Navigation – Plan du site
Articles

Informer, relier : le journalisme en tant que modèle moderne de médiation

Gloria Awad
p. 40-70

Résumés

L’auteure analyse le journalisme en tant que modèle moderne de médiation, ainsi que la dissémination de ce modèle dans d’autres sociétés que celles qui ont vu son émergence et son institutionnalisation. Cette approche rend compte de ce qui se joue dès l’origine dans la logique journalistique. Comme l’illustre l’étude du journal étatsunien Al Hoda, la transplantation de ce modèle moderne de médiation dans d’autres sociétés fut d’abord celle d’une fonction de communication et d’une modalité de production d’un discours social spécifique permettant d’assurer la jonction entre une nouvelle configuration du politique et le mouvement des hommes.

Haut de page

Texte intégral

1La remise en question du fondement de l’autorité et du tissu des relations sociales, née de la confrontation des sociétés occidentales à une série de conditions déstabilisantes, est placée à l’origine de la nécessité de la reconstitution du lien social sur de nouvelles bases qui ont permis d’imaginer pour les modernes un primordialisme construit. La nation constitue un point de culminance de la Grande Transformation (Polanyi, 1944/1983) qui, pour reprendre les termes de Benedict Anderson (1996), a changé les conceptions quotidiennes du temps et de l’espace, détruit les anciennes communautés et qui, ce faisant, nous a obligés sans cesse à imaginer et réimaginer les nôtres. Car, au-delà des villages primordiaux où le face-à-face est de règle, et encore, il n’est de communauté qu’imaginée.

2Notre dessein est d’étudier la place du journalisme dans la production de cet imaginaire collectif, dans la mesure où l’imaginaire se projette fatalement à partir d’objets matériels et formels et s’incarne dans des signes et des représentations, des savoirs ordinaires qui configurent des pratiques et des solidarités. Nous considérons le journalisme sous l’angle de la médiation qu’il instaure avec le journal, configurant des combinatoires entre la dimension individuelle et la dimension collective, ce qui constitue sa dimension générique et intemporelle (Brin et al., 2004). Cette démarche nous paraît nécessairement complémentaire de l’approche compréhensive de la profession journalistique ainsi que des analyses du système médiatique dans ses interactions tant organisationnelles, qu’économiques et socioculturelles avec son environnement (Mathien, 1989, 1992, 1997 ; Ruellan, 1993). En plus de son émergence et de sa structuration en tant que champ spécialisé et professionnel de production d’un discours public distinct des autres formes discursives, le journalisme consiste, tout au long de son histoire et quelles que soient les sociétés où il s’exerce, à rendre publics, sur une périodicité de plus en plus restreinte, des commentaires et des informations présentés comme nouveaux, vrais et sincères à une audience dispersée de personnes anonymes, de façon à les inclure dans un discours pris pour être publiquement important (Schudson, 2000). Le journalisme assume de la sorte un rôle de fondation, dans la mesure où il est à la fois un paradoxe et un système de jonction qui informe et relie en fondant en nature une réalité qu’il construit et un public qu’il configure, et en ordonnant la complexité d’un espace qu’il matérialise et d’un présent qu’il objective.

3Nous commencerons par examiner la discontinuité du journalisme en tant que modèle de médiation. Celle-ci correspond à l’invention d’une forme extrême du livre, portée par le capitalisme de l’imprimé. Elle naît de la double inscription du journal dans la culture de la scripturalité et dans un marché de consommation répétitive. La culture de la scripturalité a scellé l’affranchissement par rapport à la parole de la communication directe et permis la redistribution des conditions spatio-temporelles de la communication. Par son mode opératoire, qui est celui d’un rapport entre un lecteur et un texte, elle a permis au lecteur de s’imaginer au-delà de sa communauté d’appartenance immédiate.

4Le « capitalisme de l’imprimé » est un concept communicationnel fondateur que nous devons à Benedict Anderson. Il correspond, en Europe occidentale d’abord, à la convergence à demi fortuite, mais néanmoins explosive, entre le capitalisme, système de production et de rapports de production, et la technologie de l’imprimerie, technique de communication, avec la diversité fatale des langues humaines et leur capacité tout aussi fatale à engendrer des communautés imaginées, à construire des solidarités particulières. Le livre et surtout le journal occupent une place centrale dans ce processus. La consommation du journal, objet complet par lui-même, vendu sur un marché, mais aussi inscrit dans une sérialité synchronique elle-même insérée dans une continuité temporelle, permet la réfraction des événements du monde social dans un monde imaginé propre à chacun des lecteurs et commun à tous ces lecteurs. L’acte de lire les mêmes choses ensemble a posé les conditions d’apparition, au-delà du face-à-face, d’un primordialisme construit.

5La seconde étape de notre étude porte sur la transplantation et l’appropriation modulaire de ce modèle moderne de médiation dans d’autres sociétés, que nous illustrerons à travers la présentation de Al Hoda, journal arabophone publié aux États-Unis au début du siècle. Nous considérons que la dissémination du journalisme fut d’abord celle d’une fonction de communication et d’une modalité de production d’un discours social spécifique permettant d’imaginer, pour les modernes, une autre effervescence communautaire. Elle a ainsi assuré la jonction entre une nouvelle configuration du politique et le mouvement des hommes avec lequel celle-ci doit se rencontrer.

6Plutôt que la dispersion du journalisme, expression utilisée, dans la lignée de la pensée de Michel Foucault, pour rendre compte du processus de tension entre un ordre du discours et un désordre de discours et de pratiques en matière de journalisme (Ringoot et Utard, 2006), nous optons pour le concept proche de dissémination : la dispersion relève d’une dissémination, qui renvoie à la fois à un original et à des imitations, ainsi qu’à leur hybridation. Celui-ci nous paraît plus adéquat pour rendre compte de la circulation, des adoptions et des adaptations du journalisme dans d’autres sociétés. Nous empruntons à Jacques Derrida (1993) le concept de dissémination. Derrida le forge dans le cadre d’une approche philosophique et sémiotique pour rendre compte du pouvoir des textes de susciter des significations multiples et hétérogènes et du pouvoir des sens ainsi disséminés de s’enchevêtrer dans de nouveaux textes, dépassant la distinction entre textes premier et seconds.

7Appliquée au journalisme, la dissémination associe l’invention à la diffusion et à l’adaptation. Elle inclut toute une somme de moyens, d’instruments, de pratiques et d’habitudes de pensées qui, comme l’indiquait Fernand Braudel (1979), sont sans conteste des biens culturels et qui, comme tels, voyagent et s’échangent.

8La dissémination du journalisme correspond au croisement d’un modèle diffusionniste, basé sur la matérialité répétable des objets médiatisés, et d’une dimension pragmatique, fondée sur des formes d’appropriation portant l’empreinte configurante du modèle. Elle est opérée par la dynamique du capitalisme qui la transplante de l’Europe occidentale dans les sociétés des périphéries en même temps qu’un modèle universel de société moderne, de communauté imaginée, donné à l’imitation. Cette dynamique associe les acteurs du centre ainsi que ceux des périphéries. Il s’agit de toute une génération de lettrés, acquis à l’universalisme et à la modernité, qui ont adopté l’imprimé, et surtout la presse, pour propager la nouvelle communauté imaginée auprès de la masse de ceux qu’ils considéraient comme leurs compatriotes et qu’il s’agissait d’éveiller au temps du monde, de lier par des symboles, des formes et des intérêts tout aussi universels et modernes. Ainsi, ils ont investi le journal en tant qu’espace de matérialité de l’espace communicationnel, pour intégrer les anciennes allégeances, susciter de nouvelles mobilisations, des pratiques et des solidarités.

Le journal : une tension propre au lien social moderne

9Le concept de « capitalisme de l’imprimé » décrit par Anderson place l’imaginaire au cœur des solidarités qui lient les hommes à distance. Un imaginaire qui n’est pas le plus souvent lié à la mécanique d’un sentiment primordial quelconque, mais au travail de l’imagination lui-même arrimé à la reproduction mécanique des images.

  • 1  Dans sa thèse The Crowd and the Public, Robert Park compare la théorie de l’imitation à la théorie (...)

