Navigation – Plan du site
Recherches

Les femmes camerounaises et la « cybermigration » maritale en France

Analyse de l’impact socioéconomique d’une dynamique migratoire nouvelle
Brice Arsène Mankou

Résumés

Les dynamiques migratoires féminines s’inscrivent dans le contexte des migrations mondialisées. Le cas des Camerounaises est une parfaite illustration avec la « cybermigration maritale », une forme de migration socio-économique légale qui concerne, en Afrique Centrale, les femmes confrontées aujourd’hui à la pauvreté et la misère. Notre analyse de l’impact socio-économique de la cybermigration maritale s’atèle à répondre aux questions suivantes : Pourquoi la femme camerounaise migre-t-elle ? Quelles sont les stratégies migratoires que ces femmes mettent en œuvre ? Quel rôle joue Internet dans cette dynamique migratoire nouvelle ? Cette cybermigration maritale sert-elle l’intérêt collectif ou celui des familles restées au Cameroun ?

Haut de page

Texte intégral

« Il y a la pauvreté. Au-delà, il y a la misère. Au-delà de la misère, il y a la clochardisation qui est comme la folie de la misère. » Patrick DECLERCK, Les naufragés.

1Les technologies de l’information et de la communication (TIC) influencent considérablement les phénomènes migratoires du XXIe siècle. Internet et le téléphone portable contribuent à renforcer la thèse selon laquelle « le monde devient un village global » (McLuhan, 1967). Le développement des technologies et celui de la mondialisation cheminent ensemble depuis ces vingt dernières années (Laperche, 2008 ; Mankou, 2008). La vitesse de circulation de l’information, quel que soit son contenu, s’est accélérée. L’Afrique, à l’image des autres continents, est touchée par ces évolutions (Africultures, 1999 ; Chéneau-Loquay, 2004). D’un point à l’autre de la planète, des interlocuteurs peuvent discuter et des capitaux se déplacent en temps réel. En revanche, la mobilité des individus est soumise à de multiples contraintes les conduisant à concevoir des stratégies de contournement. Outre l’évolution des technologies, nous assistons depuis quelques années à celle du phénomène migratoire. Alors que traditionnellement les migrations féminines s’inséraient dans des migrations familiales (en tant que mères ou épouses généralement), depuis ces trente dernières années, nombre de femmes des pays en développement migrent seules pour trouver un emploi et faire vivre leur famille restée au pays (Travail, genre et sociétés, 2008).

2Dans cette perspective, les femmes africaines, conscientes des possibilités que leur offre la mondialisation, veulent exercer leur droit de migrer en tant que « cosmocitoyennes » (Mbonda, 2005). Cette forme de migration que nous avons nommée « cybermigration maritale » concerne aujourd’hui une Camerounaise sur trois, tant il est vrai qu’elle est devenue une stratégie échafaudée par les Camerounaises elles-mêmes pour échapper à la pauvreté qui touche près de la moitié des ménages camerounais. La cybermigration maritale, contrairement aux migrations que l’on peut qualifier de traditionnelles, passe d’abord par les routes virtuelles (Internet), pour ensuite emprunter les voies matérielles (routes, voies maritimes ou autres). Au Cameroun, pour la seule ville de Yaoundé, capitale politique et administrative du Cameroun, près de 500 cybercafés sont pris d’assaut tous les jours par des femmes « cherchant leur Blanc » sur la toile.

3Nous nous intéressons à la cybermigration maritale en tant que dynamique migratoire économique et plus précisément à l’impact socioéconomique de ce nouveau phénomène de « migration mondialisée » qui, selon Achille Mbembe (2006), fait que « chaque nation [est diasporique ».

