Navigation – Plan du site
Articles

Le processus de féminisation du journalisme politique et les réorganisations professionnelles dans les quotidiens nationaux français

Béatrice Damian-Gaillard et Eugénie Saitta

Résumés

Le journalisme politique a longtemps constitué un secteur « noble » de la presse quotidienne nationale française et un domaine réservé aux hommes, ou presque. À partir des années 1990, on constate qu’un nombre croissant de femmes travaille dans les services politiques des quotidiens nationaux français. Toutefois, cette féminisation ne prend ni la même ampleur ni les mêmes formes selon les différents journaux. À partir d’une étude de cas portant sur Le Monde, Libération, Le Figaro et L’Humanité, nous mettrons tout d’abord en évidence des processus différenciés de (dé)-féminisation du journalisme politique et nous chercherons ensuite à en comprendre les mécanismes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  D’après les données affichées sur le site de la Commission de la carte d’identité de journalistes (...)
  • 2  En 1999, presque 52 % des journalistes détenteurs de la carte de presse travaillant dans la presse (...)

1L’augmentation de la part de femmes parmi les journalistes français constitue une évolution sociographique importante. En 2008, 43,9 % des journalistes titulaires de la carte de presse sont des femmes, contre 43 % en 20061, 39 % en 1999, 20 % en 1974 et 15,3 % en 1965 (Institut français de presse, 2001). Cette proportion est plus forte encore parmi les personnes déposant une première demande (54,3 % en 2008) (Institut français de presse, 2001) ou chez les nouveaux entrants du marché journalistique (50 % en 1998) (Marchetti et Ruellan, 2001). Cependant, ces tendances générales dissimulent des contrastes importants en fonction du statut, d’une part — par exemple, les femmes journalistes sont plus souvent demandeurs d’emploi que les hommes (4 % contre 3,3 %), plus souvent pigistes (21,2 % contre 15,8 %), mais beaucoup plus rarement directrices de publication (0,5 % contre 2,2 %) (Marchetti et Ruellan, 2001) —, et du secteur médiatique, de la spécialité journalistique, d’autre part — la presse magazine spécialisée constitue depuis longtemps le premier débouché professionnel des femmes journalistes2. Ainsi trouve-t-on des services et des rubriques plus « féminins », comme la mode, la culture ou la société, et les femmes travaillent majoritairement dans des domaines informationnels qui sont considérés comme une extension de leurs responsabilités domestiques et du rôle qui leur est socialement assigné de soin, d’éducation et d’humanité (Neveu, 2000). La féminisation de la profession journalistique engage ainsi des processus de ségrégation à la fois verticale (accès aux positions de pouvoir) et horizontale (division thématique du travail journalistique) entre femmes et hommes. Plusieurs façons de délimiter l’objet d’étude apparaissent particulièrement fécondes pour déterminer les mécanismes qui sont à l’origine de ces dynamiques de ségrégation. Monika Djerf-Pierre (2007) adopte par exemple une perspective historique qui permet de voir les variations au cours du temps des domaines qui sont définis comme « féminins » ou « masculins » dans l’audiovisuel public suédois. Monica Löfgren-Nilsson (à paraître), quant à elle, s’interroge sur la persistance d’une ségrégation horizontale (gender-typing) dans des rédactions où existe une politique de promotion de la parité aux postes de décision (gender balance). Une autre démarche — et c’est celle que nous adoptons ici — consiste à analyser les spécialités historiquement « masculines » qui se féminisent. Dans cet article, nous interrogerons les processus de féminisation du journalisme politique dans les principaux quotidiens nationaux français.

2Dans la structure de concurrence et de hiérarchie entre spécialités journalistiques, le journalisme politique a occupé historiquement une position haute (non revenue ou prestige goal — Tunstall, 1971) dans la presse quotidienne nationale et dans les newsmagazines. Le journalisme politique était ainsi un symbole de consécration, un lieu de pouvoir professionnel et de production d’un métadiscours sur le monde social. La forte présence masculine dans les services politiques tenait en outre à deux autres éléments : une homologie avec le champ politique, lui-même dominé numériquement par la présence des hommes, et une haute idée de la politique comme étant le cœur du pouvoir, pouvoir dont le journalisme politique permettait le voisinage. C’est pourquoi l’augmentation de la part de femmes dans les services politiques de quotidiens nationaux comme Le Monde ou Le Figaro, jusqu’à atteindre la parité au début des années 2000, pose question, et ce, d’autant plus que le journalisme politique de la presse quotidienne nationale offre des conditions de travail particulièrement disqualifiantes pour les femmes. Celles-ci s’expriment, tout d’abord, dans les horaires de travail propres au journalisme politique, horaires extensifs se prolongeant le soir et le week-end. Si la politique n’est pas la seule rubrique « chaude » dans les quotidiens, l’organisation de la vie politique (meetings le soir et le week-end, déplacements des leaders politiques, etc.) impose aux journalistes politiques un rythme de travail peu comparable aux autres spécialités journalistiques. Ces contraintes horaires posent une inégalité entre hommes et femmes dans la gestion de la vie privée et notamment des enfants. Ensuite, le journalisme politique constitue une spécialité particulièrement concurrentielle. Organisé selon un découpage entre des domaines d’information plus ou moins valorisants et prestigieux, le service politique forme un espace de concurrence entre rubricards politiques d’un même journal pour l’accès aux « dossiers » les plus prestigieux (couvrir l’Élysée Matignon, les partis de la majorité et de l’opposition). En somme, chacun possède son « territoire ». Ce contexte de travail concurrentiel est, là encore, particulièrement disqualifiant pour les femmes, notamment par rapport à la maternité. Celle-ci les oblige à céder leur territoire pendant un temps, sans garantie de le retrouver indemne, mais plutôt amenuisé, voire accaparé par un collègue s’il s’agit d’un « dossier » attrayant. Subissant moins les contraintes liées à leur paternité, les journalistes hommes possèdent un avantage stratégique dans cette concurrence qui se joue notamment sur la disponibilité et la capacité à « occuper le terrain ». C’est pourquoi le journalisme politique ne pouvait constituer a priori ce que Michèle Perrot a qualifié de « métier de femmes » : 

Ceux dont ils sont « bien pour une femme » obéissent à un certain nombre de critères, qui dessinent autant de limites. Réputés peu accaparants, ils doivent permettre à une femme de mener à bien sa double tâche, professionnelle (mineure) et domestique (primordiale) (1987 : 3).

  • 3  « Le genre peut être défini comme le rapport social divisant l’humanité en deux sexes distincts et (...)

3Notre ambition ici est, premièrement, de mettre en évidence les modes différenciés de féminisation du journalisme politique selon les titres de presse et, deuxièmement, d’expliquer les mécanismes à la fois de féminisation et de reproduction des inégalités genrées dans la distribution des statuts, des spécialités et des postes de pouvoir, tout en prenant en compte les réorganisations professionnelles qui s’opèrent dans la presse quotidienne nationale depuis les années 1980. Si elle est présente en pointillé dans cet article, la question des effets de la féminisation n’en est pas l’objet. Nous ne nous limiterons pas à une définition restreinte de la féminisation saisie par une approche quantitative mettant en évidence aussi bien la progression de la présence féminine que l’accès des femmes à des postes de décision dans les services politiques (« body counting » — Djerf-Pierre et Löfgren-Nilsson, 2004). Cette analyse participe d’un questionnement plus large sur les rapports sociaux de sexe au sein du service politique ou, pour le dire autrement, sur les processus genrés dans la pratique quotidienne du journalisme politique3. À l’instar de Joan Acker, qui défend l’idée d’une organisation « genrée » (gendered organisation), nous prenons le contre-pied d’une tendance qui considère la structure des organisations comme désincarnée et neutre du point de vue du genre (gender neutral).

La structure du marché du travail, les relations dans le travail, le contrôle du processus de travail et l’économie sous-jacente des relations sont toujours affectés par la notion de genre, les mécanismes d’identité « genrée » et les inégalités matérielles entre les femmes et les hommes (Acker, 1990 : 145-146. Notre traduction).

  • 4  Les conclusions de ce doctorat résultent d’une enquête par entretiens (réalisés de 2002 à 2003, au (...)
  • 5  Depuis 1995 pour Le Monde (la rubrique « Politique » se transforme en rubrique « France », celle-c (...)
  • 6  Le corpus statistique, tout d’abord, a comptabilisé sur un mois l’ensemble des articles (environ 7 (...)

4Amorcée à l’occasion du séminaire « Genre » du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE) en 2005, notre enquête de terrain s’inscrit dans le cadre plus large d’une recherche de doctorat sur les transformations du journalisme politique depuis les années 1980 dont une partie des conclusions soutient la démonstration proposée dans cet article4. Elle se concentre sur quatre titres de la presse quotidienne nationale en particulier : Le Figaro, Libération et Le Monde, principaux représentants de cette famille de presse, ainsi que L’Humanité, journal d’opinion et ancien organe du Parti communiste français (PCF), sélectionnés pour la place qu’ils consacrent à l’information politique dans leurs pages. Ces quatre titres ont en outre en commun d’avoir intégré la couverture de la macroéconomie et du social dans leur rubrique « Politique » au cours des années 1990 et 20005. Cette enquête a pour ambition de croiser plusieurs types de données : une étude statistique, des entretiens semi-directifs, une analyse de contenu qualitative6.

Les journalistes politiques : des positions et des capitaux genrés

  • 7  Le mois de janvier 2005 constitue une période de « routine » permettant d’éviter dans une certaine (...)

5Notre enquête de terrain a tenté d’éclaircir cet apparent paradoxe : l’entrée en nombre de femmes dans les services politiques de la presse quotidienne nationale alors que ceux-ci constituent historiquement des domaines réservés aux hommes et offrent des conditions de travail particulièrement disqualifiantes pour les femmes. Une première phase de cette enquête a consisté en un travail statistique dont nous ne rendrons compte ici que de façon synthétique ou bien par bribes dans le corps de l’article. Ces statistiques ont été élaborées à partir de comptages réalisés sur les articles produits par les services politiques des quotidiens Le Figaro, Le Monde, L’Humanité et Libération au cours du mois de janvier 2005 (corpus d’environ 700 articles)7. Elles visaient à calculer la proportion d’information politique produite par des femmes et par des hommes. Elles ont été complétées par des statistiques élaborées sur la base des organigrammes des services politiques, ce qui a permis d’évaluer la proportion de femmes dans les services politiques de la presse quotidienne nationale et son évolution au cours des vingt dernières années, de les comparer aux statistiques générales disponibles sur les médias et la presse écrite en France (Institut français de presse, 2001 ; Marchetti et Ruellan, 2001). Elles ont également permis de comprendre la répartition des compétences entre femmes et hommes journalistes tant dans les postes de décision (chef de service et adjoints) que dans la distribution des domaines d’information les plus prestigieux (Élysée, Matignon, partis de gouvernement).

La division du travail journalistique

  • 8  Ce graphique a été réalisé à partir du Trombinoscope. Cette publication, destinée aux élus et à le (...)

6Un premier constat a trait à l’augmentation (ou non) de la part de femmes dans les services politiques de ces journaux. Le schéma suivant montre des évolutions contrastées entre, d’un côté, Le Figaro et Le Monde et, de l’autre, Libération8. Tandis que la proportion augmente depuis le début des années 1990 dans les deux premiers titres jusqu’à atteindre la parité en 2004, elle diminue dans le troisième titre après avoir atteint son point culminant en 1995 (40 %). La part de femmes au service politique de Libération n’a jamais été aussi faible qu’au moment de l’enquête (moins de 10 %).

Graphique 1. Évolution de la part de femmes parmi les journalistes du service politique du Figaro, de Libération et du Monde en l’espace de vingt ans

Graphique 1. Évolution de la part de femmes parmi les journalistes du service politique du Figaro, de Libération et du Monde en l’espace de vingt ans

7Un deuxième constat concerne la distribution des compétences entre hommes et femmes à l’intérieur des services politiques. S’intéresser à la division du travail permet de comprendre les positions relatives des hommes et des femmes dans l’espace du service politique. Ces positions se hiérarchisent en fonction de la reconnaissance professionnelle ou encore de la légitimité interne dont elles peuvent bénéficier. Cette hiérarchie reste largement subordonnée aux principes de hiérarchisation du champ politique. Daniel Gaxie (2003) parle ainsi de « subordination structurale » du journalisme au champ politique. Les journalistes politiques ont en effet une autonomie restreinte par rapport à l’agenda politique et sont largement soumis aux intérêts des sources et à leur interprétation des problèmes. Par exemple, l’organisation des spécialités au sein des services politiques de la presse quotidienne nationale française — les journalistes ayant chacun des sphères de compétence réparties par « dossier » — reproduit la structuration du champ politique. Ainsi la répartition des tâches s’effectue-t-elle par institution politique et non par thématique : l’Élysée, Matignon, le Parlement, les partis de gouvernement l’Union pour un mouvement populaire (UMP) et le Parti socialiste (PS), les Verts, le Parti communiste français, l’extrême droite, l’extrême gauche. Les partis peu ou pas représentés au Parlement, définis par conséquent comme les « petits partis », sont souvent regroupés dans un même « dossier ». C’est le cas du Parti radical de gauche, de Lutte ouvrière, de la Ligue communiste révolutionnaire et de toutes les formations d’extrême gauche. Au-delà de l’organisation fonctionnelle des services politiques, la visibilité accordée aux différents « dossiers » dans le journal reproduit les hiérarchies propres au champ politique (et leur évolution) qui existent entre institutions mais aussi entre les membres du personnel politique. La superficie réservée à l’information parlementaire a ainsi décliné au cours du temps au profit des partis et du pouvoir exécutif (Negrine, 1996 ; Kaciaf, 2005). De même, une attention forte est accordée aux leaders politiques sélectionnés sur la base de leur position dans le champ politique, du prestige de leur fonction (le président de la République, le premier ministre, les ministres et anciens ministres, les chefs de parti et les « présidentiables »), ce qui reproduit les logiques du recrutement politique (Darras, 1995).

