’IBI et les tentatives de rapprochement de l’IBI de l’ONU, sous couvert de l’UNESCO.

Le projet de révision de la convention de l’IBI

55Le rapport du représentant de l’UNESCO à la 47e session du conseil d’administration de l’IBI est très clair : le directeur général de l’IBI tente de relâcher les liens institutionnels et juridiques de son organisation avec l’UNESCO. En 1980, un comité pour la révision de la Convention de l’IBI est créé. On y discutera, entre autres, de la légitimité de l’UNESCO au sein de l’IBI. Y a-t-il des raisons fondamentales pour que l’UNESCO demeure membre de l’assemblée générale et du conseil d’administration de l’IBI ?

L’IBI, une organisation spécialisée en informatique de l’ONU ?

  • 6  Article 57

56Pour les responsables de l’IBI, leur organisation trouve son origine dans l’ONU (IBI, 1985 : 6-8). Le premier chaînon de filiation de l’IBI à l’organisation remonte à 1945, dans les articles 57 et 636 de la Charte des Nations unies. En 1982, Bernasconi propose un projet l’autorisant à négocier avec l’organisation des Nations unies des accords permettant à l’IBI de participer en tant qu’observateur aux sessions des institutions et aux activités de l’ONU telles que l’assemblée générale et le Conseil économique et social. L’UNESCO ne participera pas au vote de ce projet. L’enjeu de cette opération serait une recherche de reconnaissance auprès de l’ONU pour que l’IBI devienne une organisation spécialisée en informatique et pour briser les liens avec l’UNESCO, par la même occasion.

57L’UNESCO soupçonne, en effet, le directeur général de l’IBI de se voir, d’ores et déjà, à la tête d’une organisation internationale spécialisée dépendante de l’ONU. Pourtant, dans un document édité par l’ONU (1971), il est mentionné des activités entreprises par différentes organisations du système des Nations unies (FAO, OIT, OMM, UNESCO, OMS, PNUD, ONUDI) en matière d’informatique, dans le but du développement des pays du Tiers-Monde.

58Pour l’UNESCO, par exemple, ce document fournit des informations sur les activités informatiques :

  • dans les sciences où l’étude des ordinateurs est considérée comme moyen de recherche en matière de politique scientifique ;

  • dans l’enseignement où l’utilisation des ordinateurs est mise à profit de l’administration, de la planification et de l’enseignement dans le système scolaire ;

  • dans la communication (la recherche et la formation en matière documentaire ; l’automatisation des bibliothèques ; l’établissement de modèles par ordinateur ; l’enseignement personnel, scientifique et technique ;

  • dans les sciences sociales, les sciences humaines et la culture.

59On peut concevoir, à partir de ces éléments, que l’ONU ne perçoit pas l’informatique comme une spécialité à part entière, mais comme un domaine transversal qui touche l’ensemble des secteurs à la fois. Il est clair qu’il y a là divergence entre l’IBI et l’ONU quant à leur conception de l’informatique. Dans ce même document, l’ONU refuse même de se prononcer sur l’avenir de l’IBI :

  • 7  Bureau intergouvernemental pour l’informatique – Centre international de calcul.

Le groupe de travail du CCASTD [Comité consultatif sur l’application de la science et de la technique au développement] s’est posé la question de savoir ce que le rapport du Secrétaire Général devrait indiquer au sujet du BII-CIC7. Il a été convenu qu’une description du caractère essentiellement historique serait suffisante. Puisqu’il n’était pas demandé au Secrétaire Général d’exprimer une opinion sur l’avenir du BII-CIC en tant que tel, ni de porter un jugement sur l’aptitude de cette organisation à remplir les fonctions qu’elle envisage présentement exercer, le Groupe de travail du CCASTD a été d’avis qu’il serait déplacé de présenter des opinions sur ces points. Cela ne devrait pas empêcher le BII-CIC d’être l’une des sources d’aide aux pays en voie de développement. L’avenir du BII-CIC devrait être déterminé par son propre organisme de direction (ONU, 1971 : 108).

