Navigation – Plan du site
Recherches

L’indépendance journalistique en télévision 

Approches structurelles et procédures professionnelles sur le terrain. Le cas de France 3 Toulouse
Elizabeth Bougeois et Catherine Ghosn

Résumés

L’identité professionnelle des journalistes est floue. Leur quête d’indépendance est peu étudiée sur le plan praxéologique. Historiquement et sociologiquement, la pratique journalistique est peu cadrée et faiblement institutionnalisée. Sur le terrain, les journalistes mettent en œuvre des procédures de résistance aux pressions institutionnelles et contraintes hiérarchiques. Cette résistance s’exprime notamment par une orientation du travail en fonction des valeurs personnelles des professionnels.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreux ouvrages traitent de l’indépendance des journalistes de la télévision, mais ils émanent, pour la plupart, soit d’une étude « extérieure » en sciences de l’information et de la communication et de la sociologie des médias, soit d’une publication par des journalistes eux-mêmes.

2Notre propos concerne ici les dispositifs médiatiques et les pratiques professionnelles de ces journalistes et met en perspective des approches issues de la sociologie des médias et des sciences de l’information et de la communication. Notre étude adopte une approche praxéologique et se situe sur le micro-terrain de la rédactionde France 3 Toulouse.

  • 1  Nous employons, de manière équivalente, les termes de journaliste, rédacteur, acteur : il s’agit t (...)

3Nous basons notre étude sur des approches structurelles du travail journalistique à partir de l’analyse de reportages réalisés par les journalistes de France 3 et de nos entretiens avec eux. Nous nous concentrons ici sur les éléments les plus saillants, issus d’expériences professionnelles particulières, qui explicitent et illustrent, en partie, la lutte que des journalistes d’informations régionales télévisées1 mettent en œuvre concrètement pour parvenir à des formes d’indépendance dans l’exercice de leur métier. Ces formes d’indépendance sont articulées autour de trois thématiques : les modalités de distance prise avec les informateurs institutionnels, la marge de manœuvre par rapport à la hiérarchie dans l’entreprise et l’individualisation de pratiques axiologiquement structurées.

Le flou des définitions et le manque de cadrage institutionnel

4Afin de définir plus précisément le journaliste télévisé, nous distinguons tout d’abord les éléments relatifs au journaliste lui-même (ses caractéristiques, ses compétences) et ensuite ceux qui sont relatifs au domaine du journalisme audiovisuel.

Les journalistes

5Comment définir de manière satisfaisante un « journaliste » ? Beaucoup d’études insistent sur l’hétérogénéité des éléments qui caractérisent les journalistes et relèvent le caractère mouvant, variable de leur travail, de leur profil et de leurs compétences. La question de « l’identité professionnelle flexible » du journaliste a été posée ainsi que celle sur leur « identité sociale floue » (Rieffel, 205).

  • 2  Il s’agit de la presse magazine et spécialisée, la presse régionale et locale, le journalisme nati (...)

6Les caractéristiques des journalistes sont difficiles à généraliser eu égard à leur formation, à leurs compétences, à leurs représentationsdu métier, et elles le sont d’autant plus que leurs pratiques varient en fonction des « 5 galaxies »2 dans lesquelles ils évoluent (Neveu, 2004). Si les journalistes sont soumis au même « cadre » de travail, à savoir le « champ journalistique et le champ économique » avec les contraintes, les oppositions qui peuvent en découler, travailler dans la catégorie « audiovisuel » comporte des particularités. Celles-ci relèvent notamment de la gestion du temps pour traiter l’information : un journaliste d’informations audiovisuelles travaille différemment d’un journaliste de la presse magazine ou de la presse écrite d’informations générales. La contrainte temporelle nécessite de boucler un reportage en sélectionnant les ressources matérielles ou humaines disponibles et qui lui donneront le plus grand poids « officiel » possible (maire, député, ministre, porte-parole, etc.).

