Navigation – Plan du site
Articles

La construction symbolique de l'identité nationale française dans les discours de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy

Angeliki Koukoutsaki-Monnier
p. 11-39

Résumés

À partir d’une approche ethno-symbolique cet article explore la définition de l’identité nationale française forgée dans les discours de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, depuis sa nomination en janvier 2007 en tant que candidat officiel de l’UMP jusqu’aux élections de mai 2007. L’analyse met en lumière une version consensuelle de l’identité nationale française proposée par le candidat, qui intègre les valeurs républicaines et universalistes au modèle culturel français tout en évacuant tout aspect biologique de ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? Voici la question qui a inspiré l’étude que nous présentons dans cet article. Question fondamentale, tant les sujets relatifs à l’identité nationale occupent depuis un moment, en France, une place importante au sein de l’actualité, associés souvent à la question de la régulation des flux migratoires (notamment depuis la création par le gouvernement de François Fillon et sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en 2007, du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire). Néanmoins, le sujet ne puise pas son intérêt uniquement dans le cadre de sa visibilité politico-médiatique. Sur le plan scientifique, le retour des interrogations autour des identités nationales constitue un phénomène planétaire ayant donné naissance depuis une trentaine d’années à une riche bibliographie sur l’apparition des nations et la formation des identités collectives (Jaffrelot, 2006 ; Puri, 2004).

  • 1  Yvan Gastaut (2007) rappelle que c’est dans les années 1960 et 1970 que la question de l’immigrati (...)

2En France, le thème de l’identité nationale, peu présent dans l’espace public pendant les Trente Glorieuses, a fait son retour dans l’actualité politique dans les années 1980, notamment dans les discours de la droite et de l’extrême droite. Le retournement a commencé à la fin des années 1970, lorsque Valéry Giscard d’Estaing a lancé sa politique de rapatriement massif des immigrés (Noiriel, 2007). L’expansion progressive du modèle commercial de la télévision à partir des années 1980 et la recherche d’images spectaculaires ont propulsé le thème du communautarisme au centre de l’information. L’entrée en scène du Front national a exacerbé la tendance. Simone Bonnafous (1991), dans son analyse de presse de la période 1974-1984, met en lumière la mutation thématique opérée en termes de couverture médiatique des conditions de vie et de travail des immigrés vers les difficultés de cohabitation avec les Français et les problèmes d’assimilation1. L’auteure attribue cette évolution au contexte économique (crise de 1974) mais aussi à la déshérence du modèle des classes sociales, pour souligner « le lien qui existe entre le vide ainsi produit et la crainte de l’Autre » (1991 : 273). Elle montre que, face à l’incapacité de la pensée humaniste « individuo-universaliste » à prendre une position claire, positive et argumentée sur la question de l’immigration, l’extrême droite a réussi à imposer à l’ensemble de l’opinion publique française, sinon ses idées, du moins certaines de ses problématiques et représentations. En effet, depuis cette époque, les questions d’immigration et d’identité nationale reviennent régulièrement sur le devant de la scène publique et occupent une place de plus en plus importante au sein des campagnes électorales (Gerstlé, 2004). Dans un contexte marqué par l’amplification des discours sur les menaces du communautarisme et de l’islamisation de la société française, l’enjeu identitaire prend une dimension signifiante. En 2007, Nicolas Sarkozy l’installe en tant que l’un des thèmes centraux de sa campagne pour la présidence de la République. Décrié pour récupérer les stratégies discursives de l’extrême droite, le candidat impose la problématique de l’identité nationale et oblige sa rivale Ségolène Royale à s’emparer du sujet (Bouillaud, 2007 ; Labbé et Monière, 2008).

  • 2  Disponibles sur l'ancien site officiel de l’UMP : http://www.u-m-p.org/site/index.php/ ump/s_infor (...)
  • 3  Avec 53,06 % des suffrages exprimés au second tour.
  • 4  Avec un taux de participation électorale qui s’est élevé à 83,97 %.

3Dans cet article, nous souhaitons explorer la définition de l’identité nationale française proposée par Nicolas Sarkozy dans les discours de sa campagne présidentielle, depuis sa nomination en janvier 2007 en tant que candidat officiel de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) jusqu’aux élections de 6 mai 2007. Notre corpus est constitué de l’ensemble des discours prononcés pendant cette période (34 discours au total2). Certes, ces discours reflètent d’abord les prises de position d’un homme politique qui, dans le contexte et sous les contraintes d’une campagne présidentielle — ainsi que sous l’influence de ses conseillers —, cherche à la fois à affirmer son appartenance partisane, à rassembler un public national et à reconquérir les électeurs de l’extrême droite et du centre (Grunberg, 2008). Néanmoins, leur étude a une forte valeur heuristique au moins pour deux raisons. Tout d’abord parce qu’elle dévoile la vision de l’identité nationale portée par celui qui allait devenir le président de la République française3  et permet, par conséquent, de mettre en lumière l’idéologie sous-jacente qui a constitué la base d’un ensemble d’opérations entreprises après son élection. Ensuite, parce qu’elle amène à s’interroger sur les transformations de l’espace public actuel et la construction symbolique des représentations identitaires nationales, et cela lors d’une élection qui semble avoir passionné les Français et renouvelé leur intérêt pour les affaires politiques4. Mais avant de présenter les résultats de notre étude, nous tenons à expliciter les outils conceptuels et méthodologiques qui ont guidé notre analyse.

Repères théoriques et questionnements

  • 5  Cette approche rassemble quelques-uns des plus grands analystes contemporains (citons, à titre d’e (...)

4Pour comprendre les différentes définitions de l’identité nationale, il faut d’abord s’attarder sur le concept qui constitue sa base : la nation. Différents courants théoriques se penchent sur le sens et les origines de cette notion (Jaffrelot, 2006 ; Puri, 2004). Les « primodialistes » conçoivent les nations en tant que phénomènes naturels, organiques et donc universels. Les « perennialistes » acceptent leur caractère construit mais appréhendent ce dernier comme le résultat de processus sociohistoriques intervenus très tôt dans l’histoire de l’humanité. Pour les « modernistes », en revanche, la nation, telle que nous la concevons aujourd’hui, à savoir associée à un État et à un territoire donné, est une construction récente, résultat des conditions économiques, politiques et sociales de la modernité5. Tenant une position intermédiaire dite « ethno-symbolique », Anthony Smith (1991/1993) soutient que si la nation est une construction des sociétés modernes, elle s’appuie sur des identités et des liens ethniques préexistants qui constituent son substrat culturel. En ce sens, il se rapproche davantage de ceux qui conçoivent la nation comme une construction « pérenne » qui puise ses origines dans les débuts de l’histoire humaine.

  • 6  La vision ethnoculturelle de l’identité nationale serait notamment développée par le romantisme al (...)

5Les divergences concernant la nature et les origines des nations se reflètent dans les nombreuses tentatives de définir l’identité nationale. En France, on évoque souvent la célèbre définition d’Ernest Renan (1882/1997), selon laquelle la nation ne peut pas être appréhendée sur la base d’éléments physiques (géographie, race) ou sociaux (religion, langue, intérêts communs). Elle est composée de part en part d’action, tant passée que présente : elle puise sa force dans « un riche legs de souvenirs » communs, mais constitue aussi un « plébiscite de tous les jours », en tant qu’affirmation perpétuelle de continuer la vie commune. En ce sens, Renan prône une conception volontariste de l’identité nationale qui rejette le critère des liens primordiaux (Dieckhoff, 2006). Cette approche, dite « politique » et associée aux Lumières et à la Révolution, souligne l’aspect contractuel de l’identité nationale et met en avant le consentement volontaire des membres d’une nation, portés par un projet d’avenir commun. Notons, néanmoins, que Renan insiste également sur l’importance du passé et de l’histoire (« un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire ») et souligne le rôle éminent du ciment culturel qui solidifie le lien national. Il opère ainsi un glissement vers une seconde conception de l’identité nationale, dite « culturelle ». Celle-ci met davantage l’accent sur les références à un passé commun, l’existence d’un noyau historique et culturel — traditions, coutumes, religion, langue, etc., souvent liées à un territoire donné — qui constitue l’âme de la nation (même si ces termes sont assez ambigus et généralement problématiques à définir)6.

