Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe GABIN et Jean François DORTIER (dir.) (2008), La communication. État des savoirs, troisième édition actualisée

Paris, Éditions Sciences humaines
Abdellatif Bensfia
Référence(s) :

Philippe GABIN et Jean François DORTIER (dir.) (2008), La communication. État des savoirs, troisième édition actualisée, Paris, Éditions Sciences humaines.

Texte intégral

1L’ouvrage fait le point sur l’apport scientifique en matière de communication durant cinquante ans. Il souligne les enjeux majeurs des révolutions des nouvelles technologies. Il se présente sous forme de recueil d’études, d’articles, d’entretiens, et d’encadrés dans un style journalistique. L’ouvrage regroupe ainsi la contribution de 32 auteurs, dont : Bernard Miège, Edgar Morin, Dominique Wolton, Alex Mucchielli, Daniel Dayan, Philippe Meirieu, Daniel Bougnoux, Edmond Marc, Yves Winkin, Patrice Flichy, Jacques Goldberg, Alain Rallet et plusieurs journalistes et praticiens. Cette présentation lui donne la forme à la fois d’un ouvrage théorique et de guide pratique.

2Alors, qu’apprend-on au sujet de la communication depuis un demi-siècle de recherche ? Une réponse générique apparaît au premier plan de l’ouvrage.

La communication est omniprésente, mais toujours imparfaite : La communication limpide et transparente est un mythe, les messages sont souvent ambivalents, le récepteur sélectionne les données, les véritables enjeux sont souvent cachés (p. 5).

3Ce constat général trace d’emblé les limites de la communication en affirmant qu’elle « ne peut, selon Dortier, résoudre les problèmes d’organisation ou de relations humaines qui ne sont pas de son ressort, et qu’elle restera toujours un acte complexe et difficile » (p. 16). Encore une fois ces idées bousculent les pensées reçues qualifiant la communication d’acte magique, simple et à la portée de tous.

4En dépit de ces griefs, l’ouvrage nous apporte les voies de la maîtrise de la communication, en prenant conscience de ses distorsions, et surtout en prenant connaissance de ses ressorts, embûches, obstacles et enjeux invisibles. Ainsi les développements scientifiques consacrés, nourrissent l’idée qu’une communication bonne et donc efficace, est possible, et ce dans des domaines aussi singuliers que multidisciplinaires.

5La structure de l’ouvrage propose une approche fragmentaire du phénomène de la communication mais qui permet de le cerner d’une manière globale. Les aspects décomposés sont présentés selon cinq axes, où sont définies et analysées les différentes contributions du savoir communicationnel. Ces axes sont : 1) les enjeux et modèles de la communication, 2) la communication interpersonnelle, 3) la communication des groupes et dans les organisations, 4) la communication médiatique et 5) les nouvelles technologies et société de l’information.

Les enjeux et modèles de la communication

6Les enjeux de la communication sont multiples et diversifiés. L’être humain communique pour informer et s’informer, pour connaître et se connaître, pour expliquer et s’expliquer, pour comprendre et se comprendre. À chacun de ces niveaux sont posés des problèmes, d’ordre conceptuel (information-connaissance-compréhension), mais aussi liés au processus de transmission (erreur et bruit) et à l’usage des modes et des outils de communication qui devraient être assemblés de façon complémentaire pour une meilleure compréhension. Comme le rappelle Edgar Morin « La compréhension serait à la fois le moyen et la fin de la communication humaine » (p. 35).

7Selon Edmond Marc l’intervention de la psychologie dans la communication a apporté d’importants éclairages au sujet de ces enjeux et de la relation entre trois niveaux :

  • le niveau intrapsychique des mécanismes impliqués dans la communication (motivations, affects, représentations, mécanismes de défense, mécanismes cognitifs d’attribution, d’interprétation…) ;

  • le niveau interactionnel de la structure relationnelle, des fonctions et de la dynamique des communications ; 

  • le niveau social des types de communication, des normes, des rituels, des statuts et des rôles (p. 43-44).

8Les enjeux psychosociaux qui en découlent, qui motivent le processus de communication et qui influent sur lui sont nombreux et interreliés. On en retient quatre : les enjeux identitaires, les enjeux territoriaux, les enjeux relationnels, et les enjeux conatifs d’influence. Sur le plan relationnel, les besoins identitaires de communication sont animés par une quête de reconnaissance qui se manifeste dans des besoins d’existence et de considération, d’intégration, de valorisation, de contrôle et d’individualisation.

