Navigation – Plan du site
Lectures

Antoine CHAR (2007), Deadline America

Montréal, Éditions Hurtubise HMH
Nelly Quemener
p. 282-288
Référence(s) :

Antoine CHAR (2007), Deadline America, Montréal, Éditions Hurtubise HMH

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Antoine Char nous propose un portrait de la société étatsunienne contemporaine au travers du prisme de la couverture de presse de dix événements majeurs : les élections présidentielles de 2000 ; l’exécution de Timothy McVeigh ; les Jeux olympiques de Salt Lake City ; la cérémonie des Oscars en période de guerre en Irak ; l’élection d’Arnold Schwarzenegger en Californie ; les premiers mariages homosexuels légaux dans le Massachusetts ; la mort de Ronald Reagan ; le procès pour pédophilie de Michael Jackson ; le combat en faveur de l’euthanasie de Terri Shiavo ; le lancement de la navette spatiale Discovery. Que nous dit la couverture de ces différents événements ? Écrit dans un style journalistique, le livre d’Antoine Char adopte la forme d’un reportage en dix épisodes et pose un regard averti — Antoine Char est lui-même journaliste — sur les différentes étapes précédant le choix de la composition des unes de chaque numéro raconté. La force de l’ouvrage repose sur la sélection des événements d’actualité faisant controverses (Latour, 2000) et des lieux de ces controverses. L’auteur alterne les journaux à fort tirage, à stature internationale, tel le Los Angeles Times, et les journaux plus modestes à l’audience locale de moindre importance, tel le Sacramento Bee. Il mobilise des éléments biographiques sur les figures marquantes des rédactions sélectionnées, des éléments historiques, économiques et socioculturels sur les quotidiens, comme autant de pistes de compréhension des arguments mobilisés lors des débats sur la couverture de l’événement et les choix éditoriaux.

2L’ouvrage est avant tout un indicateur des pratiques journalistiques au sein des rédactions de la presse étatsunienne. Loin de conforter les à priori d’une production homogénéisante de l’actualité, il rend judicieusement compte de la série de compromis et d’arbitrages qui précèdent la parution d’un numéro et le choix de la une. Ces compromis couvrent l’ensemble des dimensions de la production journalistique, qui apparaît alors sous un jour interactionniste (Becker, 1982). Tantôt ils sont issus des négociations entre membres d’une même rédaction ; tantôt ils résultent de la manifestation des publics et de la prise en compte de leurs attentes ; tantôt ils relèvent d’une confrontation avec les contraintes techniques et économiques ; tantôt, enfin, ils reposent sur le chevauchement de plusieurs événements majeurs. La description rappelle avec finesse que le monde journalistique est en partie tributaire des incertitudes de l’actualité, des reports et retards pris par tel ou tel événement annoncé, de mobilisation, parfois à perte, de moyens financiers et de personnel. Quand le soir de l’élection présidentielle de 2000, les résultats définitifs et le nom du vainqueur tardent à tomber, le Chicago Chronicle se trouve face à un dilemme inédit : faut-il ou non prendre le risque de désigner un vainqueur ou bien est-il préférable de s’en tenir à l’annonce de résultats serrés ? Cet exemple cadre les spécificités de l’organe de presse, aujourd’hui concurrencé par Internet, la télévision et la radio, plus rapides à délivrer les informations. Mais il met également en exergue le souci éthique de dire l’information juste, et de ne pas céder à la nécessité du sensationnalisme ou de la une attendue. Ce faisceau de facteurs éthiques, temporels, économiques, intervient dans les ajustements qui produisent les faits d’actualité, entre l’instant « t » de l’événement saisi par les journalistes et l’instant « t+1 » de sa mise en mots et en images.

