Navigation – Plan du site
Articles

Les risques du journalisme dans les conflits armés

Aimé-Jules Bizimana
p. 84-111

Résumés

La recrudescence des atteintes à la sécurité des journalistes lors du récent conflit irakien a ouvert un débat sur les conditions d’exercice de la profession en situation de conflit armé. Journalistes, chefs de rédaction et organisations professionnelles ont été amenés à examiner la nécessité de la présence journalistique dans les conflits, le niveau de danger que cette présence implique et les moyens appropriés pour le réduire. Cet article examine la question des risques du journalisme en temps de conflit en la resituant dans le cadre général de la société du risque tel que décrite par les sociologues Ulrich Beck et Anthony Giddens.

Haut de page

Texte intégral

1La recrudescence des atteintes à la sécurité des journalistes lors du récent conflit irakien a mené à la résurgence du questionnement sur les conditions d’exercice de la profession de journaliste en situation de conflit armé. En un laps de temps relativement court, la guerre en Irak est devenue le conflit le plus meurtrier pour les journalistes irakiens et occidentaux. La détérioration des conditions de travail dans les zones de conflit force les journalistes, les chefs de rédaction et les organisations professionnelles à débattre sur la nécessité de la présence journalistique dans les conflits, sur la dangerosité que cette présence implique et sur les moyens d’atténuer le fardeau grandissant des risques.

2À l’instar des militaires qui mènent la guerre, les journalistes qui la rapportent le font au péril de leur sécurité et de leur vie. Ce contexte porteur de risques expose les journalistes directement ou indirectement à toutes sortes de dangers. Il est évident qu’un reporter assigné à la couverture des débats parlementaires encourt moins de risques qu’un envoyé spécial dépêché pour suivre les troupes militaires lors d’une expédition armée. En outre, l’évolution du journalisme et des médias, marquée par la révolution technologique et les contraintes commerciales, a conduit vers des dérapages qui pèsent sur les principes de l’information médiatique. La problématique des rapports entre journalisme et risque s’appréhende à travers l’ensemble des effets indésirables produits par les hasards de la guerre et par les dérives du champ journalistique ainsi que les menaces intentionnelles imputables aux acteurs des conflits.

3Cet article examine les risques du journalisme en temps de conflit en les resituant dans le cadre général de la société du risque telle que décrite par les sociologues Ulrich Beck et Anthony Giddens. Les caractéristiques de la société du risque offrent un cadre d’interprétation fécond aux mutations technologiques et à l’évolution des médias ainsi qu’aux nouveaux défis sécuritaires après l’événement charnière du 11 septembre 2001. Il s’agit d’explorer la diversité des risques encourus par les journalistes en termes d’effets induits principalement durant la guerre en Irak. Par ailleurs, l’article se penche sur les initiatives entreprises en vue de gérer les risques de plus en plus croissants qui menacent le libre exercice de la profession et différents instruments servant à la protection des journalistes, acteurs sociaux dans l’espace défini par le conflit et la guerre.

4La profession de journaliste doit en effet prendre en compte le calcul du risque dans son champ, mesurer sa probabilité, identifier ses facteurs et gérer ses effets. La réduction de l’incertitude à l’intérieur du champ journalistique passe notamment par la mise en place des mécanismes de gestion du risque tant sur le plan individuel que sur le plan institutionnel. À une époque où les micros et les caméras attirent le feu des belligérants, le dilemme entre le devoir risqué d’informer dans les conflits et le choix de ne plus y aller se pose avec acuité. Comme l’affirme Terry Anderson, un ancien journaliste otage pendant la guerre du Liban :

Always, constanty, constanty, every minute, weigh the benefits against the risks. And as soon as you come to the point where you feel unconfortable with that equation, get out, go, leave it. It’s not worth it. There is no story worth getting killed for (Committee to Protect Journalists, 2003 : 4).

Les risques de la modernité

5Nous commençons par exposer un des pôles théoriques de la sociologie du risque qui a trait à l’émergence du risque comme notion moderne. Dans son ouvrage sur l’État providence, François Ewald explique l’évolution du concept de risque notamment par la distinction entre les événements d’ordre naturel et les événements d’ordre interactionnel humain. Avant le XIXe siècle, le concept de risque est exclusif de celui de faute, « le risque est dans la nature et il appartient à l’homme, par sa prévoyance, d’en prévenir les effets » (Ewald, 1986 : 425).

6À partir du XIXe siècle, le concept cesse de désigner uniquement les dommages d’origine naturelle. Avec l’apparition du problème de l’accident, « […] le risque n’est plus seulement dans la nature, il est dans l’homme, dans sa conduite, dans sa liberté, dans le rapport des hommes entre eux, dans le fait de leur association, dans la société » (Ewald, 1986 : 425).

7Au XXe siècle, un nouveau mode de pensée des rapports humains dans la société confère au risque un sens social. Avec ce sens, la notion de risque caractérise la société de la modernité. Pour Ewald, qui fonde son analyse sur la notion d’accident, le risque tend à redevenir un principe général d’objectivation des problèmes sociaux, qui ne semblent eux-mêmes ne plus trouver de solution que s’ils sont « mis en risque ».

Le risque s’étend aujourd’hui de l’infiniment petit de l’existence quotidienne jusqu’à l’infiniment grand du risque technologique majeur […]. Le risque est en nous-mêmes : nous sommes tous, quelles que soient notre bonne santé ou l’absolue moralité de notre conduite, des risques les uns pour les autres. Le risque est le mode moderne du rapport à autrui : à la fois principe social d’identification et forme générale d’évaluation de la moralité des conduites (Ewald, 1986 : 20).

8La rationalité de la modernité est fondée sur l’omniprésence du risque. Ulrich Beck et Anthony Giddens exposent une conception générale où le risque est central dans l’évolution des sociétés modernes. Dans la préface de La société du risque, Beck affirme :

Au XIXe siècle, la modernisation a détruit la société agraire prisonnière du système féodal pour esquisser la structure de la société industrielle ; aujourd’hui, la modernisation efface les contours de la société industrielle, et on voit apparaître, dans la continuité de la modernité, une configuration sociale tout autre (Beck, 2001 : 21).

9Cette nouvelle façon de pensée est l’une des facettes de ce que le sociologue allemand appelle la « société du risque ». Cette expression traduit le bouleversement occasionné par les processus de modernisation. L’aboutissement de ce changement majeur de l’ordre social, contrairement à la dynamique de la société industrielle, est un monde de nouveaux risques et de nouvelles menaces caractéristiques du fonctionnement des sociétés contemporaines. La modernisation se caractérise par « les progrès technologiques effectués dans la rationalisation et les transformations du travail et de l’organisation » (Beck, 2001 : 35).

10Anthony Giddens abonde dans le même sens en attribuant l’apparition des nouveaux risques à ce qu’il qualifie de radicalisation de la modernité. Pour Giddens, les menaces du contexte moderne sont imputables non plus à l’univers naturel mais à un « savoir socialement organisé, influant sur l’environnement matériel par l’intermédiaire de l’industrialisation » (Giddens, 1994 : 116). La modernité a engendré selon lui « un nouveau profil de risque », c’est-à-dire une « série de menaces et de dangers caractéristiques de la vie sociale moderne » (Giddens, 1994 : 116). Dans ce nouvel espace du risque, le recul des traditions s’est notamment traduit par la croissance de l’individualisation dans des sociétés devenues réflexives. Giddens explique en outre la dissociation entre lieu et espace par ce qu’il appelle la « dé-localisation ». Grâce notamment à l’essor des technologies de l’information et de la communication, « [d]ans le contexte moderne, le lieu est de plus en plus fantasmagorique : les différents “théâtres” sociaux sont complètement pénétrés et façonnés par des influences sociales très lointaines » (Giddens, 1994 : 27).

11La conception de la modernité réflexive offre un cadre général permettant d’objectiver les menaces issues du progrès scientifico-technique de l’ère post-industrielle.

12L’hypothèse de Beck est fondée sur le passage d’une logique de répartition des richesses dans la société industrielle à une logique de répartition des risques caractéristiques de la société du risque (Beck, 2001 : 26). « En cherchant à accroître la productivité, on a toujours fait abstraction des risques qui en résultent et on continue de le faire » (Beck, 2001 : 109).

13À l’intérieur de ce cadre, le processus d’individualisation détraditionnalise les sociétés où les personnes sont désormais renvoyées à leur destin personnel sur le marché du travail (Beck, 2001 : 158). L’individualisation se réalise dans un système d’emploi caractérisé par la flexibilisation du temps de travail et du lieu de travail. Dans ce système de travail flexible et pluriel, l’individu devient certes plus autonome, mais son statut devient de plus en plus à temps partiel (Beck, 2001 : 298-316).

