Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel JACOBI (2005), Les sciences communiquées aux enfants

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Sylvie Clamageran
p. 299-303
Référence(s) :

Daniel JACOBI (2005), Les sciences communiquées aux enfants, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Texte intégral

1Daniel Jacobi, du laboratoire Culture et communication de l’Université d’Avignon, s’intéresse depuis plus de vingt-cinq ans à la vulgarisation scientifique, dans les médias écrits, mais aussi, plus récemment, dans les expositions muséales. Cherchant à mieux comprendre ces modes d’éducation non formelle, il a consacré de nombreux travaux au fonctionnement des discours et de l’imagerie scientifiques. Les sciences communiquées aux enfants : travail d’édition et d’éducation non formelle se penche sur la littérature documentaire pour les enfants par l’intermédiaire d’analyses comparatives de documents scientifiques destinés aux enfants. Pour évaluer leur efficacité communicationnelle, Jacobi analyse le niveau de scientificité requis pour traiter le sujet et l’exactitude des informations, la conception scriptovisuelle de la page en relation avec les habiletés de lecture et d’attention qu’elle demande des lecteurs, les moyens discursifs utilisés pour communiquer la science (par exemple, le recours à la narration ou au contraire son rejet). En somme, il veut répondre à la question suivante : « que penser de la littérature de vulgarisation destinée aux jeunes ? » (p. 6).

2L’ouvrage rassemble en cinq chapitres des articles déjà publiés (de 1985 à 1996), dont certains remaniés pour le présent ouvrage. Le dernier chapitre, « Apoutsiak, le petit flocon de neige : anatomie d’un chef-d’œuvre » est la version initiale d’une recherche qui a ensuite donné lieu à deux autres articles (2003 et 2004). L’ouvrage ne renferme donc pas de nouvelles recherches, mais de cette réunion d’analyses surgit une question centrale : comment et en quoi l’ouvrage documentaire scientifique pour enfants se distingue-t-il du document scolaire ? Pour fonctionner comme lecture choisie (du moins par les parents), ludique, la vulgarisation scientifique doit fonctionner autrement que le livre scolaire. Sinon, elle risque de n’être qu’un pensum.

3Le chapitre 1, « Parcours fébrile dans la littérature de vulgarisation scientifique destinée aux jeunes », vise, comme son titre le laisse entendre, à couvrir tous les angles d’analyse : sémiotique, graphique, cognitif, psycholinguistique, textuel, lexical… Autour d’un corpus de 13 documents (1960-1985) sur la fièvre, dont deux servant de points de comparaison (articles de La Recherche et de Sciences et avenir), le chapitre propose un inventaire des procédés de vulgarisation et donc des paramètres pour évaluer l’efficacité communicationnelle du produit : fonctionnement de l’illustration, dont le rapport texte-image, types de définitions utilisés, place et fonctionnement du discours métaphorique dans l’explication, recours aux différents procédés paraphrastiques, évaluation du contenu cognitif et facteurs contrecarrant l’efficacité cognitive (nombre d’erreurs, mais surtout raccourcis, ellipses, imprécisions ne permettant pas au lecteur de construire une représentation satisfaisante du phénomène à partir des savoirs qu’on lui suppose, manipulations contradictoires des représentations supposées chez le lecteur…). L’analyse fait appel à de nombreux exemples, mais laisse tout de même le lecteur sur sa faim. Le corpus date (Jacobi reconnaît lui-même que son corpus puise peu dans les textes les plus contemporains) et les différences présentées par rapport au discours scientifique dans les manuels scolaires ou les revues de vulgarisation scientifique pour des lecteurs plus aguerris tombent à plat en l’absence de ces textes dans le corpus (sauf pour La Recherche, article de référence). De surcroît, le parcours de lecture dans le chapitre n’est pas facile : la titraille n’est pas hiérarchisée, les intertitres ne sont pas toujours clairs (« Savant » après des titres de sections comme « Paraphrase », « Apposition », « Reformulation »), si bien qu’il n’est pas aisé de comprendre la structure de la réflexion menée dans le chapitre.