7La pratique journalistique est, sur les plans législatif, historique et sociologique, faiblement institutionnalisée. Les textes qui la régissent se concentrent sur la définition d’un statut, notamment en ce qui a trait à la rémunération du travail. L’exercice s’est progressivement officialisé, au moment de l’acquisition des libertés fondamentales, sous la IIIe République, puis structuré sur fond de propagande militaire pendant le premier conflit mondial et des scandales politiques et financiers de la fin du xixe siècle et du début du xxe. Enfin, les conditions d’accès à la profession sont très hétérogènes : en 2001, de 16 à 23 % des journalistes étaient diplômés d’écoles reconnues ou nonpar la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (Marchetti et Ruellan, 2001), alors que de nombreux professionnels ont appris leur métier « sur le tas ».

  • 3  Article L.761-2 du Code du travail, modifié par la loi Cressard du 4 juillet 1974 (n° 74-630).

8Définir le journaliste par une formule « universelle » et « invariable » étant impossible, nous adapterons la définition du texte de la loi Brachard du 29 mars 19353, qui inclut les pigistes. Est considéré comme journaliste « celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques, ou dans une ou plusieurs agences de presse et qui en tire la majorité de ses ressources ».

L’« indépendance » et l’« autonomie »

9 À cette définition juridique nous ajoutons celle qui est tirée du champ philosophique et qui introduit les notions d’autonomie et d’indépendance :

[Autonomie] Condition d’une personne ou d’une collectivité autonome, c’est-à-dire qui détermine elle-même la loi à laquelle elle se soumet. [C’est le] pouvoir d’un groupe, principalement d’un groupe politique, de s’organiser et de s’administrer lui-même, du moins sous certaines conditions et dans certaines limites (Lalande, 1983 : 101).

[Indépendance] Bien que ce terme soit souvent employé seul, sans complément, il reste toujours relatif et sous-entend, suivant le contexte, l’idée de tel ou tel autre terme par rapport auquel ce dont on parle est dit indépendant. En parlant du caractère : qui aime à ne dépendre de personne, à juger et à se décider sans suivre l’opinion ou le conseil d’autrui (Lalande, 1983 : 493).

10Cette définition met davantage en évidence la liberté de décision et d’expression de la personne par rapport à son environnement.

11Nous nous basons sur ces deux acceptions pour examiner par la suite dans quelle mesure le principe d’indépendance ou d’autonomie peut se rapprocher de son sens « pratique », c’est-à-dire de la manière dont les journalistes de l’audiovisuel déclinent ces termes dans leurs actions professionnelles.

Un bref état des lieux de travaux scientifiques

12Pour étudier le thème du journaliste et son travail au quotidien, il faut surtout se référer aux travaux anglo-saxons et à la sociologie fonctionnaliste qui, les premiers, se sont penchés sur le « journaliste en train de faire l’information », appelé aussi l’étude du newsmaking. Leurs analyses ont beaucoup contribué à l’avancement des connaissances sur les plans théorique et empirique. Par exemple, la contribution de Denis Mc Quail qui retrace les principales étapes de la recherche « depuis les travaux sur l’influence des variables individuelles dans la fabrication de l’information jusqu’aux grandes enquêtes sur la structuration de l’information par le média comme organisation et institution » (Maigret, 2003 : 162). Ou encore celle de David M. White qui établit un lien entre la subjectivité du journaliste et le choix de ses informations et celle de Rémy Rieffel (2005) qui détermine les principaux éléments qui influent sur le travail des journalistes, dont le type d’entreprise de presse à laquelle ils appartiennent et leurs relations avec leurs sources d’information et le public.

13Les analyses de type ethnographique ont permis d’analyser le travail du journaliste en rapprochant, soit pour les comparer, soit pour les intégrer, les niveaux « micro » (le bureau, la salle de conférence, l’élaboration du reportage) et « macro » (l’entreprise, son mode d’organisation, son autorité, son poids économique et social).

