Navigation – Plan du site
Articles

L’identité occasionnée sur Internet

Jeux catégoriels et profilage moral
Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal

Résumés

Cet article porte sur un forum de discussion du site Al-Arabiya et sur la succession de commentaires qu’une dépêche à propos d’incidents confessionnels à Esna, en Egypte, y a suscitée. Il aborde la question de l’identité en tant qu’elle est constitutive de cette succession de commentaires en même temps qu’elle en est l’objet. Mais l’identité appartient aussi aux éléments constitutifs de l’activité virtuelle elle-même et s’affiche pour caractériser autrui, s’auto-caractériser et lier des droits et obligations à ces actes catégoriels. À ce titre, elle s’inscrit dans la normativité de la cognition pratique, c’est-à-dire la cognition telle que saisie en acte. L’article s’attache à décrire les formes concrètes d’ordonnancement du comportement conceptuel, communicationnel, relationnel et instrumental des gens, tel qu’il se déploie in situ sur ce forum.

Haut de page

Texte intégral

1Une dépêche de l’agence Reuters a été publiée le 16 décembre 2007 sur le site d’Al-Arabiya, une société de communication basée à Dubaï (dont le fleuron est constitué de la chaîne satellitaire d’information du même nom). Elle portait sur des incidents aux forts relents confessionnels ayant éclaté à Esna, une ville de Haute-Égypte, à la suite d’une affaire de mœurs entre des chrétiens et une musulmane. Longue de deux pages et agrémentée d’une photo, cette dépêche a suscité une succession de 503 commentaires étalés sur 12 jours, jusqu’au 28 décembre 2007.

2Nous avons déjà eu l’occasion de traiter de la structure de la communication virtuelle telle qu’elle s’est déployée sur ce forum (Dupret, Klaus et Ghazzal, à paraître). Dans le présent article, nous voudrions traiter de la question de l’identité en tant qu’elle est constitutive de cette succession de commentaires idiosyncratiques du forum de discussion en ligne, en même temps qu’elle en est l’objet. L’identité est au cœur de la thématique du forum : le titre de la dépêche parle en effet de chrétiens et de musulmans, d’hommes et de femmes, ainsi que d’actions (sexuelles et violentes) liées à ces relations identitaires. L’identité est donc l’objet d’une thématisation. Mais l’identité appartient aussi aux éléments constitutifs de l’activité virtuelle elle-même. Les participants au forum s’attribuent un nom, intitulent leurs commentaires, interpellent les autres participants, usent de la sorte d’anonymat que leur procure leur « pseudonyme » ou, plus précisément, leur identité d’occasion. L’identité s’affiche donc à tout instant pour caractériser autrui, s’auto-caractériser et lier des droits et obligations à ces actes catégoriels. À ce titre, elle s’inscrit dans ce que l’on appelle la normativité de la cognition pratique, c’est-à-dire la cognition telle que saisie en acte. Pour en traiter, nous nous attacherons à décrire, non pas les modes de raisonnement prétendument ignorés des gens eux-mêmes, mais « les formes d’ordonnancement de leur véritable comportement conceptuel, communicationnel, relationnel et instrumental, au fur et à mesure qu’ils constituent leurs univers-objet » (Coulter, 1989 : 36. Notre traduction).

L’identité thématisée : analyse des catégorisations d’appartenance

3L’analyse des catégorisations d’appartenance (membership categorization analysis), telle qu’elle a été proposée par Harvey Sacks (1995) et développée ultérieurement par Lena Jayyusi (1984), Rod Watson (1983), Stephen Hester et Peter Eglin (1997), offre un cadre extrêmement performant au traitement du travail des catégories de l’identité. C’est ce que nous allons tenter de montrer à propos de l’incident d’Esna tel que rapporté par Al-Arabiya en tête de son actualité du jour, en partant de son bloc déclencheur, à savoir son titre, une photo et les quelques premières lignes (lead) apparaissant sur la page d’accueil du site.

4Extrait 1 : Al-Arabiya, bloc déclencheur
Des dizaines de personnes jettent des cocktails Molotov sur l’église de la Vierge en ville
Incendie des propriétés de chrétiens suite aux relations sexuelles entre des chrétiens et une musulmane
Esna (Égypte) – Reuters
Des témoins ont dit « que des inconnus ont mis le feu, dimanche 16-12-2007, aux propriétés de chrétiens dans la ville d’Esna, dans le sud de l’Égypte, quelques jours après l’arrestation de deux jeunes chrétiens soupçonnés d’avoir eu des relations sexuelles avec une jeune fille musulmane ». Des sources sécuritaires ont dit « que la police avait arrêté sept musulmans soupçonnés d’avoir mis le feu…

5L’analyse des catégorisations d’appartenance trouve son origine dans le refus d’une approche exclusivement sémantique des catégories. Elle lui préfère une étude des catégories in vivo, dans une perspective sensible au contexte. Il s’agit d’étudier les catégories d’appartenance que les membres de la société utilisent pour se classer les uns les autres, l’attention se focalisant sur le savoir de sens commun que les gens ont des structures sociales, tel que ce savoir est utilisé, invoqué et organisé localement dans la conduite de leurs affaires quotidiennes. Ces catégories visent des personnes, mais aussi des collectivités ou des objets non personnels. Ce sont des catégories d’appartenance en ce sens qu’elles manifestent que l’objet désigné relève d’un groupement. Souvent, elles sont organisées en « collections », en catégories perçues comme « allant ensemble ». Dans notre extrait, les catégories « chrétiens » et « musulmans » sont vues comme « appartenant » au système catégoriel d’appartenance « confession religieuse » ; les catégories « jeunes » et « jeune fille » peuvent être vues comme appartenant au système « genre/sexe » ; « Esna » et « Égypte », au système « lieux géographiques ». Naturellement, une même catégorie peut appartenir à plusieurs systèmes (« chrétien » peut appartenir au système « appartenance confessionnelle » ou au système « communauté sociologique »). Ces catégories sont sélectionnées de façon circonstancielle et ponctuelle, en fonction du savoir local présumé des interlocuteurs, c’est-à-dire le sens commun tel qu’il est contextuellement contraint par la structure d’intelligibilité propre à ce mode particulier de communication virtuelle. La sélection n’est donc pas un problème abstrait d’exactitude, mais une question empirique d’adéquation (une violence que l’on explique par la confession), de configuration par rapport au destinataire (les lecteurs arabophones de la dépêche), de capacité implicative (des relations sexuelles interconfessionnelles peuvent générer des affrontements violents), d’orientation vers les catégories déjà utilisées dans la situation particulière (« chrétiens » vise d’abord les fidèles de l’Église, ensuite les deux personnes en cause dans les relations sexuelles) et, en conséquence, de tous les éléments propres à cette situation que le raisonnement pratique juge précisément pertinents (la localisation, par exemple : Esna en tant que ville regroupant des musulmans et des chrétiens).

  • 1  Par « normalement », on entend que le fait de ne pas respecter ce critère risque de provoquer une (...)
  • 2 C’est le fameux exemple de Sacks (1972) : « The baby cried, the mommy picked it up. » « Baby » peut (...)
  • 3  Dans l’exemple de Sacks, « crying » peut être tenu pour lié à la catégorie « baby » en tant qu’élé (...)