6Cette nation, organique, héritée et en dernier ressort ethnique, serait la nation prônée traditionnellement par la droite ; au contraire, celle qui est soutenue par la gauche esquisserait une vision politique de la nation, vue comme le résultat d’un projet volontariste de vie commune. Cette antinomie cardinale remonterait à l’époque de la Révolution française et refléterait le désaccord entre les aristocrates, qui prônaient une conception ethnique de la nation, fondée sur l’origine et le droit du sang, avec les Francs comme ancêtres légitimes, et ceux qui défendaient l’esprit des Lumières adoptant une conception assimilationniste, avec les Gaulois comme vrais ancêtres (Noiriel, 1992). L’opposition aurait été consolidée après l’expérience traumatique de 1870 à propos de l’Alsace-Lorraine, qui a conduit à la progression de la vision ethnique au sein de la société française et notamment dans le camp de la droite (Dumont, 1991).

7Partant de ce cadre théorique, nous nous posons les questions suivantes : de quelle manière se présente l’appartenance identitaire dans les propos de Nicolas Sarkozy ? La voit-on sous une forme plutôt culturelle, voire biologique, conforme au modèle traditionnel de la droite ? Comment arrive-t-il à construire un discours « consensuel » et « de rassemblement » dans le cadre d’une campagne électorale d’ordre national ? Car nous savons aujourd’hui que si la dynamique de Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles de 2007 a étroitement été corrélée à la contre-performance électorale de Jean-Marie Le Pen, le candidat de l’UMP n’a pas été « enfermé » dans le seul espace de la droite ; 21 % des électeurs ne se retrouvant dans aucune proximité partisane ont voté en sa faveur (Perrineau, 2008). Comme le signale Étienne Schweisguth,

[…] la stratégie adoptée par Nicolas Sarkozy […] a consisté, sans passer d’alliance avec le Front national, à ramener sur un candidat de la droite […] une grande partie de l’électorat qui se portait auparavant sur l’extrême droite protestataire, et ceci sans s’aliéner pour autant les électeurs centristes ou de droite modérée attachés aux valeurs de tolérance et d’humanisme (2007 : 393).

Le cadrage de l’objet de recherche

8Il est vrai que la personnalité de Nicolas Sarkozy attise, depuis quelques années, la curiosité des commentateurs de l’actualité politique. Comme le constate Jean-Pierre Le Goff (2008), son caractère largement atypique au sein de la droite n’a pas manqué d’intriguer : « on a souligné ses aspects <bonapartistes> et <populistes>, [ainsi que] son flirt avec certaines idées du Front national » (p. 61). Pour l’auteur, les traits qui caractérisent le personnage de Nicolas Sarkozy (énergie, pragmatisme, culture du résultat), en dehors de ses quelques particularités, renvoient à une figure importante de la modernité, celle du manager dynamique et performant. En effet, une analyse des modes de communication de Nicolas Sarkozy pendant la période 2002-2005 (Artufel et Duroux, 2006) révèle une forte professionnalisation de ses pratiques. Elle souligne aussi quelques invariants généraux de son discours : le recours au pathos, la recherche de la proximité avec le public, la récurrence d’adjectifs simples et la forme didactique, ainsi que l’utilisation de quelques formules percutantes. Il s’agit certainement de caractéristiques courantes du discours politique qui oscille souvent entre logos, pathos et ethos (Charaudeau, 2005), mais certainement plus prononcées dans les discours de Nicolas Sarkozy, ainsi que l’étude en question l’indique.

9En termes d’idéologie, le candidat se situe dans la lignée des doctrines gaullistes auxquelles il proclame régulièrement sa fidélité : la grandeur de la France, l’unité sous l’égide d’un État fort, la volonté — du moins apparente — d’un rassemblement interclassiste dépassant le clivage entre la gauche et la droite, ainsi qu’une vision historique de la nation qui cherche à taire les divisions et à valoriser le rassemblement (Derville, 2005). En outre, le rôle d’Henri Guaino en tant que conseiller et plume du candidat n’est pas méconnu. Haut fonctionnaire avec des études en droit, histoire et sciences politiques, c’est lui qui a contribué à l’élection présidentielle de Jacques Chirac sur le thème de la fracture sociale et du pacte républicain. Pour Christian Salmon (2007), c’est à travers la personnalité de cet homme qu’il faut comprendre certains éléments des discours de Nicolas Sarkozy, à savoir un gaullisme lyrique favorisant l’identification collective à un destin présidentiel, les références à quelques grandes figures de la gauche (Ferry, Blum, Jaurès, etc.), ainsi qu’un goût prononcé pour le récit — même si ce dernier constitue, selon l’auteur, le reflet d’une mutation plus globale dans le domaine de la communication politique en France. En effet, au cours de diverses interventions dans les médias, Henri Guaino n’a pas hésité à assumer la paternité d’un certain nombre des thèmes des discours de Nicolas Sarkozy, ainsi qu’une proximité de points de vue avec ce dernier, notamment au sujet de la place de l’héritage républicain au sein de la nation française :

Je pense, comme De Gaulle, que la France n’est ni la droite, ni la gauche, c’est tous les Français. Je pense que tous ceux qui ont une certaine idée de la République, de l’État, de la nation ont des choses à faire ensemble. […] Ni vous ni moi ne nous sentons étrangers à l’héritage du Front populaire. Vous n’êtes pas contre les congés payés. Moi non plus. C’est un grand progrès social, j’en suis l’héritier et j’en suis très content. Nicolas Sarkozy a lu des textes de Jaurès. Il n’y a aucune raison de trouver absurde qu’un Français, qui vient de la droite ou de gauche, trouve dans des textes de Jaurès quelque chose qui reflète sa propre conception de l’éducation (Guaino, 2007).

10Les éléments relatifs aux particularités du discours de Nicolas Sarkozy facilitent, ainsi qu’il sera expliqué plus loin, la compréhension de certains de ses propos au sujet de l’identité nationale. Ils ont aussi déterminé la méthode du traitement du corpus et de l’exploitation des données.

La construction de la grille d’analyse

  • 7  Nous empruntons le terme à Christophe Jaffrelot (2006 : 33), qui voit dans la notion de nation une (...)

11Trois étapes ont ponctué notre analyse. La première a consisté en une lecture de l’ensemble du corpus dans l’optique de notre problématique de recherche, afin de nous familiariser avec le matériel et de choisir la méthode de son traitement. Cette première lecture a confirmé la présence d’un style fort lyrique, construit sur la base d’une succession de phrases courtes, chargées émotionnellement et souvent répétitives, dont la trame logique est parfois difficile à suivre. L’analyse lexicométrique de ces mêmes discours effectuée par Dominique Labbé et Denis Monière (2008) appuie ces constatations. Dans ce cadre, choisir une unité d’analyse minimale ou « noyaux de sens » dont la fréquence serait à comptabiliser (Bonneville et al., 2007) s’est avéré problématique : les résultats d’un tel codage refléteraient davantage les particularités stylistiques du discours du candidat que les contenus véhiculés dans ses propos. Ainsi que le souligne Teun Van Dijk (2007), analyser le discours et l’idéologie politiques exige de s’intéresser à « ce que les gens disent, plutôt que comment ils le disent », car l’idéologie peut difficilement être définie « seulement en termes de rhétorique ». Pour ces raisons, nous avons choisi d’aborder le corpus en nous inspirant d’une approche « catégorielle », dite aussi « documentaire » (Bardin, 1977), cherchant à représenter chaque discours analysé sur la base d’une grille de catégories prédéfinie. Plus particulièrement, les éléments relatifs aux différentes approches de l’identité nationale, présentés plus haut, ont permis une modélisation des acceptions de cette notion sur la base de quatre groupes, à savoir les définitions ethnoculturelle et politique, avec leurs noyaux biologique et « institutionnel »7 respectifs.

12Les limites de cette catégorisation n’ont pas échappé à l’analyse. Ainsi, au sein de la définition ethnoculturelle, le critère rigide de la « race » en tant qu’élément physique se rapproche davantage d’une acception essentialiste de l’identité nationale, tandis que la prise en compte de facteurs culturels permet une ouverture vers une approche plus constructiviste, et par conséquent plus souple (Todorov, 1989). Quant à la définition politique/élective, la place accordée à l’État en tant que fondateur de la nation n’est pas toujours la même (voir, par exemple, Giddens, 1987 ; Hobsbawm, 1990 ; Tilly, 1990). En outre, l’évacuation, par cette même approche, de tout aspect culturel dans la création du sentiment d’appartenance nationale s’avère simpliste et loin des réalités historiques (Dieckhoff, 2000 ; Thiesse, 2004 et 2006). Cependant, comme toute modélisation, celle-ci a une valeur opératoire, car elle propose « un système de concepts, […] une manière de découper a priori des phénomènes dans le réel, de les objectiver, de les classer, de leur conférer une signification » (Olivesi, 2007 : 232). Elle aide ainsi à mieux saisir la structure et les logiques sous-jacentes qui régissent les discours étudiés et les visions de l’identité nationale véhiculées.

