Navigation – Plan du site
Lectures

Gene SCULATTI et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 60, traduction française d’Aude Cirier / Hamish CHAMP et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 70, traduction française de Nathalie Rouveyre

Paris, Éditions White Star / Paris, Éditions White Star
Yves Laberge
Référence(s) :

Gene SCULATTI et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 60, traduction française d’Aude Cirier, Paris, Éditions White Star

Hamish CHAMP et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 70, traduction française de Nathalie Rouveyre, Paris, Éditions White Star.

Texte intégral

1Ces deux ouvrages carrés et en couleur font partie d’une série publiée initialement aux États-Unis en 2004 chez Amber Books. Ils font l’éloge de la pochette de disque durant l’âge d’or du microsillon (33 tours), un support musical qui semble pratiquement passé à l’histoire. Chaque livre est richement illustré et organisé selon le même principe : les pages de droite montrent la pochette d’un album anglo-saxon ayant marqué sa décennie, alors que la page de gauche correspondante affiche la liste des chansons et des musiciens, offre une présentation stylistique du disque, du groupe ou de l’artiste et se termine par la mention du dessinateur ou du concepteur de la pochette. Il existe dans cette collection d’autres titres similaires pour les années 1950, 1980 et 1990, mais leur bilan est beaucoup moins intéressant, tant du point de vue musical que du point de vue visuel.

2La liste des 100 disques les plus vendus des années 1960 et 1970 n’est pas aléatoire, puisqu’il s’agit des chiffres de vente certifiés pour l’ensemble du territoire des États-Unis et non d’un palmarès des chansons ayant été les plus diffusées à la radio. Dans un ensemble aussi diversifié que peut l’être la musique étatsunienne, les styles pop et le rock reçoivent évidemment la part du lion ; mais on retrouve aussi des œuvres de musique soul (The Supremes), country-western (Johnny Cash) et du « Middle-of-the-Road » (Ray Conniff, Barbra Streisand, Herb Alpert et The Tijuana Brass). On ne sera pas surpris de constater que les Beatles occupent 6 des 10 premières positions dans l’ouvrage consacré aux années 1960, les autres étant occupées par deux styles diamétralement opposés : Led Zeppelin et les Monkees.

3Certaines des pochettes des années 1960 sont vraiment mémorables : on peut revoir les quatre membres du groupe The Mama’s and the Papa’s réunis dans une baignoire, le visage grave de Bob Dylan sur Blonde on Blonde, le psychédélisme des Moody Blues pour leur disque Days of Future Passed, le double album Tommy du groupe anglais The Who et la bande originale du film The Graduate, de Simon & Garfunkel, sur laquelle l’acteur Dustin Hoffman fixe du regard la jambe nue d’une femme.

4Chaque ouvrage souligne le travail des concepteurs de certaines pochettes universellement connues : celui du photographe Robert Freeman pour A Hard Day’s Night et Rubber Soul des Beatles, celui du musicien Klaus Voormann, qui a dessiné les Beatles sur Revolver en 1966, celui de l’artiste britannique du pop art Richard Hamilton, qui a innové en 1968 avec le double Album blanc des Beatles, sur lequel apparaît, seul, le nom du groupe sur fond blanc et celui d’Andy Warhol, qui avait fait placer sur chaque exemplaire de la fameuse pochette du disque Sticky Fingers des Rolling Stones une véritable fermeture éclair à la photo d’un pantalon.

5Il ne faudrait pas confondre ces deux listes établies à partir des chiffres de vente avec des guides plus personnels chargés d’indiquer un florilège des meilleures productions musicales de cette époque (1960 et 1970). Ainsi, parmi les 10 premières positions des années 1970, on se surprend de trouver des disques très discutables des groupes Boston, Meat Loaf, et la musique du film Saturday Night Fever ! Et pour les années 1960, le meilleur (Elton John, mais aussi Crosby, Stills, Nash et Young) côtoie souvent le pire (Foreigner, Aerosmith, Van Halen, Bob Seger, AC/DC).

6Quelques inexactitudes subsistent dans le second ouvrage (années 1970) : non seulement le guitariste Eric Clapton n’a pas participé au disque Desire de Dylan, mais, contrairement à ce qui est écrit (p. 28), aucune guitare électrique ne fut utilisée ! De plus, Doug Clifford n’était pas le bassiste, mais bien le batteur du groupe Creedence Clearwater Revival (p. 92). Autre erreur (mineure) : la musicienne Christine McVie n’était pas membre aux « premières heures » du groupe Fleetwood Mac, qui s’est formé à la fin des années 1960 (p. 126). Dans certains cas, on se trompe d’illustration ou on choisit de montrer la réédition en CD plutôt que la pochette d’origine : ainsi, la pochette du disque Aftermath (1966) des Rolling Stones correspond à la version britannique, très différente de la version nord-américaine (p. 75).

7En supplément, chaque ouvrage offre un bilan des meilleures ventes en France. Ainsi retrouve-t-on pour les années 1960 les noms de Charles Aznavour, Georges Brassens, Jean Ferrat, Michel Polnareff, Claude François et Johnny Halliday ; et pour les années 1970, ceux d’Yves Duteil, Serge Gainsbourg, Michel Sardou, Serge Lama et Jean-Michel Jarre. Seule autre exception à cet inventaire des ventes aux États-Unis est la mention de la chanteuse belge Jeanne-Paule Marie Deckers (nom de scène de Sœur Sourire) et de deux groupes « partiellement » canadiens : The Band, ainsi que Blood Sweat and Tears, qui ont connu le succès à la fin des années 1960.

8À l’ère du téléchargement et de la musique portative, alors qu’on se préoccupe moins de l’emballage de la musique que l’on écoute, on appréciera d’autant plus le graphisme et la créativité des pochettes de disque du siècle dernier. Ces deux ouvrages nous permettent de comparer une multitude d’exemples de cet heureux mélange d’art et de mise en marché à grande échelle. Si certains exemples ont plus ou moins bien vieilli, d’autres en revanche symbolisent pleinement leur époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Gene SCULATTI et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 60, traduction française d’Aude Cirier / Hamish CHAMP et Gilles VERLANT (2007), Les 100 albums les plus vendus des années 70, traduction française de Nathalie Rouveyre », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/1948

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Yves Laberge est chercheur au Département de sociologie et professeur associé à la  de philosophie de l’Université Laval (Québec). Courriel : yves.laberge@fp.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org