6Différents critères sont normalement mobilisés par les gens pour décider en commun de la pertinence d’un dispositif1. Ces critères suivent un certain nombre de règles. Règle de cohérence (consistency rule), tout d’abord : si une catégorisation d’un système catégoriel a pu être appliquée à un membre d’une population donnée, toute catégorisation de ce système peut être appliquée aux autres membres (par exemple, au commentaire 142 reproduit à l’extrait 2 – voir infra, la mention de prénoms, tels Ahmad, Bashshâr, Girgis et Hamdân, après l’évocation d’un collectif territorial, la « terre de Canaan », permet de faire de ces individus les ressortissants d’un collectif territorial et, qui plus est, du même collectif). Il découle de cette règle plusieurs mécanismes pratiques d’inférence, entre autres : (1) si plusieurs catégories sont utilisées pour catégoriser certains membres d’une population, c’est généralement la collection à laquelle ces catégories appartiennent communément qui est sélectionnée2 ; (2) si l’on peut tenir une activité pour liée à une catégorie, cette activité est généralement accomplie par un dépositaire de cette catégorie3 ; (3) si quelqu’un voit une activité liée catégoriellement être accomplie par quelqu’un de la catégorie à laquelle l’activité est liée, c’est généralement que la personne mène cette activité d’office ; (4) si quelqu’un observe deux actions liées par une norme être accomplies par des gens tenus pour être garants et dépositaires de cette norme, on considère généralement qu’ils agissent bien en tant que tels et que la deuxième action a été accomplie en conformité à la norme. Il existe aussi une règle d’économie dans la sélection d’un dispositif catégoriel d’appartenance, à savoir qu’une seule catégorie suffit généralement à accomplir adéquatement le travail de catégorisation (au commentaire 134 de l’extrait 2, dire de Zaghlûl al-Naggâr qu’il est le « savant des culs » suffit à le caractériser aux fins pratiques du commentaire, sans qu’il ne soit besoin de multiplier les qualificatifs).

  • 4  L’astérisque indique que, dans le document original, le mot auquel il est apposé comporte une faut (...)

7Extrait 2 : Al-Arabiya, commentaires 134, 135, 137 et 142
134 ~ « Le savant » des culs….. Zaghlûl al-Naggâr
Un libéral l 16/12/2007 C 08:38 pm (Arabie saoudite) 05:38 pm (Greenwich)
Depuis deux jours, l’éminent savant appelé « Zaghlûl al-Naggâr » est apparu pour allumer la sédition dans le peuple d’Égypte. Si la situation se prolonge comme il le pense, nous verrons beaucoup….
135 ~Aux hommes de religion, musulmans et chrétiens
Ghâda Belgique l 16/12/2007 C 08:40 pm (Arabie saoudite) 05:40 pm (Greenwich)
La question ne supporte pas l’agitation*4 ou les commentaires imbéciles et parsemés de haine et de confessionnalisme. J’implore tous les adolescents (murâhiqîn) d’abandonner le clavier (kîbûrd) et d’arrêter de faire des commentaires et d’aller vers d’autres sujets comme l’art et le sport… Je répète qu’il y a là des mains et des cœurs noirs derrière cette sédition. Qu’est-ce que [cet] événement sinon un embrouillamini (futayl) qui a allumé le feu de la sédition…. Le plus étonnant, c’est la position et le silence des hommes de religion des deux bords sur ce qui s’est passé… Chaque bord doit comprendre les gens. La religion est amour, fraternité, affection, coexistence. Elle est au Dieu Très-Haut et non à l’être humain…. J’implore les hommes de religion musulmans et chrétiens de bouger immédiatement pour arrêter cette sédition qui emportera toute chose (al-akhdar wa-l-yâbis) si nous ne l’arrêtons pas, il y va de l’existence même de l’Égypte. J’implore les hommes de religion de rendre l’avis que ce qui arrive à l’Égypte relève de l’interdit (harâm)… interdit… craignez pour votre pays.. l’Égypte saigne douloureusement de votre ignorance*…. Mérites-tu d’eux ce que vous en faites…. À Toi Dieu, ô Égypte… à Toi, Dieu…..
137 ~Les conséquences des Coptes de l’émigration
Abû Yûsuf al-Misrî l 16/12/2007 C 08:45 pm (Arabie saoudite) 05:45 pm (Greenwich)
Le président des nazaréens ‘Adlî Abâdîr et la campagne forcenée contres les musulmans sur les satellites américains, chypriotes et européens ne* et ne seront pas dans l’intérêt des nazaréens d’Égypte — les nazaréens de l’émigration malheureusement font semblant d’oublier la nature du musulman égyptien et son attachement* à sa religion, sa crainte et sa jalousie à son égard. Il faut que les nazaréens de l’émigration cessent* la campagne frénétique contre les musulmans en Égypte et l’arrêt [de l’usage] d’expressions [telles que] les nazaréens opprimés. Comment être des opprimés alors que le musulman fait face à la plus répugnante espèce de torture dans les postes de police qui atteint le stade de la mort — les Frères musulmans sont jugés devant des tribunaux militaires — pourquoi la police néglige-t-elle les activités des prêtres des nazaréens à l’intérieur de l’Égypte et à l’extérieur. Enfin, nous disons que les musulmans sont les opprimés dans leur pays.
142 ~C’est de toi que je me soucie*
Lola Lûlâ l 16/12/2007 C 08:53 pm (Arabie saoudite) 05:53 pm (Greenwich)
C’est de toi que je me soucie … terre de Canaan … de ton Nil a bu un Ahmad et un Bashshâr  … et de ta terre a poussé un Girgis et un Hamdân  … quel est ce volcan  … Ahmad se venge de Girgis … Ne sont-ils pas frères  … pitié pour celui qui a levé la croix pour embrasser le croissant  … depuis quand ton sein rejette-t-il [ses] fils  … cette main qui se moque de ta terre et de ta sécurité  … la main de la sédition et de l’égarement  … ne te moque pas de ta sécurité, tout le monde est dans l’expectative  … lors de tes fêtes, les frères se retrouveront  … la [fête du] Sacrifice et la [fête de] la Nativité se donneront l’accolade  … le volcan s’éteindra  … c’est ce qui est financé au nom du serpent  … la tête de la sédition et de la partition Seigneur, c’est à toi que nous nous en remettons  … qui a dit de brûler les églises et les croix  … Muhammad a assuré la sécurité des gens du Livre depuis des siècles  … n’abandonne pas et ne trahis pas  … le radicalisme est le plus aveugle des aveuglements  … sois en paix, toi dont je me soucie  … du mal d’Ahmad ou de Girgis  … ceux qui empruntent la voie du terrorisme ont pris la direction  … sois en paix, ô citadelle glorieuse, ô Kaaba des nations  … Égypte, [toi] qui es mon souci, mon âme  … qu’ils prient sur Jésus qui  … a honoré, ainsi que sa mère, la terre de Canaan  … qu’ils prient sur Muhammad, le détenteur du sceau, et sur l’Égypte pour que ses fils soient des frères*

8Les systèmes catégoriels s’organisent autour de deux axes structurants : les relations et le savoir. D’une part, on retrouve des collections de catégories organisées en paires relationnelles standardisées (par exemple, « mari/femme », « parent/enfant », « voisin/voisin », « autochtone/étranger » ; « musulman/chrétien » et « jeune homme/jeune fille », dans le bloc déclencheur de la dépêche), c’est-à-dire en doublets qui se réfèrent à des relations entre les personnes. Les catégories d’une collection axée sur les relations sont (potentiellement) descriptives (par exemple, un musulman est susceptible de s’en prendre à un chrétien ; un jeune est susceptible de faire du charme à une jeune fille). Elles sont aussi « adéquates inférenciellement » : des qualités, droits et devoirs moraux peuvent être imputés aux membres sur cette base (par exemple, le devoir de chasteté pour une fille ou l’honneur à défendre pour un musulman). Enfin, elles revêtent une « pertinence programmatique » : un membre relationnellement catégorisé est tenu pour être le détenteur d’un certain nombre de droits et devoirs, notamment moraux, dont le non-respect constituerait une absence remarquable, en un mot, une violation (par exemple, le manque de vertu attribué à la jeune fille est une violation des devoirs attachés à sa catégorie, ce qui permet à certains d’inférer qu’elle est une prostituée) ; à l’inverse, le fait de ne pas être catégorisé relationnellement alors que le système relationnel est lui-même utilisé constitue un problème de responsabilité (accountable) pour les membres, c’est-à-dire une question dont il leur est possible de faire le compte rendu et dont ils peuvent avoir à rendre compte : on en trouve un exemple dans l’extrait 3, commentaire 43 (voir infra) : « Si cette fille est dépravée, quelle différence ça fait qu’elle pratique cela avec des musulmans ou des chrétiens ou des athées. » Évoquer le système relationnel « confessions religieuses » sans caractériser la confession de la jeune femme constitue l’incongruité en question — « quelle différence ça fait » — à laquelle on répond implicitement dès lors que la question n’est que rhétorique.