14Plusieurs travaux empiriques abordent le thème de l’indépendance et de la dépendance des journalistes. Des études historiques mettent en évidence la dépendance étroite du Service Politique audiovisuel au sein de la Radio-télévision française (RTF) (D’Aiguillon, 2001). Cette pression politique a été plus ou moins officialisé selon les époques et plus ou moins connue du grand public. À cette pression politique s’ajoute la pression juridique. Le rapport entre les journalistes et les hommes politiques reste un sujet polémique, et le mimétisme qui s’opère entre les journalistes et les hommes politiques, leur interdépendance, souvent leur même parcours (mêmes formations, mêmes centres d’intérêt, mêmes lieux de fréquentation, etc.) rendent difficile une analyse distanciée, voire désintéressée de la part des journalistes.

15Jacques Siracusa explique ainsi la perte d’autonomie des journalistes reporteurs d’images : « […] le titre de journalistes qu’ont finalement obtenu les reporters d’images est une sorte de contrepartie à la perte progressive de leur autonomie dans le travail » (2001 : 97). Il ajoute que l’évolution des conditions de travail des journalistes, la division technique du travail, voire la « bureaucratisation » des tâches, ont privilégié le travail des rédacteurs et des journalistes « assis ». Selon lui, des journalistes jouissent d’une relative autonomie soit parce qu’ils travaillent dans un service « de faible prestige » (relégué loin derrière les informations politiques ou rattaché à l’actualité récente), ce qui suscite peu d’intérêt de leur supérieur, soit parce qu’ils travaillent comme « journaliste à compétence complémentaire ».

16Pour la suite de cette note de recherche, nous présenterons les principales conclusions de notre thèse de doctorat, dont l’objectif était la mise en relation des dispositifs institutionnels et des outils permettant aux journalistes de France 3 de travailler de manière relativement indépendante.

L’analyse de procédures conduites dans un cadre professionnel

Le contournement des freins institutionnels à l’indépendance

  • 4  L’analyse des reportages concerne l’exercice des années civiles 2003 et 2004, les entretiens se so (...)

17La rédaction de France 3 Toulouse couvre l’actualité des huit départements de la région Midi-Pyrénées. Elle regroupe, au moment de notre étude4, 27 journalistes rédacteurs, 20 journalistes reporteurs d’images (JRI), 1 rédacteur en chef, 4 adjoints et 1 chef d’édition. Elle prend en charge, outre l’alimentation en reportages des deux journaux télévisés quotidiens, la réalisation hebdomadaire de deux magazines, d’un documentaire et d’une interview politique en plateau. Au personnel titulaire s’ajoutent des journalistes en contrat à durée déterminée (CDD). Pour les besoins de notre étude, nous nous sommes centrées sur des journalistes titulaires ou collaborateurs réguliers, travaillant à la fois à la réalisation de reportages et à la présentation du journal.

  • 5  Du nom du tueur en série (serial killer) toulousain Patrice Alègre, mis en examen pour plusieurs v (...)

18Les journalistes que nous avons rencontrés précisent que leur travail est compliqué par la force de frappe communicationnelle des institutions (élus, police, justice) et des entreprises (Airbus, notamment). Par l’intermédiaire de communiqués de presse ou par le refus d’accorder un entretien, d’une part ces instances décident des thématiques sur lesquelles elles veulent s’exprimer et d’autre part, en imposant leurs interlocuteurs, elles limitent les choix éditoriaux des journalistes. Nous pouvons citer quatre exemples : le refus, par la mairie de Toulouse, d’autoriser une parole autre que celle de la seule élue responsable de l’urbanisme, au sujet du projet de réhabilitation du quartier du Mirail ; l’accord d’une interview de Louis Galois aux seuls journalistes d’Europe 1 ; le départ très rapide de fonctionnaires de la police, au sujet de l’affaire Alègre5, après une séance au tribunal de grande instance ; le traitement particulier des dysfonctionnements policiers et judiciaires dans cette même affaire.