60Un point d’ombre subsiste, toutefois, car Bernasconi souhaite que l’IBI soit reconnue, à long terme, comme une organisation spécialisée dans l’informatique, à l’image de l’IUT, au sein du système onusien. En témoigne son intervention à la conférence SPIN I en 1978.

[En ce qui concerne] la transformation éventuelle de l’IBI [évoquée par le directeur général de l’UNESCO] en une institution spécialisée des Nations Unies. […] Mon opinion personnelle [est que] tout fruit encore vert provoque une indigestion, de même tenter de définir dès à présent l’avenir de l’IBI — son avenir institutionnel — […] me paraît prématuré et risque de compromettre son développement futur. J’estime donc que ce sujet n’est pas d’un intérêt actuel, mais en revanche la vraie question qui se pose c’est de trouver les moyens pour que l’IBI, jusqu’au jour où ces conditions seront réunies. Jusqu’au jour où ces conditions pourront être réunies, travaille côté à côte et en harmonie avec l’UNESCO (UNESCO-IBI, 1979 : 21).

61Parallèlement aux relations difficiles entre l’UNESCO et l’IBI, plusieurs pays vont se retirer de l’organisation intergouvernementale, durant la période 1982-1986. Il n’est pas à exclure que ces difficultés aient contribué à ces retraits, lesquels ont affecté la pérennité de l’IBI. Le retrait le plus conséquent est celui de la France, qui participe à hauteur de 30 % du budget de l’organisation intergouvernementale. La France a, en effet, présenté son préavis de retrait, fin 1982, période où les relations entre l’IBI et l’UNESCO commencent à devenir conflictuelles.

  • 8  Allocution de F. Mayor à l’occasion de l’ouverture de la 8e session du conseil intergouvernemental (...)

62En 2000, l’UNESCO met fin au Programme intergouvernemental d’informatique ainsi qu’à un autre programme, le Programme général d’information (PGI), pour les remplacer par un programme unique : Information pour tous. Cette restructuration est justifiée par « la convergence croissante de l’information et de l’informatique » (UNESCO, 2000) et s’inscrirait dans la nouvelle stratégie en matière de communication au sein de l’UNESCO, entamée en 1989. Cette fusion souhaitée par Frederico Mayor8 depuis 1990 n’aurait abouti que partiellement.

Haut de page

Bibliographie

BENCHENNA, Abdelfettah (2002), « La coopération en matière d’informatique, une entreprise difficilement réalisable : l’expérience du Bureau Intergouvernemental pour l’Informatique », dans Actes du colloque Aconit.

BENCHENNA, Abdelfettah (2004), « Réduire la fracture numérique : une croyance récurrente des organisations internationales ». Communication au colloque Fractures numériques, Paris, novembre.

BRETON, Philippe (1987), L’histoire de l’informatique, Paris, La Découverte.

GENTHON, Ch. (1995), Croissance et crise de l’industrie informatique mondiale, Paris, Syros.

GIRARD (M) (1983), Rapport sur la situation de l’IBI adressé à l’intention du Directeur général de l’IBI, 1er juin.

IBI (1984), News Letter, no 20, novembre.

IBI (1985), « L’IBI, une brillante prémonition des Nations Unies », Agora, nº 12, p. 4-8.

MATTELART,Armand (1992), La communication-monde : histoire des idées et des stratégies, Paris, Éditions La Découverte/textes à l’appui, série histoire contemporaine.

ONU (1971), Les activités des organisations des Nations Unies en matière d’application de l’informatique au développement. Les techniques d’informatique au service du développement, New York.

UNESCO (1978), Discours d’ouverture du Directeur Général de l’UNESCO au cours de la conférence sur les stratégies et politiques en informatique, Microfiche DG/78/17.

UNESCO (1982), Application des recommandations de la première conférence intergouvernementale sur les stratégies et les politiques en informatique, F/1982/89.

UNESCO (1989), Conseil Exécutif, Coopération Nord-Sud dans le monde de l’informatique, Conseil exécutif, 131e session, 131 Ex/22, Paris, 5 avril.

UNESCO (2000), 160 EX/17 Rev, document du conseil exécutif, octobre.

