Navigation – Plan du site
Articles

La prise de position éditoriale

L’exemple de la presse québécoise
Gilles Gauthier
p. 112-134

Résumés

L’article s’intéresse à l’argumentation éditoriale. Son objectif est de mesurer, à l’aide de définitions opératoires de l’argument et de l’opinion, la part argumentative dans les positions prises en éditorial dans la presse québécoise. Une procédure de repérage des arguments et opinions est, par la suite, mise au point et appliquée à un corpus d’éditoriaux de quotidiens québécois. Cette analyse révèle des régularités significatives dans les journaux étudiés malgré d’importantes différences entre éditorialistes.

Haut de page

Texte intégral

The chief effect of talk on any subject is to strengthen one’s own opinions, and, in fact, one never knows exactly what he does believe until he is warmed into conviction by the heat of attack and defence.

Charles Dudley Warner.

1Un éditorial est censé faire connaître la position d’un journal sur un sujet d’actualité. La défense de cette position consiste-t-elle en la seule et simple expression d’un point de vue ou s’appuie-t-elle sur une démonstration plus étoffée ? La question est pertinente dans la mesure où, figures importantes de l’espace public, les éditorialistes sont réputés contribuer à une discussion rationnelle des enjeux et débats sociaux.

2Si quelques recherches s’intéressent aux thèmes et problématiques traités dans les éditoriaux (par exemple, Hynds, 1990 ; Rystrom, 1990 ; Boeyring, 1993), aucune n’est spécifiquement consacrée à la question de l’argumentation éditoriale. Je l’aborderai ici plus précisément au sujet de la presse québécoise. Je présenterai d’abord la conception d’ensemble de l’argumentation qui préside à mon entreprise. En un second temps, je ferai état de son application à un corpus d’éditoriaux de quotidiens québécois en faisant ressortir quelques considérations générales mais aussi quelques-unes de leurs caractéristiques.

Une conception opératoire de l’argumentation

3Afin de mesurer la part argumentative d’un éditorial, je mets de l’avant une définition de l’argument et une définition subsidiaire de l’opinion. Dans les travaux contemporains sur l’argumentation, l’argument est défini de deux façons différentes. Certains (par exemple Angell, 1964 ; Guttenplan et Tammy, 1976 ; Légaré et Carrier, 1996) le caractérisent, de manière restrictive, comme un soutien fourni à l’appui d’une thèse. D’autres (dont Toulmin, 1958 ; Toulmin, Rieke et Sillars, 1984 ; Freeman, 1988 ; Copi et Cohen, 1990 ; Soccio et Barry, 1992 ; Casullo, 1992, Govier, 1992 ; Lepore, 2002) voient plus largement l’argument comme la combinaison du soutien et de la thèse. Dans le sillage de cette seconde conception de l’argument, je propose la définition technique suivante : « un argument consiste en l’ensemble articulé d’une proposition et de sa ou ses justification(s) » (Gauthier, 2002a).

4Tel que je l’appréhende, un argument est donc formé de l’assemblage de deux constituants indispensables : une proposition et une ou des justification(s).

5J’appelle « proposition » toute initiative d’un locuteur consistant à mettre de l’avant un point de vue sur une question en débat ou du moins en délibération. Plus précisément une proposition peut être, entre autres choses, une thèse, une position, un jugement, une évaluation, un avis, un conseil, une recommandation ou une prescription. Dans certains travaux sur l’argumentation, par exemple chez Breton (1996), ce que j’entends par proposition est plutôt nommé « opinion ». Comme on le verra un peu plus loin, j’assigne à ce dernier terme une autre dénotation.

6J’appelle « justification » toute forme d’appui ou de soutien à une proposition : une raison, un mobile, une motivation ou une cause. Une justification est invoquée afin de légitimer une proposition ou d’autoriser son établissement.

  • 1  Dans le français contemporain, tel du moins qu’en témoigne le dictionnaire, cet assemblage entre d (...)

7Suivant ma définition, argumenter, c’est avancer un point de vue en le faisant reposer sur un fondement. Ainsi, l’argumentation est une opération complexe résultant de l’imbrication de deux actions plus élémentaires : la prise de position et sa légitimation. L’argumentation serait donc une démonstration au sens le plus banal du terme. À la condition d’entendre les termes dans une acception neutre, en désamorçant la connotation métaphysique qui leur est souvent prêtée, on pourrait même la caractériser comme une entreprise d’établissement d’une vérité au moyen d’une preuve. Dans l’argumentation, deux éléments, la proposition et la justification, sont combinés l’un à l’autre suivant un mode d’arrangement bien précis : la seconde est sollicitée comme confirmation de la première1.

  • 2  Reste à le caractériser comme acte de discours et à analyser comment une théorie de l’argumentatio (...)

8Concevoir l’argument comme résultant de l’agencement d’une proposition et d’une ou de justification(s) permet de mieux voir sa nature pragmatique. Un argument, ce n’est pas, essentiellement, un contenu de représentation ; ce n’est pas une idée considérée pour elle-même. Un argument est plutôt le produit d’une mise en œuvre. Un argument procède d’un accomplissement dynamique : il résulte de la mise en lien d’une proposition et d’une ou de justification(s). De ce point de vue, il y a primauté logique de l’acte d’argumenter et de l’argumentation — quand le terme désigne ce processus de liaison — sur l’argument. Il n’y a pas d’abord l’argument dont on disposerait dans une argumentation pour argumenter. Tout au contraire, l’acte d’argumenter est premier et en découle l’argument. Formellement, il n’y a pas d’arguments indépendants, autonomes de l’argumentation simplement parce qu’argumenter, c’est exécuter cette action qui consiste à fonder une proposition dans une ou des justification(s). Bref, argumenter est un acte de discours2.

