Navigation – Plan du site
Articles

Le problème du repérage des arguments

Le cas de l'éditorial journalistique
Gilles Gauthier
p. 71-100

Résumés

Les deux principales difficultés qui se posent à l’analyse argumentative sont celles du repérage des arguments et de la caractérisation de l’argu­mentation. Le présent article est consacré à la première dans le discours type de l’éditorial. En référence à une définition de l’argument comme articulation d’une proposition et d’une ou de justifications, le problème de son expression est examiné en établissant un parallèle avec l’acte de discours. Est ensuite proposé un test d’opposition permettant de procéder à la localisation des propositions.

Haut de page

Texte intégral

Un langage quelconque ne peut jamais avoir plus de signes que ceux qui l’instituent n’ont d’idées.

Destutt de Tracy

1Comment l’analyse argumentative d’un texte ou d’un discours peut-elle être menée ? Comment, au-delà de la simple impression intuitive, produire une étude du contenu argumentatif d’un texte ou d’un discours qui soit méthodologiquement satisfaisante ?

2À cet égard, les deux principaux problèmes qui se posent sont ceux du repérage des arguments et de la caractérisation de l’argumentation. Il est possible d’expliciter ces deux difficultés de la manière suivante. Certains discours ont une teneur argumentative mais, sauf exception, ne sont pas constitués de part en part d’arguments et ils n’en comprennent qu’un nombre variable. Comment faire pour repérer tous les arguments et seulement les véritables arguments d’un discours ? Comment parvenir à disjoindre l’usage argumentatif des autres fonctions discursives ?

  • 1  Il peut aussi servir à désigner l’action d’argumenter ou le processus de dévelop­pement d’argument (...)

3Dans la foulée de ce premier problème de la localisation des arguments s’en présente un second : celui de la détermination de la structure argumentative du discours. Les arguments sont présumés ne pas agir à la façon d’électrons libres. Ce ne sont pas des entités isolées les unes des autres. Tout au contraire, ils sont réputés être partie prenante à une organisation d’ensemble. C’est cet agencement que dénote le terme-concept d’argumentation1. Comment est-il possible de cerner l’argumentation d’un discours ? Comment s’y prendre pour en saisir l’arrangement argumentatif spécifique et s’en faire une représentation adéquate ? La difficulté, et l’intérêt de la résoudre, est amplifiée du fait que l’argumentation, dès qu’elle est le moindrement complexe, est hiérarchisée. Les arguments d’un discours ne sont pas tous d’égale valeur ou importance. Certains sont centraux ; ils constituent le noyau de l’argumentation et on ne peut l’établir correctement sans les prendre en compte. D’autres arguments restent accessoires, secondaires, mineurs, périphériques même. Ce n’est que si l’on veut fournir une image intégrale de l’argumentation du discours qu’il est nécessaire d’en tenir compte. On peut s’en dispenser si l’on cherche seulement à en cerner l’argumentation essentielle. L’une et l’autre entreprises impliquent cependant la possibilité de faire apparaître les différentes relations entre les arguments et de se représenter l’architectonique propre à chaque discours. Quelle démarche heuristique suivre pour y parvenir ?

4Les deux problèmes de repérage des arguments et de la caractérisation de l’argumentation se posent du fait que c’est de manière implicite que très souvent, sinon la plupart du temps, un discours remplit un office argumentatif. Le plus souvent, le discours ne pointe pas réflexivement ses éléments argumentatifs. Il ne donne pas à voir en pleine lumière, en tant que tels, les arguments qu’il développe et l’argumentation qu’il déploie. Comme nous le verrons plus loin, un discours peut certes comporter des indicateurs argumentatifs plus ou moins patents. Mais, normalement, les arguments ne se présentent pas en s’affichant comme tels. À fortiori, un discours ne désigne habituellement pas nominalement son argumentation. Il faut donc extraire arguments et argumentation de la gangue discursive qui les porte en les celant. Comment le faire de façon rigoureuse ?

5Je m’intéresserai ici à l’analyse argumentative d’un discours type : l’éditorial journalistique. L’éditorial occupe une place toute particulière dans l’espace public contemporain. Il se présente, du moins dans sa conception classique, comme une prise de position sur un sujet d’actualité. C’est pour ainsi dire par définition qu’il est un discours argumentatif. Sa nature et sa brièveté font en sorte qu’il devrait normalement donner clairement à voir ses arguments et sa structure argumentative. Il se trouve, à l’examen, que ce n’est pas aussi généralement le cas qu’on pourrait le présumer : si la simple lecture d’un éditorial permet de saisir (et encore pas toujours) la position adoptée par l’éditorialiste, elle rend discernables ses arguments souvent de façon confuse et ne révèle d’elle-même que très rarement sa constitution argumentative. Comment, dans ces conditions, en rendre compte ? Quelles procédures mettre en place afin de les rendre explicites ?

  • 2  Le problème de la détermination de l’argumentation fera l’objet d’un article ultérieur.

6Dans le présent article, je m’attarderai à la seule question du repérage des arguments dans l’éditorial, et plus étroitement encore à celle de son constituant central, qui sera plus loin caractérisé : la proposition2. Son traitement, avec les ajustements requis, pourrait ensuite être appliqué à des discours plus expressifs et rhétoriques ou à l’argumentation plus allusive comme ceux de la communication politique ou de la publicité. En somme, l’éditorial sert ici de laboratoire à l’ébauche de la mise au point d’une méthode générale d’analyse de l’argumentation dans l’espace public.

7Mon ambition n’étant ici que d’identifier et de formuler les procédures requises pour la localisation des arguments éditoriaux, je procéderai à l’aide d’un seul exemple : un éditorial d’André Pratte intitulé « Pour un gouvernement conservateur » publié dans La Presse le 17 janvier 2006 dans lequel il faisait connaître l’appui du quotidien au Parti conservateur de Stephen Harper lors des élections fédérales canadiennes du 23 janvier de la même année. La mise à l’épreuve et la validation de ces procédures devront plus tard être faites sur des corpus d’éditoriaux plus volumineux. Je ne me donne pas pour tâche de repérer tous les arguments de l’éditorial de Pratte ; plutôt, je me servirai de certains d’entre eux pour illustrer mon propos.

Qu’est-ce qu’un argument ?

8Le marquage des arguments présuppose une définition opératoire de l’argument. Il faut bien, en effet, disposer d’une notion suffisamment précise et délimitée de l’argument pour entreprendre d’en isoler les apparitions dans un éditorial. Or il est assez remarquable qu’un grand nombre de recherches prétendant aujourd’hui porter sur l’argumentation ne fournissent pas de l’argument une définition suffisamment précise pour permettre d’en isoler les occurrences. La plupart se contentent de relever divers types d’arguments en donnant des exemples choisis pour leur évidence mais sans chercher à dégager une conception technique de l’argument et à systématiser une approche ou une manière permettant de le reconnaître. Même les travaux qui portent sur des corpus discursifs bien délimités et qui ambitionnent d’en livrer un examen précis et exhaustif ne fournissent guère de précisions sur leur modus operandi.

9Cette carence définitionnelle est mise en évidence avec netteté, même s’il ne s’agit manifestement pas de son objectif, par Ruth Amossy (2006). Elle distingue trois types de fondements à l’analyse argumentative : les fondements rhétoriques, les fondements logiques et les fondements pragmatiques. Il se dégage clairement, de la façon dont Amossy les caractérise, que de leurs origines anciennes jusqu’à leurs incarnations contemporaines, ces trois approches s’intéressent moins à l’argument en tant que tel qu’à quelque autre instance de l’argumentation. Les fondements rhétoriques, d’Aristote (la Rhétorique) à Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958), cherchent à mettre au jour des techniques argumentatives, c’est-à‑dire des procédés autour desquels s’articule le discours persuasif (comme l’accord préalable, les topoï et les lieux communs). Les fondements logiques traitent soit de la question de la validité des arguments comme la logique informelle (Hamblin, 1970 ; Woods et Walton, 1989 et 1982), en portant l’attention sur les paralogismes (ou fallacies), soit des opérations cognitives et des stratégies discursives à l’œuvre dans les langues naturelles (Grize, 1996 et 1990). Dans les fondements pragmatiques, finalement, peuvent être regroupés des travaux qui ont en commun de se réclamer de l’idée d’activité langagière : la pragma-dialectique de van Eemeren et Grootendorst (2004 et 1984) définit l’argumentation comme un processus dialogique de résolution rationnelle des conflits ; l’argumentation dans la langue d’Anscombre et Ducrot (1983) et Ducrot (1984) fait de l’argumentation un fait de langue plutôt que de discours et assimile conséquemment les arguments aux énoncés ou plus précisément aux possibilités d’enchaînements des énoncés ; les approches conversationnelles entre autres de Moeschler (1996 et 1985), dans un esprit semblable, associent argumentation et interaction verbale.