14L’intérêt de la théorie de la modernité réflexive réside dans sa souplesse car « elle n’exige pas l’adoption d’un appareillage immuable » (Bourdin, 2003 : 21-22). Rémi Baudouï considère les nouveaux conflits armés comme un risque ordinaire de la modernité (2003 : 168). Pour lui, la sociologie du risque doit en effet « lire les conflits armés comme une somme d’aléas et d’incertitudes pouvant conduire à des désastres de nature écologique » (2003 : 168) et bien sûr à des désastres sociaux. Baudouï s’appuie sur la notion de dynamique de crise développée par Patrick Lagadec (1998) pour analyser l’impact social de la guerre. Le conflit armé ne doit pas seulement être l’apanage de la polémologie (science de la guerre) et il ne doit pas se limiter à la seule relation entre les objectifs stratégiques et les résultats sur le théâtre des opérations.

Son analyse requiert d’évaluer l’ensemble des incidences produites dans le temps et dans l’espace, qu’elles aient été ou non réellement pensées et évaluées. C’est à ce point précis du raisonnement que la sociologie du risque est en mesure de contribuer à l’étude des conflits militaires (Baudouï, 2003 : 169).

15Il faut notamment prendre en compte les effets induits qui peuvent survenir après le conflit et non dans son instantanéité. Parmi les effets induits de la guerre, il y a le post traumatic stress disorder (PTSD) qui affecte les combattants et les populations civiles (Baudouï, 2003 : 171-173). Les journalistes qui couvrent les conflits sont eux aussi exposés aux effets induits pendant et après la guerre.

16De l’avis même de Beck, les caractéristiques de la société du risque décrivent assez bien le monde après le 11 septembre. L’emprise de la peur est susceptible de mener notamment à un « totalitarisme sécuritaire ». Cependant, il ne faut pas faire l’amalgame entre la menace terroriste et les autres dangers. « Une différence essentielle entre les dangers écologiques et économiques d’une part et la menace terroriste d’autre part est due à la substitution du hasard par l’intention » (Beck, 2003 : 32).

17L’analyse de Giddens (1994) évoque aussi les « potentialités totalitaires » des institutions de la modernité. Sa lecture est pertinente à l’explication de la radicalisation du pouvoir politique et militaire américain après le 11 septembre. Des attentats de New York aux représailles américaines au Moyen-Orient, le journalisme est confronté, d’une part, à l’enjeu conflictuel entre la valeur stratégique de l’information pour les belligérants et les obligations déontologiques du devoir d’informer et, d’autre part, au défi exacerbé du danger terroriste. Les éléments de la problématique du risque dans le journalisme en situation de conflit armé peuvent être certainement rapportés aux caractéristiques des risques de la modernité et à l’univers des peurs contemporaines.

Le journalisme et les médias dans les conflits armés

18La guerre est l’un des moments privilégiés de la production de l’information médiatique. Dans les sociétés modernes, il y a une demande soutenue d’information de la part des opinions publiques et des institutions politiques chaque fois qu’une guerre surgit. Dans ces situations de tension, les journalistes sont des médiateurs, c’est-à-dire des « tiers censés être impartiaux, et non pas de simples relais de l’information » (Mathien, 2001 : 38). Le rôle de médiateur objectif et impartial dévolu au journaliste reste certes un idéal, mais il est le plus souvent inopérant en temps de guerre.

19Les écueils d’une information qui remplit véritablement son rôle sont multiples et de plusieurs ordres. La médiatisation outrancière des crises sur le globe est consécutive à la révolution technologique ayant permis aux journalistes de se prévaloir d’un équipement électronique de plus en plus léger et performant. Sur ce point, la télévision est de loin « un des symboles forts de la modernité » (Wolton, 2004). La guerre live est devenue le paradigme de la couverture médiatique depuis la guerre du Golfe en 1991. Pourtant, l’immédiateté de l’information permise par la technologie ne permet pas aux médias de s’affranchir des dérives de l’information. La confusion entre la vitesse de l’information et la vitesse des événements altère la représentation du réel et fausse les échelles du temps (Wolton, 1991). Si les journalistes — particulièrement ceux de la télévision — gagnent en autonomie et en mobilité sur les terrains de tension grâce à l’innovation technique, ils deviennent en même temps plus repérables et plus vulnérables (Charon et Mercier).

20Une autre caractéristique de cette « ère des réseaux » selon l’expression de Castells, c’est une économie transnationale à laquelle participent les grands groupes de médias. Avec pour corollaire un souci marqué pour ces groupes à réaliser des profits commerciaux dans un environnement très concurrentiel plutôt qu’à garantir les principes journalistiques. L’entrée des médias dans une logique commerciale a eu pour résultat le développement de l’information-spectacle et la logique du scoop comme facteurs de distinction (Wolton, 1991). La prise de risques résulte entre autres de l’« effet d’un durcissement de la concurrence » (Charon, 2004). Pour les photographes de guerre par exemple, il faut être à la fois le plus proche du danger pour saisir des clichés qui « vendent » et le plus rapide à les expédier à sa rédaction. Par ailleurs, la recherche du profit mène de plus en plus à privilégier des solutions bon marché comme le journalisme free-lance. Le journaliste free-lance partage les traits communs avec l’individu autonome, détraditionnalisé et indéterminé de la société du risque décrite par Beck et Giddens. Les conditions de travail des free-lances sont flexibles mais précaires. Peut-on dire que les médias sont devenus « économiquement borgnes » (Beck, 2001) ? Nous répondrons par l’affirmative en raison des nouveaux risques créés par la poursuite de la rentabilité des acteurs économiques que sont les médias.

21Dans les conflits, l’information, qui est censée réduire l’incertitude, est plutôt source de malaise social (Mathien, 1998). L’enjeu pour les belligérants étant de gagner la guerre, l’information devient objet de censure et de propagande. La guerre en Irak a encore une fois prouvé la volonté des belligérants à instrumentaliser les médias en situation de crise. Le dispositif d’embedding a été mis en place à ce dessein par les autorités politiques et militaires américaines durant la guerre en Irak. L’exercice de la profession de journaliste en temps de guerre est tributaire des décisions de la stratégie politique et militaire. Pour l’armée, il fallait s’assurer du contrôle de la couverture journalistique cruciale à la construction des représentations de la guerre. Les journalistes qui acceptent de se conformer aux règles établies bénéficient de la protection militaire alors que les journalistes indépendants ou unilatéraux sont persona non grata en zone de guerre.

22L’autre écueil parallèle est lié à l’identification des journalistes et des médias à l’une des parties au conflit. Au lieu de se conformer à la maxime « choose the truth not a camp » (Mathien, 2004 : 23), les journalistes cèdent aux appels d’élan patriotique, particulièrement les États-Unis au lendemain du 11 septembre (Marthoz, 2004 ; Zelizer et Allan, 2002). Pour le commentateur Brian MacArthur, les journalistes embarqués étaient des « auxiliaires des forces armées » (cité par Keeble, 2004 : 50). La proximité entre journalistes et militaires est susceptible de créer un processus d’identification préjudiciable à l’objectivité et à l’intégrité du travail de journaliste (Tumber, 2004).

23Par ailleurs, la propension des médias à prendre le parti des victimes lors de certains conflits témoigne aussi d’un manque de distanciation critique nécessaire à une information neutre. Selon Claude Moisy,

[…] les médias ont manifestement plus de mal à jouer leur rôle de témoin objectif dans la couverture des conflits de type humanitaire que dans celle des conflits de type stratégique. D’entrée de jeu, ce sont ceux qui, dans les premiers, ont pris parti pour les victimes contre les bourreaux au nom du droit et de la morale. La guerre d’ingérence humanitaire est vue par beaucoup de journalistes comme une croisade dans laquelle il serait malséant d’être neutre (2001 : 203-204).

24L’analyse de la théorie de la modernité empruntée à Beck et à Giddens est pertinente à la compréhension de l’évolution et du fonctionnement des médias surtout dans les conflits contemporains. Dans ces derniers, le triomphe technologique éclate les frontières de l’information médiatique, le temps de l’événement se veut un temps réel. Si l’immédiateté de l’actualité efface les distances géographiques des différentes communautés qui reçoivent l’information, elle élimine par le fait même la distance nécessaire à la construction de l’information par le journaliste. De surcroît, le déficit de recul se manifeste par la complaisance idéologique ou morale qui découle de la proximité journaliste-militaire ou journaliste-victime. L’absence de distance critique dans le traitement de l’information dans les zones de conflit entraîne un effet d’assimilation et une mise sur la sellette du journaliste associé à l’une des parties d’un conflit. En situation de conflit armé, la combinaison de la logique de la vitesse, de la logique du profit et de la logique d’identification crée des conditions d’incertitude qui menacent l’intégrité professionnelle et la sécurité des journalistes.