9La définition de l’argument en termes d’une articulation d’une proposition et d’une ou de justification(s) a le grand mérite d’être opératoire. Elle ouvre la possibilité d’une analyse concrète de l’argumentation de tout texte, comme l’éditorial, dans lequel un point de vue est exprimé ou une position est prise sur une question controversée. Elle permet de mettre au point une procédure de repérage en deux temps des arguments. Pour localiser un argument, il faut et il suffit d’abord d’identifier une proposition et ensuite de déterminer sur quelle(s) justification(s) elle est appuyée. Cette procédure de repérage suppose, évidemment, qu’il soit possible de spécifier quand, dans un texte, un point de vue est mis de l’avant et quand en est proposé un fondement. Circonscrire de la sorte des propositions et des justifications est une tâche qui apparaît tout à fait réalisable. Dans beaucoup de cas, les propositions et justifications peuvent être délimitées avec suffisamment d’évidence. Leur identification permet ipso facto la localisation d’arguments.

10Voici, suivant cette procédure de repérage, deux premiers exemples d’arguments tirés de notre corpus d’éditoriaux.

- Argument 1-

Et si le gouvernement se plaint qu’il n’a pas d’argent, qu’il fasse appel au privé. Après tout, les entreprises sont les premières à profiter d’une main-d’œuvre faite de têtes bien remplies. (Michèle Ouimet, « Bibliothèque cherche livres », La Presse, 17 novembre)

- Argument 2 -

Dans une grande ville, les transports en commun constituent un service essentiel en soi. Ils ne devraient jamais subir d’interruption prolongée, pas plus la fin de semaine que la semaine. (Jean-Robert Sansfaçon, « Essentiel, le métro ? », Le Devoir, 20 novembre)

11Il est tout à fait clair, dans chacun de ces cas, que l’éditorialiste avance une proposition et invoque à son appui une justification. Ces propositions sont que le gouvernement devrait faire appel au privé et que les transports en commun d’une grande ville ne devraient jamais subir d’interruption prolongée. Elles sont fondées sur autant de justifications : parce que « les entreprises sont les premières à profiter d’une main-d’œuvre faite de têtes bien remplies », le gouvernement devrait faire appel au privé et parce que, « dans une grande ville, les transports en commun constituent un service essentiel en soi », ils « ne devraient jamais subir d’interruption prolongé ».

12Ces deux arguments peuvent être exposés sous une forme canonique afférente à notre définition de l’argument.

  • 3  Cette forme canonique de présentation des arguments est purement conventionnelle. Le contenu des p (...)

- Argument 1-

Proposition

[Que le gouvernement fasse appel au privé]

Justification(s)

[Les entreprises sont les premières à profiter d’une main-d’œuvre faite de têtes bien remplies]

-Argument 2-

Proposition

[Dans une grande ville, les transports en commun ne devraient jamais subir d’interruption prolongée, pas plus la fin de semaine que la semaine]

Justification(s)

[Les transports en commun constituent un service essentiel en soi]3

13Pour repérer ces arguments, on a d’abord localisé les propositions pour ensuite leur trouver une justification. Cette seconde opération de la procédure de repérage des arguments est, sauf exception, tout à fait aisée. Dans la plupart des cas, si une justification est fournie à une proposition, elle se donne clairement à voir. Il est manifeste, dans nos deux exemples, que c’est parce que les entreprises sont les premières à profiter d’une « main-d’œuvre faite de têtes bien remplies » que le gouvernement devrait faire appel au privé et que c’est parce que les transports en commun constituent « un service essentiel en soi dans une grande ville qu’ils ne devraient jamais subir d’interruption prolongée ». Si les justifications peuvent ainsi être facilement discernées, c’est qu’elles ne sont telles que relativement à des propositions : une justification, le terme même l’indique, dépend ontologiquement d’une proposition. Il doit d’abord y avoir proposition pour qu’il y ait justification et une justification n’existe que par rapport à une proposition. Une fois une proposition circonscrite, s’ensuit naturellement, le cas échéant, l’identification de sa justification.

14La première étape de la procédure de repérage des arguments, la localisation des propositions, présente une plus grande difficulté. Comment déterminer si un point de vue est mis de l’avant ? Cela est possible en vertu même de ce qu’est une proposition. Celui qui émet une proposition se détermine et prend parti sur un sujet en discussion qui, par principe, admet d’autres déterminations. Une proposition relève donc toujours d’une alternative : elle est proposition parmi au moins une autre proposition possible ou, pour le dire autrement, une proposition n’est toujours qu’une contre-proposition par rapport à au moins une autre proposition divergente. C’est d’ailleurs ce qui fait, comme le font valoir avec insistance Breton et Gauthier (2000), que l’argumentation se déploie dans un cadre éristique : les arguments exigent le débat ; la controverse est leur condition de possibilité. Une proposition peut être discernée au moyen de ce que j’ai appelé un « test d’opposition » (Gauthier, 2005). Ce test consiste à déterminer si le propos considéré s’inscrit dans un rapport de confrontation avec un autre propos. Si c’est le cas, on peut considérer qu’on se trouve en présence d’une proposition puisque le propos vise à récuser ou à réfuter un propos opposé et contrer une proposition contraire. C’est précisément la situation dans nos exemples : inciter le gouvernement à faire appel au privé est une proposition du fait que c’est prendre le contre-pied de l’exhortation contraire (ne pas faire appel) et prétendre que dans une grande ville les transports en commun ne devraient jamais subir d’interruption prolongée est une proposition du fait qu’elle s’inscrit en faux contre la proposition opposée selon laquelle les transports en commun pourraient subir une interruption prolongée.

  • 4  Étant donné leur nature respective et le lien qui les unit, il apparaît, en effet, plus naturel de (...)

15Suivant la procédure de repérage ci-dessus décrite, un argument est distingué chaque fois que sont délimitées dans un texte une proposition et une justification l’appuyant. Cette localisation n’est pas toujours aussi commode car les arguments, propositions et justifications peuvent être exprimés suivant toutes sortes de modalités distinctes. Par exemple, si dans beaucoup d’arguments comme celui de notre premier exemple la proposition précède la justification suivant en cela l’ordre de présentation le plus logique4, il arrive que, tout au contraire, la justification devance la proposition comme c’est le cas dans le second exemple.

