Navigation – Plan du site
Lectures

Marc LITS (2008), Du récit au récit médiatique

Bruxelles, Éditions De Boeck Université
Valentyna Dymytrova
Référence(s) :

Marc LITS (2008), Du récit au récit médiatique, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Texte intégral

1Aborder le récit médiatique n’est pas une affaire facile pour plusieurs raisons d’ordre théorique, épistémologique et méthodologique. D’abord, il s’agit de définir le récit en tant que concept, ce qui suppose la mise en commun d’un nombre de théories narratives qui relèvent de la linguistique, des études littéraires ou encore de l’herméneutique. Ensuite, la variété des supports et des genres médiatiques ainsi que la réception du récit par ses publics nécessitent des outils d’analyse adéquats, pluriels et complexes. Enfin se pose le problème du rapport entre le récit médiatique et la société, problème d’autant plus difficile à résoudre que les deux évoluent et se trouvent constamment réinterrogés et redéfinis, surtout avec l’entrée en époque dite postmoderne qui se caractérise, d’un côté, par l’emprise de l’émotionnel, de la personnalisation et de la médiatisation et, de l’autre, par la dilution des identités énonciatives. Rares sont les ouvrages qui proposent une réflexion sur le récit médiatique en conjuguant les trois questionnements et qui sont écrits dans un style aussi clair et précis que le livre de Marc Lits. À ce titre, le destinateur (étudiant ou enseignant) sera pleinement satisfait. L’organisation de l’ouvrage est efficace et dynamise les connaissances mobilisées. L’auteur prévoit pour chacun des cinq chapitres son résumé et les références essentielles permettant d’approfondir la réflexion sur le sujet ; à la fin de l’ouvrage, on trouve le glossaire des notions principales, une riche bibliographie incluant des livres, des articles et des sites Web et, enfin, l’index des auteurs.

2Dans le premier chapitre, Lits fait le point sur les rapports entre le récit et la société dans l’histoire. Mythes, contes et légendes attirent son attention en tant que premiers récits qui assurent la cohésion d’un groupe par l’acte de conter et par le contenu expliquant les origines du monde ou du groupe social. L’émergence d’un rationalisme empirique provoque la substitution du mythe par d’autres modes de connaissance du monde : la religion, la science ou la littérature. Pourtant, le mythe ne disparaît pas complètement, il continue à nourrir les productions littéraires, culturelles ou médiatiques. En exploitant un corpus d’articles de presse francophone relatif au retour du loup dans les pays européens, l’auteur montre la confusion entre réel et fiction qui peut avoir lieu dans les médias contemporains. Ainsi, un fait divers qui concerne de prime abord les problèmes écologiques ou ceux de gestion des zones rurales réveille des peurs ancestrales et, grâce à la narrativisation, résout une angoisse latente. La fascination du public devant ce genre de récits trouve son explication chez Jean Baudrillard, qui constate une attitude humaine paradoxale devant la mort : d’un côté, la fuite de la mort, de l’autre, une attirance par elle et par ses peurs. Les attentats terroristes, la peur du sida, les images de la mort violente dans les faits divers sont les peurs relatives à notre époque constamment exploitées par les médias qui jouent sur la frontière entre le réel et la fiction. Loin de dénoncer la présence du mythe dans nos sociétés, l’auteur analyse sa mise en scène et son usage par les médias. Du feuilleton télévisé Dallas ou des reality shows aux rubriques sportives ou nécrologiques dans la presse écrite, on assiste aux récits où la frontière entre réalité et fiction est difficile à tracer. À cet égard, il est nécessaire de prendre en compte le travail interprétatif du public consommant ces récits et surtout ses horizons d’attente par rapport à tel ou tel genre médiatique. Mais le genre n’est pas uniquement fondateur du pacte de la réception ou de la catégorie de classement, il se définit également par rapport au contexte historique, aux pratiques d’écriture et au support. Les codes, les supports et le genre déterminent les formes et les contenus des récits médiatiques. Ainsi, l’usager doit connaître les modes d’organisation et de fonctionnement des récits pour pouvoir distinguer le réel de la fiction et adopter une attitude critique envers les productions médiatiques qu’il consomme.

