Navigation – Plan du site
Document

Façonner les médias 

Créer les conditions favorables à la communication pour le bien collectif. Conférence Graham Spry
Marc Raboy
p. 137-158

Texte intégral

  • 1  Nous publions ici le texte de la Conférence commémorative Spry 2005, que l’auteur a prononcé à l’U (...)

1Dans les propos qui suivent1 l’accent sera mis sur la nature dynamique des médias, et particulièrement sur la capacité des gens ordinaires à influencer la confection des systèmes médiatiques.

2La nécessité d’inscrire la question des politiques médiatiques — ou l’idée de « façonner les médias » — à l’agenda public, alors que les politiques progressistes se trouvent redéfinies par les nouveaux défis politiques de notre époque, constitue à notre avis un problème d’actualité.

3Une littérature grandissante sur la « société de l’information » souligne l’importance et l’étendue des médias et, plus généralement, des technologies de l’information et de la communication au xxie siècle. L’arrivée d’Internet et son ahurissante explosion ont transformé la manière par laquelle nous communiquons et ont suscité un intérêt pour les médias encore jamais vu depuis l’introduction de la télévision il y a plus d’un demi-siècle. Renouveler la réflexion sur la direction que prend la société demande qu’on porte une attention spéciale aux médias, à leur rôle dans les structures politiques émergentes et dans l’évolution de notre monde. Voilà dans quel contexte se pose la question des politiques médiatiques.

4La notion de politique médiatique est souvent conceptualisée d’une manière étroite, comme si son champ d’action se limitait au gouvernement ou à l’État. Le retrait de l’État des politiques publiques relègue la politique médiatique de plus en plus aux confins de ses préoccupations immédiates. Les industries médiatiques ont fait de ce secteur l’un des domaines de croissance du capitalisme global les plus lucratifs et stratégiques. Elles n’hésitent pas à s’engager dans des activités politiques qu’elles jugent nécessaires à la promotion de leurs intérêts. Au cours des dernières années toutefois, de nouvelles organisations non gouvernementales, incluant des groupes d’opposition à travers le monde, ont reconnu le rôle essentiel des médias au développement d’une sphère publique démocratique, et par conséquent ont porté une attention particulière à leur démocratisation. Le grand public devra apprendre à reconnaître l’importance de ce secteur au même titre que la santé, l’éducation ou l’environnement en termes de priorité sociale et les dimensions publiques de cet enjeu.

Les enjeux : plus ça change, plus c’est pareil

5Depuis des décennies, les médias ont bien changé mais non les enjeux les concernant. Les technologies numériques ont développé une capacité à communiquer qui surpasse ce que nous pouvions imaginer il y a peu d’années. Mais les préoccupations entourant l’accès, la liberté d’expression et le contrôle sont aujourd’hui plus urgentes que jamais. Dans les années 1930, un vaste mouvement social fit campagne pour l’établissement de la radiodiffusion publique au Canada. Graham Spry, l’un des animateurs de la Ligue canadienne de la radio, déclarait :

Laissons les ondes demeurer la prérogative d’intérêts commerciaux et soumises au contrôle commercial, et voyons de quelle liberté jouiront la voix et le cœur de la démocratie. Le maintien et l’extension de la liberté, le progrès, l’intégrité de l’éducation, exigent que la responsabilité de la radiodiffusion soit remise à la volonté populaire. La liberté ne peut être complète, ni la démocratie suprême, si les intérêts commerciaux dominent cette ressource vaste et majestueuse de radiodiffusion (cité par Raboy, 1996 : 56).

6Malgré un écart de près de soizante-quinze ans, ces propos sont toujours d’actualité.

7Les enjeux les plus importants par rapport aux médias concernent l’émergence et la formation d’un environnement médiatique global. Les présentes conditions techniques, géopolitiques et sociologiques qui sont celles des médias posent une série de défis que relèvent, d’une manière plus ou moins cohérente, un ensemble de configurations locales, nationales et transnationales. De nouvelles interrogations à propos de ce que doit être le rôle approprié des médias se retrouvent sur les agendas des gouvernements, des corporations transnationales et d’un nombre croissant de représentants de la société civile qui s’engagent dans des luttes afin d’influencer l’orientation que prendra le développement des médias. Un nouveau cadre général de gouvernance des médias prend actuellement forme et les problèmes liés au contentieux de cette gouvernance se multiplieront dans les années à venir.

8Présentement, un débat mondial se met en place sur le contrôle d’Internet. Au cours du mois d’octobre 2005, l’élite de la presse mondiale a été subitement inondée de reportages et d’éditoriaux alors que ce débat se poursuit à l’ONU depuis 2001, à l’insu du grand public. Des journaux comme le International Herald Tribune (30 septembre), The Economist (8-15 octobre), le Washington Times (10 octobre), le Guardian (12 octobre), le Washington Post (13 octobre), le New York Times (30 octobre), Le Monde diplomatique, le Montreal Gazette (10 octobre) et le Toronto Globe and Mail (13 octobre) ont publié des éditoriaux sur le sujet.

9Le « motif » était la tenue de la seconde, et dernière, phase du Sommet mondial sur la société de l’information qui se tenait à Tunis afin de discuter, entre autres sujets, de la gouvernance d’Internet. Les éditorialistes se sont tous entendus pour poser la même question (avec toutefois les exceptions notables du Guardian et du Monde diplomatique) : pourquoi l’ONU s’intéresse-t-elle à la gouvernance d’Internet ? La gouvernance d’Internet n’est-elle pas bien servie par le statu quo, c’est-à-dire par la gestion des importantes ressources Internet par une corporation privée basée en Californie (ICANN) relevant du Département de commerce américain en vertu d’un Memorandum of Understanding (MoU) ? Comme par hasard, la source première de ces articles était le représentant du Département d’État conduisant les négociations des États-Unis dans ce dossier.

  • 2  Le sommet a décidé de laisser la corporation (ICANN) continuer à contrôler l’infrastructure d’Inte (...)

10Les éditorialistes se sont montrés préoccupés du fait que la plupart des membres des Nations unies — à leur tête l’Union européenne — considéraient qu’ils n’avaient plus avantage à laisser le contrôle de l’infrastructure technique d’Internet — le « système de serveurs racines » qui constitue la base de toutes les communications Internet i.e., l’adresse « . » — sous l’autorité d’un gouvernement national qui, malgré qu’il soit une superpuissance, avait jusqu’alors adopté un mode de gestion minimaliste2.

