Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard LAMIZET (2006), Sémiotique de l’événement

Paris, Éditions Lavoisier
Valérie Gorin
p. 316-319
Référence(s) :

Bernard LAMIZET (2006), Sémiotique de l’événement, Paris, Éditions Lavoisier.

Texte intégral

Comprendre les représentations de l’événement dans les médias, c’est ainsi comprendre comment se forment notre culture, notre mémoire et notre engagement politique dans l’espace de la sociabilité (p. 17).

1Bernard Lamizet nous invite à revenir sur les constructions et les représentations de l’espace public mises en scène par les médias. En se basant sur un corpus d’articles d’actualité internationale issus exclusivement du Monde — le choix se justifiant par l’étude de la médiatisation de l’événement dans un corpus homogène —, cet ouvrage très complet et détaillé nous permet de conceptualiser et de comprendre comment se fabrique « l’événement », ainsi que les diverses approches sémiotiques qui lui sont intrinsèques.

2Reprenant le paradigme de « l’espace public » tel qu’il fut pensé par Habermas pour le xviiie siècle, à savoir un espace de visibilité, de reconnaissance et de représentations, l’auteur revient sur les processus de construction de sens et d’interprétation de l’actualité entre les différents acteurs sociaux. Cette sémiotique des faits sociaux s’articule autour du complexe événementiel formé par les trois pôles développés par De Saussure, que sont le référent (les faits), la forme signifiante (le support qui permet de les exprimer) et le signifié (les interprétations de ces faits à travers leurs représentations). En une quinzaine de chapitres, l’auteur dissèque ainsi les différentes logiques à l’œuvre dans la constitution de l’événement et ses lieux de manifestation : les sphères de production de sens à l’événement (médias, politique, histoire), ses repères spatio-temporels, sa mise en scène narrative et esthétique, les processus mémoriels ou encore les questions de continuité ou de rupture que pose l’événement dans le continuum historique.

3La médiation, voire médiatisation, de l’événement constitue l’argument central de la thèse de Bernard Lamizet sur la question de production de sens. Qu’il soit le produit d’un discours historique ou politique, un événement n’est tout d’abord perçu comme tel uniquement parce qu’il est le résultat d’une médiation qui nous permet de structurer et de penser notre appartenance commune dans un espace de sociabilité défini par les mêmes codes. Dans les représentations du monde qu’ils mettent en scène, les médias participent d’une forme d’unification culturelle de la société autour d’une identité et d’une conscience politiques communes : « la logique de l’information sur l’événement dans les médias n’est pas tant de faire acquérir du savoir sur lui que de faire assumer, par la médiation de l’opinion suscitée, une identité politique qui nous fonde » (p. 22). À travers le discours médiatique, l’événement devient donc un signe porteur d’un sens que lui donne la sémiotique politique.

4« Miroirs » des événements et participants de notre construction en tant qu’acteurs de sociabilité, les médias sont également une mémoire, à la fois singulière et collective, qui assurent la pérennité du lien social. En cela, Lamizet distingue les différentes approches de l’événement dans le discours historique et le discours médiatique. Alors que la démarche historique s’efforce d’interpréter le passé en prenant du recul, de donner du sens à posteriori aux actions des sujets sur un temps long qui ne permet pas d’engagement politique, la démarche des médias consiste à influencer l’opinion publique dans le présent, un temps court qui permet une forme d’engagement politique. Parce qu’ils sont proches des événements dont ils parlent et des acteurs qu’ils mettent en scène, les médias nous impliquent en faisant de nous des citoyens-acteurs politiques, mais aussi des sujets de sociabilité.

5Constituant identitaire de par sa médiation, l’événement se manifeste sur une échelle spatio-temporelle aussi bien que par une mise en forme narrative et esthétique. Qu’il soit réel (informatif), symbolique (mis en récit) ou imaginaire (fictif), l’événement mis en scène par les médias se décline sous des formes sémiotiques multiples qui participent à la construction du sens et de l’interprétation qu’on pourra lui en donner. Aux différents niveaux de temporalité qui structurent l’événement (« le temps réel ») et sa mise en récit (« le temps symbolique ») s’ajoute toute une sémiotique de l’espace qui évoque la « scène événementielle » des faits d’actualité et de leurs représentations médiatiques. La mise en scène de l’événement trace ainsi une géographie symbolique de l’espace public où se dessinent et se reconfigurent les lieux et les territoires de la sociabilité. Ces processus structurants sont liés aux formes signifiantes de la communication et l’information, entre la mise en récit de l’événement et sa mise en images.