10Nous trouvons dans ce concept l’aboutissement de pistes fructueuses ébauchées dès le début du xxe siècle dans le cadre d’analyses portant sur l’affranchissement du lien social de la clôture de la proximité spatiale. Nous pensons bien sûr aux travaux de Gabriel Tarde (1890/1993), qui constatait l’émergence de communautés formées par des gens séparés, sans contact physique, grâce au journal et au développement de l’imprimerie. Mais aussi à l’apport du pragmatiste Georges Herbert Mead (1934/1963), fondateur de l’interactionnisme symbolique, qui indiquait que la nature de la société varie selon que les individus vivent avec des gens réellement présents ou avec des êtres de leur propre imagination ou de leur mémoire. Ainsi en est-il de l’histoire qui traite des événements qui ne pouvaient pas entrer dans l’expérience vécue des individus au moment décrit par l’historien. Ou du journalisme qui, comme le drame ou le roman, permet d’entrer dans l’attitude et l’expérience d’autrui. Certaines de ces pistes ont été reprises par Robert Park et d’autres chercheurs de l’École de Chicago1 dont les travaux ont fait du journal le phénomène de socialité par excellence de la modernité.

11Pour Anderson, la métamorphose du pouvoir médiateur du langage constitue le point de départ de ce basculement : son passage d’intermédiaire sacré pour une communauté à partir de signes à celui d’intermédiaire mondain pour une communauté à partir de sons. Cette transformation est le fruit de « l’époque de la reproduction mécanisée », qui a fait de l’édition une des premières entreprises capitalistes et du livre une industrie : dans sa quête incessante de marchés, alors en Europe, le capitalisme de l’imprimé a contribué à l’assemblage des divers idiolectes parlés susceptibles de l’être en langues d’imprimerie bien moins nombreuses, créant ainsi un vaste public de lecteurs monoglottes.

12Les changements économiques, les découvertes sociales et scientifiques et l’essor de communications toujours plus rapides ont permis le croisement de cette métamorphose avec une transformation de la légitimité du pouvoir politique et une conception nouvelle de la temporalité. La première n’est plus à trouver dans une ordonnance divine et un ordre dynastique, mais dans un peuple dont la langue prend en charge la fonction de séparation d’autres peuples. La deuxième est une conception d’un temps « vide et homogène », fait d’une chaîne infinie de causes et d’effets, de ruptures entre passé et présent, où les nations, macrosujets collectifs éternels, s’élèvent, déclinent, sommeillent ou se réveillent, suivant une évolution calendaire dans l’éternité de l’histoire. De ce croisement est née la nation, nouvelle configuration permettant d’associer pouvoir, fraternité et temps qui devait prendre en charge « la souffrance » qui n’a pas disparu avec le reflux du religieux et qui nécessitait d’autres « paradis » et « une transformation séculière de la fatalité en continuité et de la contingence en signification » (Anderson, 1983/1996 : 25-26).

13Le pouvoir médiateur de l’imaginaire ne fait pas incursion avec la nation. Il est déjà présent dans toute forme de communauté. Il emprunte cependant des médias spécifiques, principalement le livre puis le journal, qui se sont développés en Europe occidentale au xviiie siècle et qui ont fourni les formes permettant de « re-présenter » cette nouvelle communauté imaginée. Il investit la forme du roman réaliste de l’époque, degré zéro de l’écriture romanesque, qu’il s’agisse de chef-d’œuvre réaliste de Balzac ou de roman de gare contemporain tout aussi exemplairement « réel » et « intelligible ». Anderson analyse ainsi la structure typique de ces romans comme trame constitutive de cet imaginaire. Cette structure réunit les conditions d’une glose complexe sur l’expression « pendant ce temps » et correspond à une technique de présentation d’une simultanéité transversale, intertemporelle, non plus marquée par la préfiguration et l’accomplissement, mais par la coïncidence temporelle, que l’on mesure par l’horloge et le calendrier. Il prend l’exemple d’un segment d’intrigue romanesque élémentaire dans laquelle un homme (A) a une épouse (B) et une maîtresse (C), laquelle a aussi un amant (D), et propose d’imaginer l’enchaînement suivant :

14Anderson indique que deux conceptions complémentaires lient A à D, qui dans cette séquence ne se rencontrent jamais. En premier lieu, tous les deux s’inscrivent dans des « sociétés » dont la réalité est tellement « ferme et stable » que leurs membres, en l’occurrence A et D, peuvent se croiser dans la rue sans jamais se connaître, tout en étant liés l’un à l’autre. En second lieu, A et D s’inscrivent dans l’esprit de lecteurs omniscients.

Eux seuls, comme Dieu, observent A qui téléphone à C, B qui fait ses emplettes et D qui joue aux cartes — tous à la fois. Que tous ces actes soient accomplis à la même heure calendaire, mais par des acteurs qui ignorent presque tout les uns des autres, montre bien la nouveauté du monde imaginé que fait naître l’auteur dans l’esprit de ses lecteurs (1983/1996 : 37-38).

  • 2  « Les matériaux imprimés encouragèrent l’adhésion silencieuse à des causes dont on ne pouvait plus (...)

15Le journal est ainsi une « forme extrême » du livre qui se vend sur un marché colossal, mais dont la popularité est éphémère. Et l’obsolescence de cette marchandise culturelle produite et reproduite en série n’en crée pas moins, précisément pour cette raison, une extraordinaire cérémonie de masse : la consommation (« imagination ») régulière et quasi simultanée du journal comme fiction. L’expression de Hegel (1807/1998) qualifiant cette consommation de nouvelle prière quotidienne de l’homme moderne, depuis régulièrement invoquée dans les travaux sur le lien entre journal, journalisme et public, montre la considérable nouveauté anthropologique de cette cérémonie médiatique originelle. C’est précisément cette consommation d’un objet à la fois distinct, complet en lui-même, vendu sur un marché, mais aussi inscrit dans une sérialité synchronique elle-même insérée dans une continuité temporelle, qui permet la réfraction des événements du monde social dans un monde imaginé propre à chacun des lecteurs et commun à tous ces lecteurs. Et c’est cet acte de lire les mêmes choses ensemble qui a posé les conditions d’apparition, au-delà du face-à-face, de communautés basées sur le paradoxe du primordialisme construit2.

16La répétitivité de cette cérémonie constitue l’aboutissement du processus de périodisation de la presse qui a contribué à l’autonomisation de celle-ci en tant que catégorie générale de l’imprimé (Febvre et Martin, 1971). Elle réintroduit, dans l’historicité de ce temps progressif, calendaire vide et homogène, une notion cyclique du temps permettant un éternel retour du nouveau, matériau et fonds de commerce anthropologique du journal qui lui permet de répondre à la nécessité de faire événement pour des collectivités manifestant la volonté de savoir « ce qui se passe ». Cette volonté de savoir, pour reprendre la terminologie foucaldienne, se substitue à la volonté de vérité des sociétés moins complexes dont le présent n’était pas ce temps de contingence qu’il faut circonscrire et où se déploient des visées immédiates et pragmatiques. Elle est manifestée par de vastes collectivités qui renégocient de nouvelles légitimités et de nouvelles solidarités au gré de l’esprit du temps, les anciennes n’étant plus compatibles avec la nouvelle division du travail. Ces collectivités elles-mêmes sont formées d’individus dépaysés (Todorov, 1996) qui, pour se construire, doivent composer en permanence avec les incertitudes de l’environnement proche et lointain et transformer bravement l’incertain en certain.

Une métanarration configurée par l’objet journal

17Le journal peut ainsi endosser un caractère historique, daté, tout en encourageant une évaluation positive du nouveau qui advient à intervalle régulier. La périodicité enserre le temps et l’événement dans une technique d’édition qui s’avère une « matrice complexe et évolutive où se forme l’alliance entre le temps et le médium. Le temps entre dans le médium et contribue à le modeler. Le médium cherche à épouser les modes du temps » (Labrosse, 2000 : 112). La périodicité fait ainsi apparaître une nouvelle forme de temporalité faite de « la conjonction du temps et d’un mode organisé de communication imprimée » (Labrosse, 2000 : 111).

18La date et le réel sont omniprésents avec le journal en tant qu’objet, celui-ci pouvant être défini comme la totalité du réel placée sous la catégorie du présent (Dahlgren et Sparks, 1992). Le présent n’a pas en lui-même son propre sens, il n’est plus cette expérience d’une tranche du temps coextensive à la présence. Le réel ne parle pas de lui-même, il n’est plus cette expérience d’un monde ouvert à la perception, d’un paysage local expérimenté. D’où l’importance du journal, qui « coagule » le présent et le réel dans une matérialité visible. Le réel du journal est ainsi ancré dans la réalité du monde avec laquelle il postule un rapport de vérité et non seulement de vraisemblance : la réalité du monde constitue le matériau brut du journal, le référent avec lequel il postule un « degré zéro » de médiatisation.

  • 3  Composer l’intrigue relève du caractère de cohérence du muthos aristotélicien, qui fait surgir « l (...)
  • 4  Analysant le rôle fondateur des médias tant imprimés qu’électroniques dans la réorganisation du te (...)