19Face à ces situations, les journalistes ont mis en œuvre quatre types de résistance éditoriale : le refus de couvrir l’événement (premier exemple) ; l’exposition de la stratégie de communication de l’European Aero Defense and Space Company (EADS) et des liens particuliers unissant le groupe Lagardère à la station Europe 1 (second exemple) ; la dénonciation redondante, sur des images authentifiantes, des « policiers qui fuient les journalistes et leurs questions » ; et le recours à une interview d’une minute cinquante secondes d’un témoin qui dénonce l’action des policiers responsables du classement en « suicides » de décès étudiés au cours de l’instruction de l’affaire Alègre (exemples trois et quatre). L’auteur de ce dernier reportage précise : « Côté justice, police, personne n’a voulu nous répondre […] aucun commentateur ne pourrait se permettre de dire que la police ne fait pas son travail […] elle [le témoin interviewé] elle dit, elle dénonce ce que tout le monde sait, à Toulouse. »

20Nous avons analysé ces prises de position particulières en tant que révélatrices d’un engagement énonciatif et scénographique de la part des journalistes rédacteurs. Loin de constituer des éléments de traitement isolés, elles se structuraient en dispositifs stables dans le travail de nos répondants. Nous nommons ces dispositifs « actions professionnelles de résistance » à un pouvoir institutionnel, et ils revêtent la forme de l’explication analytique et pédagogique et celle de l’utilisation du relais idéologique des interlocuteurs sur le terrain.

Le dysfonctionnement hiérarchique : la possibilité d’un engagement énonciatif

21Sur le terrain, les pratiques professionnelles nous sont apparues très peu harmonisées. Il n’existe pas de ligne éditoriale officielle ni d’évaluation du travail, ce dont les journalistes souffrent et se plaignent. Des séances de débriefing des journaux télévisés ont été demandées puis organisées, à l’initiative des journalistes, mais qui ne les ont pas satisfaits : ces séances, rapides, tardives et sans caractère obligatoire, rassemblaient peu de gens et ne permettaient pas les discussions et évaluations attendues. Nos répondants en ont conclu qu’il n’existe pas de volonté hiérarchique de travailler à l’élaboration d’un meilleur produit. Ils s’en sont expliqués en constatant, d’une part, que leurs supérieurs hiérarchiques n’ont que peu de marge de manœuvre en matière de gestion de la rédaction puisque l’avancée de carrière des journalistes se fait à l’ancienneté — elle est éventuellement soutenue par un syndicat — et que les rédacteurs en chef changent régulièrement (en moyenne tous les trois à cinq ans). D’autre part, le laisser-faire en matière d’exigences techniques ou éditoriales constituerait un outil de gestion du personnel par lequel les conflits entre journalistes et hiérarchie s’estompent.

22Tous nos répondants ont insisté sur le malaise qui résulte d’une telle situation, dans laquelle leur éthique et leur responsabilité personnelles sont convoquées, en lieu et place de référents institutionnels communs. Ces professionnels utilisent donc, en creux, le dysfonctionnement repéré et s’appuient sur des outils d’ordre axiologique qui leur permettent de satisfaire à la fois aux exigences de production de reportages et aux valeurs qu’ils défendent.

