Navigation – Plan du site
Recherches

La représentation du fait spatial dans la presse quotidienne nationale française en 2006

Olivier Laügt
p. 207-225

Résumés

En application d’une méthodologie articulant collecte systématique d’articles et analyse statistique de leur contenu, cet article amène à distinguer les grandes thématiques qui structurent le discours de la presse quotidienne française en 2006 à propos de l’espace. Il apparaît alors que la représentation véhiculée s’organise selon quatre axes : ce que nous faisons dans l’espace, de l’astrophysi­que ou des vols habités, et ce que l’espace nous fait, en donnant de l’élan à l’économie comme à nos imaginations.

Haut de page

Texte intégral

1La voûte céleste a toujours fasciné l’humanité. Étoiles fixes ou errantes ont été repérées depuis la plus haute Antiquité, réunies visuellement en constellations évoquant des figures mythiques ou étiquetées de noms de dieux. C’est dans l’observation astronomique et sa modélisation en mécanique céleste que la science moderne s’enracine, avec la révolution galiléenne et les lois de Newton. Les cieux et le ciel sont alors passés de sources de contemplation à lieux d’observation, voire de corroboration de théories, si l’on pense à la découverte de Neptune en 1846. Le temps de l’appropriation physique est alors arrivé, avec la naissance de l’aviation, puis la conquête spatiale avec l’arrachement à la gravité terrestre. On peut alors se poser la question de la représentation que notre société se fait maintenant de l’espace. Nous y répondrons à partir d’une recherche qui a été financée par l’Observatoire de l’Espace du CNES (Centre National d'Études Spatiales), Paris.

Méthode de travail et constitution du corpus

2Parmi les méthodes d’exploration des représentations communes, on peut faire une place à l’analyse du discours de presse, en formulant l’hypothèse qu’un journal participe à une exposition discursive complexe des citoyens ordinaires, même si c’est en dernier ressort le lecteur qui a la responsabilité finale dans la construction de « <sa> compréhension des faits, des dires et des événements » (Moirand, 2007 : 156).

3Cette complexité de la relation entre un organe de presse et son lectorat permet de considérer le journal comme une figure sociale, un « sujet sémiotique » en relation avec ses lecteurs. En effet, outre son statut juridique, sa raison sociale, qui l’établit comme une personne morale sur le plan institutionnel, un journal, par son style, son ton, son profil, se pose sur le plan de la communication sociale avec une image de marque. Son contenu remplit une double fonction. Tout d’abord, il doit informer. Ses lecteurs l’achètent d’abord pour cela, pour avoir les nouvelles du jour. Ces nouvelles ne le sont qu’en tant qu’inattendu et que singulier. En les donnant, le journal quotidien bâtit un récit dans lequel l’événement d’un épisode est lié à ses antécédents et à ses conséquences futures. Mais à côté de ce toujours nouveau toujours renouvelé, il y a, par le fait même de sa parution systématique, la production d’un discours qui a pour effet de replacer ces événements singuliers dans un ordre des choses prévisible et porteur de sens. Ce deuxième aspect participe à la fois à la construction de l’image propre du journal et à la construction d’un référentiel pour ses lecteurs. Par là, « sa lecture […] imprime globalement une forme à la manière dont nous concevons, et même dont nous vivons notre présent » (Landowski, 1989 : 155).

4Est-ce que pour autant le journal ne ferait que construire son lectorat, et être ainsi uniquement manipulateur ? La relation ne saurait être à sens unique, et, selon la formule de Patrick Charaudeau (1997), l’instance médiatique est un « manipulateur manipulé » En effet, on peut se poser la question de ce qui alimente ce discours de presse. Le journaliste subit lui-même des contraintes économiques, et est intéressé par la survie du titre auquel il collabore, et donc par l’équilibre financier de l’entreprise. Son discours doit donc rejoindre son public et se mettre en phase avec les représentations supposées de son lectorat. Il va alors refléter les stéréotypes qui circulent parmi les membres d’une communauté culturelle, et dont l’évolution ne sera pas le fait unique d’un pouvoir des médias, mais une marche faite d’ajustements progressifs. L’influence du journal va alors être plutôt de l’ordre de l’ancrage des systèmes d’opinions ou du renforcement des convictions.

5Il est donc considéré ici que l’on peut trouver dans le discours de presse, non pas l’exacte expression des représentations du public, mais un mélange entre ce que les journalistes lui prêtent comme imaginaire, et sur lequel ils s’appuient pour obtenir un effet de vraisemblance et d’authenticité, et ce qui va in fine permettre à une communauté, espace public particulier et mouvant du lectorat, de se reconnaître à travers un discours circulant, reflet de ses représentations. L’examen de la percolation des questions techniques dans l’opinion, à travers la presse quotidienne, peut ainsi éclairer sur les choix possibles, les options envisagées, les points de vue confrontés.