10Dans ce déploiement théorique très large, l’argument devient évanescent. On ne sait plus trop l’objet qu’il constitue ni non plus comment le circonscrire. Tout se passe comme si l’intérêt à l’égard de l’argumentation — débouchant sur des considérations relatives à sa finalité persuasive, aux éléments contextuels de sa mise en œuvre et, de façon toute particulière aujourd’hui, à son statut de pratique sociale ou encore à ses modes d’expression – fait en sorte qu’on perd de vue l’unité de base de l’argument. Robrieux (2005) est une illustration particulièrement nette de cette absence : il traite longuement de l’argumentation et de certains types d’arguments sans jamais avancer une définition, même molle, de l’argument.

11Quelques recherches portent spécifiquement sur l’argument. Certaines le caractérisent de manière très floue. C’est le cas, par exemple, de Johnson (2000) qui propose trivialement de le considérer comme le produit (product) de l’activité argumentative.

  • 3  Bizarrement, Amossy ne fait aucun écho à Toulmin dans son panorama des fonde­ments de l’analyse ar (...)
  • 4  Sauf pour des discours très institutionnalisés. Voir, par exemple, De Jonge (2008) et Quinche (200 (...)

12La plus connue des théories de l’argument est certainement celle de Toulmin (1958)3. Dans son célèbre modèle, Toulmin propose de considérer que l’argument comporte six constituants : une conclusion (conclusion, claim), faisant éventuellement l’objet d’une qualification modale (modal qualifier), soutenue par des données (data) en raison de garanties (warrants) possiblement limitées par des restrictions (conditions of exception or rebuttal) et reposant elles-mêmes sur un fondement (backing). Ce modèle est normatif dans la mesure où il représente un argument idéal. Il expose en effet comment devrait se présenter un argument pour être le plus exemplaire possible. Or la très grande majorité des arguments développés dans les éditoriaux, comme d’ailleurs dans tout discours, n’ont pas cette perfection ; il est même tout à fait exceptionnel de trouver, dans des contextes discursifs habituels, des arguments correspondant au modèle de Toulmin. Comme il ne permet de localiser que ces seuls arguments pleinement constitués, son opérationnalité s’avère plutôt pauvre. C’est sans doute ce qui explique qu’il ne soit guerre utilisé pour mener des analyses de corpus4.

  • 5  Il s’agit fort probablement de la différence essentielle avec Perelman, pour qui un argument est t (...)

13En fait, le modèle de Toulmin repose sur une conception étriquée de l’argument. En dépit de sa prétention à vouloir le sortir du strict carcan de la logique, il reste tributaire d’un certain formalisme. Les constituants du modèle sont autant d’exigences formelles qui doivent être satisfaites pour qu’il y ait argument. Il est par ailleurs soumis à une autre contrainte relative à la nature de son aboutissement qui vient restreindre encore davantage sa portée effective. Pour Toulmin, dans un argument, les données sont invoquées pour soutenir un objet bien précis : une conclusion. Le terme n’est pas parfaitement univoque mais son sens le plus historiquement reconnu l’associe à une démonstration de nécessité. Cela amène à considérer que l’argument faisant l’objet du modèle de Toulmin est en fait plus exactement un raisonnement, c’est-à-dire un développement forcé vers une conclusion donnée à partir de points de départ reconnus. Finalement, ce que Toulmin cherche à faire voir par son modèle, c’est comment se déploie une démonstration non pas dans un système logique mais dans un usage quotidien5. On comprend mieux, alors, sa faiblesse relative comme outil de repérage des arguments.

14C’est la même déficience qui marque la théorie de l’argument de Vorobej (2006). Suivant Vorobej, l’argument est composé de propositions susceptibles d’être vraies ou fausses, c’est-à-dire donc de contenus abstraits de représentation faisant l’objet de croyances. Ainsi caractérisé, l’argument de Vorobej est, comme celui de Toulmin, plus exactement un raisonnement. Tributaires d’une valeur de vérité, les propositions le constituant sont, en fait, uniquement des propositions assertives. Aussi n’est-il pas étonnant que Vorobej reprenne pour les désigner les termes de prémisses et conclusion.

L’argument et l’opinion

15Jusqu’à maintenant, l’opposition à l’idée de l’intégration de l’argument au raisonnement, et plus généralement à la conception logiciste de l’argumentation qui la soutient, a consisté à faire valoir la dimension pragmatique : qu’un argument est essentiellement affaire d’usage dans une situation d’échange sans chercher à spécifier sa nature en regard du raisonnement. Walton, par exemple, soumet ce qu’il considère être un nouveau concept d’argument lequel « […] defines “argument” in a pragmatic way — an “argument” is a sequence of propositions, called “reasoning”, used in different contexts of dialogue in various characteristics ways » (1996 : 30). Pour Walton, la nature de l’argument est ainsi la même que pour Vorobej. Il ne fait que mettre en lumière le fait que l’argument est utilisé dans un contexte de dialogue.

16Mais serait-il possible de considérer l’argument pour lui-même tout en refusant de le réduire au raisonnement ? Comment faudrait-il alors le caractériser ? Dans quelques travaux antérieurs (2007a, 2006, 2005, 2004a et 2002a), je m’efforce de donner de l’argument une définition qui cherche tout à la fois à rendre compte de sa nature complexe, d’en faire voir adéquatement la constitution et d’ouvrir la possibilité de son repérage. Cette définition conçoit l’argument comme l’ensemble articulé d’une proposition et d’une ou plusieurs justifications poursuivant un objectif de persuasion. La proposition, qui peut prendre les formes plus précises entre autres de la thèse, de la position, du jugement, de l’avis, de l’évaluation, de la prescription, a pour caractéristique essentielle de mettre en avant (plus précisément de permettre à celui qui l’énonce de mettre en avant) un point de vue sur un sujet faisant débat. Dans le cas de l’éditorial, il s’agit normalement d’une question d’actualité d’intérêt public. Quant à la justification, qu’elle soit motif, mobile ou quelque autre raison, elle consiste en un soutien apporté à la proposition.

17Voici un premier exemple d’argument.

18L’argument tel que j’entends ses constituants de la proposition et de la justification n’est pas forcément un raisonnement comme chez Toulmin et Vorobej. La proposition ne se confond pas avec la conclusion et les justifications avec les prémisses. Dans la mesure où l’on veut admettre qu’il puisse arriver qu’un raisonnement ait un usage argumentatif, on dira plus précisément que la proposition et la justification sont plus larges que la conclusion et la prémisse. On peut le constater tout particulièrement pour ce qui est de la proposition. De la façon dont Vorobej la définit, son contenu ne peut être qu’assertif. Ainsi qu’elle est caractérisée dans la définition que je propose, elle consiste plus largement en toute manière possible d’avancer un point de vue et n’a donc pas fatalement une valeur de vérité. Une proposition n’est pas forcément assertive et peut donc être autre chose qu’une conclusion. De même, une justification peut être autre chose qu’une prémisse. On peut bien, pour un raisonnement utilisé comme argument, appeler « conclusion » la proposition et « prémisses » les justifications, ce ne sera pas le cas des arguments qui ne sont pas des raisonnements.

19Par ailleurs, en vertu de sa définition en termes de proposition et de justification, l’argument se démarque également de l’énoncé. J’expliciterai cette différenciation dans la section suivante. Il me faut, avant de ce faire, introduire une autre notion : celle d’opinion.

  • 6  Quelques études de corpus d’éditoriaux (Gauthier, 2008, 2006 et 2002a) montrent d’ailleurs que les (...)

20La proposition et la justification sont les constituants nécessaires pour qu’il y ait argument. Par ailleurs, si une justification ne peut jamais se présenter sans être accompagnée d’une proposition (par définition, une justification doit justifier quelque chose), il arrive fréquemment qu’une proposition soit avancée sans être fondée sur une justification. Il n’y a pas alors argument, mais ce que, par stipulation, j’appelle une « opinion ». Une opinion, telle que je l’entends, c’est le début incomplet d’un argument, un argument seulement à moitié développé, si l’on veut. Cependant, les opinions exprimées dans un éditorial sont partie prenante à son argumentation, du moins à sa visée argumentative. En effet, les propositions mises en avant sans être appuyées sur une justification contribuent, même si c’est sur le mode de pure conviction, à la prise de position d’ensemble de l’éditorial6. Voici un exemple d’opinion.

L’expression des arguments

21Suivant la définition que je propose de l’argument et de l’opinion, les arguments constituent, ontologiquement, des entités abstraites. Ce sont des contenus de représentation irréductibles à la matérialité physique. Ils s’apparentent ainsi aux propositions de Popper (1998) et aux pensées de Frege (2002) (ainsi qu’aux propositions de Vorobej).

