Navigation – Plan du site
Lectures

Annabelle KLEIN (dir.) (2007), Objectif blogues ! Explorations dynamiques de la blogosphère

Paris, L’Harmattan. (Coll. « Communication et civilisation »)
Christine Leteinturier
p. 313-315
Référence(s) :

Annabelle KLEIN (dir.) (2007), Objectif blogues ! Explorations dynamiques de la blogosphère, Paris, L’Harmattan. (Coll. « Communication et civilisation ».)

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif de chercheurs belges du Groupe de recherche interdisciplinaire Communication et Internet (GRICI) de l’Université de Namur (Belgique), réunis autour d’Annabelle Klein. L’analyse de la blogosphère belge, si elle va permettre d’identifier les caractéristiques des différents genres de blogues va également conduire l’équipe de recherche à construire une méthodologie d’analyse commune, facilement transférable. Elle est complétée par une abondante bibliographie largement internationale.

2L’élaboration de cette « typologie dynamique » commune s’appuie sur une définition préalable du blogue. Dans une perspective sociotechnique, le blogue présente quatre caractères spécifiques : facilité de publication, publication chronologique et archivage, hypertextualité et interactivité. Comme objet communicationnel, le blogue est bien compris comme un média, un moyen d’expression permettant la rétroaction, le blogue est donc aussi une relation. Ensuite, une grille d’analyse des blogues est construite : techniques utilisées, caractéristiques sociodémographiques des blogueurs, thématiques des blogues, audience et palmarès des blogues et enfin le tagging ou référencement par les blogueurs.

  • 1  Il s’agit de la reprise des critères proposés par Cardon et Delaunay-Teterel (2006).

3À partir de ces premiers éléments de cadrage, la typologie « dynamique » proposée par le groupe de recherche va chercher à mettre en valeur plus précisément la dimension relationnelle du blogue, la proposition d’interaction dont il est porteur en direction des internautes. Un premier axe, dit axe d’implication — posée comme une « implication narrative » (p. 49) —, va permettre de prendre en compte les différentes formes de la relation énonciateur/énoncé1, entre implication confondue et implication différenciée. Un second axe, celui de l’interaction, va permettre de considérer la relation entre le blogueur et son public, entre conversation et publication. Vont alors être mises en évidence quatre zones : zone de la correspondance, zone du témoignage, zone de l’interpellation et zone de l’information. Utilisées comme critères typologiques d’analyse, elles vont permettre de mettre en évidence les particularités des différents blogues analysés.

  • 2  Suivant la définition qu’en propose Jost (1997).

4Les sept chapitres suivants présentent des analyses de différents genres de blogues utilisant la méthodologie exposée, et mêlant différentes formes de recueil de données : analyse de contenu, entretiens, analyse quantitative des échanges. Les sept catégories de blogues retenus sont : les blogues de journalistes, les blogues d’hommes politiques, les blogues scientifiques, les blogues pédagogiques, les blogues d’entreprise et les blogues de jeunes. Pour chacun d’entre eux, il s’agit de mettre en évidence la « promesse du genre2 » et surtout d’identifier la dynamique du changement qui est à l’œuvre dans les blogues, sur chaque terrain observé.

5Les blogues de journalistes annonceraient l’émergence d’un « néojournalisme » (p. 74) construit autour de la liberté d’expression retrouvée du journaliste et l’interaction réelle avec le public, forme idéalisée de communication « horizontale ». Les blogues politiques seraient eux plutôt des produits marketing destinés à la promotion de leurs auteurs, relayant les médias de masse. Les blogues scientifiques apparaissent soit comme des outils de travail, soit comme des supports de diffusion d’information. La question centrale reste alors celle de la « confiance comme moyen de validation des connaissances échangées » (p. 123). Les blogues pédagogiques pourraient devenir des vecteurs puissants d’évolution des pratiques pédagogiques des enseignants, valorisant la dynamique propre de « l’apprenant » devenu plus intensément acteur de ses apprentissages et constructeur de ses savoirs. Ce rééquilibrage de la relation élève–enseignant n’est pas sans analogie avec celle qui est proposée par les blogues de journalistes entre journalistes et lecteurs. Les blogues d’entreprise sont très largement des outils de promotion, complétant la gamme des canaux marketing classiques. Pour les entreprises virtuelles, le blogue construit également la relation de proximité aux internautes, palliant ainsi l’absence d’espaces réels de rencontre ; il favorise alors la personnalisation de la relation client. Ce dispositif rejoint, dans sa finalité, le blogue des hommes politiques. Les blogues de jeunes permettent de mieux cerner les formes de sociabilité qu’ils développent, « être ensemble basé sur les relations tendues entre une individualité émotionnelle et une tyrannie du conformisme » (p. 183). Ces formes de sociabilité perdureront-elles quand ces jeunes générations parviendront à l’âge adulte ? Le succès de Facebook auprès des 25-35 ans semble suggérer une réponse positive. Enfin, un chapitre juridique vient utilement rappeler les règles de droit qui s’imposent aux blogueurs (droit européen, droit belge). Mais l’innovation que représente le blogue comme forme d’expression publique fait du blogueur un « funambule » progressant entre sa propre responsabilité d’éditeur de contenu et celle qui va lui être attribuée, la responsabilité sur les contenus écrits par les internautes contributeurs sur son blogue. Le dommage sera alors évalué en fonction et de la portée et du public du blogue.

6Et c’est précisément sur ces questions d’audience et de fréquentation des blogues, de la mesure des interactions, du dénombrement des participants et des participations que pèche ce fort intéressant travail. S’il est pertinent et efficace de travailler à la conception d’outils d’analyse de ces nouveaux médias, il est nécessaire, pour la bonne compréhension de leur impact, de travailler également sur des données de quantification et de fréquentation. Certes, l’étude des audiences des sites pose encore des problèmes méthodologiques, mais le rappel de l’état des équipements des foyers belges en 2006, des temps passés à ces activités de bloguing et de la réalité de la participation effective des internautes à ces nouveaux espaces d’expression enrichirait considérablement la portée déjà grande de ces analyses et la place d’Internet, du Web et in fine des blogues dans les pratiques médiatiques des publics visés.

Haut de page

Bibliographie

CARDON, D., et H. DELAUNAY-TETERE (2006), « La production de soi comme technique relationnelle, un essai de typologie des blogues par leurs publics », Réseaux, no138, p. 15-71.

JOST, François (1997), « La promesse du genre », Réseaux, no81, p. 11-31.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de la reprise des critères proposés par Cardon et Delaunay-Teterel (2006).

2  Suivant la définition qu’en propose Jost (1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Leteinturier, « Annabelle KLEIN (dir.) (2007), Objectif blogues ! Explorations dynamiques de la blogosphère », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 313-315.

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Annabelle KLEIN (dir.) (2007), Objectif blogues ! Explorations dynamiques de la blogosphère », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2183

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est professeure à l'Université Panthéon-Assas (Paris 2). Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org