Navigation – Plan du site
Lectures

Nangnigui David KAMARA, Christian Edmon Bepi POUT et Davidson William Taffotien ASSANVO (2006), Les technologies de l’information et de la communication et la diplomatie en Afrique : défis et enjeux

Québec, Presses de l’Université Laval
Odile Riondet
p. 308-312
Référence(s) :

Nangnigui David KAMARA, Christian Edmon Bepi POUT et Davidson William Taffotien ASSANVO (2006), Les technologies de l’information et de la communication et la diplomatie en Afrique : défis et enjeux, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1L’économie est l’aune à laquelle on juge les nations. L’importance de leur population et même la puissance de leur armée sont secondaires. L’Afrique doit prendre en compte cette donne mondiale et tenter de se faire respecter malgré sa pauvreté. C’est cette préoccupation qui a conduit à cet ouvrage : comment la diplomatie africaine peut-elle utiliser le potentiel des TIC pour améliorer son niveau d’information, son potentiel de prise de décision, sa capacité de dialogue avec les autres régions du monde ?

2La mondialisation lance à l’Afrique un véritable défi. La planète est confrontée à trois révolutions. En premier lieu, une révolution économique globale, qui se manifeste par un effacement des États comme régulateurs du développement économique. En deuxième lieu, une révolution numérique, au point que l’on peut parler aujourd’hui d’un « sixième continent » : celui des échanges commerciaux, financiers, humains, culturels dé-territorialisés. Enfin, une révolution génétique avec l’émergence des biotechnologies. Cette situation ne sera pas automatiquement favorable au Tiers-Monde. Quelles sont alors ses marges de manœuvre, et notamment dans le cas des pays africains ?

3La mondialisation n’est pas seulement économique et financière. Comme Marshall McLuhan l’avait annoncé, elle a une facette culturelle. Le déséquilibre dans les relations culturelles entre les pays est aussi grand que le déséquilibre économique. Mais la mondialisation, autant qu’un rapport de force, peut aussi être comprise comme une recherche d’équilibre, un jeu stratégique avec des acteurs changeants (institutions internationales, ONG, États, société civile, médias…) qui se régulent, se surveillent, se mettent en crise.

4La politique étrangère d’un État est forcément marquée par cette situation. La diplomatie, notamment, est atteinte par les transformations du système international, comme celles qui sont induites par les techniques, les changements économiques ou de mentalité. Par exemple, elle a de plus en plus pour fonction de favoriser les affaires du pays qu’elle représente. Comment se pose alors pour l’Afrique la question de la lutte contre la pauvreté ?

5Le développement se veut aujourd’hui « durable », les organisations internationales tentent de penser équité et justice. Mais l’image de l’Afrique reste celle d’une terre pillée, qui meurt. L’étape de la décolonisation, lorsque les relations économiques avec l’ancienne métropole favorisaient malgré tout l’exportation de la production, était aussi un temps d’investissements publics, souvent accompagnés d’un parti unique. Dans les années 1970, des accords produits sont mis en place. L’endettement des pays africains permettait une certaine stabilisation de leur croissance, mais cette période a été aussi celle des mauvais choix et des équipements inadaptés ou surdimensionnés. La crise enfin a éclaté dans les années 1980, entraînant une mise en tutelle de l’Afrique par les institutions internationales, qui ont exigé des ajustements mal supportés par les populations.

6Aujourd’hui, l’Afrique est prise entre deux options contradictoires. Pour les États-Unis, le développement du commerce dispense de l’aide, car la libéralisation du commerce tend à l’équilibre automatique des besoins et de l’offre. Dans la perspective plus habituelle en France, l’aide et le commerce doivent se compléter. Mais comment instaurer l’un et l’autre commerce, alors que la démocratie est aléatoire, la gouvernance des entreprises peu normalisée et que l’intégration régionale est faible ? Les TIC sont retenues comme l’un des secteurs à développer, tant comme secteur économique que comme outil transversal. Mais pour quoi faire et comment ?