  • 7  La référence historique de cette conception linguistique de l’argument est celle de « l’argumentat (...)

22Ils sont de nature proprement intellective et n’ont donc absolument rien de linguistique en tant que tels : ce ne sont pas des énoncés. Ma conception de l’argumentation est donc diamétralement à l’opposé de celle qui prévaut dans de nombreuses approches énonciatives ou interactionnelles inspirées de la linguistique7.

  • 8  Je ne veux, ici, que brosser un parallèle entre arguments et actes de discours. On pourrait aller (...)

23Tout en ne les réduisant pas au linguistique sensible, les définitions de l’argument et de l’opinion que je retiens sont opératoires : elles permettent de discriminer les éléments argumentatifs d’un discours et ceux qui ne le sont pas. Il faut, pour repérer les arguments de ce discours, y localiser tous les assemblages de proposition et de justification(s) et pour en isoler les opinions, en repérer toutes les propositions démunies de justification. Ces opérations ne sont évidemment pas toujours aisées à mener. Elles posent toutes sortes de difficultés dont je ferai état plus loin. Il importe auparavant, précisément pour montrer comment elles peuvent être résolues, de cerner davantage la nature des arguments et opinions et de la relation qu’ils entretiennent avec les énoncés. Je le ferai ici en établissant un rapprochement avec les actes de discours tels que caractérisés par John Searle8 (surtout 1969 et 1979).

24Selon Searle, parler revient essentiellement à effectuer des actes comme promettre, ordonner, affirmer, féliciter ou remercier. Ces actes de discours ne se réduisent pas aux énoncés qui permettent de les accomplir. Considérés en tant que tels, ce sont des entités logiques par comparaison aux matériaux linguistiques, comme je pose que le sont les arguments et les opinions. Par ailleurs, leur mode de réalisation leur confère une nature fondamentalement pragmatique : les actes de discours, comme l’expression même l’indique, constituent un agir. Par définition, un acte de discours est une opération, exécutée par un agent. C’est celui qui parle qui fait une promesse, un ordre ou une affirmation et non pas les énoncés qu’il utilise. Les arguments et les opinions ainsi que les propositions et les justifications sont de cette même nature pragmatique. À proprement parler, ce ne sont pas les énoncés qui mettent en avant un point de vue sur une question controversée pas plus qu’ils n’apportent un soutien à ce point de vue. Ce sont là, plutôt, des fonctions exercées par un agent. Conséquemment, c’est également l’agent qui, stricto sensu, argumente et opine.

25Cependant, les actes de discours et les arguments ont tous deux besoin d’énoncés pour être actualisés. Ils doivent être (de quelque manière) dits pour être pleinement accomplis et communiqués. À défaut d’être manifestés linguistiquement, ils demeurent purement virtuels et inachevés : une promesse, un ordre ou une affirmation non énoncés restent une promesse non contractée, un ordre non donné et une affirmation non formulée. De même, un argument ou une opinion qui restent inexprimés ne sont pas encore vraiment un argument et une opinion puisqu’ils ne peuvent prétendre à un objectif de persuasion. La relation entre actes de discours et énoncés et entre arguments et énoncés est la même : c’est une relation d’expression. Les énoncés expriment les actes de discours qu’ils servent à effectuer et les arguments qu’ils permettent de déployer. S’ils ne sont pas réductibles aux énoncés, les actes de discours et les arguments requièrent toutefois d’être exprimés par des énoncés.

  • 9  Searle utilise par ailleurs également la notion de littéralité dans un autre sens. Il défend l’idé (...)

26Dans les deux cas, cette expression n’est cependant pas toujours univoque. Les actes de discours peuvent être accomplis et les arguments peuvent être développés soit littéralement, soit non littéralement. Voyons cela d’abord en suivant Searle au sujet des actes de discours avant de l’établir pour l’argumentation. Searle traite de la question de la littéralité et de la non-littéralité en mettant en jeu différents ensembles conceptuels. La façon la plus commode d’exposer ses vues est celle qui prend pour point de départ une distinction qu’il pose entre deux types ou deux niveaux de signification : la signification propre des éléments linguistiques et la signification de leur utilisation par un locuteur. Selon Searle, il y a d’un côté la signification des phrases ou des énoncés (sentence meaning) et, de l’autre, la signification du locuteur (speaker meaning), ce qu’on peut appeler son « vouloir dire ». Au risque de heurter quelques vues traditionnelles aujourd’hui bien sédimentées, on peut camper cette distinction en opposant un sens sémantique, celui de la signification de l’énoncé, à un sens pragmatique, celui de la signification du locuteur. Une fois reconnue la distinction, deux cas de figure sont possibles : soit les sens sémantique et pragmatique correspondent, soit ils divergent. Dans le premier cas, quand la signification de l’énoncé et la signification du locuteur coïncident, nous nous trouvons en situation de littéralité9. Dans la seconde éventualité, quand la signification du locuteur s’écarte de quelque façon de la signification de l’énoncé, se présente un cas de non-littéralité (dont les cas les plus évidents sont les modes d’expression au figuré, au premier chef la métaphore).

  • 10  Par exemple, un acte de requête est accompli littéralement quand le locuteur utilise dans sa signi (...)

27Searle applique sa détermination de la littéralité et de la non-littéralité aux actes de discours. Selon lui, un acte de discours peut être accompli littéralement ou non littéralement. Il sera accompli littéralement quand, pour l’effectuer, le locuteur profère un énoncé lui correspondant ; quand, en d’autres termes, la signification de l’énoncé rejoint la signification du locuteur. En revanche, un acte de discours sera accompli non littéralement si le locuteur a recours à un énoncé qui ne l’exprime pas en tant que tel ; quand la signification du locuteur, son vouloir dire, déborde la signification de l’énoncé10.

  • 11  Il s’agit du seul exemple de l’article qui n’est pas pris dans l’éditorial de Pratte parce que, bi (...)

28Je propose d’étendre, mutatis mutandis, cette distinction aux arguments. Ainsi, on dira qu’un argument fait l’objet d’une expression littérale si le locuteur le formule au moyen d’énoncés l’exprimant expressément ou d’une expression non littérale quand le locuteur utilise des énoncés qui ne l’expriment pas en tant que tel. Un même argument peut être exprimé littéralement et non littéralement. De surcroît, tant l’expression littérale que l’expression non littérale de l’argument peuvent être effectuées par différents énoncés. Voici l’exemple d’un argument qu’on pourrait couramment retrouver dans un éditorial11.

29Admettant l’éventualité contingente de la non-littéralité, Searle n’en considère pas moins que la littéralité est toujours possible. Il avance cette idée dans un principe dit « d’exprimabilité ». Sur le plan de la signification, ce principe pose qu’il est toujours possible à un locuteur d’exprimer littéralement ce qu’il veut signifier. Autrement dit, le principe d’exprimabilité affirme qu’à tout sens pragmatique correspond un sens linguistique possible ou, plus précisément, qu’existe toujours un énoncé dont la signification est équivalente au vouloir dire du locuteur, quitte à ce que ce dernier crée de nouvelles ressources dans la langue de l’énoncé. Eu égard aux actes de discours, le principe d’exprimabilité avance qu’ils peuvent toujours être accomplis littéralement, c’est-à-dire au moyen d’un énoncé les exprimant de manière littérale. Suivant le principe d’exprimabilité, les cas de non-littéralité peuvent toujours être « littéralisés ». Une signification non littérale peut l’être en établissant un sens sémantique exprimant parfaitement le sens pragmatique, un accomplissement non littéral d’un acte de discours en recourant à un énoncé l’exprimant littéralement. Ce que pose donc globalement le principe d’exprimabilité, c’est la possibilité permanente d’une correspondance entre l’intention du locuteur (son vouloir dire ou l’acte de discours qu’il veut accomplir) et les éléments langagiers auxquels il a recours. Une application intégrale du principe d’exprimabilité mènerait à une « désambiguïtisation » absolue du discours : elle en éliminerait tout ce qui ne serait pas énoncés univoques.

30Bien que Searle lui-même, qui ne s’intéresse pas à l’argumentation, ne lui donne pas cette extension, on peut avancer, dans la mesure où ils entretiennent avec les énoncés la même relation d’expression que les actes de discours, que le principe d’exprimabilité vaut tout autant pour les arguments. Ce qu’il spécifie alors, c’est qu’un locuteur peut toujours exprimer un argument littéralement ou, pour le dire autrement, qu’un argument exprimé non littéralement peut toujours aussi faire l’objet d’une expression littérale.  

  • 12  Je ne formule ici le principe d’interprétabilité que relativement aux arguments. Si on le désirait (...)

