Navigation – Plan du site
Articles

L’intégration du théâtre forum et son prolongement audiovisuel dans le processus communicationnel interne de sensibilisation au développement durable et d’appropriation de cette notion chez les salariés d’une organisation

Franck Debos, Natacha Cyrulnik, Francine Boillot et Céline Lacroix

Résumés

Le développement durable revêt une dimension centrale au sein du management et de la communication d’une organisation. Cet article s’intéresse à l’appropriation par les salariés de la notion de développement durablemais également à leur processus d’engagement à ce niveau. Les résultats d’un projet de recherche-action mené auprès d’un échantillon d’employés du CHU de l’Archet à Nice et du réseau Agora Energy donnent à penser que même si le théâtre forum n’est pas un outil de sensibilisation au développement durable auxquels pensent naturellement les répondants, après une première expérience, il suscite l’adhésion parce qu’il permet d’exprimer des sentiments et d’avoir un comportement hors cadre, hors norme qui facilite l’appropriation de notions tel le développement durable.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement durable semble participer à un mouvement de fond des sociétés qui peut être défini par un certain déplacement des pratiques démocratiques, soit vers une participation et un engagement plus directs des individus à la gestion des sociétés (Ducroux, 2003), soit vers une nouvelle forme de gouvernance (Brodhag, 2003). Dans un univers de plus en plus mondialisé, les problématiques environnementales économiques et sociales liées au développement durable et inspirées par une culture humaniste interrogent les citoyens que nous sommes sur nos pratiques, sur notre responsabilité tant individuelle que collective, ainsi que sur notre appartenance à une nouvelle citoyenneté planétaire (Aubertinet Vivien, 2007).

2Le développement durable appelle ainsi de nouvelles formes de communication et de nouvelles pratiques de médiation. Celles-ci assurent dans l’espace public — l’appropriation singulière par leurs lecteurs ou leurs usagers d’une manière générale — des informations qui constituent la culture collective caractéristique d’une identité, d’un groupe social ou d’un pays, à un certain moment de son histoire. Car, si la communication exerce une fonction de médiation dans l’espace social, c’est qu’elle organise et structure les expressions des appartenances dont les acteurs sociaux se réclament dans cet espace. Les questions liées au développement durable et à l’écocitoyenneté (Roesch, 2003) apparaissent ainsi au cœur des questions de sociabilité et de médiation culturelle que couvre le champ de recherche des sciences de l’information et de la communication.

3Notre point de départ est que l’organisation s’affirme écocitoyenne, revendiquant même un rôle d’animateur de territoire, facteur d’innovation et de changement dans le domaine professionnel mais aussi privé (De Backer, 1998 ; Cohen-Bacrie, 2006). Cela oblige ainsi le dirigeant à considérer sa responsabilité et ses objectifs comme un arbitrage permanent entre les intérêts et les objectifs des groupes et des individus, qui sont ou se sentent directement ou même indirectement touchés par sa structure. Si l’organisation est au centre d’intérêts divers, ne peut-on pas imaginer qu’elle puisse aussi être un lieu idéal d’échanges de conceptions, un lieu de négociation sur les valeurs du développement durable (Laville, 2009) ?

4La prise en compte du développement durable dans les organisations implique la mise en place de façon concomitante de techniques préétablies (tableaux de bord, démarche qualité, traçabilité, labellisation, etc.) ainsi que de modèles managériaux participatifs comme la gouvernance, la démocratie participative, l’observance, la logique de projet, la coopération transversale avec les acteurs environnementaux, la concertation, etc. (van Cuyck, 2005 ; Reynaud et al., 2006).

5Il semblerait que le théâtre forum appliqué à l’éducation à l’environnement soit un outil efficace par ses côtés ludique et interactif pour évaluer l’appropriation du concept de développement durablechez les employés en situation professionnelle et personnelle et leur désir d’intégrer et de mettre en place des actions concrètes dans ce domaine.

6Créé par le député et metteur en scène brésilien Augusto Boal (2004), le théâtre forum se veut une forme d’éducation active, participative, esthétique, horizontale et réflexive particulièrement adaptée à la mise en œuvre d’une dynamique de changement ou de résolution individuelle et collective de problèmes complexes. De fait, le théâtre forum n’est pas un théâtre spectacle. Non seulement il traite de sujets qui touchent concrètement et directement le public, mais aussi il fait intervenir le public dans la création elle-même et dans son déroulement.

7Il vise essentiellement à :

  • aider le spectateur (être passif, dépositaire, réceptif) à se transformer, à ne pas se contenter de réfléchir sur le passé mais à préparer le futur ;

  • augmenter le désir de transformer la réalité (le vouloir faire et le pouvoir faire) ;

  • aboutir à la construction d’un modèle d’action future (d’où l’importance de choisir des thèmes réels, vrais, urgents, proches des citoyens) ;

  • favoriser l’accès à la création et à l’éducation esthétique dans lesquelles la parole, l’image, le son, le mouvement et l’éthique contribuent à donner du sens aux actions individuelles et collectives.

8Comme l’énonce Boal, le théâtre forum cherche à « transformer le spectateur en protagoniste d’action théâtrale et, par cette transformation, de tenter de modifier la société et non de se contenter de l’interpréter » (2004 : 18).

9La mise en place d’un « théâtre forum écocitoyen » est intéressante du point de vue de la nouveauté, mais aussi de celui de la pertinence, car la transposition du théâtre forum à l’écocitoyenneté semble ouvrir de larges possibilités. Et c’est ce que nous avons cherché à analyser au cours de cette recherche : pourquoi et en quoi ses particularités lui permettent d’être ou non un dispositif adapté de communication éducative écocitoyenne ? Quels sont ses limites et ses atouts en regard d’autres pratiques plus habituelles comme l’atelier-débat ? Comment optimiser son utilisation ?

10En aval de cette démarche, nous avons réalisé un film documentaire à partir de saynètes du théâtre forum écocitoyen « en train de se jouer » qui a d’abord été une méthode de captation de matériau, puis une création documentaire. Par la suite, le film projeté devant les ex-participants est devenu en lui-même un nouveau dispositif de conscientisation, prolongeant et optimisant le théâtre forum lui-même. Notre dynamique de recherche évolutive est ainsi confrontée à la mise en images, en mouvement et en paroles de théâtre, mesurée également aux pratiques éducatives et d’animation, aux capacités d’acceptation et de transformation du contexte partenarial dans un espace de dialogue ouvert où chaque acteur est conscient des clarifications, des éclaircissements de sens qu’il a su s’imposer, dans une ambition commune de construction du savoir.