19Nous ajouterons de même que le journal va plus loin que le livre dans la forme qu’il donne à cette simultanéité transversale, le sort qu’il fait à ce « pendant ce temps ». La date fournit la trame logistique narrative qui paraît faire défaut à une juxtaposition d’articles ne partageant rien d’autre que le fait d’être importants et opportuns « pendant ce temps ». C’est ce qui permet de nouer en intrigue3 ce qui autrement demeurerait un collage arbitraire fait d’exclusion inclusion et un mélange chaotique de signes, un roman dont l’auteur a abandonné toute idée d’intrigue cohérente4. Cet affichage d’histoires séparées les unes à côté des autres ne correspond pas à une disparition des narrations, mais à une métanarration configurée par l’objet journal où se déploie une discursivité dont la dimension sémiotique est encapsulée dans la matérialité d’un dispositif.

La date inscrite en haut du journal, l’emblème de loin le plus important, assure le lien essentiel : la marche en avant régulière du temps vide et homogène. Dans ce laps de temps, « le monde » avance d’un pas tranquille et résolu. Un signe ? Si le Mali disparaît des pages du New York Times après deux jours de reportages sur la famine, et ce pour plusieurs mois, les lecteurs n’imaginent pas un seul instant que le Mali a disparu ni que cette famine a exterminé tous ses habitants. Le format romanesque du journal leur donne la certitude que le « personnage » Mali continue de vivre sa vie quelque part, en attendant sa prochaine apparition dans l’intrigue (Anderson, 1983/1996 : 44).

20Il est vrai que cela n’explique pas les raisons de l’apparition ou de la disparition du Mali, mais celles de sa réfraction, de son imagination, via la consommation du journal, dans le présent et le réel d’un public, dans son savoir ordinaire. Le lecteur acquiert de la sorte concernant l’actant Mali, où il n’ira peut-être jamais, « des pensées vraies » au sujet de cet objet distant mais qui est présent dans le journal. Nous sommes donc en présence d’un processus qui établit un lien indissociable entre le journal et les systèmes interprétatifs des lecteurs. Nous estimons que c’est là précisément que réside le rôle de fondation du journalisme qui est ainsi médiatisation d’une histoire en train de se faire, d’un présent historicisé et d’un espace public discursif qui vient s’insérer dans un feuilleté entre le monde et le monde vécu.

Matérialité répétable et formes d’imitation

21Anderson place cette infiltration paisible et continue du monde du journal, ancré dans la vérité d’une réalité ferme et stable, dans la réalité des lecteurs anonymes, à la base de l’institution d’un imaginaire collectif spectral. Il la situe au centre de la transplantation modulaire de cet imaginaire sur des terrains sociaux de toutes sortes pour fusionner ou se fondre avec un éventail tout aussi large de constellations politiques et idéologiques, qu’il s’agisse des imaginaires coloniaux américains ou du reste du monde extra-européen.

22Les imaginaires américains associent le capitalisme des presses des imprimeurs locaux, dont Benjamin Franklin constitue la figure archétypale, et les voyages administratifs régulièrement effectués par les fonctionnaires locaux, considérés par Anderson, dans le sillage de l’anthropologue Victor Turner, comme des pèlerinages, des expériences symboliques créatrices de sens. Le marché et le journal ont contribué à configurer dans des communautés imaginées les étendues territoriales de ces pèlerinages, limités aux frontières des unités administratives coloniales.

23Les autres imaginaires coloniaux sont plus complexes, car faits de télescopages des expériences de communauté imaginée tant vernaculaires que métissées et de leurs imitation, adaptation et amélioration modulaires. Au capitalisme de l’imprimé et aux expériences symboliques des « missions administratives » aux Amériques, éducatifs ailleurs, Anderson ajoute la mémoire cumulative de l’imprimé qui coagule dans des catégories fixes les hommes, le monde et l’expérience. Il montre la reproduction, ailleurs, du même scénario explosif associant capitalisme de l’imprimé et langues vernaculaires. Ainsi en est-il de la transformation, dans les années 1870, du patois hollandais afrikaner en langue littéraire coupée de ses sources européennes. De même, pour la renaissance, à la même époque, de l’arabe classique, langue d’imprimerie de multiples vernaculaires apparentés et non pas langue sacrée, porteur du nationalisme arabe. De même encore pour l’apparition d’une presse vernaculaire turque où l’on trouve les germes du passage de l’identité ottomane au nationalisme turc. Dans les deux derniers cas, cela équivalait au rejet de l’ottoman, langue administrative dynastique mêlant des éléments de turc, de persan et d’arabe, ainsi qu’à une première étape de l’émergence d’imaginaires vernaculaires collectifs. Pour ce qui est du nationalisme arabe, il est intéressant de constater que les analyses dont il a fait l’objet débouchent sur des résultats qui recoupent ceux qu’évoque par Anderson. À savoir que la renaissance linguistique et littéraire constitue une première étape durant laquelle les intellectuels arabes occidentalisés, instruits par la chose imprimée, sont arrivés à une forme de conscience nationale. Et que ce n’est qu’après, dans un second temps, que cette littérature de la renaissance a été politisée puis mobilisée dans un nationalisme politique appelant à un État arabe unifié (Tibi, 1981/1997).

24Quant à la mémoire accumulatrice de l’imprimé, elle a fait d’une expérience locale, la Révolution française, un modèle universel, œcuménique, inscrit dans les multiples interactions à distance portées par cet artefact, et offert ainsi à tous les piratages.

25Comme l’historien Eric Hobsbawm, Anderson voit dans la Révolution française un facteur décisif qui a mis fin, par action directe, réaction ou exemple, à la légitimité des royaumes dynastiques hiérarchisés et d’ordonnance divine et ouvert la voie à un nouvel imaginaire collectif. Cependant, Hobsbawm (1962/1969) situe son influence dans la dynamique conquérante du capitalisme et l’occidentalisation du monde qui s’en est suivi ; dans le monde de l’Islam si proche d’abord, où pouvaient se projeter le plus vite les mutations de l’économie-monde (Hourani, 1991/1993). Citant l’historien Bernard Lewis, il écrit cependant que cette révolution était le premier grand mouvement d’idées dans la chrétienté d’Occident qui ait eu un effet réel sur le monde de l’Islam, et ceci, presque immédiatement. Il ajoute que sous son influence, le mot vatan acquit en turc un sens assez proche de celui de patrie, sens que nous retrouvons pour le mot arabe watan chez l’Égyptien Rifa’a al-Tahtawi, qui a dirigé la délégation des boursiers de Mohammad ‘Ali en France en 1826 avant d’ouvrir à son retour en Égypte l’imprimerie de Boulaq dans la banlieue du Caire pour publier le premier journal officiel du gouvernement (Hourani, 1970 ; Laurens, 1993). Et sens que nous retrouvons enfin, vers 1860, chez Boutros Al Bustâni, encyclopédiste de la Nahda, journaliste et fondateur du « collège national ou patriotique », qui reprend la thématique de Tahtawi pour l’appliquer au Bilad al-Shâm (la Syrie ottomane), sans pour autant rejeter la citoyenneté ottomane (Kassir, 2003).

26Hobsbawm évoque à cet égard le rôle des soldats français qui ont fait campagne de l’Andalousie jusqu’à Moscou et de la Baltique jusqu’à la Syrie, sur une étendue plus vaste que celle qu’ont parcourue les Normands en Europe et les Mongols dans le monde. Il souligne que ces soldats ont étendu l’universalité de leur révolution intérieure plus efficacement que ne l’aurait fait n’importe quel autre agent : les doctrines et les institutions qu’ils ont transportées avec eux « procédaient de doctrines universelles, comme les gouvernements l’apprirent et comme les peuples eux-mêmes eurent tôt fait de l’apprendre, aussi » (1962/1991 : 121).

