Navigation – Plan du site
Lectures

Marc MARTIN (2005), Les grands reporters. Les débuts du journalisme moderne

Paris, Éditions Audibert
Jean-François Tétu
p. 328-331
Référence(s) :

Marc MARTIN (2005), Les grands reporters. Les débuts du journalisme moderne, Paris, Éditions Audibert.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Marc Martin est d’ores et déjà, comme ses précédents (1992, 1997 et 2002), un ouvrage de référence. Et, bien qu’il ait été publié il y a plus de cinq ans, il reste utile de le signaler aux lecteurs, au moment où d’autres travaux sur l’histoire de la presse se développent à un rythme soutenu, ce qui est fort heureux.

2Donc, d’abord, ce que le titre ne dit pas, c’est que cet ouvrage de bonne taille (400 pages) est consacré au seul journalisme français, et, à l’exception de la conclusion, au seul journalisme écrit. Comme les précédents ouvrages, ce livre fait d’emblée référence par la qualité et la quantité de documentation qu’il fournit au public : l’index des noms propres comporte 623 entrées dont les plus fournies sont certes consacrées aux grands pionniers de la IIIe République (Henri Béraud, Maurice Buneau Varilla, Pierre Giffard, Jules Huret, Joseph Kessel, Albert Londres, Louis Roubaud, Jules Sauerwein, Fernand Xau), mais aussi aux premières femmes qui ont illustré le journalisme, femmes au tempérament et aux choix politiques aussi différents que Titaÿna (sœur d’Alfred Sauvy) ou Andrée Viollis. On trouvera donc ici une somme documentaire et bibliographique sans équivalent actuellement, écrite d’une plume alerte comme savent le faire les grands historiens.

3Les deux premiers chapitres constituent une contextualisation tout à fait remarquable de ce nouveau « genre », sur au moins trois points : la spécialisation croissante des journalistes, à la fin du xixe siècle, alors que la profession devient consciente de son unité ; le rôle considérable du « petit » reportage, celui des faits divers, comme source du « grand » ; et surtout une originalité forte du reportage « à la française » par rapport à son aîné étatsunien, ce qui est considérablement moins connu. Cette originalité tient d’abord à la tradition « littéraire » du journalisme français, comme en témoigne ce propos de Pierre Giffard, l’auteur du Sieur de Va-Partout pour qui les reporters américains « n’ont aucun sens artistique. Ce sont des machines à noter. Ils ne sont d’ailleurs ni écrivains, ni artistes, ni critiques. Il faut que nous autres nous soyons tout cela » (p. 33). Fernand Xau ne dit pas autre chose : « nous sommes trop raffinés pour nous contenter d’un reportage tout sec », il faut donc confier le reportage « à des écrivains de talent » (p. 34). Si cette forme d’autosatisfaction peut prêter aujourd’hui à sourire, il reste que le souci d’une « écriture d’écrivain » a constamment hanté le reportage français, et la direction de leurs journaux, qui recrutèrent sans hésiter les meilleurs écrivains du moment pour relater leur tour du monde, couvrir les grands procès ou relever leur image flétrie comme Le Figaro après 1944.

4Martin relève que bien d’autres choses empêchent les Français de copier le modèle étatsunien : une bien moindre curiosité pour l’étranger, et aussi la faiblesse financière des journaux français, dépourvus d’une abondante publicité. Ce n’est que plus tard, lorsque les quatre « millionnaires » (en termes de tirage) se livreront à une concurrence sur tous les fronts, que le reportage deviendra un instrument de cette concurrence, à l’avantage du Matin contre le Journal. Un autre trait de l’originalité française, c’est, bien entendu, l’héritage du naturalisme qui fournit au journalisme, non seulement une esthétique, mais aussi un lien étroit avec le traitement des effets sociaux de l’industrialisation : « L’immense avantage du journalisme, écrit Zola, c’est de donner une grande puissance à l’écrivain. Dans un fait divers, le premier venu peut poser la question sociale » (p. 45).

5Le plan de cet ouvrage fait alterner des chapitres qui retracent l’évolution chronologique du reportage : les guerres, de 1970 à la guerre russo-japonaise, l’alliance franco-russe, la Première Guerre mondiale, la Russie rouge, l’entre-deux-guerres, la guerre d’Espagne, etc., et des chapitres en forme de gros plan (Jules Huret et l’enquête ; les reportages de découverte ; Gaston Leroux ; Albert Londres et Joseph Kessel, etc.) qui permettent de faire varier la focale et l’angle de vue, mais empêchent un peu de construire une ligne théorique aussi claire que dans les ouvrages précédents ; car il n’y a pas une essence du reportage, mais des figures assez différentes qui construisent le journalisme écrit du xxe siècle français.