7La révolution technologique est un défi pour la diplomatie africaine dans le contexte actuel, car les acteurs internationaux sont de plus en plus nombreux et les diplomaties sont concurrencées sur leur propre terrain. Ne prenons qu’un seul exemple : aujourd’hui, 2000 organisations non gouvernementales (ONG) sont accréditées auprès de l’ONU, contre 40 en 1945. Les ONG prennent de plus en plus de place, mais aussi les multinationales, les mafias, les diasporas, les organisations de défense des consommateurs, les internationales syndicales, les institutions religieuses, les fondations philanthropiques ou les militants de la protection de l’environnement. Dans ce contexte, la diplomatie d’un pays africain n’est que l’un des acteurs, un acteur aux moyens particulièrement faibles, et souvent un acteur considéré comme partial ou fragile. Ensuite, nombre de problèmes ont une dimension mondiale. Pensons par exemple à celui de l’eau : un fleuve ne s’arrête pas aux frontières d’un État. Une « gouvernance » mondiale doit s’appliquer à la gestion des ressources naturelles, la croissance de la population, les contaminations sanitaires, les marchés financiers, la déforestation, les réfugiés, la drogue, la propriété intellectuelle…

8L’Afrique, avec son instabilité chronique, sa production en baisse, ses coups d’État, ses crises politiques, sa dépendance de l’aide extérieure, une division internationale du travail qui lui est défavorable, un marché qui impose sa loi, est nettement désavantagée. Ses diplomates passent le plus clair de leur temps à négocier des aides. L’intégration régionale est lente, la coordination des politiques économiques balbutiante. L’entente même sur quelques dossiers communs comme le réchauffement climatique, le droit maritime, les négociations internationales ou le vaccin antipaludéen reste encore de l’ordre du vœu pieux. Ces problèmes peuvent sembler éloignés de la question technologique. Or, ce n’est pas le cas : « La plupart des outils pour traiter les nouvelles questions sont informationnels » (p. 83).

9Aujourd’hui, l’informatique transforme le travail des diplomaties : réseaux locaux, métropolitains, grande distance, virtuels, réseaux connectés avec leurs services (messagerie, forums, transfert de fichiers…). Cet ouvrage analyse 23 systèmes diplomatiques africains, majoritairement d’Afrique du Nord ou d’Afrique de l’Ouest. Un pays sur deux seulement a un niveau d’informatisation satisfaisant de son appareil diplomatique. Parmi eux on trouve, sans surprise, l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et l’Égypte, mais aussi le Gabon, le Burundi, l’Éthiopie ou le Rwanda. Souvent, seuls quelques responsables et leurs secrétariats sont équipés (Burkina, Cameroun, Congo). Parfois une salle informatique est à la disposition des diplomates (Gabon, Ouganda, Burkina) pour permettre l’accès à Internet. Seuls les pays d’Afrique du Nord ont une réelle démocratisation de l’accès dans les services. Mais la plupart des postes à l’étranger ne sont pas équipés. Les réseaux informatiques internes sont encore plus rares (six pays seulement en possèdent : Afrique du Sud, Égypte, Burundi, Gabon, Maroc et Rwanda). Aucun système diplomatique africain n’est entièrement relié, incluant service central et postes à l’étranger. Et quant à l’accès à Internet, la Guinée Équatoriale et Madagascar en sont privés. Enfin, tous les diplomates n’ont pas d’accès : une fois sur deux, seuls quelques bureaux ou services sont branchés. Or, l’activité diplomatique est une activité d’information et les personnels ont dans les faits un niveau d’appropriation des TIC qui leur permettrait d’utiliser les accès s’ils leur étaient offerts.