25Notre intérêt porte sur le conflit armé, un domaine du droit international humanitaire. Quand il oppose deux États ou plus, il est qualifié de « conflit armé international », quand il oppose une armée gouvernementale à un groupe armé sur le territoire d’un État, il est dit « conflit armé non international » (pour les définitions du droit international humanitaire, voir Sassòli et Bouvier, 2003). Les conflits armés internationaux sont des guerres au sens classique comme la guerre du Golfe (1991), la guerre en Afghanistan (2001) ou la phase d’invasion de la guerre en Irak (2003). Ces situations se distinguent nettement des conflits opposant un État et des groupes rebelles ou différentes factions entre elles. C’est le cas des guerres civiles et des conflits internes comme la Colombie, le Kosovo, le Rwanda, l’Algérie, la Tchétchénie et l’insurrection irakienne post-invasion. Dans les guerres civiles, il n’est pas aisé pour le journaliste local de garder une position de neutralité car il est le plus souvent assimilé à l’une des parties au conflit et pris à partie à cet égard.

26Tout conflit armé comporte à différents degrés des risques pour les journalistes appelés à le couvrir. Du fait de l’insécurité intrinsèque à une situation de belligérance, les journalistes risquent alors de se retrouver sous le feu ennemi dirigé contre les forces ou les groupes auxquels ils sont accrédités ou qu’ils accompagnent (tirs d’artillerie, embuscades…), sous le feu croisé des belligérants, sous le feu de « tirs amis », sous la menace d’explosions dans les champs de mines ou tout simplement être victime d’accidents de toutes sortes. Les risques liés à la situation périlleuse propre aux conflits ne sont pourtant pas ceux qui menacent le plus la profession de journaliste. Du hasard lié aux aléas de tout conflit, on est passé à une menace préméditée caractéristique du passage à l’acte contre le journaliste. De « victime collatérale », le journaliste est progressivement devenu le point de mire des attaques de la part des groupes armés et des États.

27À partir de la fin des années 1980, les guerres civiles ont représenté un très grand risque à l’exercice de la profession de journaliste. L’immunité dont jouissait auparavant la presse s’est érodée en raison d’une volonté nouvelle de la part des parties aux conflits à cibler de plus en plus le journaliste. Tel a été le cas dans certains conflits africains et latino-américains des vingt dernières années. Les signes distinctifs « Presse » ou « TV » qui constituaient autrefois un passeport sur un terrain de tension ne sont plus une garantie pour la sécurité du journaliste.

Si lors du conflit du Biafra en 1968 ou des guerres d’indépendance en Angola et au Mozambique, des journalistes étaient encore capables de s’infiltrer au sein des maquis, cette option est aujourd’hui pratiquement exclue en raison de l’insécurité généralisée, de la volonté des groupes armés d’écarter les témoins de leurs exactions et du coût des reportages et des assurances (Marthoz, 2005).

28La crainte d’être traînés devant la Cour pénale internationale de La Haye pour crimes contre l’humanité entraîne de plus en plus l’exclusion des médias du théâtre de guerre : silence, on tue ! (Marthoz, 2005).

29Si notre article concerne principalement les risques liés aux conflits armés, il ne faut pas oublier les harcèlements, les emprisonnements et les assassinats orchestrés par des régimes autoritaires et des groupes criminels partout sur la planète. Les pays comme les Philippines, le Bangladesh et la Colombie continuent d’être les pires endroits où exercer la profession de journaliste (Reporters sans frontières, 2005 ; Committee to Protect Journalists, 2005b). La dénonciation de la corruption et des trafics de toutes sortes par des journalistes locaux est une source de répression violente principalement en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Nous pensons cependant que ces risques et les moyens d’y faire face nécessitent un traitement différent.

Les effets induits de la guerre en Irak

30La guerre en Irak est l’un des rares conflits qui combinent les états de conflit armé international (invasion) et de conflit interne (insurrection). Dans les deux cas, les journalistes irakiens et occidentaux ont payé un lourd tribut à la couverture médiatique de la guerre. Si la violence envers les journalistes dans les conflits armés était au départ attribuable aux actions de groupes armés peu scrupuleux, on assiste aujourd’hui à une recrudescence des attaques imputables à des États démocratiques. C’est une évolution inquiétante des conditions d’exercice du métier que révèle le conflit irakien.

31Avant même le début officiel de la guerre en Irak, Patrick Bourrat, correspondant de la chaîne de télévision française TF1, devenait la première victime du conflit en Irak le 22 décembre 2002. Bourrat a été fauché par un char d’assaut américain lors d’exercices militaires américains au Koweït. Avec le début des hostilités en mars 2002, le nombre de journalistes tués va sensiblement augmenter. Après trois semaines de combats, 12 journalistes avaient déjà été tués (Costemalle, 2003). Le 2 avril, Kaveh Golestan, un caméraman de la BBC, est mort tandis que son réalisateur Stuart Hughes a été grièvement blessé à la suite de l’explosion d’une mine. Si les journalistes embedded jouissent de la protection de l’armée, ils ne sont pas à l’abri — et cela va de soi en temps de guerre — des aléas d’un conflit armé. Le 4 avril 2003, Michael Kelly, reporter embedded du mensuel Atlantic Monthly et chroniqueur au Washington Post, succombe dans un accident impliquant un véhicule blindé Humvee de la 3e division d’infanterie américaine (Kauffmann, 2003). Un missile irakien a en outre coûté la vie à l’Espagnol Julio Anguita Parrado du journal El Mundo et à l’Allemand Christian Liebig du magazine Focus, tous les deux embedded avec l’armée américaine. (Pour les autres victimes, voir le rapport de la Fédération internationale des journalistes, 2003.) Du début de la guerre en Irak à la fin de l’année 2005, le Committee to Protect Journalists (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF) rapportaient respectivement 60 journalistes et 76 journalistes et collaborateurs de médias tués.

32Pour les journalistes indépendants, l’accès au champ de bataille en soi constitue tout un défi. Sans accréditation auprès de l’armée, les indépendants n’ont pas le droit de se rendre ni de circuler en zone de combat. Ceux qui s’y aventurent courent le danger d’y être arrêtés ou d’y être abattus. L’incident de l’hôtel Palestine juste avant la chute de Bagdad témoigne de l’insécurité entourant les journalistes qui n’accompagnent pas les troupes. Le 8 avril 2003, des tirs de l’armée américaine ont atteint l’hôtel Palestine tuant deux journalistes, Taras Protsiuk de l’agence Reuters et José Couso, cameraman de la télévision espagnole Telecinco. Le même jour, le brigadier général Vincent Brooks, porte-parole du Centre de Presse du commandement central (CENTCOM) basé à Doha au Qatar, réagissait à l’incident et affirmait lors d’une conférence de presse : « We don’t know every place a journalist is operating on the battlefield. We know only those journalists that are operating with us » (CENTCOM, 2003).

33Dans un rapport rendu public le 13 août 2003, l’armée américaine a abouti à la conclusion que les tirs étaient accidentels.

34De son côté, l’organisme de défense de la liberté de presse Reporters sans frontières a publié un rapport d’enquête incriminant les autorités américaines. Le rapport de RSF dénonce « la thèse de la légitime défense » invoquée par le Pentagone en réponse à des tirs ennemis (2004) et s’insurge contre ces tirs en affirmant que l’armée américaine savait très bien que l’hôtel Palestine abritait plusieurs journalistes internationaux. Par ailleurs, Reporters sans frontières n’a pas manqué de décrier cette situation de deux poids deux mesures de la part des autorités américaines qui accordent un traitement de faveur aux journalistes embedded aux dépens des journalistes indépendants. « Ce double statut est contraire à la pratique et à la tradition d’un État démocratique ; il constitue une violation annoncée des règles d’une indispensable couverture pluraliste de toutes les parties du conflit » (Reporters sans frontières, 2004 : 22).