  • 5  Par exemple, les catégories « baby » et « mommy » appartiennent au système « famille » ; l’organis (...)

9Les collections axées autour du savoir sont, d’autre part, celles qui regroupent savants et profanes, les premiers étant détenteurs, en raison de leur savoir, de droits spéciaux ou exclusifs dans le traitement de problèmes particuliers, les seconds regroupant tous ceux qui n’appartiennent pas à la première classe des professionnels ; par exemple, le commentaire 135 (extrait 2) désigne les hommes de religion, dont on exige, du fait des devoirs qui leur incombent d’office, qu’ils condamnent explicitement les événements. Notons que certains systèmes catégoriels sont ainsi organisés que l’on peut déduire, du fait de l’association de plusieurs catégories qui y appartiennent, non seulement qu’elles relèvent de ce système, mais en plus qu’elles relèvent d’un même regroupement au sein de ce système (organisation duplicative)5.

10Extrait 3 : Al-Arabiya, commentaires 32, 43 et 48
32 ~ à Husayn Kâmil
Un cavalier sans monture l 16/12/2007 C 06:10 pm (Arabie saoudite) 03:10 pm (Greenwich)
Toutes mes condoléances à Husayn Kâmil qui va nous toiser, beau comme le jour. Il ne suit que ce genre d’informations puisqu’il se considère comme le porte-parole officiel des chrétiens sous le microscope
43 ~Une grande arriération
Sufyân al-Umawî l 16/12/2007 C 06:17 pm (Arabie saoudite) 03:17 pm (Greenwich)
Si cette fille est dépravée, quelle (shû) différence [ça fait] qu’elle pratique cela avec des musulmans, des chrétiens ou des athées [?] Par Dieu, nous les musulmans, il nous faut (sâr bednâ) un million d’années-lumière pour arriver au niveau de la compréhension. Et puis, si vous étiez des gens de vérité (zalam bi-haqq), vous iriez venger vos frères, les filles d’Irak que violent les occupants américains. Mais nous sommes une communauté qui n’est pas maligne sauf contre elle-même (‘alâ ba‘da)
48 ~Le commentaire numéro 3 un chiite mariné dans la mélasse
Pas agréable l 16/12/2007 C 06:21 pm (Arabie saoudite) 03:21 pm (Greenwich)
Je te dis : eh toi, aie honte, toi, honte à toi, ces paroles, tu es un musulman, c’est consternaaaaaaaaaaaant*

  • 6  Par exemple, la catégorie « baby » et l’activité « cried » se sélectionnent mutuellement, alors qu (...)
  • 7 Par exemple : « You see, he’s not crying! He’s no longer a baby; he’s a big boy now! ». Dans notre (...)
  • 8 Par exemple : « Stop moaning about the accident ! You’re just a big baby », à propos d’un adulte. D (...)
  • 9  C’est le cas de l’exceptionnalité juive bien documentée par Shlomo Sand (2008).

11Plusieurs questions sont liées à la catégorisation : les implications conventionnelles des sélections opérées (par exemple, l’attitude modeste d’une jeune fille), les conséquences inférencielles des sélections opérées (par exemple, la propension à la violence des musulmans), l’utilisation du savoir catégoriel par les membres dans leur production de descriptions (par exemple, la description de « prêtre nazaréen », au commentaire 137 de l’extrait 2, qui véhicule à sa suite la connotation catégorielle d’« agissement mal intentionné »). On observe ainsi que de nombreuses activités sont liées catégoriellement, c’est-à-dire qu’elles sont accomplies de manière attendue et adéquate par les personnes qui en sont les dépositaires. L’activité « respecter les lois du pays » constitue, par exemple (commentaire 32, extrait 3), une obligation liée à la catégorie « minorité » (tout comme elle peut l’être à la catégorie « citoyen »). La question de savoir si une activité est catégoriellement liée ne se pose pas in abstracto, mais en situation, la catégorie de rattachement devant pouvoir être inférée à partir de l’activité même à laquelle elle est liée. En fait, les catégories sélectionnées pour catégoriser un membre performant une activité liée catégoriellement et les catégories sélectionnées pour catégoriser l’activité sont cosélectionnées, c’est-à-dire que le registre de catégorisation des membres et celui des activités sont sélectionnés de manière adaptée l’un à l’autre6. Cela a pour conséquence, entre autres, que l’absence de performance d’une activité qu’on avait toutes les raisons d’anticiper est notable et permet des inférences sur l’appartenance à une autre catégorie7 ; inversement, la performance d’une activité liée catégoriellement par quelqu’un qui n’est pas rattachable formellement à la catégorie à laquelle elle est liée peut entraîner son rattachement à cette catégorie8. Ce ne sont pas que les activités qui peuvent être liées catégoriellement, mais toute une série de prédicats pouvant être conventionnellement imputés sur la base d’une catégorie d’appartenance donnée : droits, obligations, savoirs, attributs, compétences (Watson, 1983). Au titre de ces prédicats, l’accusation, les motifs, les causes, les justifications et les excuses. Ainsi, une attribution (contextuellement) péjorative (par exemple, « nazaréen ») à une personne pouvant être qualifiée de « victime » peut avoir pour effet de dévaloriser la catégorie (une « victime négligeable ») à laquelle l’attribut s’applique et de proposer une justification à sa victimisation (« il l’a bien cherché »). Mais l’attribution d’un prédicat discriminant par une personne « discriminable » permet l’inférence d’une motivation discriminatrice (dans notre exemple, un musulman parlant d’un « Nazaréen » ouvre l’inférence de biais confessionnel). Notons que la discrimination peut être positive ou négative, selon qu’elle vise à promouvoir sa propre exceptionnalité9 ou à désigner l’autre d’une façon que l’autre ne reconnaît pas : par exemple, les chrétiens arabes s’auto-désignent sous le nom de misîhiyyûn, c’est-à-dire « adeptes du Messie », tandis que les musulmans les exo-désignent parfois sous le terme coranique de nasrânî — pl. nasârâ —, ce qui veut dire « adeptes du Nazaréen ».

12Jayyusi (1984) a montré à quel point les catégorisations d’appartenance pouvaient procéder de manière morale et normative. Ainsi en va-t-il des préjugés et stéréotypes, dont le mode de fonctionnement est transitif, au sens où le membre d’un groupe catégoriel, alors même qu’il ne s’agit pas d’un groupe au sens d’une communauté organisée, est considéré comme le représentant de cette catégorie, est paré de ses caractéristiques et se trouve inexorablement lié, à ce titre, à ce dont elle peut faire l’objet. Dans notre forum, être qualifié de chrétien ou de musulman ou s’afficher comme tel fait de la personne le titulaire des propriétés génériques de ce groupe. Bien sûr, en théorie, il n’existe pas de relation homothétique entre un objet et l’attribut qui lui est accolé. Dire de la violence qu’elle est islamique ne signifie pas qu’elle soit exclusivement le fait des musulmans ou que tout musulman partage cette violence. Il reste toutefois que la doctrine d’une collectivité quelconque et les activités de ses membres sont ordinairement considérées comme un corpus doctrinal appartenant en propre à cette collectivité (Sharrock, 1974). En fait, l’imputation d’un attribut collectif à un corpus de savoir ou de doctrine n’est pas une question d’attribution empiriquement validée, mais bien l’établissement d’une relation de propriété. L’attribut donné au corpus n’est donc pas nécessairement un descripteur littéral de la collectivité dans laquelle ce corpus est censé exister, mais plutôt un dispositif de description (Ireton, 2000 ; Hester et Housley, 2002). On pourrait parler de texture ou de halo de pertinence descriptive (Dupret et Ferrié, 2008 ; Goode, 2007). La caractérisation islamique de la violence ouvre un champ sémantique ; elle constitue une pertinence programmatique. Ainsi, le fonctionnement de ce dispositif n’est ni mécanique ni systématique : un travail de catégorisation peut intervenir sans système catégoriel, par simple jeu de ressemblance et de texture ouverte (Wittgenstein, 1967) ; la liaison catégorielle peut aussi être un enchâssement dans la catégorie, une production de la catégorie, une pertinence catégorielle.