31J’ai ailleurs (2002a) mis en avant un principe dit « d’interprétabilité », pendant du principe searlien d’exprimabilité. Ce principe d’interprétabilité stipule qu’il est toujours possible à un analyste de déterminer si un énoncé ou un groupe d’énoncés exprime ou non un argument12. Il pose donc la possibilité de principe, pour l’analyste, de déterminer — en fonction de l’intention présumée du locuteur, des éléments langagiers qu’il utilise et du contexte d’énonciation — si le locuteur argumente ou non. Dans la mesure où l’expression littérale des arguments se donne à voir en pleine lumière, le principe d’interprétabilité a une utilité plus évidente pour les cas d’expression non littérale des arguments. Son principal intérêt est d’assurer la possibilité de principe de localiser un argument « derrière » des énoncés qui ne semblent apparemment pas l’exprimer. Ainsi, c’est le principe d’interprétabilité qui permet de déterminer (s’il se trouve que c’est effectivement le cas) que les énoncés « Le gouvernement ne devrait-il pas agir ? » et « N’est-ce pas sa responsabilité d’intervenir ? » ainsi que les énoncés « Un gouvernement (devant semblable situation) doit agir » et « C’est une responsabilité que tout gouvernement a à assumer » servent à développer l’argument suivant.

32

33Sur un plan pratique, l’application du principe d’interprétabilité s’appuie sur un certain nombre de ressources techniques dont les deux plus importantes sont la recherche des indicateurs argumentatifs et le recours à la paraphrase. Dans l’expression littérale d’un argument, un énoncé (ou un groupe d’énoncés) comporte un marqueur qui spécifie qu’il remplit cet office. Les marqueurs ou indicateurs argumentatifs sont de types très variés. Ils peuvent être des mots ou expressions, des modes et des temps grammaticaux, voire des signes de ponctuation. Dans le premier exemple précédemment donné d’expression littérale d’un argument au moyen des énoncés « Le gouvernement devrait agir » et « Parce que c’est sa responsabilité d’intervenir », les indicateurs sont le quantificateur « devraient » (pour la proposition) qui stipule un impératif et la locution conjonctive de cause « parce que » (pour la justification) qui invoque un fondement à cet impératif. Dans l’autre formulation littérale du même argument que nous avons signalée, celle des énoncés « Que le gouvernement agisse ! » et « Un gouvernement responsable le doit », les indicateurs sont le mode impératif et le point d’exclamation pour le premier et le quantificateur « doit » pour le second.

34L’expression littérale la plus puissante des arguments est celle qui est effectuée par les verbes performatifs, comme soutenir, prétendre, avancer, et leurs correspondants nominaux, comme position, thèse, recommandation quand ils sont employés dans des phrases du genre « Ma position (ou thèse ou recommandation) est que… ». De tels marqueurs font en sorte que les énoncés affichent expressément qu’ils expriment des arguments. Les plus explicites d’entre eux sont ceux qui dénotent l’acte d’argumentation comme « J’argumente… », « Mon argument est que… ». Les énoncés comportant de tels marqueurs signalent réflexivement leur fonction argumentative.

35Ce ne sont pas tous les arguments ou opinions qui se font voir de manière aussi transparente. Souvent, quand ils font l’objet d’une expression non littérale, ils sont exposés au moyen d’énoncés ne comportant pas d’indicateurs argumentatifs. Une façon, alors, de rendre manifeste que les énoncés servent néanmoins bel et bien à exprimer des arguments et opinions est de les paraphraser, si besoin est en leur ajoutant un ou des indicateurs argumentatifs. C’est cette procédure qui permet de convenir (si le contexte d’énonciation y incite) que les duos d’énoncés « Le gouvernement ne devrait-il pas agir ? » – « N’est-ce pas sa responsabilité d’intervenir ? » et « Un gouvernement (devant semblable situation) doit agir » – « C’est une responsabilité que tout gouvernement a à assumer » servent en fait à exprimer le même argument dont l’expression littérale a été ci-dessus considérée. Les énoncés « Le gouvernement ne devrait-il pas agir ? » et « Un gouvernement (devant semblable situation) doit agir » peuvent, sans que leur sens pragmatique en soit du tout altéré, être paraphrasés par l’énoncé « Le gouvernement devrait agir ». Même chose pour les énoncés « N’est-ce pas sa responsabilité d’intervenir ? » et « C’est une responsabilité que tout gouvernement a à assumer » qui peuvent être paraphrasés par l’énoncé « Parce que c’est sa responsabilité d’intervenir ».

36Le principe d’interprétabilité porte parfaitement bien son nom. En avançant la possibilité de principe de repérer les arguments exprimés au moyen d’énoncés, il présuppose que l’analyse argumentative est une analyse de nature interprétative. Cette admission ne doit pas être faite avec mauvaise conscience mais, tout au contraire, pleinement assumée. L’analyse argumentative est interprétative pour une raison déjà invoquée : bien qu’ils ne soient pas de nature linguistique, les arguments, les opinions, les propositions et les justifications nécessitent d’être exprimés par des énoncés pour pouvoir être actualisés. Non seulement l’énonciation est-elle de la sorte le seul mode de réalisation de l’argumentation, mais elle est aussi la seule porte d’entrée de sa reconnaissance et de son analyse. De la même manière, en effet, que l’on doit recourir à des énoncés pour manifester un argument, la saisie de l’argument passe par les énoncés qui en constituent ainsi l’unique accès. Pour déterminer si les énoncés expriment ou non un argument et, le cas échéant, comprendre l’argument exprimé, ils doivent être interprétés en fonction de l’intention qui les porte, des différents sens littéraux et non littéraux des éléments langagiers utilisés ainsi que du contexte d’énonciation. Incidemment, ce travail d’interprétation n’est pas propre à l’analyse argumentative. Il est le lot de toute analyse de discours, y compris l’analyse de contenu, qui dépasse un cadre strictement linguistique. Dès lors qu’elle se met en frais de repérer des éléments ou entités qui ne sont pas en tant que tels linguistiques mais qui exigent néanmoins d’être exprimés par des énoncés, une analyse ne peut être qu’interprétative. Si, donc, on abandonne l’utopie positiviste voulant qu’on remplace le langage ordinaire par un langage formel construit ou qu’on puisse parfaitement traduire le langage ordinaire dans un tel langage formel, dès le moment où l’on se donne pour tâche d’analyser l’argumentation réelle pratiquée dans l’usage habituel du langage, on doit admettre qu’on ne peut y parvenir que par l’interprétation des énoncés.

  • 13  Le Canadien de Montréal est une équipe de la Ligue nationale de hockey. La coupe Stanley est le tr (...)
  • 14  Un exemple comme celui-ci soulève la question de la validité sémantico-logique de l’argumentation, (...)

37Cet acquiescement va de pair avec la reconnaissance que l’analyse argumentative n’est pas assurée de succès. Dans certains cas, elle s’avère difficile, voire impraticable en raison d’une carence de l’entreprise argumentative elle-même. Par exemple, l’expression d’un argument dans une langue insuffisamment maîtrisée la rend sérieusement défectueuse. Il est alors malaisé sinon carrément impossible de déterminer que les énoncés expriment l’argument et donc encore moins possible de déterminer cet argument. Il peut aussi arriver qu’un argument, même s’il correspond formellement à la définition qui en est ici donnée, soit à ce point incongru que sa saisie soit précaire. Par exemple, avancer que le Québec devrait devenir un État souverain parce que le Canadien de Montréal a gagné 24fois la coupe Stanley13 est une affirmation tellement insolite qu’il y a fort à parier qu’on se refuse à la considérer d’emblée comme un argument14. Bref, il peut se faire que l’interprétation constitutive de l’analyse argumentative soit difficile à mener parce que le déploiement de l’argument lui-même est boiteux. En cela, l’argument est encore semblable, sous un nouvel aspect, à l’acte de discours qui peut, lui aussi, être accompli avec défectuosité. Par exemple, un ordre donné par une personne n’ayant pas l’autorité requise reste bel et bien accompli mais sans être pleinement réussi du fait de cette déficience.

38Même dans des cas qui ne sont pas limites comme ceux des derniers exemples, il peut être assez souvent ardu de savoir si des énoncés expriment ou non des arguments. Cependant, les procédures antérieurement mentionnées de l’attention portée aux indicateurs argumentatifs et de la paraphrase suffisent normalement à repérer les arguments et opinions principaux d’un éditorial, c’est-à-dire ceux qui jouent un rôle essentiel dans son argumentation. C’est évidemment la tâche primordiale de l’analyse argumentative. Il ne lui est pas vraiment indispensable, ou du moins il s’agit là d’un objectif secondaire, de repérer aussi précisément les arguments et opinions marginaux ou périphériques de l’éditorial. Si le principe d’interprétabilité et les techniques qu’il génère comme celles de la recherche des indicateurs argumentatifs et de la paraphrase ne permettent pas de mettre au jour les arguments et opinions d’un éditorial, normalement c’est qu’il n’en comporte pas ou que les arguments et opinions sont exprimés si incorrectement ou de manière tellement déficiente que leur saisie spontanée par le lecteur est elle-même compromise.