6La méthode consiste alors à construire un corpus à partir d’un choix de journaux, en rassemblant tous les articles qui contiennent un mot ou une expression pivot, et donc qui convoquent, pour une raison quelconque, la notion étudiée. Cela permet de constituer un corpus qui recouvre exhaustivement les références, et qui est par conséquent plus proche de la diversité des représentations que s’il avait été construit à partir des seuls titres ou mots clés : parce que ce corpus considère les articles dans leur intégralité, il saisit systématiquement toutes les références qui amènent au terme pivot, que celui-ci soit central ou amené de manière secondaire, voire fortuite.

7Ce corpus volumineux pourra alors être analysé à l’aide du logiciel Alceste. Ce logiciel permet, en mettant à jour les répétitions des cooccurrences de lexèmes dans le texte qui lui est soumis, de formuler, lors de l’interprétation du rapport d’analyse qu’il renvoie, des hypothèses à propos des univers de représentations qui ont présidé à l’énonciation (Reinert, 2004). Cette technique de construction et d’analyse de corpus a été éprouvée avec succès et profit par ailleurs (Joly et al., 1998 ; Versel et Laügt, 2006).

8Elle autorise en effet un regard d’ensemble sur les thématiques qui se réfèrent au terme pivot choisi. Les grands champs, prévisibles avant le début même de la recherche, seront ainsi sans doute confirmés, et on pourra appréhender les finesses et inflexions qui les colorent. Mais on pourra également mettre à jour des absences parfois surprenantes, dont l’analyse se révèle riche. Enfin et surtout, on captera également, par l’intermédiaire d’articles qui utilisent le terme pivot de manière à priori inattendue, des thématiques plus fuyantes. Le seuil statistique qui permet au logiciel de faire passer un terme du statut de forme analysable à celui de forme analysée permet d’échapper là à des références totalement fortuites, pour ne conserver que celles qui échapperaient peut-être à la conscience d’une lecture flottante, mais agiraient de manière quasi subliminale.

9Pour travailler sur la représentation que notre société se fait de l’espace, il a alors été convenu avec le commanditaire de construire le corpus à partir des quotidiens Le Monde, Le Figaro et Libération. Ces trois journaux ont été choisis en fonction de leur importance dans le paysage et la presse quotidienne nationale française, pour des raisons à la fois de tirage et de spectre politique. Dans les trois quotidiens sélectionnés, il a été décidé de rassembler les articles contenant la forme spati*, et de les analyser. Le choix de la clé de recherche par spati* permettra ainsi d’atteindre les articles contenant les formes spatial, spatio, spatiodrome, spationaute ou encore spatioport. Ce terme réfère plus précisément à la notion d’espace interplanétaire ou interstellaire, et a été préféré à celui d’espace, trop générique et aux sens trop étendus.

Le logiciel Alceste

10Le logiciel Alceste qui a été utilisé ici (version 4.8) reçoit en entrée un corpus textuel brut. Il commence par effectuer la lemmatisation du texte, et par répertorier les lemmes qui pourront contribuer à l’analyse (mots pleins suffisamment fréquents, de 7 à 14 occurrences minimum dans les analyses que nous allons évoquer). Il découpe ensuite le texte en UCE (unités de contexte élémentaires), qui correspondent à peu près à des phrases, sous réserve de contenir un nombre raisonnable de formes analysables en vue du traitement statistique (en moyenne 12 pour nos analyses).

11L’opération essentielle est alors une classification descendante hiérarchique (CDH) qui répartit les UCE en classes, visualisables dans une arborescence. Il s’agit d’une procédure statistique aveugle qui optimise la répartition des UCE en fonction des cooccurrences des formes qu’elles contiennent. De ce fait, chaque classe est caractérisée par un contexte lexical, liste de formes qui sont surreprésentées dans les UCE de la classe. Cette surreprésentation est mesurée à l’aide d’un khi-deux à un degré de liberté, pris comme coefficient d’appartenance. Les formes d’un même contexte dessinent donc un univers sémantique, « la présence simultanée de plusieurs mots pleins [constituant par hypothèse] une trace archaïque de l’acte d’énonciation » (Reinert, 2004 : 84). Cette étape laisse apparaître des UCE non classées, pour la raison que leur vocabulaire est trop dispersé entre les différents contextes.

12Le travail interprétatif peut alors se faire sur le compte rendu d’analyse, qui fournit la répartition des UCE sous forme d’une arborescence issue de la CDH (la désignation des classes par des numéros étant arbitraire), les contextes lexicaux associés, ainsi que la classification ascendante hiérarchique (CAH) de chaque contexte, permettant de visualiser les proximités lexicales effectives dans le texte initial.

13Les arborescences auxquelles il sera fait référence dans cet article sont donc directement issues des CDH proposées par le logiciel, et les dénominations qui les illustrent proviennent de notre travail interprétatif.

