Navigation – Plan du site
Lectures

Arlette BOUZON et Vincent MEYER (dir.) (2008), La communication des organisations, entre recherche et action

Paris, L’Harmattan
Mathieu Crettenand
Référence(s) :

Arlette BOUZON et Vincent MEYER (dir.) (2008), La communication des organisations, entre recherche et action, Paris, L’Harmattan.

Texte intégral

1Afin de saisir les problématiques organisationnelles, les sciences sociales mobilisent des théories, paradigmes et méthodes hétéroclites. Les sciences de l’information et de la communication se révèlent, à ce titre, être l’un des champs les plus pertinents pour percer les arcanes de la sociologie des organisations. En 1994, des membres de la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC) ont fondé le Groupe d’études et de recherches en communication organisationnelle, nommé Org & Co, dans le but de confronter les diverses approches adoptées par des chercheurs s’intéressant à la communication dans les organisations. Cet ouvrage collectif relate les diverses rencontres et journées d’étude dudit groupe, notamment celles de Paris en 2007.

2Deux parties structurent l’ouvrage : la première est consacrée aux enjeux, méthodes et postures de la recherche dans les organisations et la seconde se focalise sur le rapport au terrain et sur les dispositifs communicationnels. L’ambition de cette publication est double. D’abord, il s’agit de présenter quelques-unes des nouvelles problématiques scientifiques de la communication des organisations, notamment celles qui sont liées à la recherche-action (RA) sur différents terrains et dans des dispositifs communicationnels d’organisations professionnelles. Ensuite, elle vise la mise en évidence « des dimensions communes qui contribuent à faire émerger une école francophone de la communication organisationnelle dans une production jusqu’alors majoritairement anglo-saxonne » (p. 6). Nous pouvons ajouter que cet ouvrage peut également servir de boîte à outils pour le chercheur ou le praticien de la communication qui fait face à un problème dans un processus lié à la communication organisationnelle. De nombreuses contributions ont par exemple le mérite d’exposer les réajustements théoriques et méthodologiques nécessaires d’une recherche dans une organisation. « Elles montrent surtout que la mise en œuvre des méthodes dans ce cadre, loin de ne dépendre que de critères rationnels définis a priori, se révèle fortement ajustée aux spécificités du terrain et aux attentes des acteurs concernés » (p. 8). À ce titre, cet ouvrage réunit une série de témoignages précieux permettant d’éviter de nombreux écueils méthodologiques liés au terrain. Ces réflexions sur les pratiques de la RA (ou recherche tout court) sont l’occasion de mettre à nu les processus d’investigation avec les inévitables contraintes et bricolages itinérants à toute recherche.

Enjeux, méthodes et postures de la recherche

3D’abord, Béatrice Vacher pose les jalons de l’agencement de la RA en communication organisationnelle. S’inspirant des travaux de Jacques Girin sur les agencements organisationnels entre le mandant et le mandataire, la chercheuse explique que la RA en communication organisationnelle peut emprunter deux approches : (1) l’approche ethnographique ou observation participante de la tradition américaine — le chercheur est toléré dans l’organisation notamment grâce à sa participation au travail —, (2) l’approche clinique ou participation observante de la tradition française — le chercheur est consulté par l’organisation pour apporter son éclairage sur une situation de crise.

4Vacher souligne que la communication dans les organisations se profile dans deux activités : la coordination et la coopération. Dans ces situations, il faut prêter une attention particulière aux actes de langage qui permettent de comprendre et d’intégrer.

5Les contraintes de la recherche sont également examinées au sens artistique du terme. En effet, la contrainte représente pour l’artiste une aubaine et non un obstacle. Le chercheur se voit donc comparé à un artiste qui doit faire preuve d’imagination pour surmonter les obstacles du processus de recherche. Pour multiplier les angles de vue d’une seule et même situation, Vacher suggère d’utiliser la méthode IRJM (Intention, réalisation, justification, mémoire) et deux dispositifs de comparaison : un groupe de suivi sur le terrain et un groupe de contrôle ou d’échange provenant des institutions de recherche.

6Elizabeth Gardère revendique un paradigme hybride entre recherche et action dans lequel le chercheur doit savoir maîtriser la distance critique pour pouvoir se jouer de la limite posée par l’analyse des pratiques tout en étant immergé dans l’action. Pour cela, l’auteure propose plusieurs pistes pour exploiter les résultats de l’étude, aussi bien par l’acteur que par le chercheur. Elle souligne que la méthode de l’appropriation n’est pas linéaire et considère la recherche comme un processus d’apprentissage pour l’ensemble des agents. En fonction de cette co-construction des résultats, la quête de l’objectivité et de la neutralité classique est à repenser.