4Nous présentons ici les premiers résultats de l’enquête que nous avons réalisée en 2008 à Yaoundé auprès des femmes camerounaises. La situation économique et sociale du Cameroun est marquée par la pauvreté, et la misère explique pour une large part la cybermigration maritale des Camerounaises vers la France. Il s’agit pour nous d’analyser le mode opératoire de cette cyberstratégie pour mieux comprendre ce phénomène. Qui sont ces femmes ? Quel est leur âge ? Leur origine sociale ? Ont-elles fait des études ? Quels rapports gardent-elles avec leur famille restée au Cameroun ?

5Dans la première partie, nous ferons un état général de la situation économique du Cameroun dont l’extrême pauvreté contraint une large partie de ses habitants à migrer. Dans la deuxième partie, nous élaborerons la notion de cybermigration. Dans la troisième partie, nous présenterons les formes concrètes que revêtent les cyberstratégies des femmes camerounaises. Nous conclurons par la présentation des résultats préliminaires d’une enquête réalisée sur le terrain.

Pauvreté et migration au Cameroun

Situation socioéconomique du Cameroun

6La pauvreté au Cameroun est une réalité socioéconomique qui touche les couches les plus vulnérables de ce pays, à savoir les femmes et les jeunes. Elle est beaucoup plus forte dans les zones rurales que dans les zones urbaines et dans ce contexte, émigrer devient pour les Camerounais pauvres un « acte rationnel » (Termote, 1993 ; Fambon, 2005 ; Bredeloup, 2008), en réponse au « un déséquilibre économique international ». Quelle que soit l’époque, l’immigration « a toujours été une relation inégalitaire entre un pays développé et un pays pauvre » (Centre national des liaisons des régies de quartiers, 2010). Au Cameroun, près de la moitié de la population est touchée par la pauvreté, soit 6,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants. À l’initiative des Pays pauvres très endettés (PPTE), le Cameroun est admis dans les institutions de Bretton Woods. Comme ses voisins d’Afrique centrale — le Congo, le Tchad, le Gabon, la République de Centrafrique —, il fait partie du cortège des pays les plus endettés de la planète. La pauvreté touche autant les villes que les zones rurales (Feumetio, 2007) et elle résulte d’un faible taux de croissance économique et d’un taux élevé de chômage (De Lame, 1999), signes d’une crise qui perdure. À Yaoundé, cette crise se traduit par une dégradation des mœurs et des niveaux de vie que viennent accentuer le chômage, les licenciements, la baisse de salaires, l’augmentation des prix d’achat, la déstabilisation des familles, la violence, l’insécurité chez les femmes, l’alcoolisme et la prostitution (Mengue, 2004). Les causes sont connues et multiples : une gestion désastreuse des ressources premières, une corruption généralisée et une mauvaise gouvernance sont autant de freins au développement économique et social de ce pays (Kamdem, 2008).

7Pourtant, le Cameroun n’est pas dépourvu de ressources. Par exemple, ce pays produit du café, du cacao, de la banane, ainsi que du coton et du pétrole. Mais, à partir de 1986, le pays entame une longue phase de stagnation engendrée par des facteurs externes et internes (Feumetio, 2007) et qu’illustre la « stabilité » de l’Indice de développement humain (IDH) depuis 1975 (tableau 1). Le Cameroun se situe au 148e rang sur 177 pays (en 2003) et, selon l’indicateur de pauvreté humaine (IHP-1), au 47e rang sur 88 pays.

Tableau 1. Indice de développement humain (IDH)

Tableau 1. Indice de développement humain (IDH)

Source : CIA, World Facts Report, « Statistiques issues ».

8Une définition sommaire de la pauvreté renvoie au manque de ressources disponibles pour vivre (Mossé, 1985). Cependant, elle comprend aussi deux dimensions complémentaires, d’ordre macrosociologique et microsociologique. La première fait intervenir des représentations collectives et l’élaboration des « catégories » de pauvres conçues par les différentes institutions sociales. La seconde porte sur le sens que donnent les populations pauvres à leurs expériences vécues, aux comportements qu’elles adoptent à l’égard de ceux qui les désignent comme telles (Paugam, 1996).

