Navigation – Plan du site
Lectures

Jim LEACH et Jeannette SLONIOWSKI (dir.) (2003), Candid Eyes. Essays on Canadian Documentaries

Toronto, University of Toronto Press
Alain Laramée
p. 320-322
Référence(s) :

Jim LEACH et Jeannette SLONIOWSKI (dir.) (2003), Candid Eyes. Essays on Canadian Documentaries, Toronto, University of Toronto Press.

Texte intégral

  • 1  Les documentaires analysés sont les suivants : Paul Tomkowicz de Roman Kroitor, analysé par Richar (...)

1Les dernières décennies ont été fort prolifiques en production et en diffusion de documentaires. Paradoxalement, la popularité croissante de ce genre cinématographique, peut-être stimulée par sa contrepartie télévisuelle, la télé-réalité, et sûrement par celle des multiples reportages des nouvelles chaînes spécialisées en information continue, n’a pas eu la même fortune du côté des publications relatives aux études ou à leurs analyses critiques. En effet, et curieusement, on ne dispose que de très peu d’ouvrages scientifiques portant sur l’analyse du documentaire et encore moins sur la théorisation du genre. Cet ouvrage dirigé par Jim Leach et Jeannette Sloniovski, tous deux professeurs au Département de communications, culture populaire et film à l’Université Brock en Ontario, vient combler, partiellement du moins, ce vide1.

2Il s’agit donc d’un ouvrage collectif auquel ont collaboré, outre les 2 responsables, 12 auteures et auteurs venant pour la plupart du milieu universitaire ontarien. Comme la plupart des ouvrages de cette nature, on y trouve des différences parfois importantes entre les approches et les styles, voire sur le plan qualitatif des analyses. Cependant, une trame commune et bidimensionnelle anime les analyses à savoir d’abord, leur choix des documentaires étudiés — tous proviennent de l’Office national du film du Canada —, et, d’autre part, un certain regard familier à la critique cinématographique qui consiste à appuyer fréquemment les énoncés critiques sur des références internes au milieu du cinéma — la citation d’un exemple, d’un film, d’un cinéaste ou d’une séquence particulière servant de preuves en soi à la démonstration. Toutefois, ce traitement commun n’est pas suffisamment présent pour rendre hermétiques les analyses à tout autre lecteur plus profane et moins aguerri en références cinématographiques.

3La plupart des analyses se situent dans le cadre d’une épistémologie constructiviste à l’intérieur de laquelle on situe, de manière peu explicite toutefois, différentes perspectives théoriques pour aborder la critique documentaire. Cependant, peu d’entre elles explicitent les liens ténus entre ces appartenances exprimées et la méthodologie utilisée pour conduire les analyses de sorte qu’on est plutôt en droit de se poser la question sur l’utilité et la pertinence des citations et des références théoriques dans l’analyse qui nous est présentée. Mise à part cette faiblesse, les textes sont fort stimulants, intéressants, bien écrits et les analyses plutôt profondes, quoique inégales, et bien situées dans les contextes sociohistoriques de production et de distribution de chacun des documentaires.

4Les auteures et auteurs ont pris soin, quoique parfois de manière discutable — ce qui est le propre d’ailleurs de toute analyse critique en soi —, de situer ces contextes, souvent très politiques, et de s’interroger sur la réception des documentaires dans les différents ordres politique, institutionnel, social et historique de la société canadienne. La difficulté de situer leur problématique par rapport à la question identitaire de la société canadienne et québécoise était d’autant plus grande que bon nombre de ces documentaires dépassent le niveau de la critique sociale, conformément à l’objectif du programme Cinéma vérité ou Cinéma direct intitulé Candid Eye del’Office national du film (ONF),d’où le titre de l’ouvrage.

5Enfin, malgré la mise en contexte fort explicite et pertinente des analyses en introduction et malgré le fait que bon nombre de ces analyses font référence au débat classique portant sur l’éthique du documentaire en rapport avec la réalité, on ne peut que regretter l’absence d’une conclusion où un retour sur ces analyses, à tout le moins sur les plans théorique et méthodologique, aurait été souhaitable. Reste donc au lecteur ce travail d’un retour, travail fort bien alimenté par les questionnements sous-jacents aux textes de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Les documentaires analysés sont les suivants : Paul Tomkowicz de Roman Kroitor, analysé par Richard Hancox (Université Concordia) ; The Days before Christmas and the Days Before That de Terence Macartney-Filgate, Wolf Koenig et Stanley Jackson, analysé par Stef Feldman (Université York) ; Lonely Boy de Wolf Koenig et Roman Kroitor, analysé par Barry Keith Grant (Université Brock) ; Bûcherons de la Manouane d’Arthur Lamothe, analysé par Peter Harcourt (Université Queens) ; Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault, analysé par David Clanfield (Université de Toronto) ; On est au coton de Denys Arcand, analysé par Jim Leach (Université Brock) ; Waiting for Fidel de Michael Rubbo, analysé par Jeannette Sloniowski (Université Brock) ; Volcano : An Inquiry Into the Life and Death of Malcom Lowry de Donald Brittain, analysé par Peter Baxter (Université Queens) ; Not a Love Story : A Film about Pornography de Bonnie Sherr Klein, analysé par Joan Nicks (Université Brock) ; Voyage en Amérique avec un cheval emprunté de Jean Chabot, analysé par Marion Froger (Université de Montréal) ; Forbiden Love de Aerlyn Weissman et Lynn Fernie, analysé par Jan Bruce (Université Queens) ; Kanehsatake : 270 Years of Resistance de Alanis Obomsawin, analysé par Zuzana M. Pick (Université Carleton) ; Project Grizzly de Peter Lynch, analysé par Brenda Longfellow (Université York) ; Tu as crié LET ME GO d’Anne Claire Poirier, analysé par Janine Marchessault (Université York).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Laramée, « Jim LEACH et Jeannette SLONIOWSKI (dir.) (2003), Candid Eyes. Essays on Canadian Documentaries », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 320-322.

Référence électronique

Alain Laramée, « Jim LEACH et Jeannette SLONIOWSKI (dir.) (2003), Candid Eyes. Essays on Canadian Documentaries », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 03 octobre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2187

Haut de page

Auteur

Alain Laramée

Alain Laramée est professeur à la Télé-université. Courriel : alaramee@teluq.uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org