11On conviendra que la question est complexe mais elle est d’une importance capitale pour le futur de la communication globale : qu’est-ce que la communication médiatisée par la technologie ? Une marchandise ? Une pratique individuelle ? Un bien public ? Les réponses, et les principes de base eu égard à la gouvernance des médias, constituent l’enjeu qui est devant nous.

Le vrai sens des technologies de communication

  • 3  Le degré avec lequel les technologies de communication sont déployées dans des fonctions de police (...)

12Les technologies de communication sont de plus en plus perçues comme des instruments de développement social, culturel et économique. Les gouvernements s’en servent immanquablement à des fins soit bénéfiques, par exemple, la e-gouvernance afin d’améliorer l’efficacité des administrations publiques tout en diminuant les coûts, soit maléfiques, par exemple, l’espionnage électronique ou le contrôle de la libre expression3.

13Certains gouvernements militent activement contre l’utilisation des technologiques médiatiques par les partis ou mouvements d’opposition. C’est le cas notamment de la Tunisie, pays hôte du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), dont la police ferme régulièrement des sites Web, traque ceux qui les ont créés et orchestre contre eux une répression. C’est aussi le cas de la Chine et de l’Iran, malheureusement parmi tant d’autres, où des organisations de défense des droits humains dénoncent l’emprisonnement de journalistes et autres communicateurs qui ont fait circuler des informations qui déplaisent aux autorités. Et c’est également le cas du Canada, où une loi en puissance, dite « loi sur l’accès légal », pourrait bientôt obliger des fournisseurs Internet à remettre aux autorités l’historique des activités en ligne de leurs abonnés.

14La communication est une arme à double tranchant. D’une part, elle accroît d’une manière exponentielle la capacité des citoyens à participer à la vie publique — du moins pour ceux et celles ayant accès aux moyens de communication — et, d’autre part, elle augmente la capacité des gouvernements et des corporations de traquer et d’observer le citoyen, de le traiter comme une valeur marchande et, éventuellement si jugé nécessaire, de le réduire au silence.

15D’où l’importance des enjeux et du choix des politiques publiques qui, de près ou de loin, touchent les médias.

16Aujourd’hui, le terme de « gouvernance d’Internet » est de plus en plus commun alors qu’il y a cinq ans la plupart des gens, incluant les spécialistes, auraient qualifié ce terme d’absurde. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), aussi récemment qu’en 1998, a jugé qu’il n’était pas nécessaire de modifier son cadre réglementaire puisqu’il pouvait s’appliquer aussi bien aux nouveaux médias qu’aux médias conventionnels. Le CRTC a finalement compris que toutes les formes de communication convergent sur Internet, et a décidé en mai 2005 de réguler les tarifs téléphoniques liés au service de communication « Voice-over IP » en tant qu’extension logique de son pouvoir de réguler la téléphonie.

17La première phase du Sommet mondial sur la société de l’information, tenue à Genève en 2003, avait demandé au Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, d’établir un groupe de travail sur la gouvernance d’Internet et de lui confier le mandat d’explorer cet enjeu et de rédiger des propositions. Le rapport du groupe de travail, déposé en juillet 2005, a fait l’objet de négociations diplomatiques qui ont pris fin pendant la seconde phase du Sommet, à Tunis, en novembre 2005.

18Les articles de presse signalés précédemment n’ont retenu qu’un seul aspect de cet enjeu, soit l’attribution et la gestion des noms de domaines d’Internet ou des systèmes d’adressage qui permettent de localiser l’emplacement de n’importe quel ordinateur en se référant à son adresse unique d’accès à l’Internet. Pour des raisons historiques, cette gestion est unilatéralement contrôlée par le gouvernement américain. Pour une première fois, les débats onusiens ont remis en question ce contrôle de façon globale. Diverses approches ont été suggérées, allant du statu quo au transfert de ce pouvoir gestionnaire à une nouvelle organisation onusienne ou à une institution existante, comme l’Union internationale des télécommunications (UIT), ou encore de retirer ce pouvoir de tout contrôle gouvernemental pour le confier au secteur commercial.

La gouvernance d’Internet

19À notre avis, nous voyons pointer l’iceberg de la politique des médias. Considérons, par exemple, certaines des autres questions qu’a soulevées le rapport du Groupe de travail sur la gouvernance d’Internet, www.wgig.org

  • La distribution inégale des coûts d’interconnexion Internet. Les distributeurs de services de connexion Internet dans des pays qui sont privés des infrastructures de base, particulièrement dans les pays en développement, doivent payer des coûts prohibitifs pour une connexion internationale. Il n’y a actuellement aucun mécanisme global approprié et efficace pour résoudre ce problème.

  • Le manque de mécanismes efficaces pour prévenir et punir le cybercrime, et l’inefficacité des mécanismes multilatéraux pour assurer la stabilité et la sécurité des infrastructures, des services et leurs applications.

  • Le pollupostage. Il n’y a aucun consensus global sur une définition du pollupostage et aucun accord global pour s’attaquer à ce problème ou pour permettre aux lois nationales en la matière d’être efficaces.

  • La propriété intellectuelle et l’application des DPI dans le cyberespace. Comment répondre aux préoccupations de ceux qui détiennent les droits d’auteur, notamment la violation de leurs droits, et à celles des utilisateurs, notamment l’existence des oligopoles de marché, les obstacles à l’accès aux contenus numériques et à leur utilisation ?

  • La liberté d’expression. Les mesures prises pour sauvegarder la sécurité sur Internet ou pour combattre le cybercrime peuvent conduire à la violation des normes encadrant la liberté d’expression, tel que spécifié dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

  • L’inexistence ou l’application inconsistante, tant sur le plan des législations nationales que des standards universels, des droits à la vie privée et à la protection des données sur Internet.

  • Les droits des consommateurs. Il existe peu de standards internationaux dans le commerce électronique qui protègent, de façon pleine et entière, les droits traditionnels des consommateurs. Plusieurs problèmes surviennent dans les domaines de l’achat de biens numériques et des services en ligne.

  • Le multilinguisme sur Internet soulève des problèmes liés à la préoccupation plus large de la diversité culturelle et de l’insuffisance des contenus multilingues locaux, mais aussi des problèmes de coordination afin de fixer des standards pour l’attribution des noms de domaines multi et plurilingues, des adresses électroniques et des mots clés.

  • En raison du manque de transparence des mécanismes de gouvernance, la participation multipartenaire des organismes non gouvernementaux et des gouvernements de pays en développement au développement de politiques globales est considérablement entravée.

