Navigation – Plan du site
Lectures

David FOREST (2009), Abécédaire de la société de surveillance

Paris, Éditions Syllepse
André Mondoux
Référence(s) :

David FOREST (2009), Abécédaire de la société de surveillance, Paris, Éditions Syllepse

Texte intégral

1Depuis les dernières années, un nouveau champ d’études tend à s’imposer de plus en plus, celui de la surveillance généralisée induite, directement ou indirectement, par les technologies de l’information et de la communication, plus particulièrement par les « nouvelles » technologies numériques. Il s’agit du thème de la « société de surveillance ». Alors que cette réflexion est à peine entamée en sciences sociales, David Forest et les Éditions Syllepse proposent — déjà — un abécédaire sur le sujet.

2Ce thème de la société de surveillance est incontournablement marqué (miné, diront certains) par les figures du panoptique foucaldien et l’ombre gigantesque de Big Brother. D’emblée, l’auteur cible les pièges potentiels liés à ces formidables présences :

Les discours en pagailles autour du thème « tous fichés » ignorent superbement les mécanismes de régulation juridique qui reflètent plus sûrement les rapports de force et les stratégies du pouvoir que le visage éreinté de Big Brother, ou le sensationnalisme de commande qui inspire des poncifs répétés à satiété. Cantonner toute réflexion au panoptique de Bentham, cette prison modèle parangon des sociétés disciplinaires, ou la réduire à l’analyse de Deleuze sur le « contrôle démocratique » permanent en espace ouvert, conduit à une même myopie conceptuelle (p. 3-4).

Pourtant, ces clichés apparaissent aujourd’hui usés et incapables de rendre compte de la multiplication et dissémination des procédés hors des traditionnels lieux d’enfermement étudiés par Foucault (p. 21).

3Pourtant, malgré ces constats, l’auteur n’hésite pas parfois à tomber lui-même dans la démesure (« Les ressorts de cette bureaucratie policière hypermnésique et aveugle, devenue machine infernale » p. 4) ou à avoir recours à ces mêmes métaphores dénoncées (« Quand surveiller c’est punir » — p. 4, « Orwell habite aussi Athènes » — p. 7). Tellement lourdes sont ces présences qu’elles nous rappellent ces mots de Jacques Lacan : pour s’en passer, il faut savoir s’en servir… Ce qui n’est pas toujours le cas dans cet ouvrage.

Une société de surveillance essentiellement juridique

4Cela dit, quelle clé nous propose cet ouvrage pour mieux saisir la dynamique de cette société de surveillance ? Bien que l’auteur cerne plusieurs facteurs d’ordre sociologique intervenant dans la dynamique de la société de surveillance — « l’idéologie sécuritaire » (p. 4), « l’idéologie de la communication » (p. 5) et « le processus de marchandisation des données personnelles [qui] gouverne la <nouvelle économie> » (p. 6) —, les causes et les manifestations de cette société résident dans les « mécanismes [sic] de réglementation juridique » (p. 3). De la dialectique sociale individus/société ne restera donc que le déterminisme des individus, soit les luttes politiques entourant les réglementations juridiques. Voilà pourquoi cet abécédaire, dont les entrées vont de « ADN » à « vidéosurveillance » en passant par « cybersurveillance » et « fichier juif », est essentiellement un recueil de résumés succincts des débats et enjeux juridiques — très majoritairement français et européens — autour des principaux thèmes de la surveillance. Ainsi apprenons-nous à connaître la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), CHRISTINA (la Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et des intérêts nationaux), la DST (Direction de surveillance du territoire), le DMP (Dossier médical personnel) et l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), tous des entités issues de la scène politico-juridique française. Voilà donc qui vient quelque peu tempérer l’intérêt et la pertinence de l’ouvrage pour un lectorat nord-américain.

5Cependant, voici où le bât blesse principalement : en réduisant malgré lui la société de surveillance à sa seule dimension juridique, l’auteur, indirectement certes et assurément contre ses propres visées, tend à reconduire l’idée d’une société sans société, c’est-à-dire d’une dynamique sociale (la société de surveillance) ayant pour seule dimension structurante celle des acteurs sociaux (le politico-juridique), négligeant ainsi tout déterminisme « structurel » du social sur lui-même (notamment le rôle des idéologies) et, surtout, il ne boucle pas ensemble ces deux dimensions mutuellement structurantes (d’où la différence entre les pratiques et une véritable praxis, soit le lien dialectique entre le politique et le sociétal). En occultant ce double déterminisme, cette position donne crédit à la notion postmoderne d’une société éclipsée par le système, c’est-à-dire d’une dynamique qui sur le plan global (la société) est entièrement autorégulée — voilà la réelle idéologie de la communication —, d’où ce problème de démobilisation politique que dénonce à juste titre l’auteur. C’est justement cette « cybernétisation » de la société, la prétention à l’autorégulation apolitique du social, qui permet de jeter une tête de pont avec le néolibéralisme — il faut aussi nommer idéologiquement les « processus de marchandisation » — où la rétroaction régulatrice supplante désormais la traditionnelle main invisible.