7Poursuivant cette réflexion, Gino Gramaccia se demande comment dégager le sens d’un acte de langage dans un contexte organisé. Il propose de s’appuyer sur une démarche ethnométhodologique pour décrire les processus langagiers dans une organisation. Grâce à la pragmatique des actes du langage, il suggère que le chercheur peut aider une organisation à trouver des solutions concernant les rapports de force au travail, notamment dans la gestion de projet. Le chercheur-acteur deviendrait-il une sorte de « facilitateur » des sorties de crise dans les organisations ? C’est certainement une piste à suivre de près.

8Parallèlement à cette discussion, Dominique Cotte examine la dialectique entre les activités de consultant et d’enseignant-chercheur en système d’information. Pour lui, travailler dans les systèmes d’information ne peut se faire sans s’impliquer dans la problématique. Ainsi, l’immersion dans un contexte lié à la position du consultant fournit une valeur ajoutée certaine au chercheur. Il enrichit de son vécu son travail d’observation.

9Au risque de devenir redondant, Benoît Cordelier ajoute ses réflexions sur un sujet similaire, soit le « devenir membre » comme source de tension entre les logiques stratégiques, les modes opératoires et les analyses.

Autobiographie et entretien biographique

10L’article d’Audrey de Ceglie se révèle très instructif pour les chercheurs en sociologie du journalisme. Dans son texte relatant le processus de création d’un article de presse dans un journal régional français, l’auteure confie son expérience à la technique de l’autobiographie, ce qui lui permet d’objectiver le terrain de recherche. Inhabituelle, cette approche se révèle originale. Par cette méthode ancrée dans l’intimité, la chercheuse se risque au jeu du « dévoilement », ayant pour objectif de comprendre la manière dont « nous pouvons prendre conscience, par notre vécu, de ce que nous sommes et comment les acteurs qui nous entourent nous observent et agissent sur notre observation » (p. 90). L’autobiographie, technique rattachée principalement à l’anthropologie et au journal de bord, insuffle un vent nouveau dans le champ des sciences de l’information. En quittant les voies de l’orthodoxie, cette technique donne l’occasion à la chercheuse de rendre compte de son propre processus. Il s’agit d’une pause autoréflexive permettant de contenir la frénésie des tâches quotidiennes.

11Une démarche complémentaire est présentée par Patrice de la Broise. Traitant de l’entretien biographique dans le cadre de recherches sur les constructions des identités et des communautés professionnelles, l’auteur présente une technique d’enquête permettant de saisir la dialectique entre projets personnels et projets organisationnels. La démarche inductive est préconisée dans le cadre des recherches-actions sur la base de deux arguments modélisés selon la mise en intrigue de Paul Ricœur. Ces arguments traitent du rapport entre le temps du récit de l’acteur et celui de l’organisation. En effet, évoquer son passé oblige inévitablement à donner un sens à ses expériences et à se positionner dans une action collective. Ce bilan temporel de l’acteur permettrait de construire un agir communicationnel orienté vers le succès. Ces récits viseraient notamment l’enrôlement des acteurs « en leur proposant de changer de postures, de place ou de rôle pour participer pleinement à la vitalité du réseau dont ils se reconnaissent » (p. 115). La méthode de l’entretien biographique est certes très séduisante pour un chercheur, mais les controverses relationnelles et organisationnelles qu’elle divulguera risquent de déplaire aux dirigeants des entreprises, même si des changements étaient idéalement bienvenus.

Recherche-action, une démarche dynamique

12Cette première partie sur les enjeux, méthodes et postures se termine par un résumé des perspectives scientifiques nouvelles offertes par la RA. L’article d’Alain Van Cluyck souligne l’inscription dans une perspective pleinement communicationnelle d’une conception ouverte et constructive de la recherche, d’une capacité de socialisation du chercheur et d’une vision dynamique, praxéologique, ouverte et émergente du processus sociocognitif. La poïesis et la praxis de la RA constituent ainsi une rupture paradigmatique avec la recherche positiviste classique. Ainsi, la philosophie de la RA ne se rattache pas au dispositif mais au processus, « qui comporte en lui sa propre autoconstruction par une dynamique qui s’actualise dans un espace intersubjectif » (p. 123). Grâce à ce passage de la recherche classique à la RA, le chercheur, métamorphosé par le processus, passe du rôle de manipulateur à celui d’acteur.