13La pratique communicationnelle présuppose une éthique ordinaire et se fonde sur celle-ci, qui est une éthique « naturelle » au sens où elle est constitutive de l’attitude naturelle de la vie quotidienne, tout en étant réflexivement constituée par elle. Les participants au forum d’Al-Arabiya s’appuient sur des catégories éthiques qu’ils ont en commun, même s’ils peuvent diverger quant à l’attribution de ces qualités à tel ou tel acte ou personne ou quant à la reconnaissance de leur qualité vertueuse ou pernicieuse. En même temps, cette éthique naturelle est contingente : dans le cours de tout travail descriptif et catégoriel, l’usage et l’intelligibilité des catégories sont étroitement enchâssés dans des opérations d’évaluation de pertinence, d’ordre du jour, de tâche à accomplir, de destinataire, etc. Cela apparaît dans le forum, où le dispositif dialogique et anonyme conditionne étroitement la forme que peuvent prendre les assertions et positionnements identitaires — nous reviendrons sur cet aspect. Très clairement, l’usage de catégories descriptives, ordinaires ou non, rend disponible toute une variété de trajectoires pouvant être, in situ, inférencielles, trajectoires qui sont fondées sur les différentes « caractéristiques » liées à ces catégories (en tant qu’organisations du savoir social pratique ordinaire) ou constitutives de celles-ci (comme dans l’exemple de la « violence islamique » ci-dessus). En d’autres termes, « l’intelligibilité est constituée en termes pratiques moraux » (Jayyusi, 1991 : 241. Notre traduction). Plusieurs conséquences peuvent être tirées : 

  • premièrement, que les valeurs morales sont disponibles publiquement, qu’elles sont données, manifestées, visibles, étalées et imputées sur la base des actions et discours des personnes (en ce sens, le forum est une « foire aux valeurs morales ») ; 

  • deuxièmement, que la moralité a une logique modale, par laquelle on vise le fait que, quand bien même on aurait des principes généraux, des conventions et des règles, ceux-ci ne fourniraient pas à l’avance leurs propres cas d’application dans les différents contextes d’action (il est ainsi impossible de prévoir comment le débat va se déployer moralement, même si un certain nombre de paramètres sont prévisibles : catégories identitaires, stéréotypes et activités liés à ces catégories, prises de position de principe ou positionnements contingents, etc.) ; 

  • troisièmement, que les valeurs et conventions morales ont une texture ouverte et que leurs usages et applications répondent à de multiples critères, ce qui n’est pas une preuve de désordre, mais l’indice d’un ordre pratique fait d’options multiples qui sont sans cesse réalisées, contredites, rendues pertinentes ou transformées : par exemple, le fait que s’institue un véritable dialogue, fait d’échanges entre deux ou plusieurs internautes, et dans lequel l’accusation portée par un participant est contredite, justifiée ou démontée par son destinataire (voir infra, extrait 4) ; 

    • 10  Diverses techniques concourent à la production de l’objectivité, au nombre desquelles l’intertextu (...)

    quatrièmement, que l’objectivité est une réalisation pratique des membres de la société, ce qui ne revient pas à dire qu’elle est relative, mais qu’elle procède d’un monde partagé dont la dimension partagée par tous est à la fois présumée et découverte. Il est ainsi frappant de constater qu’aucun internaute ne remet en question la réalité des incidents d’Esna ; les versions de ces incidents peuvent être multiples et contestées, mais l’objectivité même des faits n’est pas en cause (au commentaire 478, par exemple, on lit : « Non, non, les choses ne se sont pas passées comme cela — C’est moi que vous devez écouter »)10 ; 

  • cinquièmement, que l’ordre moral est une caractéristique omniprésente et constitutive de la pratique sociale, toujours disponible à la fois comme ressource et objet d’investigation, comme fondation et comme projet.

14Extrait 4 : Al-Arabiya, commentaires 373 et 399 (partim)
373 ~ Le professeur Husayn Kâmil
Confiance et sûreté l 17/12/2007 C 11:45 am (Arabie saoudite) 08:45 am (Greenwich)
Finalement tu as reconnu le danger qui menace l’Égypte, à savoir le déclenchement de la sédition entre les musulmans et les chrétiens, mais n’est-ce pas maintenant le moment de reconnaître que tu es un de ceux qui ont participé à son déclenchement par ton discours constant d’avant, adapté ou inadapté, qui prétextait des Frères musulmans (les prétendus musulmans) […] Je suis d’accord avec toi que les extrémistes musulmans et chrétiens ne trouveront le repos qu’en déclenchant la sédition, mais, nous, nous refusons les actes des extrémistes musulmans et espérons leur disparition, alors que toi, nous ne t’avons jamais vu un seul jour condamner le moindre extrémiste chrétien pourquoi ? ?????????? Je te conjure de ne pas nier l’existence de l’extrémisme chrétien, il existe […]
399 ~Au commentaire numéro 373
Husayn Kâmil l 17/12/2007 C 02:17 pm (Arabie saoudite) 11:17 am (Greenwich)
Premièrement, salutations distinguées … Deuxièmement, en réponse à tes propos ((alors que toi, nous ne t’avons jamais vu un seul jour condamner le moindre extrémiste chrétien pourquoi ???????????)) pour réponse je dirai oui je n’ai jamais attaqué un seul chrétien de toute ma vie parce que les frères chrétiens n’ont jamais causé de problème à la nation, as-tu entendu [parler] de chrétiens fondant une organisation terroriste !! as-tu entendu [parler] de chrétiens ayant entrepris des assassinats politiques comme l’assassinat d’Anwar al-Sâdât ou Rif’at al-Mahgûb, as-tu entendu [parler] de chrétiens ayant fomenté des explosions comme les explosions qui ont eu lieu à Sharm al-Shaykh ou au Khân al-Khalîlî, as-tu entendu [parler] de chrétiens entreprenant de tuer des touristes étrangers comme la boucherie de Louxor ,, mon bon monsieur, donne-moi une seule chose que les chrétiens ont entrepris pour porter préjudice à la nation ou à la société et je suis prêt à les attaquer nuit et jour mais c’est l’inverse qui est vrai et les chrétiens n’ont rien présenté d’autre à la nation que le bien, alors pourquoi les attaquer ,, […]

15Moralité et rationalité n’évoluent pas parallèlement, mais sont étroitement tributaires l’une de l’autre. Pour reconnaître le bénéfice de l’appartenance à la communauté des humains, « nous délimitons les frontières de l’appartenance rationnelle par l’usage d’un critère d’appartenance morale » (Jayyusi, 1984 : 183). Identité, causalité et motivation constituent le point de gravité de cet entremêlement de la moralité et de la rationalité. Un acte de violence sera de la sorte considéré comme « bestial » s’il ne procède pas d’une motivation raisonnable (la légitime défense, par exemple). « En décrivant les personnes, leurs actions, leurs motifs, raisons, obligations, savoir et autres choses du même genre, nous construisons nos comptes rendus en accord avec les caractéristiques substantielles et formelles d’une grammaire culturelle de possibilités » (Hester et Eglin, 1993 : 84. Notre traduction). Cette grammaire s’organise largement autour de paires, particulièrement disjonctives (Coulter, 1979 ; Jalbert, 1989). Ainsi en va-t-il, par exemple, de la paire « modéré/extrémiste ».

16Extrait 5 : Al-Arabiya, commentaire 373
373 ~ La raison, nos amis
La raison nos amis l 17/12/2007 C 2:56 am (Arabie saoudite) 11:56 am (Greenwich)
Que ce soit ici ou là-bas, nous sommes tous dans un même pays. Il y a des fondamentalistes partout. Où sont les gens raisonnables des deux côtés ?