Les particularités du travail en télévision régionale

23Un autre élément de ce dispositif des « actions professionnelles de résistance » touche le travail en région. Les rédactions nationales sont organisées en services, lesquels, conformément au projet rédactionnel interne et dans un souci de coordination, anticipent le contenu éditorial des reportages (Siracusa, 2001). Le fonctionnement en région en diffère fondamentalement : les rédacteurs sont des généralistes et si en conférence de rédaction les thématiques de reportages sont discutées, l’angle précis du produit n’est déterminé que sur le terrain, en fonction de ce que le journaliste observe, des informations que lui livrent les sources documentaires et les sources personnalisées (interviews). Ainsi, en région, le reportage n’est pas construit en amont, mais sur le terrain, le lieu de la confrontation avec la réalité d’une situation. Cette confrontation est d’autant plus centrale que, d’une part, le terrain régional recèle moins d’interlocuteurs qu’un territoire national et que, d’autre part, ces interlocuteurs sont proches de la télévision régionale, au sens où il leur est facile, après la diffusion d’un reportage, de demander des comptes au journaliste qui l’a sollicité, voire de refuser une éventuelle collaboration ultérieure. Le journaliste doit donc établir une relation de confiance par laquelle il pourra être tenu informé des nouveaux éléments concernant un dossier, découvrir les enjeux latents d’une affaire, ou encore disposer d’un carnet d’adresses de particuliers, d’acteurs dans la sphère régionale, et satisfaire ainsi aux exigences de proximité que le travail sur un territoire restreint impose.

Les outils personnels de l’indépendance professionnelle

24Si les journalistes que nous avons rencontrés précisent les actions qu’ils conduisent pour lutter contre le poids des services de communication des entreprises et des institutions, s’ils expliquent leurs manières de pallier ce qu’ils définissent comme une carence de l’encadrement et s’ils considèrent le terrain comme leur lieu du travail, par contre, leurs pratiques professionnelles apparaissent comme fortement individualisées.

25Notre analyse nous a permis de cerner de solides référents, ou guides à l’action, chez nos répondants, lesquels, sur le plan thématique, leur sont communs, mais déclinés de manières différentes.

La participation à la vie de la cité et l’entretien du débat démocratique

26Nos répondants insistent pour dire que les procédures énonciatives et scénographiques qu’ils ont adoptées découlent d’un choix personnel, assumant ainsi des postures éditoriales et officielles. Ces postures nous semblent expressives de fortes convictions axiologiques : l’analyse de leurs reportages — et notamment l’étude de l’ethos particulier de chacun — montre qu’il existe de nombreux éléments récurrents, d’ordre stylistique, qui constituent une signature individuelle et rendent le travail reconnaissable. Nos répondants insistent d’ailleurs sur la nécessité d’éviter « le formatage des reportages », « d’avoir un style, une patte », et justifient ces propos en référence aux finalités du travail journalistique.

27Selon eux, ce travail vise deux objectifs essentiels : participer à l’organisation de la vie dans la cité et maintenir, voire renforcer le système démocratique. Ainsi exprimées, ces finalités peuvent paraître proches d’un idéal ou d’une mythologie de la profession. Cependant, elles se traduisent de manière très concrète et contextualisée dans les pratiques étudiées.

  • 6  « […] l’ordonnateur trie l’information, la remet en ordre, lutte contre l’entropie et situe l’info (...)

28La participation à la vie de la cité est déclinée sur deux modes : l’insistance sur la dimension utilitaire de l’information — grèves dans les transports en commun, implantation de radars, ouverture de services — et la valorisation d’initiatives ou d’événements particuliers que nos répondants souhaitent faire connaître pour, selon leur expression, « donner des idées » aux publics destinataires. Ces modes de participation à la vie de la cité s’accompagnent d’une forte préoccupation au sujet de la proximité avec le public et donc d’une perception rassembleuse de l’action journalistique en région. Le rôle d’ordonnateur de l’information que Rieffel6 (1984) analyse se trouve ici confirmé et illustré.

29Le renforcement du système démocratiques’exprime par les débats argumentaires parfois houleux en conférence de rédaction ainsi que par le souci d’équilibrer, dans un reportage, comme sur le long terme, le développement de points de vue différents. Ce qui, de l’extérieur, peut être considéré comme une « technique » assurant l’objectivité et la crédibilité (Mercier, 1996) apparaît ici comme le respect de la parole plurielle et la nécessité de permettre le débat, de poser des questions, à défaut d’apporter des réponses, et d’instaurer des formes de contre-pouvoir par la mise en perspective de discours contextualisés, desquels peuvent émerger des conflits. Pour nos répondants, la mission du journaliste n’est pas de trancher mais, au contraire, d’alimenter la réflexion du public. Les actions professionnelles sont ainsi ancrées dans un souci éducatif et pédagogique.