  • 9  La part restante est composée d’articles non signés (12 %) et d’articles signés par un homme et un (...)
  • 10  Trois femmes et un homme se sont succédé à la tête du service politique depuis 2001 : successiveme (...)
  • 11  La façon dont une journaliste décrit la composition du service politique de Libération souligne l’ (...)

8Au Monde, les femmes produisent plus d’articles que les hommes (47 % contre 38 %9). Les postes de décision (chef de service et adjoints) à l’intérieur du service politique sont occupés par des femmes au moment de l’enquête (2005)10. Les domaines d’information à forte reconnaissance professionnelle (pouvoir exécutif, partis de gouvernement) sont répartis de façon paritaire entre deux femmes (Élysée, Parti socialiste) et deux hommes (Matignon, Union pour un mouvement populaire). En revanche, les domaines de l’économie et du social sont exclusivement couverts par des femmes. Nouvellement intégrés au service politique (depuis 1995), ces domaines obtiennent une forte visibilité dans les pages « Politique » du Monde (37 % des articles) et proposent ainsi une définition élargie de l’information politique qui subvertit en quelque sorte une conception purement institutionnelle de la politique. Pour autant, ils souffrent d’un déficit de légitimité auprès des pairs, qui les associent difficilement à la « vraie » information politique11. En bref, l’augmentation importante du nombre de femmes parmi les journalistes politiques du Monde recouvre un double processus de féminisation. D’un côté, les femmes et les hommes se trouvent en situation de parité aux fonctions de décision et dans les domaines d’information les plus prestigieux, c’est-à-dire aux positions dominantes du service politique. On pourrait alors parler de féminisation « par le haut ». D’un autre côté, les femmes occupent majoritairement les domaines d’information les moins légitimes, c’est-à-dire les positions dominées du service politique. On pourrait alors parler de féminisation « par le bas ».

  • 12  La part restante est composée d’articles non signés (21 %) et d’articles signés par un homme et un (...)

9Au Figaro, l’information politique est produite à 43 % par des hommes (contre 34 % par des femmes12). Le chef du service politique est un homme et, au cours des vingt dernières années, cette fonction a été occupée une fois par une femme (Christine Fauvet-Mycia, de 1997 à 2000). Par contre, une femme (Christine Clerc) possède le statut prestigieux de grand reporter de 1999 à 2004. De même, la répartition des dossiers les plus valorisants est paritaire, la couverture du pouvoir exécutif se répartissant par exemple entre deux femmes et un homme. En bref, la présence numériquement importante de femmes au service politique du Figaro recouvre un processus de féminisation « par le haut », particulièrement net dans l’attribution des « dossiers » les plus prestigieux et en demi-teinte dans la répartition de la production journalistique, ces évolutions étant relativisées par le fait que le personnel encadrant reste constitué exclusivement d’hommes. Contrairement au Monde, cette féminisation ne s’accompagne pas d’un élargissement des domaines de couverture de l’information politique qui reste définie de façon institutionnelle (voir plus bas le graphique 3).

  • 13  La part restante est composée d’articles non signés (24 %) et d’articles signés par deux journalis (...)

10L’Humanité se rapproche du Monde parce qu’il possède un « grand » service politique, économique et social, mais s’en démarque à la fois dans la répartition des tâches à l’intérieur du service et dans le rubricage qui établit à nouveau des distinctions entre les pages « Politique » d’un côté et les pages « Social-Économie » de l’autre. Cette distinction est renforcée par la répartition de la production entre hommes et femmes. Ainsi, au-delà du fait que les hommes écrivent plus d’articles que les femmes (46 % contre 28 %13), les domaines d’information apparaissent genrés : 1 femme est affectée au secteur politique, qui comprend 7 journalistes, tandis que 6 femmes travaillent dans le secteur de l’économie et du social, qui comprend 10 journalistes ; seuls 6 % des articles publiés en pages « Politique » sont écrits par des femmes. Concernant les postes de décision, le chef de service est un homme, secondé par deux adjointes, responsables l’une du secteur politique et l’autre du secteur économique et social. En bref, on observe une féminisation « par le bas » du service politique, économique et social de L’Humanité, les domaines de l’économie et du social étant perçus par l’ensemble des acteurs du service comme moins légitimes que la politique institutionnelle.

  • 14  La part restante est composée d’articles non signés (28 %) et d’articles signés par un homme (ou p (...)

11À Libération, la décroissance de la part de femmes présentes au service politique depuis une vingtaine d’années ne peut qu’aboutir à leur faible participation à la production de l’information politique : elles écrivent 7 % des articles (contre 62 % pour les hommes14). La répartition des « dossiers » ne peut être que déséquilibrée puisque, au moment de l’enquête, seule 1 femme appartient au service politique (sur un effectif total de 11 journalistes). Elle est cependant responsable du suivi d’un dossier parmi les plus prestigieux, Matignon, mais dont la couverture est, en pratique, largement partagée avec des hommes. Les fonctions hiérarchiques du service sont tenues par des hommes (un chef de service et deux adjoints). En bref, on observe, au service politique de Libération, une conception traditionnelle de l’information politique et de la répartition des rôles entre femmes et hommes, la visibilité accordée à l’économie et au social restant très limitée.

12À l’issue de cette phase préliminaire de l’enquête ressort un premier facteur explicatif de la féminisation du journalisme politique. Celle-ci semble liée à un élargissement des domaines d’information couverts par la rubrique « Politique » (dans les cas du Monde et de L’Humanité). A contrario, dans les titres où l’information politique est strictement définie de façon institutionnelle comme Libération, la participation des femmes reste particulièrement limitée. Mais la définition restreinte ou élargie de l’information politique n’explique pas tous les cas de figure et n’est évidemment pas la seule variable, comme l’atteste l’exemple du Figaro.

La répartition des capitaux15

  • 15  Au sens de Bourdieu, c’est-à-dire l’ensemble des ressources (économiques, culturelles, sociales, s (...)

13Les processus de féminisation du journalisme politique doivent aussi être analysés en regard des trajectoires des journalistes politiques pour comprendre à quelles transformations des critères de recrutement et de la structure des capitaux des journalistes ils correspondent. Des travaux ont montré que les femmes journalistes étaient tendanciellement surdotées en capital culturel (niveau de diplôme, etc.) et en capital social (origine sociale, profession du conjoint, etc.). Djerf-Pierre (2005) montre qu’en Suède, les femmes qui accèdent de façon précoce à l’élite de la profession sont par exemple particulièrement bien intégrées aux réseaux sociaux dominants. Julie Sedel (2010), s’intéressant au Monde, définit plusieurs types de capitaux susceptibles de compenser la « féminité » envisagée comme une « valeur symbolique négative » (Moi, 1999) :

Aussi, les femmes « compensent-elles » leur féminité (et leur arrivée relativement récente dans le journal) par un milieu social d’origine et une formation plus élevés que leurs collègues masculins et par le fait d’être plus souvent célibataires et d’avoir moins d’enfants à charge (Sedel, 2010 : 157).

  • 16  Le diplôme obtenu le plus élevé est le DEA ou DESS (équivalent du Master 2) que possèdent 7 % des (...)

14De même, les femmes journalistes politiques travaillant dans les quatre titres étudiés sont plus fortement dotées en capital culturel que leurs homologues masculins. Le diplôme obtenu est plus élevé (43 % des femmes possèdent une maîtrise contre 38 % des hommes)16, elles cumulent plus souvent les diplômes universitaires (21 % contre 17 %) et elles sont au moins deux fois plus nombreuses à être passées par un institut d’études politiques (32 % contre 13 %). Si l’on introduit la variable « âge », alors que le capital culturel des femmes les plus jeunes est plus élevé que celui de leurs aînées, l’évolution n’est pas aussi linéaire dans le cas des hommes puisque chez les plus jeunes, seule la part de ceux qui possèdent une maîtrise augmente (de 38 % à 42 %) ; on note aussi qu’aucun ne possède de diplôme d’un institut d’études politiques. On remarquera que la féminisation du journalisme politique contribue à rendre les critères de recrutement plus sélectifs et, par conséquent, à exacerber les inégalités sociales entre femmes de différents milieux.

Tableau 1. Capital culturel des femmes et des hommes journalistes politiques

Femmes (total)

Femmes nées après 1960

Hommes

(total)

Hommes nés après 1960

Maîtrise d’université

43 %

53 %

38 %

42 %

Cumul de plusieurs diplômes universitaires

21 %

29 %

17 %

17 %

Institut d’études politiques

32 %

35 %

13 %

00 %

Formation professionnelle au journalisme

50 %

47 %

50 %

58 %

15Malgré leur capital culturel plus élevé, les femmes accèdent beaucoup moins souvent à des postes de décision au sein du service politique. C’est le cas de 29 % d’entre elles (contre 59 % des hommes), cette part diminuant parmi les femmes les plus jeunes (24 %), tandis qu’elle reste stable chez les hommes les plus jeunes (58 %). En outre, les fonctions hiérarchiques exercées par les femmes sont plus souvent celles d’adjointe : 63 % des femmes qui exercent ces fonctions sont chefs de service adjointes, cette part s’accroissant parmi les femmes les plus jeunes (75 %) ; tandis que 50 % des hommes qui exercent ces fonctions sont chefs de service (41 %) ou rédacteurs en chef (9 %), cette proportion augmentant chez les hommes les plus jeunes (71 %).

Tableau 2. Fonctions hiérarchiques exercées par les femmes et les hommes journalistes politiques

Femmes (total)

Femmes nées après 1960

Hommes (total)

Hommes nés après 1960

Chef de service adjoint

62,5 %

75 %

36 %

14,5 %

Chef de service

25,0 %

25 %

41 %

71,0 %

Rédacteur en chef adjoint

0 %

0 %

9 %

14,5 %

Rédacteur en chef

12,5 %

0 %

05 %

0 %

NSP

0 %

0 %

9 %

0 %

TOTAL

100 %

100 %

100 %

100 %

16Ce décalage entre le capital culturel et les positions occupées par les femmes dans l’espace des services politiques peut expliquer en partie le fait que celles-ci soient plus enclines à quitter le journalisme politique ou à opérer des « sorties » de carrière, comme l’illustre le parcours comparé de deux journalistes politiques — une femme et un homme.

17Ils entrent tous deux au service politique de Libération au début des années 1990, sans expérience journalistique précédente, au sortir du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris. Si leurs débuts au service politique sont identiques (couverture des « petits » partis — Front national, Verts — pour commencer, avant de suivre le Parti socialiste et la gauche), leur carrière évolue ensuite différemment : au bout de dix ans, il devient chef du service politique, tandis qu’elle quitte le service politique pour la page « Portrait ». Après treize ans passés au service politique de Libération, il connaît une ascension hiérarchique forte puisqu’il devient rédacteur en chef, éditorialiste et directeur adjoint de Libération, avant de passer rédacteur en chef et responsable des pages « Politique » du quotidien Le Parisien et de devenir directeur adjoint du newsmagazine Marianne, fonction qu’il occupe à l’heure actuelle. Elle a récemment abandonné le journalisme pour se consacrer à l’écriture. On notera qu’elle est plus diplômée (maîtrise de droit, Sciences Po Paris) que lui (maîtrise d’histoire) et qu’elle a connu deux interruptions de carrière assez longues liées à des congés de maternité.

  • 17  Douglas (1992) citée par Neveu (2000 : 200).
  • 18  Douglas (1992) citée par Neveu (2000 : 200).
  • 19  Précisons que, si des entretiens ont été réalisés avec des hommes, ils sont peu cités ici parce qu (...)
  • 20  Les divers refus d’entretien de la part de journalistes politiques du Figaro ont exclu a priori ce (...)

18L’enquête statistique a donc permis dans un premier temps de cibler trois processus distincts : dé-féminisation à Libération, féminisation « par le haut » — ou par le « versant pur17 » — au Figaro et au Monde, féminisation « par le bas » — ou par le « versant impur18 » — à L’Humanité et au Monde. Notre objectif, dans un second temps, a été d’analyser ces dynamiques de (dé-)féminisation dans leur diversité afin de saisir les mécanismes multiples qui favorisent ou a contrario entravent la féminisation du journalisme politique et l’accès des femmes à des positions « élevées » (ou « basses ») au sein des services politiques de la presse quotidienne nationale. À cette fin, nous avons mené une enquête par entretiens semi-directifs (13) auprès de journalistes, femmes et hommes19, travaillant ou ayant travaillé au service politique d’un quotidien national20. Les conclusions présentées ci-dessous s’appuient en outre sur une autre série d’entretiens (40), réalisés dans le cadre d’une recherche de doctorat (Saïtta, 2006), qui éclaire les transformations organisationnelles du journalisme politique français depuis les années 1980.

La dé-féminisation du journalisme politique

19Libération et L’Humanité ont en commun d’avoir un service politique particulièrement peu féminisé. Nous mettrons en évidence les mécanismes imbriqués qui ont conduit à un processus de dé-féminisation du service politique de Libération depuis le milieu des années 1990 et les facteurs qui font obstacle à la féminisation du service politique de L’Humanité.