17Choisir une partie de la paire plutôt que l’autre a des implications telles que le discours subséquent pourra être inféré et géré en conséquence. Chacune des parties de cette paire catégorielle véhicule en effet avec elle une somme de présuppositions conventionnelles, telles que « modéré → raisonnable → ouvert à la discussion → partenaire » ou « extrémiste → déraisonnable → fermé à la discussion → adversaire ». Le choix de la catégorie n’est donc pas seulement descriptif, il présuppose certains engagements en matière de croyance qui sont contradictoires, avec toutes les conséquences épistémiques qui en découlent. Dans cette perspective, il n’est pas difficile de montrer, si l’on met les notions de modéré et d’extrémiste en regard l’une de l’autre, que le rattachement à l’une ou l’autre de ces deux catégories entraîne des conséquences politiques opposées.

  • 11  Cette figure s’inspire de celle qu’a proposée Paul Jalbert (1989 : 242) dans un article sur les ca (...)

18Figure 111

MODÉRÉ                                 EXTRÉMISTE

LES DEUX ATTITUDES VISENT À RÉSOUDRE DES PROBLÈMES

TECHNIQUE = DIALOGUE                     technique = violence

PARTENAIRES                    ADVERSAIRES

COHABITATION                RÉPRESSION

19Un des traits marquants et constitutifs du forum que nous étudions procède de ce que deux collections de catégorisations s’y développent et s’y articulent l’une à l’autre : d’une part, la collection « appartenance religieuse », de l’autre, la collection « genres/sexes ». A priori, ces deux collections sont totalement indépendantes l’une de l’autre. Pourtant, il apparaît que leur combinaison constitue un point nodal du débat. En effet, c’est la relation de deux hommes chrétiens avec une femme musulmane qui est présentée comme événement déclencheur, c’est cette combinaison précise et pas une autre, comme le fait remarquer a contrario l’auteur du commentaire 401 : « Pourquoi ne pas brûler les propriétés des musulmans, considérant que des millions de musulmans partout dans le monde pratiquent le sexe avec des chrétiennes ? » Prises isolément, les deux collections, les paires qui en relèvent et les activités qui y sont catégoriellement liées procèdent sur fond prototypique : d’un côté, la sexualité morale est fondée sur l’association asymétrique d’un homme-autorité et d’une femme-vertu, de l’autre, l’Égypte est conçue, de manière également asymétrique, comme une société à majorité musulmane tolérant sa minorité chrétienne. Ces deux collections peuvent aussi être combinées. La paire homme-femme de la collection « genre/sexe » fait alors l’objet d’une translation homothétique sur la paire musulman-chrétien de la collection « appartenance religieuse ». La combinaison de ces deux collections de paires asymétriques, que l’on retrouve en droit islamique, produit un nouveau schème de normalité où un homme musulman peut avoir des relations sexuelles avec une femme chrétienne, mais non le contraire. Dans pareil schème, toute inversion de la relation produit une incongruité (les relations sexuelles d’une musulmane avec des chrétiens) qui appelle réparation (la sanction des fautifs ou la contestation du récit).

L’identité occasionnée : le profilage dans l’anonymat

20On ne saurait trop insister sur le fait que l’identité n’est pas seulement un objet de thématisation des discussions sur un forum, mais qu’elle appartient aussi aux éléments constitutifs de l’activité virtuelle elle-même. L’identité s’affiche continuellement, « sans temps mort », dirait Harold Garfinkel (2002). À cet égard, les usages du nom, de l’intitulé du commentaire, des termes d’adresse et de l’anonymat sont particulièrement remarquables (extrait 6).

21Extrait 6 : Al-Arabiya, intitulé et identifiant des commentaires 36 à 44
36 ~ Non au terrorisme (cf. 15)
La justice l 16/12/2007 C 06:11 pm (Arabie saoudite) 03:11 pm (Greenwich)
37 ~ Honte (‘îb) ceci n’est pas l’islam
Un musulman l 16/12/2007 C 06:13 pm (Arabie saoudite) 03:13 pm (Greenwich)
38 ~ !!!!!!!
Lion l 16/12/2007 C 06:13 pm (Arabie saoudite) 03:13 pm (Greenwich)
39 ~ Une prostituée
BH l 16/12/2007 C 06:13 pm (Arabie saoudite) 03:13 pm (Greenwich)
40 ~ Au généreux peuple égyptien
Citoyen égyptien l 16/12/2007 C 06:15 pm (Arabie saoudite) 03:15 pm (Greenwich)
41 ~ Une action honteuse
Sâkû l 16/12/2007 C 06:15 pm (Arabie saoudite) 03:15 pm (Greenwich)
42 ~ [Sans-Titre]
Arriérés l 16/12/2007 C 06:19 pm (Arabie saoudite) 03:19 pm (Greenwich)
43 ~ Une grande arriération
Sufyân al-Amawî l 16/12/2007 C 06:17 pm (Arabie saoudite) 03:17 pm (Greenwich)
44 ~ Craignez Dieu
Ange (Malâk) l 16/12/2007 C 06:19 pm (Arabie saoudite) 03:19 pm (Greenwich)

22Un formulaire placé à la suite du dernier commentaire offre aux participants la possibilité de donner un titre à leur commentaire. Cette faculté est utilisée par les internautes de manières fort diverses. Il arrive d’abord que le commentateur n’intitule pas son envoi (commentaire 42, extrait 6). Dans l’immense majorité des cas, cependant, le message est précédé d’un titre dont la fonction varie. Il peut s’agir de caractériser ou de résumer le contenu du commentaire (extrait 7), que ce soit en faisant des événements la conséquence de la malveillance des Coptes de l’émigration, en dénonçant les événements comme une honte ou en imputant la responsabilité à l’islam et aux musulmans.

23Extrait 7 : Al-Arabiya, titre des commentaires 137 à 140
137 ~Les conséquences des Coptes de l’émigration
138 ~Shame
139 ~Moi aussi, sans commentaire
140 ~L’islam et les musulmans ????????

24Les titres sont surtout un mode d’interpellation, une technique d’adressage. L’espace du titre est privilégié par les participants pour convoquer des audiences, externes ou internes au forum, auxquelles est explicitement destiné le message du commentaire. Parmi les audiences externes (extrait 8), on retrouve des actants institutionnels, tels que le président de la République, le gouverneur de Qinâ ou le gouvernement, ou des actants collectifs comme « le généreux peuple d’Égypte », « les hommes de religion chrétiens et musulmans », les « jeunes » ou, plus prosaïquement, « les gens ». Par ce travail d’adressage, les titres jouent un rôle fondamental dans le profilage moral auquel s’adonnent les internautes.

25Extrait 8 : Al-Arabiya, titre des commentaires, audiences externes
40 : Au généreux peuple d’Égypte
66 : Nazaréens, vous n’avez plus de place
76 : Aux frères chrétiens  
82 : Mon Dieu, protégez l’Égypte, la mère du monde
135 : Aux hommes de religion musulmans et chrétiens
152 : Appel (nadâ’) à monsieur le gouverneur
174 : Les jeunes, raisonnez-vous
240 : Gouvernement d’Égypte, nous voulons nos droits
325 : À ceux qui nient la discrimination [contre] les coptes
328 : Appel à Monsieur le président de la République
341 : Ô gens
369 : Des hommes, par Dieu ! Hé, les Sa’îda [gens de Haute-Égypte], vous me rassurez

26Quant à l’interpellation d’audiences internes au forum (extrait 9), elle procède des usages de la dénomination, ce qui est parfois désigné sous le terme de taxème, à savoir un marqueur de relation. Ce marqueur établit généralement une relation de personne à personne, mais il peut aussi renvoyer à d’autres formes de paire relationnelle : insulteur-insulté (commentaires 132 et 365), dragueur-draguée (commentaire 407), commentateur-commenté (commentaire 136), etc.