Féminisation de la pauvreté au Cameroun

  • 1 Selon l’ONU (2000), on trouve principalement des femmes parmi les 1,5 milliard de personnes qui viv (...)
  • 2 Même si le secteur primaire représente 60 % de la population active, le poids relatif de la populat (...)

9La pauvreté se féminise au Cameroun (Guillemaut, 2008 ; Pujolle, 1995) comme ailleurs dans le monde1. Les femmes, en premier lieu celles qui vivent dans les principales villes2, sont prêtes à tout pour échapper à la pauvreté. Si la prostitution demeure un moyen de survie classique, la recherche d’un conjoint « blanc », grâce à Internet, devient l’une des nouvelles stratégies pour contourner la pauvreté et migrer ainsi en Europe dans l’espoir d’une vie meilleure.

  • 3 Les pratiques tontinières au Cameroun sont des formes d’épargne permettant aux femmes de ce pays de (...)

10Dans les villes où se concentrent 51,4 % de la population camerounaise, la pauvreté touche principalement les quartiers périphériques. C’est notamment le cas des quartiers d’Essos, de Tsinga et de Mokolo à Yaoundé. Pour lutter efficacement contre la pauvreté, certaines femmes se livrent à des activités génératrices de revenus comme le commerce de proximité ou constituent des tontines3 (Gasse-Helliot, 2000). Pour d’autres, la survie passe par la migration et elles transforment le Web en véritables agences matrimoniales (Wamé, 2005).

Internet au Cameroun

11Le Cameroun compte près de 40 000 utilisateurs d’Internet, dont 60 000 connexions directes (Wamé, 2005). On dénombre au moins 2 500 cybercafés, dont 500 dans la seule ville de Yaoundé, où nous avons mené nos enquêtes. Officiellement, Internet s’est implanté en 1996 dans les établissements universitaires et polytechniques de Yaoundé, qui assureront la gestion des serveurs. Cet outil, comme ailleurs, va bouleverser les modes de vie des Camerounais et devenir un média de prédilection tant sur le plan de la communication que sur celui de l’information (Vettraino-Soulard, 1998).

  • 4 Buea, ville du Cameroun, est considérée comme la capitale du sud-ouest de ce pays. Elle est située (...)

12Les Camerounaises se rendent compte très tôt des avantages d’Internet et transforment le Web en « agences matrimoniales » (Wamé, 2005) : « Depuis que les jeunes filles camerounaises ont la tête dans les nuages, elles sont de jour, comme de nuit à la conquête de maris en Europe, grâce à Internet » (Nitcheu, 1999). « D’ailleurs, après les bistrots, bars, gargotes, en bref les débits de boissons, les cybercafés sont en train de devenir les seconds endroits les plus fréquentés par les Camerounaises, du moins à Douala, à Yaoundé et dans une certaine mesure à Buea4 » (Nitcheu, 1999 : 128), ce que nos enquêtes confirment, en plus de révéler l’ampleur grandissante du phénomène.

13Cet usage d’Internet par les femmes préoccupe les pouvoirs publics au Cameroun, d’où l’opération lancée en 2009 par le ministère de la Condition féminine qui, en partenariat avec l’Institut africain de l’informatique (IAI), initiera, d’ici à 2012, 100 000 femmes aux TIC, en plus des 40 000 femmes déjà formées. Si Internet est source d’espoir, il est aussi source de déception.

Cybermigration : un essai de définition

14La cybermigration maritale est une forme de migration économique légale qui privilégie les routes virtuelles qui passent par Internet et qui est la conséquence du durcissement des lois sur l’immigration. Les migrants, notamment les femmes, savent désormais que seuls le mariage ou les études constituent encore une solution légale pour s’installer temporairement ou définitivement dans certains pays de l’OCDE, dont la France.