Démarche d’ensemble

  • 1  « La pureté de l’abstraction radicale de Malevitch », Le Figaro, 11 avril 2006, p. 31.
  • 2  « Une alliance entre les générations pour ressouder la République », Le Figaro, 20mai 2006, p. 18

14Nous avons donc constitué trois corpus initiaux, en interrogeant systématiquement les bases de données d’archives des trois quotidiens sélectionnés, avec comme critère la présence de la chaîne spati* dans les articles. Une première lecture conduit alors à écarter, pour chaque journal, un certain nombre d’articles qui utilisent le terme dans des acceptions hors commande, par exemple « la dynamique spatiale d’une œuvre dont l’abstraction a été considérée comme plane jusqu’à il y a peu1 », ou encore « les penseurs français qui avaient contribué à <spatialiser> les idéologies de la modernité classique à travers le prisme du structuralisme2 ». En d’autres termes, nous sommes intervenus dans une procédure jusque-là aveugle pour ne garder que les articles qui utilisaient le mot pivot spati* dans ce qui nous semblait être, à la lecture, le deuxième sens du dictionnaire, « relatif à l’espace interplanétaire ou intersidéral », en excluant ceux qui l’utilisaient dans le sens premier, « qui se rapporte à l’espace ». Une analyse des articles écartés, dont nous ne rendrons pas compte ici, a validé ce choix.

Tableau 1. Sélection des articles

Journal

Le Figaro

Le Monde

Libération

effectif brut

402

288

200

articles écartés

39

55

53

articles analysés

363

233

147

15Une fois ces articles écartés sont restés des corpus expurgés qui ont été soumis, indépendamment les uns des autres, au logiciel. Ils sont tous les trois fort volumineux, comportant 184 231, 121 939 et 79 315 mots pour respectivement Le Figaro, Le Monde et Libération.

16Les interprétations ont porté sur les trois comptes rendus d’analyse statistique fournis par le logiciel, indépendamment les uns des autres. Nous allons les présenter ici dans une logique d’exposition qui bouscule complètement la chronologie du travail herméneutique réellement effectué.

17Le processus de classification descendante fait en effet apparaître six classes pour le corpus provenant du journal Le Figaro, six également pour Le Monde et cinq pour Libération. Il est remarquable que la même catégorisation du discours se retrouve d’un quotidien à l’autre, dans une structuration en quatre grands pôles, qui s’opposent à deux contre deux, et que nous retrouvons à l’identique dans les trois journaux. Compte tenu du volume des corpus, nous pouvons affirmer que des subdivisions plus fines, en davantage de classes, auraient pu apparaître. Ce n’est pas le cas. Il en résulte d’une part que nous trouvons donc confirmée, d’un journal à l’autre, la représentation commune du fait spatial. Ensuite, nous pouvons affirmer que les différences observées relèveront uniquement de l’affinement éventuel de certains thèmes, et de la part relative que chaque titre leur attribue. En somme, nous relèverons là les variations de lignes éditoriales.

18L’analyse sémantique des contextes lexicaux associés aux classes produites par le logiciel montre que d’un côté, le discours de presse nous présente ce que l’homme fait dans l’espace, en termes d’astrophysique et de vols habités. De l’autre, il présente l’impact de l’espace sur l’activité humaine, d’un point de vue économique ou en alimentation de notre imaginaire.

Tableau 2. Mise en regard des classes

L’espace

Ce qu’on y fait

Ce qu’il nous fait

Astrophysique

Vols habités

Économie

Imaginaire

Le Monde

astrophysique

conquête de l’espace (15 %)

risques
 (9 %)

organisation économique
(12 %)

projet militaro-industriel
 (12 %)

créations artistiques

26 %

24 %

24 %

26 %

50 %

50 %

Le Figaro

astrophysique

vols risqués

politique industrielle
(23 %)

rapprochement de sociétés
(7 %)

productions discursives
(16 %)

création plastique
(10 %)

24 %

22 %

29 %

25 %

46 %

54 %

Libération

astronomie
(21 %)

réchauffement climatique (6 %)

vols habités

sécurité économique

science-fiction

27 %

11 %

27 %

35 %

38 %

62 %

Les arrondis à des pourcentages entiers ont été effectués après les opérations d’addition, ce qui explique que le total dépasse 100 %.

Que faisons-nous dans l’espace ? De l’astrophysique…

19Ce domaine de l’astrophysique est traité à importance globalement égale dans les trois journaux, fournissant environ un quart du volume de leur discours se référant au spatial. Si dans Le Monde et Le Figaro, il est saisi par le logiciel en une seule classe, le propos de Libération à ce sujet est subdivisé en deux classes.