35La couverture médiatique hors encadrement militaire est clairement devenue un obstacle à la stratégie médiatique du pouvoir politique et militaire. L’arrestation et le mauvais traitement de quatre journalistes non embedded en mars 2003 et les bombardements américains contre les bureaux des chaînes de télévision arabes Al-Jazeera et Abu Dhabi TV en avril 2003 témoignent de cet état de fait. Le bureau d’Al Jazeera à Bagdad a été bombardé par l’aviation américaine malgré une lettre d’Al-Jazeera envoyée au Pentagone pour spécifier l’emplacement de ses bureaux (Massing, 2003). Le bombardement a fauché la vie de Tariq Ayoub, correspondant de la chaîne qatarie dans la capitale irakienne. Ces attaques ciblées contre les médias « ennemis » dont le précédent avait été le bombardement de la télévision serbe durant la guerre du Kosovo par l’OTAN en 1999 (16 morts et 16 blessés) témoignent d’une pression indue de la part des belligérants. Annoncent-elles la fin d’un « sanctuaire médiatique » déjà mis à mal ? Pour Jean-Marie Charon, « […] il y a là un problème, qui est la radicalisation de l’attitude des militaires américains faisant l’amalgame entre média de propagande et objectif militaire, voire médias critiques et ennemis » (2004 : 39).

36Au lendemain de la déclaration du président Bush annonçant la fin des combats majeurs le 1er mai 2003, les journalistes sont demeurés la cible d’attaques, de mauvais traitements et d’enlèvements. La montée de l’insurrection irakienne et ses attaques meurtrières à l’endroit des troupes américaines ont conduit les militaires américains à brutaliser plusieurs journalistes ayant pris des photographies ou filmer les sites d’attentats (Fédération internationale des journalistes 2003). L’escalade du danger est également le résultat d’actions d’éclat comme les prises d’otages à l’encontre des journalistes dont les médias de rattachement peuvent être utilisés dans la stratégie de communication des groupes qui prennent part aux conflits. La prise d’otage fait du journaliste un objet de chantage pécuniaire ou politique. L’argent est l’un des motifs de ces prises d’otages malgré le flou entourant les versements de rançons à la suite de négociations non moins nébuleuses avec les ravisseurs. Dans la nouvelle réalité engendrée par la guerre globale contre le terrorisme, il faut s’attendre aux représailles contre les journalistes dont les médias sont considérés comme alliés des belligérants, particulièrement dans le cas des États-Unis.

37Parmi les nombreuses prises d’otages, on compte notamment celles des journalistes français Christian Chesnot, Georges Malbrunot et Florence Aubenas et des Italiens Enzo Baldoni, Simona Toretta, Simona Pari et Giuliana Sgrena. Enzo Baldoni, journaliste indépendant au Diario della Settimana, sera exécuté par ses ravisseurs en août 2004. En France, la grande mobilisation de l’État et de la société civile en faveur des journalistes détenus a suscité un grand débat sur le travail journalistique dans des conditions d’extrême danger. À la suite de la coûteuse libération de Florence Aubenas et de son collaborateur Hussein Hanoun en juin 2005, le gouvernement français, par la voie de l’ambassadeur français en Irak, a demandé à la journaliste Anne Sophie Le Mauff, une des rares journalistes occidentaux toujours en poste à Bagdad, de quitter l’Irak. Correspondante de médias francophones dont Radio-Canada, elle sera finalement expulsée de son poste par les autorités irakiennes. Reporters sans frontières dénoncera cette expulsion demandée par la France précisant que « l’interférence d’un gouvernement, même s’il agit pour des raisons de sécurité, n’est pas admissible » (Le Monde, 23 juin 2005).

38Dans les conflits armés, les journalistes occidentaux sont par ailleurs souvent accusés d’être des espions. L’accusation d’espionnage n’est pas l’apanage des guerres récentes et n’est pas toujours dénuée de tout fondement. En 1976, un rapport du comité du renseignement au Sénat américain a révélé qu’une cinquantaine de journalistes en activité avaient clandestinement servi comme agents de la CIA durant la guerre froide (Taylor, 2002 ; Houghton, 1996). L’Intelligence Authorization Act permet à la CIA et aux services de renseignement d’utiliser des journalistes comme agents sur autorisation présidentielle et avis au Congrès américain (Taylor, 2002). Cette pratique pose évidemment le problème de la suspicion généralisée dont sont victimes les journalistes dans les zones de conflit. Autre trait récurrent des conflits, les journalistes locaux et les journalistes pigistes (free-lance) courent les risques les plus élevés dans cette guerre en Irak.

Groupes à risque : journalistes locaux et journalistes free-lances

39Une des principales caractéristiques des conflits, c’est que la très grande majorité des journalistes agressés ou tués sont des journalistes locaux travaillant soit pour des médias locaux, soit pour le compte des médias étrangers. En Irak, à l’exception de la phase de l’invasion les statistiques indiquent que plus des deux tiers des victimes sont des journalistes et collaborateurs de médias de nationalité irakienne (Reporters sans frontières, 2005 ; Committee to Protect Journalists, 2005a). Ici, il faut souligner les risques énormes encourus par les collaborateurs locaux engagés par les médias occidentaux dont une vingtaine ont été tués en deux ans de guerre.

40Les « locaux » travaillent, d’une part, à titre de correspondants surtout pour les médias anglo-saxons et, d’autre part, agissent comme guides-interprètes. Quand ils jouent un rôle d’assistance, on les appelle stringers ou fixers. Le « fixeur » est l’homme à tout faire du journaliste occidental en mission en terrain inconnu. Il est « à la fois l’interprète, l’éclaireur et l’ange gardien » (Epstein, 2005). Ces fixeurs aux « endless possibilities » (Katovsky et Carlson, 2003) profitent de leurs réseaux de contacts dans la région et peuvent certainement sauver la vie des journalistes étrangers par leur connaissance de la langue et du milieu. Avec la dégradation de la sécurité pour les Occidentaux, les fixeurs jouent un rôle de premier plan dans les conflits. À Bagdad où les sorties sont devenues plus que hasardeuses, la couverture journalistique n’existerait pas sans l’aide des stringers. En raison de leur collaboration avec les étrangers — particulièrement en Irak –, les assistants locaux sont devenus les cibles des gouvernements et des groupes armés. Par ailleurs, le développement du journalisme « parachute » au détriment d’une pratique axée sur l’acquisition d’une expertise régionale a accru le rôle du fixeur, explique Orville Schell du Berkeley School of Journalism (cité par Witchell, 2004). Malgré les risques associés à leur travail, les fixeurs ne bénéficient pas de la protection sociale (assurances) offerte aux Occidentaux.

41Les journalistes pigistes ou free-lances constituent un autre groupe à haut risque. Le recours aux services des journalistes « indépendants » est une pratique en croissance en temps de paix comme en temps de guerre. D’une manière générale, les conditions contractuelles des pigistes sont nettement moins avantageuses par rapport aux journalistes salariés. La plupart des journalistes pigistes couvrent les conflits sans préparation technique adéquate et sans la couverture des assurances. « L’infrastructure nécessaire pour la sécurité est tout simplement au-delà des moyens des free-lances » (Carroll, 2005 : 55). En plus des préoccupations sécuritaires, il y a « les dépenses nécessaires pour les hôtels, les traducteurs, les voitures et les téléphones-satellites » ainsi que « le stress d’écrire quelque chose qui vend » (Carroll, 2005 : 56).

42La propension des grands médias à rentabiliser d’abord leurs entreprises produit pour double corollaire la disparition progressive des correspondants permanents dont le maintien en mission à l’étranger coûte trop cher et l’utilisation consécutive des journalistes free-lances ou locaux certes à moindres coûts, mais exposés aux plus grands risques. Soucieux de ne pas exposer leurs propres salariés, les directeurs de rédactions utilisent les free-lances mais ces derniers « ajoutent une grande fragilité au système de collecte de l’information internationale » (Marthoz, 1999). Cette situation illustre le paradoxe entre une logique économique fondée sur la productivité et le profit qui engendre de nouveaux risques pour cette même productivité.

Les effets psychologiques des conflits armés

43La nature du danger qui guette les journalistes est multiforme. Dans une situation de conflit, sa présence sur le front fait du journaliste le témoin des affres et des horreurs de la guerre. Des scènes d’apocalypse rythment son quotidien dans les zones de tension. Les journalistes ne peuvent alors échapper aux destructions causées par les bombardements, à la souffrance des gens, aux cadavres jonchant le sol, aux mares de sang, aux odeurs nauséabondes des corps en putréfaction ou de chair humaine brûlée. L’exposition à cet environnement atroce et macabre devient une cause potentielle de troubles psychologiques chez ceux et celles qui œuvrent dans les zones de conflit.