Tableau 1. Modélisation de la grille d’analyse

Définition ethnoculturelle

Définition politique

Approche biologique

Approche historique/culturelle

Approche civique/élective

Approche institutionnelle

L’identité nationale en tant que question d’origine, de « race », de sang, d’héritage biologique.

L’identité nationale en tant que résultat d’un passé commun, d’une histoire, d’un héritage culturel, d’une religion, d’une langue partagée.

L’identité nationale en tant que (1) projet d’avenir, volonté de vivre ensemble, rêve, (2) partage des valeurs républicaines (droits de l’Homme et du citoyen, laïcité, dignité, humanité, égalité homme-femme, justice, etc.).

L’identité nationale en tant qu’unité politique administrée par l’État.

13Sur la base de cette grille, chacun des 34 discours du corpus a été utilisé en tant qu’unité d’analyse et a été codifié selon la présence ou non d’une ou plusieurs des quatre définitions de l’identité nationale (et cela à travers la présence d’un ou plusieurs des thèmes qui les composent, tels qu’ils figurent dans le tableau 1). Plus particulièrement, nous avons utilisé les valeurs +1 et 0 pour signaler respectivement la présence ou l’absence d’une des quatre catégories dans un discours donné. Nous avons opté pour la valeur négative -1 lorsque le candidat récusait de façon explicite une de ces définitions (par exemple : « la France ce n’est pas une race, ce n’est pas une ethnie », Besançon, 13 mars 2007). Nous avons ainsi construit un tableau qui permet d’illustrer de façon synthétique les définitions de l’identité utilisées par Nicolas Sarkozy d’un discours à l’autre (voir tableau 2). En revanche, et pour des raisons expliquées précédemment, la question des récurrences de chaque approche — ainsi que de ses composantes — au sein d’un même discours n’a pas été prise en compte, jugée trop dépendante du style discursif et des procédés rhétoriques employés par le candidat. Nous n’avons pas non plus étudié la place occupée quantitativement par le thème de l’identité nationale au sein de chaque discours — même si les analystes s’accordent à dire que c’est notamment à Caen que celui-ci a davantage été développé (Noiriel, 2007).

14Afin d’approfondir les premiers résultats de l’analyse, nous avons, dans un troisième temps, examiné les éléments constitutifs de chaque catégorie, tels qu’ils apparaissent dans le tableau 1 (terre/histoire, langue, religion, race, volonté de vivre ensemble, valeurs républicaines, État), afin de déceler la signification que ceux-ci prenaient dans le discours du candidat. Cette fois, notre démarche a été d’ordre qualitatif. Nous nous sommes particulièrement intéressée aux croisements et aux mises en relation entre ces éléments, dans le but de peaufiner les premiers résultats de l’analyse afin de voir au-delà de la surface des discours et de mieux comprendre « la façon dont le politique et l’idéologique imprègnent la vie des mots » (Bonnafous, 2006 : 216). En effet, cette dernière démarche a permis de nuancer les résultats initiaux et de mieux comprendre la vision de l’identité nationale proposée par le candidat.

15La présentation des résultats de notre analyse s’arrêtera à trois points qui nous semblent significatifs. Dans un premier temps, nous allons nous attarder sur les éléments constitutifs de l’identité nationale selon Nicolas Sarkozy. Nous allons, par la suite, développer deux aspects qui caractérisent ces discours et constituent, nous semble-t-il, leur originalité. Plus particulièrement, nous allons montrer que le candidat imbrique le modèle civique au modèle culturel en s’appropriant l’héritage républicain et la pensée universaliste, et que, ce faisant, il produit une approche « ethno-symbolique » de la nation, vue comme une construction historiquement conditionnée mais perpétuelle.

Les composantes de l’identité nationale selon Nicolas Sarkozy

  • 8  Rappelons que le 8 mars, Nicolas Sarkozy a annoncé son projet de création d’un ministère de l’Immi (...)
  • 9  Depuis les incidents qui ont éclaté le 27 mars 2007 dans la Gare du Nord à Paris, le candidat béné (...)

16La présentation synthétique des premiers résultats de la recherche, tels qu’ils figurent dans le tableau 2, est révélatrice du cadrage qu’opère Nicolas Sarkozy dans sa définition de l’identité nationale française. Deux approches se retrouvent régulièrement dans ses discours : l’approche civique/élective, qui perçoit l’identité nationale comme un projet voulu, une envie de vivre ensemble sur la base du partage des valeurs républicaines (droits de l’Homme et du citoyen, laïcité, dignité, humanité, etc.) ; l’approche historique/culturelle, qui puise sa signification dans le passé, la tradition et l’héritage. On remarque également que Nicolas Sarkozy installe le thème de l’identité nationale dans sa campagne dès ses débuts et qu’il l’exploite durant tous ses déplacements8. Il y a très peu de discours où ce thème n’apparaît pas : lors du pacte écologique ; à Strasbourg où le candidat parle de l’Europe ; à Lille où il développe un argumentaire contre certains aspects de l’Union européenne. On note également que les éléments constitutifs de l’identité évoqués ne sont pas les mêmes selon l’endroit où le discours a lieu. En Réunion et en Guadeloupe, par exemple, Nicolas Sarkozy n’aborde pas la question des références ethnoculturelles et insiste sur le caractère civique/électif de la nation, avec la négation explicite du modèle organique de l’identité. On remarque aussi qu’à partir du mois d’avril, début de la campagne officielle des élections, les références à la vision institutionnelle de l’identité à travers la mise en exergue du rôle de l’État se multiplient, ainsi que les refus explicites de sa vision biologique. Nicolas Sarkozy cherche-t-il à consolider son image « présidentiable », en tant qu’homme d’État, volontaire et ferme, mais à la fois ouvert à la diversité ? Probablement. On sait que depuis son passage au ministère de l’Intérieur, il a accumulé un capital « étatique » considérable, rassurant pour certains, inquiétant pour d’autres, mais en tout cas incontestable (Perrineau, 2008)9.

17L’exploration plus détaillée de chaque catégorie inclue permet de mieux comprendre la définition de l’identité nationale proposée par le candidat.

  • 10  Présence, absence ou négation explicite des différentes approches de l’identité nationale dans les (...)

Tableau 2. Premiers résultats de l’analyse10

Tableau 2. Premiers résultats de l’analyse10

Les éléments qui dénotent une acception historique/culturelle

  • 11  Gérard Noiriel (1992) rappelle que l’enracinement de la France dans les commu­nautés rurales était (...)

18Les notions de terre et d’histoire s’avèrent fondamentales dans le discours de Nicolas Sarkozy, qui prône une vision unitaire et historique de la France dans le sillage de la doctrine gaulliste. À chaque visite, il glorifie les paysages, le terroir, l’histoire et les héros locaux, et exulte l’enracinement rural de la nation11. D’une ville à l’autre, il ne tarit pas d’éloges sur les « petites patries », les « provinces » et les « petits pays très anciens » qui ont formé la grande patrie de France :

  • 12  Les extraits des discours présentés dans cet article visent à mieux illustrer les résultats de l’a (...)

Qu’est-ce que la France au fond sinon une multitude de provinces et de petits pays très anciens qui ont une histoire, une culture, sinon une multitude de petites patries qui en forment ensemble une grande ? Qu’est-ce que la France sinon des provinces qui, selon la belle formule de Michelet, « se sont comprises et se sont aimées » ? Des provinces dans lesquelles chacun a des racines qui restent vivaces même pour celui qui s’en est éloigné (N. Sarkozy, Caen, 9 mars 2007)12.

  • 13  Pour une approche critique des usages de l’histoire, voir aussi les nombreux articles disponibles (...)

