Navigation – Plan du site
Lectures

Isabelle BOURGEOIS (dir.) (2008), Les médias à l’ère du numérique. Réflexions franco-allemandes pour l’Europe

Cergy-Pontoise, CIRAC
Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Isabelle BOURGEOIS (dir.) (2008), Les médias à l’ère du numérique. Réflexions franco-allemandes pour l’Europe, Cergy-Pontoise, CIRAC.

Texte intégral

  • 1  On rapprochera le présent ouvrage de celui, très différent, dont notre collègue Christine Leteintu (...)

1Ce petit ouvrage, très dense et fort bien construit, résume intelligemment des textes qui ont été réunis à l’occasion d’un Dialogue franco-allemand sur les médias tenu à Berlin en novembre 2006. Soigneusement édités et réécrits, ces textes constituent un document de première qualité sur un sujet qui n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis la réunion de Berlin. Malgré la rapide évolution des pratiques, des entreprises et des situations de marché, ce recueil donne un éclairage durable et utile sur les problèmes sociopolitiques posés par la fameuse « convergence » entre médias classiques et ceux que diffuse Internet. Il est donc très utile d’en prendre connaissance et d’en exploiter le contenu1.

2On sait bien que les institutions politiques de ces deux pays sont différentes, dans leur esprit comme dans leur forme : une France institutionnellement homogène, centralisée depuis très longtemps, par rapport à une République fédérale dont le caractère éminemment réticulaire et pluri-centrique s’est confirmé depuis la réunification de 1989. On sait moins, par contre, combien le statut des médias diffère entre les deux pays : tandis que la loi fondamentale allemande interdit au Bund national toute interférence avec les médias (comme aussi avec l’éducation ou la culture), il est de pratique courante en France que l’État non seulement intervienne directement dans la gestion des médias (par l’intermédiaire du Centre national du cinéma, par exemple), mais aussi qu’il agisse comme opérateur de radio et télévision, dans les chaînes du service public national de Radio France et France Télévisions, par exemple !

3Très interdépendants en matière économique depuis le Marché commun, comme en matière monétaire depuis la création de l’euro, nos deux pays ont, par contre, des approches très opposées du secteur des médias : de stricte compétence provinciale (Länder) en Allemagne fédérale, la presse, la radio, la télévision, Internet et la publicité sont de compétence nationale en France. Un peu comme le premier amendement de la Constitution américaine interdit à son Congrès de faire quelque loi que ce soit qui risquerait de limiter la liberté de parole ou de presse, la Grundgesetz allemande proscrit toute interférence nationale avec le fonctionnement des médias. De ce fait, aucune instance nationale de régulation analogue au CRTC canadien, à l’OFCOM britannique ou au CSA français n’existe en RFA ; ce sont les Länder qui ont cette compétence régulatrice, avec leurs propres règles et leur propre régulateur audiovisuel !

4Ce livre du CIRAC (Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine) est écrit à deux voix : une voix française, qui repose sur l’état empirique des médias français d’aujourd’hui, et une voix allemande, dont la tonalité et les préoccupations sont souvent très différentes et qui s’exprime à partir de la situation concrète des médias allemands actuels. Bien que l’Union européenne ait, jusqu’à présent, abordé les médias avec beaucoup de circonspection — par exemple à l’occasion de la directive dite « télévision sans frontière » —, l’échange franco-allemand est éclairé à tout moment par le contexte communautaire qui imprègne les débats rapportés de Berlin. Ces échanges sont regroupés sous cinq questions, chacune étant introduite par un exposé synthétique mais documenté.

  • Isabelle Bourgeois : l’audiovisuel qui a tant marqué le dernier siècle a-t-il vécu ?

  • Francis Balle : quel sort l’avenir réserve-t-il à la régulation construite depuis vingt ans ?

  • Isabell Hülsen : notre appréhension de l’audience des médias a-t-elle encore un sens ?

  • Jean-Louis Missika : les services numériques laissent-ils un espace aux médias ?

  • Thomas Kleist : le contrôle communautaire des médias a-t-il une raison d’être ?