44Selon Anthony Feinstein, docteur psychiatre de l’Université de Toronto, le journalisme de guerre est une « profession dangereuse » (hazardous profession). Dans une étude menée en 2001 auprès de 140 correspondants de guerre, le docteur Feinstein et ses collègues John Owen et Nancy Blair arrivent à des conclusions assez révélatrices sur les risques psychologiques associés à l’exercice de la profession de journaliste de guerre. L’enquête a été menée en deux temps, d’abord au moyen de questionnaires et ensuite par des entrevues. Sur les 170 correspondants de guerre contactés, 140 d’entre eux avec en moyenne 15 ans d’expérience en zone de guerre, ont participé à l’étude. Comparés à un groupe témoin de 107 journalistes sans expérience en temps de guerre, ceux-là ont enregistré des scores élevés concernant le stress post-traumatique, la dépression sévère et la consommation excessive d’alcool. Dans le cas du stress post-traumatique (Post traumatic stress disorder, PTSD), le fait qu’il soit apparu après que les journalistes eurent commencé leur travail en zone de guerre suggère une forte corrélation entre les dangers encourus durant la guerre et le développement de la psychopathologie. Parmi les journalistes interviewés, certains avaient été directement blessés par des tirs, d’autres avaient vu des collègues se faire tuer ou avaient assisté à des exécutions. Par ailleurs, tous les journalistes souffrant de stress post-traumatique ont affirmé être confrontés à des problèmes sociaux et à des troubles relationnels.

45Selon les auteurs de cette première étude consacrée aux effets psychopathologiques chez les journalistes de guerre, le fait qu’ils ne reçoivent pas de traitement pour le stress post-traumatique, la dépression et l’abus d’alcool est attribuable à « une culture de silence de la part des rédacteurs en chef et des journalistes eux-mêmes » (2002 : 1574). De surcroît, « toute admission de dépression émotionnelle dans un monde macho est appréhendée comme un signe de faiblesse et comme un danger pour la carrière » (2002 : 1574). Au lieu de dévoiler leurs difficultés psychologiques, les correspondants de guerre « souffrent en silence ».

46Les études effectuées auprès des soldats corroborent le lien entre l’exposition au danger et l’évolution des risques liés à la santé mentale (Schlenger, Kulka, Fairbank et al., 1992 ; Hoge et al., 2004). Si les armées modernes proposent des services de soutien psychologique à leurs combattants, cela n’a pas toujours été le cas et aujourd’hui encore, certains militaires résistent à l’aide psychologique en raison des perceptions des pairs et des supérieurs qui associent cette aide à des faiblesses (Hoge et al., 2004).

47Cependant, il ne faut pas tirer la conclusion d’une relation de cause à effet entre la présence de journalistes en zones de conflit et des troubles psychopathologiques. Le docteur Feinstein nuance ses propos en insistant sur le fait que les journalistes de guerre sont plus susceptibles de développer ces pathologies en cas d’exposition prolongée au danger et par le manque d’une formation appropriée pour réagir à la violence (2004). L’exposition répétée au risque constitue un premier facteur d’apparition de troubles psychologiques chez les journalistes de guerre et que viendra accentuer la proximité au danger. Reprenant la maxime du célèbre photographe de guerre Robert Capa : « Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez proches », Feinstein et Owen (2002) affirment que les photographes de guerre constituent un groupe beaucoup plus susceptible de développer le stress post-traumatique en raison de leur proximité du danger. Devant ces menaces et à la suite de ces révélations, la prévention s’impose à la profession de journaliste pour atténuer les effets néfastes consécutifs à l’exposition au danger. La maîtrise des dangers est tributaire de la mise à contribution des savoirs professionnels et institutionnels.

Prévention et gestion des risques

48La prévisibilité de certains risques encourus par les journalistes en zone de conflit nécessite des mesures visant à limiter leur probabilité à défaut d’en éliminer totalement l’occurrence. La gestion des risques implique d’évaluer les dangers, d’en informer les acteurs puis d’entreprendre des actions de prévention ou de correction. « À tout instant la société négocie sa relation au risque et à la sécurité à travers des actions politiques, législatives, sociales, associatives, caritatives, personnelles, etc. » (Le Breton, 1995 : 26).

49De plus en plus de réponses institutionnelles à cette problématique du risque au sein des organisations professionnelles se font jour. Petit à petit, le discours du déni qui prévalait au sein du journalisme cède à l’acceptation de la réalité par les acteurs, qu’ils soient journalistes ou employeurs. Le changement progressif des discours officiels est un indicateur d’une prise de conscience collective au sein de la profession malgré le long chemin à parcourir. Face à l’adversité du risque, le journalisme doit prévenir, éduquer et protéger. Prévenir et gérer le risque exige une communication efficace sur les enjeux et les réponses afférentes.

La nécessité de la formation

50La formation des journalistes appelés à travailler dans des zones de danger est l’une des mesures que les organisations de presse, les organismes et les écoles de journalisme ont mis en place depuis les années 1990, pour réduire les risques. En 1991, l’École de journalisme de l’Université de l’État du Michigan a lancé une initiative pionnière touchant la pratique du journalisme en situations traumatiques (Himmelstein et Faithorn, 2002). Plusieurs autres institutions ont emboîté le pas. Le Dart Center for Journalism & Trauma (www.dartcenter.org) a été créé à l’Université de Washington à la fois pour améliorer la couverture des traumatismes, des conflits et des tragédies par les médias et pour atténuer les conséquences négatives de cette couverture. Le centre considère le journaliste comme un « premier répondant » (first responder) à l’instar des policiers, des pompiers et des ambulanciers et mérite à ce titre une formation appropriée pour accomplir adéquatement son travail (Dart Center, 2003). Ce programme de formation ne vise pas que les journalistes en zone de conflit, mais aussi les journalistes locaux qui couvrent les traumatismes quotidiens liés à la violence et à la tragédie et porteurs d’effets psychologiques néfastes.

51Les grandes organisations de presse se sont également intéressées depuis quelques années à ce type de formation. Les grandes agences de presse comme les grands réseaux de télévision qui ont régulièrement recours aux correspondants de guerre offrent à leurs employés qui partent en mission en terrain hostile une formation ad hoc. Les employeurs s’assurent que leurs journalistes sont bien informés sur les risques potentiels. À la BBC, le chef de mission doit remplir un formulaire d’évaluation des risques qui comprend :

  • le détail des risques potentiels associés à la mission ;

  • la confirmation que la valeur journalistique de la mission a été prise en compte au regard des risques encourus ;

  • la confirmation que chaque personne envoyée en mission a suivi un stage de sécurité élémentaire, propre à la BBC ;

  • la confirmation qu’un équipement de protection et de sécurité approprié aux risques encourus a été distribué à chaque personne envoyée en mission (Reporters sans frontières, 2003 : 42).

52Si certaines grandes organisations de presse donnent elles-mêmes la formation, la plupart ont recours aux services d’organismes spécialisés dans le privé. Au Canada, les journalistes assignés à la couverture de la guerre en Irak pour les réseaux anglais et français, CBC et Radio-Canada, ont été formés par l’organisme torontois Warren Shepell and Associates qui offre des programmes Employee Assistance Programms (Khan, 2003). Les entreprises britanniques Centurion Risk Assessment Services Ltd et AKE proposent une formation axée sur l’évaluation et l’anticipation des risques. Les cours offerts vont de la reconnaissance des armes (par exemple savoir identifier des mines) aux techniques de survie en environnement hostile. Le Centurion Risk Assessment Services Ltd « n’a pas l’intention de transformer les journalistes en soldats, mais de très bien les renseigner sur leurs moyens et de passer à travers les scénarios typiques — barrages routiers, tireurs embusqués, feu croisé, embuscades — et discuter des options qui s’offrent à eux », dit Paul Rees, un ancien de l’armée britannique et fondateur de l’entreprise (Parks, 2002 : 21).

53Les armées elles-mêmes donnent ce type de formation au profit des journalistes. En France, des stages sont régulièrement organisés par la Délégation à l’information et à la communication de la Défense au ministère de la Défense en collaboration avec l’Association des journalistes de défense. En 1998, l’armée canadienne a accueilli un groupe de journalistes à la base militaire de Val Cartier pour un stage de familiarisation avec une zone de combat. En prévision de la guerre en Irak, le Pentagone a organisé des sessions de formation (media boot camp) pour les journalistes embedded. Ces formations vont sans doute se multiplier à l’avenir. On remarque également une plus grande sensibilité à la formation des journalistes locaux et free-lances qui sont confrontés aux plus grands risques. À la suite d’une rencontre entre la Fédération internationale des journalistes et la Fédération des journalistes arabes à Rabat en avril 2003, une première formation à la sécurité a été organisée à Bagdad par l’International News Safety Institute à laquelle ont participé des journalistes irakiens et des journalistes indépendants (Fédération internationale des journalistes et Fédération des journalistes arabes, 2004).