19Quoique traditionnellement associé au discours de la droite (voir notamment Barrès, 1902/1925), le recours au territoire constitue, ainsi qu’Alain Dieckhoff le rappelle, une stratégie qui, en réalité, dépasse le clivage droite-gauche. Dès la Troisième République, les manuels d’histoire et de géographie « dispensaient aux élèves des savoirs sur les petites patries (pays, départements, régions), l’idée étant que pour éprouver de l’attachement envers la communauté nationale, il fallait préalablement en manifester envers les communautés locales » (2000 : 165). Quant à l’abondance des références historiques dans les discours du candidat, celle-ci n’a à priori rien d’étonnant ; elle constitue l’une des caractéristiques essentielles des discours de nombreux candidats à la présidence de la République française. Néanmoins, les historiens ont montré (De Cock et al., 2008) que les usages de l’histoire faits par Nicolas Sarkozy servent une stratégie spécifique. En s’emparant de quelques figures emblématiques du passé (héros, lieux, événements) — ce que Maurice Halbwachs (1925/1994) appelle les « objets privilégiés » de la mémoire —, le candidat cherche à construire le scénario du « mythe national », lisse et glorieux, évacué de toute complexité et de tout conflit, consensuel et finalement apolitique. D’où la juxtaposition tous azimuts des références qui empruntent autant aux grandes figures de la gauche qu’à celles de la droite, de Jeanne d’Arc à Bonaparte et de Maurice Barrès à Léon Blum, Jules Ferry ou bien Marc Bloch13 ; juxtaposition décriée pendant la campagne par ses opposants de gauche et dont le candidat se défend avec un argumentaire qui fait écho aux propos d’Henri Guaino évoqués plus haut :

Je veux dire à tous les Français que nous sommes les héritiers d’une seule et même histoire dont nous devons être fiers. […] Et je veux pouvoir citer Léon Blum parce que je me sens l’héritier de l’enfant qui en 1936 grâce aux congés payés jette sur la mer son premier regard émerveillé et entend prononcer pour la première fois le mot « vacances ». Blum fait partie de l’histoire de la République française et la République française a commencé avant le Parti socialiste français, elle n’est pas sa propriété ! (N. Sarkozy, Lyon, 5 avril 2007)

Ma France, c’est celle de tous les Français sans exception. C’est la France de Saint-Louis et celle de Carnot, celle des croisades et de Valmy. Celle de Pascal et de Voltaire. Celle de cathédrales et de l’Encyclopédie. Celle d’Henri IV et de l’édit de Nantes (N. Sarkozy, Congrès de l’UMP, Paris, 14 janvier 2007).

  • 14  Position qui s’explique en partie par les conséquences juridiques qu’aurait pour l’administration (...)

20L’instrumentalisation de la diversité territoriale au service de la consolidation de l’unité nationale semble également s’appliquer lorsqu’on examine les positions de Nicolas Sarkozy sur les langues régionales. Si ces dernières sont valorisées en tant qu’éléments fondamentaux de l’héritage culturel, elles restent toujours subordonnées à la langue française, seul garant de l’unité nationale14 :

Si je suis élu, je ne serai pas favorable à la charte européenne des langues régionales, non parce que je conteste les langues régionales, qu’au contraire je veux soutenir et développer, mais parce je ne veux pas que demain un juge européen ayant une expérience historique du problème des minorités différentes de la nôtre puisse décider qu’une langue régionale doit être considérée comme langue de la République au même titre que le français (N. Sarkozy, Caen, 9 mars 2007).

21Enfin, comme c’est souvent le cas lors des approches culturelles de l’identité nationale, la question de la religion apparaît régulièrement dans les discours du candidat. Elle reste néanmoins ambiguë et problématique. À l’instar de la « question du voile » dans les écoles qui a bouleversé la société française en 2003-2004 (Pelletier, 2005), elle témoigne de la difficulté de faire cohabiter la laïcité avec la religion. Opérant un amalgame qui n’échappe pas à la critique des historiens (De Cock et al., 2008), Nicolas Sarkozy insiste sur l’importance de la laïcité en tant que valeur fondamentale de la République, mais souligne l’ancrage chrétien de la civilisation française. « La France c’est la pensée claire, c’est la raison, c’est l’esprit de Lumières. C’est aussi 2000 ans de christianisme, 2000 ans de civilisation chrétienne. […] C’est la morale laïque qui incorpore 2000 ans de valeurs chrétiennes » (N. Sarkozy, Caen, 9 mars 2007).

Les éléments qui dénotent l’acception civique/élective

22Le candidat revient régulièrement sur « la volonté de vivre ensemble », la nation comme « projet d’avenir » et « envie de partage » des valeurs de la République. La liberté, la raison, la pensée claire, l’esprit des Lumières, le respect de l’Homme constituent des éléments fondamentaux de l’identité française :

Qu’est-ce que la France sinon d’abord une idée de l’homme, du respect qu’on lui doit, des droits que nul ne peut lui retirer ? Qu’est-ce que la France sinon un combat multiséculaire pour la dignité de la personne humaine et pour sa liberté ? […] Qu’est-ce que la France sinon cet effort continuel pour faire la synthèse de ce qu’il y a de plus grand et de plus beau dans les hommes, sinon cet intercesseur unique entre ce qu’il y a de singulier dans chaque homme et ce qu’il y a d’universel dans tous les hommes, entre le sentiment de chacun et la raison de tous ? (N. Sarkozy, Poitiers, 26 janvier 2007)

Je voudrais rappeler à tous ces détracteurs que la France n’a pas commis de génocide. Elle n’a pas inventé la solution finale. La France a inventé les droits de l’Homme et est le pays au monde qui s’est le plus battu pour la liberté du monde (N. Sarkozy, Lyon, 5 avril 2007).

23Si la vision volontariste de la nation est traditionnellement portée par la gauche, elle reste aujourd’hui profondément ancrée dans l’esprit des Français et se trouve naturellement incorporée dans le discours du candidat qui souligne avec lyrisme la portée universelle des valeurs républicaines. Gérard Noiriel (2007) voit en cette approche une stratégie populiste, signe d’une modernisation spécieuse du discours de la droite, soumis aux impératifs de la pensée politiquement correcte des sociétés contemporaines. Pour Marc Belissa, « il s’agit de récupérer la rupture révolutionnaire et de capter l’héritage idéologique qu’une partie de la gauche a laissé en déshérence, tout en assumant celui de la droite bonapartiste et nationaliste » (dans De Cock et al., 2008 : 174). Quant au recours aux droits de l’Homme en tant que ciment de l’identité française, il appuie la glorification de la nation dans sa version idéaliste et épurée. Il sert aussi au candidat de passerelle pour aborder deux thèmes fondamentaux de sa campagne. D’un côté, il lui permet de récuser toute repentance (« la France n’a pas commis de génocide… »), faisant écho à certaines déclarations de Jean-Marie Le Pen à ce sujet et rompant par là avec la politique de reconnaissance de certains crimes de l’État menée par Jacques Chirac. De l’autre côté, il lui donne la possibilité d’évoquer ouvertement la question de l’immigration qu’il associe au devoir de protection de la dignité humaine :

C’est parce que je crois en la France, en ses valeurs universelles, dans les droits de l’Homme, que je veux lutter contre une immigration clandestine qui fait la fortune des marchands de sommeil et des passeurs sans scrupule qui n’hésitent pas à mettre en danger la vie des pauvres malheureux dont ils exploitent la détresse (N. Sarkozy, Saint-Quentin, 25 janvier 2007).

Je déteste cette mode de la repentance qui exprime la détestation de la France et de son Histoire. Je déteste la repentance qui veut nous interdire d’être fiers d’être français, qui est la porte ouverte à la concurrence des mémoires, qui dresse les Français les uns contre les autres en fonction de leurs origines et qui est l’obstacle à l’intégration parce qu’on a rarement envie de s’intégrer à ce que l’on a appris à détester (N. Sarkozy, Tours, 10 avril 2007).

L’acception institutionnelle

  • 15  À propos de l’expression l’« État capétien », par exemple, utilisée par Nicolas Sarkozy, les histo (...)

