Navigation – Plan du site
Articles

Les discordes idéologiques dans le débat politique

L’argumentation à l’épreuve de l’incommunicabilité
Grégory Corroyer

Résumés

Au rebours de la « fin des idéologies » censée dominer le débat politique, l’article redéploie les enjeux de la discorde partisane, à partir d’un modèle centré sur les conditions dialogiques de l’entente dans le conflit. Les clivages comme facteurs d’incommunicabilité idéologique sont exemplifiés sur corpus, à l’aide d’outils analytiques et critiques restituant le sens de la division démocratique.

Haut de page

Texte intégral

« La politique est la menace du différend. […] Ce qui est en cause dans la politique, c’est le genre de discours selon lequel se formulent les différends d’où la guerre civile du <langage> peut toujours revenir, et revient en effet. »

J.-F. Lyotard, Le différend.

« Idéologie est le nom de la distance indéfiniment dénoncée des mots aux choses […]. Elle ne s’oppose pas à la réalité, elle la divise et la refigure comme double. »

J. Rancière, La mésentente.

1La politique serait-elle sujette à « discorde idéologique », si tant est qu’elle se prête à un débat argumenté ? Question intempestive en regard des clichés entretenus sur la communication politique et la « fin des idéologies », censée avoir précipité la dépolitisation des démocraties : technocratie, brouillage des clivages, consensus apathique, séduction et spectacularisation, réduction de l’adversité partisane aux rivalités des vedettes médiatiques. La dissolution des oppositions de fond — voire de tout contenu signifiant — alimente la déploration ou la satire ; l’on admet facilement que la « politique politicienne » ne pense pas, si penser veut dire mettre en question le sens de valeurs collectives. Les paradigmes dominants relaient ce lieu commun en forme d’alternative (Charaudeau, 2005 ; Corroyer, 2008). Les approches cliniques entérinent la liquidation par le bas, réduisant le débat politique aux enjeux d’image imposés par ses déterminants électoraux et médiatiques (Champagne, 1990 ; Debray, 1993). Les approches normatives lui opposent une restauration par le haut, au nom d’une pure délibération publique sans enjeux de pouvoir ni conflits. Au final, le débat politique est soupçonné à la fois comme simulacre de conflit et comme simulacre de dialogue.

  • 1  Ces courants sont renvoyés dos à dos, non confondus. L’éthique de la discussion évacue l’analyse d (...)

2L’alternative occulte la discorde idéologique, pressentie comme lutte pour l’imposition du cadrage des enjeux politiques, procédant de catégorisations ou de découpages dissonants des questions débattues. Ce conflit sur la signification des objets de débat, des courants aussi divers et importants que l’éthique de la discussion (Habermas, 1997), la néo-dialectique du « dialogue raisonné » (Walton, 1991 ; Eemeren et Grootendorst, 1996), la rhétorique de la persuasion (Danblon, 2002), l’interactionnisme stratégique ou l’analyse conversationnelle (Gauthier, 1990 ; Trognon et Larrue, 1994) tendent à l’escamoter, en tant qu’il ne se réduit ni à un désaccord surmontable par résolution rationnelle ni à une compétition d’images discursives1. Nous entendons redéployer cette dimension dans le cadre d’une philosophie du débat, susceptible d’articuler l’analyse de corpus pratiquée par les disciplines positives avec les questions critiques portant sur la communication politique et sa signifiance, l’entente et le conflit, l’interrogation démocratique et la division idéologique.

Le débat politique

3Nous partirons du débat politique institué, saisi comme scène publique d’interlocution (avec double adresse des protagonistes entre eux et à l’auditoire) où les questions d’intérêt public sont prises en charge par des représentants liés à des positions d’autorité pour lesquelles ils luttent au nom de conceptions partisanes du bien public. Nous laisserons de côté la scène parlementaire au profit de la communication politique médiatisée (Wolton, 1991), afin d’appréhender la discorde sur le terrain favori de son occultation : le débat télévisé (Charaudeau, 1991). L’observation s’appuiera sur un corpus original de face-à-face découpé dans des extraits variés, du duel électoral national ou régional au « débat de société ». Empruntant à une aire culturelle unifiée — la communication politique française —, ces documents seront cependant tenus pour des occurrences d’une structure générale dont elles exemplifient les contraintes, sans en épuiser la virtualité, d’où leur portée théorique pour les démocraties européennes et nord-américaines. Le modèle pourra donner à l’observateur des moyens conceptuels pour restituer le texte des débats et relever le défi de faire apparaître ces divergences « de contenu » censées avoir déserté les écrans. Qu’il y ait bien du texte dans le débat politicien bouscule le cliché d’une gestion technocratique uniforme, recouverte par la compétition divertissante des leaders en quête de popularité. Que le sens de ce texte soit l’enjeu d’un conflit motivé heurte l’idéalisation du débat dans une morale communicationnelle, comme sa réduction à une joute de rivaux complices pour le pouvoir, au prétexte d’oppositions censées prendre le public au jeu (Bourdieu, 2000).

  • 2  Ce modèle a fait l’objet d’une conférence au séminaire Sociologie des controverses de l’EHESS, dir (...)

4Pour introduire la problématique au niveau approprié, nous postulerons d’emblée que le débat politique ne constitue pas un type homogène d’interaction, mais un complexe ordonné enpaliers de profondeur, d’intérêt théorique croissant, susceptibles d’être abordés par des disciplines distinctes2.

La dispute

5En surface, le débat politique s’apparente à une dispute des personnalités publiques : « combat des chefs » qu’il faut paraître emporter aux yeux des spectateurs. Dans cette visée éristique (éris, querelle) et agonistique (agôn, tournoi), les actes de discours servent avant tout à menacer ou à défendre les faces des rivaux, leur image rhétorique ou éthos : crédit, sincérité, capacité. Les positionnements affichés importent moins que la manière dont les concurrents s’en servent pour tenter de se défaire, en portant des coups symboliquement marqués au score (Kerbrat-Orecchioni, 1988 ; Trognon, 1990). Chacun tente de mener le jeu par des offensives parfois spectaculaires — « grands moments » télévisuels de mise au défi —, dans un match à l’issue duquel partisans et commentateurs s’emploieront à désigner un vainqueur.

  • 3  Cette option ne disqualifie en rien l’étude des marqueurs de place dans la construction des images (...)

6Selon l’orientation de notre recherche, ce palier peut être qualifié de superficiel3. Lorsque ces traits de surface sont placés au centre de l’attention, il peut sembler que la dispute distraie, voire épuise le débat. Le souci du succès interactionnel des énonciations prime celui de leurs conditions de satisfaction à l’égard des actions ou états de choses du monde public. Le référentiel impliquant les débatteurs semble disparaître, à mesure qu’on s’occupe de la manière dont ils thématisent leurs stratégies comme des agressions personnelles alimentant la « polémique politicienne ».

La discussion contradictoire

7Au niveau médian, le débat politique s’apparente à une discussion contradictoire : duel de contradicteurs positionnés en Proposant et Opposant de thèses données pour les branches contraires d’une alternative, en vue de se départager devant un public de juges, à l’aide de procédés dialectiques de réfutation — dont la mise en contradiction — et d’un registre de topiques définies depuis les classiques de la rhétorique politique (Gauthier et Gosselin, 1996). Ainsi les justifications mobilisent-elles des arguments de mérite (mise au crédit du locuteur d’un état de choses qualifié positivement) ou d’innocence (refus d’endosser une négativité attribuée au contexte défavorable), et les accusations des arguments de responsabilité (imputation à l’adversaire d’un état de choses qualifié négativement) ou de chance (refus de le créditer d’une positivité attribuée au contexte favorable). Aux attributions causales répond l’argument par les conséquences qui juge les projets selon les résultats bénéfiques (grâce), nuls (impuissance) ou néfastes (faute) qu’ils sont censés entraîner, opposant les variétés du topos réactionnaire (inanité, effet pervers, mise en péril, pente fatale) à celles du topos réformiste (appel à la volonté, renforcement des positivités).

  • 4  Ces formats laissent indéterminées les valeurs qui viennent les remplir. Attaques et défenses sont (...)
  • 5  La pragma-dialectique sous-estime ces clivages en postulant l’homologie dans un cadre sémantique u (...)

8La discussion contradictoire est un palier intermédiaire entre la mise en cause des adversaires et les contenus proprement dits — les idées et actions problématisées —, considérés sous leur rapport aux règles dialectiques et formats topiques qui permettent de les soutenir ou de les attaquer4. Ce n’est pas encore le niveau de l’argumentation idéologique, qui concerne non pas le désaccord entre des thèses relatives à un contenu supposé univoque (le positif à s’adjuger vs le négatif à imputer), mais la mésentente sur sa signification et sa valeur mêmes. Seule cette plurivocité explique que les contradicteurs ne puissent se réfuter mutuellement5.

Le débat/différend : la discorde 

  • 6  Le politème se distingue du thème abordé : il remplit une fonction « catégoriale », indiquant ce q (...)

9C’est au niveau profond que le débat politique témoigne d’une prétention au « débat », défini comme conflit dialogué : examen conjoint d’une différence de « conceptions politiques » devant un public qu’il faut sensibiliser à leur justesse compréhensive (Berner, 2006). Le débat s’engage lorsque les adversaires, par approfondissement sémantique, s’emploient à dégager le « sens du débat » qui les oppose et ce qui est « en question » entre eux, en explicitant la différence des univers de discours à partir des catégories politiques qui les articulent (Weil, 1989). Ces constituants élémentaires du questionnement servent à interroger le « sens politique » des situations, c’est-à-dire à la fois leur réalité essentielle (le possible) et son orientation finale (le souhaitable). Les représentants déploient sur le monde de référence des versions de réalité plurielles (Goodman, 1992 ; Boltanski 2009), qui permettent de justifier ou de critiquer les situations en les rapportant à des types idéaux et des valeurs. Le débat se retourne sur l’entente — divergente — de ces catégories, que nous nommerons « politèmes6 ». Ce palier profond ne se manifeste pas systématiquement en toute occurrence ; il doit être atteint et peut demeurer latent, lorsque le débat politique reste superficiel dans la dispute ou s’installe dans le désaccord entre des thèses opposées. Mais les débatteurs ne manquent jamais de souligner cette concentration du sens, comme ici.

10Jean-Paul Delevoye (UMP)/Ségolène Royal (PS), France Europe Express, F3, 17 février 2004

(J.-P. Delevoye) Dans un débat comme celui-ci, il importe que nous puissions clarifier nos choix sans tomber dans la caricature ou la simplification. Le moteur sur lequel on peut reconstruire la /dignité/ de quelqu’un, c’est la /responsabilisation/ et l’activité, le /travail/, plutôt que l’/assistanat/. On peut être spontanément tenté de dire : « On doit assister les gens, c’est faire preuve de /solidarité/. » Mais on voit bien que lorsqu’on assiste les gens sans contrepartie, ce qui a pu être souhaité par le passé [allusion au précédent gouvernement], on arrive à une dépendance, voire une destruction de l’/individu/ en tant que capacité à se gérer lui-même.