20Cet échantillon des enjeux ayant émergé lors des débats entourant le SMSI ne doit pas faire oublier ceux que des organisations de base ont réussi, de façon limitée, à faire inscrire à l’ordre du jour et cela d’une manière sans précédent dans un forum politique transnational (Raboy et Landry, 2005) : notamment, la concentration de la propriété des médias, l’avenir des services de radiodiffusion publique, le développement d’un secteur médiatique communautaire indépendant.

21Pour la première fois, on a reconnu que les enjeux des grands et des petits médias sont maintenant liés dans ce nouvel environnement médiatique en émergence. Et c’est cette reconnaissance, à notre avis, qui a soulevé l’ire du Département d’État américain et de ses alliés de l’élite médiatique mondiale peu avant l’ouverture du Sommet à Tunis.

Culture, commerce et communication

22Graham Spry, que nous avons cité, avait déclaré devant le comité parlementaire canadien chargé d’étudier la proposition d’établir la première loi canadienne sur la radiodiffusion :

Vous avez un choix et celui-ci consiste entre un choix entre l’État et les États-Unis. Il s’agit de choisir entre les intérêts commerciaux et les intérêts de la population. Un choix entre l’État et les États-Unis (cité par Raboy, 1996 : 60).

23Le choix est toujours le même, mais cette fois il se pose sur le plan international. Il y a un an, au siège de l’UNESCO à Paris, 148 gouvernements d’États souverains ont adopté une Convention internationale sur la diversité culturelle, en vertu de laquelle les gouvernements peuvent continuer d’élaborer et de maintenir des politiques culturelles nonobstant les accords commerciaux internationaux dont ils sont signataires. Deux gouvernements ont voté contre l’adoption de la Convention ; celui des États-Unis d’Amérique et celui d’Israël. La psychose médiatique et le refus du gouvernement étatsunien de reconnaître que la culture est autre chose qu’une simple marchandise sont des symboles à la fois de leur pouvoir et de leur suffisance. À notre avis, le problème dépasse le spectre de l’hégémonie américaine. Il renvoie, au contraire, à une multitude de dimensions distinctes.

24Cette convention représente une victoire diplomatique majeure pour le Canada, qui a été l’un de ses architectes et promoteurs. Mais quel usage en fera-t-on ? Cette question se pose parce que l’impression est grande que la seule certitude politique de notre époque est le consumérisme, une politique conduite par le désir de consommer, de participer à la culture de consommation. Aucun idéalisme ne peut ignorer ce fait. L’idée d’un bien public apparaît dès lors comme une anomalie, sauf si nous l’abordons comme une question de principe éthique fondamental.

25Cette tension historique entre commerce et culture a marqué, et continue de marquer, le développement d’une politique de la communication et de la culture au Canada. Pour plusieurs Canadiens, cette tension s’inscrit dans « l’identité canadienne » car elle souligne le rôle que le Canada joue sur le plan mondial, où il a longtemps servi de modèle alternatif à la fois au système américain de libre entreprise et aux anciens monopoles de service public européens. L’expérience canadienne établit à bien des égards la ligne entre ce qui est désirable et ce qui est possible en matière de politique de communication et de politique culturelle. Elle s’impose également comme référence pour réévaluer et redéfinir le rôle de l’État dans ces deux domaines.

26Il est désormais clair, même pour l’observateur le plus distrait, que l’environnement dans lequel la communication médiatisée prend place — « l’espace communicatif », selon l’expression du théoricien britannique de la démocratie médiatique John Keane — évolue rapidement et de façon dramatique. Cela nous oblige à reconsidérer des idéaux classiques tels que le « bien public ».

27Keane est l’un de ces théoriciens pour qui la caractéristique définitoire de l’espace communicationnel réside dans sa nature publique.

Une sphère publique est un type particulier de relation spatiale prenant place entre deux ou plusieurs individus, habituellement connectés par certains moyens de communication, dans lequel des controverses non violentes éclatent, pour une période de temps brève ou plus étendue, concernant les relations de pouvoir opérant à l’intérieur de leur milieu d’interaction et/ou à l’intérieur d’un milieu plus large de structures sociales et politiques à l’intérieur desquelles les adversaires se situent (Keane, 2003 : 169. Notre traduction).

28L’idéal républicain, qui soutient que

[…] des citoyens éclairés peuvent mieux agir ensemble à l’intérieur d’un espace physiquement construit qui est ultimement ancré dans l’espace physique occupé par le pouvoir d’État [a été rendu désuet par] le nombre croissant de sphères publiques [qui] sont des espaces politiquement construits n’ayant aucune connexion immédiate avec un territoire physique. La vie publique […] est présentement sujette à un processus de déterritorialisation […] (Keane, 2003 : 186. Notre traduction).

29En d’autres mots, l’espace communicatif d’aujourd’hui, c’est le monde entier. Cela n’implique pas la disparition de l’État-nation ou du média national public, comme nous le rappellent constamment un ensemble d’événements disparates dont les référendums français et néerlandais sur la Constitution européenne, les multiples résistances nationales et subnationales à la culture mondialisée, et le support massif à la convention de l’UNESCO. Ce que cela signifie, c’est que le monde est devenu, partout, le point de référence pour toute discussion relative à des politiques nationales alors que le local se voit revigoré par une nouvelle mission. En d’autres mots, l’idée d’une « visée nationale » dans le secteur des médias a été éclipsée par la notion de « visée civique » ; et c’est autour de celle-ci que doivent se rallier les efforts visant à se doter de politiques publiques et autres moyens pour agir sur les médias. Ainsi se trouvent transformés la nature de la sphère publique et le mécanisme mobilisateur de la technologie ; ainsi s’engendrent de nouveaux médias, de nouvelles problématiques eu égard aux médias, et de nouvelles façons d’aborder les anciens enjeux. Nous sommes face à un phénomène historique qui se situe, comme dirait Fernand Braudel, dans la longue traversée, dans la longue durée.

30La pensée traditionnelle sur les médias de masse au cours du xxe siècle s’était focalisée sur la capacité des institutions médiatiques à jouer un rôle dans la démocratisation des sociétés, en créant une sphère publique où les gens pourraient participer activement aux affaires publiques, en amplifiant les identités nationales et culturelles et en faisant la promotion de l’expression créative et du dialogue. Cependant, dans tous les cas, une certaine forme d’intervention gouvernementale a été jugée nécessaire afin de faciliter le rôle des médias. Dès que la production médiatique a nécessité un degré plus élevé d’organisation et des ressources qui dépassaient les capacités du mode artisanal, une certaine forme de régulation structurelle s’est imposée afin d’assurer que les médias se conforment, au minimum, aux devoirs et obligations de la responsabilité sociale. Par exemple, l’allocation de fréquences radiophoniques, la création de services publics de radio et de télévision, le financement des médias communautaires à but non lucratif, des restrictions sur la propriété des médias commerciaux (par exemple, limiter la quantité de titres qu’une firme peut contrôler ou interdire la propriété des médias aux entreprises étrangères).

31Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et d’une nouvelle constellation de facteurs — techniques, économiques, et idéologiques —, les législateurs nationaux sont moins enclins et moins capables d’intervenir dans la sphère des activités des médias. Au même moment, de puissants mécanismes formels et informels (notamment des accords commerciaux internationaux) limitent la capacité des gouvernements nationaux à intervenir dans le secteur des médias. L’environnement global des médias constitue un nouveau territoire où, devant un vide juridique, les puissants édictent les règles afin de satisfaire leurs besoins particuliers. Ces actions sont pour le moins paradoxales, compte tenu de l’histoire des médias chez les démocraties libérales au cours des 150 dernières années.

32Les médias indépendants sont nés de leur opposition à l’État et de leur soutien à des valeurs s’apparentant à la libre expression. Les premiers médias étaient politiquement et idéologiquement engagés, comme l’illustrent les pamphlets de Thomas Paine et autres partisans des révolutions française et américaine. Pour ne retenir qu’un seul exemple, notons que plus de 100 journaux étaient publiés dans la seule portion francophone de l’Amérique du Nord britannique au cours du xixe siècle. Dès les années 1880, la presse commerciale émerge dans toutes les sociétés capitalistes avancées — un phénomène caractérisé par le philosophe allemand Jürgen Habermas (1978) de « transformation structurelle de la sphère publique ». Paradoxalement, l’apparition d’un public de masse alphabétisé, favorisant ainsi la démocratisation de la presse, a eu pour effet de banaliser la fonction première de la presse engagée. Ce nouveau lectorat, peu fortuné, a incité les éditeurs à vendre leurs copies « à bon marché » pour élargir l’audience (la circulation) et à « vendre » l’audience aux publicitaires. L’alphabétisation, liée aux nouvelles technologies de production (presses rotatives), a transformé la presse engagée de la sphère publique en une presse commerciale de la sphère économique. Dès les années 1920, alors que s’établissaient les médias électroniques, la presse commerciale à large diffusion était devenue la forme médiatique dominante. Au cours des années 1950, le sociologue critique américain C. Wright Mills (1956) est amené à faire la distinction entre les notions de public et de masse selon l’usage qu’en faisaient les gens des médias.

  • 4  Le Protocole d’Amsterdam sur le système de radiodiffusion publique dans les États membres a été si (...)

33Aux États-Unis, en Australie, au Canada et dans la plupart des pays d’Amérique latine, la radio et, plus tard, la télévision, tout en étant régulées par une autorité gouvernementale, se développent selon le modèle économique de la presse. Mills et les autres critiques n’ont pas pris en considération l’émergence d’un nouveau phénomène, au cours des années 1920, principalement dans l’Europe occidentale mais aussi — du moins pour les élites concernées — dans les colonies : le service de radiodiffusion public (SRP) qui coexiste dans certaines régions du monde, avec les médias commerciaux. Dans la plupart des pays d’Europe occidentale, le service de radiodiffusion public a profité d’un statut de monopole jusqu’aux années 1980. Inspiré par un ensemble de principes universels, le SRP se trouve devant un nouveau paradoxe : une radio et une télévision subventionnées par l’État mais conçues pour présenter une alternative ou encore pour miner le modèle économique commercial dominant. La radiodiffusion dans ces pays se donnait une vocation sociale, culturelle et éducatrice plutôt que commerciale (du moins en principe). Les garanties d’une indépendance clairement établies chez le diffuseur public par rapport aux États et gouvernements subventionnaires grâce à des mesures protectionnistes étaient alors cruciales. Si la radiodiffusion publique a traversé différentes crises financières et morales au cours des dernières décennies du xxe siècle, c’est parce qu’elle est toujours reconnue comme un élément clé de la démocratie, notamment dans le Protocole d’Amsterdam du traité sur l’Union européenne4.

34Parallèlement, les médias alternatifs ou de résistance, d’ordinaire liés à des mouvements politiques, ont joué un rôle capital dans certains régimes autoritaires ou coloniaux, de même que dans des démocraties libérales. Ici et là, dans les années 1960, un troisième secteur médiatique s’organise et accompagne la montée de nouveaux mouvements sociaux et de la jeunesse. En Occident, la presse alternative et, plus tard, la radio et la télévision communautaires se sont multipliées — souvent grâce aux ressources offertes par l’État. En Europe, des médias pirates radicaux s’installent et remettent en question les monopoles du Service de radiodiffusion public. La libéralisation favorise l’introduction de médias non étatiques dans des pays comme la France et l’Italie au cours des années 1980 et a pour effet imprévu de légitimer les médias pirates et d’ouvrir les vannes à l’introduction des médias commerciaux à l’américaine. Au tournant de notre siècle, les médias alternatifs ont contribué à la déconstruction du système soviétique, à la démocratisation de plusieurs régions en Asie, en Afrique et en Amérique latine, au renforcement des alternatives pour une « autre » mondialisation, à la promotion des droits des gais et lesbiennes, à la consolidation des cultures des diasporas, et encore. Chez des pays où coexistent des secteurs médiatiques commerciaux et de service public bien développés, comme le Canada et l’Allemagne, ce troisième secteur médiatique a été reconnu par la législation du pays et il profite à la fois d’une légitimité et d’un certain soutien public et gouvernemental.

35En ce début du xxie siècle l’on peut dresser le portrait général suivant :

  • un accroissement de la concentration de la propriété des médias (presse écrite, radio, télévision) et une régulation minimaliste des éléments les plus fondamentaux de la responsabilité sociale des médias commerciaux ;

  • la persistance des crises de financement et de légitimité qui talonnent la radiodiffusion publique dans un contexte de politiques fiscales sévères et de baisses des parts d’audience par rapport aux médias commerciaux ;

  • dans certaines régions du monde un statut légal reconnu aux médias alternatifs et communautaires et un minimum de support de la part du milieu de la régulation et des finances ;

  • des combats de fond pour la liberté d’expression et pour la libéralisation des médias contrôlés par l’État dans plusieurs régions du monde.

Comprendre les médias

36Est-ce la fausse modestie qui incite l’historien économique canadien Harold Innis à écrire :

[…] je suis suffisamment humble devant l’extrême complexité de mon sujet pour reconnaître […] que je ne suis pas compétent pour comprendre le problème encore moins pour proposer des solutions (1956 : 78. Notre traduction).