Les dispositions féminines et l’auto-affectation

20Un premier élément d’explication tient au rapport différent qu’entretiennent les femmes journalistes à la politique institutionnelle. C’est par exemple l’argument que l’une d’entre elles mobilise pour expliquer sa sortie du service politique de Libération (après neuf années au service politique alors qu’elle était responsable de couvrir le Parti socialiste). Plus précisément, elle montre du doigt deux caractéristiques de la pratique courante du journalisme politique de la presse quotidienne nationale. Tout d’abord, elle fait part d’un « ras-le-bol » du microcosme qui s’exprime par le fait de « tout connaître par avance », de « voir toujours les mêmes » ou encore « d’être trop dedans » : 

  • 21  Entretien (05/07/05) : femme, ancienne journaliste au service politique de Libération, hypokhâgne, (...)

J’ai fini par m’y ennuyer. Je pense qu’à un moment le journaliste comme il est dedans, c’est-à-dire qu’il fait les sorties des réunions, le week-end, il passe des coups de fil, alors on a tous, et malheureusement tous un peu les mêmes, les 5 ou 6 bavards au téléphone, et on rentre dans leurs histoires. Forcément. Et on finit des fois le nez sur le guidon par y accorder aussi trop d’importance parce qu’on finit par voir avec eux, eux ils sont dedans et nous on est dedans avec eux. […] Alors moi je me souviens, on avait eu une réunion à ce moment-là une espèce de réunion sur la politique. Et moi j’avais dit comme ça : « Moi il y a des papiers que je fais, si je les faisais pas, je ne les lirais pas ». C’était trop le truc chiant quoi ! […] Moi je suis partie parce que j’avais l’impression que les papiers je pouvais presque les écrire à l’avance, tellement je savais ce qu’on allait me dire21.

21Ensuite, elle déplore un suivi et un cadrage exclusivement institutionnels de l’information politique, centrés sur les institutions, les partis représentés au Parlement, le personnel politique occupant les positions les plus hautes du champ politique, et qu’elle trouve ennuyeux : 

Bon la rubrique en service politique, c’est un parti, ou un lieu, le Parlement ou Matignon, et c’est pas drôle tous les jours, c’est une espèce de petite cuisine. […] Là on suit la vie d’un parti, en plus un parti d’opposition [à l’époque, le Parti socialiste], donc les partis dans l’opposition ils sont un peu plus renfermés sur leur vie interne que le gouvernement. […] on suit les histoires de courants, les petites histoires internes de parti. Alors moi c’est vrai que ça, ça m’a très vite épuisée, je m’intéressais peu. […] On est trop encore près de leur petite vie partisane, institutionnelle. […] La politique c’est une espèce de théâtre, un théâtre humain, une comédie du pouvoir, et voilà, moi j’ai essayé d’écrire en pensant comme ça.

22Cet entretien est d’autant plus significatif qu’il s’agit d’une journaliste revendiquant son intérêt précoce pour la politique (parents militants, discussions politiques à la maison, entrée au service politique choisie et revendiquée) : 

Ça [le journalisme politique/la politique] me manque pas du tout. Pas du tout. Je lis les pages Politique de temps en temps. Parce qu’on peut passer dix jours sans lire et on comprend ce qui se passe quand même. Voilà. Non, non, dans mon cheminement personnel et par rapport à ma culture familiale et tout ça bah voilà, j’ai pris mes distances. Je continue à voter, je continue tout ça, et je continue à m’intéresser, mais de loin.

  • 22 À savoir l’implication, l’engagement des acteurs dans les jeux à l’œuvre dans le champ auquel ils a (...)

23À partir de cet exemple, on peut émettre l’hypothèse que certaines femmes journalistes politiques éprouvent un désintérêt pour la politique — lorsque celle-ci se résume aux jeux des partis et des acteurs politiques dans leur quête du pouvoir— plus fort que leurs confrères masculins, qui restent fortement intéressés et investis dans ces jeux. En somme, on peut avancer l’idée que l’illusio (au sens de Pierre Bourdieu22) politique de ces derniers est plus fort que celui de certaines de leurs homologues féminines. Ils seraient ainsi moins prompts à quitter le service politique ou, pour le dire autrement, plus « installés ». Et ce, d’autant plus que Libération produit une couverture de l’information politique particulièrement institutionnelle (en comparaison du Monde, par exemple), en donnant une place de choix aux partis de gouvernement et aux institutions politiques dans la sélection et la hiérarchisation de l’information (voir plus bas le graphique 3).

24Les dispositions féminines (socialement construites) expliquent en partie ce désintérêt pour la politique institutionnelle. Érik Neveu (2000), s’interrogeant sur « la composante féminine des habitus », explique par exemple que les rôles sociaux conjugaux et maternels assignés aux femmes prédisposent celles-ci à une plus grande sensibilité aux vécus ordinaires ou encore à une attention particulière aux effets pratiques des choix politiques et économiques sur la vie quotidienne. De même, l’intérêt de certaines femmes journalistes pour la personnification et la personnalisation de l’information politique peut s’expliquer par un moindre refoulement des émotions et une plus grande capacité d’empathie. Liesbet van Zoonen (1998) montre aussi que les femmes journalistes perçoivent certaines composantes de leur pratique comme étant genrées, notamment la définition de la valeur d’information (newsworthiness) d’un événement, d’un « angle », d’un style. En somme, elles considèrent qu’il existe des valeurs journalistiques « féminines » et « masculines ». Elles déplorent par exemple l’accumulation de faits politiques dans les journaux au détriment des causes et des répercussions des décisions politiques ; elles reprochent à leurs collègues masculins, derrière leur posture déclarée d’objectivité, d’être détachés et insensibles ; elles aimeraient voir plus d’articles sur des événements amusants, des personnes inhabituelles qui ont des histoires intéressantes à raconter. Toutefois, il faut se demander dans quelle mesure cette posture révèle en fait une assignation sociale d’incompétence. Bourdieu, distinguant la compétence sociale de la compétence technique, explique ainsi que « la propension à acquérir ce que l’on appelle la compétence technique est d’autant plus grande que l’on est compétent socialement, c’est-à-dire que l’on est plus reconnu socialement comme digne, donc tenu d’acquérir cette compétence » (1984 : 240). Les femmes journalistes auraient alors autant d’appétence et de prédisposition à adopter un traitement institutionnel de la politique, à écrire sur le monde politique et à le décrire en fonction des jeux de pouvoir, que le monde professionnel et social (collègues féminins et masculins, supérieurs hiérarchiques, sources d’information, publics, etc.) leur en reconnaîtrait la compétence.

Les contraintes de position et les assignations

  • 23  Entretien (06/07/05) avec l’une de ses anciennes collègues : « Elle, elle le voit pas comme ça, el (...)

25L’hypothèse explicative des dispositions féminines reste insatisfaisante ou du moins incomplète. Elle accrédite l’idée d’une « spécificité féminine » sans prendre en considération les contraintes professionnelles qui pèsent sur les pratiques des femmes dans les services politiques et plus largement dans les rédactions de la presse quotidienne nationale. Ainsi, dans l’exemple exposé précédemment, la sortie du service politique s’explique aussi par une insatisfaction à l’égard de l’avancement de carrière : la promotion logique qui devait faire passer la journaliste interviewée du suivi du Parti socialiste à celui de Matignon au moment où Lionel Jospin devient premier ministre (1997) est attribuée à un homme, sous prétexte (mobilisé par la hiérarchie du service) de l’indisponibilité d’une mère de deux enfants en bas âge23. La stagnation d’une carrière du fait d’une discrimination genrée constitue donc ici un motif d’« exit » (Hirschman, 1970). De même, les contraintes familiales qui pèsent sur les femmes peuvent expliquer le renoncement à une promotion. Certes, on peut penser que le déclin du journalisme parlementaire (Kaciaf, 2005 ; Negrine, 1996), qui constituait une spécialité particulièrement « chronophage », a contribué à rendre les conditions de travail moins disqualifiantes pour les femmes. Toutefois, l’extrait suivant montre que la journaliste interrogée arrive à combiner le suivi de Matignon et le fait d’être mère, mais seulement jusqu’à un certain point : d’une part, elle a fait le choix de n’avoir qu’un seul enfant, d’autre part, elle a refusé une promotion majeure (et, depuis, a quitté le service politique de Libération).

  • 24  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée d (...)

Bah là par exemple, aujourd’hui je dois voir mon chef, je sais ce qu’il veut me proposer… là je suis clairement dans un arbitrage que je ferais pas si j’étais pas une femme avec un petit garçon. Et en gros la question c’est de savoir, est-ce que je continue de faire Matignon, qui est déjà un poste… très prenant où on écrit beaucoup et tout ça ou si… la question : est-ce que je suis Sarkozy en 2007 ? Et Sarkozy pour 2007 vu le personnage, ça veut dire, ça veut dire que je finisse trois fois par semaine à Villacoublay à 6 h du matin. Je serais sans enfant ou avec une infrastructure, j’aurais peut-être fait ça parce que journalistiquement c’est… c’est plus intéressant. Et puis c’est ma dernière campagne et tout. Bon. Mais là clairement je vais dire non, parce que c’est pas gérable. [...] Déjà il [l’enfant] est gardé jusqu’à huit heures du soir, donc c’est pas… je vais pas en plus envoyer quelqu’un le matin pour l’emmener à l’école et… et puis bon et les week-ends et tout ça. Non. C’est vrai que j’ai envie de préserver au maximum mes week-ends. J’arrive plutôt bien à le faire. Avant d’avoir un enfant je travaillais un week-end sur deux, voire deux sur trois, maintenant je suis à un sur quatre. Donc je travaille toute la semaine, je me défais des papiers… J’arrive à jongler quasiment tous les week-ends. Pas commencer trop tôt le matin. Et je sais que sur Sarkozy, parce que lui il va faire des trucs tout le temps, tous les jours, le week-end, les congrès de parti, les trucs, et moi ça je peux pas le faire24.

26À l’aune de ces deux exemples, on voit l’importance des « choix contraints » opérés par ces femmes pour expliquer le processus de dé-féminisation observé à Libération. En outre, moins il y a de femmes au service politique, moins les caractéristiques genrées du journalisme politique sont « neutralisées » : machisme des propos tenus par les hommes du service, domination d’un cadrage institutionnel de l’information politique, concurrence exacerbée exercée par les hommes sur le « territoire » convoité (car prestigieux) de la seule femme du service (Matignon). En effet, la présence minoritaire des femmes dans les rédactions favorise les stéréotypes sexuels, souvent de trois ordres : les femmes sont associées à un objet sexuel, elles sont considérées comme ayant un caractère faible et, enfin, comme étant compréhensives, humaines (Lachover, 2005). Des recherches anglo-saxonnes (Robinson, 2004) ont ainsi mis en évidence le caractère sexiste du « climat professionnel » régnant dans les rédactions, qui s’incarne par exemple dans un « style communicationnel » où les conversations tournent autour des sports collectifs « masculins » et de blagues machistes. Par conséquent, le service politique devient moins attrayant pour les femmes, et ces dernières n’y sont pas vraiment les bienvenues.

  • 25  Entretien (05/07/05) : femme, ancienne journaliste politique de Libération, maîtrise de droit publ (...)

Il se trouve que c’est un service [le service politique] de mecs. Et comme elle [une collègue, seule femme du service politique] me le raconte souvent, elle dit : « C’est marrant parce que les mecs redeviennent des mecs », ils se surveillent un peu quand il y a une espèce de mixité et puis voilà, la ministre machin ils l’appellent la salope, enfin ce genre de truc, « ah la salope »25.

  • 26  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée d (...)

Après, là c’est vrai que le fait de me retrouver seule, ça m’a pesé. Parce qu’en plus j’étais seule à un poste assez convoité [l’Élysée], du coup… […] Moi j’ai vu leurs comportements changer. C’est-à-dire que les gens se laissaient plus aller, bon il y a des choses qui ne me dérangent pas, puis d’autres choses qui me dérangeaient plus. L’espèce de misogynie, de blagues qui ressortent de la part de gens dont on n’entendait jamais ce genre de propos. Mais là le fait d’être tout d’un coup entre soi, du coup j’existais même plus. Et puis ce n’est pas les mêmes rapports, c’est plus… plus dur. Plus dur j’ai eu l’impression de devoir plus montrer que « Hé, ho, voilà ! Mon périmètre c’est ça, là-dessus… » […] Oui mais je pense qu’inconsciemment il y avait une question un peu de groupe de mâles un peu rouleau compresseur, et puis du coup j’aurais pu aussi partir ça aurait pas été plus mal, ils avaient rien contre moi, mais bon le côté « on est entre nous, on se partage le… » Et puis moi je me sentais aussi un peu du coup insécurisée. Au début il a fallu que je… des trucs tout cons, mais de gens qui empiétaient un peu sur mes sujets, de dire « Hé, ho, c’est moi ». Donc là le grand truc c’est de dire, parce que ça fait beaucoup parler dans le petit milieu où je suis seule femme, ils se font tous charrier par les confrères qui leur disent : « Bande de machos et tout » et donc eux la réponse c’est : « Ah mais elle se défend très bien ». Ils me disent : « Non, non mais tu te défends très bien ». Mais je dis : « Oui mais bon des fois j’aimerais bien ne pas avoir à me défendre du tout », d’être normale, d’avoir un comportement normal, de pas être forcément là à l’affût à se dire ils vont se… si je pars trop longtemps en vacances, est-ce que je vais retrouver mon…26

27Jusqu’à présent, nous avons donc déterminé, dans les stratégies d’intégration (ou non) des services politiques par des femmes, deux logiques : celle de l’auto-affectation, c’est le cas quand une femme quitte ou évite le service politique parce que celui-ci produit une information politique jugée trop institutionnelle ou parce qu’il y règne une culture « macho », et celle de la contrainte de position, c’est le cas lorsque les conditions de travail au service politique ne permettent pas de concilier travail et famille ou lorsque la progression d’une carrière est bloquée du fait d’une discrimination sexuée.