Faire la jonction entre le politique et le mouvement des hommes

27On l’aura compris, l’universalisme dont il est question ici, celui des Lumières, est indissociable de la modernité, avec laquelle il représente toute une épistémologie et correspond à un système de croyances relatives à l’objet du savoir et aux méthodes de la connaissance. Dans son analyse du capitalisme historique, l’historien Immanuel Wallerstein (1983/1985) souligne que ce système a constitué la pierre angulaire de son édifice idéologique. Il a pour fondement essentiel l’idée qu’il est possible de formuler des propositions générales permettant d’interpréter le monde, tant physique que social, de façon significative ; que ces propositions ont une validité universelle et permanente et que l’activité scientifique a précisément pour objet d’établir de semblables propositions générales, sous une forme excluant tout élément prétendu subjectif, c’est-à-dire historiquement déterminé. Il correspond ainsi à une exaltation du progrès, et par la suite de la « modernisation ». Wallerstein rappelle que cet universalisme ne s’est pas imposé comme une idéologie libre et spontanée, mais qu’il a été offert au monde comme un cadeau des puissants aux faibles. Une illustration saisissante de ces propos nous est donnée par la lecture des impressions de l’historien musulman al-Jabarti qui vivait au Caire lors de la campagne d’Égypte. Dans des textes détaillés, al-Jabarti a longuement rapporté l’impression que les envahisseurs ont faite en territoire égyptien. Mais son hostilité aux occupants français ne va pas sans une certaine admiration pour les érudits et savants qui les avaient accompagnés et une certaine fascination pour les « livres imprimés », « les gravures et cartes » qu’on trouvait dans leur bibliothèque :

Si quelque musulman se présentait simplement pour voir, les Français le laissaient pénétrer même dans les endroits réservés ; ils l’accueillaient avec de bonnes paroles et le sourire, se montrant heureux de sa visite, surtout s’ils découvraient en lui compétence, connaissance et curiosité pour l’étude des sciences. Alors, ils lui prodiguaient toute leur sympathie, et lui présentaient toutes sortes de livres imprimés avec toutes sortes de gravures et de cartes concernant les villes, les régions, les animaux, les oiseaux et les plantes, et ayant trait à l’histoire des Anciens, à la vie des peuples, aux légendes des prophètes […]. Je me suis souvent rendu à cette bibliothèque. On m’y laissait avoir accès (1979 : 22).

28L’analyse faite par Anderson du rôle des intelligentsias dans l’éveil au nouveau temps du monde, vide et homogène, et dans le piratage modulaire du nouvel imaginaire national trouve ainsi toute sa pertinence. Toute une génération d’hommes, instruits dans la tradition chétive et mystérieuse du savoir manuscrit, a paradoxalement découvert dans la connaissance imprimée, faite de reproductibilité et de dissémination, à la fois la voie qui mène à un présent universel et moderne et le moyen d’accès à un passé immémorial qu’il s’agissait de réinventer, de faire renaître, bref de re-présenter : l’un n’allait pas sans l’autre. Ces lettrés, acquis à l’universalisme et à la modernité, furent les passeurs non seulement de l’expérience française et de ses idées, mais aussi des nouvelles techniques de communication de ces idées, dans ce qui leur semblait également la voie permettant de remettre de l’égalité dans les termes du nouvel échange. Premiers patriotes des périphéries dans le sens moderne du terme, ils adoptèrent l’imprimé et surtout la presse pour propager la nouvelle communauté imaginée auprès de la masse de ceux qu’ils considéraient comme leurs compatriotes et qu’il s’agissait d’éveiller au temps du monde, et de lier par des symboles, des formes et des intérêts tout aussi universels et modernes. Les journaux devaient non seulement lier à distance les nouvelles communautés imaginées mais, comme l’a analysé Harold Innis (cité dans Carey, 1988 : 160) par la suite, ils étaient obscurément investis de cette puissance de modifier la nature même de la communauté en transformant la structure d’intérêts, les choses auxquelles pensent les individus, et en changeant le caractère des symboles, les choses avec lesquelles pensent les individus.

Al Hoda, journal arabophone aux États-Unis, configure une communauté imaginée

29L’étude du journal Al Hoda constitue une illustration de la transplantation et de l’appropriation modulaire du journalisme dans des périphéries en quête de nouvelles solidarités. Al Hoda, publié aux États-Unis à partir de 1898, est destiné aux milliers d’immigrés arabophones venus alors de l’Empire ottoman et connus sous le nom de Syriens. La Syrie, appelée aussi en arabe Bilad al-Shâm, était le nom de la province ottomane qui comprenait la région incluant aujourd’hui les États syrien, libanais, jordanien et israélien ainsi que les territoires palestiniens occupés par Israël. Mais les immigrés de cette région ont été classés par les autorités étatsuniennes jusqu’en 1899 comme étant des « Turcs d’Asie ». Puis, en 1899, les fonctionnaires des services d’immigration ont créé la classification « Syriens » pour les désigner : c’était une façon de les distinguer des autres immigrés (Naff, 1992). Mais, au sein de cette catégorie qui les désignait par ce qui leur était extérieur, les différents immigrés ont continué à appliquer l’ancienne norme ottomane qui les définissait d’abord par leur foi, ensuite par leur lieu d’origine.

  • 5  Au sujet du titre du journal en tant que « nom », voir Mouillaud et Tétu (1989 : 101-112).

30Al Hoda, traduit par The Guidance en anglais, correspond à « guide » ou « orientation » en français, un titre porteur de toute sa signification de nom commun5 : « guider » des immigrés portés par la logique du capitalisme dans le Nouveau Monde, entre des temporalités et des espaces différents, et orienter les assignations identitaires dont ils font l’objet qui passent de l’Ottoman, au Syrien, au Libanais et transitent par l’Américain. Il s’agissait, rien de moins, de compenser et d’annuler la « formidable charge schizophrénique » selon Gilles Deleuze et Félix Guattari (1973 et 1980), faite de l’incertitude et de l’effritement des certitudes qui lestent l’immigration, mouvement extrême de déterritorialisation, inscrit dans la libre circulation capitaliste des flux de marchandises et de travail.

31William Isaac Thomas et Florian Znaniecki (1929), dans Le paysan polonais, montraient déjà les liens entre presse et mouvements massifs d’immigration de la fin du xixe siècle et du début du xxe : les Polonais immigrés à Chicago ne reconstituent pas leur société d’origine, ils réorganisent de nouvelles formes de vie sociale issues de la nouvelle et de l’ancienne éducation, de l’organisation de l’espace urbain par nationalité d’origine, de la solidarité de groupe et de l’influence exercée par la presse locale de langue polonaise. Le régime social de ces journaux était ainsi, à la fois, de créer et de perpétuer de nouvelles formes de se représenter le monde en assurant la convergence entre des temporalités et des espaces différents. Il s’agissait d’opérer, avec d’autres institutions comme les églises ou les sociétés d’entraide fondées par les immigrés, un recodage des flux, une re-territorialisation se traduisant par le rétablissement de multiples territorialités réelles, imaginaires ou symboliques.

32Loin d’être comparables aux ethnoscapes contemporains, mobiles et denses, évoqués par Arjun Appadurai (1996/2001), ces migrations de Polonais, de Syriens et d’autres n’en formaient pas moins, à l’époque, un immense flux de populations dans les différentes régions du globe. Sans doute le départ de quelque 32 millions d’Européens en Amérique du Nord et dans les autres colonies dites blanches, de 1881 à 1915, en constitue-t‑il l’élément le plus important et qui a retenu le plus l’attention (Owen, 1992). Il est vrai que ce mouvement est tellement massif que les autres migrations ont tendance à apparaître minuscules en comparaison. Néanmoins, à la même époque, on assistait à la migration de quelque 2,5 millions de musulmans de Russie vers l’Empire ottoman, de centaines de milliers de Français, d’Italiens et de Grecs vers l’Égypte et les colonies françaises d’Afrique du Nord et d’environ 50 000 à 60 000 juifs européens en Palestine. Quant au bassin méditerranéen, depuis le milieu du xixe siècle, ses habitants se sont déplacés en grand nombre vers le nord et le sud de l’Amérique et l’Australie. Ces migrations comprenaient des Italiens, des Siciliens, des Grecs, des Arméniens et des Syriens.

33Tout ce mouvement de population, quels qu’en soient les lieux d’origine, n’était pas à sens unique, mais correspondait à un courant réversible par les migrations en retour vers les pays de départ. Les mêmes Thomas et Znaniecki indiquent, à cet égard, en s’appuyant sur les témoignages des immigrés, que ceux-ci étaient venus pour améliorer leur condition économique et rentrer chez eux au bout d’une année ou deux, « plus riches et plus fiers » que lorsqu’ils étaient partis. Ainsi, ajoutent-ils, il faut entreprendre des recherches fouillées pour découvrir que plus de la moitié des Polonais qui avaient émigré aux États-Unis sont rentrés définitivement dans leur pays natal, de 1887 à 1915, et cela, malgré les détériorations des conditions économiques et sociales. À cela s’ajoute le fait que la plupart des nouveaux venus ignoraient la langue anglaise et la presse devait, à la fois, expliquer aux immigrés les modes de vie qu’ils découvraient et les tenir informés de ce qui se passait tant à l’intérieur de leur communauté que dans leur pays d’origine. Le journal assurait ainsi la convergence d’espaces-temps différents.

  • 6  Robert Mantran rappelle que « ce que l’on dénomme “Question d’Orient” correspond à un ensemble de (...)