37Selon James Carey, Innis a reconnu que l’étude des médias n’est pas une « catégorie de pensée cloisonnée », mais « un chemin plongeant au plus profond, aux plus insurmontables des problèmes de la vie contemporaine » (Carey, 2004 : xx. Notre traduction). Parmi ces « problèmes de la vie contemporaine », signalons le besoin de dialogue pour développer des relations interculturelles, pour résoudre les conflits et pour cimenter la solidarité entre les peuples.

38Les technologies de communication et les institutions auxquelles celles-ci donnent naissance deviennent de plus en plus centrales au déroulement de la vie en société, que l’on soit un individu préoccupé par les misères et joies de la vie quotidienne, une compagnie multinationale cherchant à étendre sa sphère d’activité, un groupe de pression écologiste tentant de développer un réseau mondial afin d’engendrer du changement ou un gouvernement national aux prises avec le défi d’améliorer le bien-être de ses citoyens.

39Aujourd’hui, les formes de communication médiatique constituent un système de plus en plus intégré ne connaissant apparemment aucune frontière, physique ou symbolique. Non seulement l’information voyage-t-elle instantanément partout dans le monde, mais différents types d’information se rencontrent et se livrent une bataille pour l’attention des gens dans un environnement caractérisé d’abord et avant tout par l’abondance. Inimaginable à l’époque où la radio était en compétition avec la télévision, des bulletins de radio dirigent leurs auditeurs vers des sites Web d’où ils peuvent télécharger des images illustrant les reportages qu’ils viennent à peine d’entendre. Le marketing de marque a remplacé la censure comme moyen le plus efficace de contrôler l’information ; chacun peut devenir son propre éditeur. L’habilité de communication la plus recherchée aujourd’hui consiste à savoir différencier l’essentiel de l’accessoire.

40Notre quotidien est rempli de gens de différents horizons, aux intérêts conflictuels et qui se présentent à nous comme détenteurs de solutions à tous nos problèmes. Ils désirent utiliser les médias pour diffuser des idées, faire de l’argent, organiser la société. Ils essaient d’inventer de nouveaux usages, d’occuper le terrain des politiques médiatiques afin de reformuler pas toujours de façon compétente la relation entre les sphères privées et publiques.

41Ce terrain est hautement contesté. C’est un champ de bataille, un espace de tension et de luttes ancré dans l’histoire sociale selon la loi « naturelle » qui stipule que la technologie n’est pas neutre mais émerge de circonstances historiques particulières. Puisque les médias sont des institutions sociales primordiales, l’intervention publique eu égard à leur orientation est à la fois légitime et nécessaire.

42S’il est si difficile de discuter de politiques médiatiques actuellement, c’est que les termes de la discussion continuent d’être circonscrits par un paradigme dépassé. La réglementation de la radiodiffusion conventionnelle, par exemple, se fondait sur le principe de la « rareté » des fréquences. Aujourd’hui, parce que cette rareté a disparu, le paradigme fondateur nourrit des arguments fallacieux prônant l’abolition de toute forme de régulation. Nous avons toujours besoin de régulation ; ce dont nous avons besoin, c’est d’un nouveau paradigme fondé cette fois sur la nouvelle abondance médiatique pour gérer les problèmes de politiques que cette abondance crée.

Changement de paradigme : la régulation à l’âge de l’abondance médiatique

43Dans un âge d’abondance médiatique, la régulation des médias n’est pas moins nécessaire qu’au temps de la rareté. Mais elle doit s’appuyer sur un nouvel ensemble de prémisses capables de résoudre les problèmes liés à l’organisation de la masse d’informations que la technologie livre à ses usagers et au sens qu’ils peuvent en tirer. Par exemple, la présence envahissante du pourriel détourne et décourage les utilisateurs du courrier électronique. La tendance à la convergence médiatique convainc de plus en plus que la diversité et le pluralisme dans le paysage médiatique ne peuvent plus être tenus pour acquis. La multiplication des canaux demande de repenser le concept d’un service de radiodiffusion publique et d’inventer le type d’institution le plus apte à offrir ce service. Bref, il y a urgence d’un nouveau paradigme régulateur focalisé sur comment garantir l’accès communicatif et l’équité dans notre contexte d’une surabondance d’informations.

44Non seulement les politiques médiatiques et la régulation sont toujours nécessaires, mais elles doivent continuer à opérer, si nous voulons qu’un nouveau régime de politique publique s’établisse rapidement.

45Historiquement, la politique médiatique a toujours été soumise à la nécessité convenue de gérer les nouvelles technologies, mais dès qu’une technologie établie devient problématique, c’est-à-dire qu’elle pose « problème », la politique se transforme, de manière typique, en un enjeu. Alors se dessine la volonté des institutions à vouloir influencer l’orientation et l’impact de cette technologie. Cette politique, à la fin, sera l’aboutissement d’une constellation de forces sociales conjoncturelles : le milieu scientifique et ses découvertes, le milieu des hackers et leurs astuces, le milieu industriel et leurs stratégies de mise en marché et enfin les usagers et leurs modes d’appropriation et de « bricolage ».

46Raymond Williams (1974), un théoricien britannique de la culture, a poussé très loin sa réflexion dans sa tentative de comprendre la complexité de la technologie de la communication et sa place dans nos sociétés. Il souligne qu’une caractéristique particulière des systèmes de communication, c’est d’être imaginés bien avant d’être inventés. Quand sont réunies plusieurs techniques pour servir un objectif politique, économique ou, le plus souvent, militaire, c’est alors que s’établit un dispositif technologique. Il en a été ainsi pour le télégraphe, la radio et Internet. Il n’est donc pas surprenant que toutes tentatives d’utiliser les techniques pour changer des conditions sociales aboutissent à la frustration.

47Williams et d’autres ont montré que l’origine de la technologie se trouve dans le besoin d’améliorer les communications opérationnelles à l’intérieur des structures existantes, militaires ou commerciales, avant d’être mises à la disposition des civils. À l’origine, rien prédestinait la radio, par exemple, à devenir « inévitablement » un appareil centralisateur de transmission orientée vers des foyers équipés de récepteurs. Ce « destin » découle plutôt de son développement à un moment particulier de l’histoire de la culture anglo-saxonne. De façon générale, nous pouvons affirmer que l’installation de la radio et ensuite de la télévision dans les foyers privés était à la fois un facteur et un symptôme de la transformation de la sphère publique au xxe siècle.

  • 5  Williams illustre le processus complexe et imprévisible selon lequel des intentions contrôlées dev (...)