  • 7  Notons que le topos ne fonctionne pas à vide : c’est la /responsabilité/ de l’individu, plutôt que (...)

11Ce petit texte enveloppe toute une conception politique. L’agencement de ces quelques catégories signale une optique néolibérale présentée comme le bon sens même, face à une bonne conscience /solidaire/ aveugle sur ses effets pervers7. L’on voit qu’entrer en débat, c’est chercher à en poser les termes pour faire apparaître un clivage censé fonder les positionnements. Imposition d’emblée contestée par l’adversaire, qui la traduit ici comme un mépris des /souffrances sociales/.

(S. Royal) Monsieur Delevoye, cette élection c’est d’abord une façon de dire « stop » : il faut arrêter ces /dégâts sociaux/ ! Parce que vous tenez un discours du juste milieu assez habile, mais quand même vous savez, les gens vivent la réalité de ces /reculs sociaux/.

  • 8  Situation ordinaire en politique, malgré la séduction de formules frappantes (Lyotard, 1983 : 200- (...)

12Le clivage appelle une élucidation conjointe tout en restant « pomme de discorde » pour le pouvoir d’imposer les catégories pertinentes au réel ; les débatteurs s’y enfoncent à mesure qu’ils en approfondissent les termes. Le débat semble ainsi voué à tourner au différend, c’est-à-dire au conflit entre tenants de versions du monde qui prétendent à la justesse sans être justiciables d’une traduction commune8.

13Sans nier la possibilité d’une synthèse, l’analyse se focalisera sur ce doublet du débat/différend, ou discorde idéologique, qui selon nous souffre d’un déficit théorique dans les études en communication. Non que les disciplines du discours ou de l’argumentation soient totalement démunies face à ces corpus — l’on se préoccupera d’intégrer ces apports —, mais les modèles éprouvés pour la dispute ou la discussion risquent de manquer l’essentiel. Prenons un extrait typique.

14Philippe Douste-Blazy (UMP)/Marie Georges Buffet (PCF), Le grand débat : régionales, TF1, 5 février 2004

(P. Douste-Blazy) Le débat oppose au fond ceux qui ont le courage de /réformer/ ce pays pour lui donner les moyens de la croissance, et ceux qui refusent toute adaptation au /marché/ de l’emploi. […]

(M. G. Buffet) En réalité, vous trompez les Français avec cette idée de volonté réformatrice : à chaque fois que vous annoncez une /réforme/, c’est pour casser un acquis de notre /peuple/ ! « La croissance, la croissance, la croissance » ! Encore faut-il que cette croissance, elle serve un /progrès social/ !

(P. Douste-Blazy) Madame Buffet, on ne mesure pas une /politique sociale/ au nombre de gens que l’/État/ indemnise, mais au nombre de gens qu’on n’indemnise plus.

15Le relevé des stratégies conversationnelles, procédés dialectiques et formats topiques n’épuisera pas la division. L’on voit bien qu’il ne s’agit pas simplement de s’adjuger ou d’imputer des états de choses positifs ou négatifs, comme si les débatteurs s’entendaient sur leur signification ; c’est l’acception correcte des politèmes qui est en cause, leur application pertinente aux situations et finalement l’essence contre l’apparence : qu’est-ce qu’une /politique sociale/ « digne de ce nom » ? Le sens d’une /réforme/, sa réalité et son orientation progressiste ou régressive, dépend de la manière dont on entend les catégories présidant à sa mise en question.

16En vue de contribuer à une meilleure appréhension de ces phénomènes, nous déploierons une interrogation à deux volets : 

  1. problème théorique : pourquoi des adversaires politiques ne peuvent-ils débattre de leurs clivages sans entrer en différend, c’est-à-dire sans redoubler sur ce plan l’« idéologie » partisane ? Nous chercherons l’explication dans le fonctionnement pragmatique de la discorde et la nature des catégories sémantiques sur lesquelles elle opère une problématisation dissociée ;

  2. question critique : le « faux débat » s’épuise-t-il en une répétition de monologues stérile, ou peut-on lui reconnaître un caractère signifiant pour l’expression démocratique du conflit, face à la prétendue « fin des idéologies » ? Nous relèverons les assomptions de signification et de valeur qui fondent le questionnement politique, en montrant que la mésentente entre les représentants dans le débat implique une division du monde public (concernant les publics représentés) qui est figuré dans son texte, dédoublé en réalité sensée pour les uns et en non-sens sidérant pour les autres.

17Afin d’articuler ces deux plans, nous mobiliserons progressivement des concepts inspirés par l’approche dialogique en philosophie de la communication.

Débattre des clivages ?

18Pour saisir la dualité du débat politique, il faut traverser les prétentions dont il fait l’objet. L’extrait suivant est à cet égard exemplaire.

19Lionel Jospin (PS)/Jacques Chirac (RPR), présidentielle, Le Débat, F2, 2 mai 1995

(L. Jospin) Je voudrais d’abord souhaiter que ce débat contribue à éclairer les Français dans leur choix. Je n’ai bien sûr aucun antagonisme à l’égard de J. Chirac, sauf ce qui peut nous séparer : des conceptions, des convictions ou des propositions différentes pour les Français. Je crois que ce débat peut révéler que nos visions sont différentes ; je pense qu’on pourra le montrer. En tout cas moi, je souhaite le montrer sur les sujets qui seront abordés. […]

(J. Chirac) Je voudrais dire à Monsieur Jospin que je suis dans le même état d’esprit que lui, naturellement, sur l’intérêt que je porte à ce débat et le respect que j’ai pour sa personne.

20Les adversaires s’engagent mutuellement à établir ensemble les points d’incompatibilité de leurs « pensées » politiques, c’est-à-dire les « principes de vision et de division du monde » (Bourdieu, 1982 : 101) liant l’enjeu de pouvoir à la représentativité publique des idées qui le légitiment. Chacun des candidats va présenter ses questions comme celles dont la communauté demande la prise en charge, ce qui fonde à parler à son intention, en son nom, pour son bien. Or, l’exclusivité de cette prétention — contraignant au « choix » — ne les empêche pas d’en appeler à l’unisson au débat, en laissant dans l’ombre un impensé décisif.

  1. Le clivage concerne les catégorisations et la formulation des questions, plus que les thèses qui y répondent en présupposant leur justesse : les « propositions » expriment des « convictions » qui dépendent de ces « concept(ualisat)ions » d’arrière-plan.

  2. Ces conceptions constituent la propriété distinctive de collectifs d’énonciation.

  3. Ces collectifs sont institués en camps partisans qui se définissent par leur différence : alliés et adversaires, droite et gauche, etc. (Bon, 1994).

21En présumant que « le fond » du clivage se laisse clarifier, les débatteurs mésestiment sa portée. Leur différence de conception, ils prétendent l’expliquer au public comme si elle était déjà comprise (« on pourra le montrer ») ; comme si les points de vue étaient déjà intelligibles l’un pour l’autre et que leur clivage se réduisait à un simple désaccord sur des propositions de réponse, sans commune mesure avec la divergence profonde de « visions » revendiquée. Cette image trompeuse d’un débat délivré du différend (assimilé à l’antagonisme personnel) renforce le soupçon sur la réalité du clivage. Prendre celle-ci au sérieux conduit bien plutôt à douter que des adversaires politiques parviennent à s’entendre sur ce qui les sépare : si la différence constitutive des identités partisanes est reconduite par les versions que chacun en donne pour son compte (« moi, je souhaite le montrer »), peuvent-ils l’exprimer sans susciter des stratégies unilatérales faisant obstacle à sa co-construction dans le débat ?

La question dialogique : l’entente et le conflit

22Le problème sous-jacent est celui des conditions du dialogue comme intercompréhension du conflit lui-même. Pour lui apporter un éclairage précis susceptible d’enrichir l’analyse, nous allons dans un premier temps théorique définir les principaux concepts de l’approche dialogique. Son originalité est d’introduire la possibilité de l’entente dans la production même du discours, sur un fondement aussi simple que radical : l’on comprend des propos d’autrui ce qu’on a pu contribuer à signifier en s’interrogeant avec lui ; l’entente dépend du degré de cette conjonction communicative, qui fait du discours un complexe plus ou moins co-produit. Pour que quelque chose puisse être dit en général, il faut associer :

  1. des contraintes de « signifiance » énonciative (Jacques, 1987) : a) sémiotique : un système de signes à valeur différentielle, combinables selon des règles syntaxiques en phrases ; b) sémantique : un monde extralinguistique auquel se rapportent des énoncés de phrase porteurs de sens et de référence, dotés de conditions de correction par rapport aux états de choses ; c) pragmatique : une interlocution, actuelle (dans le dialogue) ou virtuelle (dans le texte), entre des énonciateurs qui s’interrogent au moyen d’actes de discours dotés de conditions de succès dans le contexte et de satisfaction par rapport au monde ;

  2. des contraintes de « communicabilité » interlocutive, c’est-à-dire de mise en commun du sens et de la référence des énoncés par assomption conjointe de leur énonciation, que nous détaillerons plus loin.

  • 9  De érôtèma, interrogation. La discipline étudie la pertinence des questions pour des interlocuteur (...)

23Retenons que cette transaction porte l’enjeu critique de la communication, car le partage d’un code linguistique, d’un monde de référence ou d’un contexte culturel n’assure en rien la compréhension des significations qui ne sont pas encore communes, et restent en proie au questionnement. En quoi la dialogique est aussi une théorie interrogative ou « érotétique9 ». L’entente sur la question à débattre est requise pour que les réponses puissent avoir un même sens entre les interlocuteurs. Or, ce préalable n’est pas donné : toute communication non triviale se conquiert dans un malentendu potentiellement reconduit. Il faut y insister, contre la tendance à assimiler la « rationalité dialogique » à une discussion des opinions supposant leur intelligibilité mutuelle.

  • 10  Sans fascination de la différence, par contraste avec le post-structuralisme critiqué sous le labe (...)

24La dialogique est utile en analyse des discordes parce qu’elle prend pour objet les conditions de communicabilité, et donc aussi d’incommunicabilité, des discours. Nous la mobilisons par cet envers, qui n’est pas refoulé normativement. Cela permet de l’articuler aux pensées du conflit en philosophie, en sociologie ou en politologie, qui placent le politique et la démocratie sous le signe de la division (Freund, 1965 ; Lefort, 1986) et décrivent la critique idéologique comme mésentente (Rancière, 1995) séparant les « grandeurs » de justification (Boltanski et Thévenot, 1991), comme aux analyses de l’argumentation polémique qui leur sont affines en matière d’« interincompréhension » (Maingueneau, 1984 ; Doury, 1997) ou de « dialogue de sourds » (Angenot, 2008). Loin de compromettre toute théorie du débat politique, ces références sont incontournables pour saisir sa nature profondément non dialogale. Une approche dialogique peut intégrer au mieux ces apports, en montrant précisément sur quoi s’enlèvent les mécanismes de l’incommunicabilité10.