24La question de l’État est souvent présente dans les approches théoriques qui essaient de comprendre la nation. Pour les modernistes, les deux notions sont directement liées : la nation telle que nous l’appréhendons aujourd’hui émane du processus complexe de la formation des États modernes, mais constitue à la fois l’outil idéologique qui permet la consolidation politique de ces derniers. Dans les discours de Nicolas Sarkozy, lorsque la question de l’État s’associe explicitement à celle de l’identité nationale, cela se fait en deux manières : sur le plan synchronique, épousant une optique wébérienne qui met l’accent sur son rôle clé dans le fonctionnement de la nation et la stabilité intérieure ; sur le plan diachronique, prônant une vision téléologique du rôle de l’État dans la construction de la nation française. Le candidat se réfère à la nation française sous forme de volonté, voire de « destinée » accomplie grâce à l’État, et développe par là un récit mêlant histoire et patriotisme, historiquement contesté, fondé sur une présentation simplifiée du passé15 :

L’unité de la France, c’est l’État capétien qui l’a voulue pendant huit siècles. C’est l’État républicain qui l’a voulue à son tour pendant deux cents ans. Le grand rêve unitaire des rois, c’est la République qui l’a accompli. La France, c’est une mosaïque de peuples que l’État a réunis pour en faire une nation (N. Sarkozy, Cormeilles-en-Parisis, 6 mars 2007).

Parce que c’est l’État qui a fait la France. C’est l’État qui a forgé la nation et qui en a maintenu l’unité. L’effondrement de l’État a toujours coïncidé en France avec l’effondrement de la nation (N. Sarkozy, Tours, 10 avril 2007).

Le refus de l’acception biologique

25Les notions de race et d’ethnie employées par Nicolas Sarkozy posent évidemment des problèmes à cause de leur complexité sémantique. Contrairement à son acception commune liée aux aspects biologiques, le terme de race est utilisé depuis le xixe siècle selon des significations fort variables, désignant soit les caractéristiques physiques des groupes humains, soit une communauté vivant dans un territoire donné, avec, dans ce cas, une faible connotation biologique (Thiesse, 1999/2001). Quant à la notion d’ethnie, souvent confondue avec la « race » dans les travaux sur la nation, elle est aussi appréhendée en tant qu’élément d’ordre culturel — et non pas biologique — désignant « une forme d’identité collective basée sur des croyances et des pratiques culturelles partagées, telles que la langue, l’histoire, l’origine et la religion » (Puri, 2004 : 174). Dans les discours de sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy utilise les deux termes parfois juxtaposés l’un à côté de l’autre dans une articulation ambiguë : l’ethnie n’est pas la race, mais les deux vont d’habitude ensemble. En tout cas, le candidat récuse les approches essentialistes de l’identité nationale et insiste sur le caractère symbolique et culturel de la nation française qui exclut tout critère physique :

La France, elle n’a cessé de changer tout au long de son histoire parce qu’elle n’a jamais cessé d’être un pays ouvert, parce qu’elle n’a jamais été un clan, une race ou une ethnie. La France, c’est une volonté de vivre ensemble. La France, c’est une idée. La France, c’est un idéal offert à tous les hommes. La France, c’est chacun d’entre nous avec son histoire, avec sa mémoire, avec son expérience de la vie, avec ses rêves(N. Sarkozy, Villepinte, 11 avril 2007).

  • 16  Par ailleurs, le candidat affiche clairement sa volonté de symboliser « la réconciliation français (...)

26Cette prise de position est, bien évidemment, loin de surprendre. Aujourd’hui, toute référence à la « race », discréditée sur le plan scientifique, est bannie du vocabulaire politique. Même dans le camp de l’extrême droite, les dernières campagnes publicitaires ont pris le pari d’afficher, pour la première fois, une France métissée et plurielle. Par ailleurs, une position fondée sur des critères biologiques serait incohérente et contradictoire aux origines de Nicolas Sarkozy lui-même qui se présente comme un « Français au sang mêlé, qui doit tout à la France » (Nice, 30 mars 2007)16.

L’imbrication du modèle civique au modèle culturel

27Les éléments présentés plus haut montrent que la définition de l’identité nationale française esquissée par Nicolas Sarkozy repose sur le croisement consensuel des acceptions culturelle et politique. Cependant, l’analyse de l’articulation de ces éléments permet de nuancer cette première constatation. Si les références aux valeurs républicaines et au projet volontariste sont nombreuses, le candidat opère un glissement subtil qui finit par consolider le rôle de l’acception culturelle. En présentant le modèle civique/électif en tant que spécificité française, il l’incorpore dans la longue tradition et dans l’histoire du pays. On trouve ici les traces d’une conception qui appréhende la France comme une incarnation directe, et de ce fait privilégiée, d’une vision universaliste de l’humanité. Selon Tzvetan Todorov, il s’agit d’une conviction qui remonterait à la Révolution et qui aurait donné naissance à une approche typiquement française d’interpréter les relations entre homme et citoyen, entre cosmopolite et patriote :

La libération des Français montre le chemin au reste de l’humanité et le décret ou la constitution des Français serviront de modèle à tous les autres pays. Le conflit entre patriotisme et cosmopolitisme ne peut donc exister que pour les ressortissants de pays autres que la France, puisqu’ils doivent, en tant que patriotes, une allégeance à leur propre pays et, en tant qu’hommes, à la France, incarnation de l’humanité ! Les Français, en revanche, peuvent être patriotes avec bonne conscience, car, œuvrant pour la France, ils défendent l’intérêt, non d’un pays particulier, mais de l’univers entier (1989 : 256-257).

  • 17  L’opposition du candidat à l’entrée de la Turquie « qui n’est pas un pays européen » (N. Sarkozy, (...)
  • 18  Selon Guy Hermet (2006), le mélange des registres « ethnique » et « civique » constitue finalement (...)

28Les traces de cette approche imprègnent les discours de Nicolas Sarkozy. Pour le candidat, si les valeurs républicaines font partie de l’identité nationale française, c’est parce qu’elles se trouvent intégrées dans le modèle culturel français. Elles font partie de la tradition, de l’héritage national, à côté d’autres références identitaires, telles que la langue, l’histoire, la religion17. Tout devient finalement question de culture et c’est la culture qui l’emporte dans ses discours, non pas parce qu’elle évince les valeurs de la République, mais parce qu’elle les incorpore18. La distinction entre approches culturelle et civique de l’identité nationale devient ainsi obsolète, car c’est entre autres la seconde qui donne à la première sa particularité distinctive. On repère dans cette position les traces d’un nationalisme « ethno-centré », dans le sens donné au terme par Anthony Smith (1971/1983). Pour cet auteur, contrairement au nationalisme « polycentrique » qui reconnaît en son sein une pluralité des cultures, le nationalisme « ethno-centré » se définit sur la base d’une « seule » communauté ethnique (au sens culturel) dont les valeurs émanent d’une liaison organique entre le passé et le présent. De cette façon, la nation, objectivée, acquiert un statut transcendant :

La France a une identité. Pas une identité naturelle, car notre nation n’a jamais cessé de se construire, de s’élargir, de s’unifier, fédérant des provinces aux patois distincts, embrassant des religions aux cultes différents, accueillant des immigrants aux cultures étrangères. Par la force de l’État, par la communion de la langue, par la marque du droit, par le prix du sang et l’emprise de la mémoire et des mythes, l’identité française s’est ainsi faite (N. Sarkozy, Réunion, 15 février 2007).

29Évacuée de tout aspect biologique, la nation prend la forme d’une communauté culturelle, en tant que « construction sociale », « ensemble des structures sociales et des manifestations artistiques, religieuses, intellectuelles, métabolisées par les individus » (Lamizet et Silem, 1997 : 170), à laquelle ceux qui souhaitent être Français n’ont qu’à s’intégrer. Le « projet d’un avenir commun » et la « volonté de vivre ensemble » constituent évidemment les bases d’une intégrationréussie, dont le candidat lui-même se présente comme l’exemple emblématique, ce qui, par ailleurs, lui donne l’occasion de répondre à Jean-Marie Le Pen :

Je veux dire à Monsieur Le Pen qui a sous-entendu que je n’étais pas assez Français pour être président de la République, oui, je suis un enfant d’immigré. Oui, je suis le fils d’un Hongrois et petit-fils d’un Grec né à Salonique qui s’est battu pour la France pendant la guerre de 14. Oui, ma famille est venue d’ailleurs, mais dans la famille, Monsieur Le Pen, on aime la France parce que l’on sait ce qu’on lui doit (N. Sarkozy, Tours, 10 avril 2007).