9La communication est donc la propriété de la matière vivante, mais qu’est-ce qui distingue la communication animale du langage humain ? Qu’elle soit visuelle, acoustique ou chimique la communication animale répond à des fonctions précises et strictement limitées (parade amoureuse, indication de nourriture, rassemblement, délimitation du territoire). Ainsi la communication animale n’est jamais futile, tandis que le langage humain particulièrement capable de s’exprimer au sujet du langage lui-même, peut émettre des images irréelles ou susciter la spéculation, fraude ou mensonge. En fait, les rapprochements entre communication animale et langage humain s’opèrent sur le plan des affects et du non verbal strict, selon Jacques Goldberg.

10S’agissant des modèles de communication, les chercheurs en ont conçu plusieurs depuis les années 1940, pour tenter d’interpréter et d’expliquer la réalité de la communication dans sa diversité et sa complexité. Ceux qui sont retenus ici par Alex Mucchielli sont répartis en trois catégories et renvoient aux différentes préoccupations des chercheurs :

  • Les modèles positivistes, résonnent dans une linéarité cause-effet. Ils comprennent : le modèle de la théorie de l’information (émetteur-récepteur), le modèle de la communication à deux niveaux (influence des médias et leader d’opinion), et le modèle marketing (la communication opération).

  • Les modèles systémiques, associent : le modèle sociométrique (structure et relation), le modèle transactionnel (analyse transactionnelle), le modèle interactionniste et systémique (système des échanges et communication paradoxale.), le modèle de l’orchestre (communication en tant que production collective.).

  • Les modèles constructivistes, regroupent : le modèle de l’hypertexte (communication comme débat), le modèle situationnel (communication processus contextuel) (p. 57).

11Effectivement ces modèles ne couvrent pas l’ensemble des travaux ni des préoccupations des chercheurs puisque les sciences de l’information et de la communication (SIC) sont un vaste domaine qui fait d’elles un large champ de recherches pluridisciplinaires intégrant divers enjeux.

La communication interpersonnelle 

12De nombreuses théories ont fait de la communication interpersonnelle leur objet particulier quoique leurs concepteurs viennent d’horizons divers. Encore une fois, il s’agit d’un domaine pluridisciplinaire où se retrouvent des psychologues, sociologues, anthropologues, linguistes et philosophes du langage, ainsi que des psychiatres et des ethnographes.

13La communication aura donc une dimension humaine (affective, autoritaire, pragmatique) et les contributions à ce sujet sont nombreuses. Signalons d’abord les travaux de L’École de Palo Alto nourris par les études de Gregory Bateson (double contrainte), Paul Watzlawick (logique de communication) et d’Edward Hall (la gestion de l’espace, la proxémique) ainsi que les conclusions d’Erving Goffman sur l’enjeu de « la face » et les rituels de communication. Ensuite les conclusions relatives aux fonctions du langage de Roman Jakobson, et celles de l’approche linguistique pragmatique conçue par J. L. Austin et J. R. Searle. Enfin la théorie de l’analyse transactionnelle élaborée par Eric Berne, et les développements multiples de l’analyse de la conversation de Dell Hyme, fondateur de l’anthropologique de la communication. On peut dresser un premier bilan.

  • Le champ de la communication interpersonnelle élargit le concept de la communication. Celle-ci n’est plus un simple acte de transmission des messages mais un processus qui intègre des enjeux relationnels, émotionnels, conatifs et identitaires. La communication est donc partout, d’où la formule emblématique de l’École Palo Alto : « On ne peut pas ne pas communiquer ».

  • La communication ne passe pas uniquement par la parole mais aussi par des gestes, des postures, des façons d’occuper l’espace, le tout en fonction du contexte. Grâce à cette approche anthropologique, le champ de la communication devient plus large encore. La communication est ainsi définie comme « l’ensemble des actes qui, au jour le jour, mettent en œuvre les <structures>qui fondent une société, c’est-à-dire sa culture. L’ensemble des actualisations de la culture dans les mille et un gestes de la vie quotidienne constitue la <communication> ». L’anthropologie de la communication apparaît comme un domaine d’études prometteur mais sous-exploité.

  • La communication non verbale (regards, mimiques, expressions faciales, gestes, postures corporelles) fait partie du processus d’interaction dans les dialogues « face à face » et joue un rôle déterminant dans l’accompagnement des paroles, dans la conduite de la conversation, et dans l’expression des affects. Les gestes assurent également une fonction de coordination dans les dialogues.

14L’analyse des interactions verbales dans les années 1970 nous apprend que les conversations quotidiennes se conforment à des règles prédéfinies, qui varient en fonction des cultures, et qui engagent une série de négociations entre les interlocuteurs. Par ailleurs, l’interaction suscite des rituels répondant à des situations précises. Par exemple, la politesse assure deux fonctions, l’une psychologique (protection de soi) et l’autre communicationnelle (facilitation des contacts sociaux). Quant à l’empathie, faculté de se mettre à la place d’autrui et de percevoir ce qu’il ressent, elle est considérée comme un mécanisme cognitivo-affectif essentiel aux communications humaines et par lequel le langage et le corps jouent un rôle de support fondamental.