Le dialogisme et la communicabilité

  • 11  L’idéolecte désigne une compétence sémantique exprimant le rattachement du locuteur à un groupe ou (...)

25C’est de l’actualisation du « dialogisme » foncier du discours que dépend son ouverture nécessaire, mais aussi sa fermeture relative, à la communication. Le principe tient en une formule : celui qui parle ne saurait être à soi seul celui qui dit ou signifie. L’on n’assimile plus le discours à la parole proférée, ni le sens de l’énoncé à l’intention du locuteur. Certes, le locuteur prend bien la parole, propriété monadique, en empruntant à un idiome ou à un « idéolecte » propre11. Mais il ne peut sans coup de force s’emparer aussi du discours, relation dyadique : il n’est pas l’auteur souverain du sens mais son co-énonciateur, avec l’allocutaire. Le dialogisme désigne la production conjointe du discours, par mise en commun des significations entre les idéolectes respectifs, au profit de la dyade des interlocuteurs à laquelle les énoncés sont imputés (Jacques, 1985).

  • 12  L’auteur « dialogue » avec le lecteur en l’invitant à s’interroger avec lui, c’est-à-dire à actual (...)

26Ce dialogisme interlocutif ou communicationnel radicalise la notion bakhtinienne (Todorov, 1981) liant tout énoncé à la réponse reçue ou anticipée d’un destinataire actuel ou virtuel. Il se distingue de l’acception retenue par l’École française d’analyse du discours, qui désigne le rapport de l’énoncé avec d’autres choses dites dans le même champ indépendamment de toute adresse (dialogisme interdiscursif ou intertextuel), et par extension la représentation interne qu’un discours ou un texte donne d’un autre par échos ou références (Maingueneau, 2002). Appliquée aux interactions, cette notion se subordonne la première (Authier-Revuz, 1990) lorsque les énoncés présentés comme autres sont prêtés par le locuteur à une image de l’allocutaire construite en appui de ses propos : discours dit « monologal » (produit et géré par un seul locuteur), mais « dialogique » par mise en scène de plusieurs voix énonciatives dans une unique parole (Moirand, 2002). Dans une optique communicationnelle centrée sur le couplage du discours, et par extension du texte12, cette seconde acception est dérivée : elle couvre les formes de dialogisme faible ou simulé, où chacun supplée unilatéralement la contribution de l’autre. Ces « faux » dialogues, qui sont souvent la rançon des véritables conflits, l’analyse les intègre sous le critère d’une réduction du dialogisme, constituant les discours comme étrangers ou impénétrables l’un pour l’autre.

27Le dialogisme n’est donc pas le dialogue, mais sa condition de possibilité, et partant celle de l’entente. Ce n’est pas une norme irénique de « coopération », mais un partage originaire du pouvoir de signifier, fût-il dénié ou accaparé secondairement, dont le potentiel immanent se déploie graduellement selon les contraintes du champ précisant l’interlocution : statuts, appartenances, rapport de places, objectifs visés, nature des enjeux. Si l’on interprète le plus et le moins en termes d’optimum (sans connotation morale), l’on dira que le dialogisme varie entre deux pôles, inférieur ou négatif et supérieur ou positif. Du différend au dialogue en passant par la négociation ou la délibération, ce « gradient dialogique » s’incarne en proportion inverse de la dissociation des visées et des stratégies de maîtrise unilatérale, selon la figure suivante.

Figure 1. Typologie des interactions communicatives(modifiée de Jacques, 1992a : 158)

Figure 1. Typologie des interactions communicatives(modifiée de Jacques, 1992a : 158)

28Précisons la nature du doublet débat/différend, en reprenant les critères typologiques qui mènent à ces termes. Le débat, situé en troisième position vis-à-vis du pôle dialogique supérieur, se définit comme un face-à-face : 

  1. à visée conjointe, pour un profit mutuel ;

  2. à fonction externe ou argumentative (échange de vues), à la différence de la conversation conviviale ;

  3. à portée (méta)théorique ou éthique (dialogue) : détaché de la contrainte pratique d’avoir à s’accorder par contrat ou compromis, le débat engage des problèmes conceptuels ou des questions de valeur à clarifier, et non des intérêts à concilier (comme dans l’entretien ou la négociation), des opinions à trancher ou des fins à adopter (comme dans la délibération) ;

  4. à dimension sémantique : le débat porte sur le choix des idées ou des valeurs utilisées comme catégories (telle question se pose-t-elle en termes de X ? En quel sens ?), à la différence de la controverse sur les thèses qui les appliquent comme prédicats à un référent (la réforme p est-elle ou non X ?), et de la quête d’information sur ce référent (quelle est la réforme p ?). Le débat fait porter l’interrogation sur les « codes » ou postulats de signification assumés par les croyances ; il n’a rien à voir avec la visée d’un consensus ou l’arbitrage des opinions : sa seule finalité est de comprendre ensemble pourquoi l’on ne peut s’accorder. Visant l’intelligibilité du conflit lui-même (Jacques, 1991), le débat est le plus fragile des dialogues, c’est-à-dire le plus exposé à la mésentente.

29Au pôle inférieur du gradient dialogique, le différend apparaît comme un face-à-face :

  1. à visée unilatérale, pour un profit exclusif ;

  2. à fonction externe ou argumentative (altercation), à la différence d’un monologue sans écoute ni réplique ;

  3. sans code commun, donc lui aussi à dimension sémantique (antilogie), à la différence d’un désaccord sur des thèses homologues soluble par discussion dialectique ; les argumentaires « antilogiques » sont opaques l’un à l’autre et illogiques l’un pour l’autre, car affrontés sur le questionnable (Angenot, 2008 : 41-42) ;

  4. à dimension polémique, engageant les représentants de « causes » publiques, à la différence d’une dispute éristique de personnalités.

30Débat et différend sont des doubles inversés. Doubles, car dans les deux cas l’on ne peut présumer l’entente : la référence dont il est question n’est pas assurée tant que le sens des catégories utilisées pour l’interroger est en cause ; il faut sortir du débat sémantique pour entrer en controverse sur des propositions co-référentielles, comme il faut conjurer le différend pour entrer en discussion contradictoire. Doubles inversés, par la visée des acteurs : dans le débat, il s’agit de rendre communicables les motifs d’un dissentiment ; dans le différend, chacun veut faire prévaloir son idéolecte sans que l’entente soit recherchée.

31Expliquons ce qui les sépare. Pour débattre sans tomber dans le différend, il faut satisfaire les conditions a priori de la communicabilité dialogique (Jacques, 1992b), à savoir :

    • 13  Délocution (délocutif, délocuter) : inscription des énonciateurs dans l’univers référentiel décrit (...)

    un échange des rôles marqués par les pronoms personnels, permettant de s’identifier à la fois comme « je » qui parle (locuteur), « vous » à qui l’on parle (allocutaire) et « lui » dont on parle (sujet délocuté13). Parce que chacun doit pouvoir reprendre à son compte les actes et qualités qui lui sont attribués, la délocution est subordonnée à l’interlocution : l’on ne peut parler sur l’autre comme sujet d’énoncé sans le reconnaître comme co-sujet d’énonciation ;

  1. une métacommunication des interlocuteurs sur leurs codes sémantiques, chacun mettant en question le sens des propos de l’autre et la manière dont il entend les catégories utilisées, pour opérer des traductions soumises à homologation mutuelle. Peu importe qui voit au final ses catégorisations relativisées ; les idéolectes n’ont pas vocation à s’imposer définitivement en l’état, mais à s’enrichir des significations mises en commun au profit de la dyade ;

  2. un accès réciproque à la position du tiers, permettant de parler au nom de la dyade en tant qu’instance publique arbitrale, pour prendre acte des distinctions acquises ou signaler l’impossibilité de pousser la transaction plus avant. Un énoncé est imputé à la dyade, admis comme présupposé commun, s’il peut être « co-dit » par une phrase en « nous » (je veux dire étant toujours la proposition d’un disons) ; sinon l’échange s’interrompt et les interlocuteurs s’entendent sur leur divergence à l’étape donnée. Il ne leur est pas demandé de modifier leurs croyances mais d’en comprendre les fondements sans prérogative : la réciprocité avec l’interlocuteur prime le rapport d’appartenance au groupe ; chacun associe la signifiance de ses propos à leur communicabilité, puisqu’il s’agit de co-produire la divergence.

32Ces conditions nécessaires du débat indiquent, par symétrie, les conditions suffisantes pour qu’avec le différend, une relative incommunicabilité s’installe. C’est la défection de ces règles dialogiques, prétendument satisfaites par le débat politique, qui définit la discorde.

Le reflux monologique

La pragmatique de la discorde

  • 14  L’interdiscours est un concept analytique fécond, mais théoriquement dérivé : affirmer le primat ( (...)

33Comme son nom l’indique, la discorde désunit ou disjoint l’interlocution. Les énonciateurs tentent de s’emparer du discours pour tirer de l’autre des réponses conformes à l’image qu’ils en construisent ; comme l’autre ne se laisse pas suppléer, nul n’a la maîtrise du conflit qui échappe à toute prise conjointe. L’incompréhension mutuelle résulte d’une involution du dialogisme en « interdiscours », où chaque discours se définit par délimitation avec « son » autre, le simulacre négatif qu’il lui substitue14. Par monologues croisés, chacun ne s’adresse plus qu’à une figure d’altérité d’avance comprise (intégrée), matérialisée dans des gloses repérables à leurs formules typiques (« la différence entre nous », « ce qui nous sépare », « la question/le débat qui nous oppose ») : 

34Nicolas Sarkozy (RPR)/Daniel Cohn-Bendit (Verts), Mots croisés, F2, 23 mars 1999

(N. Sarkozy) Naturellement qu’il faut la /liberté/ dans l’économie ! C’est seulement grâce à cette création de /richesse/ qu’on pourra défendre le modèle /social/ européen.

(D. Cohn-Bendit) La /liberté/ ne produit pas comme ça des richesses ! Est-ce que la /liberté/, c’est aussi une /solidarité/ où effectivement on ait des /règles/ ? Quand une entreprise comme Alcatel fait 15 milliards de bénéfices, qu’il y ait une taxation sur ces bénéfices pour /protéger/ les salariés !

(N. Sarkozy) Vous, vous dites « taxer » ; moi, je dis « /créer/ ». Vous, vous dites « réglementer » ; moi, je dis « /libérer/ » : c’est sans doute la différence entre nous !

