Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane OLIVESI (dir.) (2007), Introduction à la recherche en SIC

Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble
Éric Dacheux
Référence(s) :

Stéphane OLIVESI (dir.) (2007), Introduction à la recherche en SIC, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Texte intégral

1Un manuel de méthodologie en sciences de l’information et de la communication (SIC) manquait. L’ambition de l’ouvrage collectif dirigé par le très prolixe Stéphane Olivesi est de combler ce manque. L’ambition est-elle atteinte ?

2Cet ouvrage « se propose d’abord de répondre aux attentes, aux besoins et aux inquiétudes d’étudiants confrontés à leurs premiers exercices d’apprentis chercheurs » (p. 6). Pour ce faire, il repose sur une proposition forte et pertinente : coupler méthodologie et épistémologie pour neutraliser « deux risques symétriques », soit le dogmatisme méthodologique coupé d’une réflexion sur la science et le formalisme épistémologique détaché des pratiques concrètes des chercheurs. Pourtant, la conception de l’ouvrage ne va pas jusqu’au bout de ce projet puisque le plan sépare, d’un côté, la réflexion méthodologique (première partie : « Techniques d’enquête et méthodes ») et, de l’autre, la réflexion épistémologique (deuxième partie : « Méthodologie et épistémologie »). Le tout est complété par une très courte (deux textes) troisième partie nommée « Repères pratiques », qui donne de l’information concrète sur la manière de conduire une thèse en SIC, les institutions du champ, les revues reconnues, etc. Cette troisième partie est, à nos yeux, centrale pour expliquer pourquoi ce livre n’atteint pas l’objectif fixé.

3En effet, cette troisième partie, dans son style comme sur le fond, répond parfaitement à l’ambition présentée en introduction : répondre aux problèmes des apprentis chercheurs. Les deux textes sont écrits par des personnalités reconnues (Bernard Miège et Isabelle Paillard, qui décrivent les étapes d’une recherche, et Hélène Cardy, qui présente les différentes institutions) et proposent effectivement des réponses concrètes aux problèmes que se posent les étudiants confrontés à la recherche. Mais cette partie se trouve en total porte-à-faux avec les deux premières qui, elles, s’adressent — sur le fond comme sur la forme — à des chercheurs confirmés. Du coup, l’ouvrage ainsi constitué apparaît incapable de choisir entre deux publics : celui des pairs et celui des étudiants. Éditer un livre en SIC qui oublie son public n’est pas forcément une bonne méthode pour inciter les jeunes à réfléchir à la méthodologie.

4Qui aime bien châtie bien dira-t-on ? Effectivement ! Les contributions réunies dans la première partie sont d’une grande qualité scientifique. Les textes de Philippe Le Guern sur l’observation, de Jean-Baptiste Legavre sur l’entretien, de Pascal Froissart sur l’analyse quantitative, de Geneviève Lallich-Boidin sur la recherche documentaire, de Roger Bautier et Élisabeth Cazenave sur les sources historiques, de Guy Lochard et Jean-Claude Soulages sur la démarche sémiologique, de Damon Mayaffre sur l’analyse du discours et finalement de Jean-Pierre Esquenazi sur la sociologie de l’énonciation permettent au chercheur de réfléchir sur ses pratiques méthodologiques en remettant en cause les préjugés que l’on peut avoir à l’égard de telle ou telle approche. Cette diversité dans les méthodes abordées se double d’une diversité des disciplines d’origine et se voit renforcée par la multiplicité des points de vue théoriques des auteurs. À elle seule, cette partie mérite que l’on achète le livre et que l’on félicite le directeur de ce collectif pour avoir eu le courage et l’énergie de rassembler des textes de qualité sur un sujet injustement négligé par les publications scientifiques en SIC.

5La deuxième partie est, elle aussi, composée de textes stimulants. Olivesi et Soulages proposent une réflexion épistémologique sur les rapports entre communication et langage. Ce texte est suivi par une autre contribution du directeur de l’ouvrage portant sur le « travail du concept », analyse complétée, mais aussi partiellement remise en cause par l’article d’Emmanuel Pedler intitulé « Le raisonnement scientifique ». Cette partie s’achève sur un texte de Jacques Le Bohec traitant du « travail d’objectivation ». Mais si chaque texte s’avère, en lui-même, riche de questionnements utiles pour les SIC, l’ensemble laisse un peu sur sa faim. Un goût paradoxal de trop et de trop peu. Trop, car finalement derrière l’apparente diversité des points de vue, on retrouve le même cadre conceptuel : la sociologie de Pierre Bourdieu. Trop peu, car la question centrale de l’objet — existe-t-il un objet « information-communication » ? — est à peine effleurée.

6Ce que nous considérons comme « trop peu » s’explique aisément par le point de vue épistémologique de Olivesi, fortement influencé, outre par Bourdieu, par Michel Foucault et, plus particulièrement dans le domaine des SIC, par Bernard Miège, qui postule que toute théorie globale des SIC est impossible. Cette position épistémologique est solide, argumentée, respectable, mais elle n’est pas la seule possible. Les réflexions épistémologiques générales aussi importantes que celles de Edgar Morin, Thomas Kuhn ou Jürgen Habermas ne sont pas du tout mentionnées ! De même, des réflexions sur l’épistémologie des SIC aussi différentes que celles qu’ont proposées Alex Mucchielli, Bruno Ollivier ou Daniel Bougnoux sont totalement ignorées. Du coup, et nous revenons ici à notre critique liminaire, soit l’on s’adresse à d’autres pairs en défendant un point de vue de manière à nourrir un débat intellectuel, et les choix effectués par Olivesi sont tout à fait légitimes, soit l’on s’adresse à des étudiants et, même si l’on peut proposer un point de vue particulier, l’on se doit de proposer un éclairage sur la pluralité des théories de la science et des SIC.

7Un livre important pour la réflexion sur les SIC. Un manuel de méthodologie raté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Dacheux, « Stéphane OLIVESI (dir.) (2007), Introduction à la recherche en SIC », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/1940

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Éric Dacheux est professeur à l’Université Blaise Pascal (Clermont II) et chercheur associé au laboratoire Communication et politique, groupe Communication et solidarité. Courriel : eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org