27Extrait 9 : Al-Arabiya, titre des commentaires, audiences internes
32 : À Husayn Kâmil
47 : Au numéro 1 qui se fait appeler Koweïtien droit
132 : La ferme, Haydar, [espèce] de clown (argûzî)
136 : À celui qui décrit les nazaréens comme s’ils étaient les frères chrétiens
243 : Au débile de Hasan Fannân
355 : Au Jordanien incomparable numéro 68
365 : À l’idiot de Samîr
407 : À Ghâda (jolie) Belgique
466 : Aux frères Husayn Kâmil et Muhammad le droit ----

28On le sait, le formulaire de rédaction d’un commentaire offre la possibilité, non contraignante, de mentionner un nom qui apparaîtra, sur la page de publication, après le titre et devant le commentaire lui-même. L’usage du nom n’est pas réglementé, ce qui permet aux participants de faire preuve de créativité. Il arrive qu’aucun nom ne soit mentionné. Certains noms ressemblent à des noms propres et se présentent donc comme plausibles, bien qu’aucune certitude ne puisse jamais être acquise. Que dire, en effet, d’un participant se présentant comme « Jean Dupont » ou « Husayn Kâmil » ? Ces noms sont crédibles, mais ils peuvent également servir à s’afficher comme « Monsieur tout le monde ». Le plus souvent, toutefois, le choix s’oriente résolument vers une appellation tenant lieu de nom, un pseudonyme. On peut ici parler d’identité occasionnée pour souligner le fait que « les caractéristiques des activités organisées socialement sont des réalisations particulières et contingentes du travail de production et de reconnaissance des participants à l’activité » en cours (Zimmerman et Pollner, 1971 : 94. Notre traduction). Autrement dit, l’identité est produite aux fins propres du forum de discussion.

29Une identité occasionnée n’est pas équivalente à une absence d’identité. Il s’agit plutôt d’une identité exclusivement réservée à un contexte particulier (Abdallah, 2008). Cela peut prendre différentes formes : un anonymat plus ou moins revendiqué (comme au commentaire 492, où il n’y a pas du tout d’identifiant), une activité liée au contexte du forum (« Dialogueur », « Commentateur », « Iraquien observateur »), une profession ou une activité réelle ou supposée (« Commerçant jordanien », « Expert politique », « Ancien terroriste », « L’avocat », « Penseur », « Académicien — Non, frères de l’Égypte victorieuse !!! » ), un patronyme célèbre en Égypte (l’acteur « ’Âdil Imâm ») ou encore une qualité ou un état (« En méditation », « Citoyen zélé », « Tolérant », « Dégoûté », « Nunâ l’extravagante »). Parfois, nom et intitulé se confondent ou intervertissent leur place.

30Souvent, l’identité occasionnée par le forum comporte un référent géographique (par exemple, « Ibrâhîm le Suédois », « Égyptienne un point c’est tout », « Le Sa’îdî », « Un Égyptien fils d’Égyptien », « L’Authentique Iraquien » « Un jeune syrien », « Saoudien éclairé », « Abû Hind le Palestinien » « Izâd du Kurdistan »), ce qui indubitablement traduit la volonté de mettre le commentaire en perspective, de lui donner un footing (Goffman, 1981). Pas moins de 60 participants se placent ainsi explicitement sur un pied spatial. Ce faisant, l’internaute précise d’une certaine façon d’où il parle, ce qui ouvre la possibilité d’inférences morales. Parler de soi en tant qu’« Ibrâhîm le Suédois » juxtapose un prénom musulman et une résidence en Suède, et donc l’appartenance à une communauté émigrée dont le regard peut être présenté et perçu comme « décalé ». À l’inverse, se déclarer « citoyen d’Esna » permet non seulement de s’arroger les droits et devoirs catégoriellement liés à la citoyenneté, mais également de se présenter en tant que source digne de confiance par la simple vertu d’une appartenance au lieu des faits en cause (et donc un statut de quasi-témoin). Plus généralement, se présenter comme « égyptien » enclenche le système catégoriel de l’appartenance nationale, avec toutes les conséquences que cela peut avoir pour ce qui est de l’amour, des attentes, des déceptions, tandis que se présenter comme saoudien ou jordanien ouvre la porte à d’autres activités liées catégoriellement, comme celles d’admirer, de mépriser ou de tourner au ridicule le comportement ou la mentalité de celui dont on met en avant l’altérité.

31Le footing identitaire peut aussi être religieux (par exemple, « Un musulman zélé qui aime sa patrie », « Chrétienne et j’en suis fière », « Un Égyptien chrétien », « Musulmane en toute fierté », « Une fille copte », « Musulman neutre », « Une musulmane du Golfe qui aime les Gens du Livre »). Certains intervenants cherchent même à lever l’ambiguïté qui risque d’affecter leur identification confessionnelle, comme dans le cas d’une femme portant un prénom commun aux deux communautés (« Nâdya (musulmane) »). Ici aussi, il s’agit de mettre en place un dispositif de catégorisations d’appartenance et, entre autres, une collection de paires relationnelles conjonctives (musulman/musulman, chrétien/chrétien) ou disjonctives (musulman/chrétien, orthodoxe/déviant). Se définir comme musulman ou chrétien permet en effet d’engager un mécanisme d’appartenance à une même communauté religieuse, sur la base de laquelle il est possible d’exprimer la solidarité ou de formuler un conseil amical. Cela permet aussi, à l’inverse, de se contre-positionner par rapport à la communauté présentée comme antagoniste, qu’il s’agisse de l’autre confession religieuse ou de la tendance erronée au sein de sa propre confession. Dans le cas d’« Une musulmane du Golfe qui aime les Gens du Livre », l’identification est contrastive, en ce sens qu’à l’affirmation d’une religiosité publiquement affichée, d’autant plus respectueuse de la normativité prédominante qu’elle est associée à un référent géographique qui lui est directement lié, fait pendant une proposition relative permettant d’induire l’opposition, la restriction ou la nuance. Il s’agit ici de laisser entendre, avant même le message dont le contenu viendra expliciter ce positionnement, que l’observation des règles religieuses ne justifie pas le sectarisme, voire qu’elle s’y oppose résolument.

32L’identification permet donc aussi de préfacer un commentaire et d’ouvrir un éventail d’actions discursives liées catégoriellement, c’est-à-dire qu’elles semblent découler naturellement de la sélection du répertoire argumentatif ou du dispositif catégoriel. D’une certaine façon, s’attribuer une identité constitue le premier pas d’un mouvement dialogique. C’est en effet au commentaire d’une personne désignée par son nom d’occasion qu’un autre participant va éventuellement répondre. Dans ce cas, il mentionnera à qui son message s’adresse. Il peut arriver qu’il le fasse en requalifiant, contestant ou falsifiant l’identité du participant auquel il entend répondre. Ainsi, l’auteur du commentaire 48 (extrait 3), qui se donne pour pseudonyme « Pas agréable », répond à l’auteur du commentaire 3, signé du prénom de « Hasan », en le requalifiant de « chiite mariné dans la mélasse ». Dans un autre débat, un dénommé « Mustafâ Muhammad » répond à un dénommé « Muhammad le Droit (al-mu’tadil) » en l’appelant « Muhammad le Tordu (al-mu’awwaj) ». Cette requalification peut même s’accompagner de l’imputation d’un prénom connoté confessionnellement, voire de la dénégation de l’identité affichée par autrui (par exemple, on trouve, en réponse à « Hasan Fannân », identification pouvant correspondre à un nom propre aussi bien qu’elle peut signifier « Bon Artiste », des interpellations du genre « Au dénommé (al-mad’û) pas Hasan/Bon (lâ hasan) pas Fannân/Artiste (lâ fannân) »).

  • 12  Il est extrêmement intéressant, à cet égard, de noter que le forum d’Al-Arabiya a depuis lors mis (...)

33Bien qu’elle y vise partiellement, l’identité occasionnée n’est pas synonyme d’anonymat. Si tel était le cas, aucun dialogue ne serait jamais possible. En fait, chaque intervention est individualisée, par son numéro, son intitulé et le nom que son auteur s’auto-attribue, ce qui permet de répondre, d’interpeller, de débattre, d’argumenter (voir, en partie, extrait 4). On voudra pour preuve de l’existence d’une identité virtuelle certains conflits portant sur une usurpation de nom (extrait 10), où une personne, en adressant son commentaire « À la fausse Nûr al-Hudâ » (appellation qui peut correspondre à un nom propre aussi bien qu’à l’appellation « Lumière de la Bonne Voie ») et en le signant « La vraie Nûr al-Hudâ », non seulement lui dénie les qualités énoncées dans le pseudonyme (« tu n’es ni Lumière ni Bonne Voie, tu es au plus Obscurité de l’Égarement »), mais aussi attribue une intention à cette usurpation (« l’histoire de l’intrusion des chrétiens sous des noms islamiques et des noms du Golfe [arabique], qui tentent d’utiliser aussi des expressions du Golfe pour rester convaincants et faire parvenir le message que tous les Arabes sont solidaires »)12.