La communication des groupes et dans les organisations

15Cette notion de communication est difficile à cerner, puisqu’elle renvoie à des volets différents tels que les rapports interpersonnels internes et la dynamique des groupes, le système et les modalités de circulation et d’échange de l’information, la gestion des ressources humaines et des supports de communication, les relations externes et la communication institutionnelle, les espaces de travail et leur gestion, ainsi que les dimensions symboliques et culturelles au sein des organisations. Ce champ d’études s’intéresse également au processus de prise de décision et aux actions de formation.

16Les recherches de Kurt Lewin sur la dynamique de groupe, auxquelles se sont ajoutées de nombreuses contributions scientifiques, forment les fondements des stratégies organisationnelles utilisées encore aujourd’hui dans les entreprises.

17Les phénomènes de communication dans les organisations constituent un champ de recherche peu structuré et éclaté en approches très diverses. On y remarquera l’apport visible du management, de la communication interpersonnelle, de la dynamique des groupes, de la sociologie des organisations, de la sémiologie, de la sociolinguistique etc. Par ailleurs, cette approche communicationnelle propose de prendre en compte dans l’analyse des rapports de communication, les contextes, les situations, les mises en scène et les enjeux pour chacun.

18Mais, de nouveau, l’efficacité de l’acte de communiquer en organisation est relativisée à cause de sa conception et sa perception. Toutefois, l’accent mis par Michel Crozier sur la part essentielle de la communication dans les stratégies et les comportements des acteurs en organisation est relevé par Gabin.

Le pouvoir est une relation d’échange qui se négocie : au cœur de cette relation de se trouve la maîtrise de zones d’incertitude, et par conséquent celle de l’information et de la communication. Cette dernière est donc considérée comme une composante et une ressource capitale du fonctionnement de l’organisation, mais elle n’y est pas étudiée en tant que telle (p. 163).

19Le déficit de communication apparaît comme la source de tout dysfonctionnement au sein des organisations. L’analyse opérationnelle fait surgir un certain nombre de symptômes de ce qu’on a appelé les « maladies de la communication interne ». Ils se répartissent en sept catégories : l’absence de dispositifs formalisés, le fait que la communication formelle l’emporte sur les relations humaines, la faiblesse ou l’absence de la communication ascendante, la présence de maillons faibles (par exemple, l’inefficacité des intermédiaires), les décalages de vitesse entre les circuits de l’information, la discordance des sources et l’inflation ou la pénurie des échanges.

La communication médiatique

20L’intérêt porté aux médias, à l’information et au processus de communication médiatique s’est manifesté dès les années 1930 dernier aux États-Unis. Il s’agit d’un domaine prolifique centré sur l’influence des moyens d’information et sur les modalités de production de la matière médiatisée.

21Les cinq questions d’Harold Lasswell (qui dit quoi, à qui, par quel canal, avec quel effet) ont largement orienté et programmé les divers champs recherche.

  • Les journalistes. Dès sa naissance, la sociologie des médias s’est intéressée aux réseaux formés par les journalistes, aux liens qu’ils entretiennent avec leurs contacts (hommes politiques, différents acteurs, etc.), ainsi qu’aux structures éditoriales (entreprises médiatiques, groupes de presse). Les études disponibles nous permettent de définir et de situer l’activité et les rapports qu’entretiennent les journalistes avec les divers partenaires et acteurs. Deux profils stéréotypés de journalistes se distinguent ; les professionnels (neutres et indépendants) et les « chiens de garde » au service des puissants.

  • Les contenus. Ils sont étudiés selon les procédés d’analyse de contenu et d’analyse de discours pour en déterminer l’objet, la fréquence, et pour en décoder les signes et les messages implicites. Jusqu’aux années 1960, les médias étaient considérés comme outils de propagande véhiculant des choix préétablis, mais à partir des années 1970, la théorie de l’agenda-setting montre que « les médias ne disent pas aux gens ce qu’ils doivent penser, mais ce à quoi ils doivent penser ».

  • Les médias. Leurs supports et leur diversité sont aujourd’hui une réalité chiffrée. La libéralisation a permis par exemple en France de passer d’une douzaine de stations de radios à environ 1 500 au seuil des années 2000.

  • Les publics. De nombreuses recherches se sont penchées sur les profils des récepteurs, usagers et consommateurs des produits médiatiques.