3Pour chacun des organes de presse suivis, des éléments historiques internes permettent de situer les rapports de pouvoir entre journalistes, rédacteurs en chef et publics. Quand le Chicago Chronicle hésite à prendre le risque d’annoncer un vainqueur, le souci du journal, au-delà de la notion de responsabilité, est d’éviter de reproduire une erreur commise cinquante ans auparavant lors du duel Dewey — Truman, avec un gros titre qui annonçait Dewey vainqueur et non l’inverse. La crédibilité du journal a été durablement secouée par ce faux pas et l’élection présidentielle de 2000 a mobilisé en interne les enjeux de sa restauration. La dimension historique de la production journalistique n’est pas uniquement interne aux journaux. Char aborde également les quotidiens tels des participants aux changements sociohistoriques. Cette participation prend toute son ampleur lors des grands événements. Aussi, les rédacteurs du modeste quotidien de Dixon le Telegraph ne se trompent pas quand ils anticipent l’importance de l’édition sur la mort de Ronald Reagan, figure nationale et surtout locale. Le journal deviendra sûrement un document historique que les lecteurs, habitants de Dixon, conserveront. Le Telegraph s’approprie le parcours de Ronald Reagan pour le réécrire à l’aune de sa jeunesse à Dixon. Il participe avec ce numéro de la construction d’un imaginaire local. Les journaux apparaissent alors comme autant de traces inscrivant et faisant les faits historiques, les identités, les localités à un moment donné.

4L’ouvrage précise les processus de participation aux évolutions sociohistoriques en montrant comment les contradictions auxquelles les rédacteurs sont confrontés résultent parfois en l’émergence d’une couverture ambivalente, allant à l’encontre des attentes du lectorat régulier et des modèles habituellement défendus par le quotidien. L’ancrage moral, religieux, géographique ou politique d’un journal inscrit la relation aux lecteurs avertis dans une tension permanente. Plus le journal précise son positionnement, plus il s’adresse à des niches de lectorat, plus les attentes des lecteurs reviennent tel un leitmotiv dans les propos rapportés des journalistes. Le Christian Science Monitor, proche des milieux religieux chrétiens, peut-il et doit-il rendre compte de la question du mariage gai sans le condamner alors que la plupart de ses lecteurs le réprouvent ? Le chapitre sur la couverture du mariage gai par le quotidien d’obédience chrétienne montre la complexité du travail journalistique : un organe de presse, bien que s’adressant à un lectorat conservateur, peut devenir un lieu d’articulation de modèles contre-hégémoniques. Cette visibilité n’est pas le résultat d’une concertation idéologique, mais est produite par une tension entre l’éthique journalistique qui consiste à montrer le monde tel qu’il est perçu et les attaches morales et idéologiques du journal.

5Le chapitre sur l’élection au poste de gouverneur de Californie d’Arnold Schwarzenegger invite à relire les effets d’agendas, qui, loin d’imposer des contenus, offrent justement l’occasion de reconfigurations des équilibres de pouvoir au sein des rédactions, et des positionnements des organes de presse dans leur espace de diffusion. La presse apparaît certes tributaire des agendas politiques, mais elle a également un pouvoir actif de présentation de ces agendas dans la sélection, la place, la manière de reporter les événements. Elle n’en est par conséquent pas le reflet mais bien un acteur à part entière. Jusqu’à l’élection finale d’Arnold Schwarzenegger, le Sacramento Bee, petit journal de Californie, a résisté à l’unanimité que suscitait l’ancien acteur hollywoodien et refusé d’appeler au recall du gouverneur démocrate en place, Gray Davis. Une fois la victoire de Schwarzenegger sans appel, le journal n’a pas totalement abandonné son pouvoir critique par rapport à l’événement. Ainsi, le titre du Sacramento Bee est autant celui d’une victoire non souhaitée — « It’s Arnold » sans point d’exclamation — que d’une défaite regrettée — le sous-titre met l’accent sur l’éviction de Davis. Dans ces écrits critiques comme dans ses efforts à tendre vers l’objectivité, la presse s’empare des éléments d’actualité avec un pouvoir actif de resignification, qui peut soit conforter les points de vue hégémoniques, soit proposer des contre-modèles.

6Les journaux ne sont les seuls à avoir ce pouvoir actif de reconfiguration de l’espace public à travers la mise en scène des faits d’actualité. Acteurs parmi d’autres de l’espace public, ils sont parfois confrontés aux résistances organisées par ceux qui sont au centre d’une attention médiatique et la détournent de son objet principal. C’est le cas avec la cérémonie des Oscar de 2003, investie par l’opposition à la guerre en Irak. Les Oscars sont finalement relayés en bas de page de la une du Los Angeles Times par l’annonce de la mort de plusieurs soldats en Irak. Les professionnels du cinéma hollywoodien se sont alors emparés d’une cérémonie offrant un accès à l’espace public pour rendre visibles des discours d’opposition à la guerre. La cérémonie des Oscars devient un espace de résistance. Elle réconcilie paradoxalement les journalistes du Times avec les studios qui trop souvent les « manipulent » (p. 94) en proposant un point de vue partagé par la majorité des membres de la rédaction.

