Navigation – Plan du site
Lectures

Lluis BONET et Emmanuel NÉGRIER (dir.) (2008), La fin des cultures nationales ? Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité

Paris, Éditions La Découverte
Emmanuel Derieux
p. 279-281
Référence(s) :

Lluis BONET et Emmanuel NÉGRIER (dir.) (2008), La fin des cultures nationales ? Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité, Paris, Éditions La Découverte.

Texte intégral

Le xxe siècle a été marqué par l’affirmation de politiques culturelles à l’échelle nationale. Partout, en Europe occidentale, l’intervention publique s’est appuyée sur des principes généraux, des institutions et des corps professionnels. Elle a aussi respecté la diversité constitutionnelle des États et leurs traditions historiques […] Pourtant, cette consécration a été atteinte au moment même où la culture […] et l’État […] étaient l’objet de nouvelles interrogations […] Le principe d’exception culturelle, qui justifie le fait d’exclure certains biens, procédures et institutions des logiques d’échange marchand, a été mis en doute par les dynamiques mêmes de l’économie contemporaine, et contesté par les intérêts les plus puissants de cette économie. Ensuite, les États ont vu remettre en cause leur légitimité d’intervenant unique ou prédominant […] Alors que les années 1990 ont commencé, en Europe, par la mise en exergue de l’exception culturelle, le nouveau siècle a mis sur l’agenda la notion de « diversité culturelle » […] Dans la mesure où le discours de la diversité culturelle s’appuie sur une résistance à la standardisation des contenus et des formes artistiques et culturelles, il est à première vue très proche de celui de l’exception. La diversité culturelle […] est une nouvelle modalité […] d’un même combat faisant de la culture le contraire d’un divertissement marchand, où dominent les grands majors de l’industrie du cinéma, de l’audiovisuel, et notamment ceux des États-Unis d’Amérique. Il rejoint la notion d’exception culturelle, puisque celle-ci signifie le fait de soustraire la culture à un traitement exclusif par le marché, et justifie donc le principe et l’existence concrète de « politiques culturelles ». Mais, dans la mesure où la diversité culturelle est également entendue comme défense de minorités, de pluralités de définition de la notion de culture, au sens anthropologique, alors elle entre en contradiction avec les références qui dominent la plupart des politiques culturelles du monde occidental.

1Se trouve ainsi posé et résumé, dans l’introduction générale de l’ouvrage, avec toute l’ambiguïté de sa formulation, liée notamment à l’incertitude qui est celle de la notion de « culture », le problème de l’avenir des politiques culturelles nationales, menacées, en interne, par des tendances ou exigences de diversification ou d’éclatement, et, en externe, par des risques d’uniformisation et de banalisation, de caractère industriel ou économique particulièrement.

2En 11 chapitres et une conclusion générale, signés, pour faire écho à cette diversité culturelle, par des auteurs d’origines nationales variées (essentiellement européens, et particulièrement espagnols, et deux contributions d’Amérique latine), la problématique est ainsi déclinée selon des thématiques dont les intitulés rendent plus ou moins explicitement compte : « Culture et différence, les défis du multiculturalisme » ; « La construction des imaginaires locaux et des identités culturelles dans le cadre de la mondialisation » ; « Le rôle de la politique dans l’élaboration des politiques culturelles actuelles » ; «Les politiques culturelles et le processus de mondialisation des industries culturelles » ; « Diversité et droits culturels, l’épreuve conventionnelle de l’Unesco » ; « Multiculturalité et politiques culturelles » ; « Le multiculturalisme proactif »…

3Dans la conclusion générale, les coordinateurs de l’ouvrage écrivent : « […] nous avons opposé deux acceptions de la fin des cultures nationales. La première désignait l’hypothèse de l’aboutissement d’un cycle historique, celui des États-nations en bout de course, dont les politiques culturelles seraient aujourd’hui débordées d’en haut (européanisation, globalisation) et d’en bas (fédéralisation, décentralisation, localisation) par l’émergence de nouveaux pôles d’intervention. Cette hypothèse de la substitution entre niveaux est simpliste. Elle ne rend pas compte de la réalité des relations entre échelles qui font que, plutôt que de transfert de l’un à l’autre, la véritable question est celle des nouvelles articulations entre elles. La globalisation et la décentralisation ne remettent pas frontalement en cause la vocation de l’État. En revanche, elles en transforment en profondeur les modalités d’intervention. »

4Toute l’ambiguïté de la problématique réside dans le constat fait que « […] la globalisation permet d’accéder à un répertoire chaque fois plus international des produits culturels, mais elle en favorise aussi la standardisation des contenus autour des grands acteurs et des pays les plus puissants. Ainsi, loin d’enrichir simplement l’éventail de biens et services culturels disponibles, l’internationalisation appauvrit aussi la diversité culturelle en réduisant la capacité d’accès de nombreux créateurs à ces marchés, qu’ils soient internationaux ou domestiques. »

5Ainsi, les pouvoirs publics se trouvent « […] placés devant plusieurs dilemmes. Justifier des politiques de soutien en s’écartant des impasses du protectionnisme ; réaffirmer une exception culturelle en adaptant les instruments d’intervention au gré des secteurs ; stimuler les industries culturelles tout en promouvant la diversité interne des contenus et des échanges ; maîtriser les effets de la concurrence tout en encourageant les initiatives flexibles, spécialisées et imaginative. »

6Enrichi, comme il se doit sur un tel thème, de la diversité culturelle de l’approche et des compétences des auteurs des différentes contributions, l’ouvrage pourrait trouver, là aussi, dans cette pluridisciplinarité, certaines de ses limites, du fait de la disparité des méthodes d’analyse et des langages et de ce que, pour sa propre discipline, chacun (historien, juriste, économiste, sociologue, anthropologue…) souhaiterait de plus amples développements, davantage approfondis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Derieux, « Lluis BONET et Emmanuel NÉGRIER (dir.) (2008), La fin des cultures nationales ? Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 279-281.

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Lluis BONET et Emmanuel NÉGRIER (dir.) (2008), La fin des cultures nationales ? Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2164

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Institut français de presse à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2) et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org