5Ces cinq parties comportent d’importantes contributions d’experts européens reconnus tant pour leur engagement professionnel que pour la doctrine : régulateurs et anciens régulateurs allemands ou français (de l’audiovisuel ou de la concurrence), chercheurs spécialisés dans le champ médiatique, dirigeants ou anciens dirigeants des affaires de presse ou d’audiovisuel. Courtois, certes, le débat n’en est pas moins vif sur le fond, par exemple en ce qui concerne l’opportunité ou l’utilité d’une intervention communautaire dans ce secteur pour lequel la notion de concentration est à la fois politiquement très sensible (par crainte mythique du Léviathan, sans doute !) et peu consistante tant les médias européens sont éclatés entre des bassins linguistiques fort peu intégrés : où se trouve donc l’impératif communautaire qui s’avère généralement trans-frontière ?

6Que ressort-il de ce livre ? L’impression, tout d’abord, qu’au-delà des principes très généraux formulés notamment par la Déclaration européenne des droits de l’homme (article 11), les institutions communautaires, qui tirent l’essentiel de leur pouvoir des traités économiques, n’ont, pour le moment, guère d’espace politique pour s’immiscer dans les médias. Même les concentrations paraissent échapper à l’emprise de la Commission puisqu’elles se produisent le plus souvent au sein d’un même espace linguistique, donc au sein d’un pays unique, ce qui évacue l’intervention communautaire au profit du droit national (voir p. 117 ssq.) ! Quant aux soucis du pluralisme des opinions, c’est encore à l’échelon national (voire provincial en RFA) qu’ils sont examinés et traités au besoin. On note à ce propos que, dans le monde occidental, plusieurs groupes intégrés possèdent des médias d’opinion très différente qui cohabitent en leur sein, ce qui tordrait le cou à la présomption de manipulation que répète à satiété la chronique politique (p. 76-77) !

7On retient aussi que les services numériques défient les instruments de mesure à partir desquels s’est organisée l’économie des médias depuis un demi-siècle : audience, lectorat, impact publicitaire, segmentation ne répondent plus à la logique des fournisseurs d’accès (FAI ou ISP), des moteurs de recherche, des jeux, des opérateurs mobiles ou de l’ADSL. La combinaison imaginative des supports d’accès à l’image, à la donnée, à la voix et au son ne cesse de compliquer l’analyse et les comportements : téléphone portable, console de jeux, ordinateur et téléviseur émettent et reçoivent indifféremment des programmes interchangeables qui ne répondent plus aux catégories établies par notre droit, comme l’audiovisuel, la correspondance privée ou les médias de masse (p. 95 ssq.) !

8On remarque enfin que cette « jungle » de l’innovation numérique (p. 21 ssq.) va de pair avec un enjeu qui dépasse l’espace communautaire et, a fortiori, celui de nos pays : celui-ci est industriel, sans aucun doute, mais aussi sociétal. Ce qui ravive les couleurs des partisans de « l’exception culturelle », si chère aux gouvernements français, ou de « l’exemption culturelle » évoquée parfois au Canada ! L’échange à ce sujet entre Jacques Rigaud, ancien patron français du groupe RTL, désormais fervent animateur culturel, et Norbert Schneider, régulateur de l’une des plus riches régions allemandes (Nordrhein-Westfalen), est fort instructif : il se conclut par le constat que « la seule éducation possible (aujourd’hui) est une éducation à la compréhension du monde » ! Tout un programme qui laisse sur le côté de la route les lourdes machines qui tentent d’encadrer les médias avec des régulations dictées par la science politique des années 1950 ! C’est aussi pour nous aider à sortir de cette épure usée que cet ouvrage vaut la peine d’être lu et médité.

Haut de page

Notes

1  On rapprochera le présent ouvrage de celui, très différent, dont notre collègue Christine Leteinturier a rendu compte dans le vol. 26, n° 2 de Communication, p. 284-287, intitulé Communication et médias en France et en Allemagne. Ces deux ouvrages offrent des perspectives distinctes sur l’approche française ou allemande des médias : le dialogue de Berlin dont je rends compte ici repose sur l’observation empirique des médias actuels, qui doivent faire face à des techniques innovantes qui perturbent l’équilibre acquis ; fondé sur un colloque universitaire tenu à Potsdam en 2001, l’ouvrage commenté par Leteinturier parcourt surtout les divers aspects de l’approche disciplinaire des médias par la recherche universitaire ; ces sources se complètent utilement pour qui s’intéresse au sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Isabelle BOURGEOIS (dir.) (2008), Les médias à l’ère du numérique. Réflexions franco-allemandes pour l’Europe », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1690

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur à l’Université Paris Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org