7Néanmoins, le pouvoir de cette presse au sein de laquelle se multiplient au fil des chapitres les récits de compromis et de négociations, suscite parfois des interrogations qu’Antoine Char aborde dans le chapitre 8, « Et voici Michael Jackson ! ». L’ouvrage y dépeint un (non-)événement en partie produit par les médias eux-mêmes. Les journalistes accourent massivement au procès du chanteur qui apparaît déjà comme un demi-dieu à ses supporters et fans, et participent de la construction de Michael Jackson en mythe, de son procès en déchéance du mythe. Mais si la couverture intensive par la presse participe de l’événement jusqu’à son absurdité, elle est également produite par l’attention excessive que le procès concentre. Le procès de Michael Jackson est symptomatique du pouvoir performatif (Butler, 1997) des médias. Dans cet exemple, la communication et l’action sont inséparables. Sans la surreprésentation journalistique, le dieu Michael Jackson n’existerait pas. Or, quand la couverture d’un événement se justifie par la nécessité d’être présents à l’endroit où tous les autres journalistes sont, les journalistes « font » l’événement plutôt qu’ils ne le reportent. Si l’événement devient visible comme événement construit, il est aussi un moment de réflexivité des journalistes par rapport à leurs pratiques (p. 171) qui s’exprime dans la prise de conscience de participer à une « comédie de procès ». L’événement produit par la surenchère devient une mascarade, qui provoque chez les reporters des sensations de dégoût et de mal-être (p. 180) qu’ils évoquent volontiers dans les lignes de leurs journaux.

8Char rend compte de la complexité des rapports de pouvoir à la production, significatifs des tensions au sein de la société étatsunienne. Si l’ouvrage est construit tel un reportage, les arrêts sur image au sein de diverses rédactions nous font cependant regretter l’absence de certaines problématiques qui ont fait l’histoire des États-Unis. Quatre axes majeurs se détachent à la lecture de l’ouvrage. Le premier axe est celui d’une Amérique « puritaine » caractérisée par les positionnements d’une presse à obédience chrétienne et une surenchère sur les questions de vie et de mort telle l’euthanasie, de près ou de loin liées à la religion. Le deuxième axe est celui d’une Amérique politisée et divisée politiquement entre presse d’obédience démocrate ou républicaine et des publics des deux bords. Le troisième axe est celui d’une Amérique sans cesse tiraillée entre une vision localement située et des événements aux dimensions nationales ou globales. Enfin, le quatrième axe est celui d’une Amérique en perte de vitesse, confrontée à l’éclatement de ses mythes, à la déchéance d’une star, Michael Jackson, à la fin de la puissance aérospatiale avec les reports incessants du lancement de la navette Discovery. Ce dernier épisode conclut l’ouvrage tel un écho à l’introduction : une catastrophe évitée de justesse se concluant par un happy end. N’est-ce cependant pas faire le jeu du mythe que d’évoquer une série de controverses dont le statu quo final soutient l’impression de continuité sans véritable rupture ?

9Si le choix des épisodes sert une vision de « l’insularité » (p. 16) qui fait la société étatsunienne, il ne permet pas d’en extraire le lecteur et de la déconstruire. Les rapports de pouvoir de cette société ne se résument pas aux quatre axes énoncés ci-dessus. Nous pouvons regretter l’absence quasi totale des problématiques de « race », de classe, de genre dans les événements abordés. L’ouvrage nous raconte un univers de presse blanc et masculin, qui à aucun moment ne semble prendre conscience de son point de vue situé sur l’actualité. L’auteur ne contribue qu’avec parcimonie à la déconstruction de ce regard hégémonique. Il n’aborde pas frontalement les problématiques ethno-raciales que posent la composition du jury du tribunal de Michael Jackson et les tentatives du Houston Chronicle de s’accaparer le lectorat hispanique. Rien ne laisse entendre que le succès mais aussi les oppositions que la candidature d’Arnold Schwarzenegger suscite reposent sur un imaginaire de l’homme blanc idéalisé construit dans l’hyper virilisation (Dyer, 1997) ; ni que la déchéance de Michael Jackson renvoie au déplacement ambivalent de la figure de l’homme noir construit dans l’hyper hétérosexualité en une performance de « blanchitude » artificielle dont la sexualité devient ouvertement synonyme de perversité à travers la pédophilie.