39Il faut insister sur le fait que l’embarras occasionné par les difficultés d’interprétation des énoncés est parfaitement normal. Il s’explique essentiellement par la très forte capacité expressive du langage. Le langage est un moyen d’expression à ce point riche que son ampleur même peut poser problème. Une seule et même idée, une seule et même pensée, un seul et même argument peuvent être formulés par un grand nombre d’énoncés dont certains, au surplus, sont au sens figuré. À côté des énoncés susceptibles d’exprimer littéralement l’idée, la pensée ou l’argument (c’est précisément cette possibilité que pose le principe searlien d’exprimabilité) existent d’autres énoncés pouvant l’exprimer de manière moins explicite. La richesse du langage ne réside pas seulement dans son opulence mais également, à l’autre extrême, dans sa capacité elliptique et allusive tout aussi grande dont l’euphémisme et la litote sont les procédés sans doute les plus courants. Cette élasticité est au total plus avantageuse qu’embêtante : c’est par elle que le langage constitue ce formidable outil permettant à l’homme de dire à la fois de la connaissance, de la fiction, des sentiments et des émotions, des croyances, des désirs et des volontés, des intentions et beaucoup d’autres choses. Pour ce qui est de l’argument, cette richesse du langage crée une asymétrie entre, d’un côté, l’univocité du contenu abstrait de l’argument ainsi que de la proposition et de la justification qui le constituent et, de l’autre, la polysémie de l’instrument langagier chargé de le manifester. Il peut y avoir inadéquation et même distorsion dans les deux sens. Un argument peut être exprimé par une pléthore d’énoncés dont le sens déborde celui de l’argument. Il peut par ailleurs, tout au contraire, aussi faire l’objet d’une expression par raccourci ou même omission comme dans le cas de l’enthymème (Gauthier, 2007b).

  • 15  Ailleurs, j’ai proposé une caractérisation de ces interrelations sous la forme de mécanismes tels (...)

40C’est l’étendue de sa capacité expressive qui implique que l’analyse argumentative du langage ne peut être qu’interprétative. Le reconnaître, c’est prendre acte de la très grande richesse du langage et admettre la posture méthodologique qu’elle commande. Cependant, reconnaître que l’analyse argumentative est fatalement interprétative ne revient pas à la confiner à la subjectivité. Interpréter des énoncés pour déterminer s’ils expriment des arguments et repérer ces arguments n’est pas affaire de lecture toute personnelle. On ne peut pas faire dire n’importe quoi à un énoncé. Même s’il peut porter plusieurs significations et servir à différents usages, ceux-ci, peu importe leur nombre, s’inscrivent dans une fourchette bien marquée. Surtout, ces significations et usages ne viennent pas se plaquer à l’énoncé aléatoirement. Ils relèvent de modes d’opération bien définis. Ici encore, le parallèle entre arguments et actes de discours s’avère éclairant. Considérons, à titre d’exemple, le phénomène de l’indirection. Les actes de discours, au moins certains d’entre eux, peuvent faire l’objet d’un accomplissement indirect. Ainsi que Searle (1975) en rend compte, il y a alors accomplissement de deux actes de discours : un acte de discours primaire accompli non littéralement par l’accomplissement littéral d’un acte de discours secondaire. Par exemple, la requête primaire que l’interlocuteur passe le sel peut être accomplie indirectement par la question secondaire « Pouvez-vous me passer le sel ? ». Cela est possible essentiellement parce qu’il y a interface entre les actes primaire et secondaire : c’est parce que la capacité de l’interlocuteur de passer le sel, faisant l’objet de la question, constitue une condition d’accomplissement de la requête qu’il est possible d’accomplir indirectement celle-ci par celle-là. Autrement dit, l’indirection est un mode d’expression en aucune façon désorganisé mais tout au contraire parfaitement réglé. Elle dépend des interrelations entre les actes primaire et secondaire15. C’est, essentiellement, aussi le cas pour la formulation des arguments. Ce ne sont pas n’importe quels énoncés qui permettent l’expression d’arguments. Et les énoncés qui peuvent servir à cet usage entretiennent avec les arguments des relations aussi contraignantes que les interrelations entre actes de discours qui rendent possible l’indirection.

41Du point de vue de l’analyste (et aussi de l’interlocuteur ou de l’auditoire), le problème de savoir s’il y a ou non expression d’un argument ou d’une opinion est tout à fait similaire à celui de déterminer s’il y a accomplissement indirect d’un acte de discours. Il s’agit de déterminer, à partir des énoncés proférés et en fonction du contexte d’énonciation, si le locuteur effectue un acte de discours par l’accomplissement d’un autre acte de discours ou si le locuteur met en avant un point de vue sur une question en débat et l’appuie sur quelque fondement. Dans les deux cas, c’est le principe d’interprétabilité qui ouvre théoriquement la possibilité à l’analyste de statuer sur l’usage des énoncés.

42Sa mise en œuvre résulte en une procédure en deux temps : pour repérer les arguments et opinions d’un éditorial, il faut d’abord localiser les propositions qui y sont exprimées et, ensuite, pour chacune d’entre elles, discerner si une ou des justifications sont offertes pour l’appuyer. La reconnaissance d’une proposition nantie d’une justification équivaut au repérage d’un argument ; celle d’une proposition dépourvue de justification, à celui d’une opinion. La recherche des propositions et des justifications présente évidemment des difficultés concrètes. Ces difficultés et les façons de les résoudre feront maintenant l’objet de notre attention.

La localisation des propositions

43Comment déterminer où, dans un éditorial, est exprimée une proposition ? Le propre d’une proposition, ainsi que nous l’avons définie comme constituant d’un argument, consiste en un point de vue sur un sujet controversé. L’argumentation est essentiellement de nature polémique. Par définition, elle a trait au débat : on n’argumente que sur ce qui est en dispute. Ce qui fait objet d’argumentation ne donne ainsi pas lieu à une considération consensuelle mais à la confrontation de divergences. L’argumentation ne se déploie que dans un champ d’affrontement d’arguments. Par conséquent, un argument n’est jamais autonome ; il ne peut être défini comme tel qu’à titre de dénégation d’un ou d’autres arguments. Ontologiquement, un argument n’est toujours qu’un contre-argument à un argument divergent qui lui-même n’acquiert une nature argumentative que parce qu’il est opposé au premier.

44Cela est vrai également, et plus vivement encore, de la proposition. En tant que telle, elle est formellement indissociable d’une ou plusieurs contre-propositions. À toute proposition correspond ainsi (au moins) une proposition contraire. On aura donc déterminé qu’il y a proposition dès lors qu’on aura pu statuer qu’il y a contre-proposition. On saura qu’un point de vue est exprimé si un point de vue discordant peut être circonscrit. C’est cette nature dialectique de l’argument qui fonde le test d’opposition que je mets en avant (2005 et 2002a) afin de repérer les propositions d’un discours. Le test d’opposition consiste à déterminer si le propos d’un énoncé s’inscrit dans un rapport d’objection ou de réfutation, si l’énoncé est proféré dans une visée de dénégation. L’énoncé sera reconnu exprimer une proposition s’il fait opposition à un énoncé antinomique, c’est-à-dire exprimant une proposition contradictoire. Puisqu’une proposition n’est telle que relativement à une contre-proposition, il est établi qu’un énoncé exprime une proposition dès lors qu’il s’avère qu’il est en relation de dissension avec un autre énoncé exprimant la proposition opposée. C’est ainsi que peuvent être repérées les propositions des exemples d’argument et d’opinion donnés en début de texte.

Il est essentiel que les Québécois participent à ce gouvernement plutôt que de se cantonner dans l’opposition.

45et

Les libéraux ne sont tout simplement plus en mesure d’offrir au pays le gouvernement responsable, dynamique et efficace dont il a besoin.

46Le test d’opposition permet de décréter que les énoncés expriment bel et bien ces propositions du fait qu’ils s’inscrivent dans un rapport d’opposition avec des énoncés exprimant un point de vue antagonique. Son application conduit à la reconnaissance des propositions en regard de propositions opposées : qu’il n’est pas essentiel que les Québécois participent au futur gouvernement et que les libéraux sont encore en mesure d’offrir au pays un gouvernement responsable.