  • 1 Voir à ce sujet l’ouvrage de Turner (2006).
  • 2  Comme en témoignent le genre télévisuel de la téléréalité et les réseaux sociaux numériques (le dé (...)

6C’est cet amalgame entre les idéologies néolibérales et cybernétiques1 qui permet de représenter le social comme un système fermé où le politique devient essentiellement une question technique (optimisation et efficience des rapports de production), soit une idéologie qui se présente comme non idéologique (technique). Un des principaux buts de l’auteur, la réintroduction des questions de surveillance dans le champ politique, aurait été mieux servi avec la reconnaissance des facteurs sociologiques également en cause dans la société de surveillance. Ainsi, une idéologie s’offrant comme non idéologique induit une dynamique de société qui se présente comme un système-monde « ontologique » déterminant les conditions de possibilité du réel lui-même — d’où le pragmatisme opérationnel et la production actualisée du symbolique, comme en témoigne la marchandisation de la vie privée dénoncée par l’auteur — et, du coup, à l’abri de tout discours politique réellement instituant et ainsi ne pouvant souffrir d’aucune extériorité puisque toute manifestation en ce sens détruirait ses prétentions ontologiques en réaffirmant son statut de discours politique. Ne pouvant souffrir d’aucune extériorité, c’est donc dire que l’intégration au système-monde se fait sur la base de l’impossibilité d’être à l’extérieur, d’où la banalisation du contrôle et de la surveillance. D’une part, c’est de cette banalisation (intégration au quotidien2) qu’émerge la difficulté — et surtout la nécessité — de « repolitiser » les enjeux entourant la surveillance (sur ce point, nous sommes en plein accord avec l’auteur) et, d’autre part, non seulement ces enjeux ne sauraient être exhaustivement expliqués par la seule dimension juridique, mais celle-ci se trouve éclairée par celle-là. Enfin, cette « généralisation » (l’abstraction propre à la dimension sociologique) aurait pu atténuer la couleur « locale » (les cas français/européens) de l’ouvrage dont les exemples auraient ainsi eu le statut de manifestations d’une dynamique générale potentiellement applicable à d’autres contextes sociopolitiques et surtout, à notre avis, plus appropriée à rendre compte du concept même de « société » de surveillance.

7Par le rejet d’emblée, pour de bonnes raisons certes, des figures du panoptique et de Big Brother, c’est en quelque sorte le bébé sociologique qui a également été évincé du bain — d’où le mot d’esprit lacanien « pour s’en passer il faut savoir s’en servir »… La prise en charge donc des facteurs sociologiques aurait certes grandement contribué à renforcer le travail d’examen juridique, au demeurant précis et très bien documenté, de l’auteur.

Un ouvrage qui ouvre des portes

8Ce travail « juridique », il faut le souligner, est bien fait ; les descriptions des divers enjeux juridiques français et européens sont éloquentes et réussissent effectivement à bien faire ressortir les dimensions politiques des pratiques et réglementations de surveillance, ce qui favorise une sensibilisation, voire une reprise responsable/citoyenne, à des enjeux qui sont effectivement parmi les plus prenants en ce moment. À cet égard, le travail de l’auteur est exemplaire. Exemplaire également est la structure même de cet abécédaire où chaque entrée se termine par l’inclusion de plusieurs références. À ce titre, l’ouvrage possède donc une des qualités maîtresses de tout ouvrage de type abécédaire : s’effacer en ouvrant des pistes aux lecteurs désireux de poursuivre plus en aval leurs réflexions.

Haut de page

Bibliographie

MONDOUX, André (2009), « Émancipation et aliénation à l’heure du surdéterminisme technique : le cas du service Internet Facebook » dans Gaëtan TREMBLAY (dir.) L’émancipation hier et aujourd’hui. Perspectives françaises et québécoises, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 157-170.

TURNER, Fred (2006), From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, Chicago, Chicago University Press.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet l’ouvrage de Turner (2006).

2  Comme en témoignent le genre télévisuel de la téléréalité et les réseaux sociaux numériques (le dévoilement de soi au regard de l’autre ou la transparence en guise d’intégrité). Voir à ce sujet Mondoux (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Mondoux, « David FOREST (2009), Abécédaire de la société de surveillance », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1920

Haut de page

Auteur

André Mondoux

André Mondoux est professeur à l’École des médias de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : mondoux.andre@uqam.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org