4Les chapitres 2, « La coccinelle : des repères sociolinguistiques pour analyser un ouvrage scientifique de jeunesse », et 4, « La socialisation des savoirs scientifiques dans la littérature pour enfants. Retour sur la Coccinelle à sept points », révèlent aussi un manque de travail éditorial : répétitions nombreuses entre les deux chapitres et même quasi intégrale pour un paragraphe. Cela étant, le chapitre 2, qui analyse un seul ouvrage (La coccinelle, petit ouvrage de 25 pages et 500 mots), soulève une question centrale : la difficulté de concevoir un/des « parcours de lecture », malgré le travail conjugué des auteur, illustrateur, graphiste et responsable éditorial. La double page est sans doute devenue l’aire scriptovisuelle la plus commune dans les ouvrages illustrés pour la jeunesse. Dans La coccinelle, l’information est presque toujours structurée de la même façon : mêmes saillances typographiques, même dialogue texte-image. Ainsi, le livre « se lit » en 11 scènes, où le lecteur enfant et le lecteur adulte ont chacun leur rôle à jouer. Dans quelle mesure la structure scriptovisuelle régule-t-elle l’activité de reconnaissance du lecteur et permet-elle la partition de la lecture ? Pour le mesurer, Jacobi analyse le fonctionnement d’une double page. L’entrée dans la scène se fait par un titre court, composé en gros corps (visant donc l’enfant), qui commence par un déictique : « Voici une coccinelle ». Mais la double page compte deux images. Laquelle pointe-t-on : la belle grande photo, à droite, ou l’illustration plus petite et plus technique à gauche ? La tension narrative que vise à créer le titre tombe aussi à plat en raison de la redondance avec les deux illustrations. Pendant ce temps, l’information la plus dynamique (elle mange un puceron, son plat préféré) est « cachée » dans une légende destinée avant tout au lecteur adulte. (En fait, c’est comme si l’équipe éditoriale s’était arrêtée à mi-chemin dans la construction des parcours de lecture : on « veut bien » faire jouer au titre le rôle de texte pour le lecteur débutant, mais ce « titre-texte » ne peut transgresser totalement la règle de généralité du titre, à laquelle s’attend le lecteur adulte.) Autre dysfonctionnement dans ladynamique titre-image, les titres ne correspondent pas toujours à la photo : « Les larves éclosent » est le titre introduisant une photo d’œufs sur une feuille. Certes, les incohérences flagrantes entre illustration et texte sont relativement courantes dans la littérature illustrée, mais elles peuvent surprendre lorsque la dynamique texte-image est l’épine dorsale de l’ouvrage.

5Le chapitre 2 aborde un autre point central dans la construction du parcours de lecture, celui du recours à la narration. Pour expliquer le cycle de vie de la coccinelle, le texte tirera-t-il vers la narration ou la description ? Jacobi recense trois « armes anti-récit » : le recours à un chronotope qui refuse le récit : si les connecteurs temporels construisent strictement le cycle de vie, une « veille déictique » constante rappelle qu’on n’est pas en train de raconter, mais d’observer. En fait, l’injonctif annule tout faux-semblant de récit : la page synthèse à la fin propose d’ailleurs de reconstituer le cycle pour mieux comprendre (s’éduquer ?) : le pédagogisme latent n’est jamais loin. Bref, malgré une apparence de richesse scriptovisuelle, l’interaction entre image et texte n’est que de surface, le texte est pauvre et le mandat de communication scientifique n’est que médiocrement rempli.

6Le chapitre 4, « La socialisation des savoirs scientifiques dans la littérature pour enfants. Retour sur la Coccinelle à sept points », étend l’analyse de l’« intrication du lire et du voir » dans la vulgarisation scientifique pour les enfants à sept ouvrages sur la coccinelle (trois documentaires, trois narratifs et un entre les deux) comportant tous un important paratexte iconographique, qui devient même l’élément structurant majeur. Les éditeurs redoublent d’efforts dans l’exploitation de la matérialité du livre (utilisation originale de la double page, des transparents et autres caches), si bien que l’efficacité communicationnelle repose sur le graphisme et la mise en page, dont la régularité est posée comme clef de voûte de la lecture. Mais cette régularité crée-t-elle ou requiert-elle de bons lecteurs ? (Les recherches sur l’édition scolaire scientifique ont sans doute apporté des éléments de réponse à la question du développement de la lecture par un patron visuel où chaque choix est signifiant.) L’analyse met également en lumière la place accordée à la langue de spécialité. Narratifs ou documentaires, les ouvrages sur la coccinelle visent en effet tous, au moins implicitement, à communiquer des savoirs sur cet animal. Quelle forme de médiation linguistique est utilisée ? L’analyse de corpus laisse voir, comme on peut s’y attendre, une grande variété dans les choix, de l’absence de toute terminologie au recours à une terminologie savante camouflée sous un style familier. Certains ouvrages lient efficacement la terminologie à l’iconographie, mais ce n’est pas toujours le cas.