15La cybermigration maritale implique certes une dimension individuelle, puisque la femme est devant son écran d’ordinateur et devant sa décision de migrer, mais cette décision comporte aussi une dimension sociale et familiale dans la mesure où les retombées financières de cette décision serviront à entretenir la famille restée au pays. Or, la majeure partie des discussions sur la migration en Afrique néglige le rôle des femmes et présume que les mouvements migratoires des femmes accompagnent ceux des hommes. La femme migrante africaine d’aujourd’hui cherche à façonner son propre destin. En émigrant, notamment vers les pays industrialisés, elle veut assurer la survie de sa famille restée au pays. Mais, combien sont-elles?

« Cyberstratégies » des femmes camerounaises

Migrations féminines et cyberstratégies

16Les migrations se féminisent. De plus en plus, les femmes migrent parce qu’elles souhaitent choisir leur destin et non parce qu’elles accompagnent leur père ou leur époux (Mfou’ou, 2005).

Tableau 2. Évolution des pourcentages des femmes parmi les émigrants d’Afrique subsaharienne vers les pays de l’OCDE, 1960-2000

Tableau 2. Évolution des pourcentages des femmes parmi les émigrants d’Afrique subsaharienne vers les pays de l’OCDE, 1960-2000

17L’une des cyberstratégies les plus usuelles des femmes camerounaises, rappelons-le, est de parcourir la Toile pour « chercher un conjoint blanc », se marier et quitter le pays. Il s’agit d’afficher des annonces matrimoniales, qui comprennent une photographie et un court message du genre : « Jeune femme camerounaise sérieuse, cherche européen âge indifférent pour vie à deux et mariage. Annonce sérieuse. Aventurier, pervers s’abstenir. » Cette cyberstratégie apparaît comme une tentative de contournement de la pauvreté à l’instar des réseaux sociaux constitués, telles les tontines. Mais, les espoirs sont-ils fondés ?

18Nombre de gérants de cybercafés de Yaoundé que nous avons interrogés nous ont indiqué que certaines clientes ne parviennent pas forcément à « trouver un mari blanc » : « Toutes ces femmes que vous voyez ici n’iront pas toutes jusqu’au bout. Il y a un principe qui dit qu’il y a beaucoup d’appelées mais très peu d’élues. C’est comme une loterie. » L’opération « chercher son Blanc » commence par la recherche dans les différents sites de rencontre, nous confie Sandrine (38 ans) de Tsinga, un quartier de Yaoundé.

Une fois que l’on parcourt les sites de rencontre comme affection.org, Meetic, Kijii et bien d’autres. Ensuite, on procède par élimination au fur et à mesure. On peut aussi choisir de mettre sa photo avec une annonce et là, on est sûr d’avoir beaucoup de correspondants et de prétendants… (Jeanne, 40 ans, d’Ekounou, un quartier de Yaoundé).

19La cybermigration maritale touche un nombre de plus en plus grand de femmes. Selon Adrienne Engono (2006), de l’Agence de presse panafricaine, ce phénomène est en passe de toucher même les femmes mariées : de plus en plus, elles sont attirées par l’Occident et quittent le foyer conjugal. Un soir au retour du travail, Collins se retrouve seul avec ses enfants, après avoir attendu vainement son épouse qui ne rentrait pas. Il se résout à communiquer avec les parents de sa femme et ses connaissances. Ce n’est qu’au cinquième jour qu’une voisine l’informera sur le ton de la raillerie que sa « chère épouse » est partie en Europe après un mariage contracté avec un Blanc.

20Les e-mariages touchent les femmes qui veulent changer leurs conditions de vie. Dans une large mesure des mariages mixtes, ils constituent une forme de réussite sociale, car l’Europe est toujours considérée à tort ou à raison comme l’Eldorado.

Enquête sur le terrain

  • 5 Koongo regroupe l’ancien royaume du Congo, qui partait du sud de l’Angola en passant par la Républi (...)