Terrains et dispositifs communicationnels

13Dans la seconde partie de l’ouvrage, le lecteur suit les expériences sur le terrain de plusieurs chercheurs utilisant la RA. Si la répétition d’expériences peut lasser le lecteur, cet exercice a le mérite de permettre à chacun de situer ses propres expériences dans les quelques réflexions-témoignages des chercheurs. Un tri des différents articles peut s’avérer nécessaire pour s’y retrouver.

14Deux articles traitent de la thématique environnementale de façon complémentaire. En interrogeant la « construction de l’environnement » au sein des discours de quatre types d’organisations touchées par les problèmes environnementaux, Béatrice Jalenques-Vigouroux accorde un statut primordial au terrain dans l’obtention des résultats. L’approche anthropologique est ainsi fortement valorisée puisqu’elle réserve une place de choix à l’acteur. Pour sa part, la recherche de Françoise Bernard s’intéresse aux dispositifs de communication autour des questions environnementales. L’auteure insiste sur la capacité de la RA de partir du terrain pour problématiser et concevoir une pratique de recherche : elle pose donc « la question du passage à double sens, entre : terrain – problématisation – intervention » (p. 147).

15Dans un autre registre, Bernadette Dufrêne s’intéresse au besoin d’inscrire l’histoire dans une organisation. La perspective historique enrichit les SIC en leur dévoilant une contextualisation plus profonde et une mise en perspective temporelle. L’approche historique a le mérite d’offrir une vision sur un plus long terme pouvant améliorer la communication organisationnelle du présent. Cette perspective permet au chercheur d’aider l’organisation à définir des moments clés de son histoire.

16Les articles suivants analysent les communications internes ou externes des entreprises. Celles-ci trouvent dans la RA des ressources nouvelles pour autant qu’elles participent avec transparence aux recherches. Christophe Peter se risque à examiner la collecte d’information par les entreprises concurrentielles. Ce domaine de recherche s’avère extrêmement délicat puisque les entreprises restent très discrètes sur leurs méthodes de collecte des données sur le marché. Suivant la typologie des approches en RA de James McKernan, Peter observe que le chercheur se meut entre une optique scientifico-technique de résolution de problème, une optique d’échange avec les acteurs visés et celle de l’expertise d’un consultant. La négociation du rôle du chercheur dans l’entreprise est ainsi, selon l’auteur, un exercice délicat.

17Les trois derniers articles de l’ouvrage collectif relatent les expériences de chercheurs travaillant sur divers processus communicationnels comme la production d’une charte par des directeurs de grandes entreprises, la conception d’un intranet d’une organisation, la mise en place de dispositifs de communication interne dans une grande entreprise de distribution et un projet d’échanges transfrontaliers. Ces expériences sont à nouveau l’occasion de faire un bilan des compromis nécessaires entre le rôle du chercheur et celui d’acteur d’un processus au sein d’une organisation. À cheval sur deux rôles, le chercheur doit faire d’importants choix à caractère scientifique et éthique.

De l’éthique de la recherche

18« Les RA apparaissent comme des lieux d’intelligence collective malgré la difficile interprétation des deux univers de recherche et d’action » (p. 200), soulignent Olivia Belin et Laurent Morillon. Cette affirmation apparaît comme l’amorce d’une conclusion à l’ouvrage. À partir d’une réflexion sur l’éthique de la recherche en général et sur ses relations intimes avec les objets d’étude, comme aucune autre méthode, la RA s’avère une occasion unique pour les sciences sociales de transformer les institutions et les organisations de nos sociétés. La lecture de cet ouvrage nous rappellera que des accords entre les dirigeants, les acteurs des organisations et les chercheurs sur l’interprétation des résultats sont toutefois nécessaires à la bonne marche de telles transformations. L’essentiel des changements dans la communication des organisations se situe bel et bien au centre de ces négociations et autour de choix complexes qui s’inscrivent entre le juste et l’arbitraire, le vrai et le faux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Crettenand, « Arlette BOUZON et Vincent MEYER (dir.) (2008), La communication des organisations, entre recherche et action », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1900

Haut de page

Auteur

Mathieu Crettenand

Mathieu Crettenand est doctorant à l’Université de Genève. Courriel : mathieu.crettenand@bluewin.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org