Les trajectoires sociales

28Si les dispositions « féminines » ou encore les contraintes s’exerçant sur les femmes peuvent expliquer les processus de (dé-)féminisation du journalisme politique, un autre facteur important est la sociographie des journalistes et la façon dont celle-ci s’articule au genre. Ainsi, un élément d’explication tient au resserrement générationnel et au renforcement de la concurrence entre journalistes politiques qui s’en suit. Les transformations de caractéristiques sociales de ces derniers telles que l’âge ou la situation familiale s’imbriquent avec le genre pour produire des effets de (dis)qualification importants :

  • 27  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée d (...)

À un moment donné c’était [la répartition par âge] beaucoup étalé quand même. […] Alors que maintenant on a tous le même âge quasiment. […] Donc [auparavant] entre celui de 25 ans et celui de 50, il y avait personne qui se sentait menacé les uns par les autres parce qu’on n’était pas au même… on n’apportait pas les mêmes choses, on n’était pas sur les mêmes lignes. Et là [aujourd’hui] le fait qu’on se retrouve un certain nombre, tous quasiment de la même année, des trois, quatre mêmes années, avec les mêmes objectifs en termes de carrière, les mêmes salaires, les mêmes tout ça, je trouvais que ça contribue à durcir, oui, l’aspect concurrentiel27.

29Le rajeunissement et l’aplanissement de la pyramide des âges au service politique de Libération aboutissent à ce que celui-ci soit composé de journalistes se situant au même stade dans l’avancement de leur carrière et dans la construction de leur vie familiale. Or, cette égalité apparente entre les journalistes n’induit ni les mêmes contraintes ni les mêmes atouts entre femmes et hommes dans la concurrence qui se joue pour les positions les plus hautes au sein du service politique. Dominique Méda et Hélène Périvier expliquent en effet qu’

aujourd’hui, à l’arrivée d’un enfant, les pères réduisent 20 fois moins leur engagement professionnel que les mères. La formation de la famille se traduit par un alourdissement et une spécialisation des tâches : elle s’accompagne non seulement d’un surcroît de tâches domestiques et parentales, mais aussi d’une rigidification de l’emploi du temps […]. Cet accroissement des tâches est assumé principalement par les mères qui doivent s’adapter aux rythmes des enfants : alors que leur temps de travail diminue avec le nombre d’enfants, celui des hommes augmente ! (2007 : 20)

Les transformations organisationnelles

30Un autre élément d’explication tient aux réorganisations des rédactions et des services politiques de la presse quotidienne nationale, à l’instar de la baisse des effectifs et plus largement des transformations du rubricage et de la définition des domaines de couverture du service politique. Le graphique 2 montre en effet que plus les effectifs du service politique de Libération baissent, moins il y a de femmes (et inversement).

Graphique 2. Évolution du nombre de femmes et de l’effectif total au service politique de Libération en l’espace de vingt ans

Graphique 2. Évolution du nombre de femmes et de l’effectif total au service politique de Libération en l’espace de vingt ans
  • 28  Entretien (17/09/05) : femme, ancienne chef adjointe du service politique de Libération, baccalaur (...)
  • 29  Récemment, les services « Politique » et « Société » ont fusionné.

31Mais, plus que la diminution des effectifs, le rétrécissement des domaines d’information couverts par la rubrique « Politique » qui l’accompagne apparaît comme un facteur déterminant de la dé-féminisation. La sortie des femmes sous l’effet de la diminution de l’effectif du service cache en réalité une sortie des politiques publiques des domaines de couverture de la rubrique « Politique », domaines qui avaient été en majorité confiés à des femmes. En effet, au milieu des années 1990, à l’occasion de la nouvelle formule connue sous le nom de Libé III, la rubrique « Politique » a été élargie aux politiques publiques (éducation, justice, immigration, santé, environnement, etc.), de façon à « ce qui était une décision d’État soit traité dans un lieu unique [au service politique], c’est-à-dire qu’on ait une vision globale d’une politique gouvernementale28 ». Cela correspond au moment où le service était le plus féminisé et le plus important numériquement. Mais, à cause de l’échec de la nouvelle formule et des difficultés de gestion d’un « grand » service, les domaines de couverture de la rubrique « Politique » ont été à nouveau restreints. Au moment de l’enquête, seule la macroéconomie lui reste rattachée29. De façon contre-intuitive, puisque l’on attribue souvent à Libération une place à part — plus original, plus militant, plus innovant — du fait de l’histoire de sa création et de ses débuts (Guisnel, 1999 ; Perrier, 1994), les principes de hiérarchisation de l’information politique à Libération demeurent fortement institutionnels. Notre analyse de corpus (janvier 2005) montre qu’aux premiers rangs des sujets les plus couverts par le quotidien figurent le principal parti d’opposition (10,7 % des articles sont consacrés au Parti socialiste) et le parti au gouvernement (10,2 % à l’Union pour un mouvement populaire), puis viennent les échéances électorales dictées par l’agenda politique (7,8 %, notamment le référendum sur la Constitution européenne), et les trois institutions dans l’ordre décroissant de leur pouvoir supposé : l’Élysée (6,3 %), Matignon (5,9 %) et le Parlement (4,9 %).

La prégnance de la logique politique

32Le cas de L’Humanité, ancien organe du Parti communiste français (PCF), éclaire un autre élément faisant obstacle à la féminisation du journalisme politique : la prédominance de la logique politique (sur les logiques professionnelles et commerciales) dans la rédaction, faisant du service politique un lieu stratégique de la rédaction peu ouvert aux femmes. Par exemple, la composition du service politique montre la persistance de critères de recrutement politiques. Si depuis 1999 le fait d’appartenir au Parti n’est plus obligatoire pour entrer à L’Humanité, les journalistes politiques ont pour la plupart une expérience militante (encartés au Parti ou l’ayant été, sympathisants), ce qui n’est pas le cas de la majorité des journalistes de l’économie et du social. La sociographie du secteur politique n’est ainsi pas représentative des évolutions du recrutement à L’Humanité qui, depuis 1999, favorise l’entrée de journalistes issus des écoles de journalisme : 

  • 30 Extrait d’entretien issu de Saïtta (2000 : 110-111) : homme, journaliste politique à L’Humanité, en (...)

On ne va pas confier un sujet aussi sensible dans le journal [la politique] et un sujet qui est en prise directe avec ce que peut penser le PC à des gens qui sortent d’une école, qui ont une excellente formation journalistique mais qui n’ont pas forcément une culture politique évidente. […] On ne va pas embaucher des gens fraîchement émoulus de l’école qui par conséquent manquent un peu de la culture politique, du côté des arcanes, des modes de pensée, de ce qu’on peut dire et comment l’exprimer30.

33Le secteur politique continue d’être considéré comme un lieu stratégique et sensible par la hiérarchie du journal car faisant l’objet d’une attention particulière de la part du Parti communiste français, mais aussi de la part du noyau dur du lectorat, les militants communistes : 

  • 31  Extrait d’entretien issu de Saïtta (2000 : 110-111) : homme, journaliste politique à L’Humanité, e (...)

La politique ici c’est très dur, c’est dur [inaudible] à traiter, c’est la zone dure du journal, c’est la zone de toutes les pressions, de tous les conflits, c’est le point nodal des contradictions, les pressions qui s’exercent ici sont énormes. [...] C’est des pressions, ce qu’il faut arracher, ce qu’il faut débattre, à la fois à l’intérieur du journal et puis vis-à-vis de l’extérieur. Parce que c’est une zone dure et c’est connu comme une zone dure, peu de monde même avant revendiquait la rubrique « Politique », c’est à la fois la rubrique noble, c’est un journal politique donc la rubrique politique d’un journal politique. […] C’est une rubrique où évidemment la plume est trempée plusieurs fois avant d’être déposée sur le papier, on sait bien que les papiers politiques du journal sont lus attentivement et que un mot de travers ou une formule un peu rapide ça donne tout de suite lieu à un coup de fil voilà de protestation31.

34On remarquera aussi que le cheminement décisionnel tel qu’il s’organise à L’Humanité accentue le poids que peut avoir le secteur politique au sein de la rédaction. Ainsi, la disponibilité semble être une ressource essentielle pour prendre une part active aux décisions. La réduction du temps de production, du fait des 35 heures et de l’avancement de l’heure de bouclage (16 h), rend plus difficiles les discussions entre collègues, l’ajustement mutuel et, donc, la défense par les rédacteurs des sujets qu’ils proposent. Ces discussions stratégiques se tiennent désormais en fin de journée, ce qui discrimine les journalistes ayant des enfants en bas âge. C’est le secteur de l’économie et du social qui pâtit le plus de cette organisation, puisqu’il est composé en majorité de jeunes femmes. Ainsi la réunion du soir est-elle essentiellement fréquentée par les hommes du service politique. De plus, le poids du secteur politique, renforcé par les contraintes organisationnelles qui favorisent la participation des hommes journalistes politiques aux prises de décision, contribue à généraliser la croyance, jusque chez les journalistes de l’économie et du social, que l’information politique reste prédominante à L’Humanité, et ce, malgré la forte visibilité accordée à l’économie et au social dans les pages du journal :

  • 32  Entretien (06/12/05) : femme, journaliste travaillant pour le secteur « Économie et Social » de L’ (...)

C’est assez vrai, oui. Si on regarde, par exemple, les chefs de rubrique [politique, économique et social], X et Y. Ils ont toujours été suspectés d’être peu attentifs à l’éco-social, mais, de beaucoup plus s’intéresser à la politique, formés dans l’idée, avec l’idée que, bon, malgré tout, malgré les déclarations d’intention, tout ça, la politique, c’est plus important. En tout cas, je pense que c’est interprété comme ça par pas mal de gens qui travaillent sur les sujets éco-sociaux, quoi. Oui, c’est vécu comme ça, quoi […]. Mais, je veux dire, le fait de prêter moins d’attention au social qu’à la politique, c’est ressenti à mon avis assez fortement, oui. Mais, en même temps, c’est vrai que c’est démenti par le nombre d’ouvertures qu’on fait32.

35En bref, la prédominance de la logique politique se voit confortée aussi bien dans les pratiques et la division du travail que dans les représentations collectives. L’analyse de ces situations montre combien il est difficile d’isoler la question de la (dé)féminisation du journalisme politique d’une combinaison de contraintes, à la fois organisationnelles (assignations hiérarchiques qui attribuent tendanciellement les postes dominés aux femmes et les positions dominantes aux hommes) et culturelles (à l’exemple des dispositions « masculines » socialement construites d’attrait pour le pouvoir).

36De même, à Libération, la culture politique du titre freine peut-être la dévaluation du service politique dans les hiérarchies internes à la rédaction (par rapport à d’autres titres comme Le Monde, voir plus bas). Elle est liée premièrement aux origines fortement politisées du journal (Guisnel, 1999 ; Perrier, 1994), deuxièmement au recrutement mixte des journalistes politiques qui combinent un profil militant (une socialisation politique forte et un intérêt revendiqué pour la chose politique à leur entrée au service politique) et un profil professionnel (la plupart ont suivi l’une des formations en journalisme parmi les plus reconnues) et, troisièmement, à la présence majoritaire de journalistes issus du service politique à la tête du journal. Mais le cas de Libération présente un paradoxe : s’il est le seul des quotidiens étudiés dont le service politique connaît un processus de dé-féminisation, il est aussi le journal dont l’encadrement est le plus féminisé, les quatre postes de rédacteur en chef étant occupés par des femmes en 2004 (Édition / Portrait / Société / Rebonds, Entretiens). Certes, les postes décisionnels les plus stratégiques sont ceux de la direction de la rédaction.

  • 33  Au moment de l’enquête (2005).

37L’accès à la hiérarchie se fait ainsi par deux voies à Libération. L’une est traditionnelle : par les services « nobles » comme « Politique » ou « International ». Cette voie est essentiellement empruntée par des hommes. Elle mène aux plus hauts niveaux, à l’instar de Jean-Michel Helvig ou de Jean-Michel Thénard, anciens chefs du service politique à la direction de la rédaction au moment de l’enquête. L’autre se fait par la marge : des innovations rédactionnelles sur l’initiative de femmes comme la page « Portrait » peuvent mener au poste de rédacteur en chef (à l’instar de Marie Guichoux, ancienne journaliste politique, rédactrice en chef des pages « Grand angle » et « Portrait »33 depuis 1996). Ce parcours d’ascension professionnelle semble mieux correspondre aux attentes des femmes en matière de journalisme et à leurs contraintes personnelles (être rédactrice en chef de secteurs « froids » n’implique pas des horaires de travail incompatibles avec la vie de famille). Cette voie répond en outre aux attentes commerciales de la direction dans une logique de légitimité externe. Alors que « l’on attend des femmes travaillant dans les grands journaux qu’elles se conduisent comme les hommes, de façon à maintenir une structure de pouvoir dominée par les hommes typique de la plupart des journaux dits de qualité» (Rodgers et Thorson, 2003 : 670), on peut penser qu’au contraire, à Libération, la présence de femmes aux rangs les plus élevés de la hiérarchie du journal enraye le processus de reproduction des inégalités homme-femme en modifiant le système des valeurs professionnelles, en promouvant d’autres rubriques que celles qui sont traditionnellement dominantes et, à l’intérieur de ces rubriques, des femmes. En bref, la féminisation de l’encadrement du journal contribue à valoriser de nouveaux espaces journalistiques et à en faire une possible voie d’accès à la hiérarchie, en somme à subvertir la hiérarchisation traditionnelle entre rubriques et services.