48Avec l’avènement de la radiodiffusion, la relation historique entre les médias de communication et l’État s’est modifiée de façon radicale. Auparavant, l’intervention gouvernementale, lorsqu’elle existait, cherchait à contraindre une activité médiatique perçue comme une menace à la sécurité de l’État. Les tentatives de contrôler la presse aux xviie et xviiie siècles étaient une réponse à la menace que la presse écrite et la croissance de l’alphabétisation posaient aux gouvernements autoritaires5. De même, l’invention du télégraphe a créé le besoin de gérer la communication internationale pouvant menacer la sécurité extérieure des États. L’établissement de la radiodiffusion comme média de consommation après la Première Guerre mondiale a toutefois coïncidé avec la naissance de la conception moderne de l’État selon laquelle on peut et doit recourir à l’État comme à un instrument d’intervention progressiste à des fins sociales.

49Les liens entre la nouvelle gouvernance et les nouvelles technologies de la communication ne sont pas innocents. L’invention du télégraphe en 1844 signalait non seulement que l’ère de l’électronique avait déjà succédé à celle de la mécanique, mais aussi la naissance d’un nouveau type d’État national. L’invention en 1450 par Gutenberg du procédé d’impression avec des caractères mobiles a offert aux gouvernements l’opportunité sans précédent d’établir leur autorité sur leur territoire grâce à la publicité. Le nouvel ordre international, établi par le traité de Westphalia (1648), reconnaît la règle de droit qui gouverne désormais les relations internationales entre des États autonomes.

  • 6  Il est richement ironique que l’œuvre de Karl Marx soit si insensible à la signification des commu (...)

50Le télégraphe, en décuplant la capacité de communiquer à travers les espaces, a aboli les frontières et a introduit non seulement un changement majeur dans le fondement de l’ordre international mais aussi un niveau plus élevé d’incertitude. Il n’est pas surprenant que la notion de solidarité internationale basée sur l’appartenance à une classe sociale plutôt qu’à une entité nationale, mise de l’avant par la publication du Manifeste communiste en 1848, ait coïncidé avec le nouveau transnationalisme en communication6, suivi de la transnationalisation du capital qui, invariablement, bénéficie du support d’un ou de plusieurs États nationaux.

51Le télégraphe, en facilitant la coordination du trafic ferroviaire, répond ainsi au besoin d’augmenter les bénéfices des compagnies, mais son action se fait également sentir dans tous les domaines de la vie économique et politique. L’établissement par les chemins de fer d’un système de communication national (la télégraphie) permet la consolidation de l’État westphalien ; un processus plus tard bonifié par la radio et la télévision, jusqu’au moment où ce processus a été miné par la diffusion satellitaire dans les années 1960, et ensuite totalement éclipsé par l’arrivée d’Internet (Carey, 1998).

52Le télégraphe a créé le besoin d’inventer le temps standardisé : un exemple de ce que le spécialiste du cyberespace, le juriste universitaire Lawrence Lessig (1999), nomme « la contrainte architecturale » inscrite dans tout un système social à des fins de régulation. Le chemin de fer et le télégraphe ont permis aux États de s’engager dans la régulation détaillée de l’activité humaine sur l’ensemble de leurs territoires : un espace défini par un temps uniforme (Carey, 1998 : 29).

Lorsque chaque ville et temps ont été liés par le télégraphe et le chemin de fer, un système national de communication, régulier et périodique, est devenu possible pour la première fois. Sur la colonne vertébrale de ce système, une communauté nationale de politiques et de commerce pouvait être construite. Les gens n’avaient plus à vivre dans des communautés isolées, accommodés exclusivement aux rythmes et habitudes locales, peu au courant de la nation au-delà les frontières locales sauf lorsque les nouvelles arrivaient de manière irrégulière ou lorsque des urgences nationales accroissaient la conscience de la nation (Carey, 1998 : 29. Notre traduction).

53Déjà, le temps et la distance apparaissent comme des contraintes majeures à l’extension des empires. Pour une grande partie du xxe siècle, et aussi surprenant que cela puisse nous paraître aujourd’hui, les réseaux de communication ont été confinés à l’intérieur des frontières nationales, se trouvant ainsi, comme le souligne Carey, à absorber les identités locales et à positionner les nations les unes contre les autres

54Lorsque le télégraphe est passé au « sans fil », alors que le xixe siècle tirait à sa fin, les puissances impériales de l’époque ont été forcées à agir afin de protéger leurs intérêts. La table était mise pour qu’un autre grand changement technologique prenne place. Cette fois, il a été accompagné par la construction d’un système mondial de communication dont l’infrastructure de base répond à des normes internationales et ses structures, et ultimement ses contenus, à des politiques nationales. Avec la venue de la communication radiophonique sans fil, le régime régulateur de base que nous avons connu au xxe siècle s’est mis en place. Aujourd’hui, un nouveau régime régulateur commence à peine à s’installer.

Façonner les médias

55Quelles sont les conditions pour que l’environnement médiatique canadien puisse, au mieux, desservir le bien commun ?

56La revitalisation de la radiodiffusion publique. Nous avons vu à l’été 2005 comment des relations tendues entre la direction et les journalistes de la Société Radio-Canada/CBC ont menacé l’existence même de l’institution. Le lockout qui a paralysé les services de la Société Radio-Canada/CBC à l’extérieur du Québec pendant huit semaines indique à la fois une suffisance et un sérieux problème de gouvernance. Il est peu probable qu’un conseil de direction indépendant, ayant à l’esprit l’intérêt public et disposant d’un réel pouvoir, aurait toléré une telle décision. Mais le président de la société et son équipe de direction ne sont pas imputables devant le conseil de direction composé, d’ailleurs, de nominations politiques. En Grande-Bretagne, le pdg de la BBC est responsable devant le conseil qui le nomme. Au Canada, la direction de la Société Radio-Canada/CBC, ainsi que les membres du conseil sont nommés par le premier ministre.