47L’énoncé en opposition duquel un premier énoncé est reconnu exprimer une proposition n’a pas à être lui-même effectivement proféré ; il peut rester virtuel. L’essentiel est que l’énoncé considéré soit utilisé à une fin oppositionnelle, c’est-à-dire serve à marquer une divergence de vues potentielle. Autrement dit, il suffit que la contre-proposition en vertu de laquelle on peut conférer son statut à une proposition soit seulement considérée comme possible. Pour reconnaître une proposition dans un éditorial, plus précisément pour convenir qu’un énoncé d’un éditorial exprime une proposition, il n’est pas requis de dénicher un autre éditorial dont un énoncé exprimerait la proposition contraire. Il suffit que cet énoncé soit concevable dans un autre éditorial ou, plutôt, que l’énoncé du premier éditorial n’ait de sens que relativement à l’énoncé exprimant la proposition contraire. Considérons de nouveau les exemples de propositions.

Il est essentiel que les Québécois participent à ce gouvernement plutôt que de se cantonner dans l’opposition.

48et

Les libéraux ne sont tout simplement plus en mesure d’offrir au pays le gouvernement responsable, dynamique et efficace dont il a besoin.

  • 16  À ma connaissance, il n’y a effectivement pas eu d’autre éditorial dans lequel il aurait été affir (...)

49Il est tout à fait possible que les énoncés exprimant les propositions opposées n’aient jamais été effectivement formulés16. Néanmoins, les énoncés exprimant les propositions ne peuvent être pleinement entendus que par rapport aux énoncés restés implicites qui expriment les propositions contraires.

50Afin de mesurer encore plus précisément l’applicabilité du test d’opposition, revenons sur la question de la nature des propositions. Ainsi que nous l’avons précédemment indiqué, elle peut être de toutes les formes possibles servant à mettre en avant un point de vue sur un sujet en débat. Dans les deux exemples considérés, la première proposition consiste en une prescription (ou en une évaluation tendant vers une prescription) et la seconde en une évaluation. Dans de semblables cas de jugements de valeur, il est manifeste qu’une proposition n’est telle que relativement à une contre-proposition : par définition, en effet, un jugement de valeur implique son contraire. Incidemment, si toutes les propositions n’étaient constituées que de jugements de valeur, le test d’opposition serait d’une certaine façon superfétatoire.

51Il se trouve toutefois qu’une proposition peut être autre chose qu’un jugement de valeur, par exemple quand elle consiste en une thèse ou en quelque autre forme de détermination de la réalité. Cependant, cela ne signifie pas que tous les jugements de fait donnent lieu à une proposition. Le test d’opposition, en lui adjoignant un avenant, permet à la fois de faire voir en quoi certains énoncés qui ne sont pas des énoncés de valeur, comme les thèses, expriment bel et bien une proposition et de les différencier des énoncés de fait au sens strict qui n’expriment pas une proposition argumentative.

52Considérons deux nouveaux énoncés : « Le Parti libéral reste profondément divisé » et « Les Québécois qui croient en l’indépendance ont leur parti au niveau fédéral, le Bloc ». Ces deux énoncés servent non pas à fournir une appréciation de cet état de choses mais à le représenter. Cependant, le premier exprime une proposition mais pas le second. On peut le démontrer en faisant voir que l’opposition qu’ils peuvent éventuellement susciter n’est pas de même nature du fait qu’ils appréhendent la réalité de manière distincte. L’affirmation du deuxième énoncé selon laquelle les Québécois indépendantistes ont le Bloc pour parti au fédéral se pose comme une évidence. Sa teneur est tenue pour acquise. Autrement dit, l’énoncé est ajusté étroitement à la vérité : il a trait à un fait considéré comme établi. Il est vérifonctionnel en ce qu’il ne fait sens que par sa valeur de vérité, le vrai pour celui qui le formule. Sa seule contestation possible réside dans la dénégation pure et simple. L’opposition à l’énoncé ne peut consister qu’à prétendre qu’il a le faux et non pas le vrai pour valeur de vérité. Par comparaison, le premier énoncé, malgré qu’il prétende bel et bien représenter un état de choses, ne le fait pas en étant aussi contraint à la stricte vérité. Il n’a pas une valeur de vérité au même titre que l’autre énoncé. Plutôt, son sens ne se réduit pas à la vérifonctionnalité. L’affirmation selon laquelle le Parti libéral reste divisé se présente comme une définition ou une interprétation de la réalité et, en cela, relève de la vraisemblance plus que de la vérité. L’énoncé représente un état de choses sous un mode de probabilité ou même de simple possibilité et non pas de certitude ou d’évidence. L’opposition qui peut en être faite n’est pas de l’ordre de la simple dénégation mais de la divergence de vues. Au total, on peut dire qu’un énoncé comme « Les Québécois qui croient en l’indépendance ont leur parti au niveau fédéral, le Bloc » porte sur une réalité envisagée comme définitivement établie et que l’opposition qu’il peut susciter en est le déni alors qu’un énoncé comme « Le Parti libéral reste profondément divisé » a trait à une réalité seulement plausible contre laquelle peut être invoquée une autre interprétation possible.

53La discussion qui précède conduit à apporter au test d’opposition un amendement qui en éclaire l’application. Il consiste bien, ainsi qu’il peut être généralement défini, à déterminer si le propos d’un énoncé s’inscrit dans un rapport d’objection ou de réfutation mais, faut-il maintenant préciser, relativement à un objet relevant du vraisemblable et non pas de la vérité. Pour qu’il y ait proposition, il faut que son opposition à une contre-proposition qui la constitue proposition soit de nature non pas vérifonctionnelle mais reste de l’ordre du plausible. Autrement dit, l’opposition révélatrice d’une proposition consiste non pas en une dénégation mais en une interprétation concurrente. Une proposition n’est jamais affaire essentiellement de vrai et de faux mais de l’admissible.

  • 17  Il peut arriver qu’une question ayant d’abord trait à une réalité vraisemblable, et suscitant alor (...)

54L’opposition qui définit la proposition et sa contre-proposition porte sur un objet toujours en discussion, à propos duquel une représentation exacte n’est pas encore certifiée ou même établie d’un point de vue consensuel17. La proposition est affaire de conviction et non de confirmation ; elle ne relève pas de l’indubitable, mais comprend une part de doute. Cette spécification va sans dire dans le cas des énoncés de valeur, évaluations, prescriptions ou autres. Elle devient primordiale pour distinguer les énoncés exprimant une interprétation de la réalité.

55Elle fait voir, également, en quoi l’argumentation est affaire de délibération comme Perelman le spécifie avec netteté quand il lui assigne comme domaine le vraisemblable pour l’opposer à la nécessité de la démonstration mathématique. Le test d’opposition tel qu’ici amendé met en lumière que les propositions et plus largement l’argumentation peuvent avoir trait non seulement aux valeurs (et toutes autres considérations normatives étrangères à l’évidence et à l’inférence logique) mais aussi à la définition de la réalité.

56L’application du test d’opposition s’avère délicate ou présente quelque particularité dans certains cas d’énonciation plus complexes que ceux qui ont été jusqu’ici relevés. Un relevé de toutes les situations possibles n’est pas ici réalisable, ne serait-ce qu’en raison du manque d’espace. Quelques cas paradigmatiques peuvent toutefois être abordés.

57Il y a d’abord les différentes situations où une proposition est exprimée en liaison avec un énoncé purement factuel. Quelques cas de figure se présentent. Dans le premier, une proposition donne une évaluation d’un état de choses par ailleurs pour lui-même représenté, c’est-à-dire indépendamment de l’évaluation. Voici un exemple.

Paul Martin [premier ministre canadien en exercice lors des élections en janvier 2006] a tout fait pour sonner le temps du renouveau. Trop même…

58Dans un cas comme celui-là, c’est seulement par l’évaluation (« Trop même ») qu’est exprimée une proposition.

59Il arrive que proposition et énoncé de fait soient davantage imbriqués. Par exemple, il est possible que la proposition introduise l’énoncé de fait en l’éclairant ou en l’expliquant.

Ayant cultivé l’art des positions ambiguës, promettant tout à tout le monde, M. Martin a suscité d’immenses attentes… dont un grand nombre ont été déçues après son ascension au poste de premier ministre.

  • 18  Une distinction de même nature doit aussi être faite entre deux propositions distinctes aboutées l (...)

60Dans un cas semblable, il faut simplement distinguer la proposition (Martin a cultivé l’art des positions ambiguës et promis tout à tout le monde) de la représentation de l’état de choses à laquelle elle est jouxtée (Martin a suscité beaucoup d’attentes dont plusieurs ont été déçues)18.

61Il se peut, à l’opposé, qu’une proposition vienne s’adjoindre à un énoncé de fait pour qualifier l’état de choses en même temps qu’il est représenté.

Il a multiplié à coups de milliards les ententes et les programmes sans se soucier de l’impact de cette avalanche sur les finances publiques, sur la crédibilité du gouvernement du Canada et sur la cohérence de l’ensemble.