11Sur le plan méthodologique, en plus du théâtre forum et du film documentaire, nous avons utilisé des outils d’études quantitatives (enquêtes pré et post-théâtre forum, test de profil « Développement durable ») par l’intermédiaire d’Internet ainsi que des techniques qualitatives (focus group et observation participante). Le terrain de cette recherche concerne deux organisations : le CHU l’Archet à Nice (temps fort de l’étude : du 26 au 29 juin 2007) et le réseau Agora Energy à Sophia-Antipolis (deux temps forts : le 12 juin 2007 et le 10 juin 2008). L’association Agora Energy correspond à une catégorie de public déjà sensibilisé au développement durable (public expert) et le personnel du CHU l’Archet démarre une approche de sensibilisation à ce sujet et, de ce fait, peut être moins sensible à un outil novateur (public néophyte). De plus, durant toute l’activité de recherche, nous avons effectué une veille informationnelle auprès de différentes sources d’information comme Internet (sites et newsletters consacrés spécialement au développement durable comme Novethic.fr, le blogue de la conscience énergétique ou encore la newsletter de MEDPAN), la presse hebdomadaire économique locale, la presse spécialisée, des conférences et salons. Ces activités sont à intégrer parmi les outils utilisés dans cette recherche.

12Dans une première partie, nous présenterons en quoi le développement durable revêt une dimension centrale sur les plans du management et de la communication de l’organisation, et ce, notamment dans les particularités des terrains d’action de notre recherche. Nous déterminerons les différentes stratégies d’approche et d’intégration du développement durable par les organisations et les contraintes qui en découlent. Ce développement théorique permettra d’élaborer un cadre d’analyse pour mieux comprendre notre démarche quant au choix des organisations qui nous ont servi de terrains d’expérimentation ainsi que les techniques d’étude utilisées qui analysent le contexte organisationnel de notre dispositif de recherche.

13La seconde partie insistera sur le contexte de développement, le prolongement audiovisuel ainsi que les facteurs de blocage et de frein en amont du théâtre forum en tant qu’outil d’éducation au développement durable dans une organisation et présentera des avis permettant de faciliter son application et d’illustrer la place centrale qu’occupe le salarié dans cette problématique de positionnement durable.

14Il s’agit de montrer que même si le théâtre forum n’est pas un outil de sensibilisation au développement durable auxquels pensent naturellement les répondants quand on appréhende l’éducation au développement durable, il va susciter, après une première expérience, l’adhésion parce qu’il permet d’exprimer des sentiments et d’avoir un comportement hors cadre, hors norme, qui facilite l’appropriation des notions débattues dans notre contexte de recherche, au moyen des saynètes présentées.

Les contraintes et les responsabilités des organisations

15De nombreuses contraintes macro-environnementales poussent les organisations à s’engager activement sur le plan du développement durable et pas seulement par des discours d’intention. Il faut donc se pencher notamment sur leurs responsabilités et leurs obligations par rapport à cette problématique.

Les contraintes informationnelles

16Au sein des organisations, l’entreprise doit répondre à une demande d’information accrue notamment sur le plan financier selon la notion d’investissement socialement responsable et légal, dans le respect des réglementations nationales et internationales.

17On peut ainsi observer une croissance des indices boursiers liés au développement durable (Novethic, VIGEO, ASPI, etc.) ainsi que des fonds éthiques (Fonds ETHOS, HDF Global Equity, etc.). Ceux-ci représentent un sixième des fonds achetés aux États-Unis et exigent des informations très détaillées et précises sur les plans quantitatif et qualitatif sur les performances des entreprises.

Le contexte législatif incitatif

18À l’échelle nationale, plusieurs démarches ont été entreprises par l’État français en matière d’évolution de la législation et de choix politiques pour inciter ou contraindre les organisations et plus particulièrement les industriels à s’insérer progressivement dans une logique de protection de l’environnement et plus largement dans celle du développement durable.

19Nous pouvons citer notamment :

  • la loi sur les nouvelles régulations économiques de mai 2001,qui impose aux entreprises cotées la diffusion de données quantitatives portant essentiellement sur leurs impacts sociaux et environnementaux dans leur rapport de gestion annuel, appelé d’ailleurs rapport sociétal et environnemental et qui devient ainsi un véritable rapport de développement durable ;

  • la publication du nouveau code des marchés publics de septembre à janvier 2004, qui permet aux acheteurs publics d’intégrer l’environnement dans les conditions d’exécution des marchés et dans les critères de sélection des offres ;

  • le principe du pollueur-payeur.

20En vertu de ce principe, l’exploitant qui se trouve à l’origine du dommage environnemental doit supporter le coût final de la réparation, qu’il y procède ou non, de son plein gré ou sur ordre des autorités compétentes, celles-ci devant assumer la surveillance et le contrôle des opérations. L’obligation d’agir prévaut lorsque des mesures de prévention sont envisageables avant que soit portée atteinte à l’environnement.

Le rôle du Conseil national du développement durable

21Les organisations publiques et privées doivent s’attendre à une pression accrue en matière de développement durable.

22En effet, le rapport du Conseil national du développement durableen 2003 contient plusieurs recommandations visant les acteurs économiques.

23Les principales sont :

  • encourager et accompagner les industriels dans l’élaboration et la diffusion de démarches volontaires d’éco-conception grâce au développement et à la certification de systèmes de management environnemental orienté produit ;

  • valoriser les notions de traçabilité, de normes et de labels de productions et de produits parmi les signes distinctifs de l’entreprise ;

  • inciter à la mise en place d’une « Carte d’identité produit » ainsi que d’une « Carte d’identité entreprise » regroupant l’ensemble de l’information relative au développement durable ;

  • mettre en place une fiscalité privilégiant les processus vertueux en entreprise (création d’emplois qualifiés, management environnemental, éthique en matière d’externalisation, gouvernance d’entreprise, etc.) et pénalisant les comportements pollueurs ou pré-pollueurs (forte production de déchets, développement de produits non durables et pollutions diverses).

24Ces divers éléments traduisent clairement les contraintes sans cesse croissantes pesant sur l’entreprise, qui doit faire preuve de transparence en matière de développement durable.

Le dispositif normatif du développement durable1

  • 1  Pour plus d’approfondissement, voir le rapport de la Global Reporting Initiative (GRI) (2002 : 44- (...)

25L’existence d’un certain nombre d’indicateurs associés aux activités économiques classiques de l’organisation (chiffre d’affaires, profit, charges, RD, etc.) permet de rendre compte du développement durable et peut faciliter la sélection d’une organisation.