UNESCO (s.d.), Éléments pour la préparation du texte à soumettre au conseil exécutif à sa 13ème session, relatif à la deuxième conférence intergouvernementale sur les stratégies et les politiques en informatique.

UNESCO, Actes de la Conférence Générale, Vingt et unième session, Belgrade, 23 septembre/28 octobre, (document consulté à partir du site www.unesco.org).

UNESCO-IBI (1978), Les stratégies et les politiques en informatique : rapport final, Torremolinos.

UNESCO-IBI (1979), Rapport final de SPIN I.

ZYSS, W. (1982), Rapport sur la 47ème session du conseil d’administration de l’IBI (Rome 9-11 novembre 1982), 25 novembre.

Haut de page

Notes

1  Selon Philippe Breton, le mot informatique est inventé en 1962 par P. Dreyfus. Auparavant, on parle de calculateurs électroniques numériques.

2  Parmi les ordinateurs de début de troisième génération, mentionnons le Burroughs B5500, les CDC 6000 et 3300, les IBM 360, l’UNIVAC 1108, les Honeywell 200, le RCA Spectra 70, le NCR Century et les G.E. 400 et 600. De 1969 à 1975, les ordinateurs IBM de la série 370, le CDC Cyber 70, les Honeywell 2000 et 6000, les UNIVAC 1110 et 9400 (source : http://www.scedu.umontreal.ca/histoiredestec/histoire/chap4.htm).

3  Avant la commercialisation de cette gamme, « les ordinateurs de marques différentes et même d’une même marque n’étaient pas compatibles. On devait réécrire les programmes quand on changeait de type de machine. De plus, la plupart des périphériques étaient propres à une machine en particulier. IBM décida donc de mettre au point une famille d’ordinateurs à travers laquelle les programmes et les périphériques seraient interchangeables, la famille des IBM/360. Le plus petit des ordinateurs de la famille pouvait faire 33 000 additions à la seconde et le plus gros, 2 500 000. La famille offrait entout 19 combinaisons de vitesse de calcul et de capacité de mémoire sans compter les quelque 44 périphériques compatibles. Les IBM/360 étaient à base de circuits intégrés produits grâce à une méthode mise au point par IBM, qui lui, permettaient de placer de minuscules circuits sur des modules de céramique de 1 cm » (source : http://www.scedu.umontreal.ca/histoiredestec/histoire/chap4.htm).

4  UNESCO, allocution de M. Amadou-Mahtar M’BOW à l’ouverture de la Conférence intergouvernementale sur les stratégies et les politiques en informatique, Torremolinos, 6 septembre 1978.

5  Autrefois vice-président directeur général du groupe CSF, avant sa fusion avec Thomson, et directeur de l’Institut de recherche d’informatique et d’automatique et membre exécutif du Club de Rome.

6  Article 57

1. Les diverses institutions spécialisées, créées par accords intergouvernementaux et pourvues, aux termes de leurs statuts, d’attributions internationales étendues dans les domaines économique, social, de la culture intellectuelle et l’éducation, de la santé publique et d’autres domaines connexes, sont reliées à l’Organisation conformément aux dispositions de l’article 63

2. Les institutions ainsi reliées à l’Organisation sont désignées ci-après par l’expression « institutions spécialisées »

Article 62

1. Il peut coordonner l’activité des institutions spécialisées en se concentrant avec elles, en leur adressant des recommandations, ainsi qu’en adressant des recommandations à l’Assemblée Générale et aux membres des Nations unies.

7  Bureau intergouvernemental pour l’informatique – Centre international de calcul.

8  Allocution de F. Mayor à l’occasion de l’ouverture de la 8e session du conseil intergouvernemental du programme général d’information, 5 novembre 1990, 5 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelfettah Benchenna, « L’UNESCO  », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 221-239.

Référence électronique

Abdelfettah Benchenna, « L’UNESCO  », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1452 ; DOI : 10.4000/communication.1452

Haut de page

Auteur

Abdelfettah Benchenna

Abdelfettah Benchenna est Maître de conférences, 71e section, Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (Labsic), MSH Paris Nord, Université Paris 13. Courriel : benchenna@sic.univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org