Navigation – Plan du site
Lectures

Donald DEWEY (2007), The Art of Ill Will. The Story of American Political Cartoons / Guillaume DOIZY et Jacky HOUDRÉ (2008), Marianne dans tous ses états. La République en caricature de Daumier à Plantu

New York, New York University Press. /Paris, Éditions Alternatives
Mira Falardeau
Référence(s) :

Donald DEWEY (2007), The Art of Ill Will. The Story of American Political Cartoons, New York, New York University Press.

Guillaume DOIZY et Jacky HOUDRÉ (2008), Marianne dans tous ses états. La République en caricature de Daumier à Plantu, Paris, Éditions Alternatives.

Texte intégral

L’une des premières caricatures américaines, gravure sur bois de Benjamin Franklin, The Pensylvania Gazette, 9 mai 1754.

1« L’histoire de la caricature est l’histoire de la conscience de la société », écrit le caricaturiste Ronald Searle. C’est ce que nous rappellent deux livres qui sortent coup sur coup dans les deux mères patries de la caricature éditoriale politique, à savoir les États-Unis et la France. The Art of Ill Will. The Story of American Political cartoons et Marianne dans tous ses états. La République en caricature de Daumier à Plantu nous éclairent chacun à leur façon sur le miroir tonifiant que constitue l’art de la caricature pour la pensée sociopolitique d’un pays. Ils nous enseignent qu’une fois réalisés les ouvrages de référence de base sur la caricature — le Drawn and Quartered: The History of American Political Cartoons de Stephen Hess et Sandy Norththrop pour les Étatsuniens et L’art et l’histoire de la caricature de Laurent Baridon et Martial Guédron pour les Français —, pour ne citer que les plus récents, il reste de la place pour des recherches plus fines sur la caricature en tant qu’art qui tisse des liens entre le symbolisme et la pensée rationnelle, mais pourrait-on dire aussi, entre la pensée savante et la pensée populaire. Les deux ouvrages se tiennent à mi-chemin entre le livre d’art, papier glacé, format supérieur, en couleur pleine page, et le livre savant par le sérieux des textes des Dewey et Doizy et Houdré.

La France

2Marianne dans tous ses états a été réalisé en collaboration par Guillaume Doizy et le collectionneur Jacky Houdré, qui a fourni l’ensemble ou presque des 350 caricatures en couleur qui forment cet ouvrage. Doizy, auteur de plusieurs livres, est bien connu des spécialistes de la caricature.

3Livre d’art plus que livre de référence, l’ouvrage raconte l’histoire du symbole de Marianne, personnification du concept de la République française, à partir de l’iconographie caricaturale depuis les origines, soit de la Révolution française, jusqu’à nos jours. La présentation de l’ouvrage est uniforme : chacun de huit chapitres débute par un exposé historique de trois pages suivi par la présentation d’un choix de caricatures richement commentées au moyen d’analyses détaillées. Le déroulement chronologique permet de suivre les divers supports qu’a empruntés la caricature. Tout d’abord gravure vendue par les colporteurs, aussi bien à sa naissance durant la Révolution de 1789 que durant la Commune de 1870, lorsque certains journaux politiques étaient tout simplement interdits ; puis dans la presse satirique de gauche comme de droite ; et enfin dans la presse tout court, que ce soit les hebdomadaires d’opinion ou les grands quotidiens. La dernière époque, soit de 1945 à nos jours, est quelque peu escamotée si l’on considère que sur les huit chapitres totalisant 140 pages couvrant deux siècles, seulement 13 pages lui sont consacrées. Un ajout original : plusieurs objets caricaturaux y sont photographiés, dont des affiches, des statuettes, des chopes de bière, et même des pains d’épice à l’effigie de la dame !