35Les conditions de ce reflux monologique se laissent déduire des règles précédentes :

    • 15  Les prétendants à l’autorité s’installent comme actants dans le contenu textuel du débat, où sont (...)

    délocuter l’autre sans son concours, le fixer dans ses propriétés ou réactions comme un « lui » absent. Ces délocutions croisées font des acteurs du débat politique des actants ou personnages du monde public figuré dans son texte, où ils sont impliqués. À l’évidence, ces rôles textuels participent d’une grammaire de récit dont il s’agit de prendre la régie narrative (Faye, 1972), prérogative de l’auteur15 ;

  1. accaparer l’initiative sémantique, c’est-à-dire (2a) se réserver le choix des termes de la problématique, (2b) préserver et faire prévaloir jusqu’au bout son idéolecte, (2c) tenir pour sensés et communicables — susceptibles d’être co-dits — uniquement les énoncés formulés dans celui-ci, donc refuser les termes de l’autre ;

  2. s’arroger la position du tiers, porte-parole de la dyade. La clause de réciprocité contrarie l’adversité entre mandataires revendiquant l’autorité, c’est-à-dire le pouvoir de signifier souverainement. Chacun enjoint l’adversaire de co-dire sa version propre de l’enjeu ; le prédicat « être d’accord » et sa négation sont attribués asymétriquement, pour marquer les positions depuis les coordonnées du locuteur (Doury, 2009).

  • 16  L’idée d’une « négociation » des objets de débat est malvenue au regard de cette intransigeance du (...)

36Parce qu’elle implique des transgressions mutuelles entre les idéolectes, la clause de traduction homologuée a toute chance de faire défaut dans la discorde politique : les représentants tiennent à l’intégrité du langage dont ils sont les interprètes légitimes et ne peuvent concéder sans compromission sur les questions de sens ou de valeur, dites ultimes16.

37Ces indicateurs dialogiques fournissent des outils opératoires pour l’analyse de corpus.

38J. Chirac (RPR)/L. Jospin (PS), Le Débat, F2, 2 mai 1995

(J. Chirac) Nous avons d’abord un problème qui est celui de l’endettement : pour le régler, il faut poursuivre les privatisations et affecter leur produit au désendettement.

39Le locuteur impose la problématique (2a), dont il tire au nom de la dyade une version du clivage (3).

J’observe d’ailleurs que pour des raisons purement idéologiques, vous comptez nous priver de plus de 30 milliards de privatisations.

40Délocution de l’adversaire (1), qui l’associe au refus de toute résolution par « idéologie » invétérée — fidélité partisane à des présupposés contraires au (bon) sens commun (2c).

(L. Jospin) Effectivement, je n’ai pas l’intention de poursuivre le programme de privatisation conduit par la droite.

41Délocution de soi (1) qui confirme l’intention, mais récuse son interprétation (2c).

J’ai l’intention au contraire, je le dis très nettement devant ceux qui nous entendent, de préserver nos /services publics/ : pour les Français, cela signifie /égalité des chances/ devant la maladie, devant la culture, devant l’éducation ; et pour la France, cela signifie prise en compte de l’/intérêt général/ à côté des intérêts particuliers.

42Le locuteur recentre le débat (2a) en imposant les politèmes pertinents (2b) : il n’est pas question d’une négligence de la /dette publique/ mais de la défense de l’/égalité des droits/, dont il se fait le Sujet héros, contre le péril du /privé/ auquel il renvoie son Anti-sujet. Il impose ainsi à son profit une version supposée publique du clivage (3).

Donc sur ce point il y a, je l’avais dit au début de ce débat, des conceptions qui sont différentes.

43L’interlocuteur ne peut laisser son adversaire s’approprier l’/intérêt général/, ainsi opposé au /privé/ dont il ne saurait se faire le héros en ce sens — c’est pour le /bien public/ qu’il préconise de salutaires privatisations. Rectifiant sa position à l’égard du politème (1), il refuse d’homologuer le clivage (3).

(J. Chirac) Pardonnez-moi Monsieur Jospin, juste un mot pour vous dire que je partage entièrement votre sentiment ! Nous n’avons pas sur ce point une conception différente : je suis pour la préservation des /services publics/.

(L. Jospin) Enfin, vous êtes quand même pour la privatisation de l’Aérospatiale…

44Nouvelle délocution de l’adversaire (1), présentée comme l’aveu du clivage. Mais la pertinence de la catégorisation est de suite récusée (2c).

(J. Chirac) Cela n’a rien à voir avec un /service public/ !

(L. Jospin) Enfin, c’est une entreprise publique : précisons-le, oui.

45Concession apparente, car la distinction n’est pas vraiment co-dite (3).

Alors moi je dis /services publics/ et entreprises publiques : tout cela ne se distingue pas à ce point ! Bien. Donc, je n’irai effectivement pas dans ce sens ; je le dis très clairement.

46Le locuteur néglige la distinction comme insignifiante (2c) en faisant prévaloir son idéolecte de manière inconditionnelle (2b) ou, dirons-nous plus loin, « catégorique ».

La sémantique de la mésentente

47L’analyse démystifie les prétentions politiques au débat tout en montrant que la discorde engage une véritable mésentente sur le sens, distincte du désaccord sur un problème dont les postulats de signification sont convenus. Condition d’entrée en discussion contradictoire, le désaccord n’est pas établi : les thèses (pour ou contre « la poursuite des privatisations ») ne se répondent pas vraiment, car ce n’est pas la même chose qui est en question de part et d’autre (réduire la /dette publique/, préserver les /services publics/). La mésentente est proprement idéologique, puisque chaque parti se démarque de l’opposant au nom de principes que celui-ci comprend comme « idéologie » absurde (par rapport à la réalité économique) ou inique (par rapport aux valeurs sociales). Ces versions discordantes du clivage se rendent sourdes l’une à l’autre par rétorsion inversée (Taguieff, 1990) : l’on retourne à l’adversaire ce qui est présenté comme sa position, mais retournée comme étant celle de l’Anti-sujet, donc méconnaissable pour lui.

  • 17  Sur la base d’hypothèses voisines, Marc Angenot (1995) appelle « idéologème » ou « présupposé régu (...)

48Enjeux de division, les politèmes sont polarisés en valeurs positives et négatives, solidaires d’un réseau d’oppositions à imposer (par exemple, les /services publics/ associés à l’/intérêt général/, opposé au /privé/). La mésentente résulte de ce que ces relations sont mises sens dessus dessous, par traduction retorse : chacun convertit les valeurs positives de l’idéolecte adverse en valeurs négatives dans son propre dispositif (Maingueneau, 1983), les politèmes investis se dédoublant en « idéologèmes » de valence contraire17. Ainsi, la /solidarité collective/, marquée positivement à gauche par opposition à la /précarité/, signifie à droite /assistanat niveleur/, négatif de la /responsabilisation individuelle/ ; essence de la /liberté/, celle-ci redevient à gauche, en miroir, synonyme de /précarité/ :

49Édouard Balladur (RPR)/Laurent Fabius (PS), Sept sur sept, TF1, 23 mars 1997

(E. Balladur) L’inspiration centrale, c’est qu’il faut absolument retrouver davantage de /liberté/ : pour stimuler la croissance, il faut diminuer les dépenses et les impôts. […]

(L. Fabius) Mon constat est différent. Ce qui sous-tend le propos de Monsieur Balladur, c’est que la solution se trouve dans une plus grande /précarité/. Je ne le crois pas. […]

(E. Balladur) Monsieur Fabius ne peut pas assimiler ce que je viens de dire à la recherche de la /précarité/ : c’est la recherche de la /liberté/, ce qui n’est pas la même chose ! Ou alors on considérerait que tout est /précaire/ dès lors qu’on n’est pas /collectivement encadré/.

(L. Fabius) Je suis partisan de /réformes/, mais qui soient à la fois de /solidarité/ et d’/initiative/, et non pas — je maintiens le terme — de /précarité/.

50De la bouche de l’un à l’oreille de l’autre, le politème /liberté/ se divise en deux idéologèmes : /initiative responsable/ (positif) et /déréglementation précaire/ (négatif). Le signifier et l’entendre se disjoignent, signe d’incommunicabilité.

  • 18  Tout politème prête à dissociation à mesure des tensions qu’il contracte : /démocratie/ (/libérale (...)

51Même les catégories nominalement communes sont dissociées en significations propres et impropres (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988), séparant le « vrai sens » censé donner accès à la « réalité essentielle » d’un contresens apparent18. La mésentente s’accuse encore davantage avec la divergence des problématisations. Lorsque les débatteurs ne conviennent pas des politèmes dont sont censées releverles situations, ceux-ci donnent prise aux erreurs de catégorie, c’est-à-dire aux accusations de n’avoir « rien à voir » avec l’objet du débat. Ainsi, les mêmes désordres dans les quartiers populaires peuvent être compris comme une question d’/insécurité civile/ appelant une restauration d’/autorité/ ou comme une question d’/insécurité sociale/ demandant plus de /solidarité/.

52Noël Mamère (Verts)/Patrick Devedjian (RPR), Quand je serai président, F3, 6 février 2002

(N. Mamère) Les débats politiques tournent autour de la question de l’/insécurité/, dont on connaît quand même les principales causes, qui sont la /précarité/, la /pauvreté/, le chômage ! Si on veut faire un effort autour de ces thèmes, eh bien ça coûte de l’argent, qu’on ne peut pas trouver dans la poche de ceux à qui on a déjà réduit les impôts ! Tout le monde convient qu’il faut traiter ces problèmes, mais autrement qu’en ajoutant du /répressif/ à du /répressif/ encore !

(P. Devedjian) Sous la gauche l’/insécurité/ a explosé alors que le chômage baissait, grâce à la croissance internationale. Un gouvernement /responsable/ doit reconnaître que rien n’excuse les /incivilités/, dont les moins /favorisés/ sont les premières victimes.

53D’un côté, l’/insécurité/ dérive de la /précarité sociale/ (son vrai sens) : question centrale négligée par la /libéralisation/ économique et aggravée par une /répression/ policière des effets de la /pauvreté/. De l’autre, la question n’est pas là (contresens) : la /précarité/ n’explique pas les /incivilités/ et les justifie encore moins ; préférer /assister/ que punir est une faiblesse /irresponsable/. Ce clivage typique — réputé défunt — entre une droite libérale/sécuritaire et une gauche égalitaire/libertaire (Bobbio, 1996) est parfaitement lisible dans le texte du débat politique, même si sa « clarification » reste un enjeu de lutte.

Le questionnement et les catégorisations politiques

  • 19  La « textualité » désigne les propriétés de cohésion qui font du discours (ou de l’interaction) un (...)