7Le chapitre 3, « Figurabilité et image exhibée dans la littérature scientifique pour enfants », se penche justement sur la capacité de l’iconographie à faire comprendre : « Existe-t-il, dans la communication scientifique destinée aux enfants, un effet de supériorité de l’image ? » (p. 65). Jacobi distingue deux types d’images : imagerie scientifique savante non remaniée et imagerie créée pour la vulgarisation. L’analyse d’un corpus sur la figuration de la fièvre et du goût met en évidence beaucoup de choix iconographiques pauvres, aux deux extrémités du spectre : d’une part un iconisme inutile, circulaire par représentations référentielles ou analogiques (goût du lait = verre de lait) ; à l’autre extrême, un déficit de figurabilité par absence totale de redondance entre le texte et l’image : la schématisation ne transpose pas l’information, mais la construit en s’appuyant sur des conventions qui ne sont familières qu’aux spécialistes et s’avèrent donc inefficaces sur le plan de la vulgarisation.

8Dans le chapitre 5, « Apoutsiak, le petit flocon de neige : anatomie d’un chef-d’œuvre », Jacobi vise à mettre au jour la « recette » de cet ouvrage pour les enfants écrit et dessiné en 1948 par Paul-Émile Victor, ethnologue et explorateur du Grand Nord. Il s’agit donc d’un livre écrit directement par un scientifique pour les enfants. Première observation : s’il n’y a pas d’uniformité dans la mise en espace scriptovisuelle, mais au contraire une variété dans les dessins et dans le format du texte, cette instabilité est trompeuse et sous une apparence de grande liberté se cache une organisation savamment contrôlée. Comme dans d’autres ouvrages analysés, on a une double textualité (récit pour l’enfant d’une part, commentaire sur les images pour les parents et les enfants d’autre part), mais les deux textes sont autonomes et on ne manque « rien » en ne suivant que le fil de l’un. S’ajoute un jeu d’interpellations ludiques, et même émotives, du lecteur. Bref, le mécanisme du texte se montre. Enfin, le travail de mise en page va au-delà de la recherche de la qualité iconographique ou d’originalité dans le concept graphique et témoigne d’un souci typographique de tous les mots. Dans un processus aussi contrôlé, on peut même voir l’image précéder le texte (généralement un défaut flagrant) à condition que des répétitions assurent la cohésion. En ce qui concerne la valeur scientifique de l’ouvrage, Jacobi ne peut passer sous silence le rejet de cette ethnographie-là, admirative devant la beauté pure des peuples primitifs. Mais c’est dans son cadre de production que l’ouvrage doit être jugé et le repositionnement épistémologique ne retire pas au livre son efficacité communicationnelle.

9De ses analyses, Jacobi tire plusieurs constats : beaucoup d’ouvrages de vulgarisation scientifique pour les enfants manquent de qualité littéraire et de poésie ; leur valeur scientifique peut assez souvent être prise en défaut ; l’interaction image-texte et le tissage des lectures de l’enfant et du parent sont aussi souvent déficients. Que reste-t-il à part un produit de consommation visant un adulte soucieux de donner toutes les chances de réussite à ses jeunes enfants ? Jacobi n’en tire pas pour autant une conclusion de médiocrité générale, vu la non-représentativité de son corpus. En fait, Jacobi soulève les questions, mais n’y répond pas. À d’autres d’aller en profondeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Clamageran, « Daniel JACOBI (2005), Les sciences communiquées aux enfants », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 299-303.

Référence électronique

Sylvie Clamageran, « Daniel JACOBI (2005), Les sciences communiquées aux enfants », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2174

Haut de page

Auteur

Sylvie Clamageran

Sylvie Clamageran est professeure à l'Université York (Toronto). Courriel : clamageran@sympatico.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org