4Les titres de certains chapitres sont savoureux : « Marianne reprend des couleurs » (le retour de la République vers 1870), « Marianne s’affirme et se fait détester » (l’explosion des revues satiriques autour de 1880) et « La Belle Époque de Marianne ». Le livre retrace la naissance de la figure de Marianne, selon le principe suivant : le symbole personnifié aura le genre correspondant au mot référence, ici la liberté ou la République. La correspondance visuelle entre l’allure extérieure et la tendance politique est typique du langage de la caricature, mais regarder des centaines de représentations de la même figure s’avère particulièrement cocasse. Voici qu’entre en scène cette jeune demoiselle aux allures délurées, coiffée d’un bonnet phrygien, celui que l’on plaçait sur la tête des esclaves nouvellement affranchis dans la République romaine. Les allusions à l’époque classique se poursuivent dans son vêtement. Marianne apparaît souvent jeune et court vêtue, presque androgyne avec ses divers attributs, selon qu’elle est représentée de « gauche », drapeau rouge ou fusil à la main pendant la Commune, ou de « droite » sous la plume ironique de la presse monarchiste, bonapartiste et ultramontaine, avec les traits d’une figure plus âgée et d’allure digne, drapée et noblement coiffée de la couronne d’épis. Ailleurs, c’est une silhouette aux seins nus, préfigurant l’avènement du féminisme et qui a le loisir de s’étaler sans pudeur sur les pages de couverture des diverses publications satiriques puisqu’elle n’est qu’une figure de style ! Sur l’autre face du prisme politique, on la voit vieille, édentée, les formes pendantes, parfois alcoolique, bref, une loque, car c’est ainsi que la presse de droite veut démontrer la déchéance des principes républicains. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle sera même dépeinte avec un nez crochu et une étoile de David dans les sarcasmes de la presse collaborationniste. Puis, progressivement, Marianne, par un glissement, en est venue à représenter la France tout court.

5À l’entre-deux-guerres, elle continue d’incarner l’image de la République laïque, mais l’association entre la longue toge et son allure jeune apparaît un peu comme un compromis, un équilibre entre les diverses tendances. Plus près de nous, Marianne devient l’image de l’État français et, sous la plume d’un Jacques Faizant, elle devient la compagne des présidents et des ministres. C’est ainsi que sa signification se déplace ; elle est désormais l’interlocutrice des grands, qui se vident le cœur face à leur confidente. S’est-elle affadie, est-elle en train de disparaître ? Les auteurs ont mis la table et nous laissent sur notre faim, tant l’époque moderne est rapidement survolée. Si peu sur les quotidiens, supports contemporains des caricatures, tels Le Monde, Libération, Le Figaro ; peu également sur L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point, hebdomadaires d’envergure dont les caricaturistes sont solides et représentatifs, rien sur le Web où se joue l’avenir de la caricature depuis plus de dix ans. Marianne est-elle endormie dans la caricature contemporaine ou est-ce une lacune de l’ouvrage ? Les auteurs entretiennent le flou puisqu’ils en parlent peu, suggérant qu’elle est en dormance mais qu’une étincelle sociale pourrait la faire reprendre le flambeau.

6Tout compte fait, l’aventure des divers visages que prend Marianne au fil de ces deux siècles est tout à fait symptomatique de cette France aux multiples profils politiques, tant les équivalences entre les concepts et leurs représentations satiriques sont intenses et variées. Il ne s’agit pas du premier livre qui traite des allégories de la République française, et plus particulièrement de Marianne, puisque la bibliographie compte plus d’une trentaine de titres sur le sujet, preuve que les Français raffolent de cette puissante symbolique. Mais le mérite de cet ouvrage tient à la qualité artistique de la présentation des images et à la finesse des analyses qui, pour chaque dessin, relèvent à la fois le contexte politique, le type de publication et surtout le genre de langage métaphorique lié à la signification précise recherchée par le caricaturiste. La qualité des images fait que l’on y plonge littéralement, leur agressivité, leur mordant, leur esthétique forment un mélange savoureux qui concourt à décerner ses lettres de noblesse à cet art de l’éphémère.

 Les États-Unis

7C’est l’aspect esthétique qui retient tout d’abord l’attention dans l’histoire de la caricature politique américaine que signe Donald Dewey. La longue « Introduction » (73 pages) sert de rappel historique dans lequel Dewey narre, dans un anglais châtié, l’évolution de la caricature américaine des débuts au xxe siècle en adoptant un biais astucieux : il choisit d’aborder cet art par les quatre éléments constitutifs de ce langage, soit la politique, les symboles, les mots et les stéréotypes. Dans les quatre premières sections de son ouvrage, Dewey reprend ces éléments pour raconter sous quatre angles différents les débuts de la caricature américaine au xixe siècle, en prenant bien soin d’évoquer aussi souvent que nécessaire les péripéties et les bons coups des deux pionniers en la matière, Joseph Keppler et Thomas Nast, modestement autoproclamés « The Prince of Caricaturists » !