20Le Monde présente un récit qui met en scène des exploits humains tout en recourant à un registre de vocabulaire spécialisé. Ainsi, la sonde Venus Express « arrache à cette sœur de la terre les secrets brûlants de sa surface », comme Stardust ramène sur terre des poussières et des particules recueillies sur la queue d’une comète. Mais au-delà de cet aspect de mise en exergue d’exploits technologiques, l’utilisation récurrente de termes comme astrophysique, rayonnement, photon, théorie ou scientifique contribue à la construction d’un discours de vulgarisation digne d’une revue spécialisée, dans une veine que d’autres études du discours sur ce même quotidien ont pu révéler (Laügt, 2006) : les corps célestes sont finement décrits, les références à des équipements rappellent qu’astronomie et astrophysique sont des activités scientifiques lourdes. Enfin, la surabondance relative de termes comme exoplanètes, galaxies, lointain ou univers marque un regard tourné loin de la terre.

21Le discours du Figaro relevant de cette même thématique fait également appel largement à un vocabulaire précisant une démarche et des méthodes scientifiques, avec une surreprésentation très significative des verbes étudier, mesurer, observer, détecter, confirmer, expliquer, identifier, comprendre. L’étude scientifique de l’univers est très bien marquée par la dénomination soigneuse tant des appareils et des sondes que des corps célestes soumis à l’investigation. Mais quand Le Monde s’intéresse plutôt à la structure physico-chimique du système solaire et de l’univers, le discours prend ici appui sur l’étude d’atmosphères telles que celle de Vénus et les renseignements qu’elles peuvent fournir sur les gaz à effet de serre pour revenir vers des problématiques de société liées au réchauffement climatique terrestre. Mais ce sujet est suffisamment intriqué au reste du discours du Figaro sur l’astrophysique pour qu’aucune classe spécifique ne puisse émerger de manière statistiquement significative.

22Cette émergence se fait dans le journal Libération. L’arborescence dessinée par le logiciel fait apparaître dans son discours deux classes de vocabulaire voisines mais bien distinctes. Le lexique du réchauffement climatique peut être séparé de celui qui est relatif à l’astronomie, ce qui permet d’isoler une fraction du discours certes réduite en volume (6 % du total) mais bien caractérisée. Ainsi, le discours de Libération laisse place à un registre bien particulier, qui fait travailler la météorologie et le prévisible changement climatique à partir de stations scientifiques, en mer ou dans l’espace. Par leur emploi surabondant, les verbes surveiller et menacer placent dans l’anticipation de risques. À côté de cela, ce quotidien propose un discours d’astronomie, organisé autour des corps célestes et des engins permettant leur observation. L’emploi de verbes comme détecter, étudier, traquer, observer ou révéler — plus importants globalement que analyser, expliquer ou concevoir — nous place presque plus du côté de la découverte, avec le spectaculaire ou le sensationnel que cela suppose, que de l’interprétation scientifique. Ce dernier aspect n’est pourtant pas totalement négligé, avec le recours à un vocabulaire technique spécialisé, mais là aussi, la forte présence de références à des individus met l’accent sur l’humain plus que sur la dépersonnalisation caractéristique de la science. Enfin, des fragments autour de l’origine de l’univers renforcent l’aspect de spéculation sur les mystères du monde et nous installent dans une dimension autre, plus proche du rêve et du fantastique.

23Dans ce registre de l’astrophysique partagé par les trois quotidiens étudiés, les lignes éditoriales se distinguent donc bien. Mais il ne faudrait pas déduire de cela que le journal Le Monde n’a pas de discours sur les modifications du climat : tout ce que nous pouvons dire, c’est que son discours à propos de l’espace ne l’y amène pas. En revanche, il nous semble possible d’avancer que l’importance que Libération accorde de manière générale à ce thème fait que celui-ci peut être attrapé par notre corpus centré par construction autour du spatial.

… Et des hommes y vont !

24L’importance accordée au domaine des vols habités est très variable d’un journal à l’autre. Si Le Monde y consacre près du quart de son discours autour du fait spatial, dans un ensemble subdivisé en deux classes, ce registre n’occupe que 22 % du discours du Figaro et 11 % du discours de Libération,avec chaque fois une seule classe.

25L’arborescence dessinée par le logiciel dans le discours du Monde fait apparaître deux classes distinctes, l’une traitant de la conquête de l’espace, l’autre des risques afférents. Tout d’abord, le discours présente les missions et séjours d’astronautes dans des stations spatiales. Une notion de colonisation est indiquée par l’insistance sur le vocabulaire de la conquête, du premier, des pionniers. Si cette conquête comporte une part de rêve, elle n’en est pas moins minutieusement préparée, comme en témoignent les verbes réussir, prévoir, préparer, apprendre ou encore construire,ainsi qu’un vocabulaire autour du matériel et de la charge des fusées, qui rappelle que le voyage ne se fait pas sans ses impedimenta. À côté de cette classe, on en trouve une autre, moins volumineuse (9 % du total), qui s’articule autour de la catastrophe et du risque. La référence est très nette à des cas d’accidents aux États-Unis (Columbia, Challenger), avec des rappels des événements qui débouchent sur les modes de gestion ultérieure des risques. Cela est dans l’ensemble fait sans marque particulière de pathos, plutôt dans un abord technicien.