16Par ailleurs, les propositions et justifications peuvent être énoncées dans des modes grammaticaux autres que ceux qui leur sont les plus appropriés. Ainsi, une proposition peut être formulée sous un mode interrogatif plutôt qu’à l’indicatif. Souvent, alors, la justification est donnée dans la réponse à la question posée. Voici un exemple de ce mode d’expression d’argument.

-Argument 3 -

[…] pourquoi diable fallait-il tout chambarder ? Une partie de la réponse réside à Montréal. Tous les mini-réseaux existants se sont créés en région. Mais la problématique montréalaise est plus complexe. (Katia Gagnon, « Dynamiser les silos », La Presse, 12 novembre)

17Dans la forme canonique d’exposition, cet argument peut être (grossièrement) exposé comme suit :

  • 5  Quand le contenu des arguments, tel qu’il apparaît dans la forme canonique, diverge de celui des é (...)

- Argument 3 -

Proposition

[(Il fallait) tout chambarder]

Justification(s)

[La problématique montréalaise est plus complexe (que celle des régions)]5

  • 6  Sans compter que les arguments et leurs constituants peuvent être exprimés de manière plus ou moin (...)
  • 7  À défaut de quoi l’argument reste purement virtuel et ne peut être communiqué.

18L’inversion de l’ordre de la proposition et de la justification et la formulation interrogative d’une proposition ne sont que deux possibilités parmi beaucoup d’autres qui marquent différents modes d’expression des arguments6. Ce qu’il faut bien voir, à ce propos, c’est que les arguments ne sont pas des énoncés ni ne s’y réduisent. Les arguments, les propositions et les justifications ne sont pas des entités linguistiques ; ils sont, comme les concepts et les propositions logiques, de nature plus abstraite que les mots, propositions grammaticales et phrases. À strictement parler, ce ne sont pas les énoncés qui avancent un point de vue et invoquent un fondement. Argumenter, comme nous l’avons déjà souligné, est un acte de discours. Si son contenu peut être subsumé sous les termes de « proposition » et de « justification », il ne faut pas faire l’erreur d’identifier ceux-ci à des éléments linguistiques même si l’argument, pour être mis en œuvre, doit être formulé par ou dans des énoncés7.

  • 8  Les arguments, comme les autres actes de discours, peuvent ainsi faire l’objet d’un accomplissemen (...)

19Les arguments, à la manière des autres actes de discours, sont accomplis par un locuteur au moyen d’énoncés dont on peut ainsi dire qu’ils expriment des propositions et des justifications. Il arrive que ces dernières et l’argument tout entier soient exprimés explicitement par les énoncés. C’est le cas de la proposition de l’argument 2 [« Dans une grande ville, les transports en commun ne devraient jamais subir d’interruption prolongée, pas plus la fin de semaine que la semaine »], dans lequel le « devraient » marque nettement qu’il s’agit d’une prescription. Dans beaucoup d’autres cas, l’argument et l’un ou l’autre de ses constituants ne sont pas marqués de la sorte dans l’énoncé. Un exemple est la proposition de l’argument 3 [« (Il fallait) tout chambarder »], exprimée par la question « … pourquoi diable fallait-il tout chambarder ? »8. Le fait qu’il puisse ainsi y avoir écart entre les arguments et les énoncés complique évidemment l’application de la procédure de repérage des arguments. Il s’agit là de la difficulté méthodologique la plus importante pour toute théorie de l’argumentation ayant pour ambition d’être fonctionnelle et de ne pas rester cantonnée à une approche purement spéculative et intuitive.

20Comment un analyste peut-il localiser avec un minimum de sûreté des propositions et des justifications ? J’ai ailleurs (2005, 2003 et 2002a) mis de l’avant un principe d’interprétabilité qui pose la possibilité que c’est toujours théoriquement faisable : qu’il est toujours en principe possible de déterminer si un énoncé ou un groupe d’énoncés exprime ou non un argument. Les cas les plus faciles sont évidemment ceux où un marqueur ou un indicateur argumentatif fait en sorte que l’énoncé exprime explicitement un argument ou l’un de ses constituants. Le verbe « devraient » joue ce rôle de marqueur dans la proposition de l’argument 2. Suivant le principe d’interprétabilité, il est également possible de statuer, même en l’absence de marqueurs argumentatifs, si un énoncé exprime ou non un argument, une proposition ou une justification. L’analyste peut alors le faire en fonction de la signification de l’énoncé, du contexte d’énonciation et de l’intention du locuteur. Sur le plan pratique, il peut ainsi, le cas échéant, paraphraser l’énoncé pour faire apparaître son rapport à l’argumentation. C’est ce travail d’interprétation qui conduit à dégager la proposition de l’argument 3 de la question faisant littéralement l’objet de l’énoncé.

21Le principe d’interprétabilité garantit la procédure de repérage des arguments et, par là, assure l’opérationnalité de la définition de l’argument comme articulation d’une proposition et de sa ou ses justification(s). Cette décomposition en deux éléments constitue une exigence formelle pour reconnaître qu’il y a argument. Mais il arrive que les propositions se présentent seules, sans être appuyées par aucune justification. Il est tout à fait possible, en effet, de formuler une thèse, une position, un jugement, une évaluation, un avis, un conseil, une recommandation, une prescription ou quelque autre point de vue sans les faire reposer sur une raison, un mobile, une motivation, une cause ou toute autre forme d’appui ou de soutien. Si une justification n’est telle que relativement à une proposition, si en quelque sorte une justification implique logiquement une proposition, le contraire n’est pas vrai. Une proposition peut exister indépendamment de toute justification. Quand c’est le cas, il n’y a pas argument mais ce que, par pure stipulation, j’appelle une « opinion ». Ainsi que je l’entends, une opinion est donc une proposition isolée ou, si l’on veut, un argument tronqué ; bref, un point de vue mis de l’avant sans aucun fondement. Je donne de la sorte au terme d’« opinion » un sens strictement technique ; il me sert uniquement à désigner l’expression de propositions sans justification. Dans l’usage que j’en fais, il ne marque pas, comme on l’entend parfois, l’adhésion à une proposition. Pour établir la différence entre les propositions appuyées sur un fondement, les arguments et les propositions isolées, j’ai besoin d’un concept distinct ; je retiens celui d’opinion.