Le respect des attentes et des besoins supposés du public

30Le public est qualifié par nos répondants d’« inconnu », d’« entité abstraite » et d’« universel ». Contrairement aux représentations professionnelles prégnantes en télévision régionale selon lesquelles le public serait plutôt âgé et résiderait principalement en zones rurales, nos répondants considèrent que « France 3 n’a pas vocation à se spécialiser dans les maisons de retraite ou les zones rurales, donc, il faut s’adresser à eux [public âgé, rural], mais pas qu’à eux ».

31Parce que les journalistes ont une connaissance empirique du public auquel ils s’adressent, ils peuvent en déduire ses attentes et besoins. Dans la conduite des actions professionnelles, la réponse à ces attentes et besoins s’organise autour du refus de toute forme de ciblage, car le public est pensé en tant que « commanditaire » officieux de leur travail. Pour les uns, ce premier public, à l’image de leur cercle familial ou amical, est composé d’individus fort différents. Pour d’autres, il se compose de personnes « titulaires d’un bac plus douze comme d’un bac moins cinq », et ils jugent que leur travail de montage est très important s’ils veulent être compris par ce public.

Les procédures techniques et l’engagement éditorial

  • 7  « Les établissements de formation, et plus particulièrement les écoles agréées apparaissent très m (...)

32Le travail journalistique est, somme toute, très technique. En effet, eu égard à la nécessité de productivité qui incombe aux journalistes, ils disposent de nombreux automatismes, réflexes ou habitudes pour agir vite et efficacement. L’expérience apparaît ainsi comme le ressort essentiel de l’action professionnelle. Le savoir-faire pratique leur permet d’être opérationnels, et là réside peut-être une explication à l’observation de Nicolas Pélissier et Denis Ruellan (2003)7.

33Les aspects techniques les plus fréquemment soulignés par nos répondants sont de deux ordres interconnectés ; ils concernent le travail au quotidien et sa considération sur le long terme. Au quotidien, ils procèdent, en situation d’interview, de manière plus ou moins directive. Certains utilisent le premier contact, par téléphone, pour cadrer ensuite le déroulement de l’interview. D’autres interrogent longuement, devant la caméra, afin de disposer d’un matériau suffisamment étendu pour construire la complémentarité interview/commentaire. Tous expriment la nécessité d’avertir leurs interlocuteurs qu’ils ne sont pas leur « porte-parole » et que les propos enregistrés seront complétés par ceux d’autres intervenants. De même, le travail avec le JRI et le monteur est abordé de façon plus ou moins directive puisque la responsabilité éditoriale d’un reportage incombe, en dernier lieu, au rédacteur. Les discussions entre les interlocuteurs sur le terrain et les professionnels de la station témoignent d’habitudes différentes mais stables, et assises sur l’efficacité que ces habitudes ont démontrée sur le long terme.

34Un dernier aspect technique du travail réside dans l’équilibre éditorial que les journalistes recherchent au sein de leur rédaction. La recherche d’interlocuteurs paraît fortement sous-tendue par des préoccupations de contrepoids et de lutte contre un risque d’univocité du discours de la rédaction. Le souci de nos répondants s’exprime ici par la recherche d’une complémentarité des propos exprimés dans un même reportage et par la volonté de prolonger, sur le long terme, la teneur des débats qui s’installent en conférence de rédaction. Le choix des angles de reportage s’impose dès lors, en creux, par la convocation de ces débats. Il exprime, d’une manière souvent systématisée, un engagement éditorial qui semble répondre au travail des autres rédacteurs.