34De plus, comme nous l’avons déjà évoqué, la crise de l’Empire ottoman est liée à la dynamique du capitalisme et à l’avènement de la modernité. Du point de vue de l’analyse externe, l’Empire n’a pas pu relever le défi de l’Europe conquérante en tant que civilisation scientifique, industrielle et technologique. C’est là le fondement historique de la Question d’Orient6. Du point de vue de l’analyse interne, il n’a pas pu relever le défi de la modernité, où l’imaginaire national consacre la légitimité d’une souveraineté issue du peuple au détriment de la légitimité dynastique des rois et des sultans. L’arrimage des régions de l’Empire à l’économie-monde conjuguait l’inégalité de l’échange et l’immense charge de rupture inhérente à la modernité. L’entropie, générée par ce passage d’un monde d’ordre à un monde aléatoire, et le déplacement de pouvoir qui l’accompagnait plaçaient l’organisation des frontières qui séparent les groupes dans les langues et leur incarnation dans des formes et des objets proposés à la reproductibilité et à la dissémination, et ainsi entre les mains de ceux qui écrivent et qui lisent et qui sont à la fois une partie de la société et se proclament la voix de toute la société.

35La perspective wébérienne, qui invite à tenir compte du sens que les acteurs eux-mêmes donnent à leur action pour comprendre celle-ci, trouve ici toute sa pertinence. Aussi, dans notre analyse du journal Al Hoda, nous commencerons par le considérer du point de vue de son éditeur, Na’oum Moukarzel, publiciste politique qui s’est engagé dans la voie du journalisme et qui a fondé une association politique appelée, comme il se doit, Al Nahda, qui signifie « La Renaissance ». Moukarzel participera par la suite, au nom de ses « compatriotes », aux travaux de la Conférence de paix de Paris qui a marqué la fin de la Première Guerre mondiale.

Na’oum Moukarzel, passeur, publiciste et journaliste

  • 7  Volney est un surnom construit à partir de la contraction de Voltaire et de Ferney.

36Le voyageur et voltairien français Volney7, l’un des principaux inspirateurs de Bonaparte et membre de l’expédition d’Égypte, qui visita la Syrie en 1782-1785, écrivait déjà à l’époque :

L’art d’écrire s’est rendu plus commun chez les Maronites. À ce titre, ils sont devenus dans ces cantons ce que sont les Coptes en Égypte, c’est-à-dire qu’ils se sont emparés de toutes les places d’écrivains, d’intendants chez les Turcs, et surtout chez les Druzes, leurs alliés et leurs voisins (1959 : 227).

37Il ne s’agit pas de faire l’histoire de la culture de la scripturalité et, par la suite, des technologies d’impression, telles qu’elles ont été développées dans cette communauté du Moyen-Orient, mais plutôt de rendre compte, à travers le parcours de Na’oum Moukarzel, de ces expériences collectives et spectaculaires avec la modernité de toute une génération d’intellectuels de cette région. Quelles qu’aient été leurs allégeances et leurs obédiences, tous partageaient le fait d’être à la fois passeurs, publicistes et journalistes qui trouvèrent dans le journalisme, modèle occidental de médiation, une tension propre au lien social moderne, permettant l’imagination d’une autre effervescence communautaire. Que leur approche ait été intégrationniste, comme dans les cas de l’ottomanisme (nationalisme ottoman dans le cadre de l’Empire), de l’islamisme (nationalisme musulman dans le cadre de l’Empire) et de l’arabisme (nationalisme arabe), ou désintégrationniste comme avec la turkité (nationalisme turc), la syrianité (nationalisme syrien) ou la libanité (nationalisme libanais), elle a toujours été en rapport avec le rétrécissement du globe et de la structure mondiale du capitalisme, ainsi que les changements dans les flux des communications en temps du monde qui affectent tous les contextes du monde.

38L’arrimage du Moyen-Orient en général et du Liban en particulier au temps du monde était déjà fait à l’époque. Par la Question d’Orient, bien sûr. Mais aussi par la spécialisation des échanges : les soyeux lyonnais fournissent aux paysans de la montagne libanaise les « graines » de vers à soie, financent la production de matière première et la fabrication de filés, achètent la quasi-totalité de la production (Frémeaux, 1991). Également par le télégraphe qui, dès 1863, renvoyait à Beyrouth les échos du monde, après avoir relié la ville à Damas, à Istanbul puis à Alexandrie. Par les réseaux de transport, routes, ports touchés par les vapeurs et voies ferrées, ainsi que par les réseaux financiers : la Banque ottomane évidemment, mais aussi Paribas, le Comptoir d’escompte et les Messageries maritimes. Et enfin et surtout par l’éducation.

  • 8  Le pape Grégoire XIII, connu pour sa réforme du calendrier, a établi le Collège Maronite (Collegiu (...)

39En effet, un des facteurs qui ont permis le développement de la presse dans cette région du Moyen-Orient et, par la suite, dans les colonies d’immigration, est bien sûr le fait que la lecture ne soit plus seulement l’apanage d’une élite, y compris parmi les migrants. L’historien Philip Hitti (1951) indique à ce sujet que le Liban avait une avance en la matière sur les autres régions du Moyen-Orient grâce à ses contacts avec l’Église catholique : dès 1584, le Collège maronite à Rome8 a été ouvert pour former son clergé et ses diplômés sont revenus pour étendre l’éducation dans la montagne libanaise. Par la suite, aux efforts du clergé local en matière d’éducation sont venus s’ajouter ceux des missions occidentales qui ont doté leurs élèves d’une langue étrangère, le plus souvent le français ou l’anglais. À la fin du xixe siècle, on situait autour de cinquante pour cent le taux d’alphabétisation au Liban, ce qui est un chiffre exceptionnellement élevé (Issawi, 1992).

40Ce niveau d’éducation important dans le contexte de l’époque a généré à la fois un public de lecteurs habités par la volonté de savoir, mais aussi toute une génération de lettrés qui ont embrassé un modèle littéraire et journalistique de carrière. Là aussi, comme en France, en Allemagne et en Italie, lors de « l’ère des révolutions », littérature et journalisme se confondaient.

  • 9  « Mère des écoles en Syrie et au Liban », cette école a été fondée en 1789. « En premier pour éduq (...)

41L’itinéraire des lettrés arabes porteurs de la Nahda montre chez eux cette association entre littérature, érudition et journalisme. Ainsi, les historiens évoquent toute une génération d’écrivains-journalistes formés dans la célèbre école de ‘Ayn Warqa9 ou dans le collège américain de Beyrouth (créé en 1866) et le collège jésuite de Saint-Joseph (créé en 1875). Il s’agit plus souvent d’hommes de lettres habités par l’obsession du progrès et par celle de convier leurs compatriotes à entrer tant dans la modernité que dans l’histoire, que d’hommes d’affaires soucieux de rentabilité. Ainsi, de 1870 à 1900, on comptabilise 40 publications périodiques dont 15 journaux ainsi que de nombreux livres, sortis de quelque 15 imprimeries de Beyrouth et le Mont-Liban (Touma, 1986). Ces journaux furent, à cette époque, dans cette région du monde, comme ailleurs à une époque antérieure ou plus tardive, le témoin de l’engagement de toute une génération de lettrés qui voyaient dans cette évolution sociale de l’utilisation du langage le moyen de « coaguler » un peuple, que depuis on dit introuvable, et un progrès qui cristallise le savoir venu d’Occident ainsi que le pouvoir qui devrait s’en suivre. De plus, en informant leurs lecteurs des bruits du monde, ils ont contribué à la formation d’un imaginaire de ce monde plus riche, plus tolérant et ouvert, ce qui, selon les historiens, a dû certainement stimuler l’émigration (Issawi, 1992).

42Dans un ouvrage publié en 1968 pour célébrer les 70 ans du journal Al Hoda, et intitulé Al Hoda 1898-1968. Histoire du Liban et de ses émigrés, une biographie de Moukarzel indique que son départ pour le Nouveau Monde s’inscrivait dans le flux de l’émigration qu’a connu le Liban au milieu du xixe siècle, ouvrant devant la jeunesse de vastes horizons de possibilités. Moukarzel ignorait alors qu’il allait devenir un des « grands journalistes qui ont changé le courant de l’histoire de leur nation et qui ont guidé leur peuple dans les circonstances nationales les plus cruciales ». Nous apprenons dans ce texte que Moukarzel, né le 2 août 1864, au village de Freiké au Mont-Liban, a commencé par ouvrir un commerce à New York à son arrivée aux États-Unis en 1890. Toutefois,

[l]e journalisme n’était pas loin des pensées de Na’oum Moukarzel. Puisqu’il a étudié les deux langues, arabe et française, au collège de la Sagesse à Beyrouth. Il a ensuite intégré l’école des Pères Jésuites où il a terminé ses études. Une fois diplômé de la Faculté Jésuite, il a été invité à enseigner la rhétorique dans son antenne du Caire. Il a accepté le poste et fait le voyage en Égypte. Mais Na’oum Moukarzel a contracté une fièvre qui l’a obligé à rentrer à Beyrouth, moins d’un an après son arrivée en Égypte. De retour à Freiké, son village natal, il a fondé un pensionnat. […] Puis ses yeux ambitieux ont découvert le charme de l’émigration et ses rêves attirants. Il a alors fondé une société commerciale avec un de ses proches et est parti aux États-Unis via Paris. […] Il n’a pas eu de chance dans le commerce et a perdu son capital. […] Il a alors repris l’enseignement dans l’établissement des Pères Jésuites à New York. Il a aussi tenu les écritures commerciales de quelques maisons connues. C’est à ce moment qu’il s’est découvert la vocation de l’écriture de presse. Ainsi Na’oum Moukarzel a fondé son premier journal, manuscrit, qu’il a appelé « Al ‘Asr » (Le Temps). C’était le deuxième journal arabophone à paraître aux États-Unis, mais sa parution fut éphémère. […] Deux ans après, le 22 février 1898, il a publié, en Philadelphie, le premier numéro du journal Al Hoda, pour lequel il avait ramené d’Égypte une petite imprimerie arabe (Anonyme, 1968 : 14).