3Le deuxième chapitre est consacré à l’analyse de la production du récit médiatique. Lits y dresse un tableau critique des approches linguistique et sémiotique du récit qui peuvent être appliquées avec certaines nuances à l’analyse des productions médiatiques. En critiquant la théorie structuraliste (Roland Barthes, Algirdas Julien Greimas) qui considère le texte comme un système de signes autosuffisant, contenant en lui toutes les informations nécessaires à son analyse, l’auteur insiste sur la prise en compte du contexte extérieur au texte avec les conditions sociales de sa production et de sa réception ainsi que l’inscription du texte dans un ensemble de textes (intertextualité). La mise en perspective des courants divers s’intéressant à l’analyse du récit — l’école structuraliste de Paris, la linguistique du récit de Jean-Michel Adam et la philosophie herméneutique de Paul Ricœur — permet à Lits de définir le récit en tant que concept opérationnel pour l’étude du récit médiatique. Pour lui, le pôle médiatique est central dans le système social et se construit principalement selon le modèle narratif dans sa production et dans sa réception. Pourtant, si l’information se présente sous la forme narrative, elle ne devient pas spécialement fiction malgré la fragilité de la frontière. Le récit médiatique est un objet d’étude hybride, car composé des genres divers et présenté sur des supports différents, et discutable par rapport à son statut de légitimité culturelle, à sa logique narrative et à sa saisie par le récepteur comme par l’analyste. Cela exige des lectures « plurielles » du récit dans le sens de l’approche sociosémiotique. Le récit médiatique est abordé en tant que fait sociodiscursif dans son rôle particulier de médiateur symbolique collectif. De ce point de vue, son analyse narratologique ne prend sens que par une prise en compte de ses conditions de production et de réception.

4Dans le troisième chapitre, Lits se penche sur l’analyse de la réception du récit en confrontant plusieurs théories fondées sur l’esthétique, la sémiotique, la psychanalyse ou la sociologie de la réception. L’évolution des théories scientifiques est appréhendée par l’auteur par l’intermédiaire du débat concernant la postmodernité. La remise en question de la rationalité, du savoir progressif et cumulatif, la revalorisation du sujet et de l’individualité, les nouveaux modèles de référence issus de l’histoire, de la philosophie et de la biologie ainsi qu’un triple excès — celui d’événements, celui d’images et celui de la personnalisation — caractérisent l’esthétique de l’époque postmoderne ou sur-moderne (Marc Augé). Dans ce contexte, les théories de la réception mettent en avant le concept de lecture en remplacement de celui de texte. Le travail de lecture consiste en la délimitation des lieux d’indétermination du texte et en la production d’une interprétation d’ensemble cohérente en fonction de l’« horizon d’attente » du lecteur. Ce dernier devient un sujet actif du processus de co-construction du sens à partir de son expérience du monde réel, de la mémoire collective propre à son environnement socioculturel et de sa capacité à produire des hypothèses sémantiques pour anticiper la suite du récit. Les concepts d’effet de lecture, de jouissance, de motivation et d’identification occupent une place importante dans l’esthétique de la réception. Les procédés d’identification et de projection par rapport aux personnages constituent une grille d’analyse de la réception par la psychanalyse qui se concentre sur le rapport individuel de chaque lecteur au texte. En revanche, la sociologie de la réception inscrit la lecture dans le champ social avec un réseau de relations génériques et idéologico-culturelles où tout lecteur appartient à un groupe ou à une classe sociale. Les limites des théories de la réception sont liées essentiellement à la présupposition d’un lecteur idéal qui n’est pas toujours confronté au public réel. Cela peut amener l’analyste vers une survalorisation des capacités interprétatives des consommateurs des médias. Compte tenu des limites interprétatives de tout modèle analytique, Lits opte pour une analyse complexe du travail du lecteur et de l’effet inscrit dans le texte selon plusieurs perspectives : sémiotique, sociologique et esthétique avec comme éléments constituants les modes de production du récit, l’analyse des personnages et l’inscription du récit dans des codes socioculturels et dans le réseau d’intertextualité.

  • 1  Par exemple, les numéros spéciaux consacrés aux premiers pas de l’homme sur la Lune.