6Se gardant d’une nouvelle redéfinition de l’analyse de discours ou du traitement de l’image, Lamizet permet de s’interroger sur la question de l’unité culturelle produite par le langage textuel et imagé, notamment sur les questions de narrativité, de temporalité et le rôle des personnages-acteurs de l’événement. Ces mises en scène doivent en effet mener à une identification des lecteurs/spectateurs au sens de l’événement construit par les médias, mais aussi à sa portée et à ses conséquences. Or, bien que la représentation politique nous permette de rendre intelligibles les activités et les stratégies de nos semblables, la représentation esthétique est tout aussi importante puisqu’elle met en scène visuellement l’événement, son immédiateté et son évidence accentuant encore l’effet de miroir produit par les médias. Il accorde d’ailleurs une place importante à l’événement « montré », que ce soit sous la forme des médias visuels mais aussi les arts plastiques, le cinéma et le théâtre qui permettent une médiation sublimée de l’événement, polarisant son sens entre politique et esthétique. Ainsi, voir l’événement participe du processus d’appartenance ; « c’est, au fond, découvrir la dimension sociale et institutionnelle du miroir constitutif de l’identité » (p. 150).

7Au-delà de sa représentation, l’événement ne peut prendre sens que s’il est confronté, comparé à d’autres. Tout événement est singulier ; mais sa constitution en tant que telle nécessite des acteurs sociaux de le situer dans un horizon référentiel. Présenté dans les médias comme un signe de rupture, de discontinuité dans le continuum historique, il peut aussi prendre sens quand il est replacé dans la linéarité de l’histoire, quand il est contextualisé, comparé à des événements similaires à une époque donnée ou dans leurs conséquences. La « sémiotique de l’archive et de la mémoire » nous permet donc de nous interroger sur les processus qui amènent un événement dans une dimension collective symbolique, celle du savoir et de la culture, nous permettant de structurer notre historicité. Or la mise en sens n’est pas toujours évidente dès lors qu’il s’agit d’un événement inscrit dans une conjoncture de crise ; son issue incertaine rend sa forclusion impossible, obligeant par là les médias à identifier les facteurs de crise et les nouvelles identités émergentes à travers rebondissements et suspens narratif. Bernard Lamizet va plus loin puisqu’il s’interroge aussi sur « la guerre ou la perte de sens » (p. 235) et la spécificité de l’événement-guerre. L’approche est intéressante, puisqu’à travers une « sémiotique de l’attente de la disparition de l’autre », il nous permet de mieux saisir les logiques d’affrontements entre adversaires au sein même de l’occupation de l’espace public et les médiations propres aux représentations de guerre, notamment la question de l’irreprésentable.

8Inscrite dans les champs du politique, du social et de la culture, cette Sémiotique de l’événement redéfinit les processus de création de sens entre acteurs et récepteurs. Que ce soit par la « grammaire de l’événement », c’est-à-dire la mise en récit médiatique, ou par une « sémiotique de la lecture », qui consiste à « penser sa signification, [à] l’interpréter » (p. 117), son auteur accomplit le cycle de l’élaboration d’une culture de l’actualité entre production et réception. Il nous invite ainsi à repenser nos représentations du monde selon ce que nous sommes et selon les symboles dans lesquels nous nous définissons, reconfigurant par là la logique de construction de soi et les notions de culture et d’identité. Il est toutefois à regretter que l’étude se limite à une vision très généralisante de l’effet des médias, sans nuancer l’interaction éventuelle des acteurs de sociabilité dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gorin, « Bernard LAMIZET (2006), Sémiotique de l’événement », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 316-319.

Référence électronique

Valérie Gorin, « Bernard LAMIZET (2006), Sémiotique de l’événement », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2185

Haut de page

Auteur

Valérie Gorin

Valérie Gorin est doctorante et assistante de recherche à l'Université de Genève. Courriel : valerie_gorin@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org