43Ces propos rappellent ceux de Anderson, d’abord au sujet du journal, source de revenus, et de l’imprimeur-journaliste comme étant un phénomène essentiellement nord-américain ; ensuite en ce qui concerne le bilinguisme et les pèlerinages, éducatifs et autres, et les intelligentsias avant-gardistes, indépendantes de toute bourgeoisie locale, bilingues et solitaires des périphéries éveillées au temps du monde.

44Pendant plusieurs années, Moukarzel est l’imprimeur, l’éditeur, le rédacteur et le directeur de Al Hoda, qui était principalement vendu par abonnement. Pourtant, Moukarzel ne fait pas partie de la première génération des intellectuels occidentalisés de l’Empire ottoman qui, instruits par la chose imprimée, sont arrivés avec la Nahda à une forme de conscience nationale. Il appartient à la génération suivante qui, aspirant à un « gouvernement de soi », a mobilisé et politisé cette renaissance dans un nationalisme politique où le journal occupait une place centrale, dans un parcours fait de successions d’accidents et de rencontres. L’une et l’autre générations eurent en commun, pendant assez longtemps, une admiration importante pour l’Europe et les formes de sa culture. Cependant, la deuxième génération se caractérise par le fait d’avoir cherché, et obtenu, le soutien des puissances occidentales dans son aspiration d’abord à une autonomie au sein de l’Empire ottoman, puis à une séparation de l’Empire. Elle prend par la suite ses distances à l’égard des anciens alliés occidentaux, réalisant qu’ils occuperont la place des maîtres précédents.

45Dans l’éditorial du premier numéro, encore hebdomadaire, de Al Hoda, Na’oum Moukarzel expliquait sa venue au journalisme comme étant « la conséquence naturelle » de son « nationalisme », car il était convaincu que

[l]a presse est la voie idéale pour servir le Liban et réveiller la conscience nationale chez ses enfants immigrés. Ainsi, s’ils retournent dans leur patrie, le Liban, leur sentiment national sera vif et leur conscience nationale claire. Et s’ils préfèrent rester à l’étranger, ils constitueront un bloc uni et solide qui travaille pour la grandeur du Liban (no 1, 22 février 1898, p. 5).

46Cette association forte entre presse et patrie dans cet écrit programmatique s’accompagne, naturellement, d’une association entre presse et grandes puissances du monde de l’époque. Nous lisons dans le même texte :

Nombreux sont ceux qui vont se demander si la politique de ce journal est ottomane ou russe, anglaise ou française ? Notre réponse est que nous n’avons d’autre politique que celle de la réforme pour notre patrie le Liban dont nous sommes fiers […] et que nous ne servons pas les individus mais le public.

47Il s’agit là de la question de la politisation de la presse dans ses différents aspects : l’aspect de l’engagement, avec la presse de la nation, et l’aspect de la subvention, pratique aussi vieille que la presse et consistant à soutenir financièrement des journaux pour obtenir une information favorable. L’historien libanais Issam Khalifé (1985) indique à ce sujet, en s’appuyant sur les archives du ministère français des Affaires étrangères, que Al Hoda recevait de l’aide de la France. L’affirmation nationaliste de Moukarzel ne saurait ainsi être dissociée de la protection française. Dans un cheminement qui lui est propre, il faisait néanmoins partie de ces nationalistes chrétiens libanais qui entretenaient des rapports cordiaux avec la France, considérée comme alliée et protectrice, et ne cherchaient pas à s’en cacher. Jusqu’à la mise du Liban sous mandat français, qui devait transformer Moukarzel et ses semblables en critiques de la puissance mandataire. Moukarzel est d’ailleurs décédé à Paris, le 5 avril 1932, alors qu’il était venu réclamer des réformes dans l’application du mandat sur le Liban.

Un journal pour lier des espaces-temps différents

48Al Hoda fut le premier quotidien vendu sur le marché de l’information dans le Nouveau Monde au début du vingtième xxe siècle, après avoir été lancé comme hebdomadaire politique d’opinion. Il fut également le plus influent en raison de l’étendue de sa diffusion, qui avoisinait alors les 5 000 exemplaires quotidiens à New York, ce qui était considérable comparé à la diffusion, parfois confidentielle, des autres journaux arabophones publiés dans la même ville à la même époque (Elias, 1993). De plus, alors que les autres titres de la presse de l’immigration (Al Mahjar) en Amérique du Nord adoptaient une ligne éditoriale résolument littéraire, Al Hoda fut le premier titre à choisir une ligne éditoriale politique et informationnelle. Ces facteurs, importants, ne sont pas les seuls qui en font un objet d’étude pertinent pour notre travail. À cela s’ajoute le fait que Al Hoda fut le journal d’un public en transition entre des espaces et des temps qui se télescopaient et des frontières en réorganisation, qui étaient effacées, maintenues ou créées, dans une dynamique du regroupement entre soi et de la séparation avec les autres.

49Nous avons consulté la collection de Al Hoda, sur microfilm, à la bibliothèque de l’Université américaine de Beyrouth. Nous avons constitué un corpus comprenant cinq numéros successifs à partir de la parution hebdomadaire de Al Hoda en 1898, cinq numéros successifs à partir de son passage au rythme quotidien en 1902 et cinq numéros successifs à partir de son passage au grand format en 1911. La logique de ce choix est d’analyser le journal et son évolution dans un contexte de transition de son idéologie identitaire et de son public. Cette démarche nous paraît la plus adaptée à la matérialité complexe et changeante du journal, ainsi qu’à sa logique du collage qui inscrit dans un même rythme événementiel des sociétés éloignées dans l’espace et les insère dans l’imaginaire de ses lecteurs. D’où un double effet de « branchement », sur le réel du monde bien sûr, mais aussi sur l’imaginaire de ce même réel tel qu’il est configuré par Al Hoda dans des textes et des images, dans leur association et leur dissociation. Il sera donc plutôt question d’un processus circulaire, où le « branchement » du journal sur le réel répond à une demande de textes et d’images unifiant des temps et des espaces fragmentés et où ces textes et ces images ont à leur tour une incidence sur ces mondes imaginés.

50Le point de départ de cette évolution correspond, bien entendu, à la parution du premier numéro de Al Hoda, le 22 février 1898, jour anniversaire de la naissance de George Washington, à Philadelphie, où les Américains ont déclaré leur indépendance. La symbolique de la date et du lieu est revendiquée par l’éditeur qui annonçait dans son premier éditorial que c’est son aspiration nationale qui l’a mené à publier ce journal « nationaliste arabophone » pour lequel il a choisi le nom de Al Hoda, « The Guidance ». Chaque nom de journal correspond à l’origine à un nom commun, avant de résibber par la suite en tant que titre, comme un nom propre. Le sens du mot Al Hoda associe guider et conseiller vers « le droit chemin » selon les propres termes de Moukarzel dans ce même éditorial. À la une du journal qu’il nomme et désigne de la sorte, le titre Al Hoda est suivi de « Journal politique, critique, scientifique, littéraire, industriel, commercial », sous-titre métadiscursif qui prend le journal lui-même comme objet, dont il délimite le champ d’intervention et de compétence.