26Le discours du Figaro ne permet pas de distinguer ces deux registres, qui sont réunis dans une seule classe que nous avons dénommée vols risqués. Elle présente les vols habités, en mettant principalement l’accent sur les phases de lancement et de retour. En effet, si les hommes sont présentés à travers la vie à bord des navettes ou stations spatiales, le caractère spectaculaire et risqué des phases de départ et de retour prime sur les questions relatives au séjour dans l’espace lui-même. Les problèmes survenus ou potentiels sont largement détaillés, en termes de risques, de dégâts, de catastrophes et de drames, avec force précisions techniques portant par exemple sur les questions de protection thermique. La notion de précaution est en conséquence également mise en avant. Cela aboutit à une présentation des vols habités sous un angle finalement assez dramatisant, qui met en avant les hommes et les risques qu’ils courent.

27Nous avons dit plus haut que le journal Libération n’accordait qu’une place assez réduite à cette thématique. Le domaine des vols habités est abordé dans une narration assez distanciée, sous forme de comptes rendus techniques. Les notions de risques et d’aventures sont évoquées de manière extrêmement discrète, entre indifférence et ironie. Cela aboutit à un propos qui semble relever du minimum syndical, comme si ce quotidien ne pouvait éviter de relater une information d’actualité, mais en la minorant à la fois en volume et par un ton quelque peu désabusé.

28Ces deux grandes thématiques, de l’astrophysique et des vols habités, se retrouvent associées donc dans les discours des trois quotidiens étudiés. Nous pouvons lire dans cet embranchement des analyses un récit de ce que nous faisons dans l’espace. Il semble naturel de le penser en corrélation directe avec l’événementiel des programmes spatiaux. Mais nous remarquons que si une mise en discours à propos du spatial sur les thèmes de l’astrophysique ou les vols habités peut paraître aller de soi, au moins à posteriori, nous aurions pu penser trouver aussi un discours autour des satellites de télécommunications ou de la guerre des étoiles… Nous allons voir que ces sujets, quand ils sont traités, sont abordés selon l’autre angle proposé par le discours de presse.

L’espace donne de l’élan à notre économie…

29En effet, deux autres grandes thématiques sont distinguées et associées de manière symétrique aux précédentes par les trois classifications descendantes hiérarchiques. La première d’entre elles concerne l’économie et occupe des volumes similaires dans les trois quotidiens, de 24 % à 29 % du total.

30Pour le journal Le Monde, l’arborescence fait apparaître là deux classes d’égale importance. L’une présente une organisation économique, de manière assez générique, en l’articulant autour du rôle social des entreprises et des problématiques d’emploi. Les structures d’administration et de gouvernance de ces entreprises sont mises en valeur, ainsi que leur relation avec l’international. Les secteurs d’activité de l’aéronautique, du nucléaire et plus généralement des technologies de pointe sont mis en saillance. L’autre classe concentre le discours sur de grands projets industriels et militaires, avec de concurrences ou des partenariats à l’échelle intra-européenne, ou en relation avec les États-Unis. L’activité tourne là autour de missiles et de satellites civils ou militaires, et met en action les notions de balistique, de navigation ou d’espionnage. Plus encore, des enjeux de surveillance, de sécurité et de liberté sont nettement pointés, avec une exemplification forte par Galileo, Google Earth ou GPS ! On remarque enfin que les aspects financiers, s’ils sont évoqués, ne viennent qu’en second plan.

31Dans le même registre, le discours du Figaro se présente lui aussi en deux classes, qui mettent en connexion avec le spatial des secteurs comme l’aéronautique, la défense, l’énergie ou l’électronique et les communications. D’un côté, une politique industrielle est présentée, à l’échelon international, à travers ses projets, ses marchés et ses contrats. Un niveau de décision très élevé est spécifié, en relation avec les gouvernements. Dynamisme, aller de l’avant, développement et enjeux en termes d’emploi sont des maîtres mots. De l’autre, le discours permet d’isoler une catégorie relative aux rapprochements de sociétés. Ceux-ci sont mis en scène en détaillant les stratégies de mariage, d’intégration ou de fusion, avec l’utilisation conjointe de vocabulaire générique financier ou bancaire d’une part, décisionnel de l’autre avec spécification de cadres dirigeants ou de conseils d’administration.

32Le corpus provenant du journal Libération ne présente, dans ce secteur, qu’une seule classe. Là encore, ce sont des domaines d’activité à haute valeur technologique qui sont mis en avant, essentiellement le nucléaire, la défense et l’aéronautique. Ces secteurs sont pris là par l’angle d’une préoccupation sociale et de la gouvernance, pointant des difficultés mais aussi une certaine réactivité à la recherche d’une dynamique. Ce discours amené par le truchement du spatial permet donc de saisir l’économie à travers des questions de gouvernance et de sécurité, au double sens de défense nationale et de protection des salariés.

