Navigation – Plan du site
Lectures

Xavier MARC et Jean-François TCHERNIA (dir.) (2007), Étudier l’opinion

Grenoble,Presses universitaires de Grenoble. (Coll. « Politique en+ »)
Larbi Chouikha
p. 323-325
Référence(s) :

Xavier MARC et Jean-François TCHERNIA (dir.) (2007), Étudier l’opinion, Grenoble,Presses universitaires de Grenoble. (Coll. « Politique en+ ».)

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif renferme une somme de contributions denses et d’un grand intérêt pour les questions liées à l’étude de l’opinion sous toutes ses facettes. Il se fonde à la fois sur un objectif et sur une ambition (Introduction, p. 13). L’objectif « majeur » est de montrer que l’étude de l’opinion est « une discipline autonome et à part entière des sciences sociales », et l’ambition des auteurs est de présenter tous les aspects de l’étude de l’opinion en croisant les approches de portée théorique et méthodologique à celles qui sont liées aux pratiques professionnelles, mais aussi en y associant des professionnels et des théoriciens de l’opinion publique.

2L’ouvrage se subdivise en deux parties. La première porte sur la diversité des méthodes et elle regroupe six contributions qui déclinent des perspectives de réflexions fécondes à la fois sur « la place des enquêtes dans les sciences sociales », le sondage, l’analyse statistique, les approches qualitatives telles que les formes de l’entretien, mais aussi sur l’apport des questions ouvertes pour appréhender la dimension discursive de l’opinion publique ainsi que sur l’approche sémiotique en mettant l’accent sur « l’influence des films de fiction dans la formation de l’opinion publique à côté des médias ». La seconde partie de l’ouvrage est axée davantage sur les pratiques professionnelles spécifiques. Elle recèle différentes études portant à la fois sur un historique des études de marché en Occident — particulièrement intéressant et utile pour comprendre et analyser les comportements et les besoins des consommateurs —, et sur « un panorama des <études médias> », et deux contributions portant sur les « sondages d’intention de vote » et « les sondages publiés : de la sondomanie des médias au système médiatique global ». Dans ce dernier article, on apprend par ailleurs que le terme de sondomanie est apparu dans le vocabulaire au début des années 1980 pour désigner la frénésie qui s’empare des médias français pour les sondages d’opinion, et qui serait selon l’auteur « sans équivalent dans le reste du monde » (p. 210).

3D’ailleurs, cette dernière contribution, intitulée « Les procédures délibératives : opinion publique et acteurs, une opposition toujours féconde », pose une problématique passionnante à partir de la controverse engendrée par l’opposition entre acteurs et public et cristallisée par des travaux de plusieurs sociologues pour qui la question de l’opinion publique demeure objet de débat. Pour ses deux auteurs (Mathieu Brugidou et Arthur Jobert), l’intérêt porté à la question de l’étude du public a été « considérablement renouvelé », si bien qu’« on utilise un terme identique mais on attribue à ce <public> d’autres capacités » (p. 224). Pour étayer leur thèse, ils se fondent sur le constat qu’il existe plusieurs régimes de discussion, pour affirmer ensuite que « [l]e passage de la phase du débat à la phase de la décision implique […] un changement de régime dans la discussion, passant ainsi de la délibération à la concertation (voire à la négociation), embrayant du même coup sur différents statuts de public » (p. 236). Autrement dit, dans leur optique, parmi les caractéristiques des dispositifs du débat public, figure celle qui consisterait donc à « assurer une certaine circulation entre ces statuts, au gré des régimes de la discussion » (p. 236). Et à partir de cette déduction, ils proposent une définition originale tendant à montrer qu’« un public serait réputé consistant ou robuste du fait de sa capacité sociologique à survivre au dispositif temporaire du débat et à perdurer par-delà les aspects artefactuels qui lui ont donné une certaine forme institutionnelle » (p. 236).

4En guise de conclusion, Pierre Bréchon revient sur la question de départ pour constater que l’étude de l’opinion n’est pas encore « une discipline universitaire à part entière » (p. 237) bien que des professionnels de la science politique, de la sociologie, du marketing, s’en réclament. Pour lui, il s’agit d’une « discipline appliquée […] puisqu’elle représente un secteur économique important, qui doit répondre aux demandes de connaissance de l’opinion par de nombreux acteurs économiques et sociaux » (p. 237).

5Mais toute la difficulté de tracer les contours d’une discipline universitaire « autonome » ne découle-t-elle pas déjà de la complexité à définir précisément l’opinion publique ? À cette question, Bréchon développe un point de vue qui se démarque totalement des thèses de Bourdieu et de ses disciples. Pour lui, cette notion est loin d’être un épiphénomène, « ce n’est pas un paramètre complètement volatile, ni un artefact produit par des appareils de domination qui pourraient le créer et le manipuler à leur gré ; les individus ont des opinions plus ou moins construites et pérennes selon les thèmes […] » (p. 244).

6On remarque donc que le débat est loin d’être clos et la question de l’opinion publique demeure encore au cœur des confrontations théoriques qui opposent les chercheurs entre eux, y compris ceux en dehors du monde occidental.

7Notons toutefois que les contributions dans leur ensemble ne prétendent pas explorer en profondeur tout le débat théorique afférent à cette question, et les auteurs, pour la plupart, ne semblent pas privilégier des positions aussi tranchées et des réponses toutes faites. L’ouvrage se présente plutôt comme un outil de vulgarisation des méthodes et des approches utilisées par des chercheurs et des praticiens pour appréhender les études d’opinion, tant comme objet de recherche que comme pratiques professionnelles. Chercheurs et praticiens y trouveront des réflexions intéressantes ainsi qu’une bibliographie assez variée dans laquelle ont été recensées les références actuelles et utiles à ce propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Xavier MARC et Jean-François TCHERNIA (dir.) (2007), Étudier l’opinion », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 323-325.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Xavier MARC et Jean-François TCHERNIA (dir.) (2007), Étudier l’opinion », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2190

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l'Université de la Manouba (Tunis). Courriel : larch3000@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org