21Nous partons du constat que les migrations féminines camerounaises actuelles ont pour point de départ le réseau Internet et que ce sont surtout les femmes pauvres des zones urbaines qui entreprennent cette démarche. Cette cybermigration économique obéit à deux logiques : une logique individuelle, c’est-à-dire la femme seule devant son écran d’ordinateur en train de chercher un conjoint blanc sur Internet, et une logique sociale, voire familiale. La cybermigrante s’inscrit dans une démarche de « don contre don » (Mauss, 2007), car elle souscrit à l’entretien matériel et financier de sa famille restée au pays qui l’aide à partir. Ces deux logiques se rejoignent, dans la mesure où le poids de la famille en Afrique est déterminant dans les relations sociales et que l’acte de migrer, ou de voyager, dans certaines cultures, constitue une forme de « réussite sociale ». Un proverbe des Koongo5 dit : Wa zeba, wa lenda, qui signifie « Celui qui a voyagé (migré) a réussi ».

22La cybermigration maritale au Cameroun ne touche pas les hommes. Ceux-ci n’ont pas recours à Internet pour préparer leur migration, qui continue d’emprunter les routes terrestres, maritimes et aériennes. Ils partent et arrivent clandestinement, à la différence de la cybermigrante qui arrive dans son pays d’accueil en toute légalité puisque mariée avec un Européen.

23Nous avons réalisé une série d’entretiens et d’observations directes dans les cybercafés, qui, parfois, se sont poursuivis dans les foyers. L’entretien semi-directif d’une durée de une heure trente à deux heures avait d’abord pour objet de cerner l’identité de la cybermigrante (âge, études, origine sociale, religion, etc.), puis les raisons qui la conduisaient à « chercher un Blanc par Internet ». Les Camerounaises interrogées étaient essentiellement des célibataires, des divorcées, voire des veuves qui avaient un projet migratoire.

24Trois parties composaient notre questionnaire :

  • la première portait sur l’âge des enquêtées et leurs motivations ;

  • la deuxième mettait l’accent sur leurs différences sociales et professionnelles, leur degré d’instruction et leurs connaissances en informatique ;

  • la dernière portait sur l’origine géographique et sociale des enquêtées, la situation matrimoniale et la religion pratiquée.

25Pour réaliser cette étude, nous avons effectué en 2008 deux voyages de huit mois à Yaoundé et dans les principales villes du Cameroun, où nous avons enquêté sur les femmes qui fréquentent les cybercafés.

26Grâce à la coopération de certains gérants de cybercafés (qui ont expliqué aux femmes le sens de notre démarche), nous avons pu établir un climat de confiance et interroger 300 femmes venant des différents quartiers de Yaoundé et qui, toutes, ont trouvé un « conjoint blanc » sur Internet. Le choix des enquêtées s’est fait au hasard des rencontres dans les cybercafés.

Présentation des premiers résultats

  • 6 Au Cameroun, les filles-mères représentent environ un tiers de la population féminine.

27Les deux tiers des cybermigrantes se retrouvent dans la tranche d’âge de 25 à 45 ans. La tranche des 15 à 20 ans regroupe des étudiantes (collège, lycée) pour la plupart. Quant aux femmes de 61 ans ou plus, elles sont pour la plupart veuves ou divorcées avec de grands enfants et certaines d’entre elles affirment ne pas croire trouver des maris sur Internet. Beaucoup parmi les femmes de la tranche d’âge de 21 à 24 ans ont quitté les études, ont la charge d’un premier enfant et sont entrées dans la vie active sans réelles perspectives d’avenir. Ce groupe se compose de plusieurs filles-mères6 pour la plupart « déclassées » et qui estiment que leur réussite sociale passe par la cybermigration maritale.

Tableau 3. Répartition par tranche d’âge des femmes interviewées

Tableau 3. Répartition par tranche d’âge des femmes interviewées

28Par « catégorie sociale », nous désignons les secteurs d’activité : les études, les cadres et les professions libérales, le secteur primaire (agriculture, élevage, etc.), le secteur secondaire (bâtiments, travaux publics) et « sans profession ».