33On peut donc dire que les trois quotidiens étudiés abordent le domaine de l’économie sensiblement selon le même niveau d’importance, avec un très léger renforcement pour Le Figaro,ce qui n’est guère surprenant compte tenu de son créneau éditorial. Les enjeux internationaux « transversalisent » les trois titres, ce qui les conduit naturellement à faire référence de manière systématique aux gouvernements.

… Et nourrit notre imaginaire

34La dernière grande thématique convoquée par les discours de presse étudiés renvoie à notre imaginaire à propos de l’espace. Si Le Figaro et Le Monde lui accordent environ le quart du discours total, Libération porte cette proportion à plus du tiers.

35Ce dernier quotidien, s’il offre à cette thématique une place plus large que ses confrères, la centre exclusivement sur la science-fiction, comme prétexte à spectacle et à amusement. Le genre filmique ou télévisuel est privilégié, et d’autres formes d’expression comme le roman, le théâtre ou l’exposition viennent en second. Si la référence à l’horreur existe, elle est immédiatement adoucie dans une présentation de spectacles d’amusement, à visée essentiellement plaisante. Le spectaculaire, par la présentation d’effets spéciaux, est nettement mis en avant, dans une optique de divertissement plus que de réflexion.

36Le journal Le Monde insiste pour sa part sur les créations artistiques que l’espace nous inspire. Ces produits de notre imaginaire sont principalement portés par du texte, puis éventuellement mis en images, images qui illustrent ces récits de science-fiction et qui peuvent être animées sur des écrans, vivantes au théâtre ou dessinées en bandes. Mais un autre registre de création apparaît, qui est trop intriqué à ces récits pour pouvoir en être distingué formellement, celui d’objets dans lesquels la technique peut rejoindre l’art à travers leur design.

37Ces deux registres, qui étaient trop emmêlés dans le discours du Monde pour pouvoir les distinguer d’une manière statistiquement significative, sont bien séparables dans celui du Figaro. Le logiciel permet là d’isoler deux classes, l’une consacrée à des productions discursives, l’autre à une création plastique. La première met en avant les mots, à travers des romans, des films ou des spectacles de fiction. L’autre présente un univers de création, de l’ordre de l’architecture, de l’urbanisme ou de la haute couture en mettant en avant l’influence du spatial dans les références et sources d’inspiration. Des matériaux comme le métal et le verre, les couleurs noir, blanc, argent ou bleu sont alors spécifiquement utilisés pour accompagner les connotations souhaitées.

38Il ressort de l’observation des discours de ces trois quotidiens que l’espace est pour nous une source d’inspiration large. Si la science-fiction est là un secteur naturel et attendu, il est intéressant de noter qu’elle n’a pas l’exclusivité du discours. C’est donc de ce côté qu’une analyse complémentaire s’avère intéressante, pour explorer ces domaines par lesquels l’espace parle à travers nous. Nous avons alors comparé les vocabulaires utilisés par les trois journaux, de manière à en déterminer le noyau central et la variabilité. Cela peut se faire en travaillant sur les fichiers dictionnaires des formes analysées, fournis par le logiciel. Nous avons ainsi déterminé les termes constituant les contextes lexicaux du domaine de l’imaginaire, dans chacun des trois journaux, c’est-à-dire les contextes productions discursives et création plastique dans Le Figaro, le contexte créations artistiques dans Le Mondeet le contexte science-fiction dans Libération. Nous avons ensuite classé ces termes selon qu’ils contribuent à ces contextes dans les trois journaux, dans seulement deux d’entre eux  ou exclusivement dans un seul. Cela permet d’identifier le noyau central de cet imaginaire nourri par le fait spatial, ainsi que ses déclinaisons selon le quotidien.

39Ce noyau central, composé par le vocabulaire utilisé significativement par les trois journaux dans le domaine de l’imaginaire, nous présente des récits de science-fiction, récits haletants, recourant à la péripétie, qui sont à voir, à lire ou à entendre. Les formes fiction et science déterminent fortement un genre. Le vocabulaire présente, par des formes comme film, art, cinéma, roman, scène, exposition, livre, théâtre, voix, raconter, spectacle, genre, dire…, des récits à voir, à lire ou à entendre. L’aspect spectaculaire est soutenu par des formes qui marquent des péripéties, du haletant, comme mort, argent, guerre, agent, découvrir, disparaître, échapper, étrange. Enfin, on notera que quelques acteurs sont spécifiés par les trois journaux, avec les formes artiste, enfant, père, journaliste, star.