  • Des indicateurs environnementaux. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’existence d’un management environnemental, la publication d’un rapport d’environnement, la démarche de certification ou de conformité aux normes et règlements, l’adhésion à des chartes environnementales, l’engagement auprès des ONG, des collectivités locales et des associations, le renforcement de l’écoefficacité des produits, les programmes de réduction des pollutions (eau, atmosphère et sol), de développement des énergies renouvelables et de recyclage des déchets ainsi que les plans d’action pour la biodiversité.

  • Des indicateurs sociaux. Citons à titre d’exemple : la publication d’un rapport sur la responsabilité sociale mis éventuellement en ligne, les outils d’incitation financière des salariés, l’organisation et le contrôle des engagements auprès des « partenaires » de l’entreprise, l’adhésion aux principes des droits de l’homme et leur intégration dans la culture d’entreprise, la lutte contre le travail clandestin et celui des enfants, la lutte contre la discrimination sous toutes ses formes (raciale, sexuelle, physique, etc.), la lutte contre le blanchiment d’argent, le soutien de programmes éducatifs et de santé, le mécénat, l’aide financière offerte à des œuvres caritatives et l’engagement dans des projets de développement.

26Même si les dispositifs de développement durable ne sont pas encore normalisés, la mise en place d’indicateurs le sera.

La réponse stratégique des organisations

27Par rapport à ces contraintes et impératifs, les organisations vont vouloir faire du développement durableune véritable orientation stratégique fondée sur des notions d’éthique et de responsabilités sociales et environnementales (Capron etQuairel-Lanoizelée, 2004 ; Debos2005 ; Dion et Wolff, 2008), car le « politiquement correct » ne suffit plus, à lui seul, à rendre crédibles ses acteurs directs et indirects.

28Une approche volontaire et positive du développement durable présente de nombreux avantages.

29En effet, la prise en compte du développement durablecomme véritable stratégie organisationnelle peut permettre à l’entreprise :

  • de définir une vision prospective de son évolution à long terme ;

  • de se constituer un vecteur stratégique non négligeable face aux réponses qu’elle doit fournir à son milieu ;

  • de lancer un puissant moteur d’innovation pour la recherche d’« écoproduits » ;

  • de se différencier de ses concurrents, d’anticiper les crises, les contraintes et les évolutions du marché ou encore de s’appuyer sur un nouveau levier de motivation interne ;

  • de bénéficier d’un référentiel international tel que l’ISO 14062, Management environnemental – Intégration des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits, une norme de promotion des bonnes pratiques guidant le choix des acheteurs ;

  • d’anticiper et de respecter au moindre coût les réglementations internationales actuelles et à venir, voire de transformer ces nouvelles contraintes en débouchés.

30Selon van Cuyck (2005), l’évaluation de l’appropriation de la notion de développement durablepar une organisation fait appel à trois notions importantes : le reporting, la gouvernance et l’observance.

  • Le reporting. Il s’agit de mettre en place un système d’information fiable qui permet de concevoir un tableau de bord coordonnant le pilotage des actions et déterminant la mise en place de synergies organisationnelles. Ces évaluations peuvent être quantitatives ou qualitatives et servir à mesurer les écarts par rapport aux objectifs fixés afin d’envisager d’éventuelles actions correctrices.

  • La gouvernance. Cette notion controversée ne doit pas nous faire oublier sa dimension idéologique (Ploix, 2006 ; Hervé et D’Iribarne, 2007). Cependant, nous pouvons considérer un usage commun au sein des organisations publiques et privées. Le terme de gouvernance peut désigner d’abord un mouvement de « décentrement » de la prise de décision qui entraîne l’instauration de nouveaux principes de régulation plus souples, basés sur le partenariat entre différents acteurs et lieux visés par cette prise de décision. Ce mouvement touche en particulier les entreprises, les institutions publiques, les organismes sociaux et les associations. La gouvernance permet d’intégrer et de mesurer l’impact des partenaires et groupes de pression composant l’environnement de l’entreprise ainsi que leurs interrelations grâce à des modèles comme celui de la roue de Steerman. L’organisation peut ainsi reconnaître les pressions environnementales qu’elle subit ainsi que les rapports entre les forces de pression et groupes d’opinion qui constituent son micro et son macro-environnement afin de présenter une image d’elle-même socialement acceptable.

  • L’observance. Chez l’entreprise, ce concept intègre la connaissance, l’apprentissage et le respect des lois, des réglementations, des procédures et des normes découlant « des dispositifs normatifs du développement durable ». L’observance implique également la mise en place d’indicateurs de mesure de l’appropriation par les salariés de la notion de développement durableet de leur engagement sur ce plan.

31Ces trois notions sont fondamentales pour notre recherche, car elles mettent en exergue la dimension communicationnelle indispensable du développement durable et qui permettra à l’entreprise d’être perçue comme respectable, motivante, et de légitimer ses projets de développement sur les plans sociétal et citoyen (Sempels etVandercammen, 2009).

32C’est dans cette perspective que le théâtre forum peut être conçu et expérimenté auprès des salariés d’une entreprise pour traiter la dimension du développement durable et mieux appréhender dans l’organisation sa nécessité sur les plans communicationnel et managérial.

Le contexte organisationnel des terrains d’action de la recherche

  • 2  Bien que l’outil central de notre recherche-action soit le théâtre forum, et ce, dans nos deux ter (...)

33Notre analyse s’articule autour de deux démarches consécutives qui ne représentent qu’une partie des techniques d’étude utilisées au sein de ce programme de recherche2.

  • Une enquête effectuée auprès des participants à deux manifestations répondant aux critères de notre projet de recherche : la quatrième journée de la conscience énergétique réalisée par Agora Energy le 10 juin 2008, ainsi que la semaine de sensibilisation au développement durable organisée par le CHU l’Archet du 26 au 29 juin 2007 et intitulée L’Archet fête l’écocitoyenneté.

  • Une enquête post-événement par courriel auprès des membres de l’association Agora Energy ainsi que des responsables de l’Hôpital l’Archet durant les mois de juillet et août 2007. Cette enquête a été complétée en parallèle par des entretiens semi-directifs auprès des responsables des organisations organisatrices des manifestations.

34Les résultats présentés concernent seulement le positionnement et la perception du théâtre forum au sein d’un processus de sensibilisation au développement durable et d’éducation à cette notion. Les questions et résultats statistiques sont présentés en annexe III.

L’analyse des résultats des questionnaires

35Les participants du CHU et de l’Agora placent les ateliers de discussion au premier rang des meilleurs outils de sensibilisation du personnel ou de leurs collègues au développement durable. Au deuxième rang se trouve, chez les participants du CHU, la formation pratique et, chez les participants de l’Agora, « une pédagogie de projet ».

