Navigation – Plan du site
Lectures

Bruno OLLIVIER (2007), Sciences de la communication : théories et acquis

Paris, Éditions Armand Colin, Coll. « U »
Benoît Berthou
Référence(s) :

Bruno OLLIVIER (2007), Sciences de la communication : théories et acquis, Paris, Éditions Armand Colin, Coll. « U ».

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue un « manuel », dispositif éditorial entendant présenter des travaux existants et esquisser les pistes de recherche au sein d’une discipline donnée. Relevant d’un genre quelque peu paradoxal (puisqu’à la fois exhaustif mais concis, descriptif et prospectif), cet ouvrage constitue ainsi une véritable gageure : comment présenter au sein du « symbole par excellence du livre universitaire » (comme mentionné dans la présentation de la collection « U ») des savoirs vieux de seulement une « quarantaine d’années » (ainsi que le rappelle la quatrième de couverture) et se plaçant en partie au fondement de disciplines encore mal connues, voire contestées ? Telle est la question à laquelle répond ici Bruno Ollivier au sein d’une collection dirigée par Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier.

Les « sciences de la communication » comme filiation

2L’organisation de ce « manuel de référence » est ainsi signifiante : se fixant une double mission (« repérer » et « aborder » théories et travaux), il se propose implicitement de placer les « sciences de la communication » sous le signe de la complexité et de présenter celles-ci comme un vaste ensemble de travaux s’inscrivant dans un temps long (débutant, selon Ollivier, avec les écrits de Saussure) et nécessitant donc des outils d’orientation. Ce parti pris n’est pas sans rappeler celui qu’adopte Daniel Bougnoux (2002), même s’il est ici (taille des ouvrages de la collection « U » oblige) plus développé. À une « randonnée critique » (Bougnoux, 2002 : 5) fait ainsi place un mode de présentation presque patrimonial puisqu’organisé autour de deux parties d’inégale longueur. Aux « Grands paradigmes utilisés en science de la communication » (161 pages) présentant les pensées ainsi que les auteurs ayant permis de constituer et de saisir ce nouvel objet scientifique succède l’étude des « Champs de recherche actuels » (70 pages) structurant le champ scientifique ainsi ouvert. Le sous-titre de l’ouvrage (« théories et acquis ») présente une structure adoptant une organisation strictement inverse à celle de Stéphane Olivesi (2006). Ses « Objets » et champs de recherche actuels (147 pages) précèdent ses « Savoirs » (75 pages) et acquis, et ce, pour des raisons exposées dans l’introduction : « À la différence d’un manuel, cet ouvrage […] ne propose pas une somme de théories passées, sélectionnées et juxtaposées avec plus ou moins d’à-propos » (Olivesi, 2006 : 5).

3S’attachant à « présenter les principales matières enseignées en SIC sans les couper de la recherche <vivante> et de ses résultats », le parti pris qu’adopte Olivesi met-il en évidence les risques inhérents à une entreprise comme celle de Ollivier ? Force est de constater qu’il permet plutôt à celui-ci de mieux en dégager l’originalité puisque « sélection » et « juxtaposition » se font dans une intention clairement exposée dans l’introduction : mettre en évidence « les filiations, les influences, mais aussi les conflits scientifiques qui entourent les sciences de la communication» (p. 4). Contrairement à l’ouvrage (excellent) d’Olivesi, celui d’Ollivier n’entend pas poser le problème d’un enseignement, mais semble avant tout appréhender la communication comme un objet scientifique fait de relations, susceptible de permettre de nouer des liens au-delà des frontières des disciplines, institutions et nations. D’où une constante volonté de ne pas chercher d’incontournables points d’appui au sein de théories faisant pourtant référence, car étant pensées comme extrêmement structurantes dans le champ scientifique des « sciences de la communication ». En témoigne le traitement fort différent réservé par ces deux auteurs aux travaux de Gregory Bateson : présentés comme une « œuvre fondatrice » par Olivesi, ils sont à l’inverse intégrés, chez Ollivier, au sein d’une longue lignée de réflexions sur les modes de communication à l’intérieur du groupe créé par nombre d’écrits en provenance notamment de la sociologie (p. 85-113).