38Les mécanismes de dé-féminisation ou de non-féminisation des services politiques de Libération et de L’Humanité sont donc multiples et multiformes. Mais ils ne sont pas univoques et peuvent aussi conduire à une féminisation, comme on peut le constater au Monde.

La féminisation du journalisme politique par le « versant pur »

39Le Monde se distingue des autres quotidiens nationaux étudiés en ce qu’il témoigne d’une féminisation « par le haut » du journalisme politique, dans le sens où les femmes accèdent, au sein du service politique, à des postes de décision et à la couverture des domaines d’information les plus cotés. Le cas du Monde sera l’occasion de soumettre à la discussion un argument souvent avancé, de façon explicite ou implicite, dans les études sur les évolutions de la profession de journaliste : l’entrée des femmes dans une spécialité journalistique historiquement dominante résulterait d’un déclin de ce secteur et le traduirait dans les hiérarchies professionnelles. Notre recherche de doctorat (Saïtta, 2006) a en effet montré que, de façon particulièrement prégnante au Monde, depuis une vingtaine d’années, les prérogatives conférées aux journalistes par leur appartenance au service politique disparaissent. Trois d’entre elles sont particulièrement mises à mal : l’accès à la visibilité dans les pages du journal, la capacité d’influence dans le processus de construction de l’information et le monopole sur les formats d’expression prestigieux du commentaire et de l’analyse politiques. La féminisation du journalisme politique s’inscrit en effet dans le cadre plus large des transformations des processus de production de l’information et ne peut être lue qu’en regard de la réorganisation des services politiques et plus largement des rédactions (Carter et al., 1998 ; De Bruin et Ross, 2004 ; North, 2008).

Le déclassement de la spécialité

  • 34  Pour de plus amples résultats statistiques sur la perte de visibilité de la rubrique « Politique » (...)
  • 35  Comptages effectués sur les mois de novembre 1981 et 2002 s’appuyant sur les pages réalisées par l (...)
  • 36  On passe de 7 rubriques en 1981 à 13 en 2002.

40Premièrement, la politique perd de sa valeur d’information (newsworthiness), ce qui s’incarne, entre autres, dans la diminution de la superficie qu’elle occupe dans les pages du Monde et surtout en une34. De 1981 à 2002, la proportion de pages « Politique » au Monde est passée ainsi de 10,2 % à 7,4 %, ce qui représente une perte d’espace rédactionnel d’environ 1/6 en vingt ans35. Cette perte de visibilité peut s’expliquer par l’accentuation de la concurrence entre les différentes rubriques qui composent le journal. Ce renforcement de la concurrence entre rubriques tient tout d’abord à leur multiplication, par deux par exemple au Monde de 1981 à 200236. Ces évolutions profitent aux rubriques considérées comme attrayantes pour le lectorat et les annonceurs (advertising goal/circulation goal — Tunstall, 1971). Par exemple, la rubrique « Aujourd’hui », qui substitue pour partie les suppléments « Loisirs » et « Tourisme », « Sciences et techniques » ainsi que « Médecine », présents dans les pages du Monde de 1981, et qui propose des informations sportives, occupe environ 13 % des pages et arrive en deuxième position dans le classement des rubriques les mieux desservies en pagination. Au total, la rubrique « France » perd deux places dans le classement des rubriques les mieux desservies en pagination, arrivant désormais après « Entreprises » (14,6 %), « Aujourd’hui » (13,4 %), « Culture » (12,4 %), « International » (12,2 %) et « Horizons » (11,2 %).

  • 37  À l’occasion de la nouvelle formule de 2005, l’ordre d’apparition des rubriques change au détrimen (...)

41Le renforcement de la concurrence entre rubriques tient ensuite à la réorganisation des maquettes des quotidiens nationaux selon une logique événementielle. Désormais, n’importe quel sujet est susceptible de paraître dans les premières pages des journaux. « Chaque jour implique, du fait de la maquette, son événement majeur. Ce qui conduit parfois, comme dans la presse populaire, à surtitrer des sujets mineurs ou à donner de l’importance durant vingt-quatre heures, à des faits marginaux érigés pour l’occasion en phénomènes de société » (Champagne, 2000 : 24-25). Certes, en 2002, la rubrique « Politique » du Monde ouvre encore le journal (derrière « International » et « Union européenne »37) selon un ordre inchangé depuis les premières parutions du journal. Mais la logique qui consiste à mettre en valeur un événement « fort » n’est pas absente des pages du Monde. Depuis la nouvelle formule de 1995, chaque rubrique débute avec une page dite « d’ouverture » organisée autour d’une thématique unique qui se décline sur une, voire deux pages.

  • 38  Certains journalistes y voient l’autoritarisme du directeur de la rédaction (Cohen et Péan, 2003 : (...)

42Deuxièmement, l’autonomie dont disposait le service politique au début des années 1980 est remise en cause par une centralisation décisionnelle particulièrement forte à partir 1994, avec l’arrivée de Jean-Marie Colombani à la tête du Monde (jusqu’en 2007). Au début des années 1980, le service politique du Monde constituait en effet un « fief », un « bastion autogéré », une « baronnie » (Cohen et Péan, 2003) ou encore une « willaya » (Segaunes, 1991) — pour reprendre la terminologie employée par les journalistes pour désigner les services s’occupant de l’international et de la politique intérieure. Si, à l’origine, l’autorité du directeur du Monde, Hubert Beuve-Méry, était incontestable, les chefs de service bénéficiaient d’une large autonomie dans la gestion de leur rubrique en ce qui avait trait à l’allocation de la superficie, au contenu, mais aussi au recrutement et à la formation des rubricards. Mais à partir du milieu des années 1990, l’autorité et la légitimité décisionnelles de la direction du journal sont renforcées par le renouvellement et l’augmentation de ses effectifs. Les nouveaux rédacteurs en chef centraux, comparés à de « super consultants », spécialistes de leur domaine, entourent alors Edwy Plenel, directeur de la rédaction de 1996 à 2004. De plus, la direction de la rédaction reprend en main toute la chaîne de production quotidienne de l’information. La mise en place d’un véritable « chemin de fer » lors de la nouvelle formule de 1995 permet de déplacer les fonctions d’allocation de l’espace rédactionnel des services vers la direction de la rédaction. Alors qu’auparavant chaque service disposait d’un nombre préétabli de colonnes et en déterminait le contenu, désormais la répartition des pages entre rubriques s’effectue essentiellement lors de la conférence de rédaction de midi où, en dernier lieu, c’est le directeur de la rédaction qui décide38.

  • 39  Données manquantes pour trois journalistes.

43Le renforcement des compétences dans la direction de la rédaction s’accompagne d’un amoindrissement des compétences à la tête des services. Cet affaiblissement passe tout d’abord par une redéfinition des fonctions de chefs de service, qui sont alourdies par des tâches administratives et gestionnaires. En outre, le statut de chef de service est transformé : désormais membre de la rédaction en chef, celui-ci est perçu par certains rédacteurs non plus comme un défenseur des intérêts de son service, mais comme un médiateur de la direction. Cet affaiblissement passe ensuite par le renouvellement d’une partie des chefs de service en place avant 1994 : des journalistes plus jeunes, moins expérimentés, moins spécialisés et donc plus malléables, y sont placés. Les départs à la retraite des « anciens » sont facilités par une clause de départ financièrement avantageuse. À la fin 2002, on constate un renouvellement de 50 % des effectifs depuis l’arrivée de la nouvelle direction. Ce « rajeunissement » participe à la disparition d’une figure traditionnelle du journalisme au Monde : le rubricard spécialiste, garant d’une mémoire politique et « expert critique » (Padioleau, 1976 et 1985). L’autorité du chef de service à décider reposait en effet sur la reconnaissance professionnelle de sa spécialisation et de sa longue expérience de journaliste politique. Ces compétences spécifiques sont en outre mises à mal par différentes transformations dans les trajectoires des journalistes politiques. Si, en 1981, le rubricard faisait toute sa carrière au service politique du Monde, depuis son apprentissage de la spécialité jusqu’à sa sortie (retraite ou prise en charge de fonctions de direction), en 2001, on s’aperçoit qu’il y a une forte rotation (turnover) des journalistes entre services et entre journaux. En effet, la plupart des journalistes politiques (65 %) en 2001 ont déjà une expérience dans d’autres services (Social, Économie, Société), parfois redoublée d’une expérience dans d’autres journaux (41 % cumulent les deux). Les expériences antérieures dans d’autres services sont d’autant plus significatives qu’elles constituent un long moment de la vie professionnelle des deux tiers des journalistes du service politique, qui ont travaillé en moyenne plus de treize ans dans une autre spécialité39. On désignera ces « nouveaux » journalistes politiques comme des « spécialistes successifs » (Marchetti et Ruellan, 2001) ou bien des « spécialistes flexibles » (Christopherson et Storper, 1989) qui se substituent aux « rubricards spécialistes ».

44Troisièmement, les journalistes politiques de la presse quotidienne nationale se voient dépossédés de certains formats d’expression, comme le commentaire ou l’analyse politiques, au profit d’intervenants extérieurs. Les fonctions d’analyse et de commentaire exercées par les journalistes politiques participent à une rhétorique de l’expertise critique telle que l’a définie Jean-Gustave Padioleau (1976). Celle-ci constituait dans les années 1970 et 1980 un modèle professionnel dominant dans la presse quotidienne nationale française et en particulier au Monde. Elle consistait en un « assemblage synthétique des dépêches d’agence, un rappel de données, l’introduction des connaissances tacites ou réflexives et des commentaires des rédacteurs spécialistes » (1976 : 92). Elle était l’expression de jugements sur la base d’une argumentation documentée et d’une compétence de spécialiste.

45Mais, à partir des années 1990, l’expertise critique est de plus en plus produite par un autre groupe, composé de non-journalistes. Cette externalisation des formats journalistiques exprimant une opinion, qu’elle soit clairement partisane ou simplement normative, s’incarne dans la création de rubriques consacrées aux paroles extérieures comme « Débats » et « Opinions » au Figaro, « Rebonds » à Libération à partir de 1988, « Horizons-Débats » au Monde à partir de 1989 ou encore « Tribune libre » à L’Humanité à partir de 1999. En effet, à partir des années 1980, les tribunes et les points de vue disparaissent des pages « Politique » des quotidiens nationaux pour être publiés dans des espaces qui leur sont propres. Cette délimitation formelle signale une volonté de séparer les faits des commentaires. Les journaux mettent ainsi en place des marqueurs formels de l’objectivité qui ne sont pas tant une garantie de neutralité qu’un « rituel stratégique » visant à prévenir de toute critique des journalistes soumis à l’injonction d’objectivité (Tuchman, 1972). La presse quotidienne nationale tente ainsi de faire s’exprimer un certain nombre de points de vue et d’analyses variés, d’organiser la polyphonie du discours, en « dosant » et en mettant en scène les opinions des non-journalistes (Lettieri, 2002).

Féminisation = Dévaluation ?

  • 40 La transformation des conditions d’exercice de cette profession, avec la montée du divorce, le reco (...)

46S’il y a féminisation « par le haut » du service politique au Monde, c’est parce que les « privilèges » qui étaient associés par le passé à ce type de position se sont préalablement amoindris. Ces attributs correspondent à une définition « masculine » d’une carrière journalistique « réussie » passant, entre autres, par l’accès à un poste d’autorité, l’exercice d’un pouvoir de décision, la possibilité de produire un discours de surplomb sur la réalité. Les transformations des conditions d’exercice du journalisme politique rendent ainsi cette spécialité tendanciellement moins attrayante pour les hommes. Le déclassement d’une profession est en effet souvent évoqué pour expliquer sa féminisation. Par exemple, dans le cas de la magistrature, une dégradation des conditions matérielles des magistrats et une transformation du mode de formation et de recrutement à la fin des années 1950 favorisent l’entrée des femmes : l’accès à la magistrature n’est plus du seul domaine des « héritiers », mais s’ouvre aux personnes moins dotées en capital social et promues par l’école et les diplômes (Cacouault-Bitaut, 2001). Dans un contexte de banalisation du travail de magistrat40, une nouvelle division du travail s’effectue, les hommes se réservant des tâches plus gratifiantes et moins exposées telles que les mises en accusation des membres de l’élite économique et politique. Toutefois, les magistrates s’illustrent dans les affaires sensibles, par lesquelles elles acquièrent une reconnaissance de leur compétence et progressent régulièrement dans la hiérarchie des postes.

  • 41  Ces femmes ont effectué une progression « classique » au sein des services politiques, depuis la c (...)
  • 42  Sur l’émergence du récit politique comme format d’expression légitime du journalisme politique, vo (...)
  • 43  Dans le sens où le champ journalistique est le lieu d’une lutte entre une culture dominante, impos (...)