57Outre la gestion des relations de travail, la Société Radio-Canada/CBC souffre depuis des années d’un syndrome qui affecte tout particulièrement la télévision : le nivellement du contenu vers le bas, ou la quête de l’audimat afin de battre les diffuseurs privés sur leur propre terrain. Ils ne peuvent pas réussir. Les diffuseurs privés ont d’ores et déjà saturé le marché de contenus abrutissants. Pourquoi la SRC/CBC se lance-t-elle dans une pareille aventure ? La raison est évidente : elle a besoin d’argent. Des statistiques révèlent que le Canada se classe au 22e rang des 26 pays de l’OCDE pour le financement per capita de son service public. Seuls le Portugal, la Pologne, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis investissent moins. La SRC/CBC a besoin d’un financement accru, mais les Canadiens sont en droit de se demander pourquoi ils devraient investir plus que leurs 30 $ annuels — même si les sondages, année après année, indiquent qu’ils sont prêts à le faire. Un financement public accru permettrait à la SRC/CBC d’éliminer la publicité de la télévision, et se rapprocherait alors de la situation qui prévaut à la radio publique. L’argent peut être trouvé dans le système canadien, en recyclant des profits engrangés par le secteur privé à même l’aide financière de l’État ; profits qui n’existeraient pas sans l’environnement protectionniste et régulateur mis en place par le CRTC. Mais le financement seul ne suffira pas pour que la SRC/CBC puisse remplir son mandat. À certains égards, le moment d’égarement de la SRC/CBC s’est produit en 1990, lorsqu’elle décida d’abandonner la production régionale. Le manque de financement a été évoqué pour justifier cette décision, mais l’on peut se demander s’il n’y avait pas également un manque de volonté. Lorsque le Comité permanent du patrimoine canadien a effectué une tournée du pays en 2003 afin d’écouter les avis sur l’état de la radiodiffusion canadienne, les citoyens se sont montrés très insatisfaits du manque et du caractère inadéquat de la programmation régionale. Impressionnés, les députés membres du Comité ont rédigé une série de recommandations pour que la SRC/CBC assume son rôle de radiodiffuseur régional ou, à défaut, qu’on donne accès aux fonds fédéraux aux autres diffuseurs qui s’engageraient à offrir ce service. Le rapport du comité parlementaire « dort sur les tablettes » du ministère du Patrimoine. Les problèmes de la SRC/CBC sont, en grande partie, redevables à l’inaction du gouvernement fédéral canadien.

58Nous devons exiger davantage du secteur privé. Le Canada a accepté un niveau de concentration dans les médias qui demeure inégalé parmi tous les autres pays comparables. La compagnie québécoise, Quebecor, comme les autres conglomérats canadiens — BCE, Rogers, CanWest Global —, occupe une position dominante sur le marché de la presse quotidienne, de la télévision, de la câblodistribution, de l’édition (depuis octobre 2005) et, n’eut été du refus du CRTC en 2004, de la radio. Aucun autre pays occidental n’accepte une telle concentration des médias. Selon notre cadre juridique, les médias privés sont partie intégrante du système canadien de radiodiffusion et à ce titre ont l’obligation de contribuer à la programmation canadienne, d’offrir un temps d’antenne aux petits producteurs à but non lucratif et de réserver une partie de leurs profits au financement des médias communautaires et de service public. Non seulement refusent-ils de remplir leurs obligations, ils osent proposer de limiter les sources de financement afin d’accroître leurs profits afin de satisfaire leurs actionnaires.

59Nous avons besoin de mesures pour contrer la concentration de la propriété des médias et pour promouvoir le pluralisme et la diversité. Nous devons renouveler notre soutien aux médias communautaires indépendants et à but non lucratif, et leur fournir les mécanismes nécessaires pour s’épanouir. C’est l’un des rôles les plus importants du CRTC qui, ces derniers temps, a pris des décisions désolantes dont celle d’accorder deux permis d’exploitation à des entreprises canadiennes de radio satellite qui diffuseront un contenu largement étatsunien. Le CRTC devrait plutôt s’assurer du soutien de groupes sociaux engagés dans l’établissement de politiques « intelligentes » en matière de radiodiffusion canadienne et tout particulièrement en matière de respect des standards moraux et de la décence. Un exemple récent d’un jugement dans ce sens prononcé par le CRTC en juillet 2004, et largement publicisé, fut le non-renouvellement du permis d’exploitation de la station radiophonique, CHOI-FM, à Québec.

60La Cour d’appel fédérale a également eu raison de rejeter l’argument des propriétaires de la station qui alléguaient que le jugement attaquait la liberté d’expression. Voici un extrait de la décision du juge J. A. Létourneau, qui, au nom de la Cour, écrit :

L’appelante fait grand état de la liberté d’expression reconnue à l’article 2b) de la Charte et semble vouloir lui octroyer un absolutisme que les tribunaux ne lui ont jamais reconnu. Je ne crois pas me tromper en affirmant que liberté d’expression, liberté d’opinion et liberté de parole ne veulent pas dire liberté de diffamation, liberté d’oppression et liberté d’opprobre. Je ne crois pas non plus me tromper en affirmant que le droit à la liberté d’expression reconnu à la Charte n’exige pas de l’État ou du CRTC qu’ils se rendent complices ou promoteurs de propos diffamatoires, de violations des droits à la vie privée, à l’intégrité, à la dignité humaine et à la réputation en les obligeant à émettre une licence de radiodiffusion utilisée à ces fins. Accepter la proposition de l’appelante, c’est se servir de la Charte pour faire de l’État ou de ses organismes un instrument d’oppression ou de violation des droits individuels à la dignité humaine, à la vie privée et à l’intégrité au nom de la rentabilité commerciale d’une entreprise (Cour d’appel fédérale du Canada, paragraphe 221, 2005 : 95).

61La station CHOI-FM a alors demandé à la Cour suprême du Canada de recevoir un appel au jugement, soutenant qu’il était dans l’intérêt national que la Cour clarifie les obligations des diffuseurs. Si la demande se rend effectivement en Cour suprême, la décision pourrait créer un important précédent. Les diffuseurs ont-ils des obligations ? Qu’attendons-nous, en tant que société, non seulement des diffuseurs mais aussi des éditeurs, des producteurs, etc. ? Quelle est la responsabilité des médias ? Est-elle strictement privée ou est-elle publique ? Les médias sont-ils des entreprises commerciales, des institutions publiques ou quoi encore ?

62Le rôle progressiste du Canada à l’international. Les questions touchant les médias et la communication sont présentement à l’agenda des débats internationaux, notamment le Sommet mondial sur la société de l’information, la Convention de l’UNESCO sur les expressions culturelles et artistiques et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. De nouveaux et « bruyants » organismes non gouvernementaux demandent une place à la table des négociations, et ils sont en train de l’obtenir. Les « barricades à la Seattle » sont simplement devenues une alternative trop coûteuse et pas nécessairement la plus efficace. Mais les résistances de certains gouvernements, pour la plupart des représentants de régimes autoritaires, à les admettre à la table des négociations demeurent toujours un obstacle comme l’est l’attitude de la seule superpuissance qui n’accepte d’abandonner aucune parcelle de son pouvoir, malgré sa légitimité fragilisée.