54L’expérience constitue par ailleurs un atout sur le terrain et plusieurs médias demandent à leurs journalistes chevronnés d’enseigner les « trucs » du métier aux nouveaux venus sur la scène du conflit. Stephen Franklin, par exemple, a produit un aide-mémoire pour les correspondants néophytes du Chicago Tribune (Columbia Journalism Review, mai/juin 2002). Fox News et CBS News ont également sollicité l’expérience des correspondants vétérans pour former les journalistes qui partaient pour leur première mission en Afghanistan afin de faire face au stress et à la pression inhérents à leur travail (Himmelstein et Faithorn, 2002).

55La formation des journalistes vise à prévenir ou à atténuer aussi bien les risques liés à la sécurité physique que les effets psychologiques. L’expérience humaine de la mort dans des conditions décentes est une chose, certes difficile et pénible, mais la couverture journalistique des conflits et des attentats terroristes extrêmement violents en est une autre, atroce et cruelle. Les étendues de cadavres du Rwanda, les mains coupées de la Sierra Léone, les charniers du Kosovo, les affres d’Oklahoma City et du World Trade Center ainsi que les corps mutilés de l’Irak constituent un environnement létal pour le bien-être mental d’un journaliste. Dans ces conditions, parler, se confier, conseiller et former deviennent partie intégrante de la gestion des risques personnelle et institutionnelle. En 1995, le quotidien New York Times a lancé un programme d’intervention psychologique pour son personnel avec l’aide de conseillers spécialisés (Himmelstein et Faithorn, 2002). Les journalistes de la BBC, de CBC et de Radio-Canada bénéficient également d’une formation à la fois technique et psychologique. CBC et Radio-Canada organisent annuellement à ce propos des sessions de débriefing pour leurs correspondants étrangers. Le Dart Center for Journalism & Trama exhorte la communauté journalistique « à profiter des avantages de la consultation professionnelle et par les pairs » (Dart Center, 2003).

56Cependant, le changement des perceptions qui s’installe petit à petit dans les milieux journalistiques à partir des années 1990 ne s’effectue pas sans résistance. La réponse « tiède » des journalistes au programme d’intervention psychologique du New York Times en témoigne (Himmelstein et Faithorn, 2002). Certains journalistes craignent encore les perceptions péjoratives qui peuvent affecter l’avancement de leurs carrières.

La nécessité de la protection

57Les journalistes travaillant dans les zones de conflit bénéficient de la protection de textes internationaux qui définissent leur statut. La terminologie internationale parle de « protection du journaliste en mission professionnelle périlleuse ». Les protocoles additionnels I et II du 8 juin 1977 aux Conventions de Genève de 1949 relatifs à la protection des victimes des conflits armés internationaux et non internationaux demeurent les références absolues du droit international en ce qui a trait à la protection des journalistes en mission professionnelle périlleuse.

58L’article 79 (« Mesures de protection des journalistes ») du protocole I spécifie : « Les journalistes qui accomplissent des missions professionnelles périlleuses dans des zones de conflit armé seront considérés comme des personnes civiles. » Les personnes civiles sont définies au paragraphe 1 de l’article 50. L’article 50 renvoie en effet à l’article 4 A, point 4 :

Les personnes qui suivent les forces armées sans en faire directement partie, telles que les membres civils d’équipages d’avions militaires, correspondants de guerre, fournisseurs, membres d’unités de travail ou de services chargés du bien-être des forces armées, à condition qu’elles en aient reçu l’autorisation des forces armées qu’elles accompagnent, celles-ci étant tenues de leur délivrer à cet effet une carte d’identité semblable au modèle annexé.

59Le protocole additionnel de la Convention de 1949 précise tout de même que les journalistes bénéficient de la protection « à la condition de n’entreprendre aucune action qui porte atteinte à leur statut de personnes civiles ». Par contre, les différentes négociations du droit international humanitaire ont achoppé sur un statut particulier accordé aux journalistes. Entre autres points de désaccord, on note que l’identification des journalistes au moyen d’un signe distinctif pourrait constituer un danger pour les populations civiles et que la question du contrôle de l’identification par une instance internationale soulève le problème du contrôle (Gasser, 1983). Les Conventions de Genève et les protocoles additionnels ne définissent pas clairement les statuts de « correspondant de guerre » et de « journaliste » (Sandoz, Swinarski et Zimmermann, 1986) même si on leur accorde le statut civil. Le traitement accordé par l’armée américaine aux journalistes embedded par rapport aux journalistes unilatéraux a établi un précédent dangereux. L’adoption du Protocole I de 1977 n’invalide pas le régime spécial accordé aux correspondants de guerre accrédités auprès d’une armée. Ces derniers bénéficient toujours du statut de prisonnier de guerre en cas de capture (Sandoz, Swinarski et Zimmermann, 1986 : 947). Balguy-Gallois (2004) pointe cependant une ambiguïté concernant le statut réservé aux journalistes embedded — statut de prisonnier de guerre ou statut civil — et suggère qu’on lève cette ambiguïté.

60Les attaques délibérées contre les journalistes et les médias constituent une infraction grave au Protocole et sont considérées comme des crimes de guerre (Gasser, 1983). En effet, la règle de droit interdit ce type d’attaques à moins que l’emplacement où se trouvent les journalistes et les bureaux d’un média ne soit considéré comme un objectif militaire. La désignation et la destruction d’un « objectif militaire » doivent néanmoins satisfaire à deux critères : la contribution effective à l’action militaire et l’apport d’un avantage militaire précis (Balguy-Gallois, 2004). Par ailleurs,

[…] la licéité d’une attaque ne dépend pas seulement de la nature de l’objectif visé — un objectif militaire — mais également de la conformité de cette attaque avec les obligations de précaution dans l’attaque, en particulier le respect du principe de proportionnalité et de l’obligation d’avertissement (Balguy-Gallois, 2004 : 54).

61À la suite de la recrudescence d’actes hostiles envers les journalistes lors de la guerre en Irak, la Fédération internationale des journalistes a lancé un appel à un renforcement de la protection internationale en proposant trois nouvelles pistes :

1) Établir un cadre international organisant les enquêtes indépendantes suite à l’assassinat de journalistes et d’employés des médias, 2) Reconnaître le fait de prendre les journalistes et le personnel des médias pour cibles comme un crime punissable par le droit international et 3) Reconnaître toute négligence irresponsable mettant en cause la sécurité personnelle des journalistes et du personnel des médias comme un crime punissable par le droit international (2003 : 38).

62Certes, les principes fondamentaux du droit international demeurent applicables dans les conflits armés du XXIe siècle. Cependant, la dérive totalitaire des États et des groupes armés reste un obstacle majeur à leur application. En dehors des textes fondateurs, différentes organisations continuent à œuvrer pour améliorer la protection des journalistes en proposant notamment des chartes et des codes de conduite journalistiques en cas de conflit.

63En collaboration avec l’UNESCO, l’organisme Reporters sans frontières a édité un Guide pratique du journaliste en 1998. Ce guide, réédité en 2003, prodigue des conseils pratiques aux journalistes qui couvrent les zones dangereuses. Il contient entre autres textes de référence ceux sur la liberté de presse et la déontologie professionnelle ainsi que les règles de protection à l’intention des journalistes. En matière de protection des journalistes, le Guide se réfère largement à la politique en vigueur à la BBC. Par ailleurs, Reporters sans frontières a proposé en mars 2002 le projet d’une Charte sur la sécurité des journalistes en zones de conflits ou de tension. Cette charte exhorte les employeurs, les journalistes et autres professionnels de l’information à renforcer leur protection sur la base des huit principes suivants : l’engagement, le plein gré, l’expérience, la préparation, l’équipement, l’assurance, le soutien psychologique et la protection juridique.

64En 2002, la Croix-Rouge a inauguré une ligne téléphonique 24h sur 24h (HOTLINE) pour venir en aide aux journalistes disparus ou détenus en zones de conflits. Une brochure d’information intitulée Action en faveur des journalistes en mission périlleuse explique aux familles des victimes et aux organisations professionnelles des journalistes le cadre de l’assistance fournie par le Comité international de la Croix-Rouge. La charte de Reporters sans frontières recommande aux journalistes de « n’entreprendre aucune action ni adopter aucun comportement qui pourrait compromettre ce statut, notamment en contribuant directement à l’effort de guerre, en s’armant ou en entreprenant des activités d’espionnage ». Cette recommandation soulève plus de questions qu’elle n’en résout.