À travers ce positionnement et l’importance donnée à la notion de l’intégration, le candidat évoque, en sourdine, la question de l’immigration :

La France n’est pas une page blanche. C’est un pays qui a une longue histoire. C’est un pays qui s’est forgé au cours des siècles une identité, une personnalité qu’il faut respecter, qu’on ne peut pas effacer, qu’on ne peut pas ignorer, qui est une part de l’identité de chacun, qui est faite de mille apports, de commémorations, de leçons d’instituteurs, de réminiscences qui se transmettent de génération en génération, des souvenirs d’enfance, de vieilles histoires de grands-pères qui ont fait la guerre et qui racontent à leur tour à leurs petits-enfants ce que leurs grands-pères leur ont raconté jadis. […] À ceux qui veulent vivre en France, la France ne demande au fond qu’une chose, c’est qu’ils admettent que la France ne commence pas avec eux mais qu’elle a commencé il y a bien longtemps et qu’elle veut simplement qu’on l’aime et qu’on respecte ses valeurs, qu’on prenne en partage son histoire, qu’on se sente partie prenante de sa destinée (N. Sarkozy, Caen, 9 mars 2007).

30Notons, enfin, que les nombreuses références historiques faites par le candidat dans ses discours, tant critiquées par certains historiens pour leur caractère compulsif, simpliste, voire souvent contradictoire (De Cock et al., 2008), consolident d’une manière indirecte, plus subtile, sa définition culturelle de l’identité nationale. Ainsi, malgré l’apparente importance du modèle civique/électif présenté dans le tableau 2, la définition de l’identité proposée par Nicolas Sarkozy s’ancre solidement dans le passé et l’histoire.

Vers une approche « ethno-symbolique »de la nation

31Nicolas Sarkozy récuse l’approche essentialiste de l’identité nationale qui appréhende cette dernière comme le résultat naturel d’une appartenance organique/biologique. Mais il se différencie également par rapport à la vision purement moderniste qui voit dans la nation une simple construction de la modernité. Dans le discours du candidat, la France est une continuité, la « synthèse réussite » entre l’Ancien Régime et la République :

Je veux dire à tous les Français que nous sommes les héritiers d’une seule et même histoire dont nous devons être fiers. […] La vérité de cette campagne est qu’il n’y a qu’une histoire en France et non pas deux, parce qu’il n’y a pas deux France mais une seule France. La gauche qui proclame que l’Ancien Régime n’est pas la France, que les croisades ne sont pas la France, que la chrétienté n’est pas la France, que la droite n’est pas la France. Cette gauche, je l’accuse de communautarisme historique. Parce que justement, c’est la France. […] Le France est une synthèse. Les rois ont rêvé de cette unité. C’est la République qui l’a réalisée. Ceux qui ne comprennent pas que la France est une synthèse ne comprennent pas l’histoire et la destinée de notre pays (N. Sarkozy, Lyon, 5 avril 2007).

32En ce sens, la définition de l’identité nationale proposée par Nicolas Sarkozy se rapproche davantage de la position ethno-symbolique, notamment telle qu’elle a été développée dans les derniers travaux d’Anthony Smith qui nous semblent, encore une fois, pertinents pour notre analyse. En effet, les premières définitions de la nation avancées par cet auteur (1986) mettaient l’accent sur les origines ethniques (dans un sens culturel) des groupes sociaux, dont les membres partagent un certain nombre de caractéristiques (mythes, histoires, territoire, etc.). Dans ses travaux plus récents (2003), il reformule cette définition en opérant un transfert sémantique significatif au-delà du déterminisme culturaliste qui lui a souvent été reproché. La nation n’est plus vue simplement en tant que communauté qui possède un certain nombre de caractéristiques liées à son origine ethnique, mais en tant que communauté qui subit plusieurs processus d’acquisition de ces caractéristiques. C’est lors de ces derniers que les ressources culturelles préexistantes de la communauté telles que les souvenirs, les mythes, les symboles, les valeurs et les traditions se « nationalisent ». D’une vision statique, on passe ainsi à une vision dynamique de la nation : celle-ci n’émerge pas naturellement à un moment donné sur la base d’une ethnie préexistante, mais constitue le résultat de processus socioculturels interactifs lors desquels les membres d’une communauté acquièrent une identité spécifique ; un groupe social devient une nation sous un ensemble de conditions précises. L’identité nationale est alors définie comme « la maintenance et l’incessante réinterprétation d’un ensemble de valeurs, symboles, souvenirs, mythes et traditions qui forment l’héritage distinctif de la nation, ainsi que l’identification des individus à cet héritage » (2003 : 24-25).

  • 19  Voir le programme du Front national en matière d’immigration : http://www.frontnational.com/progra (...)
  • 20  Dans le discours de Nicolas Sarkozy, l’autre se manifeste aussi sous le visage ambivalent des inst (...)

33Il nous semble que la position défendue par Nicolas Sarkozy n’est pas loin de cette définition. Pour le candidat, l’identité nationale n’est ni totalement « ouverte », telle que la pensée universaliste l’aurait voulue, ni complètement « fermée », telle que l’extrême droite la prône (malgré son récent repositionnement qui accepte, réalité oblige, le métissage existant au sein de la société française mais prône la fermeture pour l’avenir19). La question de l’intégration, en tant que processus dynamique d’acquisition des ressources culturelles nationales, s’avère centrale. Nicolas Sarkozy n’hésite pas à désigner l’étranger ou l’immigré non intégré en tant que menace pour la nation20. La question de l’identité nationale se trouve ainsi liée, encore une fois, à celle de l’immigration :

Je souhaite qu’on ne puisse pas s’installer durablement en France sans se donner la peine d’écrire et de parler le français. Je souhaite qu’on ne puisse pas vivre en France sans respecter sa culture et ses valeurs. Ceux qui veulent soumettre leur femme, ceux qui veulent pratiquer la polygamie, l’excision ou le mariage forcé, ceux qui veulent imposer à leurs sœurs la loi des grands frères, ceux qui ne veulent pas que leur femme s’habille comme elle le souhaite ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la République française (N. Sarkozy, Poitiers, 26 janvier 2007).

La France doit continuer d’accueillir des migrants. […] Mais elle ne doit le faire qu’à certaines conditions. La première condition, c’est de se doter de plafonds d’immigration, comme le fait par exemple le Canada, un pays démocratique somme toute. […] L’immigration fait partie de notre histoire. Elle nous a enrichis. Mais elle ne saurait porter atteinte aux caractéristiques essentielles de notre identité (N. Sarkozy, Nantes, 15 mars 2007).

Conclusion

  • 21  Contre le discours de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royale « a fait valoir une conception de la nation (...)

34Lors de sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy a fait de l’identité nationale l’un des principaux thèmes de son discours. S’emparant des définitions traditionnelles de cette notion, il en a proposé une version consensuelle au croisement du modèle culturel et civique/politique, évacuée de tout aspect organique. Cependant, en intégrant les valeurs républicaines à la définition culturelle de l’identité française, à côté d’autres références identitaires telles que la langue, l’histoire, les mythes, les symboles, etc., le candidat a opéré un glissement sémantique qui a finalement consolidé l’importance du modèle culturel. En ce sens, il a proposé une vision « ethno-symbolique » de l’identité nationale, ni totalement « ouverte » ni complètement « fermée », qui voit cette dernière comme le résultat d’un processus dynamique d’acquisition, toujours « en cours », puisant sa force dans des ressources culturelles préexistantes. Ce n’est que par ce processus que l’identité française peut être acquise. Il s’agit d’un travail continu d’intégration culturelle, qui seul peut aboutir à l’acquisition de la « conscience » nationale21.

  • 22  Sur le site du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Dévelop (...)