36Sauf pour la tranche d’âge la plus élevée (qui place l’atelier de discussion en sixième position), le rang des meilleurs outils au CHU et à l’Agora se retrouve à l’identique chez les mêmes groupes d’âge respectifs.

37Le théâtre forumest très peu cité (neuvième rang chez l’Agora et dixième au CHU). Les participants ne le considèrent pas comme un outil de sensibilisation « naturel ». Cette considération est partagée pour tous les groupes d’âge et encore plus fortement chez les plus anciens.

38La majorité des participants (CHU 72,7 % et Agora 69,6 %) n’avait jamais assisté à des pratiques théâtrales de sensibilisation écocitoyennes ou ne connaissait pas le théâtre forum(CHU 70 % et Agora 62,5 %). Chez l’Agora, 61,1 % de ceux qui connaissent le théâtre forum (20 % de la population)souhaitent l’utiliser dans leur organisation alors que 11,5 % de la population qui ne le connaissent pas sont prêts à l’utiliser (soit 7 % de la population de l’Agora) et que 65,7 % ne s’y opposent pas.

39Par contre, il est également intéressant de noter que le théâtre forumest perçu très favorablement par les participants qui l’expérimentent pour la première fois (26,8 % des enquêtés chez Agora souhaiteraient l’utiliser dans leur entreprise contre 5,4 % qui le refusent catégoriquement et 53,6 % qui hésitent tout en le trouvant attirant). En effet, ils estiment que le théâtre forumpousse les personnes à s’exprimer et à « se livrer » davantage à propos des problématiques qui sont abordées.

40Certaines personnes interrogées le 10 juin 2008 a posteriori lors de la quatrième journée sur la conscience énergétique ont noté des similarités fortes entre les pièces du théâtre forum jouées l’année précédente (12 juin 2007) et des situations vécues par des groupes de projet, notamment celles qui étaient rattachées à des projets de déplacement des entreprises ou interentreprises. Selon elles, le théâtre forum peut être un créateur de liens puisqu’il offre l’occasion d’interagir avec des membres de l’entreprise que l’on voit très peu ou d’être sur un pied d’égalité avec des supérieurs hiérarchiques. Comme l’exprimait un participant : « On est égaux sur scène. ».

41Comme première constatation, il semblerait que l’attractivité du théâtre forum se renforce chez ceux qui le connaissent et le pratiquent.

42Or, la connaissance du théâtre forum décroît avec l’âge des répondants — par exemple, 80 % des moins de 30 ans par rapport à 35 % chez les 30 à 45 ans — avec comme corollaire la volonté d’utiliser le théâtre forumcomme outil de sensibilisation au développement durable : 40 % chez les moins de 30 ans, 35 % chez les 30-45 ans, 22,2 % chez les 45-60 ans et 12,5 % chez les plus de 60 ans. D’où l’intérêt de sensibiliser les plus jeunes à l’utilisation du théâtre forum.

43Si nous recoupons les données selon les catégories socioprofessionnelles, nous notons une meilleure connaissance du théâtre forum chez les acteurs du secteur public que chez ceux du secteur privé, mais une volonté d’utilisation quasi similaire chez les deux groupes.

44Par contre, les répondants des secteurs public et privé s’accordent pour désigner qui seraient les meilleurs intervenants pour sensibiliser leurs collègues au développement durable : un représentant des associations (premier rang au CHU, ex æquo avec une personne-ressource à l’interne, et deuxième rang chez Agora) et une personnalité du milieu scientifique (premier rang au CHU et troisième chez Agora). Au CHU, les plus jeunes placent l’association au premier rang alors que les 45-60 ans y placent une personnalité du milieu scientifique.

45Nous pouvons esquisser un premier profil de ceux qui seraient les plus susceptibles de s’impliquer dans la prise en compte du développement durable dans la stratégie de développement et dans le management de l’organisation. Il s’agit de jeunes cadres du secteur public mais également de jeunes enseignants chercheurs.

46Les associations sont considérées comme le meilleur partenaire pour organiser la mise en place d’un processus de sensibilisation au développement et d’appropriation de cette notion, en associant une personne-ressource pour jouer le rôle de relais à l’interne. Leur côté fédérateur, transversal, et leur démarche apparemment plus sincère font que les associations sont préférées aux structures privées et, dans une moindre mesure, aux experts scientifiques (sauf au CHU, en raison possiblement de son affiliation avec le milieu scientifique).

47Malgré le caractère exploratoire de notre étude, et l’obligation d’approfondir ces premiers résultats, nous pouvons présumer chez les deux populations enquêtées plusieurs positions communes quant aux valeurs partagées et à l’impact situationnel lié au développement durable du contexte de la recherche (voirBelk, 1975 ; Belk et Costa, 1995). D’ailleurs, l’enquête post-événement confirme cette première analyse.

Le théâtre forum et le prolongement audiovisuel

48Nous abordons ici la partie « recherche-action » de notre projet. Le théâtre forum se prête bien à ce type de recherche, car on peut l’associer à la pensée qui « se met en place en face », c’est-à-dire sur la scène d’un théâtre. De l’action proposée naît une situation qui soulève des réflexions de la part des participants, dans un premier temps, et de l’équipe des chercheurs, dans un deuxième temps, lesquelles réflexions les incitent, en retour, à une prise de recul par rapport à la situation. La méthodologie associée au théâtre forum trouve alors son prolongement dans l’audiovisuel.

Le prolongement du théâtre forum

49La méthodologie du théâtre forum s’apparente à toute démarche audiovisuelle et à ses quatre étapes : (1) faire toucher du doigt, (2) mettre en situation, (3) réfléchir pour argumenter et (4) en éprouver une satisfaction, un bien-être.

50La caméra porte un regard et propose une projection en aval qui favorise la prise de distance, ce qui autorise les participants à procéder à une analyse tout autre. Le document audiovisuel devient une trace sur laquelle on peut travailler. Il oriente, mais stimule aussi le prolongement de l’échange.

51L’ensemble de notre travail est basé sur des témoignages livrés sur scène dans le cadre du théâtre forum ou confiés à la caméra hors scène.

52Le récit théâtral se bâtit à partir des expériences vécues des acteurs et de ce qu’ils en font pour construire ensemble un scénario. Le récit audiovisuel, celui du film, permet ensuite d’avoir de nouvelles réactions (une reformulation phénoménologique) au moment de la projection.

53Nous nous retrouvons donc dans deux représentations différentes (théâtrale et cinématographique), à deux moments différents (dans l’action, puis dans son visionnement), à partir de témoignages. Les données provenant d’une réalité (témoignages) sont utilisées pour construire une autre (un récit, l’acte artistique). On passe de la/d’une réalité à la fiction, pour finalement définir une autre réalité, celle où l’on s’implique.