65Est-ce qu’un journaliste peut utiliser une arme pour se protéger ? Si cette question trouve sa légitimité dans l’augmentation d’attaques à l’endroit des journalistes, il reste qu’une réponse positive peut remettre sérieusement en cause les principes mêmes du droit international et de la profession car elle entraîne la nécessaire distinction pour les journalistes de porter eux-mêmes les armes et le recrutement de gardes armés pour s’acquitter de leurs tâches.

66Lors de la guerre en Irak, le Wall Street Journal a rapporté que Dexter Filkins, correspondant du New York Times à Bagdad, portait une arme (Heyboer, 2004). Le New York Times avait alors signifié à tous ses correspondants que le port d’armes constituait un danger pour leur statut de neutralité. Il est évident qu’un journaliste qui porte une arme enfreint les règles du droit international qui lui garantissent le statut de personne non combattante. La pratique d’engager des gardes armés pour protéger les journalistes et leurs équipements est apparue depuis les années 1990. CNN est l’une des organisations de presse qui recourent aux services de telles entreprises de sécurité. En avril 2003, un agent de sécurité qui accompagnait Brent Sadler de CNN et son équipe à Tikrit au nord de l’Irak a ouvert le feu en représailles à des tirs qui visaient le convoi du journaliste (Hickey, 2004). Dans un communiqué condamnant cet incident, Reporters sans frontières affirme : « Une telle attitude crée un précédent dangereux qui risque de mettre en péril tous les autres reporters qui couvrent ce conflit ainsi que d’autres à l’avenir » (2003a). L’organisme recommande plutôt aux médias d’utiliser des véhicules blindés et des gilets pare-balles. Si les médias internationaux qui disposent de grands moyens financiers sont les seuls qui peuvent se permettre de défrayer les frais élevés pour engager des gardes armés, on peut comprendre que les médias moins nantis s’opposent à cette pratique. Face à la continuation des attaques ciblées et des prises d’otages, le débat est loin d’être clos. Pour François D’Alançon du journal français La Croix, il ne faut pas tirer des conclusions uniformes de type manichéen entre le tout sécuritaire et le « on y va plus ». Il faut plutôt privilégier des solutions pragmatiques adaptées à la variété des situations sur le terrain (voir Les entretiens de l’information sous le thème « Informer dans les situations à haut risque » du 15 juin 2005). Lors de ces « Entretiens de l’information », on a également évoqué l’idée d’une « mutualisation » des moyens de sécurité pour les médias français. Cependant, plusieurs intervenants ont exprimé des doutes sur la mise en place d’une telle structure en raison de la concurrence entre les médias, des coûts prohibitifs et de l’exclusion des journalistes indépendants.

67La situation d’extrême danger à laquelle les journalistes sont confrontés depuis quelques années et particulièrement durant la guerre en Irak provoque une vague d’indignation de la part des organisations professionnelles des journalistes et un appel renouvelé d’une meilleure évaluation des risques et d’une protection plus adéquate des journalistes. Le renforcement de la protection passe aussi bien par le respect des principes du droit international que par des mesures pragmatiques.

Conclusion

68Depuis plusieurs années déjà, le journalisme de conflit est réputé « profession à risque ». La surenchère du nombre des morts et des enlèvements dans plusieurs coins du monde suscite avec acuité un questionnement sur les conditions de la pratique journalistique, sur l’évaluation et la gestion des risques en situation de tension permanente dans les zones de conflit et sur le renforcement de la protection à l’endroit des journalistes de toutes catégories qui y sont dépêchés pour recueillir l’information.

69Dans un conflit, la présence des journalistes est indispensable pour rendre compte du déroulement de la guerre, du comportement de part et d’autre des belligérants, du nombre des victimes et des dommages civils et militaires ainsi que des retombées de la guerre sur les plans militaire, politique, économique et social. Le journalisme a déjà payé son lourd tribut et la situation extrêmement volatile en Irak en témoigne de façon éloquente. La présence de journalistes sur le front comporte un certain nombre de risques, dont celui de mourir cependant, ils ne doivent pas être exposés au danger ni servir de cibles pour un quelconque intérêt politique ou financier.

70Nous avons tenté d’explorer les risques encourus par le journalisme dans les conflits armés à partir des caractéristiques de la société du risque telles que présentées par Ulrich Beck et Anthony Giddens. Dans le contexte post-11 septembre, la guerre en Irak révèle les dangers inhérents à tout conflit armé et, plus particulièrement, à la logique commerciale des médias, à la radicalisation de l’attitude des belligérants et à la menace terroriste.

71Par ailleurs, la mise en place des mesures de formation et de protection au profit des journalistes dans les zones de conflit constitue une réponse professionnelle et institutionnelle dans un effort relativement cohérent en vue de prévenir et de gérer le risque. Toute intervention destinée à atténuer ou à éliminer le danger touche aussi bien à la sécurité physique qu’aux aspects psychologiques.

72La maîtrise du risque par la profession journalistique est loin d’être acquise. La nécessité de soupeser les aléas des conflits armés par des actions d’évaluation, de prévention et de gestion reste pressante pour les différents acteurs de la profession. La réduction de l’incertitude requiert de leur part une intervention plus intégrée en mobilisant différents savoirs liés à la problématique du risque.

Haut de page

Bibliographie

BALGUY-GALLOIS, Alexandre (2004), « Protection des journalistes et des médias en période de conflit armé », Revue internationale de la Croix-Rouge, 86(853), p. 37-67.

BAUDOUÏ, Rémi (2003), « Guerre et sociologie du risque » Cahiers internationaux de sociologie, CXIV, p. 161-174.

BECK, Ulrich (2001), La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier. (Coll. « Alto ».)

BECK, Ulrich (2003), « La société du risqué globalisé revue sous l’angle de la menace terroriste », Cahiers internationaux de sociologie, CXIV, p. 27-33.

BOURDIN, Alain (2003), « La modernité du risque », Cahiers internationaux de sociologie, CXIV, p. 5-26.

CARROLL, Jim (2005), « Letter from Baghdad : What a way to make a living », American Journalism Review, February/March, p. 54-56.

CHARON, Jean-Marie (2004), « Informer sur la guerre », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive. Informations de guerre en IRAK : 1991-2003, Paris, CNRS Éditions, p. 36-40. (Coll. « CNRS Communication ».)

CHARON, Jean-Marie, et Arnaud MERCIER (2004), « Liminaire : les enjeux médiatiques des guerres », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive. Informations de guerre en IRAK : 1991-2003, Paris, CNRS Éditions, p. 5-27. (Coll. « CNRS Communication ».)

CENTRE DE PRESSE DU COMMANDEMENT CENTRAL CENTCOM (2003), News Release, nº 03-04-86 (8 avril), http://www.centcom.mil/CENTCOMNews/News_Release.asp?NewsRelease=20030486.txt

COLUMBIA JOURNALISM REVIEW (2002), « Memo : Staying alive and other tips », mai/juin, p. 24.

COSTEMALLE, Olivier (2003), « Pourquoi tant de journalistes morts ? », Libération, no 6813 (9 avril), p. 5.

COMMITTEE TO PROTECT JOURNALISTS (CPJ) (2003), On Assignment in Dangerous Situations, http://cpj.org/Briefings/2003/safety/journo_safe_guide.pdf

COMMITTEE TO PROTECT JOURNALISTS (CPJ) (2004), « Journalists killed in the line of duty during the last ten years », http://www.cpj.org/killed/Ten_Year_Killed/Intro.html

COMMITTEE TO PROTECT JOURNALISTS (CPJ) (2005a), « Iraq : Journalists in danger A statistical profile of journalists killed on duty since 2003 », http://cpj.org/Briefings/Iraq/Iraq_danger.html

COMMITTEE TO PROTECT JOURNALISTS (CPJ) (2005b), « Marked for death. The five most murderous countries for journalists », http://cpj.org/Briefings/2005/murderous_05/murderous_05.html

DART Center (2003), Tragedies & Journalists : A Guide for More Effective Coverage.

EPSTEIN, Marc (2005), « Khawar profession “fixeur” », L’Express, no 2797 (7 février), p. 66.

EWALD, François (1986), L’État providence, Paris, Éditions Grasset.

FEINSTEIN, Anthony, et John OWEN (2002), « War photographers and stress », Columbia Journalism Review, juillet/août, p. 51.

FEINSTEIN, Anthony, John OWEN et Nancy BLAIR (2002), « A hazardous profession : War, journalists, and psychopathology », American Journal of Psychiatry, 159(9), p. 1570-1575.