35La thèse défendue par le candidat Nicolas Sarkozy doit évidemment être appréhendée dans le cadre du contexte et des enjeux de sa campagne présidentielle qui visait à affirmer son appartenance partisane ainsi qu’à reconquérir les publics partis à l’extrême droite ou au centre. On y trouve, néanmoins, les fondements idéologiques des actions entreprises par le candidat une fois élu président et dont les traces étaient déjà perceptibles dans ses activités précédentes en tant que ministre de l’Intérieur. Le « dispositif » mis en place dans l’optique de « réguler » l’immigration afin de « protéger » l’identité nationale — cet ensemble complexe et hétérogène des discours, institutions, réglementations, etc.22, selon le sens donné au terme par Michel Foucault (1977/1994) — apparaît comme la cristallisation de cette vision. S’agit-il d’une évolution au sein de l’espace public français en termes de définition de la notion d’intégration ? L’histoire des politiques sur l’immigration pendant les trente dernières années révèle les difficultés des instances publiques à mettre en place une stratégie cohérente en la matière, tiraillées entre la vocation traditionnelle de la France en tant que terre d’accueil et des droits de l’Homme et la volonté d’une gestion pragmatique des populations migrantes (Gastaut, 2004). En 1996, Gérard-François Dumont écrivait :

La politique d’assimilation, selon les termes qui étaient traditionnellement employés jusque dans les années 70 […] était un projet individuel tourné vers les personnes considérées comme de futurs citoyens. Chaque étranger appelé à s’assimiler devait en effet entrer dans le moule d’un projet politique correspondant aux valeurs républicaines (1996 : 362).

36Ainsi que l’auteur explique, les années suivantes ont vu le passage progressif d’une politique d’immigration ouverte aux individus à une politique tournée vers la reconnaissance des communautés d’immigrés. La France des années 1990 se trouverait ainsi « confrontée à une alternative » (1996 : 370) : soit perdurer sur le principe de l’éminence des valeurs républicaines qui voit d’abord dans chaque individu l’Homme avant ses origines, soit, selon l’exemple britannique, aller vers une acceptation accrue des diasporas et des communautés ethniques. Le dilemme soulevé par Dumont garde toute son actualité. Il semblerait, par ailleurs, que jusqu’à aujourd’hui « le multiculturalisme — entendu comme reconnaissance et valorisation par les pouvoirs publics de la diversité culturelle — demeure impopulaire auprès de la majorité de l’intelligentsia française » (Sabbagh, 2006 : 173). En tout cas, les réponses données par Nicolas Sarkozy, telles qu’elles sont apparues dans notre analyse, semblent converger vers une acception ethno-symbolique et, par conséquent, ethno-centrée de l’identité nationale. Celle-ci accepte une certaine diversité et une ouverture, mais elle est solidement ancrée dans le passé. Elle prône l’affirmation d’un ensemble des ressources culturelles françaises dont l’héritage républicain fait partie. Son acquisition repose sur un travail d’intégration perpétuel. Le candidat propose finalement une vision plutôt « droitière » de la nation, qui esquisse implicitement, et en dépit de l’apparente universalité à laquelle elle prétend, son public.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Benedict, (1983), Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso.

ARTUFEL, Claire, et Marlène DUROUX (2006), Nicolas Sarkozy et la communication, Paris, Éditions Pepper.

BARDIN, Laurence, (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

BARRÈS, Maurice, (1902/1925), Scènes et doctrines du nationalisme, vol. I, Paris, Plon.

BONNAFOUS, Simone, (1991), L’immigration prise aux mots, Paris, Éditions Kimé.

BONNAFOUS, Simone, (2006), « L’analyse du discours », dans Stéphane OLIVESI (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 213-228.

BONNEVILLE, Luc, et al. (2007), Introduction aux méthodes de recherche en communication, Montréal, Gaëtan Morin éditeur.

BOUILLAUD, Christophe, (2007), « Face aux enjeux de la mondialisation, les thèmes dominants de la campagne : liberté, travail, identité », Revue politique et parlementaire, no1044, p. 25-32.

CARON, Jean-Claude, et Michel VERNUS (1996), L’Europe au xixe siècle. Des nations aux nationalismes 1815-1914, Paris, A. Colin.

CHARAUDEAU, Patrick, (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

DE COCK, Laurence, et al. (dir.) (2008), Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone.

DERVILLE, Jacques, (2005), « Du RPF au RPR et à l’UMP : la banalisation d’un parti de droite », dans Pierre BRÉCHON (dir.), Les partis politiques français, Paris, La Documentation française, p. 45-71.

DIECKHOFF, Alain, (2000), La nation dans tous ses états. Les identités nationales en mouvement, Paris, Flammarion.

DIECKHOFF, Alain, (2006), « Nationalisme politique contre nationalisme culturel ? », dans Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT (dir.), Repenser le nationalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 105-130.

DUMONT, Gérard-François, (1996), « Les valeurs républicaines en France », dans Georges PRÉVÉLAKIS (dir.), Les réseaux des diasporas, Nicosia, KYKEM, p. 355-371.

DUMONT, Louis, (1991), Homo aequalis II. L’idéologie allemande : France-Allemagne et retour, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel, (1977/1994), Dits et écrits, t.II, Paris, Gallimard.

FOURQUET, Jérôme, (2007), « Le raid réussi de Nicolas Sarkozy sur l’électorat lepéniste », Revue politique et parlementaire, no1044, p. 123-135.

GASTAUT, Yvan, (2004), « Français et immigrés à l’épreuve de la crise (1973-1995) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no84, p. 107-118.

GASTAUT, Yvan, (2007), « L’immigration dans les médias français des années 70. Le temps de la découverte », Questions de communication, série Actes no4, p. 17-32.

GELLNER, Ernest, (1983/1999), Nations et nationalisme, traduction de l’anglais par B. Pineau, Paris, Payot.

GERSTLÉ, Jacques, (2004), La communication politique, Paris, A. Colin.

GIDDENS, Anthony, (1987), A Contemporary Critique of Historical Materialism, vol. 2 : The Nation-State and Violence, Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

GRUNBERG, Gérard, (2008), « Vers un espace politique bipartisan ? », dans Pascal PERRINEAU (dir.), Le vote de rupture. Les élections présidentielle et législatives d’avril-juin 2007, Paris, Presses de Sciences Po, p. 253-270.

GUAINO, Henri, (2007), interview à François Vignal, 7 mars, www.marianne2.fr.

HERMET, Guy, (2006), « Du populisme de l’État-nation au national populisme », dans Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT (dir.), Repenser le nationalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 313-329.

HALBWACHS, Maurice, (1925/1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

HOBSBAWM, Eric, (1990), Nations and Nationalism Since 1870 : Programme, Myth and Reality, Cambridge, Cambridge University Press.

JAFFRELOT, Christophe, (2006), « Pour une théorie du nationalisme », dans Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT (dir.), Repenser le nationalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 29-104.

KEDOURIE, Elie, (1960), Nationalism, Oxford, Blackwell.

LABBÉ, Dominique, et Denis MONIÈRE (2008), « Des mots pour des voix : 132 discours pour devenir président de la République française », Revue française de science politique, vol. 58. no3, p. 433-455.

LAMIZET, Bernard, et Ahmed SILEM (dir.) (1997), Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, Éditions Ellipses.

LE GOFF, Jean-Pierre, (2008), La France morcelée, Paris, Gallimard.

NOIRIEL, Gérard, (1992), Population, immigration et identité nationale en France, xixe-xxe siècle, Paris, Hachette.

NOIRIEL, Gérard, (2007), À quoi sert l’identité nationale ?, Marseille, Agone.

OLIVESI, Stéphane, (2007), « Le travail du concept : théories, modèles, catégories », dans Stéphane OLIVESI (dir.), Introduction à la recherche en SIC, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 221-240.

PELLETIER, Denis, (2005), « L’école, l’Europe, les corps, la laïcité et le voile », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no87, p. 159-176.

PERRINEAU, Pascal, (2008), « La construction électorale de la victoire de Nicolas Sarkozy », dans Pascal PERRINEAU (dir.), Le vote de rupture. Les élections présidentielle et législatives d’avril-juin 2007, Paris, Presses de Sciences Po, p. 119-144.

PURI, Jyoti, (2004), Encountering Nationalim, Oxford, Blackwell.

RENAN, Ernest, (1882/1997), « Qu’est-ce qu’une nation ? », Paris, Éditions Mille et une nuits (discours prononcé à la Sorbonne en 1882).

SABBAGH, Daniel, (2006), « Nationalisme et multiculturalisme », dans Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT (dir.), Repenser le nationalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 167-189.

SALMON, Christian, (2007), Storytelling, Paris, La Découverte.

SCHWEISGUTH, Étienne, (2007), « Le trompe-l’œil de la droitisation », Revue française de science politique, vol. 57, nos 3-4, p. 393-410.

SMITH, Anthony, (1971/1983), Theories of Nationalism, Teaneck (NJ), Holmes & Meier Publishers.

SMITH, Anthony, (1986), Ethnic Origins of Nations, Oxford, Blackwell.

