Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique AUGEY, François DEMERS et Jean-François TÉTU, (dir.) (2008), Figures du journalisme. Brésil, Bretagne, France, La Réunion, Mexique, Québec

Québec, Presses de l’Université Laval
Christine Leteinturier
p. 271-274
Référence(s) :

Dominique AUGEY, François DEMERS et Jean-François TÉTU, (dir.) (2008), Figures du journalisme. Brésil, Bretagne, France, La Réunion, Mexique, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1Rassemblant six contributions originales, cet ouvrage s’inscrit dans le cycle de recherche conduit au sein du Réseau d’études sur le journalisme (REJ) depuis 2002 sur le thème « Hybridation et création des genres médiatiques ». Si les zones géographiques concernées et les médias et les contenus pris en compte sont très divers, les contributions posent une hypothèse commune, à savoir une certaine unité des journalismes dans le monde à travers la figure dominante du modèle démocratique européen du journalisme, fortement ancré dans l’analyse de la vie politique et tout particulièrement de l’activité des États et des gouvernements. Une importante bibliographie incite à prolonger la réflexion.

2Dans la lignée des travaux précédents, notamment le travail de R. Ringoot et J. M. Utard (Le journalisme en invention, 2005), le journalisme est entendu ici sous deux acceptions. La première considère le journalisme comme un ensemble de productions discursives extrêmement variées, « dispersées », observables socialement à travers des lieux, des pratiques et des acteurs, configuration à l’intérieur de laquelle se construit aussi l’identité professionnelle du groupe des journalistes. À cette approche, qui n’est pas sans évoquer la « rhétorique » de J. M. Padioleau, s’ajoute l’emprunt à M. Foucauld de sa théorie des « formations discursives ». Le journalisme est un espace de production de discours qui entre en confrontation avec d’autres pour atteindre la dominance discursive. Le discours journalistique est ainsi un enjeu de pouvoir dans la construction des sociétés démocratiques. Le journalisme est donc bien envisagé ici comme « un savoir socialement construit dans les rapports de pouvoir ».

3Observer sa construction, son évolution, les formes diverses de « crise » qu’il traverse dans différentes régions géographiques et culturelles permet de montrer comment cette conception européo-centrée d’un journalisme à fort ancrage politique a essaimé dans le monde, en particulier dans des espaces extra-européens, à travers les formes variées d’implantations et de colonisation européennes. À partir de ce cadrage conceptuel, chaque auteur va choisir un angle d’analyse qui à la fois met en évidence les origines communes des journalismes français, québécois, mexicain, brésilien ou des îles de l’océan Indien (Madagascar, Maurice, Réunion) et permet aussi de pointer des singularités.

4C’est à Jean-François Tétu que revient la tâche de définir en quelque sorte le modèle « occidental » du journalisme, tel qu’il émerge en France, et parallèlement en Angleterre ou aux États-Unis. Il identifie trois traits constitutifs : la temporalité (le rapport à la périodicité de l’événement), le territoire national (le journal comme médiateur entre l’État et le citoyen), le lien social construit autour de la politique (avec la place croissante de l’expression citoyenne). Brouillage des limites entre le journalisme, la communication et le divertissement, l’apparition de la presse gratuite ou l’inscription dans les sites des grands médias des blogues de leurs journalistes manifestent une évolution en cours qui tend à modifier le modèle originel. Il s’agit autant de l’évolution de « l’identité discursive » des médias, et du journal d’information politique en particulier, que de la transformation des fonctions du journalisme.

5L’étude de D. Thierry et O. Tredan sur « L’invention dans les marges du journalisme » se situe précisément dans le cadre des transformations identifiées par Tétu, à travers l’exemple des « inventions » liées à la pénétration d’Internet dans différents espaces et à la structuration des dispositifs d’information en ligne : l’information institutionnelle, les animations militantes et les blogues d’adolescents. Les technologies numériques conduisent à réinterroger le lien entre journalisme, média et public en prenant en compte une nouvelle composante : l’intime des internautes qui interviennent dans l’espace public qui conduit à une modification des dispositifs de médiations centrés sur le journalisme professionnel vers une place croissante accordée à « des récepteurs actifs ».

6« Du journalisme en océan Indien, Madagascar, Maurice, Réunion » introduit une nouvelle dimension, la dimension ethnographique, s’agissant de territoires où le modèle du journalisme occidental, importé, a fait l’objet d’adaptations, de transformations, situant les productions journalistiques de ces trois îles entre « universel et particulier ». Les contextes économiques et sociaux de chacune des îles, les formes du lien social et le rapport au politique sont autant d’éléments qui singularisent les médias de ces îles, amenant les auteurs à introduire le concept d’« ethno-genres informationnels » pour caractériser les genres journalistiques dominants qui ont émergé dans l’océan Indien francophone. Cette notion permet aussi de dépasser ce que le concept de « local » peut avoir de réducteur, y compris d’ailleurs, sans doute, quand il est appliqué aux médias locaux en France métropolitaine.