Tableau 4. Catégorie sociale des femmes interviewées

Tableau 4. Catégorie sociale des femmes interviewées

29La très grande majorité des femmes qui recherchent un « conjoint blanc » sont sans profession (83,3 %) contre 5 % de cadres ou exerçant une profession libérale. Le deuxième groupe en importance est celui des femmes aux études (10 %) qui considèrent que leur degré d’instruction leur permettra de trouver un conjoint blanc.

30Les femmes qui recherchent « un conjoint blanc » ont des études secondaires plutôt que des études universitaires. Celles-ci estiment pouvoir choisir plus tard leur conjoint en toute liberté alors que celles-là estiment qu’il est plus facile de trouver un Blanc que de faire de longues études dont le résultat est au demeurant aléatoire.

Tableau 5. Degré d’instruction des enquêtées

Tableau 5. Degré d’instruction des enquêtées

Tableau 6. Répartition des femmes interviewées par confession religieuse

Tableau 6. Répartition des femmes interviewées par confession religieuse

31Au Cameroun, les musulmans font partie de l’ethnie haoussa originaire de la province du nord et de l’extrême nord du Cameroun, dans des villes comme Maroua et Garoua. La religion musulmane s’oppose à la « cybermigration » maritale et prône le mariage confessionnel. Les cybermigrantes sont très majoritairement des chrétiennes et des animistes. Les deux tiers des femmes qui cherchent un mari blanc sont des célibataires suivies de veuves (30 %).

Tableau 7. Situation matrimoniale des femmes interviewées

Tableau 7. Situation matrimoniale des femmes interviewées

32En raison du choix de notre terrain, il n’est pas surprenant que presque toutes nos enquêtées soient originaires des quartiers urbains (99,3 %).

Tableau 8. Nombre et pourcentage des maris blancs selon l’origine recherchée par les femmes interviewées

Tableau 8. Nombre et pourcentage des maris blancs selon l’origine recherchée par les femmes interviewées

Conclusion

33La cybermigration maritale des femmes camerounaises est l’une des formes contemporaines de la migration économique. Derrière la réalité de la misère et de la pauvreté des femmes camerounaises se cachent l’envie de s’en sortir, le goût de l’aventure et l’esprit de débrouillardise. Ces migrations, quoique matrimoniales, n’ont qu’un objectif : fuir la pauvreté pour accéder au mode de vie européen dont l’image est transmise par les médias (télévision, radio et Internet) et qui alimente une sorte d’imaginaire migratoire.

34Les « migradevises », c’est-à-dire l’argent envoyé par les migrantes dans leur pays d’origine, ne servent plus à créer des entreprises, mais à entretenir les familles. D’elles dépend la sécurité sociale des familles restées au Cameroun. La cybermigration maritale est donc une forme d’aide économique pour l’entretien des familles et non pour subvenir aux besoins du pays. La cybermigration se rapproche du phénomène du « don » (Mauss, 2007). La recherche d’un mari sur Internet peut coûter jusqu’à 100 000 francs CFA (152 euros/mois), ce qui correspond au salaire d’un fonctionnaire. Pour s’acquitter de cette dépense, les familles soutiennent ces jeunes femmes qui, en contrepartie, « donnent » à leur famille, une fois arrivées en Europe.

35Privées du soutien familial, certaines se cotisent ou encore « se débrouillent » comme elles peuvent, allant jusqu’à la prostitution, d’où le phénomène des « blackettes », c’est aussi la catégorie de ces cybermigrantes dont l’aventure s’est arrêtée.

Haut de page

Bibliographie

Africultures, « Internet en Afrique », n° 23 (1999).

BREDELOUP, S. (2008), « L’aventurier, une figure de la migration africaine », Cahiers internationaux de sociologie, n° 125, p. 281-306.