5Le quatrième chapitre porte sur les composantes essentielles du récit telles que le temps, le personnage et les procédés stylistiques qui déterminent la cohérence textuelle du récit et participent à la construction des identités narratives, individuelles ou collectives. La temporalité peut être abordée au moyen des catégories d’ordre, de durée et de fréquence établies par Gérard Genette qui permettent de saisir techniquement l’organisation du temps dans le récit. Pour Lits, la réflexion sur le récit et la temporalité devrait passer par la philosophie de Ricœur, qui étudie les relations entre temps, récit et expérience vécue dans l’histoire et la fiction littéraire. L’approche ricœurienne du récit comme médiation de notre rapport au monde et aux autres est construite autour de la triple mimesis et est opérationnelle dans le cadre du récit médiatique proche du récit historique dans la mesure où les deux sont les lieux de la construction des identités narratives et sont liés aux faits du réel mais avec une distance temporelle différente. À la différence de Ricœur, Jean-Marc Ferry ne se limite pas à la dimension narrative et distingue quatre modes de construction de l’identité : la narration, l’interprétation, l’argumentation et la reconstruction, la dernière étape correspondant à la distanciation critique du sujet par rapport à son discours. Donc, le premier questionnement qui guide Lits dans sa réflexion sur la temporalité concerne la manière dont le système médiatique organise notre rapport au réel. L’accélération du temps dans la production et la réception de l’information, l’irruption du direct et la croissance de l’interactivité et de la virtualité des médias caractérisent la logique du flux et la thématique de la proximité et modifient les rapports à la temporalité sans laisser le temps à la reconstruction identitaire, ce qui provoque des confusions entre le réel et la fiction. L’inscription d’un événement dans le temps par sa récitation et l’insertion du récit dans le temps du lecteur/spectateur dépendent des genres et des supports médiatiques. Le deuxième questionnement sur lequel l’auteur se penche concerne le rôle des médias dans la construction de notre histoire personnelle et collective. Le flux informatif s’inscrit toujours dans le continuum de l’histoire. Les médias retournent sur le passé pour y chercher des explications des événements actuels ou pour répondre à une attirance du public en fonction du besoin de reconstruction d’identités en crise provoqué par la chute des grands récits de légitimation. Ainsi, les médias guidés par des logiques commerciales et sociologiques repensent et cadrent l’histoire par leurs propres choix qui peuvent prendre la forme de fac-similés en virtualité1, de véritables fac-similés qui resituent un journal publié à l’époque, dans sa totalité ou pour partie, de publications par un journal des fac-similés de ses propres pages, de retour du journal sur son propre cheminement historique, de rétrospective d’un événement construite à partir des articles d’époque mais recomposés dans une typographie contemporaine ou de commémorations de grands événements avec un mélange d’articles de l’époque et de commentaires contemporains. Ces publications ont un caractère pédagogique et participent à la construction de l’identité collective. À la différence de l’école qui propose une histoire nationale commune qui sert à unifier les citoyens, les médias proposent plusieurs reconstructions historiques différentes selon leurs choix idéologiques et rédactionnels et sans toujours recourir à la parole des experts, ce qui pose la question de leur responsabilité scientifique.

6Les personnages constituent une autre composante importante de tout récit, y compris du récit médiatique. D’abord, ils différencient le récit des autres types de textes, ensuite, ils organisent la narration comme fil directeur des actions et, enfin, ils servent de lieux d’investissement émotionnel ou pulsionnel pour des scripteurs mais aussi pour des lecteurs/auditeurs/spectateurs. Le personnage médiatique ainsi que le personnage romanesque sont pour Lits les produits d’une représentation qui se construit selon les trois mécanismes principaux : le schéma narratif, le schéma actanciel et la conflictualité narrative. Afin de donner des exemples illustrant ses réflexions théoriques d’ordre général, l’auteur analyse, en premier lieu, le rôle des personnages dans la couverture des conflits internationaux et, en second lieu, la construction médiatique d’un personnage monstrueux. Il constate que les personnages sont représentés dans les médias selon une logique de suspense, de personnalisation et d’accentuation d’antagonismes autour de l’axe « bon et mauvais ». L’auteur attire l’attention, d’un côté, sur l’un des principes de base de toute narrativisation, soit la réduction du réel à sa représentation, forcément réductrice et, d’un autre côté, sur l’importance d’autres logiques qu’une logique narrative dans la construction des personnages médiatiques comme des choix éditoriaux, des orientations idéologiques d’un média et des éléments d’ordre politique, stratégique ou militaire.