34Extrait 10 : Al-Arabiya, titre et références du commentaire 378
378 ~À la fausse Nûr al-Hudâ
La vraie Nûr al-Hudâ l 17/12/2007 (g) 12:15pm (KSA) 09:15am (GMT)

35Il n’en demeure pas moins que l’identité occasionnée présente plusieurs des caractéristiques de l’anonymat. Ainsi, elle relâche considérablement les exigences de contenu et facilite le recours à la diatribe et à l’insulte (extrait 11). Elle laisse également le choix aux internautes de lire ou de ne pas lire l’information principale et les commentaires précédents, de tenir compte de leur contenu ou d’en ignorer la teneur, de saisir les possibilités dialogiques qui s’offrent ou de les décliner. Alors que, dans des situations de face à face ou quand les identités sont connues, le choix de répondre ou de ne pas répondre est moralement implicatif, le cadre anonyme du forum de discussion provoque une sorte de neutralisation morale de la façon de s’exprimer et de la nécessité de s’en justifier.

36Extrait 11 : Al-Arabiya, commentaire 99
99 ~Toutes ces calamités en Égypte
L’Égypte, mère de l’ignorance et non pas mère du monde l 16/12/2007 C 07:16 pm (Arabie saoudite) 04:16 pm (Greenwich)

37Non, et les Égyptiens nous refont le film de l’otage et de ceux qui aiment leur pays, l’Égypte, mère du monde. Partez, Égyptiens, bande d’ignorants sans mère du monde et sans la mère de l’autre [monde] Vous êtes au sommet de la corruption et de l’attardement, même dans vos films et vos chansons

  • 13  Sur les forums francophones, on utilise le terme pseudo, auquel on peut ajouter un identifiant vis (...)

38Que l’identifiant renvoie à un nom d’état civil — dont on ne peut évidemment pas vérifier l’exactitude —, à un pseudonyme, à une qualité ou à toute autre chose, c’est la déconnexion des espaces virtuel et matériel qui s’impose, avec pour conséquence principale que les commentateurs n’ont pas, en dehors de l’espace du forum, à rendre de comptes pour les propos qu’ils ont tenus. Nous parlons d’absence d’imputabilité de l’espace virtuel dans l’espace matériel ou, plus exactement, d’impossibilité de rabattre l’imputabilité du premier sur celle du second13. Le fait qu’une adresse électronique soit rarement mentionnée (seulement 17 occurrences) montre que les internautes souhaitent confiner la responsabilité de leurs propos à l’espace du forum, tout comme le fait qu’ils attribuent à celui-ci une qualité d’espace public dont ils peuvent éventuellement chercher à se soustraire au moyen d’une poursuite individualisée des échanges. Remarquons aussi qu’en confinant la responsabilité de leurs propos, les internautes en organisent le plausible déni (Lynch et Bogen, 1996) : déni moral et juridique (ne pas être l’auteur des propos tenus dans le forum) ou déni de genre (affirmer que les propos relèvent du genre ludique et doivent être tenus pour une plaisanterie, c’est-à-dire une falsification de ce que l’on pense vraiment).

Conclusion

39Dans cet article, nous avons analysé, à partir d’un espace de discussion particulier et de sa structure d’intelligibilité, le travail des catégorisations mobilisées par les intervenants pour parler de religion, de genre, de violence et d’identité.

40Certains considéreront peut-être, au terme de ce parcours, que la dimension sémantique des interventions sur ce forum a échappé à l’analyse. Pour nos critiques, la question demeurerait de savoir à quels schèmes discursifs et culturels les participants ont recours, des schèmes de justification qui ne sont pas simplement le produit du moment, mais renvoient à un savoir normatif qui le précède. De notre point de vue, on peut indubitablement s’interroger sur l’arrière-plan de compréhension sur lequel s’appuient ces stéréotypes et ces imputations catégorielles. Il existe certainement une sorte de réservoir de « biens culturels » où les participants peuvent, dans le contexte propre au forum, puiser librement, d’une manière solidaire — ils en disposent communément — mais pas nécessairement consensuelle — ils peuvent diverger sur leur signification et les conséquences à en tirer. De ce point de vue, l’idée que l’Égypte serait un État islamique, c’est-à-dire un État où, de droit, les musulmans domineraient et les chrétiens seraient assujettis, offre, à de nombreux endroits du forum, un socle d’intelligibilité aux commentaires.

41Toujours dans cette perspective, il serait tentant de définir les formes de raisonnement et le substrat justificatif sous-jacents aux interventions sur ce forum. En s’inspirant du travail de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), on pourrait ainsi trouver, dans le statut coranique des minorités religieuses (dhimma) ou dans l’organisation communautaire ottomane (millet), les cités « arabo-musulmanes » de la vie en commun. Nous nous démarquons toutefois de cette approche, à notre sens fortement réductrice de la multitude des éléments de pertinence sollicités par les intervenants, en un seul et même moment, dans un seul et même monde, dans des socio-logiques de raisonnement et d’intervention inextricablement emmêlées, versatiles et réactives à leur lieu de production. Adopter cette démarche reviendrait à figer culturellement et à formaliser structurellement et fonctionnellement des modes éminemment contingents de participation à la discussion, là où l’usage de ressources disponibles ne se confond pas avec l’inscription déterministe dans des schèmes de justification préétablis. L’exploitation d’un fonds culturel de justification peut être attestée, mais elle ne préjuge en rien des usages contextuellement contraints qui peuvent en être faits, ni même de leur signification, parce que celle-ci n’échappe jamais aux circonstances ponctuelles de son émergence.

42En somme, nous tenons que la culture et les identités qui lui sont attachées ne correspondent pas à un ensemble d’invariants. Nous nous opposons donc à Clifford Geertz, quand il affirme qu’il en va sans doute des civilisations comme des êtres humains : 

[…] si grands soient les changements qu’elles connaissent par la suite, les traits fondamentaux de leur caractère, on pourrait dire la structure des possibles entre lesquels elles continueront toujours à évoluer, se décident dès cette période de malléabilité où elles se sont d’abord formées (1992 : 24).

43Tout au contraire, nous considérons que la culture et les identités correspondent à une toile plus ou moins lâchement tissée de fils qu’il est possible de tirer un par un, mais dont la trame générale et la signification ne peuvent être saisies que dans le contexte de leur usage.

Haut de page

Bibliographie

ABDALLAH, Sebastian (2008), « Chatter online à Beyrouth : les sites d’une construction identitaire occasionnée » dans B. DUPRET et J.N. FERRIÉ (dir.), Médias, guerres et identités. Les pratiques communicationnelles de l’appartenance politique, ethnique et religieuse, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 168-197.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

COULTER, Jeff (1979), « Beliefs and practical understanding » dans G. PSATHAS (dir.), Everyday Language, New York, Irvington Publishers, Inc., p. 163-186.

COULTER, Jeff (1989), Mind In Action, Atlantic Highlands (NJ), Humanities Press International.

DUPRET, Baudouin et Jean-Noël FERRIÉ (2008), « Le public qu’on se prête : trois chaînes arabes et leur <présentation de soi> » dans B. DUPRET et J.N. FERRIÉ, Médias, guerres et identités. Les pratiques communicationnelles de l’appartenance politique, ethnique et religieuse, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 62-87.

DUPRET, Baudouin, Enrique KLAUS et Zouhair GHAZZAL (à paraître), « Commenter l’actualité sur Internet : la structure d’intelligibilité d’un forum de discussion arabe », Réseaux.

GARFINKEL, Harold (2002), Ethnomethodology’s Program: Working Out Durkheim’s Aphorism,edited and introduced by Anne WARFIELD RAWLS, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

GEERTZ, Clifford (1992), Observer l’islam. Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte.