54À l’évidence, les politèmes qui fournissent la matière du débat jouent un rôle constitutif. Nous soutenons que la discorde est liée à la nature problématique de ces catégories qui servent de critères dans l’argumentation. L’on peut montrer que les clivages portent sur des idées directrices centrales de la visée politique de légitimité, c’est-à-dire sa revendication d’un pouvoir droit, porteur d’une juste expression des questions publiques, et puissant, capable de leur apporter des réponses efficaces dans le monde. Ce second moment théorique a une portée critique : si l’on admet que les politèmes servent à catégoriser les virtualités du réel pour en interroger le sens et la valeur, alors la discorde idéologique peut attester la présence — si souvent déniée dans le débat politicien — d’une pensée publique, certes divisée, mais ayant structure de texte19.

L’engagement érotétique

55Tentons de préciser le questionnement politique à partir de la figure suivante.

Figure 2. Typologie des questions (modifiée de Jacques, 1986 : 61)

Figure 2. Typologie des questions (modifiée de Jacques, 1986 : 61)

56Selon ces critères, quel est le type des questions soulevées par le débat politique ?

57Ces questions sont d’abord « informelles » : irréductibles aux problèmes formalisés, dont l’énoncé détermine la forme de la solution attendue et un cadre de validité unique pour trancher chaque alternative, elles sont suspendues à un débat sur leur formulation pertinente en raison de l’indétermination de leurs termes.

  • 20  Les questions spéculatives (métaphysiques, esthétiques, théologiques) visent un autre ordre de vér (...)

58Ce sont ensuite des questions de « légitimation », qu’une démarcation cognitive sépare des questions « véridictoires », c’est-à-dire susceptibles d’une vérité attestable sur laquelle une entente peut être présumée, ou d’un usage objectif des catégories visant un savoir désengagé sur le monde public tenu pour une réalité indépendante (comme dans la controverse métathéorique entre paradigmes scientifiques)20. La légitimation porte sur le droit autorisant un pouvoir à s’engager dans le monde public considéré comme une communauté à gouverner, supposée former un /ordre/ sensé dont le /bien commun/ est lisible (Vullierme, 1989). Ces questions ont une portée indissociablement noétique pour l’appréhension de la réalité,et axiologique pour l’appréciation de la valeur des états de choses susceptibles d’être introduits au monde. Il s’agit de concilier le possible qui conditionne l’action et le souhaitable qui l’oriente « dans le bon sens » (Coicaud, 1997), vers un meilleur monde possible, c’est-à-dire accessible à partir d’une re-description de l’expérience actuelle, selon des catégories indiquant ce qu’il convient de rechercher et de promouvoir.

59Si l’acceptabilité des catégories est gagée sur le partage de l’interrogation entre l’autorité prétendante et le public (Jacques, 2002), ces catégories restent subjectives ; ces « significations sans référent » portent une charge idéalisante motrice pour l’imaginaire collectif et sont, contrairement aux concepts, dépourvues de dénotation déterminée (Castoriadis, 1975 et 1989), ce que néglige le rationalisme qui juge le sens à l’aune de la validité. La légitimité reste vouée à la contestation, car dès qu’elles cessent d’être agitées dans le vague comme symboles consensuels, les valeurs divisent (Lefort, 1992). Ainsi, la /justice/ s’offre exemplairement aux clivages, car son application quasi logique — traiter identiquement les situations semblables — dépend de la discrimination des « catégories essentielles » dont elle relève en ce qui a trait au /mérite/, au /besoin/, à l’/identité nationale/, etc. (Perelman, 1990).

  • 21  La querelle des valeurs caractérise la lutte partisane pour la légitimité, par laquelle la politiq (...)

60Ce sont enfin des questions « idéologiques », distinctes des questions de clarification « méta-éthiques » sur lesquelles une entente est au moins recherchée ; dans ce cas, la catégorisation est séparée de l’adhésion et les valorisations sont suspendues pour être interrogées. Ce critère distingue en principe un débat de « théorie politique » entre chercheurs d’un différend opposant des partisans adverses (Bouvier, 1999) : les prises de parti vivant d’une réaffirmation fidèle, le désengagement et la neutralité axiologique sont alors impraticables21.

  • 22  C’est ce refoulement de son interrogativité qui rend l’argumentation « rhétorique » (Meyer, 1992 e (...)

61Ce noyau porte l’engagement érotétique des débatteurs, c’est-à-dire leurs présupposés absolus sur le questionnable bornant l’argumentation. Lorsqu’elle se présente comme ne répondant à rien, sinon à la réalité déficiente et à l’appel du public à la redresser, cette première réponse portant sur la catégorisation correcte de la question à débattre oppose un butoir infrangible à l’interrogation dialogique22. Chaque problématique devient la voie d’accès exclusive à la « vraie question » censée se poser, donc s’imposer.

62P. Devedjian (RPR)/N. Mamère (Verts), Quand je serai président, F3, 6 février 2002

(P. Devedjian) Le fond du problème, c’est que l’impôt est une contribution /républicaine/ dont une moitié de la population est /exclue/. Moi, je suis favorable à ce que peu ou prou, tous les /citoyens/ payent un impôt sur le revenu, y compris les sans-emploi puisqu’ils reçoivent une indemnité. Si payer symboliquement est une manière de participer au /pacte social/, alors c’est une question de /dignité/.

(N. Mamère) Je crois que ce n’est pas cela qu’ils attendent : c’est la /solidarité/.

(P. Devedjian) Mais ça n’empêche pas la /solidarité/, Monsieur ! Si vous payez 10 francs, vous avez le sentiment de participer !

(N. Mamère) Le problème n’est pas de faire payer aux riches et aux pauvres, mais de savoir comment il pourrait y avoir une /inégalité/ moins grande entre eux !

(P. Devedjian) Le problème est qu’aujourd’hui, 50 % ne payent rien.

(N. Mamère) Le problème, c’est la /précarité/ des minima sociaux pour ceux qui ont été jetés de leur boulot et ne parviennent pas à en retrouver : c’est là-dessus qu’il faut travailler !

(P. Devedjian) Si c’était l’impôt qui réglait cela, ça se saurait !

(N. Mamère) Eh bien il doit le permettre, pour une plus /juste/ répartition !

(P. Devedjian) Mais il dissuade, en faisant fuir les investisseurs !

63Risquons une définition : l’« idéologie » consiste dans ce blocage des conditions dialogiques nécessaires pour que les catégories qui pilotent le questionnement puissent être elles-mêmes interrogées conjointement. Entre adversaires déclarés, il n’en est pas question.

Les assomptions catégoriques et la division du visible : la sidération idéologique

  • 23  C’est selon une catégorie prise comme type idéal qu’on distingue exemplaire authentique et contref (...)
  • 24  L’enjeu de construction d’une « image du monde », négligé par la logique illocutoire, est réintrod (...)

64Sur la fonction des catégories, l’analyse adopte un point de vue érotétique (Jacques, 1999) plutôt qu’ontologique ou cognitif, les traitant comme des types d’entités ou des formes de classement liées à la perception des objets (Bourdeau, 2000 ; Conein, 2005). Guides de la recherche propre à un domaine, comme la quête de légitimité politique, les catégories pilotent la mise en question des situations, distinguent leurs aspects pertinents (font voir ceci comme cela) et les qualifient23. Sauf à se suspendre lui-même, le questionnement mène aux réponses en présupposant la convenance de ses catégories : les assomptions des questions « catégoriales », portant sur les aspects définitoires du référent thématisé, s’explicitent en propositions « catégoriques » ; l’on désigne ainsi le principe premier d’un système dont la justesse est postulée par toute justification constructible en son sein (Perelman, 1989), aussi bien que la résolution inconditionnelle. Excluant la modalité hypothétique (disons ou voyons ceci comme si c’était cela), l’assomption catégorique s’engage sur la conformité des apparences à ce que les choses « signifient au fond », c’est-à-dire sont et valent « en réalité » : l’/insécurité/ est en réalité une révolte contre un traitement /sécuritaire/ de la /précarité/ ; la réduction du temps de /travail/ signifie au fond un refus du /marché libre/, etc. Irréductible à une simple assertion sur les faits, une déclaration sur l’emploi des mots ou une expression de l’état intentionnel du locuteur, elle se prononce sur l’essence de l’objet de débat et par escalade sur ce que les questions « veulent vraiment dire »24.

65Cette fixation du sens, solidaire d’une injonction implicite, n’est pas à débattre pour les militants qu’elle rassemble (Badiou, 1998). Parce qu’elle est fondatrice pour le contenu sémantique (du texte), l’initiative pragmatique de sa détermination dans le débat est un enjeu central pour les représentants. L’autorité légitime prétend percer la nature des choses et leur finalité — amplification du sens qui la porte à pontifier (Lagroye, 1985) ; mettre en question ses catégories, c’est à la fois porter atteinte au réel et pervertir les valeurs.

66Hervé de Charette (UDF)/Charles Pasqua (RPR), Européennes, Direct, F2, 23 avril 1999

(H. de Charrette) On voit bien que C. Pasqua révèle comment il est : dès qu’on parle de l’Europe, en réalité ça ne l’intéresse plus ! Moi je veux construire l’Europe ; et nous finirons par y arriver, malgré ceux qui freinent cette avancée !

(C. Pasqua) Est-ce que cette apostrophe est terminée ? Je crois que le débat entre nous est d’une autre nature : il y a ceux qui considèrent que les /nations/ ont fait leur temps, et ceux qui considèrent que l’Europe ne peut se construire que sur les réalités ; et les réalités, ce sont les /nations/ et les /États/ : on ne s’en passera pas ! C’est pourquoi des /peuples/ se battent encore pour un /État/ indépendant, capable de préserver leurs intérêts vitaux.

(H. de Charrette) Justement : toute l’histoire de l’Europe, c’est celle des /guerres/ menées au nom du /nationalisme/ !

(C. Pasqua) Mais ça, c’est différent !

(H. de Charrette) Je ne pense pas que les /nations/ doivent disparaître, mais…

(C. Pasqua) Oh, mais si allons ! Avec vous la /souveraineté nationale/ est à jeter au magasin des accessoires !

(H. de Charrette) Pas du tout ! Mais il faut avoir l’idée que les /citoyens/ européens, ensemble, peuvent fédérer un cadre qui l’emporte en effet sur les /nations/.

(C. Pasqua) À condition qu’on n’essaie pas, par idéologie, de gommer deux mille ans de culture !

(H. de Charrette) Mais pas du tout ! Personne ne demande cela ! C’est même exactement l’inverse !

67Les injonctions à avouer la « vraie nature » du clivage (pro- vs anti-européens, realpolitik vs imaginaire) et leur inversion (/nationalisme/ guerrier vs fédéralisme /antipatriote/) tiennent au fait que l’un des partisans voit dans la catégorie d’/État-nation/ une réalité indépassable investie d’une valeur éminente, tandis que l’autre en relativise la portée, ce qui lui rend invisible l’« idéologie » censée l’exclure à la fois du possible (inanité) et du souhaitable (mise en péril).

  • 25  Hannah Arendt (1972) manque cette profondeur en associant le débat politique au « jugement » d’un (...)