FEINSTEIN, Anthony (2004), « The psychological hazards of war journalism », Nieman Reports, été, p. 75-76.

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES JOURNALISTES (2003), Justice Denied on The Road To Bagdad : Safety of Journalists and the Killing of Media Staff During the Iraq War, octobre.

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES JOURNALISTES et FÉDÉRATION DES JOURNALISTES ARABES (2004), « La solidarité en action : les journalistes irakiens face au défi du changement », Rapport en Irak 19-25 janvier.

GASSER, Hans-Peter (1983), « La protection des journalistes en mission professionnelle périlleuse », Revue internationale de la Croix-Rouge, no 739, p. 3-19.

GIDDENS, Anthony (1994), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan. (Coll. « Théorie sociale contemporaine ».)

HEYBOER, Kelly (2004), « Guns under fire », American Journalism Review, avril/mai.

HICKEY, Neil (2004), « Bodyguards and the press », Columbia Journalism Review, janvier/février, p. 5.

HIMMELSTEIN, Hal, et E. Perry FAITHORN (2002), « Eyewitness to disaster : How journalists cope with the psychological stress inherent in reporting traumatic events », Journalism Studies, 3(4), p. 537-555.

HOGE, W. Charles, et al. (2004), « Combat duty in Iraq and Afghanistan. Mental health problems, and barriers to care », The New England Journal of Medecine, 351(1), p. 13-22.

HOUGHTON, Kate (1996), « Subverting journalism : Reporters and the CIA », Committee to Protect Journalists, http://www.cpj.org/attacks96/sreports/cia.html

KATOVSKY, Bill, et Timothy CARLSON (2003), Embedded : The Media at War in Iraq, Guilford, Lyons Press.

KAUFMANN, Sylvie (2003), « Retransmise en direct, la guerre tue aussi des journalistes incorporés », Le Monde, 8 avril, p. 7.

KEEBLE, Richard (2004), « Information warfare in an age of hyper-militarism », dans Stuart ALLAN et Barbie ZELIZER (dir.), Reporting the War : Journalism in Wartime, New York, Routledge, p. 43-58.

KHAN, Sallem (2003), « Dangerous minds », Media, printemps, p. 10-12.

LAGADEC, Patrick (1998), États d’urgence. Défaillances technologiques et déstabilisation sociale, Paris, Seuil.

LE BRETON, David (1995), La sociologie du risque, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Que sais-je ? ».)

MARTHOZ, Jean-Paul (1999), Et maintenant, le monde en bref : politique étrangère, journalisme global et libertés, Bruxelles, GRIP-Éditions Complexe.

MARTHOZ, Jean-Paul (2004), « La presse américaine soumise au test de loyauté patriotique », dans Marc LITS (dir.), Du 11 septembre à la riposte. Les débuts d’une nouvelle guerre médiatique, Bruxelles, De Boeck, p. 33-40. (Coll. « Médias Recherches ».)

MARTHOZ, Jean-Paul (2005), « Journalisme global ou journalisme de métropole. Les conflits africains dans les médias du Nord », dans Marie-Soleil FRÈRE (dir.), Afrique centrale, médias et conflits : vecteurs de guerre ou acteurs de paix, Bruxelles, GRIP, p. 299-316. ( Coll. « Les livres du GRIP ».)

MASSING, Michael (2003), « The bombing of Al-Jazeera », Columbia Journalism Review, mai/juin, p. 37.

MATHIEN, Michel (1998), « Les médias et l’actualité de défense, les journalistes face aux militaires ou vice-versa », Quaderni, no 36, p. 15-31.

MATHIEN, Michel (dir.) (2001), L’information dans les conflits armés : du Golfe au Kosovo, Paris, L’Harmattan.

MATHIEN, Michel (2002), « L’information identitaire comme jeu et enjeu dans les conflits entre l’universel et le local », Communication, 22(1), p. 123-146.

MATHIEN, Michel (2004), « L’information aux risques des protagonistes et de la médiatisation des crises », dans Marc LITS (dir.), Du 11 septembre à la riposte. Les débuts d’une nouvelle guerre médiatique, Bruxelles, De Boeck, p. 19-26. (Coll. « Médias Recherches ».)

MOISY, Claude (2001), « La communication : un risque de manipulation de l’information », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés : du Golfe au Kosovo, Paris, L’Harmattan, p. 197-206.

LE MONDE (2005), « Expulsée d’Irak, une journaliste française accuse Paris », 23 juin, p. 2.

PARKS, Michael (2002), « Weighing risks », Columbia Journalism Review, mai/juin, p. 19-23.

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2002), Charte sur la sécurité des journalistes en zones de conflits ou de tension, mars.

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2003a), Une équipe de CNN essuie des coups de feu ; son garde du corps répond à l’arme automatique Reporters sans frontières s’inquiète d’un comportement qui peut s’avérer dangereux pour tous les journalistes, 13 avril.

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2003b), Guide pratique.

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2004), Deux meurtres pour un mensonge, janvier.

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2005a), Guerre en Irak : le conflit le plus meurtrier pour la presse depuis la guerre du Viêt-nam, 3 mai, http://www.RSF.org/IMG/pdf/Etude_Irak_Fr_PDF.pdf

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (2005b), Rapport 2005.

SANDOZ, Yves, Christophe SWINARSKI et Bruno ZIMMERMANN (1986), Commentaire des Protocoles additionnels du 8 juin 1977 aux Conventions de Genève du 12 août 1949, Genève, Martinus Nijhoff Publishers.

SASSOLI, Marco, et Antoine A. BOUVIER (2003), Un droit dans la guerre ?, Genève, Comité international de la Croix-Rouge.

SCHLENGER, W. E., R. A. KULKA, J. A. FAIRBANK et al. (1992), « The prevalence of post-traumatic stress disorder in the Vietnam generation: a multimethod, multisource assessment of psychiatric disorder », Journal of Traumatic Stress, 5(1), p. 333-363.

TAYLOR, Phillip, « Abduction, death of Pearl sparks concern about CIA agents impersonating journalists », The New Media & The Law, Spring, p. 13.

TUMBER, Howard (2004), « Prisoners of news values? Journalism, professionalism, and identification in times of war », dans Stuart ALLAN et Barbie ZELIZER (dir.), Reporting the War : Journalism in Wartime, New York, Routledge, p. 190-205.

WITCHEL, Elisabeth (2004), « The fixers », dans COMMITTEE TO PROTECT JOURNALISTS, Dangerous Assignments, Fall/Winter, p. 6-8.

WOLTON, Dominique (1991), War game. L’information et la guerre, Paris, Flammarion.

WOLTON, Dominique (2004), « Télévision, culture et société », dans Dominique WOLTON (dir.), La télévision au pouvoir, omniprésente, irritante, irremplaçable, Paris, Universalis, p. 19-33.

ZELIZER, Barbie, et Stuart ALLAN (dir.) (2002), Journalism after September 11, London, Routledge.

Haut de page

Notes

En anglais, on désigne friendly fire ce type d’erreurs susceptibles de toucher toute personne (journaliste ou militaire) se trouvant dans une zone de conflit.

Ici le terme d’« indépendant » s’oppose au journaliste qui a un statut de salarié et non au journaliste embedded.

Les 170 journalistes venaient des organisations de presse suivantes : CNN, BBC, Reuters, CBC, Associated Press, ITN et Rory Peck Trust. Un journaliste a été tué avant de recevoir son questionnaire.

Les textes des différentes conventions sont disponibles sur le site Internet de la Croix-Rouge (www.icrc.org)

Le statut de personne civile diffère du statut particulier réservé par exemple au personnel médical. Article 33 de la IIIe Convention de Genève de 1949 : « Les membres du personnel sanitaire et religieux retenus au pouvoir de la Puissance détentrice en vue d’assister les prisonniers de guerre, ne seront pas considérés comme prisonniers de guerre. Toutefois, ils bénéficieront au moins de tous les avantages et de la protection de la présente Convention, ainsi que de toutes les facilités nécessaires pour leur permettre d’apporter leurs soins médicaux et leurs secours religieux aux prisonniers de guerre ».

Le principe de proportionnalité désigne l’obligation pour les belligérants de réduire les effets collatéraux lors des opérations militaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aimé-Jules Bizimana, « Les risques du journalisme dans les conflits armés », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 84-111.

Référence électronique

Aimé-Jules Bizimana, « Les risques du journalisme dans les conflits armés », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1511 ; DOI : 10.4000/communication.1511

Haut de page

Auteur

Aimé-Jules Bizimana

Aimé-Jules Bizimana est chercheur au GRICIS (Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société) à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : aimejules@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org