Navigation – Plan du site
Lectures

Claude JAEGLÉ (2007), L’interview. Artistes et intellectuels face aux journalistes

Paris, Presses universitaires de France
Pierre Gosselin
p. 304-307
Référence(s) :

Claude JAEGLÉ (2007), L’interview. Artistes et intellectuels face aux journalistes, Paris, Presses universitaires de France.

Texte intégral

1« Nous vivons toujours sous le règne de ce mépris : saleté de la parole et du charme. Saleté de ceux qui parlent par plaisir. Être renommé pour son éloquence est une bassesse » (p. 43). Voilà une phrase qui résume en partie la problématique de ce livre où l’auteur va observer les situations d’interview telles que les ressentent Deleuze, Derrida, Sartre ou Lacan, mais aussi les jazzmen Basi, Parker, Gillespie ou Miles Davis.

2Les artistes et les intellectuels sont de plus en plus confrontés à la nécessité de donner des interviews, soit de leur propre chef, soit par obligation — les acteurs sont souvent obligés par contrat de répondre à un certain nombre d’interviews pour la sortie d’un film, on peut se souvenir que Simone Signoret (artiste mais aussi écrivaine) appelait cela « l’après-vente » — or ils n’y sont préparés, ni culturellement ni intellectuellement.

3Pour tenter d’expliquer cette situation particulière à notre culture, l’auteur développe quatre chapitres : « La Parole publique et l’interview », « Questions et réponses », « Micros et caméras : la spectralité » et « Le jazz et l’interview ». Chapitres que nous allons parcourir un à un.

La parole publique

4Nous ne sommes pas habitués à prendre la parole en public, l’apprentissage « des techniques oratoires et dramatiques relève d’activités minorées de détente et de loisirs. Elles sont reléguées hors du cursus officiel vers les structures para-scolaires […] » (p. 33).

5Selon l’auteur, cela s’explique par le fait que « la plupart des épreuves importantes d’un examen sont écrites » (p. 29). Paradoxe de la gestuelle, avant que les spécialistes en communication viennent expliquer la nécessité de souligner son propos par des gestes cohérents, l’orateur était persuadé de ne pas faire de gestes. Inhibition culturelle mais aussi religieuse, notre société principalement catholique répugne « à s’autocélébrer en public » (p. 76), or « l’interview […] d’origine américaine […] émane d’une culture protestante et relève d’une tout autre symbolique de la parole individuelle devant la communauté » (p. 75).

6Pour toutes ces raisons, nous avons beaucoup de mal à passer du domaine de la conversation privée à la prise de parole en public.

7L’auteur conclut avec Gérard Génette qui désigne « l’interview comme <corvée d’interview> à laquelle se prête un auteur dans le but <non intellectuel> d’une <publicité gratuite> au moment de la sortie de son livre » (p. 98).

Questions et réponses

8De l’autre côté du micro ou du stylo, le journaliste n’a pas reçu de formation spécifique afin de « traiter la situation pour l’interviewer […] L’empirisme et le folklore dominent » (p. 106). Tandis que celui qui répond à l’interview se trouve dans la situation d’un acteur improvisant « sans en avoir conscience ni en posséder la technique » (p. 109). Ici, la situation du chercheur est différente de celle de l’artiste pour qui le public principal est justement celui qui va venir le voir. Or, pour le scientifique, même s’il passe dans une émission grand public, il « pense bien plus aux réactions des membres du laboratoire qu’il retrouvera le lundi qu’à tout autre interlocuteur — ce qui lui fait rater le lectorat […] » (p. 111) qui pourrait s’intéresser à son travail. Et de rappeler que lorsqu’un grand scientifique est convié à parler à la télévision, ce dernier cherche à développer une stratégie particulière pour se mettre en situation pour son public : aussi pendant « toute l’émission, Leprince-Ringuet mobilise l’image de ce Gaston [un voisin de sa maison de campagne], répond à ses interrogations, ses critiques imaginaires […]. Idée lumineuse en ce qu’elle change la donne cognitive : au lieu d’un public innombrable […] il s’est mis en relation imaginaire avec un spectateur unique dont il connaît le visage et les réactions » (p. 134).