68En projetant sur les faits dénotés les aspects significatifs par rapport auxquels ils importent, la catégorisation d’une problématique instaure un régime de visibilité de l’apparaître, et corrélativement d’invisibilité relative ; si bien que l’autre discours devient porteur d’un autre visible (Jacques, 1998), qui peut être récusé comme apparence ou faux-semblant. Le monde public, c’est-à-dire l’ordonnancement des êtres à leur place selon des principes, n’est donc pas déjà commun mais divisé en horizons de pertinence partiellement incommunicables25. Le « partage du sensible » (Rancière, 2000) se dérobe lorsque les aspects mis en valeur par les uns sont négligés par les autres ; dissentiment dont témoigne la véhémence de ton. Nous appelons « sidération idéologique » cette occultation du monde de référence d’une conception politique. Les débatteurs accusent mutuellement leurs versions d’idéologie, c’est-à-dire d’impropriété catégoriale, et déconstruisent la réalité factice dont elles recouvrent le monde à l’aide d’opérateurs de dévoilement : « […] ce que vous appelez, n’est en réalité ou à vrai dire que » (Boltanski et Thévenot, 1991 : 270). La critique des catégories est directement liée au procès d’illégitimité, comme l’indique l’étymologie — kategoresthai, « accuser publiquement » (Bourdieu, 1982 : 126). Privant l’expérience de sa lisibilité, l’Anti-sujet rend les publics qui la vivent invisibles et muets lors même qu’il prétend parler en leur nom ; il est donc sommé de se taire pour ouvrir enfin les yeux sur ceux qu’il laisse sans voix.

69Dominique Perben (UMP)/Olivier Besancenot (LCR), France Europe Express, F3, 2 mars 2004

(D. Perben) Tout à l’heure on a parlé du sens du débat politique et de la coupure avec ce que ressentent les gens. La réalité aujourd’hui, et vous le savez bien, c’est une France qui retourne vers l’optimisme et la croissance ! […]

(O. Besancenot) Moi je ne sais pas sur quelle planète vivent certains pour raconter que la population va bien, que la croissance va revenir ! La situation réelle dans ce pays, c’est l’extrême /précarité/ des gens qui cherchent du boulot : c’est ça, Monsieur Perben, la réalité pour des millions de personnes ! Il serait temps de commencer à les voir et les entendre !

  • 26  Leur rattachement à ce noyau sémantique joue sans doute un rôle dans le fait que les émotions poli (...)
  • 27  Division des logiques et des sensibilités analogue aux « coupures argumentatives » décrites par An (...)

70La sidération sous-tend l’indignation exprimant les sensibilités politiques26. Certes, d’un bout à l’autre du spectre partisan, les uns réduisent la sensibilité des autres à un simple affect privé (un « énervement »), de même que les accusations sont réduites aux « agressions personnelles » de la dispute. Reste la gêne intolérable face à la manière dont l’autre manipule (« dévoie ») les politèmes cardinaux. Parce que ces significations sont essentiellement contestables, l’adversaire peut lui aussi en appeler à la réalité ou au vécu et ne démord pas, tant qu’il peut se prévaloir de partisans qui voient le monde exemplifier ses catégories ; ce pourquoi il ne laisse pas de devoir être combattu, non convaincu. Ainsi le « bon sens » passe-t-il pour déraisonnable d’un camp à l’autre. Ce qui se joue dans la discorde, c’est finalement le partage du sensé et de l’insensé qui met le monde à l’envers, la division du logos et de l’antilogos opposant langage et bruit, compréhension et violence, discernement et aveuglement27.

Y a-t-il un texte dans le débat politique ? Conjurer l’insignifiance

71Nous avons esquissé ce modèle dialogique, inspiré d’une philosophie de la communication, non pour ajouter un volet spéculatif surplombant les disciplines positives mais pour leur apporter une contribution à la fois opératoire et critique, susceptible de rendre au débat politique un horizon théorique moins étroit. Ouverture appréciable, lorsque le chercheur ou le citoyen sont sidérés (presque au sens défini plus haut) de voir l’objet dérobé par des paradigmes dominants qui fonctionnent comme figures idéologiques de l’analyse. Quand il n’est pas rejeté au nom des révoltes sociales ou d’un espace public idéal de forums citoyens, nous savons comment le débat institué est dépeint : au pire, comme une dispute médiatique confrontant les images publicitaires des candidats au pouvoir, face à un public réputé réfractaire au discours et au texte, au mieux, comme une discussion contradictoire entre des représentants qui s’entendent pour s’opposer, poser des « problèmes » dont ils proposent des « solutions » contraires dans le même cadre. L’analyse a montré que pour une part qualitativement importante, le débat politique échappe à ces clichés, qui perpétuent une grave méprise. Associer le clivage idéologique à l’introuvable « clarté du débat » dont se réclament les politiciens, c’est manquer le différend comme seul observable significatif : l’on soupçonne alors une comédie de combat sur fond de « pensée unique », en l’absence de clivage lisible — et donc de texte — dans le débat. Parmi les couples conceptuels introduits jusqu’ici — dialogisme et monologisme, entente et incommunicabilité, interrogation et idéologie —, concluons donc sur celui de la textualité et de l’insignifiance.

72Le soupçon est provocant, car sa publicité même exige de traiter le débat politique non comme un événement ou un spectacle, mais comme une production d’un texte. Il ne s’agit pas de la retranscription écrite du débat comme document achevé et séparé de son contexte, mais du questionnement qu’il développe en temps réel, dont témoigne après coup ce document pour l’analyse. Produit d’une co-construction dialogique (dissociée), ce questionnement a néanmoins la nature d’un texte lisible et publiable : il ouvre une communication avec l’opinion publique, convoquée sous la figure d’un lectorat à suivre la pensée déployée, pour participer virtuellement au débat des représentants autorisés — des « auteurs » — sur le monde commun comme chose publique (Corroyer et Susana, 2010). Reprendre l’interrogation, c’est s’installer dans ce « monde du texte » comme horizon d’attente possible et chercher les valeurs à y promouvoir, par l’intermédiaire de l’intervention d’un pouvoir revendiqué à cette fin par les autorités prétendantes. Leur affrontement met expressément en jeu cette responsabilité : les acteurs du débat se disputent la signifiance, c’est-à-dire la fonction d’auteur du texte, pour y prendre le rôle actantiel du Sujet légitime. « Le » texte du débat politique n’est donc pas d’un seul tissu ; chaque questionnement invite le public à opérer sur l’autre, non la lecture compréhensive qu’il se réserve, mais une métalecture critique (Jacques, 2007b). Ce thème classique de la publicité du débat, de la publication des pensées dans la République des lecteurs, n’implique ici nul normativisme : il exige seulement de distinguer la discorde idéologique des formes plus triviales du débat médiatisé.

73La discorde est apparue comme le mode normal de manifestation conflictuelle du sens, des idées et des valeurs que l’argumentation politique met en question. À ce titre, il n’y a pas lieu de la condamner comme troncature ou malédiction frappant une supposée vocation de la communication au dialogue. Si tout discours signifiant est à quelque degré communicable, l’incommunicabilité n’est pas rejetée dans le non-sens. Certes, la discorde a pour contrepartie un débat non seulement simulé, mais manqué du point de vue dialogique, c’est-à-dire un différend entre des discours qui persiste jusque dans les versions qu’ils en donnent. Certes, la mésentente est inféconde en matière d’intercompréhension ou de progression concertée du questionnement. Et certes, le reflux monologique clôture les discours dans une relative stéréotypie. Mais l’impossibilité d’un traitement dialogal du conflit est motivée par la division du questionnable qu’il est censé cristalliser (Potte-Bonneville, 1992). Le « faux » débat est aussi « vrai » combat : le point est important, à la fois contre l’idée naïve d’un désaccord entendu et contre le soupçon d’un caractère factice des clivages (Corroyer, 2006).

74La mésentente partisane ne participe en rien d’une « montée de l’insignifiance » censée compromettre l’interrogation démocratique (Castoriadis, 1996). Ce dédoublement du sens est essentiel à l’exercice de la critique, pour lutter contre l’unicité du « sens commun » que les partis prétendent représenter et forcer par leur opposition des réalités incompatibles à loger dans un même monde (Rancière, 1995 et 2004). La discorde idéologique permet à la division de s’approfondir — unilatéralement — jusqu’à ces fondements catégoriques, et contraint les conceptions politiques à se renforcer face à la contestation ; d’où le développement des clivages au fil des débats. Leur importance pour la pensée politique se mesure sans doute même à l’incommunicabilité persistante qu’ils provoquent.

75Pas plus que le dialogisme ne présume du dialogue, la textualité ne préjuge de l’œuvre ou du grand texte. Mais s’il y a bien du texte dans le débat politique, c’est sans doute le conflit dont il est l’enjeu qui empêche de l’assimiler au commentaire journalistique, au spot publicitaire ou au divertissement people dont il est censé subir l’empire. Le lieu commun lui-même le reconnaît, en présentant la « fin des idéologies » comme une perte. Gardons-nous donc de placer la discorde sous le signe du négatif.

Haut de page

Bibliographie

ANGENOT, Marc (1982/1995), La parole pamphlétaire, Paris, Payot.

ANGENOT, Marc (2008), Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits.

ARENDT, Hannah (1972), « Vérité et politique » dans La crise de la culture, traduit de l’anglais sous la direction de Patrick Lévy, Paris, Gallimard, p. 289-336.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline (1990), « La non-coïncidence interlocutive et ses reflets méta-énonciatifs » dans Alain BERRENDONNER et Hermann PARRET (dir.), L’interaction communicative, Berne, Peter Lang, p. 173-193.

BADIOU, Alain (1998), Abrégé de métapolitique, Paris, Seuil.

BERNER, Christian (2006), Qu’est-ce qu’une conception du monde ?, Paris, Librairie Vrin.

BOBBIO, Norberto (1996), Droite et gauche. Essai sur une distinction politique, traduit de l’italien par Sophie Gherardi et Jean-Luc Pouthier, Paris, Seuil.

BOLTANSKI, Luc (2009), « L’illusion d’un <sens commun> : réalité et monde » et « Registres métapragmatiques et qualification sémantique » dans De la critique, Paris, Gallimard, p. 88-121.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), « Le conflit des mondes et la remise en cause du jugement : le dévoilement », « Les causes de discorde et le transport de grandeurs » et « Le différend et la dénonciation » dans De la justification, Paris, Gallimard, p. 265-278.

BON, Frédéric (1994), Les discours de la politique, Paris, Économica.

BOURDEAU, Michel (2000), Locus Logicus. L’ontologie catégoriale dans la philosophie contemporaine, Paris, L’Harmattan.

BOURDIEU, Pierre (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

BOURDIEU, Pierre (2000), Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Bouvier, Alban (1999), « Pluralité et relativité des modes de catégorisation axiologiques. Signification et portée de ces dissonances » dans Philosophie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 172-180.