62Ici, il y a représentation factuelle d’un état de choses – c’est-à-dire que la réalité ne fait pas seulement l’objet d’une interprétation relative au vraisemblable – dont la fonction est de fournir matière à une proposition (« sans se soucier… »).

63Se présentent des contextes discursifs à propos desquels il est beaucoup plus ardu de déterminer si une proposition est exprimée ou non. L’un a pour cause la présence au sein d’un énoncé factuel d’un mot ou d’une expression chargé d’une forte connotation normative (que ce soit par définition ou en raison de ses emplois non littéraux). Soit l’énoncé : 

Le scandale des commandites a suscité l’indignation partout au pays, en particulier au Québec.

64Dans la mesure où l’usage du terme indignation est purement descriptif, c’est-à-dire en considérant que l’éditorialiste ne manifeste pas son indignation mais ne fait que relater celle de la population canadienne et québécoise, on conviendra qu’une proposition n’est pas exprimée. Ce serait le cas si l’éditorialiste endossait le sentiment d’indignation par exemple en précisant que c’est à juste titre que le scandale des commandites l’a suscité.

  • 19  Étudié, entre autres, par Roselyne Koren (2004) qui l’appréhende davantage comme une « désubjectiv (...)

65Les cas sans doute formellement les plus difficiles d’identification de propositions sont ceux où un énoncé de valeur se présente comme un énoncé de fait. Il est possible, en effet, de donner à une évaluation, à une prescription ou à tout autre mode d’expression d’une préférence une formulation qui le fasse apparaître comme une représentation d’un état de choses. Il s’agit là d’un procédé discursif très fréquent dont l’utilité est manifeste : il permet d’avancer une considération normative en la notifiant plutôt comme une donnée factuelle et par là non seulement d’en dissimuler la nature subjective mais également de la parer d’objectivité. Ce processus d’objectivation19relève d’un mouvement assez naturel. C’est une tendance courante que d’accorder à la réalité elle-même les traits de l’estimation que nous portons sur elle. Mais, bien sûr, le procédé est souvent utilisé à une fin stratégique. Il permet de conférer à ce qui n’est qu’une appréciation le statut d’un fait. En la dégageant, par cette « naturalisation », du conflit d’opinions, il lui octroie une force autonome. L’objectivation est fortement présente dans l’énonciation de propositions en éditorial. Elle peut se présenter de manière tout à fait explicite.

Deux faits ressortent de la campagne électorale qui s’achève. D’abord, le Parti libéral du Canada est aujourd’hui rongé par l’usure et par les guerres intestines. […] Ensuite, le Parti conservateur se présente désormais comme un véritable parti national, avec un programme modéré et cohérent et un chef donnant tous les signes d’être prêt à gouverner.

66Ici, l’éditorialiste qualifie expressément de « faits » les appréciations qu’il avance au sujet du Parti libéral et du Parti conservateur. Dans d’autres contextes, il objective son propos de manière implicite (non réflexive), par exemple en recourant à des marqueurs de représentation tels que « semblent ».

Les ministres représentant le Québec dans [le] cabinet [de Paul Martin] semblent pour leur part dépassés, « déconnectés » de la population.

67Que ce soit en le précisant ou non, il est ainsi possible de présenter un point de vue estimatif sur une question ou une situation comme s’il s’agissait d’une pure description, indépendante de cette estimation. Le test d’opposition permet de mettre au jour l’objectivation et ainsi de démasquer le jugement de valeur derrière l’apparent jugement de fait. Eu égard plus précisément à l’argumentation, son application conduit à reconnaître que le propos s’inscrit dans un rapport d’objection, qu’il ne se définit que relativement à une contre-proposition et que donc une proposition y est exprimée. Que le Parti libéral soit rongé par l’usure et les guerres intestines et que le Parti conservateur se présente comme un parti national avec un programme modéré et cohérent et un chef prêt à gouverner, que les ministres du Québec soient dépassés et « déconnectés » ne sont pas de simples constats mais des points de vue avancés sur une question faisant débat. La preuve en est que des points de vue antinomiques pourraient être développés au sujet des mêmes situations. Il est tout à fait imaginable que quelqu’un, à l’opposé des dernières citations, considère que le Parti libéral est encore plein d’allant et uni, que le Parti conservateur a un programme inacceptable et que son chef n’est pas du tout en mesure de gouverner et que les ministres québécois au sein du cabinet Martin sont encore bien aux commandes et à l’écoute de la population. Même si les affirmations contraires faites par l’éditorialiste sont explicitement présentées comme des « faits » dans le premier exemple et plus simplement données à voir comme tels dans le second, elles consistent en des évaluations d’états de choses et non pas en des représentations factuelles de ces états de choses.

68Un cas particulièrement intéressant d’objectivation est celui des propositions universelles. Une distinction parmi d’autres qui se présente assez immédiatement à l’esprit, entre différents types de propositions, est celle entre propositions particulières et propositions universelles. Les premières portent sur des individus ou des objets singuliers ou sur des états de choses ponctuels bien identifiables (les derniers exemples portant sur le Parti libéral, le Parti conservateur et les ministres québécois sont de telles propositions singulières). Les propositions universelles, quant à elles, ont une teneur générale et indéfinie et sont donc plus conceptuelles. En voici un exemple.

On ne peut pas bien gouverner quand on nage constamment dans les odeurs du scandale, réel ou présumé.

69Le propos, ici, a trait, en surface, non pas à une situation donnée concrète et précise mais pose une généralité abstraite : il ne concerne pas, stricto sensu, un gouvernement clairement désigné mais tout gouvernement quel qu’il soit. Cependant, l’éditorialiste qui s’exprime de la sorte ne cherche manifestement pas à exprimer un avis purement théorique. Ainsi que j’ai cherché à le montrer (2005), il exprime alors littéralement une proposition universelle afin d’exprimer non littéralement une proposition particulière. Dans le cas de notre exemple, l’éditorialiste avance littéralement l’idée générale qu’on ne peut pas bien gouverner dans un contexte de scandale pour soutenir non littéralement que parce qu’il est entaché de scandales, le gouvernement Martin ne peut voir correctement aux affaires de l’État.

70Les propositions universelles, du moins un grand nombre d’entre elles, s’énoncent, bien qu’elles soient des jugements de valeur et non pas de fait, comme si elles s’imposaient aussi inéluctablement que des jugements de fait. Elles prétendent avoir la même force objective que les jugements de fait. Ce n’est évidemment pas le cas dans la mesure où l’on admet qu’elles n’ont pas de « vérité » qu’elles tireraient d’une « réalité » intellective ou spirituelle mais que, plutôt, elles font l’objet d’une adhésion subjective (puisqu’elles relèvent de manière essentielle du consentement des individus) et que leur formulation même n’a précisément pour objet que l’expression de cette adhésion. Les « vérités » morales, les principes, les maximes d’action, les « valeurs » qui constituent le contenu des propositions universelles dont il est ici question n’ont qu’un apparat d’objectivité. Elles ont beau s’exposer comme des représentations d’états de choses, elles restent de nature appréciative. C’est précisément en cela qu’elles peuvent exercer la fonction de proposition argumentative.

71Une fois que l’application du test d’opposition, avec tous les problèmes qu’elle pose, a conduit à localiser les propositions d’un éditorial, la moitié seulement du chemin est parcourue dans le repérage des arguments et opinions qu’il comprend. Reste encore, en effet, à circonscrire les justifications qui, le cas échéant, sont produites en appui des propositions. Privée de justification, une proposition résulte en une opinion alors que la liaison d’une justification à une proposition constitue un argument. Le repérage des justifications rencontre, comme celui des propositions, des difficultés qui restent à être éclaircies et résolues.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth, (2006), L’argumentation dans le discours, deuxième édition, Paris, Armand Colin.

ANSCOMBRE, Jean-Claude, et Oswald DUCROT (1983), L’argumentation dans la langue, Bruxelles, Pierre Mardaga éditeur.

DE JONGE, Emmanuel, (2008), « Pertinence de l’utilisation du modèle de Toulmin dans l’analyse de corpus », Argumentation et analyse du discours, [En ligne], http://aad.revues.org/index251.html.

DUCROT, Oswald, (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

DUCROT, Oswald, (1991), Dire et ne pas dire : principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

VAN EEMEREN, Frans H., R. GROOTENDORST et T. KRUIGER (1984), The Study of Argumentation, New York, Irvington Publications.

VAN EEMEREN, Frans H., et R. R. GROOTENDORST (2004), A Systematic Theory of Argumentation: The Pragma-Dialectical Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

FREGE, Gottlob, (2001), Analytic Philosophy. An Anthology, Oxford, Blackwell.