GOFFMAN, Erving (1981), Forms of Talk, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

GOODE, David (2007), Playing with My Dog Katie: An Ethnomethodological Study of Dog-Human Interaction, West Lafayette (IN), Purdue University Press.

HESTER, Stephen et Peter EGLIN (1997), « Membership categorization analysis: An introduction » dans Stephen HESTER et Peter EGLIN (dir.), Culture in Action: Studies in Membership Categorization Analysis, Washington, DC, University Press of America, p. 1-23.

HESTER, Stephen et William HOUSLEY (2002), « Introduction: Ethnomethodology and national identity » dans Stephen HESTER et William HOUSLEY (dir.), Language, Interaction and National Identity: Studies in the Social Organisation of National Identity in Talk-in-interaction,Aldershot, Ashgate, p. 1-15.

IRETON, François (2000), « À propos de la (re)production d’une identité <sa’idi> » dans Chr. DÉCOBERT (dir.), Valeur et distance. Identités et sociétés en Égypte, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 319-357.

JALBERT, Paul L. (1989), « Categorization and beliefs: News accounts of Haitian and Cuban refugees » dans D.T. HELM, W.T. ANDERSON, A.J. MEEHAN et A.W. RAWLS (dir.), The Interactional Order: New Directions in the Study of Social Order, New York, Irvington Publishers, Inc., p. 231-248.

JAYYUSI, Lena (1984), Categorization and the Moral Order, Boston, Routledge and Kegan Paul.

JAYYUSI, Lena (1991), « The equivocal text and the objective world: An ethnomethodological analysis of a news report », Continuum: The Australian Journal of Media & Culture, 5(1), p. 166-90.

LYNCH, Michael et David BOGEN (1996), The Spectacle of History: Speech, Text, and Memory at the Iran-contra Hearings, Durham, Duke University Press.

SACKS, Harvey (1972), « On the analysability of stories by children » dans J.J. GUMPERZ et D. HYMES (dir.), Directions in Sociolinguistics: The Ethnography of Communication, New York, Holt, Rinehart & Winston; reproduit dans R. TURNER (1974), Ethnomethodology. Selected Readings, Middlesex, Baltimore, Victoria, Penguin Education, p. 216-232.

SACKS, Harvey (1995), Lectures on Conversation, 1-2, Oxford, Blackwell.

SAND, Shlomo (2008), Comment le peuple juif fut inventé, Paris, Fayard.

SHARROCK, Wes (1974), « On owning knowledge » dans Roy TURNER (dir.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books Ltd., p. 197-215.

WATSON, Rod (1983), « The presentation of victim and motive in discourse: The case of police interrogations and interviews », Victimology, 8(1), p. 31-52.

WATSON, Rod (2003), « Identities and the production of moral profiles ». Texte non publié.

WITTGENSTEIN, Ludwig (1967), Investigations philosophiques, traduction de P. Klossowski, Paris, Gallimard.

ZIMMERMAN, Don H. et Melvin POLLNER (1971), « The everyday world as a phenomenon » dans J.D. DOUGLAS (dir.), Understanding Everyday Life: Towards the Reconstruction of Sociological Knowledge, London, Routledge and Kegan Paul, p. 80-103.

Haut de page

Notes

1  Par « normalement », on entend que le fait de ne pas respecter ce critère risque de provoquer une situation d’incongruité qu’il conviendra généralement de réparer en lui trouvant une explication ou une justification.

2 C’est le fameux exemple de Sacks (1972) : « The baby cried, the mommy picked it up. » « Baby » peut appartenir au système « famille » comme au système « âge de la vie » ; « mommy » peut appartenir au système « famille » comme au système « genre/sexe » ; que « baby » et « mommy » appartiennent au même système « famille » entraîne la possibilité de considérer que c’est à ce système commun que le locuteur a recours en associant les deux. Dans ce même extrait de notre corpus, Ahmad pourrait être qualifié de prénom usuel aussi bien que de prénom caractéristique chez les musulmans, tandis que Girgis pourrait être qualifié de prénom arabe aussi bien que de prénom caractéristique chez les chrétiens d’Égypte. Le fait qu’ils soient utilisés synchroniquement permet de les entendre comme relevant tous deux du système « prénoms caractéristiques dans les confessions religieuses » (voir extrait 2, commentaire 142).

3  Dans l’exemple de Sacks, « crying » peut être tenu pour lié à la catégorie « baby » en tant qu’élément de la collection « âge de la vie » plutôt que de la collection « famille » (même si la deuxième possibilité n’est pas exclue). Au commentaire 140 de l’extrait 2, l’action d’aller « au jihâd » est tenue pour liée à la catégorie « islam ».

4  L’astérisque indique que, dans le document original, le mot auquel il est apposé comporte une faute de frappe et/ou d’orthographe.

5  Par exemple, les catégories « baby » et « mommy » appartiennent au système « famille » ; l’organisation duplicative de ce système permet de comprendre que les deux catégories ne relèvent pas seulement du système « famille », mais également de l’unité systémique « même famille ». Il en va de même d’Ahmad et de Girgis, dont on comprend qu’ils ne sont pas seulement des prénoms types, mais aussi qu’ils sont les prénoms types de la même terre de Canaan (commentaire 142, extrait 2).

6  Par exemple, la catégorie « baby » et l’activité « cried » se sélectionnent mutuellement, alors que la catégorie « young male » et l’activité « cried » ou la catégorie « baby » et l’activité « shed tears » ne le font pas. Dans notre corpus, la catégorie « musulman » et l’activité d’aller « au jihâd » sont cosélectionnées (commentaire 140, extrait 2).

7 Par exemple : « You see, he’s not crying! He’s no longer a baby; he’s a big boy now! ». Dans notre corpus, désassocier islam et violence permet d’inférer la nature morale (la vertu de la fille) ou politique (la responsabilité du gouvernement) des événements, en lieu et place de leur confessionnalité.

8 Par exemple : « Stop moaning about the accident ! You’re just a big baby », à propos d’un adulte. Dans notre corpus, extrait 4, commentaire 48, tenir de pareils propos pour quelqu’un qui prétend être musulman conduit à le rattacher à une autre catégorie — une catégorie tenue pour déviante en l’espèce : un chiite.

9  C’est le cas de l’exceptionnalité juive bien documentée par Shlomo Sand (2008).

10  Diverses techniques concourent à la production de l’objectivité, au nombre desquelles l’intertextualité qui, par l’adjonction d’une référence extérieure (un verset coranique, un article de presse, un proverbe), procure à une narration un soutien d’apparence neutre et détachée.

11  Cette figure s’inspire de celle qu’a proposée Paul Jalbert (1989 : 242) dans un article sur les catégories à l’œuvre en matière de politique d’asile.

12  Il est extrêmement intéressant, à cet égard, de noter que le forum d’Al-Arabiya a depuis lors mis en place un système de sécurisation des pseudonymes, de telle sorte qu’il est aujourd’hui possible de s’identifier dans cet espace de manière individuelle et exclusive.

13  Sur les forums francophones, on utilise le terme pseudo, auquel on peut ajouter un identifiant visuel appelé avatar (on pourrait également parler de « lieu-tenant » virtuel) pour séparer les dimensions virtuelle et matérielle de l’imputabilité. Certains sites arabes utilisent l’expression « nom d’emprunt » (ism musta’âr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal, « L’identité occasionnée sur Internet », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/1820 ; DOI : 10.4000/communication.1820

Haut de page

Auteurs

Baudouin Dupret

Baudouin Dupret est directeur du Centre Jacques-Berque de Rabat (CJB), un centre de recherche du CNRS et du ministère français des Affaires étrangères. Courriel : baudouin.dupret@cjb.ma.

Enrique Klaus

Enrique Klaus est chercheur associé au Centre Jacques-Berque de Rabat (CJB), un centre de recherche du CNRS et du ministère français des Affaires étrangères. Courriel : enrique.klaus@cjb.ma.

Zouhair Ghazzal

Zouhair Ghazzal est professeur au Département d’histoire de l’Université de Chicago. Courriel : zghazza@luc.edu.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org