SMITH, Anthony, (1991/1993), National Identity, Reno, University of Nevada Press.

SMITH, Anthony, (2003), Chosen Peoples, Oxford, Oxford University Press.

TEBBAKH, Sonia, (2007), « Permanences et nouveautés des campagnes électorales de 2007 », Revue politique et parlementaire, no1044, p. 33-39.

THIESSE, Anne-Marie, (1999/2001), La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

THIESSE, Anne-Marie, (2004), « La fabrication culturelle des nations européennes », dans Catherine HALPERN et Jean-Claude RUANO-BORBALAN (dir.), Identité(s) : L’individu. Le groupe. La société, Auxerre, Sciences humaines, p. 277-284.

THIESSE, Anne-Marie, (2006), « Les identités nationales, un paradigme transnational », dans Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT (dir.), Repenser le nationalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 193-226.

TILLY, Charles, (1990), Coercion, Capital and European States, Oxford, Blackwell.

TODOROV, Tzvetan, (1989), Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité culturelle, Paris, Éditions du Seuil.

VAN DIJK, Teun (2007), « Politique, idéologie et discours », Semen, 21, traduit de l’anglais par Emmanuelle Bouvard et Adèle Petitclerc, [En ligne], http://semen.revues.org/document1970.html.

WEIL, Patrick (2002/2004), Qu’est-ce qu’un Français ?, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Yvan Gastaut (2007) rappelle que c’est dans les années 1960 et 1970 que la question de l’immigration commence à susciter l’intérêt de l’opinion et des médias.

2  Disponibles sur l'ancien site officiel de l’UMP : http://www.u-m-p.org/site/index.php/ ump/s_informer/discours.

3  Avec 53,06 % des suffrages exprimés au second tour.

4  Avec un taux de participation électorale qui s’est élevé à 83,97 %.

5  Cette approche rassemble quelques-uns des plus grands analystes contemporains (citons, à titre d’exemple, Kedourie, 1960 ; Anderson, 1983 ; Gellner, 1983/1999 ; Hobsbawm, 1990) et semble être la plus acceptée, malgré les ambiguïtés concernant le processus et la date exacte de l’apparition des nations. Néanmoins, des voix s’élèvent pour dénoncer le caractère globalisant de ses thèses, résultat d’un regard « occidental » sur la nation (Caron et Vernus, 1996 ; Puri, 2004).

6  La vision ethnoculturelle de l’identité nationale serait notamment développée par le romantisme allemand, et incarnée dans le Second puis le Troisième Reich. Pour Patrick Weil (2002/2004), cette divergence entre l’Allemagne et la France en matière de conception de la nation ne doit pas être liée à celle relative au droit à la nationalité (jus sanguinis vs jus soli) qui a, pendant longtemps, caractérisée les deux pays : « après tout, Vichy démontra que l’on pouvait appliquer une législation d’exception raciste en conservant le jus soli ». L’histoire des droits à la nationalité dans la majorité des États de l’Union européenne montre que ceux-ci varient dans le temps au sein d’un pays donné, et cela souvent selon si ce dernier se perçoit comme un pays d’émigration ou d’immigration. Rappelons qu’en France, le droit du sol (dominant sous l’Ancien Régime et durant la Révolution jusqu’à 1804) existe depuis 1889. En revanche, en Allemagne, il n’arrive qu’en 2000.

7  Nous empruntons le terme à Christophe Jaffrelot (2006 : 33), qui voit dans la notion de nation une dimension institutionnelle tournée vers l’État.

8  Rappelons que le 8 mars, Nicolas Sarkozy a annoncé son projet de création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale.

9  Depuis les incidents qui ont éclaté le 27 mars 2007 dans la Gare du Nord à Paris, le candidat bénéficie d’une hausse des intentions de vote notamment de la part des électeurs lepénistes (Fourquet, 2007).

10  Présence, absence ou négation explicite des différentes approches de l’identité nationale dans les discours du candidat. Sont grisées uniquement les zones où la valeur 1 apparaît.

11  Gérard Noiriel (1992) rappelle que l’enracinement de la France dans les commu­nautés rurales était jusqu’à une époque récente l’une des principales originalités de la société française.

12  Les extraits des discours présentés dans cet article visent à mieux illustrer les résultats de l’analyse. Le choix s’est fait de façon arbitraire, car certaines citations se répètent dans plusieurs discours, parfois de manière identique, parfois avec de légères modifications.

13  Pour une approche critique des usages de l’histoire, voir aussi les nombreux articles disponibles sur le site du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, créé en 2005 : http://cvuh.free.fr/. Notons, cependant, que Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à brouiller les pistes entre l’axe traditionnel droite/gauche. Cette perturbation semble également être perceptible dans les discours de Ségolène Royal et de François Bayrou (Tebbakh, 2007).

14  Position qui s’explique en partie par les conséquences juridiques qu’aurait pour l’administration française une telle reconnaissance (nécessité de répondre aux citoyens dans la langue locale de leur choix).

15  À propos de l’expression l’« État capétien », par exemple, utilisée par Nicolas Sarkozy, les historiens rappellent que les trois siècles et demi de royauté capétienne sont antérieurs à l’émergence de l’État en tant qu’abstraction politique et réalité administrative et soulignent aussi l’amalgame opéré par le candidat quant aux origines de l’unité de la France (De Cock et al., 2008).

16  Par ailleurs, le candidat affiche clairement sa volonté de symboliser « la réconciliation française au-delà des frontières de religion et de race » (Bouillaud, 2007 : 31) avec la promotion, pendant la campagne, de personnes représentant les minorités visibles (notamment Rachida Dati, Garde des Sceaux et ministre de la Justice, et Rama Yade, Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme, dans le premier gouvernement Fillon).

17  L’opposition du candidat à l’entrée de la Turquie « qui n’est pas un pays européen » (N. Sarkozy, Strasbourg, 21 février 2007) au sein de l’Union européenne pourrait mieux être comprise sur la base de cette importance accordée aux facteurs culturels lors de la définition de la notion d’identité nationale.

18  Selon Guy Hermet (2006), le mélange des registres « ethnique » et « civique » constitue finalement l’une des caractéristiques du populisme occidental : le terme ethnicité ne désignant plus maintenant que des attributs culturels imprécis et évolutifs, l’identité civique nationale des Occidentaux « n’est plus guère qu’une variété trans-étatique de nationalisme ethnique ou la forme élargie d’un populisme transnational » (p. 329).

19  Voir le programme du Front national en matière d’immigration : http://www.frontnational.com/programmeimmigration.php.

20  Dans le discours de Nicolas Sarkozy, l’autre se manifeste aussi sous le visage ambivalent des instances internationales, notamment celui de l’Union européenne, ainsi qu’à travers les nouveaux pays émergents (Inde, Chine) qui, en se dressant souvent contre les intérêts français, menacent, selon le candidat, la stabilité nationale. Notons que le regard sévère que Nicolas Sarkozy semble porter sur l’Union européenne est à mettre en perspective avec le rejet par les Français du traité constitutionnel européen en 2005 (car Nicolas Sarkozy était à l’époque l’un des défenseurs du « oui »). L’Europe, en revanche, en tant qu’idéal, projet de civilisation et volonté d’unité entre les peuples s’accorde parfaitement, selon le candidat, avec le projet français. Les ambiguïtés sur la question européenne ne sont pas nouvelles dans l’histoire du gaullisme. Jacques Chirac avait aussi dû infléchir ses positions à ce sujet (Derville, 2005).

21  Contre le discours de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royale « a fait valoir une conception de la nation alliant <la grande lumière jamais éteinte de la Révolution française et de ses grands principes> et la reconnaissance des identités multiples » (Le Goff, 2008 : 58).

22  Sur le site du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire figurent quelques-uns des principaux axes de l'action gouvernementale à ce sujet : http://www.immigration.gouv.fr/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Premiers résultats de l’analyse10
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2010/img-1.png
Fichier image/png, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « La construction symbolique de l'identité nationale française dans les discours de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 11-39.

Référence électronique

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « La construction symbolique de l'identité nationale française dans les discours de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2010 ; DOI : 10.4000/communication.2010

Haut de page

Auteur

Angeliki Koukoutsaki-Monnier

Angeliki Koukoutsaki-Monnier est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Haute-Alsace et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM, ÉA 3476) de l’Université de Paul Verlaine-Metz. Courriel : angeliki.monnier@uha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org