47Si cette explication nous paraît juste, elle mérite d’être affinée, car elle ne prend en compte ni les capitaux propres aux hommes et aux femmes ni les luttes de définition qui se jouent pour négocier la valeur de la profession et, ici, de la spécialité journalistique, du journalisme politique. Il faut rappeler tout d’abord que les femmes travaillant au service politique possèdent des capitaux plus élevés que leurs homologues masculins (voir plus haut), ce qui contredit l’idée selon laquelle l’entrée des femmes dans une profession dévaluerait « naturellement » celle-ci. Il faut souligner ensuite, à l’instar de Djerf-Pierre (2007) ou encore de Margareta Melin-Higgins (2004), la diversité des stratégies d’accès aux positions les plus valorisées du journalisme politique adoptées par ces femmes. Deux d’entre elles retiennent particulièrement notre attention : « la stratégie de la compétition », qui consiste à défier les hommes sur leur propre terrain, en s’efforçant d’acquérir les mêmes formes de capitaux que ces derniers, en devenant « one of the boys » (l’un d’entre eux), « la stratégie de l’expansion », qui vise à ouvrir l’espace journalistique en créant de « nouveaux » formats et styles et à subvertir les codes sexuels et professionnels dominants. Il peut donc exister, aux positions les plus hautes du journalisme politique, des postures féminines de conformation mais aussi de contestation des conventions journalistiques dominantes propres à cette spécialité journalistique. Ainsi, certaines journalistes politiques entrées « par le haut », à l’instar d’Ariane Chemin et de Pascale Robert-Diard au Monde ou de Judith Perrignon à Libération41, ont mobilisé des formats d’expression inédits ou du moins peu usités dans les pages « Politique » de la presse quotidienne nationale, tels que le récit ou le reportage politique. Ces formats ont contribué à renouveler le journalisme politique par leurs modes de collecte de l’information, leurs contenus et leurs modalités discursives, pour produire au final une représentation de la politique à la fois cynique et distanciée42. On constate donc que les processus de féminisation d’une spécialité journalistique telle que le journalisme politique sont complexes et que les femmes entrées « par le haut » ne participent pas forcément à la reproduction d’une domination masculine43 au sein des rédactions, mais peuvent aussi l’enrayer en subvertissant les codes en vigueur et en promouvant d’autres valeurs professionnelles.

La féminisation du journalisme politique par le « versant impur »

48Nous avons constaté la présence majoritaire des femmes dans le domaine de l’économie et du social, qui a été intégré aux rubriques « Politique » dans la presse quotidienne nationale depuis une quinzaine d’années, et ce, de façon particulièrement prononcée au Monde et à L’Humanité. Nous expliquerons ici les mécanismes de féminisation « par le bas » du journalisme politique. Cette dernière partie sera l’occasion de participer à un débat récurrent sur le lien entre la féminisation du journalisme et sa commercialisation. Plusieurs auteurs (Neveu, 2000 ; Van Zoonen, 1998) posent en effet l’hypothèse que la montée des contraintes économiques et commerciales dans le champ journalistique, qui imposent de séduire de nouveaux publics, en particulier féminins, pourrait constituer une structure d’opportunité permettant de transformer le rapport de force au sein de l’espace journalistique de façon plus favorable aux femmes et de valoriser des spécialités, des pratiques et des formats jusque-là dévalués. Van Zoonen (1998) avance ainsi l’idée d’une convergence entre les logiques commerciales du journalisme et les perceptions féminines de l’information (woman’s view). En somme, la commercialisation de l’information favoriserait l’empowerment des femmes journalistes.

Quel renouvellement du traitement journalistique ?

  • 44  Hiérarchie du service incluse, mais sans les éditeurs ou secrétaires de rédaction.

49Avant tout, il nous faut préciser que le changement de dénomination de la rubrique « Politique » au Monde lors de la nouvelle formule de 1995, depuis intitulée « France », n’est pas purement formel. Il recouvre une définition élargie des compétences du service politique et de ses domaines de couverture. Les pages « France » intègrent désormais les sujets ayant trait à la macroéconomie, autrefois traités par le service économique, jusqu’à constituer l’un des trois pôles du service politique, intitulé « Pôle économique et social ». Au moment de nos observations (fin 2001), trois journalistes suivaient respectivement l’économie et les finances, l’emploi et la protection sociale, les syndicats et le patronat, et un chef de section était responsable de ce pôle représentant plus de 20 % de l’effectif total du service politique44. De même, L’Humanité a mis en place à partir de 2001 un « grand » service politique, économique et social qui se compose, au moment de l’enquête (2005), de sept journalistes affectés à la politique institutionnelle et de neuf journalistes affectés à l’économie et au social, suivant plus précisément les mouvements sociaux, l’emploi et la protection sociale ainsi que les syndicats. En outre, la production des secteurs de l’économie et du social bénéficie d’une forte visibilité dans les pages du Monde et de L’Humanité (voir plus bas).

50Cette délimitation des frontières de l’information politique élargie aux politiques économiques, sanitaires et sociales permet ainsi de traiter des conditions de travail (l’égalité salariale entre hommes et femmes, etc.), de l’emploi, de l’État-providence (sécurité sociale, assurance maladie, etc.) et d’un certain nombre de mouvements sociaux mobilisés sur ces questions (même s’ils sont couverts principalement quand ils sont susceptibles de mettre en difficulté le gouvernement). Les graphiques suivants différencient Le Monde et L’Humanité d’un côté et Libération et Le Figaro de l’autre. Les premiers font la part belle aux politiques publiques (28 % au Monde et 52 % à L’Humanité), ainsi qu’aux sujets mobilisant des acteurs non institutionnels comme les mouvements sociaux ou les intellectuels/experts (14 % au Monde et 17 % à L’Humanité). Les seconds se démarquent par la part écrasante de sujets qu’ils consacrent aux partis (57 % au Figaro et 45 % à Libération) et aux institutions (31 % au Figaro et 27 % à Libération).

51Cet élargissement permet ensuite d’introduire des sujets ou des paroles moins officiels, comme la discrimination au travail des handicapés, ou encore, la pauvreté et les catégories de population particulièrement vulnérables, « les femmes, les jeunes et les étrangers ». Ainsi fait-on parler des groupes sociaux dominés, qui ont généralement peu voix au chapitre dans les pages « Politique » de la presse quotidienne nationale :

  • 46  Entretien (05/07/05) : femme, chef adjointe du service France au moment de l’entretien, possède un (...)

Il y a des sujets, en raison du découpage des rubriques, qui tombent dans des trous, qui sont plus ou moins bien traités… et les personnes handicapées, c’est un des sujets tristounets, un des trucs, vendre un sujet sur les handicapés, c’est… Il vaut mieux être en plein été, à un moment où on ne sait pas ce qu’on va mettre dans le journal, et on est tellement content d’avoir une bonne idée d’enquête, ou sinon, là, on avait un prétexte d’actualité. Les prétextes d’actualité pour traiter un peu du sujet, c’était la semaine pour l’emploi des handicapées, qui a lieu une fois par an, donc on s’est dit : « Merde ça fait des siècles que l’on en a parlé, on va saisir ce prétexte-là pour faire un point de leur état de leurs difficultés d’accès à l’emploi et puis faire parler des gens, quoi »46.

52Enfin, cet élargissement permet d’introduire des formats d’expression journalistiques peu utilisés dans la rubrique « Politique », tel l’article à visée pratique ou pédagogique, et d’opérer un cadrage de l’information politique qui traite des conséquences concrètes des politiques publiques sur la vie quotidienne des citoyens :

  • 47  Entretien (05/07/05) : femme, chef adjointe du service France au moment de l’entretien, possède un (...)

On va développer plus qu’on ne le fait aujourd’hui un certain type de service au lecteur. Donc, par exemple, typiquement sur les retraites, on pourra être amené à donner des éléments pratiques, de réponses à des questions du genre : est-ce que j’ai intérêt à racheter mes années d’études ou pas ; si j’ai tel âge, à quoi je peux m’attendre ; est-ce que le niveau de ma retraite va baisser, etc. Donc, y a un certain nombre d’éléments comme ça de vie quotidienne, que l’on va essayer d’apporter de manière un peu plus systématique qu’on ne le fait47.

53Si ces modalités de traitement de l’information politique peuvent tenir à des dispositions féminines, elles sont à mettre en lien avec le parcours des journalistes qui viennent du journalisme économique et social. Elles relèvent en effet peut-être moins d’une singularité féminine que de modalités d’apprentissage du journalisme dans des rubriques où le reportage, le recours aux paroles ordinaires, la vulgarisation… constituent des savoir-faire valorisés.

54Ce renouvellement dans le cadrage de l’information (les politiques publiques, leurs contenus et leurs conséquences concrètes), dans le recours aux sources (paroles profanes) et dans les formats d’expression (article pratique, témoignage, reportage) tendrait à affranchir partiellement le journalisme politique des effets d’imposition du champ politique et de ses principes de hiérarchisation. Cependant, les articles pratiques ou pédagogiques publiés dans les pages du Monde ne sont en majorité pas signés (57 %), alors que la signature constitue un élément essentiel de la pratique journalistique, qui confère au rédacteur une visibilité à la fois externe (auprès des lecteurs) mais surtout interne (auprès des pairs), qui lui permet d’acquérir une reconnaissance professionnelle et qui joue un rôle dans sa mobilité d’un journal à l’autre. On peut en déduire que ce format d’expression souffre d’un déficit de légitimité aux yeux des pairs.

Commercialisation = Féminisation ?

55La présence majoritaire des femmes dans le secteur de l’économie et du social peut s’expliquer de deux manières. De façon classique, elle correspond à une contrainte de position. Les femmes accèdent en masse aux espaces dominés des services politiques, mais elles exploitent cette contrainte de position pour proposer un « autre » traitement de l’information politique. Cette posture pourrait être assimilée à la stratégie que Djerf-Pierre (2007) qualifie de « spécialisation », qui repose sur l’utilisation d’un capital proprement féminin et l’investissement dans des sujets ou des genres particuliers, par exemple dans le journalisme social, en s’affirmant comme « one of the girls » (l’une d’entre elles). Parallèlement, les directions de journaux adoptent une stratégie visant à utiliser les « dispositions » présupposées féminines (l’attention portée aux paroles ordinaires, par exemple) — et intériorisées comme telles par les responsables éditoriaux — pour capter un lectorat plus large en promouvant une information politique dite de proximité. Cette situation pourrait être comparée à celle de la Woman’s page dans la presse mainstream étasunienne au début du xxe siècle (Chambers et al., 2004). Créées par les directions de journaux pour attirer un lectorat féminin et les annonceurs ciblant les femmes, les Woman’s pages avaient été définies avant tout pour produire des « histoires humaines » et du sensationnalisme, pour couvrir le people, les changements de mode ou encore les questions domestiques. Elles n’étaient, par conséquent, pas considérées comme un journalisme « sérieux ». Et pourtant, elles ont permis à des femmes issues des classes moyennes et instruites de sortir de la sphère domestique et elles ont donné lieu à de nouvelles manières de faire journalistiques. Par exemple, elles ont renversé les valeurs traditionnelles des années 1950 en introduisant des débats sur l’inégalité des chances entre femmes et hommes par rapport à l’emploi et au salaire, sur l’éducation des enfants, le divorce, l’avortement, etc. De même, de nouvelles pratiques, comme le fait de faire participer les lecteurs en répondant à leur courrier ou de considérer les vies des gens « ordinaires » comme newsworthy, sont nées dans ces pages.

56Sans entrer dans le débat portant sur l’existence ou non d’une « écriture féminine », on peut s’interroger sur « l’innovation » que représentent les espaces rédactionnels consacrés aux informations économiques et sociales dans les pages « Politique » du Monde et de L’Humanité. Quelle fonction ces espaces remplissent-ils dans la maquette et le projet éditorial ? Dans quelle mesure sont-ils liés à des stratégies d’élargissement du lectorat à des publics féminins (Charpentier, 2004) ? Dans quelle mesure les attentes de la hiérarchie sont-elles fondées sur des stéréotypes genrés ? Jusqu’à quel point ces femmes disposent-elles d’une marge de manœuvre leur permettant de ne pas reproduire ces stéréotypes ou — pour le dire autrement — dans quelle mesure ces espaces leur permettent-ils de subvertir les codes journalistiques et sexués dominants au sein de la presse quotidienne nationale ? Ces aspects, qui ne sont pas directement l’objet de cet article, mériteraient d’être développés dans une recherche ultérieure.

Conclusion

57On soulignera tout d’abord la diversité des processus de féminisation du journalisme politique mise au jour dans cette recherche. Ces résultats rejoignent les conclusions de travaux anglophones s’intéressant à la question du genre et du journalisme qui attirent l’attention sur la multiplicité des féminins et des masculins en mettant par exemple en évidence les différentes stratégies, individuelles ou de groupe, des femmes et des hommes pour changer ou bien maintenir la structure du pouvoir dans les rédactions (Djerf-Pierre et Löfgren-Nilsson, 2004 ; Melin-Higgins, 2004).