54Notre contact avec les participants du théâtre forum et l’implication qui va nous être demandée, l’investissement, touchent à l’intime. Ce type d’échange et de démarche suggère d’emblée une analyse qualitative (Muchielli, 2009). C’est le contexte qui se rattache à l’activité artistique entre l’intimité et l’universalité (Menger, 2002) et la situation née de la salle de théâtre, avec son rapport scène salle, et l’apport d’un caméscope dans le théâtre, qui l’imposent.

55Cette proposition méthodologique va de pair avec un apprentissage de l’expérimentation, de l’argumentation, de l’exposition, de la représentation qui sont autant de moyens mis en œuvre pour atteindre ce processus de transformation. Le fait de se mettre en action participe de cette approche qualitative.

56Le dispositif théâtre/caméra permet la poursuite d’un acte de création dans la mesure où la réflexion est amorcée, accompagnée, prolongée par la caméra. Celle-ci est l’instigatrice d’une nouvelle discussion, elle en est aussi le prolongement et permet de construire d’autres représentations, car la caméra permet de passer du constat à la construction.

57Quel lien pouvons-nous établir entre les nouveaux spect’acteurs qui sortent de scène (la caméra capte la scène et va ensuite à la rencontre des participants pour les interroger sur ce qui s’est passé) et la caméra comme intermédiaire ? Quel est l’intérêt d’établir un tel lien ? L’idée est de proposer, dans un premier temps, une approche du théâtre en regard de notre vie quotidienne écoresponsable, puis un regard audiovisuel sur ce qui s’est passé, afin d’en dégager un regard critique. Dans un second temps, tout cela se concrétise par un nouvel acte artistique, audiovisuel, auquel tous participent. Si la conscience d’un acte artistique audiovisuel n’est pas présente chez le spect’acteur qui est filmé, elle le deviendra sans doute au moment de la projection. Pour arriver à ce degré d’intimité dans l’échange face à la caméra, la méthode pour aborder les participants au théâtre forum doit s’opérer dans un esprit d’ouverture. Une approche compréhensive nous est apparue la plus juste, et pour la mettre en place, nous avons eu recours à l’observation participante.

  • 3  « Il s’agit d’activer, par les puissances du cinéma, une nouvelle manière de voir mais aussi d’épr (...)

58L’approche compréhensive associée à une observation participante accompagne chacune des différentes étapes de réalisation d’un film, surtout le documentaire de création qui situe la compréhension comme l’une de ses priorités, avec l’action (Niney, 20023). En expérimentant un film documentaire, les spect’acteurs vont apprendre à se raconter, à décrire leur vécu pour en extraire leur écoresponsabilité, et tenter d’expliciter le sens qu’ils souhaitent véhiculer. Toutefois, cette logique de communication audiovisuelle soulève tout particulièrement le souci de la définition de cette scène sur laquelle se joue une situation avec des acteurs dans un lieu et à un moment précis. L’entretien est non directif au début, mais il mène à se construire sous prétexte de film. En cela, il peut être ambigu puisque les questions posées ne nécessitent pas que des réponses verbales. C’est tout le corps qui est en action, qui est révélateur. Même si l’action est particulièrement sensible au moment du théâtre forum, la présence de la caméra va susciter une prise de conscience en obligeant les protagonistes à reformuler les situations et les évolutions perçues sur scène.

59C’est cette expérience intime, les rapports sociaux et le vécu culturel qui transparaissent dont le film, au final, sera le reflet. Cette donnée technologique commande l’analyse qualitative puisque le film contient également des données discursives, car il s’agit de se raconter dans un film, puis à la suite de sa projection.

60Ainsi, le décryptage des images au final favorise la construction de soi et la responsabilisation en tant qu’écocitoyen. Cette méthode n’est pas infaillible, dans la mesure où elle travaille sur le matériau fragile qu’est l’être humain comme créateur, mais elle peut favoriser, par sa fluidité et sa flexibilité, une manière assez rigoureuse de capter des données réelles.

La synthèse du vécu des acteurs et les préconisations

61Le film qui résulte de ce processus est le fruit d’une démarche, d’une évolution chez chacun des participants. À titre d’exemple, un participant dit ne pas voir beaucoup d’intérêt au théâtre, puis, en discutant face à la caméra de la situation qu’il vient de vivre, il finit par analyser l’intérêt d’une telle démarche en constatant la transformation qu’il a vécue dans la formulation de ses arguments en faveur du développement durable. D’autres exemples témoignent de cette prise de recul devant la caméra d’une manière ou d’une autre et de l’évolution qu’ont vécue les participants par le théâtre forum à travers l’œil de la caméra.

62Le théâtre forum suscite une réflexion dont le film documentaire devient le prolongement et qui permet d’ancrer la réflexion dans le temps, dans le corps et l’esprit des participants. Parce que l’audiovisuel est totalement intégré à notre quotidien, loin d’être un obstacle, il est un facilitateur d’échange, alors que le théâtre était présenté comme un « difficultateur » a priori ou un activateur de questionnement. La réflexion que le théâtre forum a engagée peut, comme le souligne une participante, se prolonger dans une autre forme artistique tel le slam.

63De la même manière que le théâtre est apprivoisé dans la méthode de Boal, le média artistique choisi doit prendre en compte le public à qui il s’adresse pour un prolongement efficace, voire adapté de la réflexion. Si l’audiovisuel a l’avantage de laisser une trace qui permet de rebondir directement sur la situation traitée sur scène, d’autres formes peuvent, selon les circonstances, se révéler tout aussi efficaces. Peu importe le média, il doit pouvoir ancrer ce processus de réflexion dans le temps.

64Le fait de proposer plusieurs niveaux d’analyse entre le théâtre et l’audiovisuel, entre la position de spectateur et celle d’acteur, entre la réflexion et l’action, et surtout le fait de proposer ces situations qui se mêlent permettent à la réflexion de se poursuivre et de s’élever.

65Le prolongement audiovisuel présente donc l’intérêt d’une réflexion dans le temps mais aussi sur différents plans. Ce jeu de positionnement entre spectateur d’abord, puis acteur sur scène, puis acteur face à la caméra, pour finir comme spectateur de soi-même, favorise l’articulation d’une pensée.