22En corollaire à la définition de l’argument comme articulation d’une proposition et d’une justification émerge ainsi la définition correspondante suivante de l’opinion : une opinion consiste en une proposition sans justification.

23Voici quelques exemples d’opinions tirés du même corpus d’éditoriaux dont ont été extirpés les exemples d’arguments :

- Opinion 1-

Bref, la route vers les défusions ne sera pas aussi facile que certains l’espéraient et c’est tant mieux. (Julie Lemieux, « Un frein aux défusions », Le Soleil, 29 novembre)

- Opinion 2-

Il faut espérer que les enquêtes — celle de la police, celle du coroner et l’enquête déjà ordonnée par le ministre — sauront faire la lumière sur cet enchaînement de malheurs. (André Pratte, « Avant tout, comprendre », La Presse, 27 novembre)

- Opinion 3 -

Le conseil devrait dépoussiérer sa jurisprudence et s’adapter aux nouvelles réalités. (Michèle Ouimet, « Marchez, bande de caves ! », La Presse, 20 novembre)

  • 9  À ce stade-ci, je ne veux pas adopter un point de vue normatif sur les opinions. À mon avis, c’est (...)

24Dans ces exemples, l’éditorialiste émet respectivement un jugement de valeur, un souhait et une prescription sans l’appuyer sur une raison ou un motif quelconque. Il avance une proposition sans lui fournir de justification9.

25À des fins de comparaison, les opinions peuvent être exposées sous la forme canonique des arguments en prenant simplement soin de marquer qu’elles sont démunies de justification.

- Opinion 1 -

Proposition

[C’est tant mieux que la route vers les défusions ne sera pas aussi facile que certains l’espéraient]

Justification(s)

[√]

- Opinion 2 -

Proposition

[Il faut espérer que les enquêtes … sauront faire la lumière sur cet enchaînement de malheurs]

Justification(s)

[√]

- Opinion 3 -

Proposition

[Le conseil devrait dépoussiérer sa jurisprudence et s’adapter aux nouvelles réalités]

Justification(s)

[√]0

  • 10  Elle peut même sembler plus décente parce que sans fausse prétention.

26En elle-même, une proposition est autonome : elle n’a pas besoin d’être appuyée sur une justification pour être proposition. Le rattachement d’une proposition à une justification est facultatif. Présentation d’un point de vue n’implique donc pas argumentation. La production d’arguments reste toujours optionnelle. Tout argument aurait pu être plutôt une opinion. D’une certaine manière, l’argument est un stade de développement d’une proposition plus avancé que l’opinion. Une plus grande exigence pèse sur l’argument que sur l’opinion : il doit adjoindre une justification à une proposition alors que l’opinion se contente, en quelque sorte, de la proposition seule. Mais contraint de lier la proposition à une justification, l’argument acquiert une plus grande force démonstrative que l’opinion. C’est ce qui fait que l’argument est, ou en tout cas apparaît, plus rigoureux que l’opinion. Dans celle-ci, la proposition n’est qu’affirmée alors que l’argument prétend la confirmer. Sur le plan définitionnel où je me situe, cette prétention reste purement formelle. Un argument peut ne pas être plus rigoureux qu’une opinion. Quand une justification est inadéquate à une proposition, la simple opinion vaut l’argument10. N’empêche que la forme même de l’argument lui confère une valeur que l’opinion n’a pas : dans celle-ci, la proposition reste gratuite alors qu’elle est présumée établie dans l’argument.

27Quoi qu’il en soit, l’important est de reconnaître les deux modes distincts d’exposition que sont l’opinion et l’argument et de ne pas les confondre. Ce n’est pas la même entreprise de seulement mettre de l’avant un point de vue et de le faire en l’articulant à quelque attestation. Les définitions de l’argument comme articulation d’une proposition et d’une ou des justification(s) et de l’opinion comme une proposition dépourvue de justification permettent de faire clairement la distinction.

28La définition de l’opinion est tout aussi opératoire que celle de l’argument. Qu’elle soit affichée isolément et donne ainsi lieu à une opinion ou qu’elle soit supportée par une justification et soit de la sorte partie prenante à un argument, une proposition reste une proposition. Elle n’est jamais réductible à des énoncés et peut faire l’objet de différents modes d’expression explicites et non explicites. Par conséquent, le principe d’interprétabilité vaut tout autant pour les opinions que pour les arguments. Par ailleurs, une proposition consiste toujours en la mise de l’avant d’un point de vue opposé à au moins un autre point de vue. La localisation d’une proposition demeure la même qu’elle débouche sur une opinion ou participe à un argument : c’est toujours par le test d’opposition qu’elle peut être circonscrite. Par conséquent, la procédure de repérage des arguments implique une procédure de repérage connexe des opinions. Les procédures peuvent être fondues l’une dans l’autre. On localise d’abord les propositions au moyen du test d’opposition. On détermine ensuite si elles sont appuyées ou non sur une ou des justification(s). À chaque fois que c’est le cas, il y a argument ; si, au contraire, une proposition n’est pas fondée, elle résulte en une opinion.

Arguments et opinions dans des quotidiens québécois francophones

  • 11  Ne font partie du corpus que les éditoriaux qui ne sont pas les seuls à traiter d’un sujet d’actua (...)

29C’est à cet exercice que je me suis livré sur un corpus d’éditoriaux de quotidiens francophones québécois, mon objectif étant d’en mesurer la part d’arguments et d’opinions. Ce corpus est constitué d’un groupe d’éditoriaux publiés dans Le Devoir, La Presse et Le Soleil au cours des mois de novembre et décembre 200311. Il comporte 80 textes rédigés par 13 éditorialistes différents. Bien que ce corpus apparaisse tout à fait représentatif de l’ensemble des éditoriaux publiés par les trois quotidiens considérés, son analyse est ici menée essentiellement afin de mettre à l’épreuve les définitions proposées de l’argument et de l’opinion. Autrement dit, il s’agit moins de caractériser pleinement le discours éditorial des quotidiens que de tester notre conception opératoire de l’argumentation.