10La troisième partie de l’ouvrage analyse les enjeux et veut proposer un modèle de l’articulation entre technologies et activités diplomatiques en Afrique. Il est dommage que, à ce stade, les généralités et stéréotypes s’enchaînent : les professionnels de l’information sont « en perpétuelle quête de lisibilité d’un environnement international toujours en mouvement » (p. 127). Il faut des « informations fiables, pertinentes et complètes » qui peuvent aider à la négociation. Bref, « toutes ces possibilités renforceront la souplesse, la fluidité et, partant, l’efficacité du travail des diplomates et feront des administrations diplomatiques des structures à l’avant-garde du progrès et de la performance » (p. 128). Ces actes de foi répétés dans le potentiel de la technique s’ouvrent parfois sur des perspectives plus précises : faciliter les services de base dans les accréditations multiples, favoriser l’informatisation à tous les niveaux de la hiérarchie pour faciliter la constitution des dossiers, créer et entretenir des bases de données, accélérer la circulation des comptes rendus de rencontres internationales.

11L’analyse des obstacles est sans concession. Les ambassades africaines ont parfois du mal à payer leur loyer ou leur téléphone. L’Afrique a des problèmes énergétiques, d’infrastructure, d’instruction des populations, de mauvaise gouvernance, et même de remise à niveau des équipements et des logiciels une fois que l’équipement est acquis. « Lorsqu’on regarde les habitudes et le style de vie de la plupart des administrations africaines (corruption, détournement, surfacturation, etc.), on se rend compte que le problème majeur se présente plus en termes de gestion des fonds et des dépenses publiques que des moyens financiers eux-mêmes » (p. 153). Mais surtout, une diplomatie a besoin d’une stratégie globale et d’objectifs clairs, sans quoi toutes les infrastructures, même les plus modernes, sont inopérantes. Or, il y a là un réel problème : les pays africains n’organisent que rarement des conférences des ambassadeurs, les diplomates n’ont pas toujours de feuille de route pour leur action, les armoires sont déjà pleines de rapports non exploités, les relations directes des chefs d’État relativisent l’action de leur propre diplomatie.

12Il faut donc, à propos des TIC, se demander quelle doit être leur fonction. La diplomatie africaine ne peut, comme celle des pays développés, s’orienter vers la puissance ou l’influence. Mais elle doit pouvoir inventer ses choix, faire entendre sa voix sur les agendas, voire les décisions, ce qu’elle ne fait pas aujourd’hui. Les instruments électroniques peuvent être l’outil d’une autre manière de procéder.

13Comment procéder concrètement, quels objectifs devraient être ceux de l’Afrique ? Là encore, l’ouvrage se contente de souhaits généraux : il serait souhaitable d’éviter l’amateurisme actuel, les pays africains devraient coordonner leurs négociations commerciales, avoir aussi des initiatives communes en politique étrangère, participer à des dispositifs d’alerte rapide des tensions et crises. Ces perspectives impliquent un changement de mentalité : il faudra pour chaque diplomate accroître son discernement, se méfier de possibles désinformations et des rumeurs…

14L’ouvrage est clair sur la nécessité d’utiliser les technologies, de les comprendre comme un instrument de base et non comme un outil de prestige. Mais il est dommage que, parvenu au moment de tirer les conclusions des analyses, l’ouvrage se fasse court, les implications imprécises. On considérera cependant le titre avec intérêt, tant la préoccupation est peu commune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Riondet, « Nangnigui David KAMARA, Christian Edmon Bepi POUT et Davidson William Taffotien ASSANVO (2006), Les technologies de l’information et de la communication et la diplomatie en Afrique : défis et enjeux », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 308-312.

Référence électronique

Odile Riondet, « Nangnigui David KAMARA, Christian Edmon Bepi POUT et Davidson William Taffotien ASSANVO (2006), Les technologies de l’information et de la communication et la diplomatie en Afrique : défis et enjeux », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/2179

Haut de page

Auteur

Odile Riondet

Odile Riondet est membre de Elico, Rectorat de Lyon. Courriel : odile.riondet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org