4Faisant montre d’une constante volonté (qui n’est pas sans rappeler Mattelart et Mattelart, 2007) d’inscrire les sciences de la communication dans le temps long, Ollivier présente celles-ci comme appartenant pleinement au champ des sciences sociales et ne constituant nullement « une science de l’action, en l’occurrence […] une science de l’ingénierie sociale » (Miège, 2007 : 107). Cette position, qui n’est effectivement pas sans rappeler certaines des propositions de « l’approche communicationnelle » définie par Miège, semble toutefois esquisser une posture flatteuse, que fustige Olivesi, susceptible de verser dans « l’image abstraite de la science que véhiculent habituellement les manuels » (p. 8). Car force est de constater qu’en ne faisant aucune place à ce que Robert Boure (2002) nomme « l’histoire non officielle » de la discipline ayant permis la propagation et la production des savoirs exposés ici, Ollivier fait parfois douter de la réalité de ces mêmes savoirs et semble même ne leur accorder d’autre existence qu’idéelle. Son ouvrage bute ainsi sur le paradoxe inhérent à tout manuel de ce type : le « symbole par excellence du livre universitaire » ne semble pas pouvoir prendre en compte le monde universitaire qui fournit pourtant ses auteurs ou lecteurs et lui donne donc sens et chance. Ce faisant, sans doute ne permet-il pas aux chercheurs et étudiants de pleinement « s’interroger sur son héritage et de comprendre les jeux et enjeux théoriques et institutionnels présents et passés » (Boure, 2002 : 41).

L’interdiscipline : un discours de la méthode

5La chose est d’autant plus regrettable que la rigueur du propos de Ollivier lui permet de ne jamais verser dans l’hagiographie en faisant sans cesse primer les objets (langage, sens, groupe, support, etc.) sur les auteurs (comme en atteste d’ailleurs l’absence d’index des noms cités). Si « image abstraite » il y a, celle-ci ne tient donc pas du who’s who, mais relève bien plus de la volonté de poser le problème inhérent aux sciences de l’information et de la communication : comment présenter une discipline qui se pense comme interdiscipline, « le paradoxe de la discipline restant qu'elle se doit d'être fermée par des frontières pour exister, tout en étant ouverte pour évoluer, s'adapter et vivre » (Ollivier, 2000 : 11) ? Il s’agit dès lors de constituer un point de rencontre entre savoirs, qui ne serait pas enfermé « dans un objet d’étude ni dans une problématique unique » (p. 168), de circonscrire un espace académique sans que celui-ci ne soit pour autant jamais clos, tout en démontrant que semblable position n’est en aucun cas synonyme d’inconsistance scientifique, mais constitue bien un autre mode de transmission et de construction du savoir. Cette position est largement répandue dans le champ des sciences de l’information et de la communication, depuis un Robert Escarpit luttant contre une vision trop « instrumentale » de la communication jusqu’à un Bernard Miège n’ayant de cesse de rappeler l’enjeu épistémologique majeur que constitue cette paradoxale ouverture. Reste qu’expliciter semblable conception au sein d’une collection qui, sans doute de par sa vocation première (préparer depuis 1968 au concours et plus largement aux seconds cycles universitaires), fait peu de place à ce type d’approches (l’esthétique ou les sciences cognitives n’y sont par exemple pas vraiment représentées), constitue un véritable défi.