6Ainsi, du fait de la colossale ouverture du monde que produit la colonisation, les reportages des guerres coloniales ne sont pas très différents des reportages de découverte ou de voyage. En revanche, la Première Guerre mondiale est tellement effrayante que le regard des reporters sur le monde en est radicalement changé ; le regard des reporters des années 1920 et 1930 est, pour Marc Martin, qui s’interroge sur le faible impact du messianisme révolutionnaire chez eux, déterminé par la « Grande » Guerre : « […] c’est plutôt le souvenir des souffrances et du spectacle des carnages, des horreurs et de la fraternité mêlées des tranchées, qui fait naître en eux une pitié pour la condition humaine. Ils sont attirés par les malheurs des hommes, par les déclassés, alors qu’ils s’y intéressaient rarement auparavant. Ils ne se penchent pas sur des malheurs de classe, sauf dans des journaux militants de gauche, peu nombreux. Ils regardent le malheur de l’individu, celui qui s’est détaché de tout lien au point de rompre avec la société, qu’il soit criminel, malade, ou fou » (p. 171).

7Cela nous semble tout à fait essentiel, et vivement conforté par la récente publication (novembre 2007), chez Arléa, des Câbles et reportages d’Albert Londres, jamais réunis en volume jusqu’ici (944 pages) ; on y voit à l’œuvre une foule de transformations dans la façon de voir le monde, notamment les transformations de la guerre entre 1914 et 1917, mais aussi bien l’incompréhension allemande de la défaite qui préfigure le futur enthousiasme pour le Führer. On y voit aussi un des tout premiers reportages sur la Russie soviétique, où Londres parvient après quarante jours d’un périple inouï. Et ce qu’il y voit est tellement éloigné de l’apologétique des hommes politiques qui n’y sont encore pas allés qu’il en envoie des reportages d’une rare sévérité sur le nouveau régime, très éloignée de la mansuétude dont témoignera un peu plus tard Andrée Viollis : « C’est la troisième Internationale. À la quatrième, on marchera à quatre pattes, à la cinquième, on aboiera » (Excelsior, 12 mai 1920, o.c. p. 532). Autre héritage de la Grande Guerre, le refus majoritaire des Français à intervenir dans la guerre civile en Espagne et l’immense difficulté des reporters à rendre compte des violences terribles. Mais il y a plus : les reporters français ne peuvent comprendre la violence anticléricale aveugle des républicains espagnols, car la question religieuse, en France, est calmée depuis longtemps.

8Et ainsi de suite. Ce livre indique avec une grande précision le parcours professionnel des reporters, leurs conditions de vie, leurs revenus, au fur et à mesure de l’évolution du journalisme et du monde. Cela est extrêmement précieux.

9Après la Libération, les grands reporters, muets pendant la guerre, reviennent, pour suivre les grands procès, notamment Kessel, mais, assez vite, avec les débuts de la guerre d’Indochine, le reportage se transforme de nouveau. On pourrait croire qu’il trouve un nouvel âge d’or, en voyant sa prolifération dans France-Soir, Le Figaro, Le Monde, ou la presse régionale, mais il est désormais parasité par les articles magazines, et la montée des agences qui, certes, assurent mieux les reporters contre les risques, mais dissuadent les journaux de les exposer. Ainsi, alors que le reportage de guerre avait constitué, après 1870, la première clef de voûte du nouveau genre (guerre des Balkans et guerres coloniales), avant que le reportage ne s’ouvre aux problèmes et différences de civilisation, avant de se soucier des questions de société — alors que le reportage avait fondé le photo-journalisme comme un de ses instruments puissants —, l’image (voir Paris Match) a commencé à faire décliner le grand reportage, avant même le son.

10Le « grand reportage » fut un genre qui devait tout à l’écrit : son influence fut directement liée à l’énormité des tirages de ces époques où il fut roi. Avec l’invention du magnétophone portable professionnel Nagra, en 1952, le reportage radiophonique était né, qui allait le supplanter. Le reportage est désormais fragmenté : en 1956, quand Kessel part pour l’Afghanistan, envoyé par France Soir, il en rapporte un film, Les cavaliers.

11Ainsi s’achève le beau livre de Marc Martin. Mais on peut poursuivre l’enquête : les héritiers des grands reporters, qui ne sont pas leurs successeurs, sont désormais sur le Net.

Haut de page

Bibliographie

MARTIN, Marc (1992), Trois siècles de publicité en France, Paris, Éditions Odile Jacob.

MARTIN, Marc (1997), Médias et journalistes de la République, Paris, Éditions Odile Jacob.

MARTIN, Marc (2002), La presse régionale, des Affiches aux grands quotidiens, Paris, Éditions Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Marc MARTIN (2005), Les grands reporters. Les débuts du journalisme moderne », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 328-331.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Marc MARTIN (2005), Les grands reporters. Les débuts du journalisme moderne », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2195

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Jean-François Tétu est professeur à l'Institut d’études politiques de Lyon. Courriel : jean-francois.tetu@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org