  • Les effets et l’impact des médias. Depuis les années 1930, les études ont franchi de nombreuses étapes : d’abord le modèle « hypodermique », puis la théorie critique de l’École de Francfort, le processus de formation de l’opinion publique (Lazarsfeld), l’approche fonctionnaliste (Berelson, Wright), l’influence à long terme (Gerbner), l’influence« répressive » des médias sur l’opinion publique (Noelle-Neuman), ainsi que les études sur les modalités de réception, celle-ci étant qualifiée d’énigme sociologique par Dortier (p. 231-236).

22Par ailleurs les études sur les médias, se sont consacrées également, d’une manière critique à des pratiques manipulatrices mais créatives telles que la publicité et l’image ainsi que leurs relations avec les publics.

Les nouvelles technologies et société de l’information

23L’essor et le développement des nouveaux moyens de communication (Internet, le mobile, etc.) ont modifié la donne et placé les chercheurs devant un certain nombre de questions jusqu’alors inédites.

24Déjà, de nombreux concepts et notions sont produits ou repris pour tenter de circonscrire ce « nouvel acteur » qu’est Internet : la communication à distance, le pouvoir de l’imaginaire, l’imaginaire technique, l’innovation technique les communications de l’intimité, la structure qui relie, le lien social, la cybercitoyenneté, la cyberdémocratie, les solitudes collectives, la cohabitation culturelle, l’intelligence collective, la révolution cognitive…

25Lancées dès le début des années 1980, les recherches se sont consacrées aux usages des premiers utilisateurs, à leur introduction et à leur développement dans la société et les organisations (éducation, santé, etc.). En plus de la sociologie, les sciences économiques et les sciences d’information et de communication s’y intéressent. Leurs premières conclusions confirment l’usage « détourné » de la technique par l’usager, c’est-à-dire une appropriation autre que celle qui est prescrite par ses producteurs. Ainsi, les préoccupations des chercheurs à partir des années 1990 ont été centrées sur le processus d’insertion des TIC dans la société, alors que les producteurs continuaient, avec l’aide des spécialistes du marketing, de chercher à comprendre le comportement des usagers.

26D’autres problématiques vont retenir l’intérêt des chercheurs (dont Rallet), notamment les dimensions physique et virtuelle des relations de proximité, de l’organisation du territoire et du travail à distance (télétravail) : « […] notre monde continu d’être dual (virtuel et physique) et […] l’impact des télécommunications sur l’organisation spatiale dépend de la manière dont elles réarticulent cette dualité » (p. 307). Ainsi tente-t-on d’expliquer comment Internet change notre façon de penser et renouvelle notion du lien social.

27En soulevant la question de la cohabitation entre les identités culturelles du Nord et du Sud, Dominique Wolton nous fait remarquer qu’avec la mondialisation de l’information, le moindre événement est rendu visible mais, paradoxalement, la compréhension du monde n’est pas plus grande.

[…] il ne suffit pas d’émettre un message pour qu’il soit compris tel quel par un récepteur. La communication ne se résume pas à la technique, elle comporte aussi une dimension politique et des conditions culturelles. Seulement, ces composantes n’évoluent pas au même rythme : les individus modifient moins vite leur manière de communiquer qu’ils ne changent d’outil. C’est pourquoi un même message, adressé au plus grand nombre, n’est jamais reçu de la même manière par chacun (p. 345-346).

28Nous constatons enfin, que l’ouvrage présente un aperçu global, précis et clair de l’état du savoir en matière de communication, mais essentiellement du point de vue des sciences humaines (sociologie, psychologie, anthropologie, ethnographie, linguistique), ce qui semble normal vu l’intérêt historique que ces disciplines ont réservé aux actes, aux relations et aux situations de communication. Néanmoins, les aspects politiques, économiques, organisationnels de la communication et des médias ainsi que leurs implications, sont absents malgré le réel intérêt qu’ils ont suscité chez les chercheurs. La notion de culture de masse produite et véhiculée par les médias, les rapports entre anciens et nouveaux médias, de même que la notion et les descriptions et les répercussions de la société de l’information sont également absents alors qu’ils attirent un intérêt croissant à l’échelle internationale (à titre d’exemple, les sommets de Genève, de Tunis, et de Marrakech).

29L’ouvrage ouvre par ailleurs, plusieurs voies de recherche et cible des zones d’ombres notamment les rapports des individus, des groupes et des organisations avec les nouveaux médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdellatif Bensfia, « Philippe GABIN et Jean François DORTIER (dir.) (2008), La communication. État des savoirs, troisième édition actualisée », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/1923

Haut de page

Auteur

Abdellatif Bensfia

Abdellatif Bensfia est professeur à l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC), à Rabat. Courriel : abensf@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org