58On soulignera ensuite la multiplicité des mécanismes de féminisation du journalisme politique qui s’enchevêtrent et le caractère non nécessairement univoque de ces explications. À l’issue de cette recherche, on retient quatre principales logiques de distribution des femmes dans les rubriques et spécialités journalistiques :

  • par goût : on observe un mécanisme d’auto-affectation sur la base de préférences liées à des dispositions féminines socialement construites, de compétences spécifiques acquises par des études et une expérience professionnelle plutôt « féminines » ;

  • par contrainte : on observe un mécanisme d’assignation hiérarchique dans des secteurs de l’information dominés, ou bien en déclassement, ou encore perçus comme « féminins » (ou pour lesquels les responsables hiérarchiques ressentent le besoin de recourir à des compétences qu’ils estiment « féminines ») ;

  • par stratégie : on observe un mécanisme de spécialisation visant à exploiter et à valoriser un capital « féminin » (objectivable ou perçu) pour produire d’« autres » manières de faire journalistiques au sein des secteurs dominés de l’information mais aussi des plus prestigieux ;

  • par routine : on observe un mécanisme de ritualisation du travail quotidien où, par exemple, l’existence de principes de solidarité masculine joue comme une confirmation des positions, des valeurs… des hommes journalistes.

59Difficilement séparables les unes des autres lorsqu’on les observe in situ, ces dynamiques peuvent produire des effets hétérogènes qui vont de la conformation aux conventions journalistiques dominantes dans une spécialité journalistique à leur subversion. Plusieurs facteurs entrent en jeu dans ces logiques :

  • les dispositions, les trajectoires sociales et professionnelles, les capitaux des journalistes ;

  • les stéréotypes sexués influençant la perception des compétences et incompétences des femmes et des hommes, largement produits et partagés par les sources, les journalistes, les responsables éditoriaux, la rédaction, l’entreprise de presse, etc. ;

  • l’imbrication des rapports sociaux (sexe, classe, ethnicité, âge/génération, etc.) ;

  • les transformations organisationnelles, professionnelles, économiques des entreprises de presse.

60Au vu de la rareté des travaux croisant genre et journalisme, nous avons choisi d’approfondir ici un aspect en particulier de la féminisation du journalisme, celui de ses mécanismes. Pour finir, nous aimerions donc souligner deux autres dimensions qu’il semble essentiel de discuter et de mieux explorer, car elles sont souvent abordées dans une perspective homogénéisante : « l’écriture féminine » et « la domination masculine ».

Haut de page

Bibliographie

ACKER, Joan (1990), « Hierarchies, jobs, bodies: A theory of gendered organizations », Gender and Society, 4(2), p. 139-158.

BÉRÉNIE, Laure, Sébastien CHAUVIN, Alexandre JAUNAIT et Anne REVILLARD (2008), Introduction aux gender studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

BOURDIEU, Pierre (1984), « Culture et politique » dans Pierre BOURDIEU, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, p. 236-250.

CACOUAULT-BITAUD, Marlène (2001), « La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baisse de prestige ? », Travail, genres et sociétés, 5, p. 104-107.

CARTER, Cynthia, Gill BRANSTON et Stuart ALLAN (dir.) (1998), News, Gender and Power, New York, Routledge.

CHAMBERS, Deborah et al. (2004), Women and Journalism, New York, Routledge.

CHAMPAGNE, Patrick (2000), « Le médiateur entre deux Monde. Transformation du champ médiatique et gestion du capital journalistique », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132, p. 8-29.

CHARPENTIER, Isabelle (2004), « Une pratique rare et sélective : la lecture de la presse d’information générale et politique » dans Jean-Baptiste LEGAVRE (dir.), La presse écrite : objets délaissés, Paris, L’Harmattan, Coll. « Logiques sociales », p. 315-335.

CHRISTOPHERSON, Susan et Mickael STORPER (1989), « The effects of flexible specialization on industrial politics and the labor market: The motion picture industry », Industrial and Labor Relations Review, 42(3), p. 330-347.

COHEN, Philippe et Pierre PÉAN (2003), La face cachée du Monde. Du contre-pouvoir aux abus de pouvoir, Paris, Mille et Une nuits.

DAMIAN, Béatrice, Cégolène FRISQUE et Eugénie SAÏTTA (2009), « Le journalisme au prisme du genre, une problématique féconde », Questions de communication, 15, p. 111-127.

DARRAS, Eric (1995), « Le pouvoir <médiacratique>? Les logiques de recrutement des invités politiques à la télévision », Politix, 30, p. 183-198.

DE BRUIN, Marjan et Karen ROSS (dir.) (2004), Gender and Newsroom Cultures. Identities at Work, Cresskill, Hampton Press.

DJERF-PIERRE, Monika (2005), « Lonely at the top. Gendered media elites in Sweden », Journalism, 6(3), p. 265-290.

DJERF-PIERRE, Monika (2007), « The gender of journalism. The structure and logic of the field in the twenthieth century », Nordicom Rewiew, Jubilee Issue, p. 81-104.

DJERF-PIERRE, Monika et Monica LÖFGREN-NILSSON (2004), « Gender-typing in the newsroom: The feminization of Swedish television news production, 1958-2000 » dans MarjanDE BRUIN et Karen ROSS (dir.), Gender and Newsroom Cultures. Identities at Work, Cresskill, Hampton Press, p. 81-106.

DOUGLAS, Mary (1992), De la souillure, Paris, La Découverte.

GAXIE, Daniel (2003), La démocratie représentative, Paris, Montchrestien.

GUISNEL, Jean (1999), Libération, la biographie, Paris, La Découverte.

HIRSCHMAN, Albert O. (1970), Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge, Harvard University Press.

INSTITUT FRANÇAIS DE PRESSE (2001), Les journalistes français à l’aube de l’an 2000, Paris, Éditions Panthéon-Assas.

JOUËT, Josiane et Dominique PASQUIER (2001), « National report: The French newspaper market », European Science Foundation Programme: Changing Media, Changing Europe, July.

KACIAF, Nicolas (2005), Les métamorphoses des pages Politique dans la presse française (1945-2000). Doctorat de science politique sous la direction de Philippe BRAUD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

LACHOVER, Einat (2005), « The gendered and sexualized relationship between Israeli women journalists and their male news sources », Journalism, 6(3), p. 291-311.

LETTIERI, Carmela (2002), Formes et acteurs des débats publics contemporains. Les tribunes publiées dans la presse quotidienne en Italie et en France. Doctorat de sciences de l’information et de la communication sous la direction de Rémy RIEFFEL, Institut français de presse, Université Paris II.

LÖFGREN-NILSSON, Monica (à paraître), « Le genre en pensées et en actes : le cas des informations télévisées suédoises » dans Cégolène FRISQUE, Béatrice DAMIAN-GAILLARD et Eugénie SAÏTTA (dir.), Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 121-151.

MARCHETTI, Dominique et Denis RUELLAN (2001), Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Paris, La Documentation française.

MÉDA, Dominique et Hélène PÉRIVIER (2007), Le deuxième âge de l’émancipation. La société, les femmes et l’emploi, Paris, Seuil.

MELIN-HIGGINS, Margareta (2004), « Coping with journalism: Gendered newsroom culture » dans Marjan DE BRUIN et Karen ROSS (dir.), Gender and Newsroom Cultures. Identities at Work, Cresskill, Hampton Press, p. 197-222.

Moi, Toril (1999), What is a Woman and Other Essays, Oxford, Oxford University Press.

NEGRINE, Ralph (1996), The Communication of Politics, London, Sage.

NEVEU, Érik (2000), « Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession », Politix, 13(51), p. 179-212.

NORTH, Louise (2008), The Gendered Newsroom: How Journalists Experience the Changing World of Media, Cresskill, Hampton Press.

PADIOLEAU, Jean-Gustave (1976), « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, 18(3), p. 256-282.

PADIOLEAU, Jean-Gustave (1985), Le Monde et le Washington Post. Précepteurs et mousquetaires, Paris, Presses universitaires de France.

PERRIER, Jean-Claude (1994), Le roman vrai de Libération, Paris, Julliard.

PERROT, Michèle (1987), « Qu’est-ce qu’un métier de femmes ? », Le Mouvement social, 140, p. 3-8.

POULET, Bernard (2003), Le pouvoir du Monde. Quand un journal veut changer la France, Paris, La Découverte.

ROBINSON, Gertrude J. (2004), « Gender in the newsroom: Canadian experiences » dans Marjan DE BRUIN et Karen ROSS (dir.), Gender and Newsromm Cultures. Identities at Work, Cresskill, Hampton Press, p. 179-193.

RODGERS, Shelly et Esther THORSON (2003), « A socialization perspective on male and female reporting », Journal of Communication, 53(4), p. 658-675.

SAÏTTA, Eugénie (2000), L’Humanité et les élections européennes de juin 1999. Éléments d’analyse des transformations de la presse d’opinion. Mémoire de DEA sous la direction d’Érik NEVEU et de Dominique MARCHETTI, IEP de Rennes.

SAÏTTA, Eugénie (2005), « Le Monde, vingt ans après », Réseaux, 131, p. 189-225.

SAÏTTA, Eugénie (2006), Les transformations du journalisme politique depuis les années 1980. Une comparaison France/Italie. Doctorat de science politique sous la direction d’Érik NEVEU, Université Rennes 1.

SAÏTTA, Eugénie (2008), « Les journalistes politiques et leurs sources. D’une rhétorique de l’expertise critique à une rhétorique du <cynisme> », Mots, 87, p. 113-128.

SEDEL, Julie (2010), « La reconfiguration des spécialisations professionnelles au Monde » dans Cégolène FRISQUE, Béatrice DAMIAN-GAILLARD et Eugénie SAÏTTA (dir.), Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 153-168.

SEGAUNES, Nathalie (1991), « Le journal des citadelles imprenables ? », MédiasPouvoirs, 24, p. 45-49.

TUCHMAN, Gaye (1972), « Objectivity as a strategic ritual: An examination of newsmen’s notions of objectivity », The American Journal of Sociology, 77(4), p. 660-679.

TUNSTALL, Jeremy (1971), Journalist at Work, London, Constable.

VAN ZOONEN, Liesbet (1998), « One of the girls? Or the changing gender of journalism » dans Cynthia CARTER, Gill BRANSTON et Stuart ALLAN (dir.), News, Gender and Power, Londres, Routledge, p. 33-46.

Haut de page

Notes

1  D’après les données affichées sur le site de la Commission de la carte d’identité de journalistes professionnels en juin 2009 portant sur les cartes de presse accordées en 2008.

2  En 1999, presque 52 % des journalistes détenteurs de la carte de presse travaillant dans la presse spécialisée, grand public ou technique et professionnelle étaient des femmes. Celles-ci étaient donc surreprésentées dans ce secteur puisqu’elles représentaient alors 39 % des actifs (Institut français de presse, 2001).

3  « Le genre peut être défini comme le rapport social divisant l’humanité en deux sexes distincts et hiérarchiquement articulés en dehors desquels il semble que rien ne puisse exister. En vertu de cette définition, le sexe apparaît comme le <produit> du genre, comme le résultat d’un système de division qui renforce continuellement sa pertinence en donnant à voir les sexes comme des éléments naturels et pré-sociaux constitutifs du monde dans lequel nous vivons » (Bérénie et al., 2008 : 35). La notion de genre permet de faire éclater les visions essentialistes de la différence des sexes, de prôner une approche relationnelle des sexes, d’appréhender les relations sociales entre les sexes comme un rapport de pouvoir, de ne pas analyser les rapports de genre en dehors des autres rapports de pouvoir (de classe, d’ethnicité, etc.) (Bérénie et al., 2008 : 5-7).

4  Les conclusions de ce doctorat résultent d’une enquête par entretiens (réalisés de 2002 à 2003, auprès d’une quarantaine de journalistes politiques français de la presse quotidienne nationale, dont 18 au Monde, 8 à L’Humanité, 7 à Libération, 2 au Figaro), par observation directe (un mois de stage au service politique du Monde, fin 2001) et par analyse quantitative et qualitative de contenu (Saïtta, 2006).

5  Depuis 1995 pour Le Monde (la rubrique « Politique » se transforme en rubrique « France », celle-ci incorpore la rubrique « Société » à partir de la nouvelle formule de 2005) ; depuis 1994 pour Libération, à l’occasion de la nouvelle formule souvent désignée comme Libé III ; depuis 2005 pour Le Figaro ; depuis 2001 pour L’Humanité.

6  Le corpus statistique, tout d’abord, a comptabilisé sur un mois l’ensemble des articles (environ 700) écrits par les journalistes des services politiques (désignés comme tels dans les organigrammes des rédactions) du Figaro, de L’Humanité, de Libération et du Monde, et publiés soit dans les rubriques « Politique » ou « France », soit dans les espaces dé-rubriqués ouvrant les premières pages des quotidiens, comme « Événement » à Libération et à L’Humanité. Les entretiens, ensuite, ont été menés auprès de 13 journalistes politiques, encore en poste (9) ou ayant quitté le service politique (4), hommes (2) et femmes (11) confondus, occupant diverses positions dans la rédaction : rédacteur de base (8), chef de service (3), adjoint (1), rédacteur en chef (2). Les questions portaient d’abord sur la trajectoire, la formation, l’entrée dans le métier et dans la spécialité journalistique, ensuite sur les conditions de travail et la gestion de la vie quotidienne, les horaires, l’organisation de la vie privée et familiale, etc., puis sur la spécialité du journalisme politique, ses particularités (apprentissage, recrutement, profils, hiérarchies, etc.), ses transformations récentes (pratiques professionnelles, contenus, etc.), enfin sur la place qu’y occupent les femmes, leurs rôles, leurs apports éventuels, etc. À partir de ces entretiens (et de données recueillies dans des annuaires biographiques comme celui que publie la Société générale de presse), des statistiques sur les profils, parcours et capitaux de 60 journalistes politiques (28 femmes, 32 hommes) en poste dans les quatre quotidiens étudiés au cours des années 2000-2005 ont été élaborées, afin de saisir d’éventuelles différences entre femmes et hommes, mais aussi entre femmes. L’analyse de contenu, enfin, s’est concentrée, dans une approche qualitative, sur les formats d’expression présentant un caractère inédit (jusqu’à la période récente) dans les rubriques « Politique » de la presse quotidienne nationale, à l’instar de l’information « de service » ou encore des « récits politiques », afin d’interroger les effets de la féminisation du journalisme politique sur la montée en puissance de ces formats.