GAUTHIER, Gilles, (2001), « L’indirection en communication politique. Le cas des débats télévisés canadiens et québécois (1962-1998) », Communication, 21(1), p.99-117.

GAUTHIER, Gilles, (2002a), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles, (2002b), « L’indirection : procédé d’expression et de persuasion en communication publique », Revue canadienne de linguistique appliquée, 4(1-2), p. 69-86.

GAUTHIER, Gilles, (2004a), « L’argumentation autour de l’élection présidentielle française de 2002 dans la presse québécoise : l’application d’une approche analytique de l’argumentation », dans Philippe MAAREK (dir.), La communication politique française après le tournant de 2002, Paris, L’Harmattan, p. 187-201.

GAUTHIER, Gilles, (2004b), « The use of indirection in the television political debates: The Bush-Gore debates during 2000 American presidential campaign », Journal of Political Marketing, 3(3), p. 69-86.

GAUTHIER, Gilles, (2005), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale », dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles, (2006), « La prise de position éditoriale. Le cas de la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

GAUTHIER, Gilles, (2007a), « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, 17, p. 322-342.

GAUTHIER, Gilles, (2007b), « Comment repérer un enthymème ? Essai de définition », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER (dir.), Le français parlé des médias, actes du colloque de Stockholm 8-12 juin 2005, Stockholm, Université de Stockholm, p. 259-271.

GAUTHIER, Gilles, (2008), « La discussion éditoriale dans la presse québécoise », Communication, 26 (2), p. 151-173.

GRIZE, Blaise, (1996), Logique naturelle et communications, Paris, Presses universitaires de France.

GRIZE, Blaise, (1990), Logique et langage, Gap, Ophrys.

HAMBLIN, Charles, (1970), Fallacies, Newport, Vale.

JOHNSON, Ralph, (2000), Manifest Rationality. A Pragmatic Theory of Argument, Mahwah, (NJ), Lawrence Erlbaum.

KOREN, Roselyne, (2004), « Argumentation, enjeux et pratique de l’<engagement neutre> : le cas de l’écriture de presse », Semen, 17, p. 19-40.

MOESCHLER, Jacques, (1985), Argumentation et conversation : éléments pour une analyse pragmatique du discours, Paris, Hatier-Credif.

MOESCHLER, Jacques, (1996), Théorie pragmatique et pragmatique conversationnelle, Paris, Armand Colin.

PERELMAN, Chaïm, et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

POPPER, Karl, (1998), La connaissance objective, Paris, Flammarion.

QUINCHE, F. (2005), « Analyse d’un conflit en éthique clinique à partir du schéma de l’argument de S. Toulmin », Éthique et santé, 2, p. 186-190.

ROBRIEUX, Jean-Jacques, (2005), Rhétorique et argumentation, Paris, Arman Colin.

SEARLE, John R., (1969), Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John R., (1975), « Indirect speech acts », dans Peter COLE et J. L. MORGAN (dir.), Syntax and Semantics 3, Speech Acts, New York, Academic Press, p. 59-82.

SEARLE, John R., (1979), Expression and Meaning, Cambridge, Cambridge University Press.

TOULMIN, Stephen, (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

VOROBEJ, Mark, (2006), A Theory of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

WALTON, Douglas, (1996), Argument Structure: A Pragmatic Theory, Toronto, University of Toronto Press.

WOODS, John, et Douglas WALTON (1982), Argument: The Logic of Fallacies, Toronto, MaGraw-Hill Ryerson.

WOODS, John, et Douglas WALTON (1989), Fallacies : Selected Papers 1972-1982, Dordrecht (Providence), Foris.

Haut de page

Notes

1  Il peut aussi servir à désigner l’action d’argumenter ou le processus de dévelop­pement d’arguments ou encore un ensemble de techniques argumentatives.

2  Le problème de la détermination de l’argumentation fera l’objet d’un article ultérieur.

3  Bizarrement, Amossy ne fait aucun écho à Toulmin dans son panorama des fonde­ments de l’analyse argumentative.

4  Sauf pour des discours très institutionnalisés. Voir, par exemple, De Jonge (2008) et Quinche (2005).

5  Il s’agit fort probablement de la différence essentielle avec Perelman, pour qui un argument est tout le contraire d’une démonstration mathématique.

6  Quelques études de corpus d’éditoriaux (Gauthier, 2008, 2006 et 2002a) montrent d’ailleurs que les opinions y sont plus présentes que les arguments, dans un ratio standard de 6/4.

7  La référence historique de cette conception linguistique de l’argument est celle de « l’argumentation dans la langue » d’Anscombre et Ducrot (par exemple, 1983). Suivant cette approche, les arguments sont des énoncés, ceux qui prétendent « orienter la suite du dialogue ». De ce point de vue, les arguments sont extrêmement nombreux dans un très grand nombre de discours. Même si la thèse de l’argumentation dans la langue ne semble plus avoir beaucoup cours aujourd’hui, les approches interactionnelles restent tributaires de son inspiration essentielle et donnent au concept d’argument une extension très large sans par ailleurs toujours en fournir une définition.

8  Je ne veux, ici, que brosser un parallèle entre arguments et actes de discours. On pourrait aller plus loin et soutenir qu’argumenter est un acte de discours. J’explore cette idée dans une recherche en cours. J’y caractérise l’acte d’argumenter comme un acte de discours complexe par comparaison aux actes de discours élémentaires de la promesse, de l’ordre ou de l’affirmation. Une question qui alors s’impose est celle de repérer les différents actes élémentaires pouvant faire office de proposition et de justification.

9  Searle utilise par ailleurs également la notion de littéralité dans un autre sens. Il défend l’idée que les énoncés ont une signification littérale, c’est-à-dire fixée linguistique­ment. Pour lui, cependant, cette signification littérale n’est pas contextuellement indépendante mais elle est au contraire liée à un ensemble de background assumptions pré-langagières. Voir Searle, 1979.

10  Par exemple, un acte de requête est accompli littéralement quand le locuteur utilise dans sa signification littérale l’énoncé « Passez-moi le sel ! » et il est accompli non littéra­lement quand le locuteur utilise l’énoncé « Pouvez-vous me passer le sel ? » en en assu­mant la signification littérale mais également en signifiant plus que cette signification littérale. Il s’agit là d’un type très précis d’accomplissement non littéral : l’acte de discours indirect dont j’ai cherché à mettre en lumière l’utilisation abondante en communication publique (Gauthier, 2004b).

11  Il s’agit du seul exemple de l’article qui n’est pas pris dans l’éditorial de Pratte parce que, bien sûr, il ne pourrait pas y faire l’objet des variations expressives qui vont maintenant être observées.

12  Je ne formule ici le principe d’interprétabilité que relativement aux arguments. Si on le désirait, on pourrait également le faire porter sur la signification et les actes de discours. Plus loin, je m’aventurerai un peu dans cette direction. Aussi, je ne le définis ici qu’en fonction de l’analyste de l’argumentation. Il vaut aussi, et même antérieurement, pour l’interlocuteur ou l’auditoire auquel l’argument est destiné.

13  Le Canadien de Montréal est une équipe de la Ligue nationale de hockey. La coupe Stanley est le trophée remis chaque année à l’équipe championne.

14  Un exemple comme celui-ci soulève la question de la validité sémantico-logique de l’argumentation, question qui est totalement ignorée dans le cadre du présent article.

15  Ailleurs, j’ai proposé une caractérisation de ces interrelations sous la forme de mécanismes tels qu’ils sont utilisés dans les pratiques de communication publique que sont la communication politique et la publicité (Gauthier, 2004b, 2002b et 2001).

16  À ma connaissance, il n’y a effectivement pas eu d’autre éditorial dans lequel il aurait été affirmé qu’il n’est pas essentiel que les Québécois participent au futur gouverne­ment et que les libéraux sont encore en mesure d’offrir au pays un gouvernement responsable.

17  Il peut arriver qu’une question ayant d’abord trait à une réalité vraisemblable, et suscitant alors des propositions, tombe ensuite sous le coup de la vérité. Le phénomène diachronique qui se produit alors est assez semblable à celui de la métaphore morte décrite par Searle (1979).

18  Une distinction de même nature doit aussi être faite entre deux propositions distinctes aboutées l’une à l’autre comme dans l’exemple suivant : « […] aussi hésitant en paroles qu’impulsif dans l’action, Paul Martin s’est montré incapable de communiquer avec les Québécois de manière efficace. »

19  Étudié, entre autres, par Roselyne Koren (2004) qui l’appréhende davantage comme une « désubjectivisation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « Le problème du repérage des arguments », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 71-100.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « Le problème du repérage des arguments », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 03 juillet 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2042 ; DOI : 10.4000/communication.2042

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval à Québec. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org