8Les symboles constituent la base du langage caricatural et permettent de toucher aisément le public de la presse naissante, à la culture balbutiante. Tandis que la France républicaine se voit dans les traits de la jeune et belle Marianne, les États d’Amérique auront recours à plusieurs visages qui chacun illustreront une facette du jeu démocratique qui se met en place sous leurs yeux. Dewey prétend que cette multiplicité s’explique par la difficulté qu’éprouvent les Étatsuniens à se définir (nous préférons parler de diversité de points de vue). L’aigle, premier symbole de la nation étatsunienne, est progressivement supplanté par le fameux Oncle Sam, qui partage cet honneur avec la jeune Columbia (la petite-fille de Britannia, symbole de la mère patrie, l’Angleterre) et Brother Jonathan qui, comme Baptiste chez les Québécois, représente le peuple. Columbia sera elle-même remplacée par la statue de la Liberté, et les deux femmes, à l’image de Marianne en France, représenteront les valeurs de la liberté et de l’égalité. Aux côtés d’Oncle Sam, symbole du gouvernement, les voici donc formant un triangle : le pouvoir, les valeurs et le peuple, personnifiés chacun à leur façon. Le théâtre peut se mettre en place, et Dewey se fait un plaisir de retracer méticuleusement l’origine et l’évolution de chaque figure. Ce qui pourrait se révéler un exercice fastidieux devient une enquête haute en couleur, avec ses rebondissements élégamment dépeints. Le sous-chapitre se termine avec la narration amusante de la naissance des allégories animales de l’âne démocrate et de l’éléphant républicain.

9Le sous-chapitre « Words » (Mots) est particulièrement intéressant en raison de son analyse fouillée sur les liens entre le type de journal, les images et les textes. Lorsque les journaux deviennent des quotidiens, la pression s’accentue sur les caricaturistes qui doivent désormais livrer un dessin au jour le jour et ils auront tendance à ajouter davantage de mots, parfois directement sur les objets ou personnages, pour désigner la situation particulière. Autrefois, sur les gravures, on retrouvait placés sous les cases les textes explicatifs, également très abondants. C’étaient des textes suivis ; d’un style littéraire surtout quand les allégories faisaient référence à la mythologie ou à la « grande » littérature avec lesquelles le public était peu familier. Dewey surfe sur chaque élément du discours caricatural non seulement en les illustrant à l’aide des œuvres reproduites de caricaturistes, mais en les liant aux données déjà répertoriées, de telle façon que son exposé cumule sans cesse, additionne les constats, annonce les découvertes. Les délais de plus en plus rapides imposés aux dessinateurs les obligent à escamoter les détails, à ajouter des bulles dans lesquelles s’expriment les personnages dans l’espoir que la lecture des articles du même journal suffira à leur compréhension. Enfin, Dewey souligne la joie procurée par les inévitables jeux de mots et rimes composées avec les noms des hommes politiques !

10Cinq sous-chapitres tracent la chronologie du xxe siècle et portent le gros de l’attention sur les deux grandes guerres et la guerre froide et relativement peu sur l’époque contemporaine, soit des années 1960 à nos jours (12 pages sur 73).

11Un long exposé sur l’introduction progressive de ce nouvel art des comics ou bandes dessinées dans les journaux new-yorkais de Pulitzer et de Hearst au début du xxe siècle retient notre attention ; le titre de cartoonist recouvre désormais les deux métiers de caricaturiste et de bédéiste qui se pratiquaient dès les débuts de façon indistincte. Cependant, les artistes, par l’exercice du droit d’auteur, en arriveront à gagner honorablement leur vie, en raison des redevances que la syndication leur procure — leurs œuvres sont maintenant reproduites dans le monde entier, y compris dans les quotidiens québécois — mais aussi des droits dérivés de la publication de masse des comics. L’imprégnation des deux langages produit un art différent : la facétie des comics et les opinions politiques des pages éditoriales vont s’interpénétrer, s’influencer mutuellement. Les caricatures deviennent plus amusantes, les allusions au monde des sports, du cirque, du music-hall, bref, aux loisirs populaires se substitueront à celles qui étaient inspirées autrefois par la mythologie et la grande littérature. Bref, la politique infiltre la BD.

12Les caricaturistes étatsuniens du xixe siècle n’ont pas subi la censure pendant les périodes troubles, contrairement à leurs confrères français. Par exemple, Daumier, le premier caricaturiste français digne de ce nom, fut emprisonné pendant six mois pour avoir caricaturé Louis-Philippe en poire. Le gouvernement étatsunien se fera censeur au sortir de la Première Guerre mondiale en créant en 1918 le Bureau of Cartoons, qu’il rattachera directement au Progaganda Department afin d’encourager fortement les illustrateurs à « collaborer [plus tard] à l’effort de guerre » et à dénoncer les communistes et les fascistes.