51Quelles étaient les caractéristiques des premiers numéros de Al Hoda ? Ce n’était pas encore des appendices du marché, pour reprendre les termes de Anderson. Nous y trouvons une version du journalisme, aujourd’hui assez désuète, fortement imprégnée de la subjectivité de l’éditeur-journaliste et associant transmission, opinion et information, celle-ci occupant toutefois une fraction restreinte de l’espace du journal. Entre les éditoriaux, des « réflexions » et des correspondances de lecteurs sont écrites en vers ou en prose, souvent à la première personne, du singulier ou du pluriel, des articles-feuilletons portent sur la tyrannie et ses causes, la presse et ses avantages, le nationalisme ou la science et la religion. L’information en tant que telle est une information communautaire, placée sous le double signe du local et de l’international. La communauté des émigrés syriens y occupe une place centrale. Les informations locales concernent les arrivées et les départs de notables, d’évêques ou de prêtres. Les informations internationales portent souvent sur l’Empire ottoman, dans ses conflits tant internes qu’externes, mais aussi sur les États-Unis qui entament à l’époque des conquêtes de nouveaux horizons territoriaux, avec la guerre hispano-américaine, et commerciaux, avec la concurrence des pays d’Europe sur les marchés asiatiques.

Le premier numéro de Al Hoda, avec la photo du Président américain William McKinley et un poème qui lui est dédié.

Le premier numéro de Al Hoda, avec la photo du Président américain William McKinley et un poème qui lui est dédié.

L'éditorial du premier numéro de Al Hoda : « Un logos en mouvement »

L'éditorial du premier numéro de Al Hoda : « Un logos en mouvement »

52Forme extrême de livre, cette première formule de Al Hoda en présente les caractéristiques : un petit format (in-octavo), une couverture dédiée au seul titre, suivie d’une page consacrée à la « figuration », graphique, photographique et parfois poétique d’une personnalité importante du moment, une organisation dont l’unité est le texte en tant que tel et non pas la colonne ou la page. Là aussi, comme dans la plupart des journaux du xixe siècle, la progression du texte suivait l’axe vertical des colonnes, dans une succession à laquelle la fin du texte apportait la rupture (Mouillaud et Tétu, 1989).

53Sur la période étudiée, les personnalités rendues visibles dans Al Hoda, par le dessin, la gravure ou la photographie, étaient successivement : William Mckinley, président des États-Unis à l’époque, Abbas II, khédive d’Égypte à la même période, Youssef Bey Karam, héros nationaliste libanais mort en exil, Mar Youhanna Al Hage, patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient, et Osman Pacha Gazi, ministre ottoman de la guerre, qui avait soutenu à Pleven, en Bulgarie, un siège de six mois contre les troupes russes. L’éditeur publie chaque fois, sauf dans le premier numéro de Al Hoda, un poème à l’éloge de la personnalité ainsi représentée. Comme dans les correspondances en vers de ses lecteurs, il reproduit de la sorte une forme sociosémiotique ancienne que l’on retrouve dans tout l’Orient et qui est celle du Qawl ou Qawwali (qui signifie dire en tant que substantif). Il s’agit d’une forme relativement invariable de performance poétique verbale permettant de « nommer », de « dire », par des poèmes, les personnes et les événements privés ou publics, ainsi que de conserver et de transmettre ces poèmes dans les cultures orales. Il est intéressant de constater que le passage à une « logique de l’écriture » dans les sociétés du Moyen-Orient s’est traduit par une fixation de ces poèmes, désormais calligraphiés, après avoir été « dits » et exposés dans les lieux publics et privés. En associant ces poèmes à la prose journalistique, Moukarzel croise leur forme médiatrice avec celle du journal : même lorsque Al Hoda devient quotidien, ces poèmes continuent à en faire l’ouverture.

54La deuxième étape correspond au passage à une périodicité quotidienne et au transfert du journal de Philadelphie à New York, à partir du 25 août 1902, à la rencontre d’un public « présent », mais aussi des annonceurs, dans cette ville qui a reçu le plus grand nombre d’immigrants arabophones de 1888 à 1929 et qui y concentrait aussi la plus grande partie de leur activité commerciale. Si le titre du journal reste le même, le sous-titre subit une réduction sémantique correspondant à un recentrage du champ d’intervention du journal qui devient ainsi : « Quotidien critique, éducatif, informationnel ». Dans cette nouvelle formule, le titre, centré en haut de la une, est décliné à l’identique en anglais, suivi de sa traduction dans cette même langue, en haut, à gauche de cette même page, avec un sous-titre également en anglais qui n’est pas une traduction du sous-titre en arabe : « A Daily Arabic Paper », soit un quotidien arabophone, parmi d’autres.

Le quotidien Al Hoda

Le quotidien Al Hoda

55Devenu quotidien arabophone new-yorkais, Al Hoda change. Le format devient plus grand, in-quarto, les colonnes passent au nombre de quatre, la pagination se réduit de moitié, à quatre pages dont pratiquement deux sont occupées par des annonces publicitaires. La page de couverture disparaît au profit d’une une de journal. La place de l’information reste la même que dans l’ancienne formule. Cependant, probablement du fait de la réduction du nombre de pages et de l’introduction de la publicité, les réflexions, les correspondances des lecteurs et les articles-feuilletons thématiques occupent désormais autant d’espace que l’information proprement dite. Celle-ci porte toujours sur les arrivées, les départs et les nominations de notables et d’autres membres de la communauté syrienne entre leur terre d’origine et leur terre d’accueil. Reste que le style ne change pas et le poème occupe toujours la tête de la première colonne du journal. Il ne disparaîtra que des années plus tard, avec l’adoption du format, mais aussi de la logique des contenus, des quotidiens américains.

56La troisième et dernière étape de cette évolution correspond ainsi à l’adoption du format des quotidiens new-yorkais et d’intentions éditoriales centrées sur l’information. Al Hoda achève de la sorte sa mutation d’un journal d’opinion où s’incarnait une pensée, un logos en mouvement, à un journal d’information où se rencontrent et se télescopent des imaginaires et des mondes en mouvement. Le titre reste centré en haut de la une, alors que le sous-titre arabophone disparaît. Il est surplombé par sa déclinaison et sa traduction anglaises et par le sous-titre : « A daily Arabic Newspaper ». Deux vignettes en arabe ornent les « oreilles » du journal, des deux côtés du titre anglophone. Dans la première, à droite, nous lisons : « Al Hoda, le journal le plus rapide et le plus véridique dans la diffusion des nouvelles ». Et dans la deuxième, à gauche : « Toutes les nouvelles, tu les trouves dans Al Hoda ». La mention « Journal généraliste » précède l’ours placé à la droite du titre arabe.

57Les bruits du monde et le « courrier de Beyrouth » structurent l’information dans la nouvelle formule de Al Hoda. Le dernier n’occupe cependant qu’un cinquième de l’espace consacré à l’information. Les réflexions, les correspondances des lecteurs et autres articles-feuilletons thématiques disparaissent et la publicité occupe pratiquement la moitié de l’espace du journal.

58À chacune de ces trois étapes correspond une modification du lien que Al Hoda configurait ainsi entre ces espaces disjoints et ces temporalités différentes qui organisaient le mouvement des émigrés syriens. Le journal permettait de la sorte de gérer les tensions entre l’ici et l’ailleurs, le présent et le passé, remplissant ainsi une fonction de trafic entre les différents territoires et temporalités.

Al Hoda adopte le format des quotidiens New-Yorkais.

Al Hoda adopte le format des quotidiens New-Yorkais.
Haut de page

Bibliographie

AL-JABARTI, Abdel Rahman, (1979), Journal d’un notable du Caire durant l’expédition française, 1798-1801, Paris, Albin Michel.

ANDERSON, Benedict, (1983/1996), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

ANONYME (1968), Al Hoda 1898-1968. Histoire du Liban et de ses émigrés, New York, Éditions Dar Al Hoda.

APPADURAI, Arjun, (1996/2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

BRAUDEL, Fernand, (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, vol.2 : Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin.

BRIN, Colette, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.) (2004), Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

CAREY, James, (1988), Communication as Culture. Essays on Media and Society, New York, Routledge.

DAHLGREN, Peter, et Colin SPARKS (1992), Journalism and Popular Culture, London, Sage.

DELEUZE, Gilles, et Félix GUATTARI (1973), Capitalisme et schizophrénie, vol. 1 : L’anti-Œdipe, Paris, Minuit.

DELEUZE, Gilles, et Félix GUATTARI (1980), Capitalisme et schizophrénie, vol. 2 : Mille plateaux, Paris, Minuit.

DERRIDA, Jacques, (1993), La dissémination, Paris, Éditions du Seuil.

EISENTEIN, Elizabeth, (1968), « Some conjunctures about the impact of printing on Western society and thought : a preliminary report », Journal of Modern History, vol. 40, no 1, p. 1-56.

ELIAS, Elias Hanna, (1993), La presse arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

FEBVRE, Lucien, et Henri-Jean MARTIN (1971), L’apparition du livre, Paris, Albin Michel.