CASTORIADIS, Cornelius (1975), « Les significations imaginaires sociales et l’institution du monde » dans L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, p. 511-526.

CASTORIADIS, Cornelius (1989), « Sens et validité » dans Giovanni BUSINO (dir.), Autonomie et autotransformation de la société, Genève, Librairie Droz, p. 480-494.

CASTORIADIS, Cornelius (1996), La montée de l’insignifiance, Paris, Seuil.

CHAMPAGNE, Patrick (1990), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit.

CHARAUDEAU, Patrick (1991), « Contrats de communication et ritualisations des débats télévisés » dans La télévision. Les débats culturels, Paris, Didier Érudition, p. 11-35.

CHARAUDEAU, Patrick (2005), « Une question en débat : dégénérescence du discours politique ou nouvelle éthique ? » dans Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, p. 191-246.

COICAUD, Jean-Marc (1997), « Expérience du sens, délibération sur les possibles et jugements de légitimité » dans Légitimité et politique, Paris, Presses universitaires de France, p. 272-287.

CONEIN, Bernard (2005), Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Économica.

Corroyer, Grégory (2005), « L’impensé des <politiques délibératives> ou le débat public sans autorité(s) » dans Francis JACQUES (dir.), Repenser l’autorité, Paris, Éditions Parole et Silence, p. 111-139.

Corroyer, Grégory (2006), « Quelques mécanismes de clivage dans les <débats> politiques », Communication et langages, 148, « Dialogues politiques : images et miroirs », p. 33-51.

Corroyer, Grégory (2008), « Lecture critique de l’ouvrage de Patrick Charaudeau, Le discours politique », Langage et société, 126(4), p. 95-106.

Corroyer, Grégory et Valérie SUSANA (2010), « Communicabilité des droits de l’homme : la Déclaration universelle et sa mise en texte », Argumentation et analyse du discours [En ligne]. N° 4 (15 avril). http://aad.revues.org/index789.html. Consulté le 18 avril 2011.

DANBLON, Emmanuelle (2002), Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

DEBRAY, Régis (1993), L’État séducteur. Les révolutions médiologiques du pouvoir, Paris, Gallimard.

DOMINICY, Marc, « L’épidictique et la théorie de la décision » dans Marc DOMINICY et Madeleine FRÉDÉRIC (dir.), La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme, Lausanne, Delachaux et Niestlé, p. 49-77.

DOURY, Marianne (1997), Le débat immobile. L’argumentation dans le débat médiatique sur les parasciences, Paris, Kimé.

DOURY, Marianne (2009), « <Sans faire allégeance> : l’euphémisme dans l’expression des accords et désaccords dans un débat politique », Synergies Italie, p. 112-124.

EEMEREN, Frans Hendrik van et Robert GROOTENDORST (1996), La nouvelle dialectique, traduit de l’anglais par Sylvie Bruxelles, Marianne Doury et Véronique Traverso (traduction coordonnée par Christian Plantin), Paris, Kimé.

EEMEREN, Frans Hendrik van et Peter HOUTLOSSER (2004), « Une vue synoptique de l’approche pragma-dialectique » dans Marianne DOURY et Sophie MOIRAND (dir.), L’argumentation aujourd’hui. Positions théoriques en confrontation, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 45-75.

FERRY, Jean-Marc (2002), Valeurs et normes. La question de l’éthique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

FAYE, Jean-Pierre (1972), « Le texte du récit idéologique » dans Théorie du récit, Paris, Hermann, p. 29-40.

FREUND, Julien (1965/1986), L’essence du politique, Paris, Sirey.

GAUTHIER, Gilles (1990), « L’argumentation stratégique dans la communication politique : le débat L’Allier/Bertrand », Revue québécoise de science politique, 17, p. 113-141.

GAUTHIER, Gilles (1995a), « L’argumentation périphérique dans la communication politique : le cas de l’argument ad hominem », Hermès, 16, « Argumentation et rhétorique (II) », p. 355-370.

GAUTHIER, Gilles (1995b), « L’analyse du contenu des débats politiques télévisés », Hermès, 17/18, « Communication et politique », p. 355-370.

GAUTHIER, Gilles et André GOSSELIN (1996), « L’argumentation d’attaque en communication politique », Communication, 17(1), p. 135-159.

GOODMAN, Nelson (1992), « Sur la correction des rendus : mondes en conflit » dans Manières de faire des mondes, traduit de l’américain par Marie-Dominique Popelard, Nîmes, Jacqueline Chambon, p. 143-149.

HABERMAS, Jürgen (1986/1999), « Notes programmatiques pour fonder en raison une éthique de la discussion » dans Morale et communication, traduit de l’allemand par Christian Bouchindhomme, Paris, Flammarion, p. 63-130.

HABERMAS, Jürgen (1997), « La politique délibérative » dans Droit et démocratie. Entre faits et normes, traduit de l’allemand par Rainer Roschlitz et Christian Bouchindhomme, Paris, Gallimard, p. 311-354.

HABERMAS, Jürgen (1998), « La neutralisation des conflits de valeurs et la <tolérance à l’égard des différences> » dans L’intégration républicaine. Essais de théorie politique, traduit de l’allemand par Rainer Roschlitz, Paris, Fayard, p. 298-316.

JACQUES, Francis (1985), « Dialogue, dialogisme, interlocution » dans L’espace logique de l’interlocution, Paris, Presses universitaires de France, p. 59-90.

JACQUES, Francis (1986), « Questions, problèmes, problématiques. Pour une approche interrogative de la connaissance », Études de la Faculté des lettres de Lausanne, 4, p. 45-69.

JACQUES, Francis (1987), « De la signifiance », Revue de métaphysique et de morale, 92(2), p. 179-218.

JACQUES, Francis (1991), « Consensus et conflit : une réévaluation » dans Hermann PARRET (dir.), La communauté en paroles. Communication, consensus, ruptures, Liège, Mardaga, p. 97-124.

JACQUES, Francis (1992a), « Argumentation et stratégies discursives » dans Alain LEMPEREUR (dir.), L’argumentation, Liège, Mardaga, p. 153-171.

JACQUES, Francis (1992b), « Peut-on et doit-on définir un a priori communicationnel ? » dans Denis VERNANT (dir.), Du dialogue, Paris, Éditions du CNRS, p. 189-202.

JACQUES, Francis (1998), L’autre visible, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle/Méridiens Klincksieck, p. 11-94.

JACQUES, Francis (1999), « La catégorisation au travail », Revue de métaphysique et de morale, 4, p. 539-563.

JACQUES, Francis (2002), De la textualité. Pour une textologie générale et comparée, Paris, Librairie Maisonneuve.

JACQUES, Francis (2007a), « Le ressort interrogatif » et « La relation auteur/lecteur » dans L’arbre du texte et ses possibles, Paris, Librairie Vrin, p. 71-85.

JACQUES, Francis (2007b), « Lecture et métalecture » dans L’arbre du texte et ses possibles, Paris, Librairie Vrin, p. 107-117.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1980), L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1988), « La notion de <place> interactionnelle ou les taxèmes : qu’est-ce que c’est que ça ? » dans Jacques COSNIER, Nadine GELAS et Catherine KERBRAT-ORECCHIONI (dir.), Échanges sur la conversation, Paris, Éditions du CNRS, p. 185-198.

LAGROYE, Jacques (1985), « La légitimation » dans Madeleine GRAWITZ et Jean LECA (dir.), Traité de science politique, 1, Paris, Presses universitaires de France, p. 395-468.

LANDOWSKI, Éric (1989), « Figures d’autorité : vers le discours politique » dans La société réfléchie. Essais de socio-sémiotique, Paris, Seuil, p. 245-274.

LEFORT, Claude (1986), « La question de la démocratie » dans Essais sur le politique, Paris, Seuil, p. 17-32.

LEFORT, Claude (1992), Écrire. À l’épreuve du politique, Paris, Calmann-Lévy.

LYOTARD, Jean-François (1983), Le différend, Paris, Minuit.

MAINGUENEAU, Dominique (1983), Sémantique de la polémique. Discours religieux et ruptures idéologiques au XVIIe siècle, Lausanne, L’Âge d’Homme.

MAINGUENEAU, Dominique (1984), Genèses du discours, Liège, Mardaga.

MAINGUENEAU, Dominique (2000), « Les deux ordres de contraintes de la polémique » dans Magid Ali BOUACHA et Frédéric COSSUTTA (dir.), La polémique en philosophie, Dijon, Figures Libres, p. 153-166.

MAINGUENEAU, Dominique (2002), « Interdiscours » dans Patrick CHARAUDEAU et Dominique MAINGUENEAU (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 324-326.

MOIRAND, Sophie (2002), « Dialogisme » dans Patrick CHARAUDEAU et Dominique MAINGUENEAU (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 175-178.

MEYER, Michel (1992), « Des idées à l’idéologie » dans Langage et littérature. Essai sur le sens, Paris, Presses universitaires de France, p. 125-147.

MEYER, Michel (2005), « Catégorisation, modalisation et réduction problématologique » dans Comment penser la réalité ?, Paris, Presses universitaires de France, p. 52-59.

MICHELI, Raphaël (2010), L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris, Cerf.

PERELMAN, Chaïm (1989), « Jugements de valeur, justification et argumentation » dans Rhétoriques, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 197-208.

PERELMAN, Chaïm (1990), « Justice et justification » dans Éthique et droit, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 218-231.

PERELMAN, Chaïm et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958/1988), « La dissociation des notions » dans Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 550-597.

POTTE-BONNEVILLE, Mathieu (1992), « La violence dans le débat philosophique : la controverse Derrida/Searle » dans Denis VERNANT (dir.), Du dialogue, Paris, Éditions du CNRS, p. 219-248.

RANCIÈRE, Jacques (1995), La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée.

RANCIÈRE, Jacques (1998/2004), « Les usages de la démocratie » dans Aux bords du politique, Paris, Gallimard, p. 74-111.

RANCIÈRE, Jacques (2000), Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

RAWLS, John (2006), « L’idée de raison publique reconsidérée » dans Paix et démocratie, traduit de l’américain par Bertrand Guillarme, Paris, La Découverte, p. 160-212.

TAGUIEFF, Pierre-André (1988/1990), « Éléments pour une théorie des débats idéologiques » dans La force du préjugé, Paris, Gallimard, p. 393-410.

TODOROV, Tzvetan (1981), Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris, Seuil.

TROGNON, Alain (1990), « Relations intersubjectives dans le débat » dans Alain BERRENDONNER et Hermann PARRET (dir.), L’interaction communicative, Berne, Peter Lang, p. 195-214.

TROGNON, Alain et Jeannine LARRUE (1994), « Les débats politiques télévisés » dans Pragmatique du discours politique, Paris, Armand Colin, p. 55-125.