10Char ne questionne pas suffisamment la centralité des figures qui font l’actualité, ni les raisons qui permettent de comprendre la concentration des controverses, des ralliements et rejets qu’elles provoquent au sein des rédactions d’abord, de la société ensuite. Peut-être aurait-on pu attendre plus ample développement sur le choix du portrait d’une cosmonaute plutôt que d’un cosmonaute. Qu’est-ce que l’évidence d’un tel choix nous dit des évolutions de la société étatsunienne ? Si les questions de genre sont abordées de manière succincte, les questions économiques et les rapports de classes font encore moins l’objet d’un regard distancié de la part de l’auteur. N’est-ce pourtant pas là l’un des enjeux de l’Amérique contemporaine, qui construit des figures de réussite sur le modèle du self made man — Ronald Reagan, Arnold Schwarzenegger — qui impliquent en miroir la construction d’un ensemble de déviances, dont il serait intéressant de discuter l’inscription dans la hiérarchie socioéconomique ? Au fil du récit, Char survole certains points, ponctuant les portraits des journalistes marquants et les propos des acteurs de la scène dépeinte de formules évasives — « une star comme l’Amérique les aime » — certes teintées d’une ironie objectivante mais qui, à aucun moment, ne déroule les implicites sociaux, économiques et culturels de ces mythologies.

11S’appuyer sur les événements de unes des journaux relaie dans les marges invisibles les sujets qui n’apparaissent qu’entre les lignes ou entre les pages des journaux. L’évidence du choix des sujets pouvant postuler aux gros titres d’un journal local efface leur construction hégémonique. Pour déconstruire ces effets de visibilisation/invisibilisation, peut-être qu’une plus grande attention portée aux processus de sélection et de construction de certains faits d’actualité comme des événements majeurs en comparaison à d’autres construits comme des événements mineurs pourrait nous renseigner sur les (re)configurations permanentes de l’espace public étatsunien à travers sa presse écrite. L’auteur aborde avec justesse la manière dont les minorités homosexuelles peu visibles atteignent et produisent des espaces de visibilité dans des journaux au discours plutôt conservateur à travers des micropolitiques portant sur la question des identités, des mœurs, des modes de vie (Fraser, 2001). Mais que s’est-il passé avant que ces groupes subalternes n’atteignent des positions en une des journaux ? Comment se décident leur place et leur poids dans le fil du journal ? Nous pouvons nous étonner en effet que les journaux les plus locaux, qui s’adressent à des lectorats niches, ne font pas exception à la règle du consensus sur la hiérarchisation des faits d’actualité. Ils sont certes parfois des lieux d’expression de contradictions politiques fortes — les oppositions à la candidature de Schwarzenegger au Sacramento Bee — ou d’approches différentes d’un événement — le parcours de Reagan raconté avec les lunettes « locales » par le Telegraph de Dixon. Mais la primauté de telle information ne semble pas faire l’objet de débats ou être remise en cause. Est-ce à dire que ce qui fait l’information n’est pas questionné en interne ou entre les journaux ? Ou bien est-ce un biais de l’auteur d’avoir sélectionné uniquement des événements construits comme majeurs au sein de la presse américaine ? Des éléments plus généraux sur les rapports de force entre les différents organes de presse à l’échelle locale, nationale et internationale, sur les enjeux et reconfigurations économiques de l’industrie des médias permettraient de prendre la mesure des apports de ce portrait instantané des modes de production des organes de presse.

Haut de page

Bibliographie

BECKER, Howard S. (1982), Art Worlds, Berkeley, University of California Press.

BUTLER, Judith (1997), Excitable Speech, A Politics of the Performative, New York, Routledge.

DYER, Richard (1997), White, New York, Routledge.

FRASER, Nancy (2001), « Repenser la sphère publique : contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, no31, p. 125-157.

LATOUR, Bruno (2000), « La fin des moyens », Réseaux, vol. 18, no100, p. 38-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Quemener, « Antoine CHAR (2007), Deadline America », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 282-288.

Référence électronique

Nelly Quemener, « Antoine CHAR (2007), Deadline America », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2167

Haut de page

Auteur

Nelly Quemener

Nelly Quemener est professeure (?) à l'Université Sorbonne Nouvelle – Paris III. Courriel : nellyquemener@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org