La place de l’éthique et des valeurs personnelles

35Nos répondants se sentent très faiblement encadrés sur les plans institutionnel et hiérarchique. Ils sont donc conduits, dans l’accomplissement de leur travail, à chercher, en dehors de la structure d’exercice, des outils pour pallier leur souffrance professionnelle et ainsi satisfaire leur engagement. La souplesse du dispositif d’encadrement et les particularités d’un média régional obligent ces professionnels — ou les autorisent — à s’appuyer, de manière consciente, exprimée et assumée, sur les valeurs qui leur sont propres et qu’ils semblent utiliser comme un contrepoids à l’insatisfaction ressentie d’un métier qui, selon eux, requiert positionnement, auto-évaluation et questionnement sur la mission et la fonction qu’ils exercent.

  • 8  « S’il ne fait pas bon d’être notable ou policier à Toulouse, en ce moment, il ne fait pas bon non (...)

36Ils orientent donc largement leurs pratiques professionnelles par des choix très expressifs de leurs valeurs propres, de leurs représentations du métier et de sa place dans la sphère sociale. Cette caractéristique particulière du travail se traduit, à l’occasion, par l’expression claire, dans des reportages8, de la difficulté d’exercer ce métier.

37Voici un exemple, parmi d’autres, de la façon dont peut se traduire le souci d’équilibre éditorial mentionné plus haut : dans la même semaine et sur un même sujet (le licenciement de salariés du secteur aéronautique), nous trouvons le reportage d’un journaliste mettant en avant la concertation et la recherche consensuelle de solutions entre salariés et direction, et celui d’un collègue, insistant sur la détresse des salariés ayant subi plusieurs plans sociaux successifs. Les angles de ces reportages n’ont pas été décidés en conférence de rédaction, mais par les journalistes eux-mêmes, et en fonction de leur perception de l’événement. Sur le plan éthique, il apparaît que le positionnement de chacun s’effectue dans un souci d’équilibre ou de rééquilibrage de discours et de pratiques observés chez les collègues. En retour, cela provoque chez chacun un temps d’analyse, de questionnement et de positionnement individuel.

38Nos répondants s’intéressent au travail de leurs collègues, qu’ils étudient, critiquent et sur la base duquel ils livrent de nombreuses explications à leur engagement, autant éditorial que formel, et à leurs pratiques particulières. Il semble que celles-ci soient très nettement guidées par une volonté de jeter un regard singulier sur un événement, par la nécessité de se démarquer des pratiques et des valeurs contraires aux leurs et par la nécessité de contribuer à des formes de débats démocratiques et conflictuels auxquels il faut sensibiliser le public qui connaît peu le métier et qui, de ce fait, porte parfois un jugement défavorable sur ce métier.

39Notre recherche nous a amenées à conclure (provisoirement) que cette quête d’indépendance journalistique repose sur des bases d’indétermination institutionnelle, d’intentions personnelles en ce qui a trait à la médiation de valeurs particulières, et de l’expérience qui autorise la reconduite d’actions. Elle met aussi en avant la place prépondérante qu’accordent nos répondants aux difficultés d’exercice et de l’indétermination du métier dans l’explication et la justification de leurs actions.

Haut de page

Bibliographie

ACCARDO, Alain (1995), Journalistes au quotidien, Paris, Le Mascaret.

AKOUN, André (1997), Sociologie des communications de masse, Paris, Hachette.

BOUGEOIS, Elizabeth (2009), Pratiques journalistiques en télévision régionale : étude empirique de reportages et du discours des journalistes auteurs de ces documents. Thèse de doctorat sous la direction de Pierre MOLINIER, Toulouse, École supérieure d’audiovisuel, Université Toulouse II.

D’AIGUILLON, Benoît (2001), Un demi-siècle de journal télévisé, Paris, L’Harmattan.

LALANDE, André (1983), Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

LE BOHEC, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan.

LE COADIC, Yves (2001), Usages et usagers de l’information, Paris, Nathan.

LEMIEUX, Cyril (2000), Mauvaise presse, une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

MACÉ, Éric (2006), As Seen on TV. Les imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias, Paris, Éditions Amsterdam.

