Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal LARDELLIER (2008), Arrêtez de décoder !

Charmey, Les Éditions de l’Hébe
Pierre Gosselin
Référence(s) :

Pascal LARDELLIER (2008), Arrêtez de décoder !, Charmey, Les Éditions de l’Hébe.

Texte intégral

À l’Université, on accouche toujours adossé à une bibliothèque. On écrit en citant et en commentant ceux qui, dans un champ et un domaine donnés, nous ont précédés. Produire un texte universitaire […] c’est aussi ouvrir un dialogue écrit avec des auteurs, des courants, des écoles (p. 105).

1Et ce n’est pas le cas des « psychologues de bazar » de la gestuelle, ceux qui en s’appuyant sur des théories plus ou moins assimilées vont concevoir des « pseudosciences » et surtout des activités lucratives. Pascal Lardellier nous le dit d’entrée de jeu : 

[…] la plupart de ces mentors sont des menteurs, des affabulateurs et même des usurpateurs. Ces pages vont s’attacher à dévoiler et à dénoncer cette forfaiture, en démontant les ressorts d’une imposture théorique et éditoriale (p. 16).

2En universitaire rigoureux, il va, au cours des quelque 150 pages de cet ouvrage, saper la logique idéologique et mercantile de ces « nouveaux maîtres à panser » (p. 37).

3Pour étayer sa réflexion, l’auteur précise :

[…] j’ai lu la quasi totalité des ouvrages de Joseph Messinger, de Jacques Salomé, et de tous ceux de Philippe Turchet. Je me suis penché sur des livres traitant de « gestuologie », de « morphogestuelle », de « morphopsychologie », ainsi que sur les ouvrages expliquant « comment démasquer les manipulateurs ». J’ai même accordé une grande attention à toutes les interviews, conférences, programmes de formation […] (p. 94).

4Son objectif :

[…] que ces pages instruisent le procès en charlatanisme de cet insupportable « décodage du non-verbal » qui entend rendre ses jugements sur tous et n’importe qui (p. 28).

Il est utile de préciser qu’il ne s’agit pas d’un livre contre les « psy » […] ni contre les personnes œuvrant dans le domaine de la formation professionnelle et continue (p. 31).

5Les « pseudo-scientifiques » se sont engouffrés dans la brèche ouverte dans les sciences de l’information et de la communication (SIC) qui « sont encore en quête de légitimité académique, à côté de l’écrasante sociologie [et] manquent encore de visibilité sociale et médiatique » (p. 35). Il est effectivement plus facile de copier-coller des éléments dans des disciplines existantes et d’en développer des points particuliers sans trop se soucier de références méthodologiques que de créer des concepts nouveaux en se souciant de critères épistémologiques.

6Ainsi, pour prendre l’exemple du chapitre « Les gourous ramènent leur science », l’auteur nous montre comment, à partir de l’analyse transactionnelle et de la Programmation neuro-linguistique (PNL) mises au point par des psychologues et des psychanalystes en regard des avancées de la neurologie, les « bonimenteurs » vont « s’octroyer un supplément de légitimité » (p. 79).

7Poursuivant sa critique, Lardellier souligne que « la méthodologie […] permettant d’arriver aux conclusions tartinées à longueur de pages n’est presque jamais mentionnée » (p. 104) et que « [l]es affirmations des bonimenteurs s’apparentent à des lapins que l’on sortirait de chapeaux […] elles apparaissent comme par magie ! » (p. 109).

8Parmi les nombreuses théories « fumeuses », l’auteur consacre un chapitre à ce qu’il appelle la « synergo(go)logie » et à son « inventeur », Philippe Turchet, dont cette « <synergologie> reste l’exemple le plus achevé de <pseudoscience> dans le domaine de la communication interpersonnelle » (p. 84) et dont le

[…] centre délivre des diplômes graduels, calqués sur le modèle de la PNL. Joseph Messinger poursuit quant à lui l’exploitation monomaniaque d’un filon lucratif, avec comme thème obsessionnel « les gestes ». Ses livres, caractérisés par un taux de redondance incroyable, paraissent à flux tendu […] (p. 86).

9Au passage, il souligne les tirages sûrement « gonflés » de ces publications pour leur donner une crédibilité auprès du grand public qui est, avant tout, le public cible de ces « spécialistes ».

10Il convient avant de conclure d’ouvrir un paragraphe sur le style du livre. Le ton est souvent ironique, voire polémique. Voici quelques exemples :

  • Le Monde 2 est « intello-bobo » (p. 21) ;

  • Messinger un « pseudo-scientifique » (p. 40) ;

  • un « savant télévisuel qui a raté une carrière de comique » (p. 21) ;

  • « Paolo Coelho, sous-Saint-Exupéry de consommation courante, époque Petit Prince » (p. 45) ;

  • les « <démagos de la com>, qui vendent des plats vite prêts dans leurs livres de recettes de <cuisine relationnelle> » (p. 67) ;

  • « ces <obsédés du non-verbal>, et […] ces frénétiques du <corps comme livre ouvert> » (p. 68) ;

  • ainsi que la « flopé de disciplines autoproclamées » (p. 80) où « des <gogos> se laissent semble-t-il abuser » (p. 86) par une « psychologie pour rombières » (p. 121).

11L’ensemble est écrit avec rigueur et clarté sans oublier quelques touches d’humour dans des titres que ne désavouerait pas le quotidien Libération  « Les routes du Soi », « Ne pas rater le coach », « Ne me kit pas » —, humour certes trop rare dans les publications universitaires, mais qui apporte ici une dédramatisation du sujet et propose au lecteur un recul suffisant pour une lecture critique.

12En conclusion, l’auteur écrit : « J’ai décidé de ne pas m’intéresser dans ces pages aux lecteurs des bonimenteurs. Il ne faut voir là aucun mépris. Mon parti pris était de replacer tous ces gourous dans un contexte social et idéologique, puis de démonter leur rhétorique » (p. 137). Et de citer Kant : « Ose penser par toi-même ! Et apprends déjà à te passer de ceux qui pensent pour toi » (p. 154). C’est ce que l’on doit faire en lisant ce livre, certes polémique, mais qui apporte avec la rigueur universitaire nécessaire un regard pertinent sur ces « disciplines » hautement médiatisées, au détriment des réelles réflexions sur les phénomènes de communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Pascal LARDELLIER (2008), Arrêtez de décoder ! », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/1931

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Autrefois maître de conférences et directeur du Département infocom de l’Institut des sciences de la communication et de l’éducation d’Angers (ISCEA), Pierre Gosselin est présentement en retraite et chargé de cours dans le Master communication de l’ISCEA dirigé par Mohand Renai. Courriel : pierre_jean.gosselin@orange.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org