30Afin d’en reconnaître les occurrences dans ces éditoriaux, j’applique la procédure de repérage des arguments et des opinions afférente à leur définition ainsi qu’au principe d’interprétabilité. L’opération s’avère aisée pour les énoncés comportant des indicateurs argumentatifs. Dans le cas contraire, une paraphrase de l’énoncé en fonction de sa signification, de l’intention présumée du locuteur et du contexte d’énonciation permet de mener l’analyse. Celle-ci se déroule en deux temps. Lors d’une première étape, il s’agit de soumettre les éditoriaux au test d’opposition afin d’en localiser toutes les propositions. À chaque fois qu’un énoncé s’inscrit dans un rapport d’objection, c’est-à-dire qu’il ne prend sens que relativement à un énoncé contraire, il est réputé exprimer une proposition. Lors de la deuxième étape sont recherchées les justifications éventuellement présentées à l’appui des propositions. Quand une justification est effectivement combinée à une proposition, un argument est reconnu. Quand une proposition est avancée sans être fondée sur une justification, c’est une opinion qui est repérée.

  • 12  Le codage des arguments et des opinions a été fait par trois analystes différents. Une conciliatio (...)

31La totalité des arguments et des opinions de chacun des éditoriaux du corpus ont de la sorte été cernés12. Différents calculs sur les données ainsi obtenues permettent d’établir un portrait d’ensemble de la prise de position éditoriale dans les trois quotidiens du corpus et de voir comment l’un et l’autre ainsi que chacun de leurs éditorialistes se singularisent à cet égard.

32Le tableau 1 fait état de la quantité totale d’arguments et d’opinions présents dans l’ensemble des éditoriaux, rend compte du pourcentage des propositions donnant lieu à des opinions et contribuant à des arguments, précise la moyenne des unes et des autres par éditorial ainsi que le ratio arguments/opinions pour l’ensemble du corpus.

Tableau 1. Les arguments et les opinions dans 80 éditoriaux du Devoir, de La Presse et du Soleil novembre et décembre 2003

Tableau 1. Les arguments et les opinions dans 80 éditoriaux du Devoir, de La Presse et du Soleil novembre et décembre 2003

33C’est un grand total de 764 propositions qui sont formulées dans l’ensemble des éditoriaux considérés. Un peu plus de la moitié d’entre elles sont partie prenante à des arguments. La moyenne d’arguments par éditorial s’élève à un peu plus de 5 arguments et la moyenne des opinions à un peu plus de 4. Quant au ratio arguments/opinions, il est de 1,22.

34On ne peut à priori considérer que ces résultats représentent quelque régularité. Mais il est assez frappant de constater qu’ils rejoignent presque parfaitement ceux qui peuvent être tirés du corpus d’éditoriaux étudiés dans Gauthier (2000) que présente le tableau 2.

Tableau 2. Les arguments et les opinions dans 100 éditoriaux du Devoir, de La Presse, du Soleil et de The Gazette octobre 2000

Tableau 2. Les arguments et les opinions dans 100 éditoriaux du Devoir, de La Presse, du Soleil et de The Gazette octobre 2000

35Sauf pour les moyennes d’arguments et d’opinions par éditorial qui affichent un certain écart — qui, en absolu, n’est d’ailleurs pas si prononcé —, les chiffres des deux tableaux offrent des similitudes assez remarquables. Les pourcentages des deux types de propositions ainsi que les ratios arguments/opinions sont pratiquement équivalents.

36Sans vouloir suggérer que ces données constituent des normes, il est intéressant d’examiner comment se situe par rapport à elles chacun des quotidiens étudiés.

Tableau 3. La répartition par quotidien des arguments et des opinions dans 80 éditoriaux du Devoir, de La Presse et du Soleil novembre et décembre 2003

Éditoriaux

(N)E

(N)P

(N)A

(N)O

P/E

A/E

O/E

(%)A

(%)O

A/O

Le Devoir

28

241

136

105

8,6

4,9

3,7

56,4

43,6

1,29

La Presse

31

330

181

149

10,6

5,8

4,8

54,9

45,1

1,21

Le Soleil

21

193

103

90

9,2

4,9

4,3

53,4

46,6

1,14

Total/moyenne

80

764

420

344

9,5

5,2

4,3

55,0

45,0

1,22

P = proposition ; A = argument ; O = opinion ; E = editorial

P/E = moyenne proposition/éditorial ; A/E = moyenne argument/éditorial ;

O/E = moyenne opinion/éditorial ; A/O = ratio argument/opinion

37Ce tableau donne à voir, entre autres choses, que La Presse compte le plus grand nombre d’arguments et d’opinions, tant en chiffres bruts qu’en moyenne par éditorial. C’est, par ailleurs, Le Devoir qui présente le ratio arguments/opinions le plus haut en raison, essentiellement, d’une très faible quantité d’opinions. Le Soleil, pour sa part, se démarque à la fois par un nombre relativement petit d’arguments et de propositions et, surtout, par un ratio arguments/opinions nettement sous la moyenne.

38Il est d’un certain intérêt, également, de mesurer la part prise par chacun des éditorialistes des trois quotidiens à ces résultats. C’est ce que présente le tableau 4 en retenant le ratio arguments/opinions comme critère d’ordre de présentation.

Tableau 4. La répartition par éditorialiste des arguments et des opinions dans 80 éditoriaux du Devoir, de La Presse et du Soleil novembre et décembre 2003

Éditorialiste

(N)E

(N)P

(N)A

(N)O

P/E

A/E

O/E

(%)A

(%)O

A/O

Descôteaux, B.

Le Devoir

6

63

43

20

10,5

7,2

3,3

68,3

31,7

2,15

Salvet, J.-M.

Le Soleil

4

34

20

14

8,5

5,0

3,5

58,8

41,2

1,43

Lemieux, J.

Le Soleil

3

41

24

17

13,7

8,0

5,7

58,5

41,5

1,41

Ouimet, M.

La Presse

6

73

42

31

12,2

7,0

5,2

55,5

42,5

1,35

Boileau, J.