FRÉMEAUX, Jacques, (1991), La France et l’Islam depuis 1789, Paris, Presses universitaires de France.

GEMAYEL, Nasser, (1984), Les échanges culturels entre les maronites et l’Europe : du collège maronite de Rome (1584) au collège Ayn-Warqa (1789), Paris, Cariscript.

GIDDENS, Anthony, (1991), Modernity and Self-Identity and Society in the Late Modern Age, London, Blackwell Publishers.

HEGEL, Georg Wilhelm Friedrich, (1807/1998), Notes et fragments. Iéna 1803-1806, Paris, Aubier.

HITTI, Philip, (1951), History of Syria, Including Lebanon and Palestine, New York, MacMillan.

HOBSBAWM, Eric, (1962/1969), L’ère des révolutions 1789-1848, Paris, Fayard.

HOURANI, Albert, (1970), Arabic Thought at the Liberal Age, 1789-1939, Cambridge, Cambridge University Press.

HOURANI, Albert, (1991/1993), Histoire des peuples arabes, Paris, Éditions du Seuil.

HOURANI, Albert, et Nadim SHEHADI (dir.) (1993), The Lebanese in the World. A Century of Emigration, Londres, The Center for Lebanese Studies/I. B. Tauris.

ISSAWI, Charles, (1993), « The historical background of Lebanese emigration, 1800-1914 », dans Albert HOURANI et Nadim SHEHADI (dir.), The Lebanese in the World. A Century of Emigration, Londres, I. B. Tauris, p. 13-32.

KASSIR, Samir, (2003), Histoire de Beyrouth, Paris, Fayard.

KHALIFÉ, Issam, (1985), Abhath fi tarikh loubnan al mou’asser (Recherches dans l’histoire du Liban contemporain), Beyrouth, Dar Al Jil.

LABROSSE, Claude, (2000), « L’avènement de la périodicité », dans André VITALIS, Jean-François TÉTU, Michael PALMER et Bernard CASTAGNA (dir.), Médias, temporalités et démocratie, Rennes, Éditions Apogée.

LAURENS, Henry, (1993), L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1789 à 1945, Paris, Armand Colin.

MANTRAN, Robert, (1989), « Les débuts de la Question d’Orient (1774-1839) », dans Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

MATHIEN, Michel, (1989), Le système médiatique. Le journal dans son environnement, Paris, Hachette supérieur.

MATHIEN, Michel, (1992), Les journalistes et le système médiatique, Paris, Hachette supérieur.

MATHIEN, Michel, (1997), Les journalistes, Paris, Presses universitaires de France.

RUELLAN, Denis, (1993), Le professionnalisme du flou : identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MEAD, Georges Herbert, (1934/1963), L’esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France.

MOUILLAUD, Maurice, et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

NAFF, Alixa, (1992), « Lebanese migration into the United States : 1880 to the present », dans Albert HOURANI et Nadim SHEHADI (dir.), The Lebanese in the World. A Century of Emigration, London, The Center for Lebanese Studies/I. B. Yauris & Co Ltd, p. 141-165.

OWEN, Roger, (1993), « Lebanese migration in the context of world population movements », dans Albert HOURANI et Nadim SHEHADI (dir.), The Lebanese in the World. A Century of Emigration, London, The Center for Lebanese Studies/I. B. Tauris & Co Ltd, p. 33-39.

PARK, Robert (1972), The Crowd and the Public, Chicago, University of Chicago Press.

POLANYI, Karl (1944/1983), La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

RICŒUR, Paul, (1983), Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil.

RINGOOT, Roselyne, et Jean-Michel UTARD (dir.) (2006), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

SALIBI, Kamal, (2003), Histoire du Liban du xviie siècle à nos jours, Beyrouth, Naufal.

SCHUDSON, Michael, (2000), « The domain of journalism studies around the globe », Journalism. Theory, Practice and Criticism, vol. 1, no 1, p. 55-59.

TARDE, Gabriel, (1890/1993), Les lois de l’imitation, Paris, Éditions Kimé.

THOMAS, William Isaac, et Florian ZNANIECKI (1927), The Polish Peasant in Europe and America, New York, Knopf.

TIBI, Bassam, (1981/1997), Arab Nationalism, Londres, MacMillan.

TODOROV, Tzvetan, (1996), L’homme dépaysé, Paris, Éditions du Seuil.

TOUMA, Toufic, (1986), Paysans et institutions féodales chez les druzes et les maronites du Liban, Beyrouth, Publications de l’Université libanaise.

VOLNEY (1959), Voyage en Égypte et en Syrie, Paris/La Haye, Mouton.

WALLERSTEIN, Immanuel, (1983/1985), Le capitalisme historique, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Dans sa thèse The Crowd and the Public, Robert Park compare la théorie de l’imitation à la théorie de la sympathie chez Hume et s’appuie sur les travaux de Tarde dans son analyse de la foule et du public comme formes de sociabilités émergentes.

2  « Les matériaux imprimés encouragèrent l’adhésion silencieuse à des causes dont on ne pouvait plus situer les avocats dans une paroisse en particulier et qui s’adressaient de loin à un public invisible » (Eisentein, 1968 : 42).

3  Composer l’intrigue relève du caractère de cohérence du muthos aristotélicien, qui fait surgir « l’intelligible de l’accidentel, l’universel du singulier, le nécessaire ou le vraisemblable de l’épisodique » (Ricœur, 1983 : 85

4  Analysant le rôle fondateur des médias tant imprimés qu’électroniques dans la réorganisation du temps et de l’espace caractéristique de la modernité, Anthony Giddens souligne l’importance à cet égard de l’« effet du collage » : « La page du journal, les programmes de télévision constituent des exemples de l’effet du collage. Est-ce que cet effet marque la disparition des narrations et la substitution des signes à leurs référents comme cela a pu être suggéré ? Sûrement pas. Si le collage n’est pas par définition une narration, il ne représente pas non plus un mélange chaotique de signes » (1991 : 23-27. C’est nous qui traduisons).

5  Au sujet du titre du journal en tant que « nom », voir Mouillaud et Tétu (1989 : 101-112).

6  Robert Mantran rappelle que « ce que l’on dénomme “Question d’Orient” correspond à un ensemble de faits qui se sont déroulés entre 1774 (traité de Kütchük-Kayanardja) et 1923 (traité de Lausanne). Ils ont pour traits essentiels le démembrement progressif de l’Empire ottoman et la rivalité entre les grandes puissances en vue d’établir leur contrôle ou leur influence sur l’Europe balkanique et les pays riverains de la Méditerranée orientale (jusqu’au golfe Persique et l’océan Indien) et méridionale » (1989 : 453).

7  Volney est un surnom construit à partir de la contraction de Voltaire et de Ferney.

8  Le pape Grégoire XIII, connu pour sa réforme du calendrier, a établi le Collège Maronite (Collegium Maronitarum) à Rome en tant que séminaire spécial pour la formation de jeunes maronites destinés à la prêtrise. Parmi les diplômés du Collège Maronite au xviie siècle, les plus éminents restèrent pour la plupart en Europe où ils contribuèrent à jeter les bases de l’orientalisme. Les diplômés de Rome qui rentraient ont établi des écoles dans le pays pour y poursuivre l’instruction au-delà du niveau primaire » (Salibi, 2003 : 220-221).

9  « Mère des écoles en Syrie et au Liban », cette école a été fondée en 1789. « En premier pour éduquer les enfants dès leur jeune âge dans la crainte de Dieu et dans la pratique de notre rite maronite antiochien sacré. En second : pour qu’ils soient guidés par les sciences sacrées, d’abord la grammaire syriaque et arabe, ensuite la rhétorique, en troisième la logique et la philosophie, en quatrième la théologie théorique et pratique, les discussions religieuses, l’explication des livres saints et la maîtrise du prêche spirituel au peuple chrétien » (Khalifé, 1985 : 21-22). Voir aussi, au sujet de cette école, Gemayel (1984).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2025/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Le premier numéro de Al Hoda, avec la photo du Président américain William McKinley et un poème qui lui est dédié.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre L'éditorial du premier numéro de Al Hoda : « Un logos en mouvement »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Le quotidien Al Hoda
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Al Hoda adopte le format des quotidiens New-Yorkais.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gloria Awad, « Informer, relier : le journalisme en tant que modèle moderne de médiation », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 40-70.

Référence électronique

Gloria Awad, « Informer, relier : le journalisme en tant que modèle moderne de médiation », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 16 septembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2025 ; DOI : 10.4000/communication.2025

Haut de page

Auteur

Gloria Awad

Gloria Awad est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'Université d'Artois et chercheuse au GRIPIC (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d'information et de communication), CELSA, à l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Courriel : gloria.awad@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org