CASTELLS, M. (1998), La société en réseau, Paris, Fayard.

CENTRE NATIONAL DES LIAISONS DES RÉGIES DE QUARTIERS (2010), Assises nationales des quartiers, p. 1-15.

CHÉNEAU-LOQUAY, A. (dir.) (2004), Enjeux des technologies de la communication en Afrique, Paris, Karthala.

DE LAME, D. (dir.) (1999), Changements au féminin en Afrique Noire, vol. 1, Paris, L’Harmattan.

DECLERCK, Patrick (2003), Les naufragés, Paris, Éditions Pocket, Coll. « Terre humaine ».

ENGONO, Adrienne (2006), « Plus de Camerounaises mariées vont en Occident », Panapress [En ligne]. www.bonaberi.com.article.php?aid=2746. Consulté le 15 novembre

FAIZANG, S. et O. JOURNET (1988) La femme de mon mari, Paris, L’Harmattan.

FAMBON, S. (2005) « Pauvreté et inégalité des revenus au Cameroun », Revue économique du développement, n° 1, p. 91-122.

FAVEREAU, O. (1999), « Transferts financiers des migrants, marchés internes, marchés externes », Revue économique, numéro spécial sur l’économie conventions, mars 1999, p. 141-145.

FEUMETIO, E. B. (2007), La pauvreté en Afrique subsaharienne : incursion dans les dédales, Paris, Éditions Publibook.

GIBSON, William (1984), Neuromancer, traduit en français par Jean Bonnefoy, Paris, Éditions La Découverte.

GUILLEMAUT, F. (2008), « Femmes africaines, migration et travail du sexe », Sociétés, n° 99, p. 91-106.

KAMDEM, P. (2008), « Incidences, les pratiques religieuses dans l’immigration camerounaise en Île de France », Cahiers de la Méditerranée, n° 76, p. 153-178.

LAPERCHE, B. (dir.) (2008), L’innovation pour le développement : enjeux globaux, Paris, Karthala.

LE BRAS, H. et J. LANG (2006), L’immigration positive, Paris, Odile Jacob.

MANKOU, B. A. (2005), Discrimination et intégration des immigrés subsahariens : approche d’analyse à Evry. Mémoire de troisième cycle master sous la direction d’Alain LE GUYARDER et Olivier LE COUR GRANDMAISON, Université d’Evry.

MANKOU, B. A. (2008) Racisme, discrimination, source de violences urbaines, Paris, Éditions Publibook.

MASSEY, D. et al. (1999), Worlds in Motion, Oxford, Clarenton Press.

MATTELART, A. (1999), La communication-monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte.

MAUSS, M. (1950/2007), Essai sur le don, Paris, Presses universitaires de France.

MBEMBE, A. (2006), « La colonie : un petit secret de sa part maudite », Terroirs. Revue africaine de sciences sociales et de philosophie, p. 27-54.

MBONDA, E. (2005), La justice globale et le droit d’être migrant, Québec, Éditions GGC, Coll. « Essais et conférences ».

MCGAFFEY, J. et Rémy BAZENGUISSA (2000), Traders on the Margins of Law, Bloomington, (IN), Indiana University Press.

MCLUHAN, M. (1967), Galaxie de Gutenberg, Paris, Gallimard.

MENGUE, M.-Th. (2004), « La pauvreté à Yaoundé : les cas d’Oyom-Mbang », Cahiers de l’UCAC (Université catholique d’Afrique centrale), p. 413-425.

MFOU’OU, M. (2005), « Je cherche mon blanc », Revue électronique TIC et développement, www.tic.ird/spip5410.HTML. Consulté le 13 février 2005.

MOSSÉ, E. (1985), Les riches et les pauvres, Paris, Seuil.

NITCHEU, Gervais (1999), « Cameroun : l’Internet prend son envol », Africultures [En ligne]. 1er décembre, p. 1-15. http://www.africultures.com/php/. Consulté le 20 mars, 2000.