Le Devoir

6

60

34

26

10,0

5,7

4,3

56,7

43,3

1,31

Gagnon. K.

La Presse

9

98

55

43

10,9

6,1

4,8

56,1

43,9

1,28

Truffault, S.

Le Devoir

6

25

14

11

4,1

2,3

1,8

56,0

44,0

1,27

Boisvert, M.

La Presse

1

9

5

4

9,0

5

4

55,6

44,4

1,25

Pratte, A.

La Presse

11

121

64

57

11,0

5,8

5,2

52,9

47,1

1,12

Roy, M.

La Presse

4

29

15

14

7,2

3,7

3,5

51,7

48,3

1,07

Breton, B.

Le Soleil

11

93

48

45

8,4

4,3

4,1

51,6

48,4

1,07

Sansfaçon, J.-R.

Le Devoir

10

93

45

48

9,3

4,5

4,8

48,4

51,6

0,94

Lavoie, G.

Le Soleil

3

25

11

14

8,3

3,6

4,6

44,0

56,0

0,79

Total/moyenne

80

764

420

344

9,5

5,2

4,3

55,0

45,0

1,22

P = proposition ; A = argument ; O = opinion ; E = editorial ; P/E = moyenne proposition/éditorialiste ;

A/E = moyenne argument/éditorialiste ;

O/E = moyenne opinion/éditorialiste ;

A/O = ratio argument/opinion

39De manière assez prévisible, des écarts plus nets qu’entre les quotidiens apparaissent ici. Le directeur du Devoir, Bernard Descôteaux, se détache du lot de ses confrères par un ratio arguments/opinions franchement supérieur à la moyenne. Cette performance s’explique par le double fait que Descôteaux affiche la deuxième plus forte moyenne d’arguments et aussi la seconde plus faible moyenne d’opinions par éditorial. Outre Descôteaux, ce sont trois éditorialistes féminins, Julie Lemieux au Soleil, Michèle Ouimet et Katia Gagnon à La Presse, qui argumentent avec la plus grande régularité. Mario Roy de La Presse et encore plus Serge Truffault du Devoir se singularisent par une production totale de propositions nettement en dessous de la moyenne sans toutefois, surtout dans le cas de Truffault, que leur ratio arguments/opinions en soit trop affecté. Finalement, Jean-Robert Sansfaçon du Devoir et Gilbert Lavoie du Soleil sont les deux seuls éditorialistes qui présentent un ratio arguments/opinions négatif.

Pour ne pas conclure mais plutôt dégager quelques voies de recherche future

40Le travail dont on vient de faire la lecture reste exploratoire. Il ne fait état que du développement d’arguments et de l’émission d’opinions dans un corpus relativement restreint d’éditoriaux. Il faudrait conforter les résultats de l’analyse, notamment ceux ayant trait à la moyenne d’arguments et d’opinions par éditorial et, surtout, au ratio arguments/opinions, par des études plus exhaustives.

41Afin de fournir une caractérisation encore plus précise de la prise de position éditoriale, il faudrait aussi pousser la recherche dans au moins deux autres directions : celle de l’étude non pas uniquement des arguments mais aussi de l’argumentation et celle de l’évaluation des arguments.

42En ce qui concerne la première de ces voies, il est clair que les arguments d’un éditorial, comme de tout autre texte d’ailleurs, ne sont pas isolés les uns des autres. Contrairement à l’impression qui peut-être se dégage de cet exercice, les arguments ne sont pas des atomes autonomes. Ils sont, bien au contraire, structurés en un agencement organisé qui peut être plus ou moins cohérent mais qui néanmoins constitue un ensemble ayant une dynamique propre qui dépasse chacun des arguments et influe sur eux. Autrement dit, il y a les arguments mais il y a aussi l’argumentation. Et s’il importe de mesurer les arguments d’un éditorial, il importe aussi, et même davantage, de jauger son argumentation. Les deux entreprises ne sont d’ailleurs pas étrangères l’une à l’autre : sans doute que la meilleure façon de mener une analyse adéquate de l’argumentation est-elle de procéder d’abord à une étude des arguments. Le repérage des arguments d’un texte permet déjà de donner une mesure de son argumentation. Mais le marquage des arguments ne doit pas faire perdre de vue qu’ils s’assemblent en une argumentation.

43Cette argumentation d’ensemble résulte de différents modes de combinaison entre arguments.

La lutte contre le terrorisme ayant pour effet de multiplier les cas de cette nature, le gouvernement canadien doit revoir sa politique en la matière. De plus, il doit engager un dialogue avec les citoyens canadiens, de sorte que ceux-ci comprennent mieux les avantages de la méthode douce prônée par nos diplomates, et qu’à l’inverse, ceux-ci s’imprègnent de notre indignation et, surtout de la souffrance des victimes (André Pratte, « Apprendre de l’affaire Arar », La Presse, 9 novembre).

44Voici un premier exemple d’un tel mode. Ici, deux arguments sont jouxtés l’un à l’autre. Recourant à la forme canonique d’exposition des arguments, on peut les présenter de la manière suivante:

- Argument - 4

Proposition

[Le gouvernement canadien doit revoir sa politique en (matière de lutte contre le terrorisme)]

Justification(s)

[La lutte contre le terrorisme ayant pour effet de multiplier les cas de cette nature]

- Argument - 5

Proposition

[(Le gouvernement canadien) doit engager un dialogue avec les citoyens canadiens]

Justification(s)

[De sorte que ceux-ci comprennent mieux les avantages de la méthode douce prônée par nos diplomates]

[Et, à l’inverse, que ceux-ci s’imprègnent de notre indignation et, surtout de la souffrance des victimes]

45Les deux arguments sont liés l’un à l’autre pour constituer un ensemble argumentatif qu’on peut représenter schématiquement de la manière suivante :

P-4

P-5

J-4

J-5a J-5b

  • 13  Les arguments ne s’assemblent pas uniquement les uns aux autres. Ils peuvent aussi être en relatio (...)