66Et finalement se pose la question de la représentation, sous toutes ses formes médiatiques ou artistiques, comme outil de transformation ou d’engagement écologique. Au-delà du divertissement, c’est l’interaction, le lien et la relation par la représentation qui sont convoqués et dont l’articulation d’une pensée, l’esprit critique et l’engagement sont les fruits. Le jeu et le plaisir, qu’ils soient factices ou non, deviennent un appât pour engager la personne dans cette transformation. Ainsi, l’idéal serait de sensibiliser les participants à l’outil audiovisuel, afin qu’ils puissent s’en emparer et construire eux-mêmes leur propre regard (parti pris et point de vue) sur l’aventure théâtrale, et ainsi apporter une nouvelle dimension d’engagement à la fois artistique et citoyen.

Les freins propres au théâtre forum

67Cette partie se base sur les résultats des entretiens semi-directifs, mais également sur le documentaire audiovisuel produit avec des participants d’Agora Energy à la suite de la séance du théâtre forum, le 12 juin 2007, ainsi que le « retour sur image » effectué auprès des mêmes personnes un an après, soit le 10 juin 2008.

La position du théâtre forum à titre d’outil de sensibilisation au développement durable des membres d’une organisation

68Le théâtre forum n’est pas considéré comme un outil de sensibilisation au développement durable convoqué naturellement par les entreprises, qui lui préfèrent des pratiques plus normatives comme les ateliers de discussion, la formation pratique et la gestion de projet. Un premier facteur de résistance serait le côté iconoclaste du théâtre forum par rapport à l’univers des organisations, ce qui entraîne une tendance naturelle de « non-citation » de cette pratique par rapport à la sensibilisation au développement durable.

69Quelle que soit la population étudiée, les pourcentages de non-connaissance et de « non-pratique » du théâtre forum sont significatifs. Cependant, dès que les répondants ont assisté à une séance de théâtre forum, ils le trouvent plutôt attirant et un tiers d’entre eux souhaiteraient l’utiliser dans leur organisation. Les répondants font, semble-t-il, plus confiance à des associations qu’à des acteurs privés en tant qu’intervenants pour sensibiliser leurs collègues au développement durable. Or, par définition, les troupes de théâtre font partie du milieu associatif.

70L’analyse des entretiens révèle les mêmes facteurs d’ouverture mis en évidence par les questionnaires : ce sont les jeunes ainsi que les institutions et entreprises publiques qui manifestent le plus d’ouverture.

71Les PME, PMI ou toute autre structure de taille réduite ont donc tout intérêt à associer leurs actions en faveur du développement durable à une collectivité territoriale, à une institution publique telle l’université au moyen d’un programme de recherche ou encore à une entreprise de taille importante par l’intermédiaire d’associations professionnelles et qui, grâce à leurs liens avec des grands acteurs (Texas Instrument, Amadeus, etc.), pourront aider les start-up et autres jeunes pousses à se développer.

D’autres freins

72À ces facteurs d’ouverture s’ajoutent des facteurs de résistance à l’utilisation du théâtre forum.

73Les facteurs liés à toute prise de parole en public. Nous retrouvons les facteurs liés à la personnalité de l’individu comme la timidité, un caractère introverti, qui peuvent renforcer la peur de s’exposer sur scène au regard des autres. Ces facteurs se retrouvent surtout dans le cadre de fonctions qui ne favorisent pas la discussion avec les autres salariés de l’entreprise, les partenaires, ou encore l’animation de réunions officieuses ou officielles. Afin de mettre en place des pratiques d’interaction au sein de l’organisation, l’on peut avoir recours à certaines techniques projectives de type jeu de rôle afin de désinhiber les personnes les plus introverties. Cet exercice peut très bien être mené par une troupe de théâtre forum en préambule de leur prestation proprement dite.

74Les facteurs liés à l’image de soi que l’on veut transmettre aux autres (image d’autrui). Ces facteurs sont bien documentés grâce aux études sur le comportement du consommateur et dont les résultats peuvent s’appliquer au théâtre forum. En effet, intervenir en tant que spect’acteur dans une pièce de théâtre forum aura un effet sur sa perception par les autres salariés, donc sur l’image que le participant au théâtre forum veut renforcer ou amoindrir. Cette intervention comporte un risque de perte totale ou partielle de crédibilité auprès de ses pairs, de ses supérieurs hiérarchiques ou de ses subordonnés. Aussi, la crainte d’affronter des acteurs de talent peut déstabiliser le spect’acteur : « On se sent obligé d’être intelligent. »

75Les facteurs liés à la place du théâtre forum que les membres de l’organisation réservent au dispositif de sensibilisation au développement durable et d’appropriation de cette notion. Selon les participants, le théâtre forum doit être complètement intégré au projet de développement durable de l’organisation visée, et ce, à tous les moments de réflexion et d’implantation (avant, pendant et après). Les contraintes de temps et de moyens (humains, logistiques et financiers) sont à prévoir puisqu’il y aura soit plusieurs représentations d’une même pièce, soit la présentation de pièces différentes, soit la création ou l’adaptation de pièces. Ces contraintes humaines, temporelles et financières auxquelles les organisations font face régulièrement peuvent constituer des freins à l’utilisation du théâtre forum, et il importe de bien mettre en perspective les retombées favorables par rapport à ces contraintes.

Conclusion : entrepreneurs « innovants », intrapreneurs et théâtre forum ?

76Les résultats de cette recherche mettent en lumière le fait que la sensibilisation au développement durable et l’appropriation de cette notion par les organisations ne sont pas un processus naturel ni facile.

77La notion de développement durable peut être considérée comme une posture philosophique interrogeant les rapports de l’homme avec son environnement global et sa prise de conscience qu’il n’est qu’un élément d’un système complexe aux limites définies.

78Pour que les organisations s’approprient ce concept, il faut effectuer une « révolution » dans les mentalités et réécrire leur fonctionnement. Nous pouvons rapprocher cette situation de la mise en place d’un processus d’innovation sociétale et multiforme, car le changement viendra à la fois de l’intérieur et de l’extérieur de l’organisation. Cette innovation est portée par des personnes en rupture avec le système et qui veulent faire évoluer les structures sur le plan du développement durable. Elles peuvent être assimilées aux « créatifs culturels » (Seulliet et al., 2007), en avance sur leur temps, et désireuses de faire bouger les mentalités par l’innovation. Elles prennent des risques dans l’entreprise, sont l’objet de critiques et d’une certaine marginalisation, mais éprouvent un certain plaisir à innover et à rayonner au sein de leur entourage professionnel et personnel qu’elles poussent à s’interroger et à remettre en question certains de leurs comportements à l’égard du développement durable.

79Il faut préciser par ailleurs que ces « créatifs » doivent occuper au sein de leur organisation une position suffisamment importante pour pouvoir être entendus (même difficilement) et exercer sur celle-ci une quelconque influence.