40Le vocabulaire partagé par Le Figaro et Le Monde,mais auquel Libération ne recourt pas du tout, présente le processus de création d’objets spécifiques, marqué par des traits de qualité et d’originalité, voire peut-être de luxe. Les formes qui proposent un processus de création sont aventure, scénario, œuvre, publier, parler, titre, proposer, création, évoquer… L’aspect soigné est souligné par original, beau, tendance, présentation, classique. On est dans un univers d’objets, avec acier, voiture, montre, dessin, robe

41Avec le vocabulaire partagé par Le Figaro et Libération, mais non utilisé par Le Monde,on est dans la monstration d’architecture ou d’urbanisme, avec une composante marquée de grandeur et de rêve. Au-delà des formes rêve ou imaginer, on trouve en effet écran, musée, regard, exposer, regarder, imposer… L’objet montré est indiqué par architecte, palais, quartier, rue, machine, verre, mur, lieu, route, place, construire.La notion de grandeur vient par les termes palais, célèbre, grand, gagner, maître. Une composante affective est enfin indiquée par passion ou aimer.

42Quant au vocabulaire partagé par Le Monde et Libération,sans que Le Figaro n’y recoure, il est assez réduit et présente des moyens de diffusion ainsi que des personnages des récits. Cela est indiqué par la présence des formes animation, documentaire, festival, écriture, journal, radio, télévision… Les formes héros, personnage, humanité, extraterrestre marquent les acteurs des récits.

43Le vocabulaire propre au Figaro focalise sur des objets de l’urbanisme, du décor, de l’aménagement et de la couture. Cela se fait par des formes comme bâtiment, jupe, parc, couture, décor, paysage, montagne, île, désert. L’univers est cosmopolite, avec Lanzarote, parisien, New York, libanais, Vegas, Paris… Les formes élégant, vaste, honneur, fameuxmarquent une distinction.

44Le vocabulaire propre au Monde marque des matérialisations, produisant des objets qui peuvent être des transcriptions de récits. Cette matérialisation est indiquée par réalisation, adaptation, dessiner, reportage, figurer, fabrique, publication, traduire, article, fabrication…Son résultat vient par horlogerie, comics, album, magazine, quartz, seiko, chronographe, vêtement

45Enfin, avec le vocabulaire propre à Libération, on est spécifiquement dans la réception des récits. Cette réception est indiquée par téléspectateur ou écouter. On mobilise chez lui des capacités d’humour, d’intelligence, d’imaginaire, d’étonnement. Ses réactions viennent avec horreur, amuser  ou rire

46Il en résulte donc que le fait spatial nourrit notre imaginaire par l’intermédiaire de la science-fiction, que celle-ci soit verbalisée ou non. Le journal Libération reste complètement et strictement dans un univers verbal, avec des sous-genres allant du roman au film, en passant par l’exposition ou la pièce de théâtre. Il s’intéresse aux modes de diffusion et de réception de ces récits. Il en précise les personnages et les décors. Cela explique comment l’analyse isolée de ce journal nous a conduit à dénommer la classe science-fiction, en référence au genre discursif. C’est uniquement par l’intermédiaire de ces décors que des objets interviennent. Nous pouvons noter les attributs de grandeur et de rêve que nous avons alors associés.

47Le journal Le Monde part de ce même univers de récits avec leurs personnages, mais s’oriente aussi vers les objets qui en sont issus, qu’ils soient matérialisations de ces récits, comme des livres, ou matérialisations possédant une sorte de « gène spatial », comme des vêtements ou des accessoires, des montres en particulier. Ce ne sont toutefois pas les objets en tant que tels qui l’intéressent, mais plutôt leurs processus de fabrication, via leurs modes de création et de diffusion. Nous notons les traits de qualité et d’originalité associés à cette création. Nous sommes là en accord avec ce que nous disions plus haut à propos de la classe créations artistiques, lors de l’analyse isolée.

48Le journal Le Figaro, quant à lui, combine deux formes de discours, nous l’avons vu. Il n’ignore pas les productions discursives inspirées par le spatial, et retrouve les deux autres quotidiens sur les récits fictionnels. Mais le spatial est pour lui prétexte à proposer un discours spécifique, et original, sur une création plastique inspirée par la science, ou à propos de laquelle on pourra développer un discours qui renvoie à la science et au spatial. Les objets — pour lesquels nous pouvons parler de distinction — sont pris pour leur contribution à l’environnemental et au décoratif, plus que pour leurs aspects fonctionnels. On les montre — on retrouve là les attributs de grandeur et de rêve — et on s’intéresse à leur création — on retrouve les traits de qualité et d’originalité.

49Nous en conclurons que le fait spatial alimente donc directement notre imaginaire, par une production discursive de science-fiction principalement. Libération en reste d’une certaine manière là. Mais le spatial peut être convoqué aussi comme une référence, un élément de grille de lecture pour interpréter nos productions matérielles. Le Figaro est fort sensible à cet aspect, Le Monde restant dans un entre-deux. Encore une fois, on se situe sur des différences de lignes éditoriales, les domaines de recouvrement entre les discours des trois journaux contribuant à une mise en cohérence. Libération,qui s’intéresse exclusivement aux récits, rejoint Le Monde (qui s’oriente vers la matérialisation de ces récits) pour aborder les questions de leur diffusion. Le Monde et Le Figaro, qui s’intéressent à des objets (matérialisations de récits pour l’un, sources de récits pour l’autre), se retrouvent dans les processus de création de ces objets. Enfin, Le Figaro et Libération vont se rejoindre quand il s’agira pour eux de monter des décors, décors de récits de science-fiction ou décors évoquant le spatial.