46La liaison (représentée par le • dans le schéma) n’est manifestement pas le seul type d’assemblage entre arguments. Il faudrait les prendre tous en compte pour voir comment s’organise l’argumentation d’un éditorial donné. Pour en fournir un examen descriptif et analytique, pour expliciter donc la hiérarchie argumentative du texte, il faudrait adjoindre à la procédure de repérage des arguments une méthode d’identification de leurs modes de combinaison13.

  • 14  Dans Gauthier (inédit 2), je me suis livré à l’expérimentation d’une méthode d’analyse de l’argume (...)
  • 15  Voir Gauthier (2004b) pour une première exploration en ce sens.

47L’analyse de l’argumentation devrait permettre de mesurer l’importance relative des arguments la constituant. Dans un texte, certains arguments sont centraux, d’autres plus périphériques14. Par ailleurs, l’analyse de l’argumentation devrait également conduire à l’identification de certains types d’arguments plus fréquents et plus importants comme les raisonnements15.

48La seconde voie de recherche qu’il conviendrait d’explorer afin de rendre compte de manière exhaustive de la prise de position éditoriale est celle de l’évaluation des arguments. L’argument relève d’une visée : celui qui argumente se trouve à alléguer, sans le poser explicitement, que la justification qu’il invoque fonde la proposition qu’il met de l’avant. À moins qu’il ne soit requis de le faire, il ne prend pas la peine d’indiquer en quoi sa justification légitime sa proposition simplement parce que son propos est de promouvoir la proposition en prétextant la justification. L’argumentation dépend ainsi fondamentalement d’un dessein qui reste incertain. C’est en partie ce que Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958) cherchent à souligner quand ils font relever l’argumentation du vraisemblable. Mais les deux constituants de l’argument doivent néanmoins être liés dans un rapport justificatif. Il s’agit là d’une exigence formelle en vertu de laquelle il est possible d’évaluer l’argument d’un point de vue logique.

49Il peut arriver qu’une justification ne fonde pas effectivement une proposition, que le rapport justificatif de l’argument soit inadéquat. La définition de l’argument comme articulation d’une proposition et d’une ou des justification(s) ne fait qu’en fournir une description structurelle : il stipule ce que doit comporter un argument pour être un argument. Il ne pose pas de condition quant à la validité de l’argument. Pour avoir un argument recevable, il ne suffit pas qu’une proposition soit liée à une justification ; encore faut-il que la justification légitime réellement la proposition. Afin de rendre compte de manière critique de l’argumentation d’un texte, il faudrait pouvoir en fournir une évaluation de ses arguments. Les critères pour ce faire restent à être déterminés.

Haut de page

Bibliographie

ANGELL, Richard B. (1964), Reasoning and Logic, New York, Appleton-Century-Crofts.

BOEYRINK, D.E. (1993), « Analysing newspapers editorials : Are the arguments consistent ? », Newspaper Research Journal, 13/14(4/1), p. 28-39.

BRETON, Philippe (1996), L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

BRETON, Philippe, et Gilles GAUTHIER (2000), Histoire des théories de l’argumentation, Paris, La Découverte.

CASULLO, Albert (1992), « Argument », dans Ed. Jonathan DANCY et Ernest SOSA (dir.), A Companion to Epistemology, New York, Macmillan.

COPI, Irving, et Carl COHEN (1990), Introduction to Logic, New York, Macmillan.

FREEMAN, James B. (1988), Thinking Logically, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

GAUTHIER, Gilles (2000), « L’indirection comme procédé de persuasion en publicité. L’exemple des magazines féminins québécois », Communication, 20(1), p. 155-178.

GAUTHIER, Gilles (2001), « L’indirection en communication politique. Le cas des débats télévisés canadiens et québécois (1962-1998), Communication, 21(1), p. 99-117.

GAUTHIER, Gilles (2002a), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles (2002b), « L’indirection : procédé d’expression et de persuasion en communication publique », Revue canadienne de linguistique appliquée, 4(1-2), p. 69-86.

GAUTHIER, Gilles (2003), « L’expression des jugements de valeur en journalisme », Les Cahiers du journalisme, 12, p. 296-313.

GAUTHIER, Gilles (2004a), « Indirection in the television political debates. The Gore-Bush debates in the American presidential election of 2000 », Journal of Political Marketing, 3(3), p. 69-86.

GAUTHIER, Gilles (2004b), « L’argumentation autour de l’élection présidentielle française de 2002 dans la presse québécoise. L’application d’une approche analytique de l’argumentation », dans Philippe MAAREK (dir.) La communication politique française après le tournant de 2002, Paris, L’Harmattan, p. 187-201.

GAUTHIER, Gilles (2005), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale », dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.) Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles (à paraître 1), « L’acte de discours d’argumenter ».

GAUTHIER, Gilles (à paraître 2), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe.

GOVIER, Trudy (1992), A Practical Study of Argument, Belmont, Wadsworth.

GUTTENPLAN, Samuel, et Martin TAMMY (1978), Logic. A Comprehensive Introduction, New York, Basic Books.

HYNDS, E. C. (1990), « Changes in editorials : A study of three newspapers, 1955-1985 », Journalism Quarterly, 67(2), p. 302-312.

LÉGARÉ, Ginette, et André CARRIER (1996), Petit traité de l’argumentation en philosophie, Montréal, Les Éditions CEC.

LEPORE, Ernest (2000), Meaning and Argument. An Introduction to Logic Through Language, Malden (MA), Blackwell.

PERELMAN, Chaïm, et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

RYSTROM, K. (1990), « Endorsing “style-of-life” : Virginia editors respond to two gambling proposals », Newspaper Research Journal, 11(2), p. 74-84.

SEARLE, John R. (1979), Expression and Meaning. Studies in the Theory of Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press.

SOCCIO, Douglas, et Vincent E. BARRY (1992), Practical Logic, Fort Worth (TX), Harcourt Brace Jovanovich.

TOULMIN, Stephen (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

TOULMIN, Stephen, Richard D. RIEKE et Malcom O. SILARS (1984), An Introduction to Reasoning, New York, Macmillan.