7  Le mois de janvier 2005 constitue une période de « routine » permettant d’éviter dans une certaine mesure les biais introduits par une focalisation de la couverture journalistique sur des temps jugés forts de la vie politique. Le corpus analysé statistiquement (logiciel SPSS) se compose plus précisément de 143 articles du Figaro publiés dans la rubrique intitulée « France/Politique », de 175 articles de L’Humanité publiés dans les rubriques intitulées « Événements », « Politique », « France », « Éco-Social », de 205 articles de Libération publiés dans les rubriques intitulées « Politique » et « Événement » et de 176 articles du Monde publiés dans les rubriques intitulées « France-Société » et « France ». La comptabilisation de la rubrique « Éco-Social » à L’Humanité s’explique par le fait qu’il existe un « grand » service politique, économique et social fusionné dans le quotidien. Il nous a semblé pertinent de prendre en compte la production journalistique du service dans son ensemble, d’autant que les services politiques du Monde, de Libération et du Figaro comprennent aussi des journalistes chargés de l’économie et du social à partir des années 1990-2000.

8  Ce graphique a été réalisé à partir du Trombinoscope. Cette publication, destinée aux élus et à leurs services administratifs, propose depuis 1984 un cahier presse où sont publiées la composition de la direction de divers médias, parmi lesquels la presse quotidienne nationale, et celle de leur service politique. Ces cahiers presse correspondent à de la publicité, ce qui explique que des données puissent être manquantes. C’est le cas des années 1990 et 1998 pour Le Monde, Le Figaro et Libération. Aucune publicité n’a été effectuée par Le Monde depuis 1995. Les données présentées pour l’année 1998 sont issues de Julie Sedel (à paraître) et pour l’année 2001 d’un article du Monde paru en janvier 2002. Pour Le Figaro manquent les années 1996 et 2001, pour Libération, les années 2001 et 2002. En outre, nous ne disposons d’aucune donnée sur L’Humanité, ce qui explique l’absence du titre dans ce graphique.

9  La part restante est composée d’articles non signés (12 %) et d’articles signés par un homme et une femme (3 %).

10  Trois femmes et un homme se sont succédé à la tête du service politique depuis 2001 : successivement, Anne-Line Roccati, Hervé Gattegno, Raphaëlle Bacqué et Françoise Fressoz.

11  La façon dont une journaliste décrit la composition du service politique de Libération souligne l’effectivité de la différence faite entre les « vrais » journalistes politiques et les autres (Entretien, 06/07/05) : « [On est] douze, mais 10 sur politique pure et il y a deux postes macroéconomiques qui sont rattachés à nous mais qui sont pas… Ils font Bercy et affaires sociales. Sinon sur les 12, il y a trois chefs. Voilà, si on enlève les deux et les trois chefs, en fait on est plus que 7 vraiment sur des dossiers. »

12  La part restante est composée d’articles non signés (21 %) et d’articles signés par un homme et une femme (3 %).

13  La part restante est composée d’articles non signés (24 %) et d’articles signés par deux journalistes (2 %).

14  La part restante est composée d’articles non signés (28 %) et d’articles signés par un homme (ou plusieurs) et une femme (3 %).

15  Au sens de Bourdieu, c’est-à-dire l’ensemble des ressources (économiques, culturelles, sociales, symboliques) accumulées par un individu et qui, mobilisées dans certaines situations sociales, deviennent des atouts dans la construction de positions ou, au contraire, des handicaps si elles viennent à manquer.

16  Le diplôme obtenu le plus élevé est le DEA ou DESS (équivalent du Master 2) que possèdent 7 % des femmes et 3 % des hommes.

17  Douglas (1992) citée par Neveu (2000 : 200).

18  Douglas (1992) citée par Neveu (2000 : 200).

19  Précisons que, si des entretiens ont été réalisés avec des hommes, ils sont peu cités ici parce qu’ils montrent une absence d’intérêt, de questionnement et d’observations personnels sur les rapports sociaux de sexe au sein des rédactions, à l’instar de ce journaliste « éco-soc » intégré dans un collectif de travail majoritairement féminin : « Ça, j’ai pas d’idée là-dessus. […] J’avoue que je ne suis pas posé la question. Déjà, j’avais du mal à reconnaître qu’il y avait une majorité de femmes. Euh, mais, oui, je ne sais pas. […] Je suis embêté parce que j’ai rien à ajouter » (Entretien, 06/12/2005).

20  Les divers refus d’entretien de la part de journalistes politiques du Figaro ont exclu a priori ce cas de la phase qualitative de l’enquête.

21  Entretien (05/07/05) : femme, ancienne journaliste au service politique de Libération, hypokhâgne, maîtrise de science politique, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes (Paris), âgée de moins de 40 ans au moment de l’entretien.

22 À savoir l’implication, l’engagement des acteurs dans les jeux à l’œuvre dans le champ auquel ils appartiennent.

23  Entretien (06/07/05) avec l’une de ses anciennes collègues : « Elle, elle le voit pas comme ça, elle dit qu’elle en avait marre de la politique, mais je trouve qu’elle en a eu d’autant plus vite marre qu’en fait bon elle eut deux enfants assez rapprochés et que quand elle est revenue de son deuxième congé maternité, normalement elle couvrait le PS, Jospin, naturellement elle aurait dû suivre Jospin. Et puis il y a le chef du service qui lui a expliqué : <Oh avec deux petits c’est…> elle pourrait pas donner plus sur Jospin. Après lui il s’est retrouvé avec Matignon pendant 5 ans, et elle, elle a continué à suivre le PS, après plusieurs années, elle en a eu super marre et elle est partie. Je pense que si elle avait eu, si à ce moment-là elle avait pu basculer sur un poste à plus de responsabilités comme moi je fais maintenant, un exécutif et tout ça, qui moi aussi m’a redonné un peu d’air, un intérêt, elle n’aurait pas forcément quitté le service à ce moment-là. Elle dit que non, mais moi je suis sûre que oui. »

24  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée de moins de 40 ans au moment de l’entretien, hypokhâgne, maîtrise de science politique, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes.

25  Entretien (05/07/05) : femme, ancienne journaliste politique de Libération, maîtrise de droit public, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes, âgée de moins de 40 ans et travaillant à la rubrique « Portrait » au moment de l’entretien.

26  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée de moins de 40 ans au moment de l’entretien, hypokhâgne, maîtrise de science politique, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes.

27  Entretien (06/05/07) : femme, journaliste travaillant au service politique de Libération et âgée de moins de 40 ans au moment de l’entretien, hypokhâgne, maîtrise de science politique, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes.

28  Entretien (17/09/05) : femme, ancienne chef adjointe du service politique de Libération, baccalauréat, DEUG de sociologie inachevé, diplômée du Centre de formation des journalistes, chef de service de la rubrique « Grand Angle » au moment de l’entretien.

29  Récemment, les services « Politique » et « Société » ont fusionné.

30 Extrait d’entretien issu de Saïtta (2000 : 110-111) : homme, journaliste politique à L’Humanité, en charge de l’extrême droite et âgé de moins de 40 ans au moment de l’entretien, n’a pas suivi de formation professionnelle en journalisme.

31  Extrait d’entretien issu de Saïtta (2000 : 110-111) : homme, journaliste politique à L’Humanité, en charge de l’extrême droite et âgé de moins de 40 ans au moment de l’entretien, n’a pas suivi de formation professionnelle en journalisme.

32  Entretien (06/12/05) : femme, journaliste travaillant pour le secteur « Économie et Social » de L’Humanité au moment de l’entretien, a suivi une formation professionnelle en journalisme dans une école privée (École des hautes études journalistiques, Paris).

33  Au moment de l’enquête (2005).

34  Pour de plus amples résultats statistiques sur la perte de visibilité de la rubrique « Politique » en une du Monde et sur les évolutions du classement des rubriques les mieux dotées en pagination depuis les années 1980 confirmant cette diminution de la valeur d’information de la politique au Monde, voir Saïtta (2005 : 202-208), ainsi que Jouët et Pasquier (2001).

35  Comptages effectués sur les mois de novembre 1981 et 2002 s’appuyant sur les pages réalisées par le service politique et répertoriées dans le journal sous le titre de rubrique « Politique » ou « France ». Ces comptages ne tiennent pas compte de la publicité (pleine page ou encart) ni des suppléments sous forme de cahiers à part, tels qu’ils paraissent sur la période récente. Si l’étroitesse des corpus analysés peut poser problème pour la viabilité de nos résultats, d’autres études viennent confirmer la tendance au déclin de visibilité de la rubrique politique dans les quotidiens nationaux (Jouët et Pasquier, 2001).

36  On passe de 7 rubriques en 1981 à 13 en 2002.

37  À l’occasion de la nouvelle formule de 2005, l’ordre d’apparition des rubriques change au détriment de la rubrique « France », qui arrive après « Analyses », « Page trois », « Planète », « International », « Europe » (« Le Monde, portrait d’un quotidien », Le Monde, mars 2009).

38  Certains journalistes y voient l’autoritarisme du directeur de la rédaction (Cohen et Péan, 2003 : 212-213 ; Poulet, 2003 : 81).

39  Données manquantes pour trois journalistes.

40 La transformation des conditions d’exercice de cette profession, avec la montée du divorce, le recours à l’action judiciaire dans les conflits de la vie quotidienne, l’augmentation de la petite délinquance, crée une surcharge de travail et fait en sorte que ces activités sont peu valorisantes.

41  Ces femmes ont effectué une progression « classique » au sein des services politiques, depuis la couverture des « petits » dossiers (partis extraparlementaires, Parlement) jusqu’au suivi des dossiers les plus prestigieux (Matignon, Élysée, partis de gouvernement).

42  Sur l’émergence du récit politique comme format d’expression légitime du journalisme politique, voir Saïtta (2008).

43  Dans le sens où le champ journalistique est le lieu d’une lutte entre une culture dominante, imposée comme la norme, portée essentiellement par des hommes et construite dans une perspective masculine et des cultures oppositionnelles, dont certaines sont portées par des femmes.

44  Hiérarchie du service incluse, mais sans les éditeurs ou secrétaires de rédaction.

45  Les catégories ont été élaborées en reconstituant, dans la mesure du possible, la division du travail à l’intérieur des services politiques des journaux retenus pour l’étude. Le choix de rester au plus près des « dossiers » journalistiques et de la répartition des tâches entre journalistes permet de mettre en évidence les hiérarchies internes qui prévalent dans les services politiques. Il s’agit ici de comprendre les logiques des acteurs et leurs représentations. Pour classer les articles en catégories, nous nous sommes aidés des organigrammes des services politiques et des signatures ; nous avons classé les articles en fonction du sujet principal dont ils traitaient. En outre, devant la difficulté à catégoriser tous les articles, nous avons mis à l’écart (dans une catégorie « Divers ») certains articles « mixtes » qui traitaient de plusieurs sujets à la fois sans que l’un soit prépondérant, ou encore des articles isolés qui ne formaient pas à eux seuls une catégorie en particulier. Nous n’avons pas comptabilisé ici les articles de la catégorie « Divers ». La catégorie « Mobilisations et Expertise » vise à regrouper les voix non officielles et non institutionnelles mobilisées dans les pages « Politique » : mouvements sociaux, intellectuels, experts, etc. Nous y avons aussi intégré les articles concernant les syndicats, car ils traitent le plus souvent de mobilisations ou de positions syndicales autour de projets de loi. Nous avons rangé l’Union européenne dans la catégorie « Institutions », ainsi que les articles se rapportant aux élections qui concernaient pour l’essentiel le référendum sur la Constitution européenne.

46  Entretien (05/07/05) : femme, chef adjointe du service France au moment de l’entretien, possède une maîtrise d’histoire et un DESS correspondant de presse, diplômée du Centre de formation des journalistes et spécialisée dans le journalisme social (quinze ans).

47  Entretien (05/07/05) : femme, chef adjointe du service France au moment de l’entretien, possède une maîtrise d’histoire et un DESS correspondant de presse, diplômée du Centre de formation des journalistes et spécialisée dans le journalisme social (quinze ans).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution de la part de femmes parmi les journalistes du service politique du Figaro, de Libération et du Monde en l’espace de vingt ans
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 2. Évolution du nombre de femmes et de l’effectif total au service politique de Libération en l’espace de vingt ans
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 3. Répartition des articles publiés en pages « Politique » (janvier 2005)45. Élargissement des domaines de couverture des pages « Politique » au Monde et à L’Humanité
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 4. Définition restreinte des domaines de couverture des pages « Politique » à Libération et au Figaro
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1725/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Damian-Gaillard et Eugénie Saitta, « Le processus de féminisation du journalisme politique et les réorganisations professionnelles dans les quotidiens nationaux français », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1725 ; DOI : 10.4000/communication.1725

Haut de page

Auteurs

Béatrice Damian-Gaillard

Béatrice Damian-Gaillard est professeure à IUT de Lannion, Université Rennes 1 et membre du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE). Courriel : beatrice.damian@univ-rennes1.fr.

Eugénie Saitta

Eugénie Saïtta est professeure à l’Université de Poitiers et membre du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE). Courriel : eugeniesaitta@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org