6Si Les Sciences de la communication le relève, c’est avant tout à travers la formulation de paradigmes, de « principes théoriques » susceptibles de « servir de points de départ à un travail d’observation ou de recherche en sciences de la communication » (Ollivier, 2007 : 4). Les « apports fondamentaux » (p. 61) de chaque courant de pensée étudié sont ainsi présentés sous la forme d’une énumération suivant systématiquement leurs exposés. Un important travail de synthèse — qui aurait sans doute gagné à être éditorialement uniformisé pour fournir des repères plus clairs au lecteur — vient donc organiser l’ouvrage. L’ensemble ainsi pensé n’est ni schématique (puisque chacune de ces propositions est contextualisée et directement liée à des travaux présentés plus largement) ni réducteur (puisque les propositions constituent un vaste ensemble publié en annexe, ce qui place cette espèce « d’abrégé des sciences de la communication » sous le signe de la complexité). Nous sommes donc loin des quatre « nouveaux paradigmes en science de l’information » (travail collectif, flot, usage, électron) présentés par Yves-François Le Coadic (2004). Les « 200 hypothèses théoriques pour construire des approches interdisciplinaires en Science de l’information » (p. 245), intitulé de la liste récapitulant en fin d’ouvrage l’ensemble de ces « apports », représente en ce sens une entreprise qui semble ne pas avoir de réel équivalent au sein de la discipline : elle ne fait ni office de corpus (et entend fonctionner à côté des nombreuses bibliographies présentes dans l’ouvrage) ni office de ces « vade-mecum » ou « aide-mémoire » (trop ?) courants dans les manuels (puisqu’elle est présentée sans enrichissements ni renvois d’aucune sorte).

7Semblable document éclaire à plus d’un titre notre question d’introduction, d’abord par sa taille et par le nombre de ses propositions qui, pour chacune d’entre elles, renvoient à plusieurs travaux fort conséquents. Est ainsi clairement mise en avant l’image de sciences de la communication qui n’en sont plus à leurs balbutiements. D’ores et déjà, étudiants, enseignants ou chercheurs s’inscrivent dans un ensemble constitué et se doivent de gérer un héritage empreint d’une diversité prenant avant tout la forme d’une hétérogénéité. Ainsi que l’indique fort justement et à plusieurs reprises Ollivier, ces propositions ne sont « pas toutes cohérentes entre elles, dans la mesure où toutes les sciences et toutes leurs approches ne sont pas cohérentes entre elles » (p. 245). Et si se pose le problème de l’interdiscipline, c’est ainsi avant tout par l’intermédiaire d’une méthode permettant de tirer parti de cette multiplicité : « Il revient au chercheur en communication de choisir et d’articuler celles [de ces propositions] qui lui fourniront un cadre théorique cohérent et adapté aux phénomènes qu’il veut observer» (p. 245).

8Ces « 200 approches théoriques » offrent ainsi de penser une « cohérence » sur le mode de la combinaison et de brosser le portrait d’une recherche trouvant validité et légitimité dans la façon dont elle conçoit connexions et rencontres entre ces « apports » de provenances diverses : « Dans la mesure où les sciences de la communication sont une interdiscipline, elles exigent une articulation des plus rigoureuses entre les différentes propositions théoriques qui fondent leurs analyses» (p. 80). Quelles que soient les limites de l’exercice, force est ainsi de constater que ce manuel, « symbole par excellence du livre universitaire », brosse le portrait des sciences de l’information et de la communication qui inventent leurs propres modes de structuration de la « culture scientifique » que Boure recommande d’étudier.

Haut de page

Bibliographie

BOUGNOUX, Daniel (2002), Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

BOURE, Robert (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication, Lille, Les Presses du Septentrion.

LE COADIC, Yves-François (2004), La science de l’information, troisième édition, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

MATTELART, Armand et Michèle MATTELART (2007), Histoire des théories de la communication, troisième édition, Paris, La Découverte.

MIÈGE, Bernard (2007), La pensée communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « La communication en plus ».

OLIVESI, Stéphane (dir.) (2006), Les sciences de l’information et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « La communication en plus ».

OLLIVIER, Bruno (2000), Observer la communication. Naissance d’une interdiscipline, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Berthou, « Bruno OLLIVIER (2007), Sciences de la communication : théories et acquis », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1941

Haut de page

Auteur

Benoît Berthou

Benoît Berthou est professeur à l’UFR des sciences de la communication, Université Paris 13. Courriel : ben.berthou@orange.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org