7L’exemple de la stratégie éditoriale adoptée par le groupe de presse mexicain Grupo Milenio, analysée ici par M. E. Hernandez Ramirez, montre comment la stratégie des acteurs économiques s’inscrit au cœur de la production journalistique. La transformation des composantes du groupe en « fournisseurs de services informatifs » concédés en franchise à différents titres a profondément modifié le paysage de la presse mexicaine. Ayant émergé en province, ce mouvement associant synergies professionnelles internes et franchises externes va conduire à la naissance de nouveaux titres dans la capitale et contraindre les grands journaux « installés » à réagir en innovant. Par ailleurs, cette nouvelle organisation économique a permis une relative expansion des différents marchés de presse. En revanche, il n’y a pas eu réellement de transformations des pratiques journalistiques, toujours étroitement enchâssées dans les jeux des grands acteurs économiques et politiques. La création d’un modèle de production journalistique innovant ne peut suffire à modifier les pratiques sociales des journalistes et des hommes politiques si les structures et les pratiques économiques, politiques et culturelles ne changent pas en parallèle.

8Côté brésilien, l’approche se recentre sur une transformation en cours du journalisme vers ce que les auteurs appellent le « journalisme de sources », dans le cadre de l’émergence de « médias de sources » qui, tout en élargissant l’offre d’information, consolide une forme de journalisme d’influence, qui relève souvent de l’activité de production, mais aussi de lobbying, des professionnels de la communication. Il s’agit donc d’un journalisme institutionnel que les auteurs opposent au journalisme d’investigation. L’évolution du contexte juridique et sociohistorique du Brésil, en particulier depuis la fin de la dictature en 1985, a favorisé l’émergence de ces pratiques nouvelles associant étroitement les sources, et en particulier les sources économiques et politiques, à la production de l’information dans les médias. Ce journalisme de sources a également été facilement approprié par les journalistes eux-mêmes, malgré les distorsions déontologiques que cela peut induire. En effet, la modification du statut professionnel (1979) et la relative clôture professionnelle que cela a entraînée (pour être journaliste au Brésil, il faut obligatoirement être détenteur d’un diplôme professionnel de journalisme délivré par une école spécialisée) ont permis une acculturation rapide des jeunes journalistes professionnels à cette forme de journalisme induisant également un marché de travail, et qui, de ce fait, est peu contestée. Pour les auteurs, la distinction entre journalisme d’investigation et journalisme de sources est dépassée également du fait de la prolifération de nouveaux acteurs sur le marché de la production et de la diffusion de l’information, à l’extérieur des médias traditionnels.

9La réflexion des contributeurs québécois porte sur des catégories de contenus, revenant à la dimension discursive du journalisme et plus largement des médias. L’équipe de recherche se concentre ici sur le seul concept d’information, comme un produit du journalisme mais dont le sens est double : ce qui est nommé information peut englober des traits d’autres catégories de contenus et ce que les médias classent comme information peut être labellisé autrement par d’autres acteurs. Nous retrouvons ici la notion initiale de « dispersion » du journalisme. À travers différentes études de contenus menées en 2003 et 2004, les auteurs montrent que, aujourd’hui au Québec, la séparation des faits du commentaire, de l’information et de l’opinion, si elle reste prégnante dans l’énoncé des pratiques journalistiques, ne correspond plus à la réalité de la production. Au contraire, une confusion des genres apparaît et, dans de nombreux cas, le commentaire, le « point de vue » des journalistes l’emporte sur l’énoncé des faits. Un second ensemble de recherches montre l’influence de la concentration des médias sur les pratiques éditoriales, en particulier l’hybridation entre information et publicité. Il s’agit aussi bien de formes de partenariats entre des médias et des acteurs privés, ceux-ci utilisant les médias comme support promotionnel que de stratégies internes de groupe pour faire soutenir par l’ensemble des médias du groupe un programme ou un support. Dans ce dernier cas, il s’agit de comprendre comment le groupe Quebecor a mobilisé l’ensemble de ses titres et leurs rédactions pour soutenir le lancement de la version « québécoise » de la Star Académie : les rédactions ont dû produire des contenus journalistiques destinés à soutenir une activité de diffusion télévisuelle engageant les intérêts financiers d’une filiale du groupe. Dans tous les cas, la notion d’information ici se trouve diluée sinon redéfinie, y compris par des acteurs médiatiques. Pour les auteurs, les productions journalistiques ainsi produites sont des objets « impurs, ouverts à toutes sortes de combinaisons » dans une conception « plurielle » de l’information fort éloignée de ce qu’en dit l’idéal journalistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Leteinturier, « Dominique AUGEY, François DEMERS et Jean-François TÉTU, (dir.) (2008), Figures du journalisme. Brésil, Bretagne, France, La Réunion, Mexique, Québec », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 271-274.

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Dominique AUGEY, François DEMERS et Jean-François TÉTU, (dir.) (2008), Figures du journalisme. Brésil, Bretagne, France, La Réunion, Mexique, Québec », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 03 octobre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/2157

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est professeure à l'Université Panthéon-Assas (Paris 2). Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org