7Les modes d’énonciation journalistique (position éditorialiste, discours rapporté ou témoignage), la description comme élément qui contextualise l’information et les figures de style déterminent l’organisation rhétorique d’un média et sont porteurs de significations sociales et éthiques orientant le regard du public. Par exemple, l’usage de la métaphore dans la presse écrite — même s’il est différent d’un texte poétique, car il résulte d’un choix au sein de l’ensemble de figures usuelles et non d’un effort d’invention — sert à mobiliser le connotatif, le référentiel ou l’émotionnel et à créer des « lieux de reconnaissance » pour ses lecteurs.

8Lits relève le fonctionnement des composantes essentielles du récit dans l’analyse de la couverture médiatique des attentats du 11 septembre 2001 où les frontières entre le réel et la fiction se mêlent de nouveau devant un imaginaire catastrophiste. Le fond émotionnel qui a été créé par le direct et l’image a servi de cadre pour interpréter par la suite les attentats. Les figures emblématiques des pompiers new-yorkais mises en scène davantage que le président Bush ou Oussama ben Laden dans les premiers jours qui ont suivi les attentats permettent aux spectateurs d’entrer dans l’événement qui semble dépourvu de signification. Après la première période de l’émotion, les médias recourent aux figures des leaders pour organiser l’information. L’axe « bon et mauvais » est central dans la représentation des personnages politiques. Le président Bush, ayant une image médiatique assez défavorable depuis sa campagne électorale, devient un leader décidé capable de manifester de l’empathie et de rassembler la nation face à Oussama ben Laden, un adversaire démonisé.

9Le chapitre final présente des enjeux actuels du rapport entre récit et société. D’un côté, les récits médiatiques rendent compte de la réalité du monde et constituent le lieu de reconnaissance réciproque, de l’autre, ils modifient nos comportements et nos pensées. En présentant un état des lieux du débat sur les relations entre les médias et leurs publics, Lits prend une position nuancée. Il considère qu’à l’époque dite « postmoderne », l’influence des médias sur la société est indéniable, ne serait-ce qu’en heures de consommation. Pourtant, elle ne doit pas être dénoncée, car on ne peut pas se passer des médias : ils construisent nos identités individuelles et collectives et instaurent des débats publics, condition sine qua non du fonctionnement démocratique. Au lieu de dénoncer les dérives du récit médiatique, il s’agit de développer l’esprit critique chez le public. Par ailleurs, il appartient aux journalistes eux-mêmes de réfléchir à leurs responsabilités quand ils utilisent des outils narratologiques. En ce qui concerne l’analyse des médias, les évolutions qui se manifestent par la place croissante de l’émotionnel et du sensationnel, les frontières de plus en plus fragiles entre réel et virtuel, l’usage des nouveaux supports technologiques, l’auteur opte pour la véritable redéfinition des concepts et l’invention d’une « hypernarratologie médiatique » qui permette d’analyser des objets aussi complexes que sont les récits médiatiques d’aujourd’hui.

10Par cet ouvrage, Lits ouvre à son lecteur une boîte riche en outils théorique, épistémologique et méthodologique d’analyse du récit médiatique, mais aussi il montre par de nombreux exemples la façon dont on peut s’en servir. Le message que véhicule l’ensemble des chapitres de ce livre est celui de l’importance de l’éducation aux médias : le citoyen doit être informé de la façon dont les récits auxquels il est exposé sont conçus pour pouvoir pleinement participer aux débats publics.

Haut de page

Notes

1  Par exemple, les numéros spéciaux consacrés aux premiers pas de l’homme sur la Lune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentyna Dymytrova, « Marc LITS (2008), Du récit au récit médiatique », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/1933

Haut de page

Auteur

Valentyna Dymytrova

Valentyna Dymytrova est professeure à l’Institut d’études politiques à Lyon. Courriel : valentyna.dymytrova@sciencespo-lyon.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org