63La prolifération de médias alternatifs et indépendants. Les présents enjeux du milieu médiatique ainsi que le potentiel des médias alternatifs sont sans précédent. Ces enjeux et ce potentiel résultent de la rencontre et du croisement des médias, grands et petits. Voici quelques exemples. Au Canada, nous avons un secteur de radiodiffusion à but non lucratif des plus dynamiques comprenant des services comme l’Aboriginal Peoples Television Network (APTN) et Vision télévision accessibles à un large auditoire grâce au câble et au satellite. Dans le secteur public, Parole citoyenne, de l’Office national du film (ONF), a réinventé l’esprit du légendaire programme d’intervention sociale des années 1960 Société nouvelle, et encourage la communication entre citoyens sur les enjeux déterminants de notre époque. Nos radios communautaires et étudiantes sont particulièrement actives. Des réseaux globaux, comme l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) fondée à Montréal en 1983 et toujours installée dans cette ville, changent le paysage médiatique là où les médias conventionnels d’intérêt public sont nettement sous-développés.

64Après une période de relative stagnation d’une vingtaine d’années (1980 et 1990), nous assistons à une résurgence de la presse alternative, tout particulièrement la presse alternative en ligne d’où l’importance du débat entourant la gouvernance d’Internet. (Voir l’excellente publication Web, www.rabble.ca) Indymedia (www.indymedia.org), né de la rencontre de l’OMC de Seattle en 1999, compte maintenant plus de 150 membres associatifs à travers le monde, dont 11 au Canada (incluant le Centre des médias alternatifs du Québec, une source d’information très fiable sur l’« autre » mondialisation). Un inventaire, même sommaire, ne peut ignorer le phénomène des blogues et le mouvement global des droits à la communication issu des événements aussi déterminants que le Forum social mondial et les rencontres multilatérales comme le SMSI.

65Le titre d’un de nos ouvrages, Occasions ratées : histoire de la politique canadienne de la radiodiffusion (1996), est tiré d’une intervention que Graham Spry prononçait lors d’une consultation sur le renouvellement du permis d’exploitation de la CBC.

Si les cellules de la radiodiffusion canadienne sont maintenant devenues sans contrôle et produisent un cancer technologique, l’origine de cette maladie doit être cherchée dans notre propre faiblesse et dans les faiblesses, les compromissions, l’étourderie des gouvernements, et dans le conflit entre les intérêts les plus hauts et les opérations de l’entreprise privée […] Au cours de toutes ces années, à mesure que chaque occasion, l’une après l’autre, se présentait à nous, nous avons échoué à la saisir, nous avons échoué à en tirer parti.

66Souhaitons que d’ici peu ce ne sera plus le cas.

Haut de page

Bibliographie

CANADA (2005), Cour d’appel fédérale, Genex Communications Inc. c. Procureur général du Canada et le CRTC, CAF 283.

CAREY, J. W. (1998), « The internet and the end of the national communication system : Uncertain predictions of an uncertain future », Journalism and Mass Communication Quarterly, 75 (1), p. 28-34.

CAREY, J. W. (2004), « Introduction », dans Harold A. INNIS, Changing Concepts of Time, Lanham, Rowman & Littlefield, p. vii-xx.

HABERMAS, J. (1978), L’espace public, Paris, Payot.

INNIS, H. A. (1956), Essays in Canadian Economic History, Toronto, University of Toronto Press.

KEANE, J. (2003), Global Civil Society ?, Cambridge, Cambridge University Press.

LESSIG, L. (1999), Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books.

MILLS, C. W. (1956), The Power Elite, New York, Oxford University Press.

PRICE, M. E., et M. RABOY (dir.) (2003), Public Service Broadcasting in Transition. A Documentary Reader, The Hague, Kluwer Law International.

RABOY, M. (1996), Occasions ratées. Histoire de la politique canadienne de la radiodiffusion, Montréal/Québec, Liber/Presses de l’Université Laval.

RABOY, M., et N. LANDRY (2005), Civil Society, Communication and Global Governance. Issues from the World Summit on the Information Society, New York, Peter Lang USA.

WILLIAMS, R. (1974), Television : Technology and Cultural Form, London, Fontana.

Haut de page

Notes

1  Nous publions ici le texte de la Conférence commémorative Spry 2005, que l’auteur a prononcé à l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, le 10 novembre 2005. Le texte a été traduit de l’anglais par Normand Landry.

2  Le sommet a décidé de laisser la corporation (ICANN) continuer à contrôler l’infrastructure d’Internet et de créer un nouveau Forum multipartenaire de gouvernance d’Internet pour maintenir la discussion sur des questions d’ordre d’intérêt public. Voir le www.itu.int/wsis

3  Le degré avec lequel les technologies de communication sont déployées dans des fonctions de police est véritablement impressionnant et attire très peu l’attention publique. Un exemple : la Electronic Frontier Foundation (EFF), une ONG basée aux États-Unis, a révélé que certaines imprimantes électroniques utilisées dans ce pays insèrent dans les documents reprographiés un code secret qui enregistre où et quand ce travail d’impression s’est fait. Selon l’EFF, « les services secrets américains ont admis que la traque de l’information fait partie d’un accord avec certains manufacturiers d’imprimantes couleurs laser, dans le clair objectif d’identifier les contrefacteurs ». La nature précise de l’information encodée dans chaque document n’est toutefois pas connue.

4  Le Protocole d’Amsterdam sur le système de radiodiffusion publique dans les États membres a été signé en 1997. Ce texte et autres documents portant sur la radiodiffusion publique se trouvent dans une compilation de Price et Raboy (2003).

5  Williams illustre le processus complexe et imprévisible selon lequel des intentions contrôlées deviennent des effets incontrôlés, avec un savoureux commentaire sur l’exemple de l’alphabétisation : « Il n’y avait aucune façon d’enseigner à un homme à lire la Bible qui ne lui permet pas de lire la presse radicale » (Williams 1974 : 131. Notre traduction).

6  Il est richement ironique que l’œuvre de Karl Marx soit si insensible à la signification des communications modernes — quoique Marx ait travaillé comme correspondant européen d’un journal de New York et se serait servi du télégraphe sur une base régulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Raboy, « Façonner les médias  », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 137-158.

Référence électronique

Marc Raboy, « Façonner les médias  », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1544 ; DOI : 10.4000/communication.1544

Haut de page

Auteur

Marc Raboy

Marc Raboy est titulaire de la Chaire Beaverbrook en éthique, média et communication au Département d’histoire de l’art et études en communication à l’Université McGill. Courriel : marc.raboy@mcgill.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org