Micros et caméras : la spectralité

9Dans cette troisième partie, l’auteur fait référence à Derrida qui « nomme spectral ce trouble qui hante la personne dont une machine capte la voix et l’image et qui se découvre destiné, avec plus ou moins de conscience, à devenir une archive » (p. 163). Et de noter avec un certain humour : « Quand les intellectuels […] fuient les interviews […], c’est une chose excellente pour leur santé » (p. 147).

10Comment se comportent les professionnels de l’interview ? L’auteur rappelle qu’« Alain Veinstein, qui interroge tous les soirs de la semaine sur France-Culture essentiellement des auteurs, confie dans son livre L’intervieweur avouer qu’il endure souvent un trac torturant quand il approche lui-même du micro. Mais, dès que le micro est ouvert, il retrouve son calme […] il précise qu’à son sens, la peur est le point nodal qui unit interviewer et interviewé de chaque côté de la table du studio » (p. 141).

11Contrairement à ce que l’on peut croire, l’interview n’est pas une conversation donc n’est pas une situation naturelle, elle demande une formation. « Dans Échographie de la télévision, Derrida reconnaît lui aussi que l’interview demande une adaptation similaire à celle permettant de <conduire une voiture où, même, l’artificialité d’enseigner devant une assemblée> » (p. 177).

Le jazz et l’interview

12Dans cette dernière partie particulièrement intéressante et originale, l’auteur puise chez ces spécialistes de l’improvisation que sont les jazzmen leur capacité à répondre à un interview. Pour cela, il ne se contente pas des entretiens parus dans des revues spécialisées, il se penche aussi sur les images filmées et constate : « L’aisance des musiciens de jazz en interview étonne d’autant plus qu’ils ne sont pas moins sensibles que les autres artistes aux troubles de l’enregistrement » (p. 219). Il oppose d’ailleurs la spontanéité des musiciens noirs comme Miles Davis, Count Basie, Charlie Parker ou Dizzie Gillespie à la retenue d’un Brubeck qui « exprime la tension craintive d’un homme sans confort [qui] paraît chercher l’approbation du journaliste avec l’amabilité soucieuse d’un bon élève » (p. 189-190). C’est cette faculté d’improvisation musicale qui permet à ces artistes d’être plus à l’aise dans cette situation d’improvisation verbale qu’est l’interview. Il note que « si les artistes occidentaux ne citent que du bout des lèvres et avec parcimonie leurs prédécesseurs et leurs contemporains […] les musiciens de jazz énumèrent des catalogues pléthoriques de leurs artistes de prédilection […]. Ces recensions légendaires semblent descendre en droite ligne des récitations des griots africains […] » (p. 205).

13La société médiatique se nourrit de plus en plus d’interview. Il faut être vu. Jaeglé interpelle Derrida et ce qu’il nomme « protestanisation de la société » (p. 280) ; cette modification du rapport à la parole entraînée par la télévision. On pense également à Warhol et à ses quinze minutes de notoriété pour conclure avec l’auteur : « Nul n’ira sur un plateau télévisé en revenant aussi propre qu’il l’était avant ce péché. Même le mieux intentionné des journalistes ne pourra offrir l’identité à soi-même que l’auteur rêve de préserver dans sa rencontre avec les médias. La pureté des valeurs est irrémédiablement atteinte » (p. 282-283).

14Pour la première fois dans un ouvrage, un chercheur se penche sur cette situation nouvelle pour l’artiste, mais surtout pour l’intellectuel de se confronter à la nécessité de l’interview. Pour terminer, je rappellerai que déjà, pour participer à l’émission phare de la littérature des années 1970, Apostrophe, certains auteurs suivaient un training dans des studios privés avec des journalistes de télévision, car il ne s’agissait pas de manquer, pour cause d’inhibition culturelle, ce moment qui pouvait faire le succès ou l’insuccès d’un livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gosselin, « Claude JAEGLÉ (2007), L’interview. Artistes et intellectuels face aux journalistes », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 304-307.

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Claude JAEGLÉ (2007), L’interview. Artistes et intellectuels face aux journalistes », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2177

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est professeur à l’Université catholique de l’Ouest (Angers) et membre de l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Papeete). Courriel : pierre_jean.gosselin@orange.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org