NOIRIEL, G. (1988), Le creuset français, histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil.

ONU (2000), Rapport du Secrétaire général (G/C N/6/2000/PC/2), New York, Département de l’information.

PAUGAM, S. (1996), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

PIORE, M. J. (1979), Birds of Passage. Migrant Labor and Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

PUJOLLE, T. (1995), « La femme pauvre en Afrique Subsaharienne » dans EPHESIA (collectif), La place des Femmes, Paris, La Découverte, p. 322-327.

TERMOTE, M. (1993), « Causes et conséquences économiques de la migration internationale, théorie et réalité », Études internationales, XXIV, p. 51-61.

Travail, genre et société, « Migrations et discrimination », no 2 (2008).

VETTRAINO-SOULARD, Marie-Claude (1998), Les enjeux culturels d’Internet, Paris, Hachette Éducation.

VIDAL, L. (2000), Femmes en temps de sida, Paris, Presses universitaires de France.

VINCENT, J. F. (2003), « La ménopause, chemin de la liberté selon les femmes béti du sud Cameroun », Le Journal des Africanistes, t. 73, fascicule 1.

WAMÉ, B. (2005), Internet au Cameroun : les usages et les usagers. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université de Paris II.

WOLTON, D. (1999), Internet et après, une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Selon l’ONU (2000), on trouve principalement des femmes parmi les 1,5 milliard de personnes qui vivent avec 1 dollar par jour ou moins. De plus, le fossé entre les femmes et les hommes pris dans le cycle de la pauvreté a continué de se creuser au cours de la dernière décennie. Dans le monde, les femmes gagnent en moyenne à peine plus de 50 % de ce que gagnent les hommes.

2 Même si le secteur primaire représente 60 % de la population active, le poids relatif de la population rurale, et donc des femmes de ces zones, décroît depuis les années 1980.

3 Les pratiques tontinières au Cameroun sont des formes d’épargne permettant aux femmes de ce pays de contourner la pauvreté. Au Cameroun, à cause de la baisse du pouvoir d’achat, plusieurs femmes se sont lancées dans le commerce de proximité ou les tontines.

4 Buea, ville du Cameroun, est considérée comme la capitale du sud-ouest de ce pays. Elle est située à 80 km de Douala et au pied du mont Cameroun.

5 Koongo regroupe l’ancien royaume du Congo, qui partait du sud de l’Angola en passant par la République démocratique du Congo jusqu’au Congo-Brazzaville actuel.

6 Au Cameroun, les filles-mères représentent environ un tiers de la population féminine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Indice de développement humain (IDH)
Légende Source : CIA, World Facts Report, « Statistiques issues ».
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 2. Évolution des pourcentages des femmes parmi les émigrants d’Afrique subsaharienne vers les pays de l’OCDE, 1960-2000
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-2.png
Fichier image/png, 65k
Titre Tableau 3. Répartition par tranche d’âge des femmes interviewées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 4. Catégorie sociale des femmes interviewées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Titre Tableau 5. Degré d’instruction des enquêtées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-5.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 6. Répartition des femmes interviewées par confession religieuse
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Titre Tableau 7. Situation matrimoniale des femmes interviewées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-7.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau 8. Nombre et pourcentage des maris blancs selon l’origine recherchée par les femmes interviewées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/1954/img-8.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Arsène Mankou, « Les femmes camerounaises et la « cybermigration » maritale en France », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/1954 ; DOI : 10.4000/communication.1954

Haut de page

Auteur

Brice Arsène Mankou

Brice Arsène Mankou est doctorant en sociologie des migrations à l’Université de Lille 1, Sciences et technologies. Il est membre du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE, CNRS, UMR 8019) et chargé d’enseignement à l’Université du Littoral à Dunkerque. Courriel : bamankou@yahoo.fr. Il désire remercier les participantes à son enquête.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org