50Reste à remarquer que nous avons isolé des traits de distinction, de qualité et d’originalité, de grandeur et de rêve. Le label « spatial » revêt donc ces attributs. On peut soupçonner l’industrie horlogère ou la haute couture de l’avoir bien compris, et de l’utiliser largement.

51Ces résultats peuvent se retranscrire dans le schéma ci-dessous.

Le vocabulaire de l'imaginaire

Le vocabulaire de l'imaginaire

Bilan d’ensemble

52Le travail que nous venons de présenter, concernant les grandes thématiques de représentation du fait spatial par notre société, ainsi que les modalités de leur prise en charge par la presse en 2006, est constitué par une analyse du discours de presse quotidienne nationale, à travers les trois titres choisis, Le Figaro, Le Monde et Libération.

53Il s’articule autour d’analyses automatisées. Pour chaque journal, nous avons sélectionné les articles parus en 2006, qui contenaient le terme pivot spati* dans ce qui nous semblait être, à la lecture, le deuxième sens du dictionnaire, « relatif à l’espace interplanétaire ou intersidéral », en excluant ceux qui l’utilisaient dans le sens premier, « qui se rapporte à l’espace ». Les articles ainsi sélectionnés ont été soumis au logiciel Alceste, et nous avons construit notre interprétation à partir des comptes rendus d’analyse informatique. Il est apparu que les trois journaux organisaient leur discours autour du fait spatial d’une manière homogène, fond commun à partir duquel des variations se présentent selon les distinctions de lignes éditoriales. Nous pouvons ainsi isoler une catégorie de discours sur ce que nous faisons dans l’espace, elle-même subdivisée en deux domaines, celui de l’astrophysique et celui des vols habités. Il s’agit là d’une activité directement issue de la volonté humaine : nous voulons l’étudier, nous voulons y aller. La deuxième catégorie du discours relève de ce que l’espace nous fait, au sens alors d’un effet secondaire du spatial sur les activités humaines. Là encore, deux domaines se distinguent : d’un côté, les répercussions du spatial sur notre économie, de l’autre, celles sur notre imaginaire.

54Une exploration plus poussée de ce registre de l’imaginaire, en comparant les vocabulaires utilisés dans ce domaine par les trois quotidiens, a permis de voir que le fait spatial le nourrissait fondamentalement à partir de la science-fiction. Celle-ci est la base d’une production discursive explicite, bien sûr. Mais nous avons noté qu’elle pouvait fonctionner aussi comme une grille de lecture, mobilisable pour l’interprétation de productions plastiques.

Haut de page

Bibliographie

CHARAUDEAU, Philippe (1997), Le discours d’information médiatique, la construction d’un miroir social, Paris, INA-Nathan.

JOLY, Martine, et al. (1998), « Alceste et Le Monde, image(s) virtuel(les) », dans Franck BEAU et al. (dir.), Cinéma et dernières technologies, Bruxelles/Paris, De Boeck/INA, p. 129-152.

LAÜGT, Olivier (2006) « Le SRAS dans Le Monde : un agent double ? », Les Cahiers du journalisme, n°15, p. 86-101.

LANDOWSKI, Eric (1989), La société réfléchie, Paris, Éditions du Seuil.

MOIRAND, Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne, observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

REINERT, Max (2004), « La méthode d’analyse exploratoire des données textuelles Alceste, et le problème de l’analyse de contenu », Les Cahiers de Jerico-st, n°4, p. 78-91.

VERSEL, Martine, et Olivier LAÜGT (2006), « Du vin au corps, mots de fête », MEI, n°23, p. 97-108.

Haut de page

Notes

1  « La pureté de l’abstraction radicale de Malevitch », Le Figaro, 11 avril 2006, p. 31.

2  « Une alliance entre les générations pour ressouder la République », Le Figaro, 20mai 2006, p. 18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le vocabulaire de l'imaginaire
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2108/img-1.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Laügt, « La représentation du fait spatial dans la presse quotidienne nationale française en 2006 », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 207-225.

Référence électronique

Olivier Laügt, « La représentation du fait spatial dans la presse quotidienne nationale française en 2006 », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 03 octobre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2108 ; DOI : 10.4000/communication.2108

Haut de page

Auteur

Olivier Laügt

Olivier Laügt est directeur de l’Institut des Sciences de l’information et de la communication (ISIC), Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Courriel : olivier.laugt@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org