VERNANT, Denis (1997), Du discours à l’action. Études pragmatiques, Paris, Presses universitaires de France.

VULLIERME, Jean-Louis (1989), Le concept de système politique, Paris, Presses universitaires de France.

WALTON, Douglas (1991), « Les violations des règles du dialogue raisonné » dans Hermann PARRET (dir.), La communauté en paroles. Communication, consensus, ruptures, Liège, Mardaga, p. 245-265.

WEBER, Max (1959/1963), Le savant et le politique, traduit de l’allemand par Julien Freund et introduit par Raymond Aron, Paris, Éditions 10/18.

WEBER, Max (1965/1992), « Essai sur le sens de la <neutralité axiologique> dans les sciences sociologiques et économiques » dans Essais sur la théorie de la science, traduit de l’allemand et introduit par Julien Freund, Paris, Pocket, p. 367-433.

WEIL, éric (1955, 1989), Philosophie politique, Paris, Librairie Vrin.

WOLTON, Dominique (1991), « La communication politique : construction d’un modèle », Hermès, 4, p. 29-42.

Haut de page

Notes

1  Ces courants sont renvoyés dos à dos, non confondus. L’éthique de la discussion évacue l’analyse des débats politisés concrets qui défient l’idéal d’un public non divisé de citoyens délibérant tous avec tous (Corroyer, 2005), alors que la dialectique et la rhétorique envisagent l’argumentation effective pour y distinguer les raisons valides ou persuasives. De même, les études rapportant les contenus aux stratégies se séparent selon la place qu’elles reconnaissent à l’« argumentation idéologique » ou ad rem — définie par des topiques d’imputation de responsabilité et de justification — par rapport à l’« argumentation périphérique » ou ad hominem et ses enjeux d’image (Gauthier, 1995a et 1995b).

2  Ce modèle a fait l’objet d’une conférence au séminaire Sociologie des controverses de l’EHESS, dirigé par F. Chateauraynaud.

3  Cette option ne disqualifie en rien l’étude des marqueurs de place dans la construction des images, qui traite le cadrage des enjeux sous l’angle des mouvements stratégiques sur des thématiques favorables ou défavorables, mais s’intéresse peu au contenu comme tel, c’est-à-dire aux polarités sémantiques qui sous-tendent les positionnements (Maingueneau, 2000).

4  Ces formats laissent indéterminées les valeurs qui viennent les remplir. Attaques et défenses sont portées par des assertions qui présupposent que l’état de choses décrit est positif ou négatif pour la communauté ; mais sur cette qualification axiologique, la logique (illocutoire, informelle ou déontique) a peu à dire, surtout si les valeurs sont réduites à l’expression du désir du locuteur. De son côté, la rhétorique distingue les lieux supposés communs du souhaitable (Dominicy, 2001) en fonction des genres délibératif (l’utile), judiciaire (le droit) et épidictique (la grandeur) ; mais la satisfaction publique ou les normes en vigueur peuvent être appréciées en fonction de valeurs différentes.

5  La pragma-dialectique sous-estime ces clivages en postulant l’homologie dans un cadre sémantique unifié : proposant et opposant sont censés prendre position pour ou contre une même thèse, donc s’entendre sans difficulté sur le « problème » dont découle cette « solution » litigieuse (Eemeren et Houtlosser, 2004).

6  Le politème se distingue du thème abordé : il remplit une fonction « catégoriale », indiquant ce qui est en question (le sens) dans le thème (la référence), pour en préfigurer l’abord ; problématisation dont il constitue la trace textuelle, que nous placerons entre /. Par exemple, le thème « diminution des impôts » peut devenir objet de débat selon différentes catégories, comme question de /prospérité/ ou de /justice/ ; non-coïncidence qui empêche les réponses de s’opposer simplement à son sujet (pour ou contre).

7  Notons que le topos ne fonctionne pas à vide : c’est la /responsabilité/ de l’individu, plutôt que sa /précarité/ par exemple, qui est en question. Il suffirait que les catégories de /responsabilité/ et de /solidarité/ permutent pour que le sens s’inverse. Voilà le « contenu idéologique » à proprement parler.

8  Situation ordinaire en politique, malgré la séduction de formules frappantes (Lyotard, 1983 : 200-205) qui dramatisent le différend en événement inouï, étranger à la scène instituée.

9  De érôtèma, interrogation. La discipline étudie la pertinence des questions pour des interlocuteurs engagés dans une recherche et distingue les situations de communication ou les types de textes en fonction des modes de questionnement qu’ils engagent (Jacques, 2002).

10  Sans fascination de la différence, par contraste avec le post-structuralisme critiqué sous le label de Pensée 68, dont l’éloge du conflit débouche sur une contestation radicale du débat politique au profit d’une résistance contre le champ institué, censé reproduire un consensus dominant.

11  L’idéolecte désigne une compétence sémantique exprimant le rattachement du locuteur à un groupe ou une instance qu’il représente : « […] ce <complexe de présupposés> peut être plus ou moins commun aux partenaires de la communication […], et selon le type de discours c’est la dissemblance (comme dans cette <guerre verbale> qu’est la polémique) qui sera emphatisée » (Kerbrat-Orecchioni, 1980 : 208-209).

12  L’auteur « dialogue » avec le lecteur en l’invitant à s’interroger avec lui, c’est-à-dire à actualiser pragmatiquement le cadre sémantique ouvert par la lettre du texte.

13  Délocution (délocutif, délocuter) : inscription des énonciateurs dans l’univers référentiel décrit par le texte des énoncés. Les pronoms ont valeur allocutive lorsqu’ils désignent les acteurs du dire référant à leurs actes de langage (« vous dites ceci », « je vous réponds cela », etc.) et valeur délocutive lorsqu’ils les désignent comme agents du dit, sujets des actions ou états dénotés (« notre gouvernement a fait ceci », « votre parti est cela », etc.).

14  L’interdiscours est un concept analytique fécond, mais théoriquement dérivé : affirmer le primat (Maingueneau, 1984), c’est supposer une incommunicabilité absolue et permanente en tout contexte.

15  Les prétendants à l’autorité s’installent comme actants dans le contenu textuel du débat, où sont relatés les projets et actions (faits et méfaits) des instances qu’ils représentent : chacun prend la place du Sujet héros, puissance bienfaitrice en quête d’Objets valeurs, mandaté par un Destinateur souverain qui doit le reconnaître en tant que Destinataire bénéficiaire de l’action — auquel le public pris à témoin est censé s’identifier —, face à son Anti-sujet, faux héros impuissant ou dégradateur à démasquer. Les imputations et justifications reposent sur ce schéma actantiel, racine du « manichéisme » politique (Landowski, 1989).

16  L’idée d’une « négociation » des objets de débat est malvenue au regard de cette intransigeance du signifié, de même que la norme libérale de « raison publique » (Rawls, 2006) qui exige la conciliation à tout prix, fût-ce celui du sens : au nom de la tolérance et du respect des droits subjectifs, il faudrait privatiser les « doctrines compréhensives » intransigeantes pour n’affirmer que des principes raisonnables, susceptibles de rassembler un « consensus par recoupement ».

17  Sur la base d’hypothèses voisines, Marc Angenot (1995) appelle « idéologème » ou « présupposé régulateur du discours » ce que nous nommerons une « assomption catégorique » de la mise en question, contractée dans un politème dont l’idéologème est la manifestation clivée.

18  Tout politème prête à dissociation à mesure des tensions qu’il contracte : /démocratie/ (/libérale/ vs /sociale/), /État/ (/de droit/ vs /providence/), etc.

19  La « textualité » désigne les propriétés de cohésion qui font du discours (ou de l’interaction) un complexe supérieur à la somme de ses énoncés, doté d’une codification générique le rattachant à des corpus constitués, et porteur d’un mouvement interrogatif par lequel le ou les auteurs prétendent s’arracher à l’insignifiance et fournir une pénétration de regard sur le monde présenté au public (Jacques, 2007a). Nous y reviendrons.

20  Les questions spéculatives (métaphysiques, esthétiques, théologiques) visent un autre ordre de vérités et deviennent subjectives si l’entente ne peut être présumée à ce sujet. Véridiction et objectivité ne coïncident qu’en science : les questions métathéoriques ont une portée empirique par rapport à des données qui peuvent être désignées à l’aide des concepts transverses d’une discipline, préservant la référence en changeant de sens d’un paradigme à l’autre.

21  La querelle des valeurs caractérise la lutte partisane pour la légitimité, par laquelle la politique contraste avec la science (Weber, 1959/1963 et 1965/1992). Parce qu’elles refoulent ce trait jugé pathologique, certaines théories politiques en vue sont en fait impolitiques. Ainsi l’éthique de la discussion traite-t-elle les questions politiques comme des « problèmes pratiques ou normatifs » formels et véridictoires, c’est-à-dire justiciables d’une unique solution valide anticipée dans l’universalité du consensus public (Habermas, 1999), en écartant les « questions éthico-existentielles » de valeur ou d’identité collective réputées métaphysiques ou religieuses, donc privées (Habermas, 1998 ; Ferry, 2002).

22  C’est ce refoulement de son interrogativité qui rend l’argumentation « rhétorique » (Meyer, 1992 et 2005).

23  C’est selon une catégorie prise comme type idéal qu’on distingue exemplaire authentique et contrefaçon : pseudo-emplois /assistés/ contre véritables emplois /marchands/ ; prétendue réforme /socialement/ régressive, etc.

24  L’enjeu de construction d’une « image du monde », négligé par la logique illocutoire, est réintroduit en pragmatique par Denis Vernant (1997).

25  Hannah Arendt (1972) manque cette profondeur en associant le débat politique au « jugement » d’un public sur des opinions dont la vraisemblance est partagée dans le monde commun des apparences, par opposition à la « pensée » préoccupée de la réalité et de sa signification. La dissociation réalité/apparence divise toute pensée politique, tant à l’égard du possible que du souhaitable : il y a les idéaux viables et les chimères illusoires.

26  Leur rattachement à ce noyau sémantique joue sans doute un rôle dans le fait que les émotions politiques puissent être argumentées (Micheli, 2010).

27  Division des logiques et des sensibilités analogue aux « coupures argumentatives » décrites par Angenot (2008 : 273-283).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Typologie des interactions communicatives(modifiée de Jacques, 1992a : 158)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1692/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 2. Typologie des questions (modifiée de Jacques, 1986 : 61)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1692/img-2.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Corroyer, « Les discordes idéologiques dans le débat politique », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/communication.1692

Haut de page

Auteur

Grégory Corroyer

Grégory Corroyer, ancien doctorant et chargé de cours en philosophie du langage à l’UFR communication de Paris III Sorbonne Nouvelle, est chercheur indépendant. Ses travaux croisent l’analyse du discours, la théorie de l’argumentation et la théorie politique. Courriel : corroyer.gregory@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org