Haut de page

Notes

1  Dans le français contemporain, tel du moins qu’en témoigne le dictionnaire, cet assemblage entre deux constituants nécessaires est dénoté plus précisément par le verbe « arguer » que par celui d’« argumenter ». Le sens premier donné à ce dernier par le Robert le réduit au seul niveau de la justification : argumenter, c’est « prouver par argument » et un argument est « un raisonnement destiné à prouver ou à réfuter une proposition ». Ces deux définitions évacuent la proposition de l’argument et de l’argumentation et les limitent à la seule justification. Quant à « arguer », il est défini relativement à un lien entre deux variables assimilables l’une à la proposition, l’autre à la justification : « arguer qqch (de qqch), en tirer argument » (Le Robert quotidien, Paris : Le Robert, 1996 : 102-103). De son côté, l’anglais qui ne possède que le seul verbe « to argue » lui donne (parmi d’autres) les deux sens : il a trait à la seule justification quand il signifie « to give reasons for or against something : REASON » ou à la liaison entre proposition et justification quand il signifie « to prove or try to prove by giving reasons : MAINTAIN » (Webster’s New Collegiate Dictionary, Springfield : G. & C. Merriam Company, 1977 : 60).

2  Reste à le caractériser comme acte de discours et à analyser comment une théorie de l’argumentation peut être ancrée dans la théorie des actes de discours. À ce propos, voir Gauthier (à paraître 1).

3  Cette forme canonique de présentation des arguments est purement conventionnelle. Le contenu des propositions et des justifications est mis entre crochets afin de marquer qu’elles ne sont pas de nature linguistique. Cette question sera examinée avec plus de précision plus avant dans le texte.

4  Étant donné leur nature respective et le lien qui les unit, il apparaît, en effet, plus naturel de d’abord avancer une proposition pour ensuite exposer son fondement.

5  Quand le contenu des arguments, tel qu’il apparaît dans la forme canonique, diverge de celui des énoncés dans lesquels il est exprimé, je propose de marquer la différence en mettant entre parenthèses les transformations, ajouts et spécifications.

6  Sans compter que les arguments et leurs constituants peuvent être exprimés de manière plus ou moins catégorique, avec plus ou moins de force. Ainsi, une proposition, au lieu de faire l’objet d’une affirmation péremptoire, peut être seulement suggérée ou évoquée.

7  À défaut de quoi l’argument reste purement virtuel et ne peut être communiqué.

8  Les arguments, comme les autres actes de discours, peuvent ainsi faire l’objet d’un accomplissement littéral ou non littéral. La distinction est faite par Searle (1979) pour l’ensemble des actes de discours. À sa suite, j’ai cherché à caractériser l’un des procédés les plus usités de leur accomplissement non littéral, l’indirection, dans la communication publique (Gauthier, 2002b) et de manière plus précise en publicité (Gauthier, 2000) et en communication politique (2004a et 2001). L’indirection est ce mécanisme, plus précisément l’ensemble de ces mécanismes, par lequel il est possible d’effectuer obliquement un acte de discours par l’accomplissement d’un autre acte de discours. Par exemple, il arrive souvent en publicité qu’on incite le public à se procurer un produit en affirmant que son utilisation sera bénéfique.

9  À ce stade-ci, je ne veux pas adopter un point de vue normatif sur les opinions. À mon avis, c’est seulement quand le cadre d’analyse de l’argumentation que je suis ici à mettre au point sera suffisamment développé que les questions de la valeur et de la validité des opinions pourront être correctement abordées. Je veux ici simplement avancer une raison qui, parmi d’autres, peut expliquer l’usage d’opinions plutôt que d’arguments. Dans nos trois exemples, si l’éditorialiste néglige de fonder sa proposition sur une justification, c’est peut-être parce qu’il ne lui semble pas nécessaire de le faire. Il arrive, en effet, qu’une proposition apparaisse tellement forte à celui qui veut la défendre qu’il ne juge pas approprié d’argumenter mais de seulement opiner. Paradoxalement, ce défaut d’argumentation peut contribuer à faire paraître la proposition plus assurée.

10  Elle peut même sembler plus décente parce que sans fausse prétention.

11  Ne font partie du corpus que les éditoriaux qui ne sont pas les seuls à traiter d’un sujet d’actualité. Il ne s’agit pas là d’un aspect pertinent à la présente recherche. J’ai simplement utilisé un corpus constitué pour une autre recherche.

12  Le codage des arguments et des opinions a été fait par trois analystes différents. Une conciliation des résultats a été effectuée par l’auteur de l’article.

13  Les arguments ne s’assemblent pas uniquement les uns aux autres. Ils peuvent aussi être en relation avec des opinions. L’analyse de l’argumentation d’un texte doit donc porter aussi bien sur les opinions que sur les arguments qu’il comprend. Par ailleurs, il arrive également que des arguments s’imbriquent les uns dans les autres. Il n’est pas rare, par exemple, que la justification d’un argument soit elle-même une proposition reposant sur une autre justification. Il n’y a pas alors hiérarchie des arguments eux-mêmes mais hiérarchie de leurs constituants qu’il est possible de représenter comme suit :

Image3

Ce genre d’interpénétration peut aussi survenir entre arguments et opinions : la justification d’une proposition peut elle-même être une proposition sans justification.

14  Dans Gauthier (inédit 2), je me suis livré à l’expérimentation d’une méthode d’analyse de l’argumentation en cherchant à identifier les arguments essentiels développés par les tenants du souverainisme et du fédéralisme dans le débat sur la question nationale au Québec.

15  Voir Gauthier (2004b) pour une première exploration en ce sens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les arguments et les opinions dans 80 éditoriaux du Devoir, de La Presse et du Soleil novembre et décembre 2003
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1647/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 2. Les arguments et les opinions dans 100 éditoriaux du Devoir, de La Presse, du Soleil et de The Gazette octobre 2000
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1647/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « La prise de position éditoriale », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 112-134.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « La prise de position éditoriale », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 02 mai 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1647 ; DOI : 10.4000/communication.1647

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication à l’Université Laval (Québec). Courriel : Gilles.Gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org