13Dewey propose une analyse sociopolitique pointue de la BD telles Pogo de Kelly (1943-1975) ou Little Orphan Annie de Gray (1924-1974). Il souligne les liens indissociables qui se tissent entre la satire sociale et la critique politique sous la plume des illustrateurs étatsuniens. Dans les années 1960 et 1970, les médias (tout particulièrement la télévision, la publicité et le cinéma) deviennent la scène privilégiée des parodies mettant en vedette le plus souvent un politicien. La revue Mad Magazine trace la voie dans les années 1950 qu’empruntera la presse alternative. Celle-ci transformera le langage des illustrateurs étatsuniens dont l’influence sera mondiale. Dewey insiste longuement sur la carrière d’un Feiffer qui débute en 1956 dans Village Voice et qui va populariser la BD éditoriale.

14Selon Dewey, la montée constante du langage caricatural, en raison de son renouveau accéléré, atteint un palier à l’époque contemporaine (les années 1960 à aujourd’hui). Sur un ton presque amer, il annonce la disparition d’une génération de caricaturistes éditorialistes attitrés. Le métier de caricaturiste, depuis toujours associé à l’imprimé, a de plus en plus de difficulté à se renouveler avec l’émergence du Web. La poussée vers la syndication qu’entraînent la convergence médiatique et les grands conglomérats impose le silence à la critique qui devient moins ciblée, donc plus douce. Si l’on ajoute une homogénéisation des styles chez les nouveaux venus et, en contrepartie, la disparition des grands styles marquants, on peut partager l’amertume de Dewey et sa nostalgie de ce langage si tonique d’autrefois. Ce discours quelque peu désolant est en partie compensé par une magnifique sélection de caricatures pleine page et souvent en couleur qui constituent le corps de l’ouvrage, regroupées selon quatre thèmes : (1) les présidents, (2) les guerres et les relations étrangères, (3) les races, les religions et l’immigration ainsi que (4) la politique locale. Un petit commentaire savoureux de Dewey éclaire parfois la caricature d’un jour nouveau.

Conclusion

15Ces deux livres rendent hommage à l’art de la caricature, en prenant bien soin de la replacer dans son contexte sociopolitique, et nous offrent un véritable plaisir visuel. Les deux pêchent par l’absence d’une identification précise des images. Pourquoi Dewey n’indique-t-il pas clairement sous chaque image le nom de son auteur, le journal et l’année de publication comme il est d’usage ? Les données se trouvent dispersées dans son commentaire qui accompagne chaque caricature, sous la forme de légende. Doizy et Houdré procèdent de façon identique.

16Les deux ouvrages partagent le même pessimisme : Marianne, le symbole tonique de la République, serait-elle en voie de disparition, symptôme d’un désintérêt pour la chose politique ? Selon Dewey, le métier de caricaturiste est appelé à disparaître si la presse écrite ne se renouvelle pas. La caricature, gardienne d’un certain esprit démocratique, est-elle en agonie ou en train de vivre une révolution nécessaire ? Un double langage traverse ces deux publications : le langage des mots annonce la fin proche de la caricature alors que les images qui s’y trouvent annoncent son renouveau. Nous préférons les images aux mots et croire au potentiel de la caricature de se réinventer une force nouvelle au xxie siècle.

Haut de page

Bibliographie

HESS, Stephen et Sandy NORTHTHROP (1996), Drawn and Quartered: The History of American Political Cartoons, Montgomery, Elliot & Clark Publication.

BARIDON, Laurent et Martial GUÉDRON (2006), L’art et l’histoire de la caricature, Paris, Citadelles & Mazenod.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’une des premières caricatures américaines, gravure sur bois de Benjamin Franklin, The Pensylvania Gazette, 9 mai 1754.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mira Falardeau, « Donald DEWEY (2007), The Art of Ill Will. The Story of American Political Cartoons / Guillaume DOIZY et Jacky HOUDRÉ (2008), Marianne dans tous ses états. La République en caricature de Daumier à Plantu », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/1915

Haut de page

Auteur

Mira Falardeau

Mira Falardeau, Ph. D., est chercheure et coauteure avec Robert Aird de Histoire de la caricature au Québec, 2009, Montréal, VLB éditeur. Courriel : mir.falardeau@videotron.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org