80Les entretiens informels et semi-directifs, les enquêtes effectuées auprès des populations échantillonnées nous montrent que ces personnes utilisent deux voies d’action différentes pour faire évoluer les organisations en ce qui a trait à l’appropriation du développement durable :

  • soit elles créent leur propre entreprise ou association afin de démontrer la justesse de leur démarche et servent de modèle aux autres organisations de leur secteur d’activité. Elles deviennent des entrepreneurs innovants ;

  • soit elles restent dans l’entreprise et tentent de la faire changer de l’intérieur en montrant que profit et développement durable ne sont pas incompatibles mais qu’au contraire, il s’agit de la combinaison gagnante de demain. Elles deviennent des « intrapreneurs ».

81Entrepreneurs et intrapreneurs se fédèrent à l’image des membres d’Agora Energy afin d’avoir une action globale sur la société en ce qui a trait à la prise de conscience du développement durable. Ce processus de sensibilisation au développement durable et d’appropriation de cette notion dans les organisations se rapproche à la fois du modèle d’adoption classique de l’innovation (Rogers, 1995) dans la mesure où entrepreneurs et intrapreneurs sont les pionniers et les « adopteurs précoces », mais également des modèles d’innovation ascendante (Cardon, 2005 ; Tillinac, 2006) puisqu’ils sont aussi utilisateurs. Ils ne sont pas membres d’une structure de RD, mais des salariés qui veulent faire prévaloir un autre modèle de fonctionnement centré sur le développement durable dans leur organisation et qui, de ce fait, se heurtent à de nombreuses résistances et pressions de la part de leurs collègues et de leur hiérarchie. Ils doivent alors être créatifs et déployer des « astuces » dans leur travail quotidien pour que l’organisation s’approprie mieux la notion de développement durable. Ils mettent en place des actions dans les entreprises et associations (top down), mais également aux échelons politiques nationaux et internationaux (bottom up).

82Et le théâtre forum ?

83Si les résultats ont montré que le théâtre forum n’est pas un outil de sensibilisation au développement durable auquel pensent naturellement les répondants, c’est parce qu’il correspond à un acte de « rupture » consécutif à l’éducation au développement durable. Le théâtre forum n’apporte pas seulement le savoir, mais aussi un complément sur le savoir-être. Par le questionnement qu’il entraîne chez les participants, il les aide à changer de comportement. C’est pour cela qu’il est moins cité que les outils classiques de sensibilisation centrés sur la diffusion du savoir. Il est perçu comme un moyen original et décalé de sensibilisation envers lequel les individus manifestent beaucoup de réticence et peu d’ouverture. Il est d’abord considéré comme « importun », mais une fois lancé, ces mêmes individus montent sur scène et y prennent plaisir, car ils peuvent exprimer des sentiments et avoir un comportement hors cadre, hors norme, qui va leur permettre et permettre aux autres de mieux s’approprier les notions débattues dans les saynètes, à savoir celles du développement durable.

84Pour terminer, nous pouvons, à la lumière de ces enquêtes et entretiens, nous demander si l’évolution des mentalités et des comportements à l’égard du développement durable peut être comparée à une innovation de rupture ; si oui, alors le théâtre forum en tant que démarche originale peut être considéré comme l’un des procédés de sensibilisation au développement durable et d’appropriation de cette notion le plus représentatif de cette nouvelle façon de penser l’organisation et vraisemblablement l’un des plus efficaces.

Haut de page

Bibliographie

Alter, Norbert (2001), L’innovation ordinaire, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige ».

Aubertin, Catherine et Franck-Dominique VIVIEN (2006), Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, Études de la Documentation française, n° 5226.

BAK, Jolanta (2008), « La fin de l’angélisme », La Revue des marques, 61, p. 6-9.

BELK, Russel W. (1975), « <The objective situation as a determinant of consumer behavior>, Mary Jane Shingler », Advances in Consumer Research, 2, p. 427-437.

BELK, Russel W. et Janeen A. COSTA (1995), « International tourism: An assessment and overview », Journalof MacroMarketing, 3, p. 33-49.

BOAL, Augusto (2004), Jeux pour acteurs et non-acteurs : pratique du théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte.

Brodhag, Christian et al. (2004), Dictionnaire du développement durable, Paris, AFNOR.

Capron, Michel et Françoise QUAINEL-LANOIZELÉE (2004), Mythes et réalités de l’entreprise responsable : acteurs, enjeux, stratégies, Paris, La Découverte, Coll. « Alternatives économiques ».

Cardon, Dominique (2005), « Innovation par l’usage » dans Alain AMBROSI et al., Enjeux de mots : regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Paris, C&F.

Cohen-Bacrie, Bruno (2006), Communiquer efficacement sur le développement durable : de l’entreprise citoyenne aux collectivités durables..., Lyon, DEMOS.

De Backer, Paul (1998), Le management vert, Paris, Dunod, Coll. « Stratégie verte ».

Debos, Franck (2005), « L’impact de la dimension éthique dans la stratégie de communication de l’entreprise : la nécessité d’une communication responsable », Communication et organisation, 26, p. 92-103.

De Certeau, Michel (2004), L’invention du quotidien. Tome I : Arts de faire, Paris, Gallimard, Coll. « Folio essais ».

DE LA BROISE, Patrice et Thomas LAMARCHE (2006), Responsabilité sociale : vers une nouvelle communication des entreprises ?, Lille, Septentrion.

DION, Michel et Dominique WOLFF (2008), Le développement durable : théorie et applications au management, Paris, Dunod.

DUCROUX, Anne-Marie (2003), Les nouveaux utopistes du développement durable, Paris, Autrement.

GLOBAL REPORTING INITIATIVE (2002), Lignes directrices pour le reporting développement durable, Amsterdam [En ligne]. [http://www.globalreporting.org/Home].

HERVÉ, Michel et Alain D’IRIBARNE (2007), De la pyramide aux réseaux, récits d’une expérience de démocratie participative, Paris, Autrement.

Holec, Nathalie et Genevieve BRUNET-JOLIVALD (1999), Dossier documentaire sur la gouvernance, Paris, Centre de documentation de l’urbanisme (CDU).

Laville, Elisabeth (2009), L’entreprise verte, troisième édition, Paris, Pearsons - Le village mondial.

Menger, Pierre-Michel (2002), Portrait de l’artiste en travailleur – Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil.

Mucchielli, Alex (2009), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines, Paris, Armand Colin, Coll. « A C Universitar ».

Niney, François (2002), L’épreuve du réel à l’écran. Essai sur le principe de réalité documentaire, deuxième édition, Bruxelles, De Boeck Université.

Paillé, Pascal et Alex MUCCHIELLI (2005), L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, Coll. « U Sciences humaines ».