MAIGRET, Éric (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin.

MARCHETTI, Dominique et Denis RUELLAN (2001), Devenir journaliste, sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Paris, La Documentation française.

MERCIER, Arnaud (1996), Le journal télévisé, Paris, Presses de Sciences Po.

MUHLMANN, Géraldine et Edwy PLENEL (2008), Le journaliste et le sociologue, Paris, Seuil.

NEVEU, Erik (2004), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

PÉLISSIER, Nicolas et Denis RUELLAN (2003), « Les journalistes contre leur formation ? », Hermès,35, p. 91.

RIEFFEL, Rémy (1984), L’élite des journalistes, Paris, Presses universitaires de France.

RIEFFEL, Rémy (2005), Sociologie des médias, Paris, Ellipses.

SIRACUSA, Jacques (2001), Le JT, machine à décrire, Paris/Bruxelles, INA/De Boeck.Boule verte

Haut de page

Notes

1  Nous employons, de manière équivalente, les termes de journaliste, rédacteur, acteur : il s’agit toujours, dans notre propos, du travail de journalistes rédacteurs d’informations régionales télévisées, donc, d’auteurs responsables d’un contenu éditorial, même si le produit final (le reportage) est le produit de l’interaction de quatre types de professionnels différents : le rédacteur, le journaliste reporteur d’images, le preneur de son et le monteur.

2  Il s’agit de la presse magazine et spécialisée, la presse régionale et locale, le journalisme national d’informations générales, le journalisme audiovisuel et les agenciers.

3  Article L.761-2 du Code du travail, modifié par la loi Cressard du 4 juillet 1974 (n° 74-630).

4  L’analyse des reportages concerne l’exercice des années civiles 2003 et 2004, les entretiens se sont déroulés en 2007.

5  Du nom du tueur en série (serial killer) toulousain Patrice Alègre, mis en examen pour plusieurs viols et meurtres dans les années 1980-1990, et qui, dans les années 2000, a affirmé avoir agi sur les ordres de notables et magistrats toulousains. Il aurait bénéficié d’appuis policiers. À ce jour, les policiers, magistrats et politiciens qui ont été cités dans cette affaire ont été blanchis.

6  « […] l’ordonnateur trie l’information, la remet en ordre, lutte contre l’entropie et situe l’information dans un contexte. Les journalistes sont des experts qui construisent la réalité tout en la reflétant » (Rieffel, 1984 : 179).

7  « Les établissements de formation, et plus particulièrement les écoles agréées apparaissent très marqués par le <moule positiviste>. Nous avions repéré au moins trois marqueurs de cette prégnance : le poids exorbitant et la normativité des enseignements des techniques d’écriture ; le volume réduit des enseignements des Humanités […] le rôle capital (80 à 90 %, même dans les structures universitaires) confié aux enseignants vacataires ou associés, travaillant dans des entreprises de presse » (Pélissier et Ruellan, 2003 : 96).

8  « S’il ne fait pas bon d’être notable ou policier à Toulouse, en ce moment, il ne fait pas bon non plus d’être journaliste » (commentaire d’un répondant sur l’affaire Alègre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Bougeois et Catherine Ghosn, « L’indépendance journalistique en télévision  », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://communication.revues.org/1743 ; DOI : 10.4000/communication.1743

Haut de page

Auteurs

Elizabeth Bougeois

Elizabeth Bougeois est docteure en sciences de l’information et de la communication, enseignante PAST, LARA (Laboratoire d’études en audiovisuel) et associée au LERASS, Toulouse. Cette note de recherche est tirée des travaux conduits dans le cadre de sa thèse de doctorat. Courriel : elisabeth.bougeois@francetv.fr

Catherine Ghosn

Catherine Ghosn est enseignante-chercheure en sciences de l’information et de la communication, LERASS (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales), Toulouse. Courriel : catherine.ghosn@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org