Ploix, Hélène (2006), Gouvernance d’entreprise, Paris, Pearson - Le village mondial.

Reynaud, Emmanuelle et al. (2006), Le développement durable au cœur de l’entreprise. Pour une approche transversale du développement durable, Paris, Dunod.

Roesch, Alexandre (2003), L’écocitoyenneté et son pilier éducatif : le cas français, Paris, L’Harmattan.

Rogers, Everett M. (1995), Diffusion of Innovations, New York, The Free Press.

Seulliet, Eric et al. (2007), Fabriquer le futur, deuxième édition, Paris, Pearson Éducation France – Le village mondial.

SempEls, Christophe et Marc VANDERCAMMEN (2009), Oser le marketing durable : concilier marketing et développement durable, Paris, Pearson Éducation France, Coll. « Le management en action ».

Tillinac, Jean (2006), « Le Web 2.0 ou l’avènement du client ouvrier », Quaderni,60, p. 19-24.

Van Cuyck, Alain (2005), « Les dispositifs organisationnels et communicationnels du développement durable (dans et hors) de l’organisation : vers un nouveau modèle stratégique managérial global », Communication et organisation, 26, p. 81-91.

Haut de page

Annexe

Le contexte de la recherche

Le dispositif méthodologique

Les résultats partiels de l’enquête

Question : Selon vous, au CHU quel est le meilleur outil pour sensibiliser votre personnel/vos collègues aux questions de développement durable ? (Classez au maximum trois réponses par ordre décroissant.)

Question : Selon vous, à l’Agora quel est le meilleur outil pour sensibiliser votre personnel/vos collègues aux questions de développement durable ? (Classez au maximum trois réponses par ordre décroissant.)

Tableau 1. Assistance à des pratiques théâtrales de sensibilisation écocitoyenne

CHU

(N)

(%)

Sans réponse

4

18,2 %

Oui

2

9,1 %

Non

16

72,7 %

Total

22

100 %

Tableau 2. Assistance à des pratiques du théâtre forum

Agora

(N)

(%)

Sans réponse

3

5,4 %

Oui

18

32,1 %

Non

35

62,5 %

Total

56

100 %

Question : Selon vous, au CHU quel est le meilleur intervenant pour sensibiliser votre personnel/vos collègues aux questions de développement durable ? (Entourez votre ou vos réponses.)

Question : Selon vous, à l’Agora quel est le meilleur intervenant pour sensibiliser votre personnel/vos collègues aux questions de développement durable ? (Entourez votre ou vos réponses.)

Haut de page

Notes

1  Pour plus d’approfondissement, voir le rapport de la Global Reporting Initiative (GRI) (2002 : 44-59) dans lequel sont présentés plusieurs indicateurs de performance sur les plans économique, social et environnemental. La Global Reporting Initiative a été établie vers la fin de 1997 avec pour mission de concevoir les directives applicables globalement pour rendre compte des performances économiques, environnementales et sociales, initialement pour des sociétés et par la suite pour n’importe quelle organisation gouvernementale ou non gouvernementale. Rassemblée par la Coalition pour les économies environnementalement responsables (CERES) en association avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la GRI incorpore la participation active des sociétés, des organisations non gouvernementales (ONG), des organismes de comptabilité, des associations d’hommes d’affaires et d’autres parties prenantes du monde entier.

2  Bien que l’outil central de notre recherche-action soit le théâtre forum, et ce, dans nos deux terrains d’expérimentation, nous avons conçu une méthodologie combinant plusieurs techniques et outils quantitatifs et qualitatifs présentée en annexe II.

3  « Il s’agit d’activer, par les puissances du cinéma, une nouvelle manière de voir mais aussi d’éprouver notre appartenance au monde : <comprendre>, c’est <prendre avec soi> et aussi <embrasser> ; <poïein>, c’est <faire>, <faire avec> et aussi <faire comme si> […] » (Niney, 2002 : 1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Debos, Natacha Cyrulnik, Francine Boillot et Céline Lacroix, « L’intégration du théâtre forum et son prolongement audiovisuel dans le processus communicationnel interne de sensibilisation au développement durable et d’appropriation de cette notion chez les salariés d’une organisation », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1880 ; DOI : 10.4000/communication.1880

Haut de page

Auteurs

Franck Debos

Franck Debos est membre du Laboratoire I3M, EA 3280, Université de Nice Sophia-Antipolis, LASH. Cet article est tiré du projet de recherche L’appropriation de la notion de développement durable : de l’outil de formation à l’écocitoyenneté, inscrit dans l’appel à projets Recherche action écocitoyenneté de l’ADEME et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2006-2008). Il s’agit d’analyser la pertinence, les atouts et les limites ainsi que les modalités d’optimisation du théâtre forum écocitoyen comme dispositif de conscientisation dans les organisations. Courriel : debos.franck@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Natacha Cyrulnik

Natacha Cyrulnik est membre du Laboratoire I3M, EA 3280, Université de Nice Sophia-Antipolis, LASH. Cet article est tiré du projet de recherche L’appropriation de la notion de développement durable : de l’outil de formation à l’écocitoyenneté, inscrit dans l’appel à projets Recherche action écocitoyenneté de l’ADEME et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2006-2008). Il s’agit d’analyser la pertinence, les atouts et les limites ainsi que les modalités d’optimisation du théâtre forum écocitoyen comme dispositif de conscientisation dans les organisations. Courriel : natacha.cyrulnik@wanadoo.fr

Francine Boillot

Francine Boillot est membre du Laboratoire I3M, EA 3280, Université de Nice Sophia-Antipolis, LASH. Cet article est tiré du projet de recherche L’appropriation de la notion de développement durable : de l’outil de formation à l’écocitoyenneté, inscrit dans l’appel à projets Recherche action écocitoyenneté de l’ADEME et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2006-2008). Il s’agit d’analyser la pertinence, les atouts et les limites ainsi que les modalités d’optimisation du théâtre forum écocitoyen comme dispositif de conscientisation dans les organisations. Courriel : boillot@unice.fr

Céline Lacroix

Céline Lacroix est membre du Laboratoire I3M, EA 3280, Université de Nice Sophia-Antipolis, LASH. Cet article est tiré du projet de recherche L’appropriation de la notion de développement durable : de l’outil de formation à l’écocitoyenneté, inscrit dans l’appel à projets Recherche action écocitoyenneté de l’ADEME et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2006-2008). Il s’agit d’analyser la pertinence, les atouts et les limites ainsi que les modalités d’optimisation du théâtre forum écocitoyen comme dispositif de conscientisation dans les organisations. Courriel : celilac@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org